Podcasts about le royaume uni

  • 168PODCASTS
  • 453EPISODES
  • 17mAVG DURATION
  • 5WEEKLY NEW EPISODES
  • Jan 20, 2023LATEST

POPULARITY

20152016201720182019202020212022


Best podcasts about le royaume uni

Latest podcast episodes about le royaume uni

Une semaine dans le monde
Des chars pour aider l'Ukraine : un tournant ?

Une semaine dans le monde

Play Episode Listen Later Jan 20, 2023 44:02


Les pays occidentaux se sont rassemblés le 20 janvier à Ramstein, en Allemagne, pour discuter de l'aide militaire à apporter à l'Ukraine. Le Royaume-Uni a promis 14 chars Challengers, mais aucun accord global n'a été obtenu entre les alliés. Le bombardement russe d'un immeuble à Dnipro a fait 45 morts et au moins 14 personnes ont perdu la vie dans un accident d'hélicoptère, dont le ministre de l'Intérieur ukrainien.

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1
Le Royaume-Uni, Israël et la Chine font la Une de la presse internationale

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1

Play Episode Listen Later Jan 18, 2023 2:42


Chaque jour, les correspondants d'Europe 1 font le tour de l'actualité internationale.

Sur le fil
Ukraine: avec l'envoi de chars, les occidentaux franchissent un seuil

Sur le fil

Play Episode Listen Later Jan 17, 2023 6:55


En Ukraine, le front s'est figé le long d'une ligne nord-sud à l'est du pays. Mais les combats continuent à faire rage. La Russie vise aussi régulièrement les infrastructures du pays, et parachève la mobilisation de 300.000 soldats. C'est dans ce contexte que les occidentaux se montrent de plus en plus favorables à une montée en gamme des armements envoyés à l'Ukraine. Les nations occidentales ont longtemps rechigné à livrer à Kiev un armement plus lourd, craignant d'être entraînées dans la guerre. Mais début janvier, France, Allemagne et Etats-Unis ont finalement promis l'envoi de blindés d'infanterie ou de chars de reconnaissance. Le Royaume-Uni vient aussi de promettre l'envoi de chars lourds, de combat. Kiev estime qu'il y a urgence, car tout le monde craint une grande offensive russe au printemps.  Pour comprendre ce que cela peut changer sur le terrain et le jeu délicat des occidentaux qui veulent malgrès tout éviter une escalade, Sur le Fil a invité Daphné Benoit . Elle est  journaliste à l'AFP spécialisée dans les questions de défense. Réalisation: Michaëla Cancela-Kieffer. Avec des interviews sur le terrain ménées par Arman Soldin, Ania Tsoukanova, Sergii Volskyi. Sur le Fil est le podcast quotidien de l'AFP. Vous avez des commentaires ? Ecrivez-nous à podcast@afp.com ou sur notre compte Instagram. Vous pouvez aussi nous envoyer une note vocale par Whatsapp au + 33 6 79 77 38 45.   Si vous aimez, abonnez-vous, parlez de nous autour de vous et laissez-nous plein d'étoiles sur votre plateforme de podcasts préférée pour mieux faire connaître notre programme !    

C dans l'air
CHARS LOURDS EN UKRAINE : LA FIN D'UN TABOU – 16/01/23

C dans l'air

Play Episode Listen Later Jan 16, 2023 63:24


EXPERTS ALAIN BAUER Professeur de criminologie - CNAM Auteur de « La guerre qui revient » FRANÇOIS CLEMENCEAU Rédacteur en chef international - « Le Journal du Dimanche » GUILLAUME ANCEL Ancien officier de l'armée française ANNE NIVAT Grand reporter - « Le Point » Auteure de « Un continent derrière Poutine ? » Un bilan dramatique. La frappe russe qui a touché ce samedi un immeuble d'habitation à Dnipro (centre-est de l'Ukraine) a fait au moins quarante morts, dont deux enfants. L'immeuble comprenait environ 1.700 résidents, ce qui laisse craindre un bilan bien plus lourd. « Je pense que le nombre de morts se comptera par dizaines », a affirmé le maire de la ville, Boris Filatov, qui pense que les Russes visaient« la centrale thermique située derrière l'immeuble». Un bombardement dont le Kremlin a nié aujourd'hui toute responsabilité. « Les forces armées russes ne bombardent pas les immeubles résidentiels mais des cibles militaires », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avant d'évoquer la piste d'un missile de défense antiaérienne ukrainien qui serait tombé sur le bâtiment. De son côté, l'Union européenne accuse la Russie de « crime de guerre ». Pendant ce temps, sur le front, les Ukrainiens reculent à Soledar mais restent campés à l'ouest de la ville. Si Vladimir Poutine a assuré que « tout se déroule selon les plans », la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Ganna Maliar, a estimé dimanche soir que les forces ukrainiennes ont « repoussé les attaques des envahisseurs » en de multiples points dans les régions de Louhansk et Donetsk, dont Soledar. Par conséquent, « la bataille continue ». Un espoir est même présent, côté ukrainien, avec la livraison prochaine de chars lourds par les Occidentaux. En effet, l'Otan a annoncé que l'Ukraine pouvait s'attendre à recevoir de nouveaux armements lourds « dans un futur proche ». Le Royaume-Uni enverra ainsi 14 chars Challenger-2 tandis que Berlin, sous la pression de la Pologne et de la Finlande, semble prêt à livrer des chars Leopard. Les ministres de la défense des alliés de l'Ukraine se réuniront, vendredi 20 janvier en Allemagne, bien que la ministre allemande de la défense vient de démissionner. Enfin, en Lituanie comme ailleurs, les militaires proches du conflit s'entraînent en cas d'expansion de la guerre. Des avions russes s'approchent parfois des limites de l'espace de l'OTAN et sont alors repoussées par les armées européennes, notamment des pilotes français d'avion Rafale. Alors, comment analyser la frappe russe à Dnipro ? Qu'en est-il de l'avancement de la situation sur le front ? Pourquoi l'arrivée prochaine de chars lourds suscite-t-elle autant d'espoir côté ukrainiens ? Comment les pays proche de l'Ukraine peuvent-ils se protéger ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

C dans l'air
HARRY, LE PRINCE QUI FAIT TREMBLER LE ROYAUME-UNI – 07/01/23

C dans l'air

Play Episode Listen Later Jan 7, 2023 66:14


EXPERTS PHILIP TURLE Journaliste britannique Chroniqueur international - « France 24 » AGNÈS POIRIER Correspondante en Grande-Bretagne - « L'Express » CATHERINE MATHIEU Économiste à l'OFCE Spécialiste du Royaume-Uni et des questions européennes JEAN-MARC FOUR Éditorialiste international - « France Inter » Ancien correspondant à Londres Séisme au Royaume-Uni. L'autobiographie du prince Harry fait déjà l'effet d'une bombe, et ce, avant même sa publication officielle, prévue le mardi 10 janvier prochain. Plusieurs médias ont en effet réussi à obtenir une copie de l'ouvrage après que des libraires espagnoles l'ont mis par erreur en vente jeudi dernier. Les extraits les plus chocs n'ont pas manqué de faire rapidement la Une de la presse en Grande-Bretagne. Au menu de cet ouvrage : des révélations fracassantes et en nombre sur l'engagement militaire de Harry en Afghanistan, sa jeunesse compliquée par les drogues et l'alcool ainsi que son rapport plus que tendu avec son frère William, le prince héritier, et la famille royale. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le cadet de Charles III et de la princesse Diana n'est pas près d'enterrer la hache de guerre. Alors que son père doit être couronné le 6 mai prochain, Harry n'hésite pas à dénoncer les fractures de la Maison Windsor, déjà largement décrite dans la série « The Crown ». Intitulées "Spare", soit "Le Suppléant" en français, ces mémoires mettent au pilori une institution souvent jugée dépassée. Ce livre au vitriol est la deuxième vague d'une charge qui a commencé en décembre avec la diffusion d'un documentaire sur la plateforme Netflix. Si la monarchie se préparait depuis des mois à cette charge, qui intervient en pleine période de transition, le coup est rude. Et Harry est vertement critiqué par les médias britanniques. Le duc de Sussex est accusé de manquer de décence avec ce grand déballage. La population, elle, est agacée par ces nouvelles révélations. C'est que ces secousses interviennent dans une situation sociale très compliquée dans le pays. À en croire plusieurs sondages d'opinion réalisés ces dernières semaines, les Britanniques font grise mine deux ans après le Brexit. Le dernier en date, publié le 1er janvier par The Independent, révèle que près des deux tiers de la population outre-Manche est désormais favorable à un référendum sur un retour dans l'UE. Selon le journal, 56 % des électeurs pensent désormais que le Brexit a aggravé la situation économique outre-Manche. Ils n'étaient que 44 % il y a un an. Il faut dire que plusieurs indicateurs de l'économie britannique ont viré au rouge ces derniers mois : le PIB du Royaume-Uni a reculé de 0,3 % au troisième trimestre de l'année 2022, l'inflation a dépassé les 10 % et a même culminé à 11,1 % sur un an en octobre, provoquant une grave crise du coût de la vie. Deux ans après la fin de la période de transition mise en place à la suite du référendum de 2016 sur le Brexit, un terme s'impose dans les médias britanniques : celui de "Bregret". Un mot-valise composé des termes Brexit et regret. Selon un sondage dont les résultats ont été publiés à la fin décembre 2022, cité par le quotidien The Independent, 30 % des personnes ayant voté pour quitter l'UE en 2016 souhaitent aujourd'hui que le Royaume-Uni tisse des liens plus étroits avec Bruxelles. Ce qui, selon le journal britannique, peut être interprété comme un signe de Bregret. Ce sentiment "s'installe en Grande-Bretagne" de manière "rampante", notait le magazine The Spectator, le 23 décembre. Et ce phénomène est "en train de devenir un thème important dans la vie politique et la vie publique", constatait le magazine américain The Atlantic à la mi-décembre. Ce débat se déroule dans un pays durement touché par la pandémie de Covid-19, des soubresauts politiques, l'inflation, et des grèves massives, entre autres crises. La crise économique plonge, elle, des milliers de Britanniques dans le piège des crédits immobiliers à taux variable. Nombre d'entre eux ont en effet souscrit à ces crédits, leur permettant, lorsque les cours étaient bas, d'accéder à la propriété immobilière. Mais les turbulences économiques et financières du Royaume-Uni ont changé la donne. Les nombreux ménages britanniques qui se sont endettés à taux variable se retrouvent aujourd'hui étranglés par leur hausse. Devenu astronomique, leur crédit est même devenu, pour certains petits propriétaires, impossible à rembourser. Harry a-t-il planté le dernier clou dans le cercueil de l'institution monarchique au Royaume-Uni ? Dans quelle mesure le sentiment de "Bregret" est-il répandu dans la société britannique ? Des millions de ménages modestes britanniques sont-ils menacés de défaut de paiement de leur crédit immobilier ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1
Le Maroc, les États-Unis et le Royaume-Uni font la Une de la presse internationale

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1

Play Episode Listen Later Jan 3, 2023 3:03


Chaque jour, les correspondants d'Europe 1 font le tour de l'actualité internationale.

Les journaux de France Culture
Deux ans après le Brexit, le Royaume-Uni digère mal le divorce avec l'Europe

Les journaux de France Culture

Play Episode Listen Later Dec 31, 2022 15:36


durée : 00:15:36 - Journal de 8 h - C'était il y a tout juste deux ans : le Royaume-Uni prenait le large et quittait l'Union européenne pour un Brexit presque sans boussole. Aujourd'hui alors que les grèves se multiplient et que les entreprises sont à la peine, la classe politique tente comme elle peut, de tirer parti de ce divorce.

Le journal de 8H00
Deux ans après le Brexit, le Royaume-Uni digère mal le divorce avec l'Europe

Le journal de 8H00

Play Episode Listen Later Dec 31, 2022 15:36


durée : 00:15:36 - Journal de 8 h - C'était il y a tout juste deux ans : le Royaume-Uni prenait le large et quittait l'Union européenne pour un Brexit presque sans boussole. Aujourd'hui alors que les grèves se multiplient et que les entreprises sont à la peine, la classe politique tente comme elle peut, de tirer parti de ce divorce.

La chronique de Benaouda Abdeddaïm
Aude Kersulec : Les grèves paralysent le Royaume-Uni - 26/12

La chronique de Benaouda Abdeddaïm

Play Episode Listen Later Dec 26, 2022 3:02


Ce lundi 26 décembre, les grèves des transports qui n'en finissent pas au Royaume-Uni ont été abordés par Aude Kersulec dans sa chronique, dans l'émission Good Morning Business, présentée par Lorraine Goumot et Stéphane Pedrazzi, sur BFM Business. Retrouvez l'émission du lundi au vendredi et réécoutez la en podcast.

Info éco
Le Royaume-Uni touché par des grèves inédites

Info éco

Play Episode Listen Later Dec 26, 2022 3:44


Cheminots, policiers aux frontières, infirmières, ambulanciers, facteurs : de plus en plus de secteurs sont touchés par des grèves au Royaume-Uni. Les syndicats demandent des hausses de salaire pour faire face à une inflation record. Mais le gouvernement, lui, reste sourd aux revendications et refuse d'augmenter des salaires ce qui, selon lui, risquerait de faire déraper encore une peu plus les hausses de prix. 

Le journal de la mi-journée - Fabienne Le Moal
Grèves à répétition, inflation, crise de confiance : le Royaume-Uni au bord de la paralysie ?

Le journal de la mi-journée - Fabienne Le Moal

Play Episode Listen Later Dec 26, 2022 12:07


Chaque jour, Wilfried Devillers et ses invités font un point complet sur l'actualité.

Reportage international
Les différentes grèves qui touchent le Royaume-Uni perturbent Noël

Reportage international

Play Episode Listen Later Dec 23, 2022 2:30


Après deux Noël virtuels à cause de la pandémie, le Royaume-Uni s'apprête à passer un réveillon gâché par les grèves des transports, des postiers et par l'inflation qui a atteint 10,7% le mois dernier. De notre correspondante à Londres, Charlotte bien au chaud dans sa doudoune bleu marine ouvre la porte de son café. Il donne sur le marché de Noël, avec ses cahutes en bois ornés de décorations aux tons rouges. La commerçante aurait dû monter dans un train pour rejoindre sa famille, mais les grèves en ont décidé autrement. Exceptionnellement, elle conduira jusqu'à la maison de ses parents… « Je ne veux pas dépendre des trains, car je ne rentrerai jamais à la maison et je ne voulais pas dépendre non plus de la poste, je suis allée faire mes courses en magasin. Noël n'a pas été le même cette année, on n'a même pas l'impression que c'est Noël », constate Charlotte. Pourtant, les guirlandes lumineuses égayent cette petite ville médiévale, aux maisons à colombage et aux rues pavées. Elle attire de nombreux touristes en cette période, mais cette année, ils étaient moitié moins que d'habitude, regrette cette trentenaire. « Normalement tout le monde fait ses courses à cette période, même en soirée, cette année personne n'a fait ça, les magasins ne restaient pas ouverts, car ils ne pouvaient pas payer le personnel plus longtemps. » Une année « stressante » Anthony se tient de l'autre côté de la place, un sac dans une main. « J'ai le cadeau de ma mère… C'est un savon pour le visage et une bougie », indique-t-il. Cet avocat se dit peu touché par l'inflation. Il y aura des cadeaux sous le sapin pour tout le monde, sauf celui qu'il a commandé par internet. Il avait oublié la grève des facteurs. « Il a été expédié il y a une semaine, mais je n'ai toujours rien », dit Anthony. À quelques minutes du marché de Noël, une chorale s'est installée dans une rue piétonne. Carry écoute avec son fils William. Ils grignotent des bonbons dans un grand sac en plastique. Cette année a été stressante, raconte sa mère. « Il a fallu réduire les dépenses à cause du prix du carburant et de l'électricité qui grimpe, réduire le nombre de cadeaux aussi », explique-t-elle. « Nous prenons toujours quelques jours pour Noël, mais cette année, nous ne le ferons pas, c'est triste »,  Faire des économies pour les fêtes de fin d'année Selon l'Armée du salut, une personne sur cinq pourrait être allée dans une banque alimentaire pour préparer le dîner de Noël… Et des millions ont prévu de faire des économies pour ces fêtes de fin d'année. Presque la moitié de la population a réduit ses dépenses, explique Harry Kind membre de l'association de consommateur Which, qui vient de sortir une étude sur le sujet Que ce soit en offrant moins de cadeaux, de la nourriture moins chère ou même un quart des personnes qui ont l'intention de rester à la maison plutôt que de sortir voir leurs amis et leur famille. Les factures sont tellement plus élevées que l'année dernière ; l'énergie seule est deux fois plus chère, les gens doivent trouver 1200 euros de plus juste pour payer leur facture d'énergie. Quant aux prix de l'alimentation, ils ont augmenté de 20 %. Plus 22% même pour la traditionnelle dinde de Noël… Si bien que de nombreux Britanniques avouent faire l'impasse cette année…

Reportage International
Les différentes grèves qui touchent le Royaume-Uni perturbent Noël

Reportage International

Play Episode Listen Later Dec 23, 2022 2:30


Après deux Noël virtuels à cause de la pandémie, le Royaume-Uni s'apprête à passer un réveillon gâché par les grèves des transports, des postiers et par l'inflation qui a atteint 10,7% le mois dernier. De notre correspondante à Londres, Charlotte bien au chaud dans sa doudoune bleu marine ouvre la porte de son café. Il donne sur le marché de Noël, avec ses cahutes en bois ornés de décorations aux tons rouges. La commerçante aurait dû monter dans un train pour rejoindre sa famille, mais les grèves en ont décidé autrement. Exceptionnellement, elle conduira jusqu'à la maison de ses parents… « Je ne veux pas dépendre des trains, car je ne rentrerai jamais à la maison et je ne voulais pas dépendre non plus de la poste, je suis allée faire mes courses en magasin. Noël n'a pas été le même cette année, on n'a même pas l'impression que c'est Noël », constate Charlotte. Pourtant, les guirlandes lumineuses égayent cette petite ville médiévale, aux maisons à colombage et aux rues pavées. Elle attire de nombreux touristes en cette période, mais cette année, ils étaient moitié moins que d'habitude, regrette cette trentenaire. « Normalement tout le monde fait ses courses à cette période, même en soirée, cette année personne n'a fait ça, les magasins ne restaient pas ouverts, car ils ne pouvaient pas payer le personnel plus longtemps. » Une année « stressante » Anthony se tient de l'autre côté de la place, un sac dans une main. « J'ai le cadeau de ma mère… C'est un savon pour le visage et une bougie », indique-t-il. Cet avocat se dit peu touché par l'inflation. Il y aura des cadeaux sous le sapin pour tout le monde, sauf celui qu'il a commandé par internet. Il avait oublié la grève des facteurs. « Il a été expédié il y a une semaine, mais je n'ai toujours rien », dit Anthony. À quelques minutes du marché de Noël, une chorale s'est installée dans une rue piétonne. Carry écoute avec son fils William. Ils grignotent des bonbons dans un grand sac en plastique. Cette année a été stressante, raconte sa mère. « Il a fallu réduire les dépenses à cause du prix du carburant et de l'électricité qui grimpe, réduire le nombre de cadeaux aussi », explique-t-elle. « Nous prenons toujours quelques jours pour Noël, mais cette année, nous ne le ferons pas, c'est triste »,  Faire des économies pour les fêtes de fin d'année Selon l'Armée du salut, une personne sur cinq pourrait être allée dans une banque alimentaire pour préparer le dîner de Noël… Et des millions ont prévu de faire des économies pour ces fêtes de fin d'année. Presque la moitié de la population a réduit ses dépenses, explique Harry Kind membre de l'association de consommateur Which, qui vient de sortir une étude sur le sujet Que ce soit en offrant moins de cadeaux, de la nourriture moins chère ou même un quart des personnes qui ont l'intention de rester à la maison plutôt que de sortir voir leurs amis et leur famille. Les factures sont tellement plus élevées que l'année dernière ; l'énergie seule est deux fois plus chère, les gens doivent trouver 1200 euros de plus juste pour payer leur facture d'énergie. Quant aux prix de l'alimentation, ils ont augmenté de 20 %. Plus 22% même pour la traditionnelle dinde de Noël… Si bien que de nombreux Britanniques avouent faire l'impasse cette année…

France Culture physique
Grèves : le Royaume-Uni est-il l'avant-garde sociale de l'Europe ?

France Culture physique

Play Episode Listen Later Dec 22, 2022 38:23


durée : 00:38:23 - Le Temps du débat - par : Emmanuel Laurentin - Ambulanciers, infirmiers, postiers, chauffeurs de trains ou de bus, enseignants… Ce mois-ci, au Royaume-Uni, plus d'un million de personnes sont en grève pour demander une revalorisation des salaires alors que l'inflation a dépassé les 10%. Assistons-nous à un nouvel “hiver du mécontentement” ? - invités : Clémence Fourton Maîtresse de conférences en études anglophones à Sciences-Po Lille; Fabrice Bensimon Professeur d'histoire et de civilisation britanniques à l'université Paris-Sorbonne, membre du Centre d'Histoire du XIXe siècle (Paris 1- Paris 4); Georgina Wright responsable du programme Europe à l'Institut Montaigne, visiting fellow au German Marshall Fund of the United States et associate à l'Institute for Government à Londres

Du grain à moudre
Grèves : le Royaume-Uni est-il l'avant-garde sociale de l'Europe ?

Du grain à moudre

Play Episode Listen Later Dec 22, 2022 38:23


durée : 00:38:23 - Le Temps du débat - par : Emmanuel Laurentin - Ambulanciers, infirmiers, postiers, chauffeurs de trains ou de bus, enseignants… Ce mois-ci, au Royaume-Uni, plus d'un million de personnes sont en grève pour demander une revalorisation des salaires alors que l'inflation a dépassé les 10%. Assistons-nous à un nouvel “hiver du mécontentement” ? - invités : Clémence Fourton Maîtresse de conférences en études anglophones à Sciences-Po Lille; Fabrice Bensimon Professeur d'histoire et de civilisation britanniques à l'université Paris-Sorbonne, membre du Centre d'Histoire du XIXe siècle (Paris 1- Paris 4); Georgina Wright responsable du programme Europe à l'Institut Montaigne, visiting fellow au German Marshall Fund of the United States et associate à l'Institute for Government à Londres

Expliquez-nous le monde
Le Royaume-Uni s'enfonce dans une crise sociale historique

Expliquez-nous le monde

Play Episode Listen Later Dec 15, 2022 11:33


C'est un grand calendrier de l'Avent qui se joue au Royaume-Uni, chaque jour une nouvelle grève, pour lutter contre une précarité énergétique, et une inflation devenues insupportables outre-Manche. Ce sont les infirmières, les cheminots, les postiers, la police aux frontières, et même les brasseurs de bières qui sont en grève, on vous explique !

La Terre au carré
Nous sommes en 2022, et le Royaume-Uni valide un projet de mine de charbon

La Terre au carré

Play Episode Listen Later Dec 12, 2022 4:26


durée : 00:04:26 - Camille passe au vert - par : Camille Crosnier - Alors que le GIEC ne cesse de répéter qu'il faut sortir des énergies fossiles, à commencer par le charbon, le gouvernement britannique vient, lui, de valider un projet de mine de charbon au nord de l'Angleterre "zéro carbone". Autant vous dire que ça passe mal et que les opposants le font savoir.

Lenglet-Co
LENGLET-CO - "L'Angleterre se prépare à la plus forte chute du pouvoir d'achat depuis la guerre", affirme Lenglet

Lenglet-Co

Play Episode Listen Later Dec 9, 2022 3:06


Avant le match France - Angleterre en Coupe du monde, François Lenglet revient sur la grave crise économique que traverse notre voisin britannique. Le Royaume-Uni est notamment le seul pays du G7 dont le PIB est toujours inférieur à celui de 2019, avant la pandémie. Le taux d'inflation est actuellement à 11% alors que les salaires sont loin de suivre. Le Royaume-Uni commence à voir les effets du Brexit, symbole du déclin britannique. Il représentait pourtant l'espoir de la liberté vis-à-vis de l'Europe au moment du référendum en 2016.

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1
Israël, le Royaume-Uni et le Kenya font la Une de la presse internationale

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1

Play Episode Listen Later Dec 8, 2022 2:50


Chaque jour, les correspondants d'Europe 1 font le tour de l'actualité internationale.

Les histoires de 28 Minutes
Roschdy Zem / Iran : peut-on négocier ? / Mondial au Qatar : pari gagnant ?

Les histoires de 28 Minutes

Play Episode Listen Later Nov 26, 2022 44:10


L'émission 28 Minutes du 26/11/2022 Au programme de l'émission du 26 novembre 2022 ⬇ Le samedi, 28 Minutes continue avec Renaud Dély, Nadia Daam et Jean-Mathieu Pernin ! Roschdy Zem : « Famille je vous aime ! » « Le ciné, ce n'est pas un truc pour nous, les enfants d'immigrés. » Malgré sa passion pour le septième art et quelques rôles en parallèle de son travail aux Puces de Clignancourt, Roschdy Zem ne croyait pas vraiment en sa chance. Près de 90 films et séries plus tard, dont 6 en tant que réalisateur, sa place dans le cinéma populaire et d'auteur n'est plus à prouver. Pendant longtemps cantonné aux rôles de fils d'immigrés ou de délinquants mutiques, il a progressivement incarné des personnages profonds, sensibles, qui explorent ses propres failles. Dans « Les Miens », en salles depuis le 23 novembre, il dévoile l'intimité de sa propre famille et l'importance des liens qui unissent sa fratrie, mise à l'épreuve par l'accident de son frère. Découvrez le portrait de Roschdy Zem signé Philippe Ridet et lu par Sandrine Le Calvez. En plein soulèvement, doit-on discuter avec les dirigeants iraniens ? En plein soulèvement, l'Iran a annoncé avoir débuté la production d'uranium enrichi à 60% en isotope 235 dans son usine de Fordo. En 2015, l'accord international signé fixait un taux à 3,67%. Cette annonce serait liée à la dernière résolution de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) qui a critiqué le manque de coopération de Téhéran, qui aurait refusé une enquête sur trois sites non déclarés. Le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne ont condamné cette nouvelle extension du programme nucléaire iranien. Alors que les négociations pour relancer l'accord de Vienne de 2015 semblent au point mort et que le pays est en pleine révolte, est-il possible de discuter avec le régime ?  Mondial de foot : un pari gagnant pour le Qatar ? Ça y est, la Coupe du monde de football a débuté au Qatar. Et malgré les nombreux appels au boycott de la compétition, TF1 a affiché son meilleur score d'audience de l'année avec 12,5 millions de téléspectateurs pour le premier match de l'équipe de France. Qu'en est-il des autres pays européens ? En tout cas, sur le terrain et en dehors, les actions politiques et militantes de la part des participants se multiplient : les joueurs iraniens ont refusé de chanter leur hymne national et l'équipe d'Allemagne s'est affichée main devant la bouche pour protester contre l'interdiction du port du brassard « One Love ». Le Qatar, pays hôte, espère quant à lui faire de cette Coupe du monde une vitrine de sa réussite. Comment va se dérouler la suite du Mondial ?   Direction l'Afrique du Sud avec Gaël Legras où la souffrance de l'apartheid est ravivée : le suprémaciste blanc Janusz Walus, condamné à perpétuité pour le meurtre de Chris Hani — un leader populaire de l'ANC, va bénéficier d'une liberation anticipée après 30 ans en prison. Sans oublier la question très intéressante de David Castello-Lopes, la chronique de Marie Bonnisseau et un retour sur le temps fort de la semaine. 28 Minutes est le magazine d'actualité d'ARTE, présenté par Elisabeth Quin du lundi au vendredi à 20h05. Renaud Dély est aux commandes de l'émission le samedi. Ce podcast est coproduit par KM et ARTE Radio. Enregistrement : 26 novembre 2022 - Présentation : Renaud Dély - Production : KM, ARTE Radio

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1
Les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Argentine font la Une de la presse internationale

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1

Play Episode Listen Later Nov 23, 2022 2:46


Chaque jour, les correspondants d'Europe 1 font le tour de l'actualité internationale.

Accents d'Europe
Dérèglement du climat et dérèglement de l'économie en Europe

Accents d'Europe

Play Episode Listen Later Nov 18, 2022 19:30


Alors que la conférence internationale sur le climat boucle ses travaux à Charm el-Cheikh en Égypte, on n'a pas fini de documenter l'ampleur du désastre écologique. Au sud de la planète, beaucoup, mais aussi en Europe. En Italie, après une année marquée par des évènements climatiques extrêmes, l'impact sur l'économie s'annonce lourd. La Banque d'Italie a voulu mesurer précisément les conséquences d'un réchauffement à 1 degré et demi. Les retombées s'annoncent terribles.... Avec Blandine Hugonnet. La biodiversité marine en danger en Albanie Et désordre climatique veut dire aussi perte de biodiversité. Malgré des paysages à couper le souffle, l'Albanie est un des pays les plus touchés du continent. Et la faune marine n'est pas épargnée. La surpêche, la pollution et l'absence de données fiables fragilisent encore plus les différentes espèces menacées. À Vlora, dans le sud de pays, Louis Seiller a suivi un spécialiste des requins qui tente de sensibiliser les pêcheurs locaux.    Le féminicide dans le droit pénal belge Voilà une modification du droit pénal belge qui ne passera pas inaperçue. Suite au meurtre d'une jeune Espagnole par son ex-compagnon, à Bruxelles, fin octobre 2022, le gouvernement belge a décidé de reconnaître le féminicide comme un crime spécifique. Il faut dire que les statistiques plaident en ce sens, chaque semaine, vous pouvez aussi retrouver une initiative vertueuse en Europe, sur les réseaux sociaux en vidéo avec ENTR. Avec Clémence Pénard.  ►À écouter aussi sur RFI: Tunisie : nouvelle marche contre un féminicide à Kef Belgique: une femme sur cinq victime de viol, dit Amnesty international  Le Brexit, une histoire de nostalgie...  Le Royaume-Uni en récession, avec un produit intérieur brut qui devrait chuter de 1,4 pour cent en 2023... la conjoncture mondiale, l'instabilité politique, mais aussi le Brexit ne sont pas étrangers à l'affaire. La sortie de l'Union européenne, sujet inépuisable d'études. Une jeune historienne a voulu comprendre pourquoi les Britanniques s'étaient engouffrés dans cette porte de sortie… Marie Billon, notre correspondante à Londres, a lu pour nous «Rule Nostalgia», de Hannah Rose Wood.    La chronique musique de Vincent Théval  La Femme Tren de la vida (France).

Aujourd'hui l'économie
Le Royaume-Uni contraint à l'austérité pour réparer les dommages causés par le Brexit

Aujourd'hui l'économie

Play Episode Listen Later Nov 17, 2022 3:47


Le Royaume-Uni met le cap sur la rigueur. Jeremy Hunt, le ministre des Finances, présente ce jeudi matin un budget d'austérité pour redresser une économie fort mal en point. Même la City est en difficulté : Londres vient de perdre sa couronne de première place financière européenne. Et c'est Paris qui récupère le titre. Depuis ce lundi la taille de la bourse française, en termes de capitalisation, dépasse maintenant d'une courte tête celle de cette rivale longtemps perçue comme indétrônable. L'écart n'est que d'une dizaine de milliards de dollars, mais il est remarquable car au moment du Brexit, la supériorité de Londres était écrasante. L'écart entre les deux se montait alors à 1500 milliards de dollars, en faveur de la City. Depuis 2016, année du référendum, il y a donc bien eu un double mouvement : Paris a d'une part grossi, et d'autre part Londres a bel et bien rétréci. Le Brexit est la principale cause de ce déclin de la bourse britannique ? C'est une évidence, tant ses atouts naturels faisaient d'elle une première place boursière en Europe qu'on pensait inexpugnable. La langue anglaise qui est la langue des affaires, les liens avec Wall Street, la règlementation très favorable, tous ces avantages n'ont plus beaucoup compté face à son nouvel handicap : la rupture des liens avec le continent. Beaucoup de sociétés présentes dans l'Union européenne ont préféré aller voir ailleurs. En zone euro. À Paris ou Amsterdam, ou encore Dublin, cela a été le choix de la compagnie Ryan Air. Les Brexiters disaient vouloir transformer la City en nouveau Singapour sur la Tamise, un îlot ultra libéral capable d'attirer les investisseurs du monde entier, y compris d'Asie. Mais ce projet est aujourd'hui remisé sur l'étagère des fausses promesses de campagne électorale. La bourse britannique comme l'économie britannique paie très chère le choix du Brexit. Michael Saunders, ancien économiste de la Banque d'Angleterre estime que le dommage causé par le Brexit est lourd et durable. Si le gouvernement est acculé à l'austérité, c'est à cause de cette décision de sortir de l'Union européenne, a-t-il déclaré à nos confrères de Bloomberg. Les Tories sont arrivés au pouvoir il y a douze ans avec la mission de relever l'économie laminée par la crise financière de 2008. En 2010, David Cameron impose aux ménages britanniques une sévère cure d'austérité. Qu'ils ont avalé sans broncher. Mais douze ans plus tard la pilule est beaucoup plus amère L'inflation à 10% a rogné le pouvoir d'achat acquis au prix d'un travail acharné. Certains ont dû renoncer à leur emploi faute de soins car le service public de la santé n'arrive plus à faire face à sa mission. Les Britanniques, déjà exsangues, doivent pourtant se préparer à de nouveaux efforts douloureux. Leur pouvoir d'achat sera encore plus comprimé par les hausses des impôts et la baisse des dépenses publiques que Jeremy Hunt s'apprête à annoncer. Pris en étau entre la récession et l'inflation, la difficulté pour lui est d'effectuer un dosage subtil empêchant l'un sans entretenir l'autre. Le tout en gardant la confiance des marchés. Si le plan n'est pas crédible, le marché obligataire va paniquer, comme il l'a fait après l'annonce du mini-budget de Lizz Truss. Il a fallu une intervention urgente de la Banque d'Angleterre pour éviter le crack. Un scénario que doit à tout prix éviter le nouveau gouvernement de Rishi Sunak. Pour sa crédibilité politique. Et pour le salut des comptes publics.

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1
Le Japon, le Royaume-Uni et les États-Unis font la Une de la presse internationale

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1

Play Episode Listen Later Nov 17, 2022 3:03


Chaque jour, les correspondants d'Europe 1 font le tour de l'actualité internationale.

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1
La Chine, le Royaume-Uni et la Belgique font la Une de la presse internationale

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1

Play Episode Listen Later Nov 9, 2022 2:49


Chaque jour, les correspondants d'Europe 1 font le tour de l'actualité internationale.

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1
Le Royaume-Uni, les États-Unis et l'Irlande font la Une de la presse internationale

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1

Play Episode Listen Later Nov 4, 2022 2:51


Chaque jour, les correspondants d'Europe 1 font le tour de l'actualité internationale.

Sur le fil
Royaume-Uni : crise économique, colère sociale et tempête politique

Sur le fil

Play Episode Listen Later Oct 28, 2022 6:37


Le Royaume-Uni est plongé dans une tempête économique, sociale et politique depuis des mois. Le conservateur Rishi Sunak est le troisième chef du gouvernement britannique en 2022. Avec une inflation à plus de 10% et une récession à l'horizon, l'ex-cadre de la banque Goldman Sachs a un défi colossal à surmonter pour remettre le pays sur les rails. Comment en est-on arrivé là ? Quelles sont les marges de manœuvre de l'ancien ministre des finances ? Pour en parler, Sur le fil a convié deux universitaires.    Clémence Fourton, maîtresse de conférence en études anglophones à Sciences Po Lille et autrice du livre “Le Royaume-Uni, un pays en crises ?” (2021, édition Cavalier bleu)     Catherine Mathieu, économiste à l'OFCE et spécialiste de l'économie britannique. Interview et réalisation : Antoine Boyer Sur le fil est le podcast quotidien de l'AFP, présenté par Michaëla Cancela-Kieffer et Antoine Boyer.   Vous avez des commentaires ? Des idées de sujets ? Envie de témoigner ? Ecrivez-nous à podcast@afp.com ou sur notre compte Instagram. Vous pouvez aussi nous envoyer une note vocale par Whatsapp au + 33 6 79 77 38 45. Nous aimons avoir de vos nouvelles.    Si vous aimez Sur le fil, abonnez-vous, parlez de nous autour de vous et laissez-nous plein d'étoiles sur votre plateforme de podcasts préférée pour mieux faire connaître notre programme !     Ne manquez pas nos épisodes inédits de "Slow fil", la version longue de Sur le fil.

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1
La Turquie, le Royaume-Uni et le Kenya font la Une de la presse internationale

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1

Play Episode Listen Later Oct 27, 2022 2:43


Chaque jour, les correspondants d'Europe 1 font le tour de l'actualité internationale.

Real Life French
Le chauffage (Heating)

Real Life French

Play Episode Listen Later Oct 26, 2022 2:54


Le Royaume Uni n'atteindra pas ses objectifs en terme de changement climatique s'il ne fait la révolution dans la façon de chauffer les maisons. Traduction: The UK will not meet its climate change targets without a revolution in home heating. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

La Story
Rishi Sunak à Downing Street pour sauver le Royaume-Uni

La Story

Play Episode Listen Later Oct 25, 2022 18:37


Le nouveau Premier ministre britannique arrive dans un contexte économique catastrophique pour le pays, conséquence à la fois du Brexit, du Covid, de la crise énergétique et de la gestion, certes éphémère, de Liz Truss, qui l'a précédé au 10 Downing Street. Sur le plan économique, Rishi Sunak va devoir reconquérir la confiance des marchés, et sur le plan politique réunifier un parti conservateur en chute dans les sondages. Pour « La Story », le podcast d'actualité des « Echos », Michèle Warnet et son invitée Ingrid Feuerstein reviennent sur une déroute qui risque de marquer profondément le Royaume-Uni.Vous souhaitez prendre la parole et nous aider à poursuivre le développement de nos podcasts et plus largement des services « Les Echos » ? Nous vous invitons à rejoindre notre panel de lecteurs pour partager très prochainement votre opinion sur nos podcasts en suivant ce lien.La Story est un podcast des « Echos » présenté par Michèle Warnet. Cet épisode a été enregistré en octobre 2022. Rédaction en chef : Clémence Lemaistre. Invitée : Ingrid Feuerstein (correspondante des « Echos » à Londres). Réalisation : Willy Ganne. Musique : Théo Boulenger. Identité graphique : Upian. Photo : REUTERS/Maja Smiejkowska. Sons : Euronews, TF1, France 24, Journal de Montréal. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

Les journaux de France Culture
Rishi Sunak, un Premier ministre d'origine indienne pour le Royaume-Uni

Les journaux de France Culture

Play Episode Listen Later Oct 24, 2022 20:14


durée : 00:20:14 - Journal de 18h - L'ancien ministre des Finances Rishi Sunak va devenir le prochain Premier ministre du Royaume-Uni en remplacement de Liz Truss. Il s'est imposé aujourd'hui dans la compétition interne au Parti conservateur. À 42 ans, Rishi Sunak devient le premier non-blanc à diriger le gouvernement britannique.

Les informés de France Info
Rishi Sunak en mesure de faire sortir le Royaume-Uni de la crise ?

Les informés de France Info

Play Episode Listen Later Oct 24, 2022 9:19


durée : 00:09:19 - Rishi Sunak en mesure de faire sortir le Royaume-Uni de la crise ?

Le journal de 18h00
Rishi Sunak, un Premier ministre d'origine indienne pour le Royaume-Uni

Le journal de 18h00

Play Episode Listen Later Oct 24, 2022 20:14


durée : 00:20:14 - Journal de 18h - L'ancien ministre des Finances Rishi Sunak va devenir le prochain Premier ministre du Royaume-Uni en remplacement de Liz Truss. Il s'est imposé aujourd'hui dans la compétition interne au Parti conservateur. À 42 ans, Rishi Sunak devient le premier non-blanc à diriger le gouvernement britannique.

Lenglet-Co
Lenglet-Co and You - Angleterre : "Le Royaume-Uni est une puissance moyenne", assure Lenglet

Lenglet-Co

Play Episode Listen Later Oct 24, 2022 3:19


La récente démission de Liz Truss, après seulement 44 jours en tant que Première ministre britannique, a mis en lumière le profond chantier qui attend le parti Conservateur.

Les informés de France Info
Le Royaume-Uni, l'homme malade de l'Europe ?

Les informés de France Info

Play Episode Listen Later Oct 21, 2022 6:16


durée : 00:06:16 - Le Royaume-Uni, l'homme malade de l'Europe ?

Reportage International
Des Hongkongais réfugiés à Londres: «Je n'avais pas le choix»

Reportage International

Play Episode Listen Later Oct 21, 2022 2:33


Le XXe Congrès du Parti communiste chinois s'est tenu le 16 octobre. Hong Kong, ancienne colonie britannique, est aujourd'hui le théâtre de répression de la part du régime chinois. De nombreux opposants au régime émigrent au Royaume-Uni. De notre correspondante à Londres, Simon Cheng s'est enfui il y a deux ans. En 2019, il travaille pour le consulat britannique à Hong Kong. Un projet de loi qui facilite l'extradition des dissidents vient d'être promulgué. C'en est trop. Des manifestations éclatent. Simon s'y rend, il est arrêté par des policiers en civil.  Ils m'ont privé de sommeil. Quand je m'endormais, ils chantaient l'hymne national chinois. Ils m'ont dit que cela réveillerait mon patriotisme. Je trouve ça choquant d'utiliser notre hymne comme outil de torture. Il est relâché au bout de deux semaines et décide de quitter ses parents et ses sœurs. Le Royaume-Uni lui accorde un statut de réfugié. « C'est une décision difficile. La maison me manque parfois. Mes parents me manquent. Mais je n'avais pas le choix », explique Simon Cheng. Le BNO visa, un droit de séjour spécifique Pour des raisons de sécurité. Il ne prend plus de nouvelles d'eux. Il vit désormais à Londres. « Hong Kong est totalement méconnaissable. J'y suis né, j'y ai grandi. Mes parents vivent encore les séquelles de la révolution culturelle. Nous n'aurions jamais imaginé que ce qui se passe en Chine pouvait arriver jusqu'à Hong Kong », poursuit Simon Cheng.  Il gère maintenant une association qui vient en aide aux réfugiés hongkongais. Car pour arriver au Royaume-Uni, il faut obtenir le BNO visa. Un droit de séjour qui leur est spécifique qui coûte 4 000 euros. Ce système existe depuis un an et permet à beaucoup de Hongkongais de quitter le régime autoritaire. Carmen en fait partie, elle s'installe dans un café en plein cœur de Westminster. Cette ancienne conseillère municipale est arrivée l'année dernière. Membre d'un mouvement pro-démocratie, elle a été accusée de violer la loi sur la sécurité nationale. Elle s'inquiète du sort de ses proches restés là-bas alors que la situation économique et politique ne fait qu'empirer… « L'avenir de Hong Kong dépend vraiment de l'attitude du Parti communiste chinois. Tout est incertain. Je dirais qu'il reste un an pour quitter librement Hong Kong vers le Royaume-Uni, mais aussi le Canada, Taïwan et l'Australie », pense Carmen. 123 000 Hongkongais au Royaume-Uni Ces deux détenteurs du BNO visa ont un peu plus de 25 ans, mais pour ceux qui sont nés après 1997, date à laquelle le régime chinois a pris le pouvoir, c'est plus compliqué. Damian Green est député conservateur du Kent. Il vient de faire passer un amendement facilitant l'accès au visa pour les plus jeunes.  De nombreuses personnes impliquées dans les manifestations contre la répression du régime communiste étaient des jeunes qui ne pouvaient pas profiter du visa. « Nous voulons donner le plus d'espoir possible aux habitants de Hong Kong. C'est une tragédie ce qui est arrivé à ce territoire », dit le député. Selon les derniers chiffres du ministère de l'Intérieur, plus de 123 000 Hongkongais ont déménagé au Royaume-Uni en un peu plus d'un an.

C dans l'air
L'INCROYABLE HYPOTHÈSE BORIS JOHNSON ! - 21/10/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Oct 21, 2022 63:31


EXPERTS PHILIP TURLE Journaliste britannique Chroniqueur international – « France 24 » GEORGINA WRIGHT Directrice du programme Europe – Institut Montaigne ESTHER LENEMAN Journaliste, ex-correspondante au Royaume-Uni FLORENTIN COLLOMP Journaliste – « Le Figaro » Spécialiste Europe, ex-correspondant à Londres Elle se rêvait en nouvelle «Dame de fer» du XXIe siècle. Finalement, Liz Truss a établi un record, celui du plus court mandat de Premier ministre de l'histoire britannique. Après 44 jours à Downing Street, la dirigeante conservatrice a jeté l'éponge, hier en milieu de journée. Deux mois après avoir poussé vers la sortie Boris Johnson enlisé dans une succession de scandales, les députés conservateurs ont de nouveau fait tomber leur leader. Ils ont désormais huit jours pour lui trouver un successeur. Le parti conservateur qui dispose d'une majorité écrasante à la Chambre des communes et souhaite éviter à tout prix une élection générale anticipée a rapidement défini les contours de ce scrutin interne. Ainsi trois candidats seulement pourront concourir et chacun devra être parrainé par au moins 100 députés sur les 357 que comptent les conservateurs. Ils ont jusqu'à lundi 14 heures pour se présenter. Le nom du nouveau Premier ministre sera donc annoncé d'ici à vendredi, avant la publication des prochaines prévisions budgétaires prévue le 31 octobre. Mais déjà plusieurs noms circulent notamment celui de Rishi Sunak, l'ancien ministre des Finances, battu par Liz Truss lors de la phase finale du processus de désignation du chef du parti conservateur cet été. Jeremy Hunt, nouveau ministre des Finances, et Penny Mordaunt, ministre chargée des relations avec le Parlement, font également partie des prétendants possibles. Enfin une candidature de Boris Johnson n'est pas non plus à exclure. Quel que soit le futur Premier ministre, il sera le cinquième depuis le référendum du Brexit en 2016 et le troisième en deux mois. Il prendra la tête d'un parti miné par les divisions, face à une opposition au plus haut dans les sondages, mais surtout d'un pays plongé dans une grave crise économique et sociale. L'inflation dépasse les 10 %, au plus haut depuis quarante ans, dans un contexte social tendu au Royaume-Uni, où les grèves se sont multipliées ces derniers mois, notamment dans les transports, et alors que de plus en plus de foyers britanniques ont bien du mal à boucler les fins de mois. Selon une étude, la moitié des Britanniques réduiraient leur nombre de repas à cause de la crise. Alors qui succèdera à Liz Truss ? Quelle est la situation en Grande-Bretagne ? Quelles sont les raisons de la crise politique et économique outre-Manche ? Le Royaume-Uni commence-t-il à payer la note du Brexit ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Reportage International
Quand le Royaume-Uni s'essaie au vin pétillant

Reportage International

Play Episode Listen Later Oct 20, 2022 2:21


Avec le réchauffement climatique qui permet de planter de la vigne bien plus au nord, et le Brexit qui transforme le tissu économique et social du pays, les viticulteurs britanniques tentent toutes sortes d'expérimentations. Le vin pétillant par exemple. Avec comme point de comparaison affiché, le champagne français. Un reportage à retrouver dans son intégralité dans Accents d'Europe.

Un jour dans le monde
Liz Truss sur un siège éjectable : le Royaume-Uni a l'art de transformer ses dirigeants en canards boiteux

Un jour dans le monde

Play Episode Listen Later Oct 17, 2022 4:15


durée : 00:04:15 - Le monde d'après - par : Jean Marc FOUR - Un mois et demi à peine après son arrivée au pouvoir, la nouvelle première ministre britannique est déjà en très mauvaise posture. Si elle sautait, ce serait le troisième changement en trois ans. La longévité des dirigeants britanniques commence à poser question.

InterNational
Liz Truss sur un siège éjectable : le Royaume-Uni a l'art de transformer ses dirigeants en canards boiteux

InterNational

Play Episode Listen Later Oct 17, 2022 4:15


durée : 00:04:15 - Le monde d'après - par : Jean Marc FOUR - Un mois et demi à peine après son arrivée au pouvoir, la nouvelle première ministre britannique est déjà en très mauvaise posture. Si elle sautait, ce serait le troisième changement en trois ans. La longévité des dirigeants britanniques commence à poser question.

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1
L'Italie, les États-Unis et le Royaume-Uni font la Une de la presse internationale

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1

Play Episode Listen Later Oct 12, 2022 2:53


Chaque jour, les correspondants d'Europe 1 font le tour de l'actualité internationale.

Le Nouvel Esprit Public
Thématique : le Royaume-Uni dans la tourmente / n°266 / 9 octobre 2022

Le Nouvel Esprit Public

Play Episode Listen Later Oct 9, 2022 60:58


Connaissez-vous notre site ? www.lenouvelespritpublic.frUne émission de Philippe Meyer, enregistrée au studio l'Arrière-boutique le 29 septembre 2022.Avec cette semaine :Pauline Schnapper, professeure à la Sorbonne Nouvelle.Nicolas Baverez, essayiste et avocat.Béatrice Giblin, directrice de la revue Hérodote et fondatrice de l'Institut Français de Géopolitique.Lionel Zinsou, ancien Premier ministre du Bénin et président de la fondation Terra Nova.LE ROYAUME-UNI DANS LA TOURMENTE Avec la mort de la reine Elizabeth II, la Grande-Bretagne a perdu un symbole majeur de son unité. Au terme de dix jours de deuil national, le Royaume s'est éveillé avec une Première ministre novice et déjà mal-aimée, héritière d'un Boris Johnson qui est passé, en trois ans seulement, d'un triomphe électoral à une démission forcée en juin dernier. Les critiques sur sa gestion de la crise sanitaire, le « Partygate » ou encore les premières conséquences désagréables d'un Brexit dur, auront eu raison de l'ancien maire de Londres, lâché par les siens. La tâche qu'il lègue à son héritière, la très libérale Liz Truss, s'annonce donc considérable à l'image tant de la chute de la livre que du tollé a provoqué par le projet de déporter les demandeurs d'asile au Rwanda, le temps de traiter leur dossier. L'inflation qui frappe durement le pays met en avant les inégalités profondes d'un Royaume qui a vu la décrépitude de ses services publics depuis les années 70. En témoigne l'état du système de santé, la NHS, si chère aux Britanniques, qui s'est retrouvée au bord de l'implosion durant la crise sanitaire, faute de financements et de main d'œuvre étrangère. Le climat social est particulièrement tendu. Les coûts de l'énergie et les conditions de travail ont poussé récemment les cheminots et le personnel soignant dans la rue. Certains Britanniques se retrouvent déjà dans l'incapacité de payer leurs factures énergétiques tandis qu'un mouvement citoyen appelle à ne pas les régler, en signe de protestation. Une fronde dont le Labour de Keir Starmer ne parvient pas pour l'instant à tirer pleinement profit. Les échecs des Tories et les complications post-Brexit ont alimenté les mouvements nationalistes et indépendantistes du Royaume. Une Ecosse qui avait voté à 62% pour rester dans l'UE en 2016, a vu la nette victoire du Scottish National Party de Nicola Sturgeon et de ses alliés aux élections générales de 2019. Depuis les tensions demeurent grandes entre Londres et Édimbourg, notamment autour de la question de la tenue d'un nouveau referendum sur l'indépendance promis pour fin 2023 par les indépendantistes, mais désavoué par le 10 Downing Street. De même, les contrôles douaniers en mer d'Irlande ont contribué à la victoire historique du parti nationaliste irlandais Sein Fein devant les unionistes du DUP.Depuis la sortie de l'UE, c'est aussi une nouvelle place internationale qui est en jeu pour le Royaume-Uni, dont le PIB est désormais inférieur à celui de l'Inde. Le projet « Global Britain » présenté par Boris Johnson dès 2020, défend la vision d'une puissance britannique mondiale. Londres a déjà été récompensé de sa fidélité atlantiste avec la place prépondérante qu'elle tient dans l'alliance militaire AUKUS avec les Etats-Unis et l'Australie. Le gouvernement britannique s'est également aligné sur la position américaine en soutenant rapidement et massivement l'Ukraine. “Global Britain” veut aussi s'appuyer sur un Commowealth fort et soudé, défi que la disparition de la reine ne rend pas plus aisé. Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité sur https://art19.com/privacy ainsi que la notice de confidentialité de la Californie sur https://art19.com/privacy#do-not-sell-my-info.

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1
Les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Algérie font la Une de la presse internationale

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1

Play Episode Listen Later Oct 4, 2022 2:50


Chaque jour, les correspondants d'Europe 1 font le tour de l'actualité internationale.

C dans l'air
APRÈS LA CRISE ÉNERGÉTIQUE… LES FAILLITES ? - 01/10/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Oct 1, 2022 66:28


LES EXPERTS : NICOLAS BOUZOU Économiste – Directeur du cabinet de conseil Asterès CÉLINE ANTONIN Économiste - OFCE Professeure à Sciences Po JADE GRANDIN DE L'EPREVIER Journaliste - « l'Opinion » Spécialiste des questions économiques FRÉDÉRIC SAYS Journaliste à la rédaction internationale – « Radio France » Vent de panique au Royaume-Uni. L'inflation galope, la livre sterling dévisse et le déficit grimpe. Les signaux d'alerte se multiplient sur l'état de santé de l'économie britannique. Le pays pourrait même basculer dans la récession. Au premier trimestre, la baisse du PIB avait atteint 0,1 %. À moyen terme, l'horizon n'est pas plus clément. La Banque d'Angleterre prévoit « une contraction de la production chaque trimestre » entre fin 2022 et fin 2023. Le Royaume-Uni fait partie des pays du G7 où l'inflation est la plus forte. Elle frôle toujours la barre des 10 % après avoir brièvement franchi ce seuil symbolique en juillet. La progression des prix sur douze mois avait alors atteint 10,1 %, le plus haut niveau enregistré depuis 40 ans. Et les premières mesures prises par le nouveau gouvernement de Liz Truss ne semblent pas avoir amélioré la situation, bien au contraire. Lors de la présentation du budget britannique, les plus importantes réductions d'impôts depuis cinquante ans ont été annoncées. Certaines de ces baisses d'impôt concernent les ménages les plus aisés, au risque d'accroître les inégalités. Dans le même temps, pour tenter de contenir la flambée des prix de l'énergie, le nouveau gouvernement britannique a décidé de renforcer drastiquement son « bouclier tarifaire ». La mesure devrait à elle seule coûter près de 60 milliards de livres, environ 67 milliards d'euros, en seulement six mois. Ces annonces font peser sur l'économie du pays le risque du non-remboursement de sa dette. C'est en tout cas la crainte des marchés financiers. Les taux obligataires britanniques se sont donc envolés, obligeant la Banque d'Angleterre à intervenir en urgence ce mercredi. Le gouvernement s'est même fait tancer par le FMI. Critiquant l'ampleur des mesures « non financées » et « non ciblées » l'institution financière a demandé à Londres de revoir sa copie. Liz Truss a réussi le tour de force de voir sa politique contestée à la fois par les marchés financiers, le Fonds monétaire international, l'opposition travailliste et même une partie de son camp conservateur. En Allemagne, la situation est également très compliquée. En septembre, l'inflation a bondi à 10 % sur un an, la valeur la plus élevée enregistrée depuis 1951. Le pays paie au prix fort sa dépendance au gaz russe, qui représentait 55 % de ses importations gazières avant la guerre en Ukraine. Elle doit désormais trouver d'autres sources d'approvisionnement alors que les prix ont explosé. Face à la flambée des prix de l'énergie, le chancelier Olaf Scholz a annoncé ce jeudi que Berlin va débloquer 200 milliards d'euros supplémentaires pour plafonner les prix du gaz et de l'électricité qui plombent son économie et le pouvoir d'achat des ménages. Le chef du gouvernement a également annoncé prolonger la durée d'exploitation des centrales nucléaires et des mines de charbon pour faire face à la crise. D'après les prévisions des économistes, cet ensemble de mesures ne devrait toutefois pas permettre au pays d'éviter la récession l'an prochain. Si en France l'inflation est plus limitée que dans d'autres pays européens, le contexte économique reste tendu. L'exécutif est à la recherche de marges de manœuvre budgétaires. Pour ce faire, Emmanuel Macron veut accélérer sur le projet de réforme des retraites. Mais face à lui, se dresse une forte opposition. Une manifestation a déjà eu lieu ce jeudi, et d'autres sont prévues. Les syndicats veulent bloquer cette réforme. Mais pour Emmanuel Macron, pas question de reculer, il faudra travailler plus longtemps. Le gouvernement veut pousser le curseur de l'âge de départ à la retraite de 62 à 65 ans d'ici à 2031. L'économie du Royaume-Uni peut-elle encore éviter le pire ? L'Allemagne va-t-elle être durablement impactée par son sevrage de gaz russe ? L'automne social sera-t-il agité en France ? https://www.france.tv/france-5/c-dans-l-air/ DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Tout un monde - La 1ere
Les mesures de Liz Truss plongent le Royaume-Uni dans une crise économique: interview de Pauline Schnapper

Tout un monde - La 1ere

Play Episode Listen Later Sep 30, 2022 10:16


Interview de Pauline Schnapper, professeure de civilisation britannique à l'université Sorbonne Nouvelle.

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1
Le Maroc, les États-Unis et le Royaume-Uni font la Une de la presse internationale

La revue de presse internationale - Les correspondants d'Europe 1

Play Episode Listen Later Sep 28, 2022 2:53


Chaque jour, les correspondants d'Europe 1 font le tour de l'actualité internationale.

C dans l'air
ELIZABETH II : LE ROYAUME UNI DANS L'ANGOISSE – 08/09/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Sep 8, 2022 63:35


EXPERTS FLORENTIN COLLOMP Journaliste - « Le Figaro » Spécialiste Europe, ex-correspondant à Londres ISABELLE RIVÈRE Journaliste et spécialiste de l'histoire des familles royales Auteure de « Naissance d'une reine » CLÉMENCE FOURTON Maîtresse de conférences en études anglophones - Sciences Po Lille JEAN-DOMINIQUE GIULIANI Président de la Fondation Robert Schuman Auteur de « Européen sans complexe » MARIE BILLON – En direct de Londres Correspondante à Londres – « RTL » L'alerte a été donnée aujourd'hui par le palais de Buckingham. Après avoir acté la passation de pouvoir entre Boris Johnson et Liz Truss mardi, la reine d'Angleterre Elizabeth II aurait montré des signes de fatigue et a été placée "sous surveillance médicale" dans son château écossais de Balmoral. Les médecins de la reine se sont dits "préoccupés" par l'état de santé de la souveraine âgée de 96 ans. Elle n'est plus apparue en public depuis la fin du mois de juin, pour des raisons de santé. L'inquiétude est forte pour la famille royale britannique et tous les plus proches parents de la reine sont en route pour l'Ecosse. L'agence Press Association a rapporté que ses quatre enfants seraient présents à son chevet. Son fils héritier Charles, 73 ans, ainsi que la princesse Anne et les princes Andrew et Edward, font route vers Balmoral. Le prince Harry et sa femme Meghan ainsi que le prince William sont aussi attendus sur place. Dans la classe politique britannique, les réactions se multiplient. Mise au courant en pleine annonce d'un plan de lutte contre l'inflation, la Première ministre Liz Truss a pris la parole sur Twitter, déclarant que "le pays tout entier sera profondément préoccupé par les nouvelles en provenance du palais de Buckingham de ce midi". Face aux parlementaires, le président de la Chambre des communes, Lindsay Hole, a assuré la reine et la famille royale de ses meilleurs voeux de rétablissement. Du côté de l'opposition, le leader travailliste Keir Starmer a fait état de sa "profonde inquiétude" concernant l'état de santé de la souveraine, qui vient de fêter sa 70e année de règne. Deux jours après avoir reçu les clés de Downing Street, Liz Truss a donc dévoilé ce jeudi un paquet d'aides massif pour les ménages et les entreprises face à la flambée de l'inflation et des prix de l'énergie. La nouvelle Première ministre, conservatrice tendance thatchérienne, a en parallèle confirmé des baisses d'impôts pour stimuler une économie promise à la récession à la fin de l'année. Le temps presse pour de nombreux ménages britanniques. Leur situation financière ne cesse de s'empirer, à mesure que montent les prix de l'énergie. Ils sont pris à la gorge. Payer leur facture d'énergie est devenu extrêmement coûteux. Que sait-on de l'état de santé d'Elizabeth II ? Quel cap la nouvelle première ministre Liz Truss a-t-elle fixé lors de son arrivée au pouvoir ? Comment font les Britanniques pour boucler leurs fins de mois avec les très coûteuses factures d'énergie ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Les actus du jour - Hugo Décrypte
Le Royaume-Uni pleure Elizabeth II et prépare sa suite, Amazonie, iPhone à 1000 €... Actus du jour

Les actus du jour - Hugo Décrypte

Play Episode Listen Later Sep 8, 2022 11:02


C dans l'air
CDLA - VOS QUESTIONS SMS - APRÈS BOJO, LA NOUVELLE THATCHER ? - 05/09/2022

C dans l'air

Play Episode Listen Later Sep 6, 2022 9:13


EXPERTS - ANNE-ELISABETH MOUTET - Éditorialiste au Daily Telegraph - FLORENTIN COLLOMP - Journaliste au Figaro, spécialiste Europe, ex-correspondant à Londres @fcollomp - MARION VAN RENTERGHEM - Grand reporter à L'Express - JEAN-DOMINIQUE GIULIANI - Président de la Fondation Robert Schuman et de l'ILERI - ÉRIC ALBERT (par Skype) - Journaliste, correspondant à Londres pour Le Monde C'est officiel. La très conservatrice Liz Truss, 47 ans, succèdera bien à Boris Johnson ce mardi 5 septembre à Downing Street. Une cérémonie avec la reine Elisabeth II sera organisée comme de tradition. L'ancienne ministre des Affaires étrangères, grande fidèle de Boris Johnson, est notamment connue pour son parcours politique atypique et son positionnement radical très à droite. Née dans une famille de gauche, elle démarre en politique au centre avant de rejoindre les Tories en 1996. Championne du libre-échange et des baisses d'impôts, Liz Truss est fréquemment comparée à Margaret Thatcher. Dernier exemple en date : malgré l'inflation galopante et les nombreux mouvements sociaux, la nouvelle cheffe du gouvernement a promis « de baisser les impôts et non pas de distribuer des subventions ». Elle aura en tout cas fort à faire dès demain, entre un parti cabossé par les scandales et un pays en pleine crise. Le Royaume-Uni est en effet le membre du G7 le plus gravement frappé par l'inflation. Celle-ci pourrait atteindre les 22 % en janvier prochain. Avec des factures d'énergie qui seront 80 % plus importantes qu'un an plus tôt, l'hiver sera rude dans les foyers britannique. Des millions de personnes devront choisir entre se nourrir ou se chauffer. Désespérés, certains se détournent de la politique et ne vote plus. C dans l'air est allé à leur rencontre à Darlington, ancien bastion travailliste au nord du pays. L'arrivée de Liz Truss au pouvoir pose aussi la question des relations à venir avec la France. Eurosceptique depuis le vote du Brexit, l'ancienne cheffe de la diplomatie n'entretient pas de bons rapports avec Paris. Le 25 août dernier, lors d'un débat télévisé, elle était interrogée sur le président français et a refusé de dire s'il était un « ami » ou un « ennemi ». En novembre 2021, un bras de fer avait d'ailleurs opposé Liz Truss à la France au sujet des licences de pêche, celle-ci avait estimé que Paris « proférait des menaces inacceptables ». Un autre point de friction pourrait aussi revenir entre les deux pays : celui de l'immigration et des traversées illégales de la Manche. Alors, quelle politique mènera Liz Truss après sa campagne à droite toute ? Comment le Royaume-Uni peut-il faire face à la crise économique et sociale ? Quel avenir pour les relations franco-britanniques ?