Podcasts about britanniques

  • 292PODCASTS
  • 643EPISODES
  • 20mAVG DURATION
  • 1DAILY NEW EPISODE
  • Nov 30, 2022LATEST

POPULARITY

20152016201720182019202020212022

Categories



Best podcasts about britanniques

Show all podcasts related to britanniques

Latest podcast episodes about britanniques

Histoires du monde
Près de 40 % des Britanniques déclarent ne croire en rien

Histoires du monde

Play Episode Listen Later Nov 30, 2022 2:42


durée : 00:02:42 - La chronique d'Anthony Bellanger - par : Anthony BELLANGER - Pour la première fois dans l'histoire religieuse de Grande-Bretagne, les Chrétiens ne sont plus majoritaires. Les grands gagnants sont désormais les athées, dont le nombre ne cesse de croître. L'Islam est un distant troisième.

InterNational
Près de 40 % des Britanniques déclarent ne croire en rien

InterNational

Play Episode Listen Later Nov 30, 2022 2:42


durée : 00:02:42 - La chronique d'Anthony Bellanger - par : Anthony BELLANGER - Pour la première fois dans l'histoire religieuse de Grande-Bretagne, les Chrétiens ne sont plus majoritaires. Les grands gagnants sont désormais les athées, dont le nombre ne cesse de croître. L'Islam est un distant troisième.

Choses à Savoir
Pourquoi n'y a-t-il pas d'équipe de foot du Royaume-Uni ?

Choses à Savoir

Play Episode Listen Later Nov 22, 2022 2:39


Au football comme au rugby, le Royaume-Uni ne présente pas d'équipe nationale, sauf dans le cadre des Jeux olympiques. Ainsi, toutes les composantes du pays, à savoir l'Angleterre, l'Écosse, le pays de Galles et l'Irlande du Nord, ont leurs propres équipes de football. Mieux encore, les Britanniques organisent, depuis 1884, un tournoi de football auquel participent ces quatre entités régionales. C'est un peu comme si les Normands jouaient contre les Auvergnats ! La raison essentielle de cette absence d'équipe nationale est à rechercher dans la conception qu'ont les Britanniques de leur pays. Les nations qui le constituent ont toujours conservé leur langue et leurs particularismes. Et ce d'autant plus que la formation de la Grande-Bretagne, en 1707, s'est faite par un acte d'union, qui spécifiait que les deux Royaumes d'Angleterre et d'Écosse n'étaient unis que dans la personne d'un souverain commun. Si le pays est dépourvu d'équipe nationale, c'est aussi parce que, dès le départ, les quatre nations qui le constituent ont eu leur propre équipe. Or, ce sont les Britanniques qui sont à l'origine du football international. En effet, ils ont organisé le premier match opposant deux nations, l'Écosse et l'Angleterre, le 30 novembre 1872. C'est-à-dire bien avant la création de la Fédération internationale de football association, ou FIFA, en 1904. Au moment de cette création, Les Britanniques, souhaitant conserver leur organisation propre, ont imposé à la FIFA la présence de leurs quatre équipes, représentant chacune l'une des nations composant le Royaume-Uni. De son côté, l'Union des associations européennes de football, ou UEFA, a tenté de conditionner l'acceptation de nouveaux membres au respect de règles plus strictes. Elle a ainsi décidé de n'admettre que les pays faisant partie de l'ONU. Mais cette décision a été annulée par le Tribunal arbitral international du sport. Malgré cette déconvenue, l'UEFA continue à se montrer exigeante envers certains pays, comme le Kosovo, dont l'indépendance, proclamée en 2008, n'est pas reconnue par tous les pays, et notamment par la Serbie. De son côté, la FIFA n'admet pas des entités territoriales comme la Laponie, les Îles Vierges ou encore Porto Rico. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Histoire Vivante - La 1ere
Asie-Pacifique (4/5) - Une zone sous haute tension: l'Inde

Histoire Vivante - La 1ere

Play Episode Listen Later Nov 17, 2022 29:34


Une des rivalités de la région Asie-Pacifique oppose l'Inde au Pakistan. En effet, en août 1947, les Britanniques quittent l'Inde et l'ex-colonie est divisée en deux Etats qui deviennent rapidement ennemis: l'Inde, d'une part et le Pakistan de l'autre. Trois quarts de siècle plus tard, Inde et Pakistan ne sont toujours pas d'accord sur le tracé de leurs frontières. Une situation d'autant plus explosive qu'ils disposent tous deux de l'arme nucléaire. Décryptage de cette situation avec le politologue Christophe Jaffrelot, interrogé par Etienne Duval. Photo: une femme pakistanaise du Cachemire au milieu des débris de sa maison, détruite par les tirs transfrontaliers effectués par des militaires indiens, dans la vallée de Neelum, située sur la ligne de contrôle au Cachemire pakistanais, lundi 23 décembre 2019. (© M.D. MUGHAL/AP photo/Keystone)

Reportage International
Royaume-Uni: le groupe de résistance civile Just Stop Oil multiplie ses actions coups de poing

Reportage International

Play Episode Listen Later Nov 9, 2022 2:28


Leurs actions ont fait le tour du monde : blocage de routes et de ponts, jet de soupe sur Les Tournesols… Au Royaume-Uni, le mouvement Just Stop Oil a organisé des mobilisations quotidiennes pendant tout le mois d'octobre, pour réclamer l'interdiction de nouveaux permis de forer en mer du Nord. Immersion au sein de ces nouveaux défenseurs du climat.  Avec notre correspondante à Londres,  Heure de pointe matinale, au cœur de la City à Londres. Surgis des rues adjacentes, les membres de Just Stop Oil s'asseyent sur l'intersection. Steven, la cinquantaine grisonnante, bloque un bus, c'est sa cinquième action : « Malheureusement, il semblerait que ce soit la seule manière d'attirer l'attention. Signer des pétitions, faire des manifestations, contacter nos députés, ça ne suffit pas. Je n'ai pas l'impression d'avoir le choix, je dois faire ça. » Just Stop Oil n'a qu'un objectif : pousser le gouvernement à ne plus autoriser de nouveaux forages en mer du Nord : « Nous ne demandons pas l'arrêt de toutes les pompes à pétrole dès aujourd'hui, explique Steven. Ce que nous exigeons, c'est d'utiliser la réserve actuelle, de sept ans dans ce pays. Pendant ce temps, et c'est tout à fait faisable, on transitionne vers des sources renouvelables. Sans puiser de nouveau pétrole, parce que cela nous obligerait à garder des énergies fossiles pendant encore des décennies. » ► À lire aussi : Écologie : faut-il être radical pour se faire entendre ? Des méthodes qui ne font pas l'unanimité Après dix minutes de blocage, la police quadrille le carrefour. Certains se sont glués au bitume pour faire durer l'action. Plus de 600 personnes ont été arrêtées en octobre 2022 : des militants, mais aussi des passants. La Metropolitan Police a dû demander aux automobilistes de ne pas intervenir. Les gilets orange ne parviennent pas toujours à ouvrir le dialogue, comme le montre cet échange :  « Mais ça ne marche pas comme ça dans la vraie vie ! Ce que vous faites, ça a un impact sur les autres !  », proteste un homme, énervé. « Oui, mais l'impact du dérèglement climatique… », répond un militant.  « Ce monsieur doit aller au travail, vous le forcez à se garer n'importe comment et il va recevoir une amende. Vous allez la payer peut-être ? » « On ne force personne à… »  « Vous ne forcez personne, mais vous l'empêchez de travailler ! Vous avez le choix, pas lui. Vous nous faites perdre du temps. » Dans les rangs du mouvement de résistance civile (qui refuse l'étiquette d'éco-activistes), des gens de tous âges et de tous horizons… Helen, 66 ans et ancienne directrice d'école, a rejoint Just Stop Oil il y a quelques mois : « Je veux pouvoir dire à mes enfants : "j'ai fait de mon mieux pour vous. J'ai occupé des routes, j'ai protesté." Et je ne suis qu'une femme ordinaire, je n'ai jamais participé à aucune contestation. J'ai deux enfants trentenaires, ils ont renoncé à avoir des enfants parce que l'avenir les terrorise ! » Après plus d'un mois de mobilisation, la « résistance civile pour la protection de l'environnement » a recueilli le soutien de deux tiers des Britanniques, d'après un sondage. Sean coordonne la partie démocratie interne du mouvement : Malheureusement, les perturbations énervent naturellement les gens. Mais en même temps, personne ne contredit notre message : personne n'a envie de voir ses enfants mourir de faim d'ici 20 ans. Au bout du compte, tout le monde soutient notre exigence, même s'ils désapprouvent nos tactiques. Just Stop Oil promet de poursuivre ses actions choc pour rester dans le débat public. 

Choses à Savoir VOYAGE
Pourquoi le Ketchup était historiquement blanc ?

Choses à Savoir VOYAGE

Play Episode Listen Later Nov 6, 2022 3:11


Vous pensiez que le ketchup a toujours été une sauce à base de tomate que les cinéastes utilisent pour simuler maladroitement du sang ? Naïf que vous êtes, déja à l'époque du noir et blanc, il est arrivé qu'on utilise plutot du topping au chocolat, notamment dans Psychose de Hitchcock. Mais surtout, le ketchup est un concept extrêmement vieux et à la base, il n'est même pas à la tomate, il n'est pas américain non plus. On va revoir tout ça ensemble. Le Ketchup est originaire de Chine, on en trouve la trace dans un document de 544. Il s'agissait d'un condiment fabriqué à partir de viscères de poisson qu'on salait et laissait fermenter au soleil. La recette est appréciée et se répand vite dans toute l'Asie du Sud Est. Prenant le nom de Kichap en Malais ou Kachiap en Thaïlandais. Vers le 17ème siècle, les explorateurs et commerçants européen, notamment Hollandais et Britanniques, découvrent cette sauce singulière et la ramènent avec eux. Le terme Ketchup comme on l'écrit actuellement se trouve par exemple dans un document Anglais de 1711 relatant que le meilleur soja vient du Japon et le meilleur  Ketchup vient de Tonkin.  Le problème est qu'en métropole, personne ne sait comment la sauce originelle est fabriquée, et on va donc expérimenter allègrement avec les produits locaux. On trouvera des recettes à base de tout finalement, sauf à base de poisson fermenté.Donc pêle mêle des recettes de Ketchup à base de noix ou d'huîtres ou d'échalotes, de vin, de jus d'orange, moules, homard ou champignons et j'en passe. Et bien que le terme Ketchup existait déjà, à l'instar des ingrédients on va voir ce condiment passer aussi par tous les noms, Ketchup, Catsup, Ketjap, Catsap… En français, le mot ketchup apparaît dans le Larousse en 1948 Le ketchup le plus populaire des 18ème et 19ème siècle est à base de champignons ou de noix. La tomate n'arrive qu'au 19ème siècle. Les recettes trouvées à cette époque incluent du Brandy et les ingrédients font plus penser à une sauce tomate que le ketchup que vous connaissez actuellement. Le Ketchup aux tomates n'était pas populaire à l'époque car il se conservait mal et avait mauvaise réputation notamment sur sa composition douteuse. Les fabricants étaient aussi peu scrupuleux et y mettaient n'importe quoi. Et le problème de réputation fut résolu par un certain…Heinz. Alors attention, il n'était pas seul et d'autres fabricants s'étaient attelés à la tâche mais c'est son nom que l'histoire retiendra. Heinz avait un don pour le marketing. Le Ketchup rouge devint si populaire qu'il enterra progressivement le Ketchup blanc. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Les Nuits de France Culture
Vu du Berlaymont à Bruxelles

Les Nuits de France Culture

Play Episode Listen Later Nov 3, 2022 55:00


durée : 00:55:00 - Les Nuits de France Culture - par : Albane Penaranda - Et vous, parlez-vous l'Européen ? Etes-vous prêt pour un voyage sonore au cour de la machine bureaucratique européenne ? Embarquement immédiat pour Bruxelles avec ce documentaire diffusé en avril 2014 : "Vu du Berlaymont", produit par Laurent le Gall et Laurent Venneuguès pour Sur les Docks. Depuis le départ des Britanniques l'Europe se retrouve dans une situation paradoxale : la langue anglaise est la langue de travail des élus et des fonctionnaires de Bruxelles, mais elle n'est plus la langue officielle d'aucun pays membre, à l'exception de l'Irlande où elle partage son statut avec le gaélique.L'Allemand va-t-il donc s'imposer au détriment du français, qui avait la cote à l'époque où Jacques Delors présidait la Commission ?  Rien n'est moins sûr mais la question est peut-être accessoire en réalité. Umberto Eco l'a un jour résumé d'une formule : la langue de l'Europe c'est la traduction ! On pourrait même aller un peu plus loin. Et se demander avec un peu de mauvais esprit si la langue de l'Europe ne serait pas le jargon administratif pratiqué dans toutes les langues, dans les couloirs des institutions communautaires.  Ces variations linguistiques ont leur "Tour de Babel", un bâtiment aux dimensions colossales au cour du quartier européen de Bruxelles. Ce bâtiment est connu sous le nom de Berlaymont, c'était le nom vient d'un ancien couvent de religieuses établi au même endroit auparavant.  Avec Frédéric Vincent, Ingemar Strandvik, Paola Testori Coggi, Paula Duarte Gaspar, Zoltán Massay-Kosubek, Michèle Rivasi et Linda McAvan.  Par Laurent le Gall et Laurent Venneuguès  Réalisation : Véronique Vila Sur les Docks - Vu du Berlaymont (1ère diffusion : 02/04/2014) Indexation web : Documentation sonore de Radio France Archive Ina-Radio France

Le Cours de l'histoire
Pourquoi la cuisine anglaise a-t-elle mauvaise réputation ?

Le Cours de l'histoire

Play Episode Listen Later Oct 31, 2022 3:38


durée : 00:03:38 - Le Pourquoi du comment : histoire - par : Gérard Noiriel - La conquête de l'Angleterre par Guillaume de Normandie a-t-elle influencé les habitudes alimentaires des Britanniques ?

C dans l'air
LE CHAOS ANGLAIS... – 29/10/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Oct 29, 2022 66:28


EXPERTS ANTHONY BELLANGER Éditorialiste, spécialiste des questions internationales « France Inter » ANNE-ELISABETH MOUTET Éditorialiste - « The Daily Telegraph » CLÉMENCE FOURTON Maîtresse de conférences en études anglophones - Sciences Po Lille PHILIP TURLE Journaliste britannique Chroniqueur international - « France 24 » ÉRIC ALBERT – En direct de Londres Journaliste - Correspondant à Londres - « Le Monde » C'est le cinquième Premier ministre britannique depuis le vote du Brexit, le plus jeune de l'histoire britannique. Rishi Sunak, 42 ans, a été officiellement nommé au 10 Downing Street cette semaine par Charles III. Cet ancien banquier d'affaires, d'origine indienne et de confession hindoue, devient ainsi le premier chef de gouvernement du Royaume-Uni issu de l'immigration. Il hérite d'un pays en pleine crise économique et maintenant tancé sur le plan géopolitique par la Russie qui l'accuse aujourd'hui d'être impliqué dans le sabotage en septembre des gazoducs Nord-Stream 1 et 2 en mer Baltique. Le défi est donc immense. Le nouveau premier ministre promet de « réparer des erreurs » commises par sa prédecesseure Liz Struss durant ses six semaines catastrophiques de mandat. « Je placerai la stabilité et la confiance économiques au cœur du programme de ce gouvernement. Cela signifie que des décisions difficiles devront être prises » a t-il affirmé lors de sa prise de fonction. Le spectre de l'austérité, alors que le pays subit une inflation de 10 % et des factures d'énergie en forte hausse... Une position déjà vivement critiquée par l'opposition qui pointe du doigt l'indécence d'une politique d'austérité budgétaire alors que sa fortune personnelle s'élève à plus de 800 millions d'euros, deux fois plus que la fortune estimée deCharles III. Une crise économique qui se double donc d'une crise politique, dans une démocratie britannique éreintée.La succession de Premier ministres reflète une instabilité qui déboussole les Britanniques, y compris dans les rangs conservateurs. ÀHenley-on-Thames, l'ancienne circonscription de Boris Johnson, les militants sont dépités et ne savent que penser de celui qui a trahi Bojo il y a quelques mois. Dans tout le pays, l'envie d'élections générales anticipées se fait entendre. Pendant ce temps-là, l'Irlande du Nord (où des élections anticipées viennnet d'être annoncées pour la mi-novembre) semble être la seule à tirer son épingle du jeu depuis le divorce avec l'Union européenne. La solution mise en place depuis le Brexit a permis de ne pas rétablir les barrières douanières, ce qui favorise l'économie et la croissance de ce territoire de près de deux millions d'habitants. Alors, Rishi Sunak pourra-t-il relever son pays du marasme économique et politique actuel ? Des élections générales anticipées devront-elles avoir lieu pour mettre fin à l'instabilité politique ? Jusqu'à quand l'Irlande du nord pourra-t-elle bénéficier de l'absence de barrières douanières ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Choses à Savoir
Quelle est l'origine de l'hymne anglais ?

Choses à Savoir

Play Episode Listen Later Oct 27, 2022 3:09


Pour écouter l'histoire de Bernard Arnault sur Comment j'ai bâti un empire: Apple Podcast: https://podcasts.apple.com/fr/podcast/mon-argent/id1569918922 Spotify: https://open.spotify.com/show/6UduCKju82nA00KdBb08d9?si=KzkcGE8IRYOdR5m9hMbyZw Deezer: https://www.deezer.com/fr/show/2676812 Google Podcast: https://www.google.com/podcasts?feed=aHR0cHM6Ly9yc3MuYWNhc3QuY29tL21vbi1hcmdlbnQ%3D ---------------------------------- L'hymne national britannique, "God save the King", ce qui signifie littéralement "Dieu sauve le Roi", ne l'est que par tradition. En effet, aucune loi n'a jamais imposé ce chant comme l'hymne officiel du Royaume-Uni. Rien d'étonnant à cela, puisque dans ce pays où même la Constitution n'est pas écrite, tout est affaire de coutume. Quoi qu'il en soit, cet hymne retentit lors de toutes les occasions officielles, qu'elles soient politiques ou sportives. Tout le monde se lève alors et en entonne les paroles, sauf le souverain. Il ne peut en effet décemment se souhaiter à lui-même une "longue vie". Il est à noter que quand c'est une Reine qui règne sur le pays, comme ce fut longtemps le cas de la Reine Elizabeth II, l'hymne commence par les mots "God save the Queen". Peu de Britanniques, sans doute, savent que leur hymne serait d'origine française. C'est du moins ce que prétendent la majorité des historiens. Pour retrouver trace de ce chant, il faut remonter au règne de Louis XIV. En 1686, le Roi souffre d'une douloureuse fistule anale. Les chirurgiens décident alors de l'opérer. Ce qui, compte tenu de l'état de la médecine de cette époque, était plutôt risqué. Aussi l'heureuse issue de l'opération est-elle considérée comme une sorte de miracle. Pour célébrer l'événement, Mme de Brinon écrit alors les paroles d'un cantique. Elle est la première supérieure de la maison d'éducation de Saint-Cyr, fondée par Mme de Maintenon, qui vient d'épouser secrètement le Roi. Cette cantate, en latin, commençait par un vers qui, déjà, demandait que "Dieu sauve le Roi". Et c'est Lully, le musicien officiel de la Cour, qui est chargé de composer la musique de ce cantique. De passage en France, Haendel, compositeur officiel de la Cour d'Angleterre, entend cette cantate, qu'il trouve à son goût. Il en fait traduire les paroles et la soumet au Roi George Ier, qui décide que la cantate sera jouée lors des cérémonies officielles. Le "God save the King" entrait, pour n'en plus sortir, dans la vie des Anglais. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Les informés de France Info
Bientôt 43 zones à faibles émissions, chasse et sécurité, Rishi Sunak face aux défis britanniques... Les informés de franceinfo du mardi 25 octobre

Les informés de France Info

Play Episode Listen Later Oct 25, 2022 55:06


durée : 00:55:06 - franceinfo: Les informés - par : Jean-François ACHILLI, Olivier Delagarde - Autour de Céline Asselot, les informés débattent de l'actualité du mardi 25 octobre 2022.

C dans l'air
L'INCROYABLE HYPOTHÈSE BORIS JOHNSON ! - 21/10/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Oct 21, 2022 63:31


EXPERTS PHILIP TURLE Journaliste britannique Chroniqueur international – « France 24 » GEORGINA WRIGHT Directrice du programme Europe – Institut Montaigne ESTHER LENEMAN Journaliste, ex-correspondante au Royaume-Uni FLORENTIN COLLOMP Journaliste – « Le Figaro » Spécialiste Europe, ex-correspondant à Londres Elle se rêvait en nouvelle «Dame de fer» du XXIe siècle. Finalement, Liz Truss a établi un record, celui du plus court mandat de Premier ministre de l'histoire britannique. Après 44 jours à Downing Street, la dirigeante conservatrice a jeté l'éponge, hier en milieu de journée. Deux mois après avoir poussé vers la sortie Boris Johnson enlisé dans une succession de scandales, les députés conservateurs ont de nouveau fait tomber leur leader. Ils ont désormais huit jours pour lui trouver un successeur. Le parti conservateur qui dispose d'une majorité écrasante à la Chambre des communes et souhaite éviter à tout prix une élection générale anticipée a rapidement défini les contours de ce scrutin interne. Ainsi trois candidats seulement pourront concourir et chacun devra être parrainé par au moins 100 députés sur les 357 que comptent les conservateurs. Ils ont jusqu'à lundi 14 heures pour se présenter. Le nom du nouveau Premier ministre sera donc annoncé d'ici à vendredi, avant la publication des prochaines prévisions budgétaires prévue le 31 octobre. Mais déjà plusieurs noms circulent notamment celui de Rishi Sunak, l'ancien ministre des Finances, battu par Liz Truss lors de la phase finale du processus de désignation du chef du parti conservateur cet été. Jeremy Hunt, nouveau ministre des Finances, et Penny Mordaunt, ministre chargée des relations avec le Parlement, font également partie des prétendants possibles. Enfin une candidature de Boris Johnson n'est pas non plus à exclure. Quel que soit le futur Premier ministre, il sera le cinquième depuis le référendum du Brexit en 2016 et le troisième en deux mois. Il prendra la tête d'un parti miné par les divisions, face à une opposition au plus haut dans les sondages, mais surtout d'un pays plongé dans une grave crise économique et sociale. L'inflation dépasse les 10 %, au plus haut depuis quarante ans, dans un contexte social tendu au Royaume-Uni, où les grèves se sont multipliées ces derniers mois, notamment dans les transports, et alors que de plus en plus de foyers britanniques ont bien du mal à boucler les fins de mois. Selon une étude, la moitié des Britanniques réduiraient leur nombre de repas à cause de la crise. Alors qui succèdera à Liz Truss ? Quelle est la situation en Grande-Bretagne ? Quelles sont les raisons de la crise politique et économique outre-Manche ? Le Royaume-Uni commence-t-il à payer la note du Brexit ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Tout un monde - La 1ere
La Chine recrute des pilotes militaires britanniques pour former ses forces aériennes

Tout un monde - La 1ere

Play Episode Listen Later Oct 19, 2022 2:49


Un jour dans le monde
D'anciens pilotes britanniques recrutés par l'armée chinoise à prix d'or

Un jour dans le monde

Play Episode Listen Later Oct 18, 2022 4:08


durée : 00:04:08 - Sous les radars - par : Sébastien LAUGENIE - Le gouvernement britannique a déclaré prendre des mesures "décisives" afin de mettre fin aux efforts de recrutement de pilotes militaires britanniques par la Chine pour entraîner ses propres aviateurs.

InterNational
D'anciens pilotes britanniques recrutés par l'armée chinoise à prix d'or

InterNational

Play Episode Listen Later Oct 18, 2022 4:08


durée : 00:04:08 - Sous les radars - par : Sébastien LAUGENIE - Le gouvernement britannique a déclaré prendre des mesures "décisives" afin de mettre fin aux efforts de recrutement de pilotes militaires britanniques par la Chine pour entraîner ses propres aviateurs.

Choses à Savoir HISTOIRE
Pourquoi la femme du nouveau Roi d'Angleterre est-elle appelée Reine consort ?

Choses à Savoir HISTOIRE

Play Episode Listen Later Oct 10, 2022 2:12


Le prince Charles est devenu le Roi Charles III à la mort de sa mère, la Reine Elizabeth II, survenue le 8 septembre 2022. Et sa femme, Camilla, duchesse de Cornouailles, est devenue Reine consort. Il n'était pas évident que ce titre lui soit attribué. En effet, de nombreux Anglais la considéraient comme responsable de la faillite du couple que formaient Charles et la princesse Diana. Mais la Reine a tranché la question au début de l'année. Elle a souhaité que la duchesse devienne Reine consort après son décès. Il est vrai que Camilla a lentement reconquis le cœur des Britanniques, par sa discrétion et son dévouement à la Monarchie. Elle n'en conserve pas moins encore de nombreux détracteurs. La femme du Roi Camilla est donc devenue Reine consort. Quel est le sens de ce mot ? Tiré d'un terme latin, il signifie, par extension, "qui partage le sort". Autrement dit, une Reine consort est aux côtés du Roi son époux. Elle partage son sort au sens où elle l'aide à accomplir les tâches protocolaires qui incombent au monarque. Mais elle n'a aucune part à son pouvoir politique, si limité soit-il aujourd'hui dans une Monarchie constitutionnelle. Ceci étant, une Reine consort peut être appelée à exercer les fonctions de régente, au nom de son fils mineur. Si le titre de "consort" a été forgé, c'est pour établir une distinction entre la Reine régnante qui, comme Elizabeth II durant 70 ans, est la souveraine du pays, et la Reine qui ne doit son titre qu'à la fonction royale de son époux. Il est à noter que le titre de "consort" n'est pas seulement réservé à la femme du Roi. Le mari d'une Reine régnante le porte aussi. Ainsi, le prince Philip, époux de la Reine Elizabeth, ou le prince Albert, mari de la Reine Victoria, étaient connus comme "princes consorts". La règle est la même dans d'autres Monarchies européennes. Ainsi, le mari de la Reine Beatrix des Pays-Bas, le prince Claus, et le prince Henrik, époux de la Reine Margrethe II du Danemark, étaient aussi princes consorts. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Le Nouvel Esprit Public
Thématique : le Royaume-Uni dans la tourmente / n°266 / 9 octobre 2022

Le Nouvel Esprit Public

Play Episode Listen Later Oct 9, 2022 60:58


Connaissez-vous notre site ? www.lenouvelespritpublic.frUne émission de Philippe Meyer, enregistrée au studio l'Arrière-boutique le 29 septembre 2022.Avec cette semaine :Pauline Schnapper, professeure à la Sorbonne Nouvelle.Nicolas Baverez, essayiste et avocat.Béatrice Giblin, directrice de la revue Hérodote et fondatrice de l'Institut Français de Géopolitique.Lionel Zinsou, ancien Premier ministre du Bénin et président de la fondation Terra Nova.LE ROYAUME-UNI DANS LA TOURMENTE Avec la mort de la reine Elizabeth II, la Grande-Bretagne a perdu un symbole majeur de son unité. Au terme de dix jours de deuil national, le Royaume s'est éveillé avec une Première ministre novice et déjà mal-aimée, héritière d'un Boris Johnson qui est passé, en trois ans seulement, d'un triomphe électoral à une démission forcée en juin dernier. Les critiques sur sa gestion de la crise sanitaire, le « Partygate » ou encore les premières conséquences désagréables d'un Brexit dur, auront eu raison de l'ancien maire de Londres, lâché par les siens. La tâche qu'il lègue à son héritière, la très libérale Liz Truss, s'annonce donc considérable à l'image tant de la chute de la livre que du tollé a provoqué par le projet de déporter les demandeurs d'asile au Rwanda, le temps de traiter leur dossier. L'inflation qui frappe durement le pays met en avant les inégalités profondes d'un Royaume qui a vu la décrépitude de ses services publics depuis les années 70. En témoigne l'état du système de santé, la NHS, si chère aux Britanniques, qui s'est retrouvée au bord de l'implosion durant la crise sanitaire, faute de financements et de main d'œuvre étrangère. Le climat social est particulièrement tendu. Les coûts de l'énergie et les conditions de travail ont poussé récemment les cheminots et le personnel soignant dans la rue. Certains Britanniques se retrouvent déjà dans l'incapacité de payer leurs factures énergétiques tandis qu'un mouvement citoyen appelle à ne pas les régler, en signe de protestation. Une fronde dont le Labour de Keir Starmer ne parvient pas pour l'instant à tirer pleinement profit. Les échecs des Tories et les complications post-Brexit ont alimenté les mouvements nationalistes et indépendantistes du Royaume. Une Ecosse qui avait voté à 62% pour rester dans l'UE en 2016, a vu la nette victoire du Scottish National Party de Nicola Sturgeon et de ses alliés aux élections générales de 2019. Depuis les tensions demeurent grandes entre Londres et Édimbourg, notamment autour de la question de la tenue d'un nouveau referendum sur l'indépendance promis pour fin 2023 par les indépendantistes, mais désavoué par le 10 Downing Street. De même, les contrôles douaniers en mer d'Irlande ont contribué à la victoire historique du parti nationaliste irlandais Sein Fein devant les unionistes du DUP.Depuis la sortie de l'UE, c'est aussi une nouvelle place internationale qui est en jeu pour le Royaume-Uni, dont le PIB est désormais inférieur à celui de l'Inde. Le projet « Global Britain » présenté par Boris Johnson dès 2020, défend la vision d'une puissance britannique mondiale. Londres a déjà été récompensé de sa fidélité atlantiste avec la place prépondérante qu'elle tient dans l'alliance militaire AUKUS avec les Etats-Unis et l'Australie. Le gouvernement britannique s'est également aligné sur la position américaine en soutenant rapidement et massivement l'Ukraine. “Global Britain” veut aussi s'appuyer sur un Commowealth fort et soudé, défi que la disparition de la reine ne rend pas plus aisé. Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité sur https://art19.com/privacy ainsi que la notice de confidentialité de la Californie sur https://art19.com/privacy#do-not-sell-my-info.

Choses à Savoir ÉCONOMIE
Quel est le patrimoine moyen d'un Français ?

Choses à Savoir ÉCONOMIE

Play Episode Listen Later Oct 2, 2022 2:32


Une récente étude fixe la patrimoine médian des Français à plus de 144.000 dollars, soit plus de 128.000 euros. La moitié des Français possède donc un patrimoine plus important. Il est d'ailleurs en progression de 9 % par rapport à 2020. De son côté, le patrimoine moyen, qui ne tient pas compte de la répartition, est d'environ 280.000 euros. Si ce chiffre est plus élevé, c'est notamment en raison de la prise en compte, dans le calcul, des patrimoines les plus importants. Ce patrimoine n'est pas composé de la même manière que dans certains pays européens, comme le Royaume-Uni. En effet, il est constitué d'une majorité de biens immobiliers, représentant environ 60 % du patrimoine, et, pour le reste, d'actifs financiers, comme des actions, des obligations ou d'autres valeurs. Une richesse comparée Les Français ont-ils un patrimoine comparable à celui des habitants des autres pays ? Certains les dépassent, comme les Belges, qui peuvent se prévaloir d'un patrimoine médian de plus de 270.000 dollars ou les Australiens, dont le patrimoine médian est d'un peu plus de 255.000 dollars. Par ailleurs, les Français font presque jeu égal avec les Britanniques, dont le patrimoine médian est d'un peu plus de 140.000 dollars. Mais un Français est 3,5 plus riche, en moyenne, qu'un Allemand. En effet, le patrimoine médian de ce dernier n'excède guère 61.000 dollars, ce qui représente environ 62.500 euros. De même, la fortune moyenne d'un Français est 1,5 fois plus élevée, en moyenne que celle d'un Américain. En effet, celle-ci s'établit à un peu plus de 93.000 dollars, ce qui équivaut à près de 94.500 euros. L'écart entre ces pays vient en partie d'une meilleure répartition des richesses en France. En effet, dans ce pays, les 1 % de personnes les plus riches concentrent un peu plus de 22 % du patrimoine total, contre près de 32 % en Allemagne. Mais cet écart est à relativiser. En effet, compte tenu du prix du m2, plus bas en Allemagne, posséder un bien de 70 m2 en France, par exemple, fait de celui qui le possède quelqu'un de plus riche qu'en Allemagne. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Choses à Savoir HISTOIRE
Pourquoi a-t-on tués tant d'animaux au Royaume Uni en 1939 ?

Choses à Savoir HISTOIRE

Play Episode Listen Later Sep 29, 2022 3:01


Pour écouter mon podcast Comment j'ai bâti un empire: Apple Podcast: https://podcasts.apple.com/fr/podcast/mon-argent/id1569918922 Spotify: https://open.spotify.com/show/6UduCKju82nA00KdBb08d9?si=KzkcGE8IRYOdR5m9hMbyZw Deezer: https://www.deezer.com/fr/show/2676812 Google Podcast: https://www.google.com/podcasts?feed=aHR0cHM6Ly9yc3MuYWNhc3QuY29tL21vbi1hcmdlbnQ%3D ------------------------------------------------------- Il est des événements qui, durant la Seconde Guerre mondiale, ont peu attiré l'attention des historiens. Tel est le cas du massacre des animaux de compagnie, perpétré au Royaume-Uni au début du conflit. En 1939, en effet, les pouvoirs publics créent un comité chargé d'étudier ce qu'il convenait de faire de ces animaux. En effet, un problème se posait. La guerre à venir serait sans doute longue et mobiliserait toutes les ressources du pays. Il était donc probable que les Britanniques subissent un rationnement. Dans ces conditions, ne seraient-ils pas tenté de partager avec leurs chiens et chats une nourriture à peine suffisante pour eux ? À l'inverse, certains, souhaitant réserver ces vivres à leur usage, pourraient peut-être laisser leurs animaux mourir de faim. Un véritable massacre Le comité décide alors de publier un document, dans lequel des conseils sont donnés aux propriétaires d'animaux. Il leur est d'abord recommandé, s'ils le peuvent, d'emmener leurs animaux à la campagne, où la nourriture sera sans doute plus abondante. Ils peuvent aussi les confier à des personnes mieux à même de s'en occuper. Sinon, ils devront se résoudre à tuer leurs animaux. Certes, ce conseil est présenté comme un ultime recours. Mais la présence, sur le dépliant, d'une publicité pour une arme destinée à accomplir cette macabre besogne, semble présenter cet abattage comme le moyen le plus simple de régler le problème. Le document assure que l'utilisation de ce pistolet évitera d'inutiles souffrances aux animaux. Aussi de très nombreux Britanniques passent-ils à l'acte. En effet, on estime qu'environ 750.000 animaux de compagnie furent abattus. Environ un quart des chiens et des chats vivant à Londres auraient subi ce triste sort. Les crématoriums prévus pour incinérer les cadavres sont vite saturés et, faute de place dans les cimetières pour animaux, chiens et chats sont enterrés un peu partout, dans des prés notamment. Déjà, pendant la guerre, beaucoup d'Anglais regrettèrent leur geste. Ils estimèrent, après coup, qu'un tel massacre n'avait pas lieu d'être. Et le gouvernement fut accusé d'avoir provoqué une véritable hystérie collective. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Apprendre l'anglais avec AnglaisCours Club
Test de compréhension - 5 plats britanniques typiques

Apprendre l'anglais avec AnglaisCours Club

Play Episode Listen Later Sep 28, 2022 16:12


Hello everyone. Dans cette leçon nous allons faire un test de compréhension. Ben va vous parler de cinq des plats très typiques que vous rencontrerez sans doute en visitant le Royaume-Uni. Il va parler de chaque plat individuellement, puis il vous posera quelques questions pour tester votre compréhension. Notez vos réponses, et à la fin de la vidéo, il vous donnera les bonnes réponses. Vous pouvez télécharger le texte avec la traduction en utilisant le lien ci dessous, cependant, la première fois, essayez de répondre aux questions sans regarder le texte. Si vous souhaitez apprendre l'anglais cette année. Rejoignez-nous sur l'Espace Membres AnglaisCours Club et accédez à toutes nos formations: https://www.anglaiscours.fr/yt-inscriptions Téléchargez le texte avec la traduction ici : https://drive.google.com/file/d/139HVPSKiUDuBg6rSD3pzahXTCwlHxmy7/view?usp=sharing  

La chronique de Benaouda Abdeddaïm
Benaouda Abdeddaïm : Attaques contre la livre sterling, les assurances officielles britanniques ne prennent plus auprès des marchés - 27/09

La chronique de Benaouda Abdeddaïm

Play Episode Listen Later Sep 27, 2022 4:14


Ce mardi 27 septembre, l'impact de l'envolée des taux d'intérêt de dette souveraine aux Royaume-Uni, a été abordé par Benaouda Abdeddaïm dans sa chronique, dans l'émission Good Morning Business, présentée par Laure Closier et Christophe Jakubyszyn, sur BFM Business. Retrouvez l'émission du lundi au vendredi et réécoutez la en podcast.

Choses à Savoir ÉCONOMIE
Combien coûte la famille royale aux Britanniques ?

Choses à Savoir ÉCONOMIE

Play Episode Listen Later Sep 26, 2022 2:25


Après le jubilé de platine de la Reine Elizabeth II, en juin dernier, les funérailles de la souveraine viennent de donner lieu à une manifestation grandiose. Dans les prochains mois, le couronnement du nouveau monarque, Charles III, sera encore l'occasion, pour les Britanniques, de montrer leur sens de l'apparat. Mais tous ces événements, sans doute très dispendieux, remettent en lumière la question toujours controversée du coût de la Monarchie. Elle fait cependant l'objet, de nos jours, d'un traitement plus transparent. En effet, un rapport financier est publié chaque année sur le sujet. Il précise notamment le montant de la subvention royale, qui remplace la liste civile. Cette somme, d'un peu plus de 86 millions de livres pour l'exercice 2021/2022, subvient aux dépenses occasionnées par les réceptions, les voyages officiels, les salaires du personnel ainsi que l'entretien des palais royaux. Un coût d'1,50 euro par habitant Cette somme représente un coût moyen de près d'1,50 euro pour chaque Britannique. Et encore comprend-il le coût de la réfection de Buckingham Palace, qui est actuellement en travaux. Si on retranche ces frais, la Monarchie coûterait 89 centimes à chaque contribuable. En fait, un tel calcul ne rend pas vraiment compte de la réalité. De fait, chaque Anglais ne paie pas directement cette somme, sous forme d'impôt. En effet, la Couronne, en non pas la personne du souverain, possède des terres et des bâtiments, dont elle transfère les revenus à l'État. En échange, les pouvoirs publics reversent au monarque une partie de ces ressources. Du fait des travaux du palais de Buckingham, un quart de ces revenus passe dans les caisses royales. Par contre, c'est bien le contribuable britannique qui paie certaines dépenses. C'est surtout le cas des frais liés à la sécurité du souverain et de la famille royale. Leur montant n'est pas dévoilé, pour des raisons de sécurité nationale. Ce secret irrite certains Britanniques. Mais d'autres rappellent que la Monarchie, par les somptueux spectacles qu'elle sait mettre en scène, attire des millions de touristes, remplissant ainsi les caisses de l'État plus qu'elle ne les vide. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Code source
Charles III : le sacre du fils mal-aimé

Code source

Play Episode Listen Later Sep 21, 2022 22:38


Aucun autre héritier de la couronne britannique n'avait attendu aussi longtemps pour monter sur le trône. Le prince Charles, fils aîné d'Elizabeth II, est devenu roi le 8 septembre dernier à l'âge de 73 ans, le jour où la monarque s'est éteinte au terme de sept décennies de règne.Pendant longtemps, le prince de Galles n'a pas eu la cote. Dans les années 1990, alors qu'il est marié à la princesse Diana, la liaison qu'il entretient avec Camilla Parker Bowles, son premier amour, ternit son image aux yeux des Britanniques. Face à un tel scandale, nombreux sont ceux qui doutent alors de sa capacité à régner un jour.Ces dernières années, Charles se préparait de plus en plus à son rôle de futur roi, tout en conservant une certaine liberté de parole. Pour Code source, Charles de Saint-Sauveur, journaliste à la cellule récit du Parisien, retrace la si longue attente de Charles III.Ecoutez Code source sur toutes les plateformes audio : Apple Podcast (iPhone, iPad), Google Podcast (Android), Podcast Addict ou Castbox, Deezer, Spotify.Crédits. Direction de la rédaction : Pierre Chausse - Rédacteur en chef : Jules Lavie - Reporter : Ambre Rosala - Production : Clara Garnier-Amouroux, Emma Jacob et Thibault Lambert - Réalisation et mixage : Julien Montcouquiol - Musiques : François Clos, Audio Network, Epidemic Sound - Identité graphique : Upian - Archives : INA, BBC Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

Si tu écoutes, j'annule tout
C'est un petit pas pour les femmes, un grand pas pour les pensions alimentaires du Prince Albert de Monaco

Si tu écoutes, j'annule tout

Play Episode Listen Later Sep 21, 2022 4:56


durée : 00:04:56 - Le journal de presque 17h17 - En plus de la mobilisation partielle, Poutine a brandi la menace nucléaire, le ministre de la Santé a annoncé que « La pilule du lendemain sera gratuite pour toutes les femmes », et une mystérieuse boule de feu qui illumine le ciel et affole des centaines de Britanniques, c'est l'actu du jour !

Par Jupiter !
C'est un petit pas pour les femmes, un grand pas pour les pensions alimentaires du Prince Albert de Monaco

Par Jupiter !

Play Episode Listen Later Sep 21, 2022 4:56


durée : 00:04:56 - Le journal de presque 17h17 - En plus de la mobilisation partielle, Poutine a brandi la menace nucléaire, le ministre de la Santé a annoncé que « La pilule du lendemain sera gratuite pour toutes les femmes », et une mystérieuse boule de feu qui illumine le ciel et affole des centaines de Britanniques, c'est l'actu du jour !

Choses à Savoir ÉCONOMIE
Au Royaume Uni les billets vont-ils changer ?

Choses à Savoir ÉCONOMIE

Play Episode Listen Later Sep 19, 2022 2:13


Le décès de la Reine Elizabeth II a plongé le Royaume-Uni dans une période de deuil qui devrait prendre fin à l'issue des funérailles de la souveraine, qui seront célébrées demain. La mort de la Reine, qui marque la fin d'une époque, devrait avoir des conséquences dans la vie même des Britanniques. En effet, depuis 1960, l'effigie de la souveraine figure notamment sur les pièces et les billets de banque. Les organismes en charge de l'émission de ces signes monétaires ont assuré qu'ils continueront à avoir un cours légal. Les Anglais pourront donc continuer à les utiliser. Un long processus de remplacement Le processus de remplacement, qui devrait substituer les actuels pièces et billets par d'autres à l'effigie du nouveau Roi, Charles III, devrait être très lent. D'après les spécialistes, il faudrait des mois, et même peut-être des années, pour le mener à bien. À titre d'exemple, il a fallu près d'un an et demi pour rappeler les anciens billets de 50 livres et mettre en circulation le nouveau billet. Il est d'ailleurs possible que la mise en place des nouvelles pièces de monnaie prenne encore plus de temps. En attendant que tous les signes monétaires à l'effigie d'Elizabeth II soient retirés de la circulation, tous les billets et pièces pourront être utilisés, aussi bien ceux à l'effigie de la défunte Reine que ceux qui affichent le visage du nouveau Roi. Mais le visage de la Reine n'apparaît pas seulement sur la monnaie britannique, il s'affiche sur une trentaine de devises supplémentaires. Aussi chaque pays concerné prendra-t-il des mesures spécifiques pour remplacer les actuels pièces et billets. Ainsi, l'Australe a prévu que les nouvelles pièces à l'effigie de Charles III seront mises en circulation dès l'année prochaine. On sait que, sur les nouvelles pièces, c'est le profil gauche du nouveau monarque qui apparaîtra. Il est en effet d'usage de changer ce profil royal au début de chaque règne. Mais Charles III et ses ministres devront approuver le choix du visage qui s'affichera finalement sur les pièces et les billets. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

C dans l'air
CDLA L'INVITÉ – MICHEL BARNIER – 19/09/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Sep 19, 2022 12:37


EUROPE / GRANDE-BRETAGNE : ET MAINTENANT ? – 19/09/22 MICHEL BARNIER Ancien négociateur en chef de l'Union Européenne pour le Brexit Les funérailles de la reine Elizabeth II se dérouleront aujourd'hui sous très haute sécurité à Londres. Au total, 2000 personnes ont été invitées et les chefs d'Etat seront présents pour ce dernier hommage. Le rituel britannique des funérailles d'Etat est l'occasion de renforcer la légitimité de la monarchie dans un contexte où beaucoup de Britanniques restent très critiques de cette monarchie mais où le monde entier reste fasciné par Elizabeth II et la monarchie britannique. Michel Barnier reviendra sur l'avenir de cette monarchie, sur l'importance de l'entente cordiale entre la France et le Royaume-Uni, dans un contexte où Liz Truss a refusé de qualifier Emmanuel Macron d'ennemi ou d'ami.

Le journal RTL
ÉCLAIRAGE - Tout ce qu'il faut savoir sur les funérailles de la reine Elizabeth II

Le journal RTL

Play Episode Listen Later Sep 19, 2022 2:57


Une journée riche en émotions attend les Britanniques. C'est ce lundi 19 septembre que se déroulent les funérailles de leur Reine Elizabeth II à Westminster, dans le centre de Londres. Une partie de la ville est d'ailleurs fermée à la circulation toute la journée, tous les accès piéton sont balisés avec des grilles, et il y a des policiers sur toutes les routes qui mènent aux endroits stratégiques. Mais tout se passe dans le calme. Tout le monde respecte les consignes... Tout est très bien balisé, organisé, millimétré. Il faut dire que la ville se prépare à ces funérailles depuis des décennies.

Les journaux de France Culture
Le dernier voyage d'Elisabeth II

Les journaux de France Culture

Play Episode Listen Later Sep 19, 2022 14:49


durée : 00:14:49 - Journal de 22h - De Londres à Windsor, des millions de Britanniques ont suivi aujourd'hui les funérailles grandioses de leur reine. Certains anonymes ont même pu assister à la cérémonie à l'abbaye de Westminster. La souveraine a été inhumée ce soir en son château de Windsor.

L'info en intégrale - Europe 1
Funérailles d'Elizabeth II, Assemblée générale de l'ONU... Le programme chargé d'Emmanuel Macron

L'info en intégrale - Europe 1

Play Episode Listen Later Sep 19, 2022 1:28


À l'occasion des funérailles de la reine Elizabeth II ce lundi à Londres, près de 500 dirigeants ont fait le déplacement. Pour assurer leur sécurité, les Britanniques ont fait quelques recommandations comme éviter de prendre un vol privé ou prendre des bus spécialement affrétés. Mais tous les dirigeants, comme Emmanuel Macron, n'ont pas forcément respecté ces consignes.

C dans l'air
CHARLES III : UN ROI SOUS HAUTE SURVEILLANCE - 17/09/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Sep 17, 2022 65:36


CHARLES III : UN ROI SOUS HAUTE SURVEILLANCE - 17/09/22 Invités : ANTHONY BELLANGER Éditorialiste, spécialiste des questions internationales – « France Inter » MARIE-CÉLINE DANIEL Maîtresse de conférences en civilisation britannique – Sorbonne Université CLÉMENCE FOURTON Maîtresse de conférences en études anglophones – Science Po Lille VINCENT MEYLAN Rédacteur en chef – « Point de vue » ÉRIC ALBERT – En direct de Londres Journaliste correspondant à Londres – « Le Monde » 7 kilomètres de queue et une nuit blanche. C'est l'épreuve à endurer pour les visiteurs voulant se recueillir devant le cercueil de la reine Elizabeth II au Parlement de Westminster, à Londres. Depuis mercredi, chacun se voit donner un bracelet électronique indiquant sa position, facilitant ainsi les allées et venues vers les toilettes et ravitaillements de nourriture. Ils devraient être ainsi près d'un million à passer ainsi quelques secondes devant la dépouille de la reine. Un engouement à peine croyable, qui souligne la grande émotion outre-manche depuis le décès de celle qui régna 70 ans. Le recueillement durera jusqu'à lundi matin, jour des funérailles à l'abbaye de Westminster. Près de 2.000 personnes ont été conviées par la famille royale, dont quelque cinq cents chefs d'État et monarques du monde entier. Seront ainsi réunis Emmanuel Macron, Joe Biden, Jair Bolsonaro et Recep Tayyip Erdogan, parmi tant d'autres. Alors que Vladimir Poutine, persona non grata, sera absent. La foule aussi devrait être conséquente ce jour-là, l'organisation de ces funérailles est donc un immense défi en matière de sécurité. Si Elizabeth II jouissait d'une grande popularité, son successeur, Charles III risque cependant de crisper le peuple britannique. Ses énervements récents, filmés et longuement commentés dans les médias, montre un homme nerveux qui ne contrôle pas son image, bien loin de la sérénité apparente de sa mère. Pendant ce temps, à Belfast en Irlande du Nord, le décès de la monarque plonge les unionistes dans l'incertitude. Car l'Irlande du Nord ne connaît la paix que depuis 1998, et celle-ci reste fragile. Profondément dévoués à la reine Elizabeth II, les unionistes craignent ainsi que leur cause, l'appartenance au Royaume-Uni, soit plus menacée que jamais, dans un contexte politique bouleversé par le Brexit et la progression historique des nationalistes républicains, partisans d'une réunification avec la République d'Irlande voisine. Enfin, la répartition du colossal héritage de la reine pose question. Elizabeth II laisse derrière elle le patrimoine de la famille Windsor, la plus riche du Royaume-Uni. Elle disposait aussi d'une fortune personnelle de 425 millions d'euros, de biens immobiliers, d'une collection de timbres ou encore de chevaux. Le nouveau roi Charles III devrait empocher la plus grosse part, sans droits de succession. Une abondance qui donne du grain à moudre aux partisans de l'abolition de la monarchie. Celle-ci ayant de surcroît été mentionnée en 2017 dans le scandale des Paradise Papers qui pointait les placements de la reine dans des paradis fiscaux. Alors, comment analyser la ferveur populaire autour de la dépouille d'Elizabeth II ? Charles III peut-elle fâcher les Britanniques avec la monarchie ? Quelles seront les conséquences du décès de la reine en Irlande du Nord ? Quel sera l'héritage de chacun des membres de la famille royale ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Invité Afrique
Décès d'Elizabeth II: «De nombreux territoires africains ont eu des réactions contrastées»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Sep 16, 2022 5:01


Depuis la mort d'Elizabeth II, les hommages affluent de par le monde. Mais certaines voix discordantes se font entendre, notamment en Afrique, chez les anciennes colonies britanniques. Ce qui rappelle certains épisodes sombres de la décolonisation à partir des années 1950, qui se sont notamment déroulés sous le règne d'Elizabeth II. Entretien avec Maud Michaud, maîtresse de conférences à l'université du Mans, spécialiste de la décolonisation britannique. À la mort d'Élizabeth II, les Combattants pour la liberté économique (EEF), parti d'idéologie panafricaniste, en Afrique du Sud, ont dit qu'ils ne pleuraient pas la reine. J'imagine que ce n'est pas une surprise cette réaction ? Maud Michaud : Ce n'est pas vraiment une surprise en effet. Il y a de nombreux territoires en Afrique qui ont des réactions contrastées à la mort de cette reine, qui a été reine à un moment où le Royaume-Uni était encore à la tête de nombreux territoires sur le continent africain et qui a donc vu le vent du changement souffler sur tous ces territoires qui sont devenus indépendants dans les années 1950-1960, parfois dans la violence. La violence a été particulièrement forte au Kenya où les réactions ont également été très partagées au décès d'Élizabeth II. La guerre de décolonisation était très sanglante. Que s'est-il passé ? La décolonisation du Kenya a été marquée par le sang et la violence, car c'est un territoire qui faisait un peu exception. C'était l'une des rares colonies de peuplement du continent africain où petit à petit, des colons, notamment des aristocrates, se sont installés sur ces terres qui étaient réputées très fertiles et plus saines que l'Afrique de l'Ouest, et ont créé là-bas de grands domaines de plantation de thé et de café notamment, en déplaçant et en expropriant des agriculteurs autochtones, notamment ceux qui appartenaient à l'un des peuples kényans bantous, qui s'appelait les Kikuyus. Et dans les années 1950, certains de ces agriculteurs décident de se rebeller contre cette présence de colons britanniques blancs qui les ont expropriés, qui les empêchent de voyager librement également et qui décident d'essayer de faire valoir leurs droits contre cette minorité blanche. On parle d'environ 10 000 colons blancs qui tiennent à la fois les institutions politiques du pays, mais également, bien entendu, toute l'économie qui tourne autour de l'agriculture de ce pays. Cela a été la révolte de ce qu'on a appelé des « Mau Mau ». Comment l'empire britannique a tenté de briser ce mouvement ? Les Mau Mau étaient au départ une société secrète qui utilisait des méthodes assez violentes, notamment à l'encontre d'autres Kényans, d'autres Kikuyus qui, selon eux, collaboraient avec les Britanniques. On assiste à des actes terroristes, des assassinats et les Britanniques déclarent l'état d'urgence en 1952 pour lutter contre cette société secrète. Et la façon dont les Britanniques ont maté cette rébellion, en tuant, en exécutant, en pendant les rebelles -on estime qu'il y a environ 20 000 rebelles tués durant cette période, de 1952 en gros jusqu'à 1960-, notamment en utilisant des camps de détention, des camps de travail. Et durant très longtemps, le gouvernement britannique a bien fait en sorte de cacher toutes les archives qui pouvaient documenter cet épisode sanglant de la décolonisation de l'empire britannique. Je pense que ce qui s'est passé en 2013 avec la compensation et les excuses formelles qui ont été données à certains vétérans ont en fait ouvert la porte à d'autres demandes de la part d'autres territoires du Commonwealth aujourd'hui, ou tout simplement de l'ancien empire britannique. Donc, c'est des procès qui sont peut-être à venir puisque l'institution, qu'est la monarchie, a du mal encore à regarder en face et à documenter, à offrir la documentation nécessaire pour que des enquêtes d'historiens soient faites sur ces problématiques. En 2013, le procès, qui a ainsi vu certains Mau Mau gagner et être compensés pour les torts et les tortures qu'ils avaient subies dans les années 1950 au Kenya, avait été rendu possible grâce au travail d'historiens. On pourrait répondre quelque part que la reine Élizabeth II n'y est pour rien dans ces violences ? Tout à fait, bien entendu. Ce n'est certainement pas la reine qui a ordonné que ces révoltes soient matées dans le sang, mais son gouvernement, son administration coloniale et ceux qui la représentaient dans ces territoires le faisaient en son nom, puisque c'était bien une colonie de la Couronne. Un autre pays africain où la décolonisation a entraîné des troubles, c'est le Ghana. Pourtant, l'empire britannique a géré ce processus très différemment de celui du Kenya. Les violences ont été bien moindres. Pourquoi et comment cela s'est passé au Ghana ? Les discussions avec les leaders indépendantistes se faisaient beaucoup plus sereinement. Et il est vrai que pendant un moment, le Ghana a pu faire figure de décolonisation modèle. C'est le premier territoire qui devient indépendant de l'empire britannique grâce aux actions du président Kwame Nkrumah. On a en tête les images de la reine Élizabeth qui danse avec Kwame Nkrumah lors d'un sommet où elle semble avoir voulu justement montrer que, même si le Ghana était devenu indépendant, il faisait partie de la grande famille du Commonwealth. Donc, au Ghana, les choses se sont passées vraiment complètement autrement, même en dehors du continent africain.

L'info en intégrale - Europe 1
Elizabeth II : à la City de Londres, les affaires continuent malgré la mort de la reine

L'info en intégrale - Europe 1

Play Episode Listen Later Sep 16, 2022 1:28


Alors que des milliers de Britanniques pleurent la disparition de leur monarque, dans le quartier financier de la capitale, le business a pris le pas sur l'émotion. Pour les travailleurs qu'Europe 1 a rencontrés, la vie et surtout le travail continuent, d'autant plus que la mort de la reine n'a pas eu de conséquences sur les marchés financiers.

Maintenant, vous savez
Qui est Liz Truss, la nouvelle première ministre britannique ?

Maintenant, vous savez

Play Episode Listen Later Sep 16, 2022 4:03


Le 6 septembre 2022, Liz Truss est devenue Première Ministre du Royaume-Uni, à la suite de son élection comme chef du Parti conservateur. Dans cet épisode, on vous en apprend plus sur le parcours de cette femme politique. C'était le 7 juillet 2022, après de nombreux scandales et des démissions sans précédents, Boris Johnson s'est résigné : il a dit au revoir au 10 Downing Street et a quitté ses fonctions de Premier Ministre et de chef du Parti conservateur. La question se posait alors, qui pour le remplacer ? Après un suffrage au sein du parti, le 5 septembre 2022, c'est Liz Truss, 47 ans, qui remporte la bataille avec 57% des voix.  Quel est le parcours de Liz Truss ? Que pensent les Britanniques de cette nomination ? Et maintenant que la Reine est décédée, que va-t-il se passer pour Liz Truss ? Ecoutez la suite de cet épisode de "Maintenant vous savez". Un podcast écrit et réalisé par Maële Diallo. A écouter aussi : Qu'est-ce que l'opération London Bridge ? Qu'est-ce que l'adhésion à l'Union européenne ? Qu'est-ce que le Polexit ? Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Le grand journal du soir - Matthieu Belliard
L'opération séduction de Kate et William auprès des Britanniques

Le grand journal du soir - Matthieu Belliard

Play Episode Listen Later Sep 15, 2022 14:33


Aujourd'hui dans "Punchline", Laurence Ferrari et ses invités reviennent sur la première apparition en couple de Kate et William à Sandringham, dans le Norfolk, depuis le décès de la reine Elizabeth II.

Le grand journal du soir - Matthieu Belliard
Hommage à Elizabeth II : l'interminable attente à Westminster Hall

Le grand journal du soir - Matthieu Belliard

Play Episode Listen Later Sep 15, 2022 6:39


Aujourd'hui dans "Punchline", Laurence Ferrari et ses invités reviennent sur l'hommage rendu par les Britanniques à la reine d'Angleterre.

Débat du jour
À quoi servent les monarchies?

Débat du jour

Play Episode Listen Later Sep 15, 2022 29:30


Une semaine après le décès de la Reine Elizabeth II, nous nous interrogeons sur le rôle des monarchies encore en place aujourd'hui dans le monde. L'adage veut que le roi règne, mais ne gouverne pas. Que signifie cette mission d'autorité et jusqu'où va-t-elle ?  Comment expliquer la fascination qui perdure encore aujourd'hui à l'égard des familles royales, comme l'illustrent ces milliers de Britanniques prêts à faire la queue pendant de longues heures pour se recueillir devant le cercueil d'Elizabeth II ? Comment les monarchies s'adaptent-elles aux évolutions des sociétés ?   Pour en débattre : - Benoît Pellistrandi, historien, spécialiste de l'Espagne contemporaine, professeur en Classes préparatoires au Lycée Condorcet à Paris, auteur du livre Les fractures de l'Espagne (Folio Histoire, mars 2022)  - Frédéric Rouvillois, professeur de Droit public à l'Université Paris Cité, auteur du livre Être (ou ne pas être) républicain (Les éditions du Cerf, 2015)  - Aurélie Duffy-Meunier, professeure de Droit public à la Faculté de Droit et de Science politique d'Aix-Marseille Université, auteure du livre La protection des droits et des libertés au Royaume-Uni (LGDJ, 2007). 

Débat du jour
À quoi servent les monarchies?

Débat du jour

Play Episode Listen Later Sep 15, 2022 29:30


Une semaine après le décès de la Reine Elizabeth II, nous nous interrogeons sur le rôle des monarchies encore en place aujourd'hui dans le monde. L'adage veut que le roi règne, mais ne gouverne pas. Que signifie cette mission d'autorité et jusqu'où va-t-elle ?  Comment expliquer la fascination qui perdure encore aujourd'hui à l'égard des familles royales, comme l'illustrent ces milliers de Britanniques prêts à faire la queue pendant de longues heures pour se recueillir devant le cercueil d'Elizabeth II ? Comment les monarchies s'adaptent-elles aux évolutions des sociétés ?   Pour en débattre : - Benoît Pellistrandi, historien, spécialiste de l'Espagne contemporaine, professeur en Classes préparatoires au Lycée Condorcet à Paris, auteur du livre Les fractures de l'Espagne (Folio Histoire, mars 2022)  - Frédéric Rouvillois, professeur de Droit public à l'Université Paris Cité, auteur du livre Être (ou ne pas être) républicain (Les éditions du Cerf, 2015)  - Aurélie Duffy-Meunier, professeure de Droit public à la Faculté de Droit et de Science politique d'Aix-Marseille Université, auteure du livre La protection des droits et des libertés au Royaume-Uni (LGDJ, 2007). 

L'info en intégrale - Europe 1
Exposition du cercueil d'Elizabeth II : quel est le protocole mis en place ?

L'info en intégrale - Europe 1

Play Episode Listen Later Sep 14, 2022 1:30


Le cercueil de la reine Elizabeth II est arrivé mardi soir au palais de Buckingham Palace, à Londres. Il partira ce mercredi à Westminster Hall où il restera exposé jusqu'aux funérailles prévues lundi. Des milliers de Britanniques sont impatients de rendre un dernier hommage à leur souveraine. Mais que pourront voir les privilégiés ?

C dans l'air
CDLA - VOS QUESTIONS SMS - 10.09.2022

C dans l'air

Play Episode Listen Later Sep 12, 2022 6:33


"God save the King !" Charles III, 73 ans, a été officiellement proclamé roi du Royaume-Uni ce matin lors d'une réunion du Conseil d'accession à Londres. Ce conseil s'est tenu au palais Saint-James et la proclamation a été lue en public une heure plus tard du balcon de cette résidence. Quarante-et-un coups de canon ont été tirés pour saluer l'événement. Quelque 200 personnes étaient présentes, dont la nouvelle reine consort Camilla et le prince William, nouvel héritier du trône. Après la cérémonie de proclamation, le Parlement britannique doit siéger pour faire vœu d'allégeance et exprimer ses condoléances. Le nouveau roi recevra ensuite la Première ministre puis les principaux ministres dans l'après-midi. Hier soir, le roi Charles III a prononcé sa première allocution télévisée comme souverain après la mort de la reine Elizabeth II, sa mère. Il a promis de servir les Britanniques « tout au long de sa vie » et a également rendu un hommage appuyé pour la défunte reine, « sa maman chérie », qu'il remercie à la fin de son discours avec une émotion rare chez un souverain britannique pour une prise de parole publique. Cet avènement marque la fin d'une ère. Peut-être aussi celle d'une pratique du pouvoir monarchique, notamment l'observance d'une réserve quant à la conduite politique du pays. Charles III s'était en effet fait remarquer ces dernières années comme ne respectant pas la neutralité de la couronne. Dès 2018, il avait pourtant tenu à se montrer rassurant dans une interview à la BBC en déclarant qu'il ne ferait pas la même chose une fois devenu roi. « Le rôle de monarque et celui de prince de Galles sont totalement différents. Je ne serai pas un roi intrusif », avait-il affirmé. Seule quasi-certitude, en tant que grand défenseur de l'environnement, le désormais roi Charles III devrait porter haut le combat écologique pour lequel il est engagé depuis de nombreuses années. Le règne de Charles III sera-t-il celui du royaume désuni ? Les nations d'Irlande du Nord et d'Ecosse pourraient ne pas rester fidèle à Londres. La nouvelle Première ministre britannique devra rapidement intervenir en Ecosse, où le gouvernement local veut organiser un deuxième référendum sur l'indépendance dès octobre 2023. Lors du premier vote, en 2014, 55,3% des Ecossais avaient répondu qu'ils préféreraient rester dans le Royaume-Uni. Depuis, le Brexit est passé par là, compliquant la question : une Ecosse indépendante serait-elle membre de l'UE ? En 2016, 62% de la région votait pour rester dans l'Europe... En Irlande du Nord, le Brexit a également changé la donne, créant de fait une frontière avec l'île de Grande-Bretagne. Face au blocage des institutions politiques locales et après des mois de négociations infructueuses la situation est compliquée. Mais au-delà du Royaume-Uni, la question de l'avenir du Commonwealth se pose. Signifiant littéralement "Richesse commune", l'organisation, œuvre de la reine Elizabeth II, a succédé à l'empire britannique. Mais la couronne britannique, qui assure l'unité de ces 56 territoires de l'organisation intergouvernementale, doit faire face à des désirs de divorce. Indépendante depuis 1962, la Jamaïque pourrait suivre l'exemple de la Barbade, devenue une République en novembre. La question se pose également en Australie, où un référendum sur la question avait déjà été organisé en 1999. Loin des pays du Commonwealth, en Grande-Bretagne, c'est la crise économique qui est dans tous les esprits. L'inflation est à plus de 10% et les prix de l'énergie ont explosé. Partout dans le pays, des travailleurs font grève et des manifestants battent le pavé. De nombreux ménages se trouvent contraints de se nourrir auprès des soupes populaires. Charles III va-t-il bousculer les codes de la monarchie britannique ? Le règne de Charles III sera-t-il celui de l'indépendance de l'Ecosse et de la fin du Commonwealth ? Au Royaume-Uni, quel est l'état de l'opinion face à la crise économique ? LES INVITÉ.ES : - Catherine MARSHALL - Professeure d'histoire et de civilisation britannique - Université Cergy Paris - Philip TURLE - Journaliste britannique - “France 24” - Fabrice D'ALMEIDA - Historien, Professeur “Université Panthéon assas” - Marion LHOUR - Journaliste - “france Inter” - Auteure 'My diary, journal intime de la reine' - Agnès-Catherine POIRIER - Journaliste, Correspondante - “L'Express”

Reportage International
Royaume-Uni: ce qu'attendent les Britanniques du règne de Charles III

Reportage International

Play Episode Listen Later Sep 12, 2022 2:40


Le Royaume-Uni continue de pleurer la reine défunte Elizabeth II, dont les funérailles auront lieu le 19 septembre prochain. C'est une période délicate qui s'ouvre pour la monarchie britannique. Charles III, le nouveau roi proclamé à 73 ans, est longtemps resté l'une des figures les moins populaires de la famille royale. Saura-t-il relever ce défi ? De notre envoyé spécial à Londres, L'heure est au recueillement dans cette petite église du centre Londres, située non loin de Picadilly et de Trafalgar Square. Ce matin là, les prières sont dédiées à la reine disparue mais aussi à son fils, le nouveau roi Charles III, explique à la sortie de l'église la révérende Mariama Ifode-Balease. « Comme l'a dit Shakespeare : “lourde est la tête qui porte la couronne”. Donc mon espoir et ma prière, c'est que notre nouveau roi porte cette couronne avec intégrité et dignité », dit-elle. Le roi Charles III a été préparé toute sa vie à ce rôle de monarque. Il peut compter pour y parvenir sur la puissance du faste, de la tradition et de la fascination qu'exerce la Couronne sur les Britanniques, en témoigne l'enthousiasme suscité devant le palais de Buckingham par chacune de ses apparitions. « J'ai pu lui serrer la main il y a quelques minutes, c'est incroyable », s'exclame une Britannique, venue se recueillir. « Il a serré la main de tout le monde et il a dit merci pour les fleurs. Il est en deuil et c'est la dernière chose qu'il souhaite faire, mais il prend sur lui, et il est avec nous ! » ►À lire aussi : Funérailles d'Elizabeth le 19 septembre, les princes font leur apparition Succéder à une reine immensément populaire Mais c'est une tâche difficile qui attend le nouveau roi : succéder à une reine immensément populaire et qui a su incarner la fonction de monarque à la perfection. Parmi les qualités d'Elizabeth II : la capacité à ne jamais donner son avis. « C'est un équilibre très fragile pour le roi, qui doit garder son nez en dehors de la politique. S'il franchit cette ligne, alors il peut perdre les faveurs du public », avertit un Britannique. « La reine, elle ne l'a jamais fait : personne n'a jamais su ce qu'elle pensait… et tout le monde adorait ça ! Je crois que Charles doit trouver cette formule magique, s'il veut avoir le même succès que la reine. » Pour Rebecca, venue déposer un bouquet de fleurs devant le palais, Charles III aura un défi supplémentaire à relever : celui de garantir la stabilité du pays en pleine crise économique. « Ce que la monarchie sait très bien faire dans les moments de crise, c'est rassembler les gens… Un monarque ne doit pas être flamboyant, il doit être un point d'ancrage solide dans les moments difficiles », souligne Rebecca. ►À lire aussi : Devant les parlementaires, le roi Charles III promet de suivre l'exemple d'Elizabeth II Pour assurer l'avenir de la Monarchie, le nouveau roi devra aussi montrer qu'il peut la moderniser. Par exemple, en réduisant le train de vie de la famille royale. Les Britanniques restent attachés à la tradition et à la stabilité apportés par la Couronne, mais ils s'agacent des dépenses somptuaires qui en découlent.

Reportage International
Au Royaume-Uni, le mouvement «Don't Pay UK» prend de l'ampleur

Reportage International

Play Episode Listen Later Sep 11, 2022 2:28


Le Royaume-Uni doit faire face à une crise économique et politique très dure. Les prix de l'énergie notamment ont explosé. Malgré les mesures prises par la cheffe du gouvernement Liz Truss pour limiter l'envolée des factures, certains Britanniques ne pourront pas payer, et d'autres ont décidé de ne pas payer, entraînés par le mouvement « Don't Pay UK », qui multiplie depuis des semaines les manifestations.

C dans l'air
CHARLES III : LE DÉFI D'UN ROYAUME… DÉSUNI ? – 10/09/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Sep 10, 2022 67:03


Invités CATHERINE MARSHALL Professeure d'histoire et de civilisation britannique Université Cergy Paris PHILIP TURLE Journaliste britannique Chroniqueur International - « France 24 » FABRICE D'ALMEIDA Historien, Professeur – Université Panthéon Assas MARION LHOUR Journaliste - « France Inter » Auteure « My diary, journal intime de la reine » AGNÈS-CATHERINE POIRIER – En direct de Londres Correspondante en Grande-Bretagne - « L'express » "God save the King !" Charles III, 73 ans, a été officiellement proclamé roi du Royaume-Uni ce matin lors d'une réunion du Conseil d'accession à Londres. Ce conseil s'est tenu au palais Saint-James et la proclamation a été lue en public une heure plus tard du balcon de cette résidence. Quarante-et-un coups de canon ont été tirés pour saluer l'événement. Quelque 200 personnes étaient présentes, dont la nouvelle reine consort Camilla et le prince William, nouvel héritier du trône. Après la cérémonie de proclamation, le Parlement britannique doit siéger pour faire vœu d'allégeance et exprimer ses condoléances. Le nouveau roi recevra ensuite la Première ministre puis les principaux ministres dans l'après-midi. Hier soir, le roi Charles III a prononcé sa première allocution télévisée comme souverain après la mort de la reine Elizabeth II, sa mère. Il a promis de servir les Britanniques « tout au long de sa vie » et a également rendu un hommage appuyé pour la défunte reine, « sa maman chérie », qu'il remercie à la fin de son discours avec une émotion rare chez un souverain britannique pour une prise de parole publique. Cet avènement marque la fin d'une ère. Peut-être aussi celle d'une pratique du pouvoir monarchique, notamment l'observance d'une réserve quant à la conduite politique du pays. Charles III s'était en effet fait remarquer ces dernières années comme ne respectant pas la neutralité de la couronne. Dès 2018, il avait pourtant tenu à se montrer rassurant dans une interview à la BBC en déclarant qu'il ne ferait pas la même chose une fois devenu roi. « Le rôle de monarque et celui de prince de Galles sont totalement différents. Je ne serai pas un roi intrusif », avait-il affirmé. Seule quasi-certitude, en tant que grand défenseur de l'environnement, le désormais roi Charles III devrait porter haut le combat écologique pour lequel il est engagé depuis de nombreuses années. Le règne de Charles III sera-t-il celui du royaume désuni ? Les nations d'Irlande du Nord et d'Ecosse pourraient ne pas rester fidèle à Londres. La nouvelle Première ministre britannique devra rapidement intervenir en Ecosse, où le gouvernement local veut organiser un deuxième référendum sur l'indépendance dès octobre 2023. Lors du premier vote, en 2014, 55,3% des Ecossais avaient répondu qu'ils préféreraient rester dans le Royaume-Uni. Depuis, le Brexit est passé par là, compliquant la question : une Ecosse indépendante serait-elle membre de l'UE ? En 2016, 62% de la région votait pour rester dans l'Europe... En Irlande du Nord, le Brexit a également changé la donne, créant de fait une frontière avec l'île de Grande-Bretagne. Face au blocage des institutions politiques locales et après des mois de négociations infructueuses la situation est compliquée. Mais au-delà du Royaume-Uni, la question de l'avenir du Commonwealth se pose. Signifiant littéralement "Richesse commune", l'organisation, œuvre de la reine Elizabeth II, a succédé à l'empire britannique. Mais la couronne britannique, qui assure l'unité de ces 56 territoires de l'organisation intergouvernementale, doit faire face à des désirs de divorce. Indépendante depuis 1962, la Jamaïque pourrait suivre l'exemple de la Barbade, devenue une République en novembre. La question se pose également en Australie, où un référendum sur la question avait déjà été organisé en 1999. Loin des pays du Commonwealth, en Grande-Bretagne, c'est la crise économique qui est dans tous les esprits. L'inflation est à plus de 10% et les prix de l'énergie ont explosé. Partout dans le pays, des travailleurs font grève et des manifestants battent le pavé. De nombreux ménages se trouvent contraints de se nourrir auprès des soupes populaires. ​Charles III va-t-il bousculer les codes de la monarchie britannique ? Le règne de Charles III sera-t-il celui de l'indépendance de l'Ecosse et de la fin du Commonwealth ? Au Royaume-Uni, quel est l'état de l'opinion face à la crise économique ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Affaires étrangères
Mort d'Elizabeth II : royauté et identité britanniques en question

Affaires étrangères

Play Episode Listen Later Sep 10, 2022 59:43


durée : 00:59:43 - Affaires étrangères - par : Christine Ockrent - Ce jeudi vers 19H30, le palais de Buckingham annonçait que la reine Elizabeth II s'était éteinte "paisiblement" dans son château de Balmoral. A 96 ans, après 70 ans de règne, sa majesté laisse les 56 états du Commonwealth orphelins. Que représente ce royaume de 2.5 milliards d'habitants ? - invités : Pauline Schnapper Professeure de civilisation britannique à l'université Sorbonne Nouvelle; Jonathan Fenby Journaliste et essayiste britannique; Robert Frank Historien, professeur émérite à l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.; Charles Grant Directeur du Centre for European Reform

C dans l'air
ELIZABETH II : UNE ÉMOTION MONDIALE – 09/09/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Sep 9, 2022 63:56


EXPERTS CHRISTOPHE BARBIER Éditorialiste politique Conseiller de la rédaction - « Franc-Tireur » FRANCK FERRAND Directeur de « La Cité de l'Histoire » MARION VAN RENTERGHEM Grand reporter - « L'Express » GEORGINA WRIGHT Directrice du programme Europe - Institut Montaigne ÉRIC ALBERT – En direct de Londres Journaliste - Correspondant à Londres - « Le Monde » Elizabeth II : la fin d'une ère Après 70 ans de règne, Elizabeth II, la reine du Royaume-Uni est morte hier à 96 ans. Depuis l'annonce de son décès les hommages se multiplient dans le pays. Dans la capitale, des milliers de personnes se sont rassemblées devant Buckingham Palace pour rendre hommage à la défunte reine. Le gouvernement britannique est «uni dans son soutien» au nouveau roi Charles III qui a accédé au trône à la suite du décès de sa mère Elizabeth II, a indiqué Downing Street à l'issue d'un Conseil des ministres extraordinaire. Charles III et son épouse Camilla ont atterri à l'aéroport de Northolt, dans l'ouest de Londres. Le roi avait quitté le château de Balmoral en Ecosse en début d'après-midi. Il s'adressera aux Britanniques à 19h heure de Paris lors de sa première allocution télévisée comme souverain, a annoncé Lindsay Hoyle. Ce dernier indique que la séance d'hommages au Parlement serait suspendue "pendant que Sa Majesté le Roi s'adresse à la nation". Le roi sera proclamé demain à 10 heures du matin heure de Londres, au sein du palais St James, a déclaré le palais de Buckingham. Le cercueil d'Elizabeth II sera d'abord été exposé à Holyrod Palace, avant une cérémonie à la Cathédrale St Giles d'Edimbourg et un transfert à Londres en train royal. Il doit arriver à la salle du trône du palais de Buckingham. La dépouille de la reine sera déplacée à Westminster Hall, lieu du Parlement, dans une chapelle ardente ouverte au public, pour trois jours. Au dixième jour après la mort d'Elizabeth II se tiendront ses funérailles à l'abbaye de Westminster. Tout autour de la planète, de nombreux chefs d'Etat et officiels ont réagi à l'annonce de la mort de sa mère Elizabeth II, notamment le président français et le secrétaire général de l'ONU. Le président de la République s'est rendu ce vendredi matin à l'ambassade du Royaume-Uni à Paris. Le président y a signé le registre de condoléances et déposé une rose blanche, symbole du peuple anglais, devant le portrait de la reine. Avec la mort de la souveraine, c'est une page de l'histoire du pays qui se tourne. En 70 ans de règne, elle aura nommé et côtoyé pas moins de 15 Premiers ministres. La dernière, Liz Truss, fut nommé tout juste deux jours avant son décès. Chaque mardi, la reine recevait le chef du gouvernement, qui lui faisait part de ses projets pour le Royaume-Uni et recevait en échange des conseils, que Tony Blair jugeait « extrêmement précieux ». Une très stricte confidentialité entourait ces entretiens. Montée sur le trône à 25 ans, en 1952, après la mort de son père George VI, Elizabeth II a hérité d'un premier ministre historique : Winston Churchill. Pour son départ en 1955, la reine et le prince Philippe dîneront à Downing Street. Une rumeur tenace assure que le premier ministre préféré d'Elizabeth II fut le travailliste Harold Wilson, en poste de 1964 à 1970, puis de 1974 à 1976. La relation entre la reine et Margaret Thatcher aura, elle, fait les gros titres des tabloïds britanniques. La dame de fer gouvernera 11 ans et libéralisera l'économie du royaume, entraînant parfois des tensions avec Elizabeth II. Ses relations auront été beaucoup plus cordiales avec Tony Blair, élu en 1997. Ces dernières années, le Brexit aura entrainé une grande instabilité politique dans le pays et Elizabeth II aura côtoyé tour à tour David Cameron, Theresa May, Boris Johnson et enfin Liz Truss. Elizabeth II était également la cheffe de la famille royale. De son mariage avec Philip Mountbatten seront nés quatre enfants : Charles, Anne, Andrew et Edward. Ils donneront à Elizabeth et à Philip huit petits-enfants. Les tensions et soubresauts au sein de sa famille n'ont pas manqué, des relations avec sa sœur Margaret, à celles entre son fils héritier Charles et Lady Diana ou encore du prince Harry avec Meghan Markle. Avec, toujours, le peuple britannique et le monde pour témoins. DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Le journal de 8H00
Mort d'Elizabeth II : pluie d'hommages, de Balmoral aux artistes du monde entier

Le journal de 8H00

Play Episode Listen Later Sep 9, 2022 16:30


durée : 00:16:30 - Journal de 8 h - Elizabeth II est morte à 96 ans, après 70 ans de règne. Dès l'annonce de son décès ce jeudi soir, des centaines de Britanniques se sont recueillis devant Buckingham à Londres et en Ecosse à Balmoral.

C dans l'air
CDLA L'INVITÉ – STEPHEN CLARKE – 09/09/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Sep 9, 2022 10:26


ELIZABETH II OU L'HUMOUR SOUVERAIN – 09/09/22 STEPHEN CLARKE Journaliste et écrivain britannique Auteur de « Elizabeth II ou l'humour souverain » « C'est un moment de très grande tristesse » a déclaré le nouveau roi, qui prend le nom de Charles III. Le dernier lien des Britanniques avec leur histoire s'est rompu ce jeudi 8 septembre. La reine Élisabeth II, monarque aux 70 ans de règne est décédée à l'âge de 96 ans, entourée de sa famille proche au château de Balmoral, en Écosse. “Elle s'est éteinte paisiblement dans l'après-midi”, a annoncé la famille royale en début de soirée. Les britanniques sont en deuil. Tout au long de la journée jusqu'à tard hier soir, la foule s'est rassemblée devant le palais de Buckingham à Londres mais aussi devant le château de Balmoral, en Écosse, pour rendre hommage à sa reine. De Joe Biden à Emmanuel Macron en passant par Xi Jinping, les hommages se sont multipliés dans le monde. Stephen Clarke reviendra sur l'émotion des Britanniques avec Axel de Tarlé.

C dans l'air
ELIZABETH II : LE ROYAUME UNI DANS L'ANGOISSE – 08/09/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Sep 8, 2022 63:35


EXPERTS FLORENTIN COLLOMP Journaliste - « Le Figaro » Spécialiste Europe, ex-correspondant à Londres ISABELLE RIVÈRE Journaliste et spécialiste de l'histoire des familles royales Auteure de « Naissance d'une reine » CLÉMENCE FOURTON Maîtresse de conférences en études anglophones - Sciences Po Lille JEAN-DOMINIQUE GIULIANI Président de la Fondation Robert Schuman Auteur de « Européen sans complexe » MARIE BILLON – En direct de Londres Correspondante à Londres – « RTL » L'alerte a été donnée aujourd'hui par le palais de Buckingham. Après avoir acté la passation de pouvoir entre Boris Johnson et Liz Truss mardi, la reine d'Angleterre Elizabeth II aurait montré des signes de fatigue et a été placée "sous surveillance médicale" dans son château écossais de Balmoral. Les médecins de la reine se sont dits "préoccupés" par l'état de santé de la souveraine âgée de 96 ans. Elle n'est plus apparue en public depuis la fin du mois de juin, pour des raisons de santé. L'inquiétude est forte pour la famille royale britannique et tous les plus proches parents de la reine sont en route pour l'Ecosse. L'agence Press Association a rapporté que ses quatre enfants seraient présents à son chevet. Son fils héritier Charles, 73 ans, ainsi que la princesse Anne et les princes Andrew et Edward, font route vers Balmoral. Le prince Harry et sa femme Meghan ainsi que le prince William sont aussi attendus sur place. Dans la classe politique britannique, les réactions se multiplient. Mise au courant en pleine annonce d'un plan de lutte contre l'inflation, la Première ministre Liz Truss a pris la parole sur Twitter, déclarant que "le pays tout entier sera profondément préoccupé par les nouvelles en provenance du palais de Buckingham de ce midi". Face aux parlementaires, le président de la Chambre des communes, Lindsay Hole, a assuré la reine et la famille royale de ses meilleurs voeux de rétablissement. Du côté de l'opposition, le leader travailliste Keir Starmer a fait état de sa "profonde inquiétude" concernant l'état de santé de la souveraine, qui vient de fêter sa 70e année de règne. Deux jours après avoir reçu les clés de Downing Street, Liz Truss a donc dévoilé ce jeudi un paquet d'aides massif pour les ménages et les entreprises face à la flambée de l'inflation et des prix de l'énergie. La nouvelle Première ministre, conservatrice tendance thatchérienne, a en parallèle confirmé des baisses d'impôts pour stimuler une économie promise à la récession à la fin de l'année. Le temps presse pour de nombreux ménages britanniques. Leur situation financière ne cesse de s'empirer, à mesure que montent les prix de l'énergie. Ils sont pris à la gorge. Payer leur facture d'énergie est devenu extrêmement coûteux. Que sait-on de l'état de santé d'Elizabeth II ? Quel cap la nouvelle première ministre Liz Truss a-t-elle fixé lors de son arrivée au pouvoir ? Comment font les Britanniques pour boucler leurs fins de mois avec les très coûteuses factures d'énergie ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Lenglet-Co
LENGLET-CO - Les voitures électriques deviennent de moins en moins "propres et économiques"

Lenglet-Co

Play Episode Listen Later Sep 7, 2022 3:35


La recharge d'une voiture électrique va bientôt coûter plus cher aux Britanniques que le plein de carburant équivalent. En France, seul le blocage des prix empêche ce même phénomène.

C dans l'air
CDLA L'INVITÉ : DENIS MACSHANE - 05/09/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Sep 5, 2022 10:11


ANGLETERRE : « LA CRISE LA PLUS GRAVE DEPUIS CHURCHILL » - 05/09/22 Invité DENIS MACSHANE Ancien ministre des Affaires étrangères britannique Deux mois après la démission du premier ministre Boris Johnson et en pleine crise du coût de la vie, les Britanniques connaîtront le nom de leur futur Premier ministre ce lundi 5 septembre. Le vote ouvert aux 200.000 membres du Parti conservateur s'est achevé vendredi 2 septembre. La favorite de ce scrutin est Liz Truss, 47 ans. Elle est l'ancienne cheffe de la diplomatie britannique et devrait l'emporter face à son adversaire de 42 ans, ancien ministre des Finances. Cela sera une très très grande surprise si elle ne gagne pas, a d'ailleurs expliqué John Curtice, politologue à l'Université de Strathclyde, en Écosse, à l'Agence France Presse (AFP). Caroline Roux reviendra sur les enjeux de cette nouvelle élection britannique avec l'ancien ministre des Affaires étrangère sous Tony Blair : Denis MacShane.