Podcasts about rfi

Share on
Share on Facebook
Share on Twitter
Share on Reddit
Copy link to clipboard
  • 438PODCASTS
  • 6,563EPISODES
  • 17mAVG DURATION
  • 6DAILY NEW EPISODES
  • Jan 21, 2022LATEST

POPULARITY

20122013201420152016201720182019202020212022


Best podcasts about rfi

Show all podcasts related to rfi

Latest podcast episodes about rfi

French Podcast
News in Slow French #569 - French course with current events

French Podcast

Play Episode Listen Later Jan 21, 2022 4:11


Dans la première partie de notre émission, nous passerons en revue quelques événements de l'actualité qui ont fait la une des journaux cette semaine. Nous commenterons d'abord les tensions qui s'aggravent entre l'Occident et la Russie, en raison de la crise entre cette dernière et l'Ukraine. Ensuite, nous discuterons de la décision d'un tribunal de Paris d'infliger une amende de 10 000 € au candidat de droite à la présidentielle Éric Zemmour pour incitation à la haine raciale. Puis, nous commenterons de nouvelles découvertes publiées dans la revue Science, qui indiquent que les molécules organiques retrouvées en 1984 dans une météorite venant de Mars ne sont pas des signes de vie, contrairement à ce qu'on pensait auparavant. Enfin, nous parlerons d'une entreprise de services publics britannique, qui a été obligée de s'excuser pour ses conseils offensants sur des moyens de faire des économies d'énergie.    Cette semaine, nous discuterons de la liste des nommés aux Victoires de la musique 2022. Nous parlerons pour finir des appellations « gruyère » et « champagne », alors que certains pays ont autorisé leurs produits locaux à les utiliser. - Échec des négociations entre la Russie et l'Ukraine - Un candidat de droite à la présidentielle française condamné à une amende de 10 000 euros pour incitation à la haine - Selon une nouvelle étude, les molécules organiques retrouvées dans une météorite martienne ne sont pas un signe de vie - Un fournisseur d'énergie britannique s'excuse pour ses conseils offensants sur des moyens de faire des économies d'énergie - Les Victoires de la musique dévoilent les artistes nommés pour l'édition de 2022 - Gruyère et champagne : le patrimoine français est-il menacé ?

French Podcast
News in Slow French #567 - French course with current events

French Podcast

Play Episode Listen Later Jan 7, 2022 3:39


Dans la première partie de notre émission, nous passerons en revue quelques évènements de l'actualité qui ont fait la une des journaux cette semaine. Nous commencerons par le premier anniversaire de l'insurrection du 6 janvier au Capitole américain, à Washington DC. Ensuite, nous commenterons la fermeture à Hong Kong de médias indépendants jugés séditieux par le gouvernement chinois. Puis, dans la partie scientifique de notre émission, nous aborderons les travaux d'une équipe de chercheurs de l'université Juntendo, à Tokyo, sur un nouveau vaccin qui pourrait allonger l'espérance de vie humaine. Enfin, nous discuterons de la décision du ministère russe de la Justice d'ajouter deux membres du groupe punk féministe Pussy Riot à sa liste d'« agents étrangers ».    Cette semaine, nous discuterons de la nouvelle série qui a été diffusée pendant les fêtes : Le Tour du monde en 80 jours. Nous parlerons pour finir du décès des frères Bogdanoff, deux personnalités célèbres de la télévision française. - Anniversaire de l'insurrection du 6 janvier à Washington DC - De nouveaux médias indépendants sont contraints de fermer à Hong Kong - Pourrait-on augmenter notre espérance de vie grâce à un vaccin anti-âge ? - Les punks russes anti-Poutine sont désormais considérés comme des « agents étrangers » - Le Tour du monde en 80 jours, la nouvelle série qui modernise Jules Verne - Mort d'Igor et Grichka Bogdanoff

Enfoque internacional
Francia prohíbe el plástico para embalar frutas y verduras

Enfoque internacional

Play Episode Listen Later Jan 5, 2022 4:09


La nueva norma se suma a la prohibición de las bolsas de plásticos y de los cubiertos desechables. Francia, al igual que otros países europeos buscan reducir la cantidad de plástico que muchas veces acaba contaminando el ecosistema. RFI habló con clientes de un supermercado de París que opinan sobre la medida. En Francia, hasta hace poco era común ver en los estantes de los supermercados calabazas, pepinos, plátanos y tomates envasados en plástico. Además de suscitar la perplejidad cuando contienen tres trozos de manzana o naranja, los envases de plástico que contribuyen a contaminar el medioambiente serán pronto un objeto del pasado. Es precisamente para remediar a los excesos del consumismo y del marketing, que Francia acaba de prohibirles. En virtud de la llamada ley contra el desperdicio y para la economía circular, el gobierno de Emmanuel Macron ha eliminado gradualmente los productos de plástico que formaban parte de nuestro cotidiano a pesar de su peligrosidad para el ecosistema. En un informe entregado al senado francés en 2019, expertos independientes alertaban sobre  el entierro de 900.000 toneladas de plástico anualmente en Francia. Tras prohibir las bolsas de supermercados en 2017 y los cubiertos de un solo uso en 2020, desde el 1° de enero de 2022 se prohíbe también el embalaje de plástico para una treintena de frutas y verduras. La nueva ley abarca también los confettis, las pajitas (o sorbetes), las tapas de vasos desechables y los palillos para revolver el café. Los supermercados que no cumplen con esta regla se exponen a 15.000 euros de multa. A la salida de un supermercado del sur de la capital francesa, Nathalie, una clienta aplaude la decisión: "No entiendo por qué hemos esperado tanto tiempo para prohibir estos envases de plástico. Son una aberración.” “No digo que dejé de usar totalmente los plásticos. Pero si veo cuatro manzanas o tes kiwis embalados en plásticos, no los compro”, dice a RFI. Unos minutos después, sale otro cliente, Jean-Yves con un paquete de manzanas en las manos. "Acabo de comprar verduras empaquetadas en una caja de cartón. Es mejor para el reciclaje, supongo. Y utilizo una bolsa de tejido que puedo reutilizar, ya me adapté para no usar plásticos”, asegura. Alexandre, otro cliente, estima que “debemos ir más lejos: y quizás resistir a los lobbies que nos incitan a utilizar tantos empaques. Cuando saco mi basura, me doy cuenta que aún usamos mucho plástico. Trato de evitarlos, pero no siempre es posible para algunos productos que me gustan. Por otra parte, compro a granel en una tienda de frutas y verdura”. Prohibir los plásticos desechables era una petición de larga data de los ecologistas. Pero la medida no satisface a todo el mundo. "Yo lo veo como una restricción adicional para los consumidores. Siempre tendremos que embalar los productos”, estima una jubilada. “Además, hay personas mayores que no saben cómo pesar sus productos. El plástico es práctico, pero supimos prescindir de las bolsas de plástico, entonces quizás nos acostumbraremos a prescindir de estos envases también... Es para el planeta, no nos queda de otra", agrega. El sector de frutas y hortalizas ha sido el más crítico contra esta medida. Algunos productores invirtieron en máquinas empacadoras de frutas de hasta 100.000 euros. Una empresa del valle del Loira que produce decenas de miles de toneladas de manzanas anualmente y que introdujo un embalaje 100% de cartón hace 3 años, estima que sus costes de embalaje se han disparado en entre 20 y 30%. Por su parte, los productores de fresas o frambuesas obtuvieron concesiones: tendrán plazos adicionales para buscar alternativas al plástico. Y la ley solo concierne los lotes de menos de 1,5 kg de frutas y verduras. Los productores de plástico, críticos también de esta nueva ley, aseguran por su parte que hay que poner el énfasis en el reciclaje. Nathalie Gontard, especialista en reciclaje en el Instituto nacional de agronomía INRAE, estima, por el contrario que el mejor plástico es el que no se produce. "De momento no existe ningún ciclo de reciclaje completo para los plásticos”, recuerda la especialista. “Tomemos el ejemplo de una botella de plástico: el mejor reciclaje consiste en triturarla en limpiarla y descontaminarla para volver a fabricar una nueva botella. Es el llamado reciclaje mecánico, el más común, pero que solo representa el 1% del total de los plásticos. Sin embargo, este procedimiento no puede funcionar de manera indefinida, solo funciona una, dos o trs veces. Luego, esta botella de agua será transformada por ejemplo en un suéter, ¡pero no está bien! Porque implica reemplazar a materiales como el algodón o la lana que no causan ningún daño ecológico, y se destruyen sectores económicos. Entonces no se puede hablar de reciclaje para el plástico”, detalla a RFI. De aquí al 2040, el gobierno francés prevé un plan gradual de eliminación de varios productos hechos con plástico: en 2022 se prohibirán las bolsitas de té e infusiones embaladas con plástico. Luego, les tocará el turno a los envases alimenticios utilizados en comedores escolares, y centros salud.

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité: Covid, Gabon, volcan Nyiragongo

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Jan 5, 2022 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité.  Covid-19 :  raz-de-marée de cas en France. Par Simon Rozé, journaliste au service Sciences de RFI. Gabon - Sport : trois premières mises en examen pour pédophilie. Par Yves-Laurent Goma, correspondant de RFI à Libreville. RDC: le volcan Nyiragongo toujours très actif. Par Adalbert Muhindo, directeur de l'observatoire volcanologique de Goma.   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Noticias de América
Perú es un país 'en la línea roja para la actividad periodística', según experta

Noticias de América

Play Episode Listen Later Jan 5, 2022 2:59


Los periodistas peruanos sufrieron 206 ataques y agresiones en 2021, en un año marcado por las elecciones generales donde fue elegido el presidente Pedro Castillo. Son los resultados de un informe de la Asociación Nacional de Periodistas del Perú.  El 2021 fue un año electoral y de cambio de gobierno en Perú. Los periodistas cubrieron estos eventos y acabaron siendo, en muchos casos, blanco de ataques. En total, la Asociación Nacional de Periodistas del Perú ha documentado 206, en su mayoría amenazas y agresiones físicas y verbales, como desgrana en entrevista con RFI su presidenta, Zuliana Lainez.  Zuliana Lainez: 206 ataques a la prensa hablan de un año bastante turbulento para el ejercicio de la actividad periodística en Perú. Nosotros lo atribuimos, fundamentalmente, a dos cosas: el contexto electoral y el segundo año pandémico, que también sigue presentando dificultades en temas de acceso a la información. De alguna forma también enfrentamientos con fuerzas del orden, especialmente en los primeros meses del 2021, cuando todavía teníamos zonas del país con fuerzas del orden custodiando la movilidad de los ciudadanos. El momento más trágico fue el electoral. Un momento que no culminó solo en abril, con las elecciones congresales y generales, sino que tuvieron una segunda vuelta en junio, con ataques de grupos radicales. En Perú también estamos viviendo el fenómeno de grupos de extrema derecha que estigmatizan a la prensa, muy cercanos a algunos sectores del fujimorismo y que se han convertido en una verdadera pesadilla para reporteros y reporteras que están cubriendo en calle.  RFI: ¿Quizá un linchamiento mediático puede ser peor que una paliza en un callejón?  Zuliana Lainez: Nosotros siempre decimos que, por suerte, no tenemos en Perú el número de periodistas asesinados que hay en México, en Honduras o en buena parte de Centroamérica. O los que tenía hace algunos años Colombia. Pero Perú siempre es un país que está en la línea roja para la actividad periodística porque suele tener cifras muy altas de agresión física, acoso judicial y hoy de hostigamiento en redes. El linchamiento en redes sociales se produce no sólo por ciudadanos comunes sino por esto que nosotros llamamos en Perú “jauría de troles” que, bajo identidades falsas, son fundamentalmente organizados e instigados por aquellos que quieren desaparecer las voces de los periodistas, las voces incómodas, las del periodismo que investiga en contextos electorales o en medio de protesta social o incluso en medio de una pandemia donde también tenemos en el país sectores antivacunas que se mueven con mucha agilidad. Este 2022 tampoco va a ser fácil. Es un año electoral también en Perú, de elecciones locales y regionales, y sabemos que especialmente la prensa regional y local va a estar en el ojo de la tormenta. Un año que va a ser bastante largo en este contexto porque las elecciones son en octubre, pero ya empezó el proceso y ya empezó la estigmatización de nuestros colegas. 

Appels sur l'actualité
[Vos réactions] Covid 19 : le virus progresse-t-il dans votre pays ?

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Jan 5, 2022 20:00


Alors qu'en Europe et aux États-Unis le variant Omicron se propage à une vitesse jamais vue, l'Afrique apparait une fois de plus comme le continent le moins touché. Quelle est la situation sanitaire dans votre pays ? Quelles mesures sont mises en place ? Vos témoignages nous intéressent * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Priorité santé
Sport sur ordonnance

Priorité santé

Play Episode Listen Later Jan 5, 2022 48:30


Les bénéfices du sport sur la santé ne sont plus à démontrer. En France, un décret de 2016 stipule que le sport peut dorénavant faire l'objet d'une prescription médicale pour les patients atteints d'une affection de longue durée. En quoi le sport peut-il bénéficier à ces patients ? Comment l'activité physique est-elle encadrée ?  Dr Alexandre Feltz, médecin généraliste à Strasbourg et adjoint à la mairie de Strasbourg, il est considéré comme le pionnier du sport santé sur ordonnance Pr Florian Ferreri, psychiatre dans le service de psychiatrie et de psychologie médicale de l'Hôpital Saint-Antoine. Il y anime une importante consultation spécialisée dans le diagnostic et la prise en charge des personnes déprimées et de leur famille. Auteur de La Dépression - 100 questions pour comprendre et guérir, aux éditions Odile Jacob Frédéric Charles, correspondant de RFI au Japon où les clubs de sport sont tenus de recruter des « entraîneurs certifiés » pour encadrer la pratique des adhérents souffrant d'affections chroniques Reportage de Charlie Dupiot  ► En fin d'émission, nous parlons du protocole sanitaire mis en place lors de la CAN 2022 (Coupe d'Afrique des nations) qui se tient au Cameroun du 9 janvier au 22 février prochain. Interview du Pr Yap Boum 2, biologiste, épidémiologiste, représentant Epicentre pour l'Afrique, la branche recherche et épidémiologie de Médecins sans frontières.

Invité Afrique
Mali: «L'enjeu de ce sommet (de la Cédéao) est tout aussi important pour l'avenir de la Cédéao que du Mali»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Jan 5, 2022 12:20


Pour l'avenir du Mali, le sommet extraordinaire de la Cédéao, dimanche prochain à Accra, sera sans doute décisif. C'est pourquoi Goodluck Jonathan, l'envoyé spécial de la Cédéao, vient le préparer dès ce mercredi à Bamako. Les dirigeants de l'Afrique de l'Ouest vont-ils accepter une transition militaire de cinq ans au Mali ? À priori, non. Mais attention, avec les divisions au sein de la Cédéao, tout peut arriver, nous explique Niagalé Bagayoko, chercheuse au Réseau africain pour le secteur de la sécurité, basé à Accra. RFI : « La transition doit faire des réformes institutionnelles structurantes pour que les futures élections soient équitables », dit le rapport final des Assises nationales de Bamako. Qu'est-ce que vous en pensez ?  Niagalé Bagayoko : C'est l'un des volets qui, d'un point de vue déclaratoire, pourrait être le plus crédible selon moi dans la mesure où l'on s'aperçoit que les cycles électoraux successifs suscitent de moins en moins l'adhésion des populations, que l'on est face à une sorte de désillusion démocratique, et que donc l'idée que la mise en œuvre de réformes doit primer sur l'organisation des scrutins peut s'entendre. Ce qui est le plus problématique en revanche, ce sont les délais prévus pour la mise en œuvre. Parce qu'un délai de cinq ans, en réalité six ans et quelques mois depuis l'arrivée au pouvoir de la junte, est véritablement problématique. Cela excède même la durée d'un mandat électif dans un grand nombre de démocraties.  Et la presse malienne de souligner le fait également que le colonel Assimi Goïta devrait tirer la leçon de l'histoire qui montre que tous ses frères d'armes qui ont pris le pouvoir par la force en sont ressortis par la petite porte. Est-ce que c'est si vrai que cela ?  Alors, c'est vrai dans une certaine mesure, mais ils sont quand même demeurés au pouvoir pendant de très longues années. Si l'on prend le cas de Moussa Traoré qui a effectivement quitté le pouvoir seulement au bout d'une vingtaine d'années. Moussa Traoré qui, d'ailleurs, est demeuré, paradoxalement ou non, jusqu'à son décès récent, une figure perçue comme très crédible et comme un recours éventuel en termes de conseil ou d'orientation politique. Le cas d'Amadou Toumani Touré est différent puisque lui-même avait choisi de laisser le pouvoir aux civils et il est revenu par le biais d'un scrutin démocratique. Et si l'on prend le cas d'Amadou Sanogo, il n'a effectivement pas pu prolonger son passage au pouvoir, mais il a bénéficié d'une amnistie. Donc, je ne partage pas totalement cette analyse.  Et, est-ce que les 23 ans de régime du général Moussa Traoré peuvent être le modèle du colonel Assimi Goïta et du Premier ministre Choguel Maïga ?  Je pense que c'est extrêmement difficile, mais que tout l'enjeu se situe là en réalité. Parce que ce qui est au cœur de la situation malienne aujourd'hui est de savoir ce qu'est réellement la démocratie, parce que bien entendu le contexte international n'est absolument pas le même que celui dans lequel a exercé ses fonctions Moussa Traoré, mais l'on s'aperçoit d'un durcissement sur la scène internationale plus généralement qui pourrait suggérer qu'en effet des pouvoirs plus autoritaires s'installeront. Cela dit, aujourd'hui, à l'heure des réseaux sociaux, à l'heure où un certain nombre d'organisations de la société civile ont acquis une certaine liberté de parole, si ce n'est d'influence, il pourra, à mon avis, être extrêmement difficile de s'inspirer de l'expérience de Moussa Traoré.  Ces Assises nationales de Bamako ont été boycottées par de grandes coalitions de l'opposition, mais malgré tout, est-ce que la junte et son Premier ministre Choguel Maïga ne bénéficient pas tout de même d'une certaine base populaire ?  Il semble que oui, indéniablement. Ce qui caractérise l'actuel régime au pouvoir au Mali est à la fois une grande habileté d'un point de vue diplomatique, sur la scène internationale, mais aussi la capacité à répondre à certaines des aspirations populaires qui ont provoquées les manifestations massives qui ont conduit à la destitution du président IBK. Je pense notamment à la mise en œuvre de cette politique en matière de lutte contre la corruption qui est extrêmement populaire, tout comme de l'intention manifeste d'élargir les partenariats stratégiques avec les différents acteurs internationaux. Mais il n'est cependant pas certain que la junte réponde à toutes les attentes, et notamment d'un point de vue sécuritaire parce qu'aujourd'hui c'est quand même l'enjeu majeur.  Dimanche se tiendra un sommet extraordinaire de la Cédéao sur le Mali. Qu'est-ce que vous en attendez ?  Je pense que ce sommet est absolument crucial. Non pas seulement pour le Mali, mais pour la Cédéao elle-même. Parce que l'on parle très souvent du sentiment qui se manifeste contre la France, contre la Minusma, contre les acteurs internationaux en général, derrière lesquels on voit une instrumentalisation, mais on parle beaucoup moins de ce rejet de plus en plus massif dont fait l'objet la Cédéao en raison des contradictions entre son mandat et les objectifs qu'elle s'est fixée et les décisions prises. De manière très concrète, la Cédéao, à travers la vision 2020 qui avait été adoptée en 2007, avait résolu de passer d'une Cédéao des États à une Cédéao des peuples. Et on s'aperçoit, à l'inverse, qu'il s'agit d'une organisation dont les décisions sont de plus en plus intergouvernementales et qui contribuent à asseoir, si ce n'est des coups d'États, en tout cas des manipulations ou des changements constitutionnels qui sont peu conformes notamment au protocole de 2001 sur la démocratie et la bonne gouvernance. Donc, il s'agira de voir dans quelle mesure ce sommet permettra à la Cédéao de jouer sur cette ligne de crête extrêmement étroite entre des sanctions crédibles et qui puissent être efficaces, parce que touchant au cœur du fonctionnement de l'État malien, sans se mettre à dos les populations maliennes ou plus largement celles de la sous-région.  Donc vous êtes contre un éventuel blocus économique du Mali ?  Toute la difficulté des sanctions économiques est précisément le fait qu'elles touchent avant tout les populations davantage que les dirigeants. La Cédéao a adopté récemment des mesures qui touchent un nombre limité de personnalités, quand je dis limité c'est un nombre qui est relativement large, et cela de manière inédite puisqu'il s'agit de 150 personnes, dont les biens et les avoirs et les possibilités de voyager ont été restreints. Mais on voit très bien que cela n'a absolument pas empêché les autorités actuelles de prendre des décisions qui vont à l'encontre des demandes de la Cédéao. Donc, effectivement, les mesures les plus efficaces sont celles qui touchent le plus grand nombre de Maliens, mais attention pace que le rôle des opinions publiques, le rôle de la colère et de l'exaspération populaire devient, à mon avis, le facteur central de l'évolution actuelle de la gestion de la crise malienne et plus largement de la crise sahélienne.  Et quelle est l'alternative à un blocus économique ?  Il y a, en réalité, extrêmement peu de solution. C'est là que l'on voit la problématique posée par tout le décalage entre l'arsenal institutionnel et juridique, qui a été construit depuis les années 2000 dans le cadre de la Cédéao et de sa mise en œuvre, si l'on regarde l'ensemble de ces textes, y compris le protocole dont je parlais, qui est additionnel au mécanisme de gestion des conflits lui-même adopté en 1999 et aux différents codes de conduite des forces armées et de sécurité. Tous les éléments existent d'un point de vue formel. Mais on s'aperçoit que leur mise en œuvre n'a finalement jamais, véritablement, été appliquée, donc on se retrouve face à une situation dans laquelle les possibilités d'action sont extrêmement restreintes. Aujourd'hui, je crois malheureusement que l'on s'achemine vers des régimes davantage autoritaires, sans doute beaucoup moins respectueux d'un certain nombre de pratiques démocratiques, mais dont il ne faut pas croire qu'ils pourront s'éterniser au pouvoir, puisqu'une fois de plus, je pense qu'il faut qu'ils répondent aussi aux attentes des populations dont l'exaspération pourrait aussi, très rapidement, les balayer.  Donc en fait, vous prônez la clémence pour les dirigeants ouest-africains qui se réuniront dimanche prochain, c'est ça ?  Non, absolument pas. Moi, je pense qu'il faut absolument appliquer les principes qui sont consignés dans les textes et être extrêmement ferme dans leur imposition. Mais je ne suis pas certaine qu'ils puissent être suivis d'effets étant donné l'ensemble des contradictions que l'on a vues dans la prise de position d'instances comme la Cédéao ou comme l'Union africaine au cours des dernières années.  Oui, c'est-à-dire que vous pensez qu'il y a des divisions au sein de la Cédéao, avec des États inflexibles comme le Niger, et des États peut-être plus compréhensifs à l'égard de la junte malienne comme le Sénégal ?  Absolument, comme le Sénégal, comme le Togo, que l'on peut citer également. On voit très bien que le camp le plus inflexible n'est pas forcément majoritaire à l'intérieur de l'organisation. Et c'est là que l'on en revient à la logique intergouvernementale dont je parlais, où le type d'accession au pouvoir des différents présidents actuellement en place ne peut que peser sur les décisions qu'ils sont amenés à prendre par la suite.  Et si la Cédéao cède à la junte malienne sur cette transition de cinq ans, est-ce qu'elle ne devra pas céder aussi à la junte guinéenne ?  Tout à fait, c'est à cela que je pensais. C'est pour cela, à mon avis, que l'enjeu de ce sommet est tout aussi important pour l'avenir de la Cédéao elle-même que pour celui du Mali. Aujourd'hui, il en va de la crédibilité de tout ce qui a été construit pendant une vingtaine d'années, qui est mis à l'épreuve des faits, et il est attendu, effectivement, de l'ensemble des acteurs de voir s'ils sont capables de mettre en application les principes qu'ils prônent pour leurs voisins de la sous-région, sans pour autant se les appliquer à eux-mêmes.  Lors des travaux de conclusions des Assises nationales de la semaine dernière, les Russes ont été applaudis à Bamako. Les Occidentaux dénoncent publiquement l'arrivée du groupe Wagner au Mali, mais sans annoncer le retrait de la force Barkhane ou de la force Takuba. Est-ce à dire que la junte au pouvoir à Bamako est en train de réussir son pari de faire cohabiter soldats français et mercenaires russes ?  C'est là que l'on voit tout le danger qu'il y a eu à fixer sans arrêt de nouvelles lignes rouges qui ont finalement toujours été franchies par les autorités maliennes, que ce soit lorsque la France a exigé que toute négociation avec des groupes jihadistes soit exclue ou lorsqu'elle a demandé à ce que le calendrier électoral soit respecté. Et de nouveau aujourd'hui, en ce qui concerne l'arrivée de ce groupe, en effet, la déclaration du 23 décembre qui a été adoptée par un grand nombre de pays européens, quinze, plus le Canada, est effectivement étonnante puisque, alors qu'il avait été répété notamment par la France qu'elle quitterait le Sahel ou enfin en tout cas qu'elle ne pourrait absolument pas cohabiter avec le groupe Wagner, cette déclaration affirme que la France, les partenaires européens, resteront dans le pays. Donc, oui, à mon avis, il s'agit d'une victoire diplomatique pour la junte malienne de ce point de vue-là. Mais est-ce que cela pourra tenir d'un point de vue opérationnel ? Là encore, on pourra se poser la question dans la mesure où l'on voit très bien que le grand nombre d'acteurs sécuritaires internationaux d'ores et déjà présents sur place a eu les plus grandes difficultés à coordonner ses actions les unes avec les autres. Et l'on peut douter que cela s'améliore avec l'arrivée de ce nouvel acteur. 

Invité du matin
F. Portelli (LR): « Les propos d'E.Macron, traduisent une volonté d'humilier, c'est inacceptable »

Invité du matin

Play Episode Listen Later Jan 4, 2022 8:45


Florence Portelli, porte-parole de Valérie Pécresse, vice-présidente de la région Ile-de-France et maire de Taverny était ce mercredi 5 janvier, l'invitée du matin de RFI. Actualité politique nationale marquée ce matin par les propos du chef de l'État dans le Parisien : Emmanuel Macron veut « emmerder » les non-vaccinés, débat sur le passe vaccinal à l'Assemblée nationale, campagne de Valérie Pecresse... Elle répond aux questions de Frédéric Rivière.

Appels sur l'actualité
[Vos réactions] Mali : vers une transition prolongée de 5 ans ?

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Jan 4, 2022 20:00


Au Mali, les autorités préconisent de prolonger de 5 ans la durée de la transition avec un référendum constitutionnel en janvier 2024, des législatives en novembre 2025 et la présidentielle au plus tard en décembre 2026. Que vous inspire ce chronogramme ? Quelle sera la réaction de la CEDEAO ? Nous lançons le débat. * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité : Maroc-Algérie, Sud-Kivu, Ismaïla Sarr

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Jan 4, 2022 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité.  CAN 2022 : le bras de fer entre la Fédération sénégalaise et le club anglais de Watford. Par Frédéric Suteau, journaliste au service des sports de RFI. La Mauritanie, médiatrice du conflit entre Alger et Rabat ? Par Houda Ibrahim, journaliste au service Afrique de RFI. RDC : l'armée face à une nouvelle rébellion dans le Sud-Kivu. Par Patient Ligodi, correspondant de RFI à Kinshasa.   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Journal en français facile
Journal en français facile 03/01/2022 20h00 GMT

Journal en français facile

Play Episode Listen Later Jan 3, 2022 10:00


12H30 - 13H00 TU
Tranche d'information afrique 03/01 12h30 GMT

12H30 - 13H00 TU

Play Episode Listen Later Jan 3, 2022 30:00


Appels sur l'actualité
[2] Émission spéciale :Vos vœux pour 2022

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Jan 3, 2022 20:00


Toute l'équipe d'Appels sur l'actualité vous souhaite une belle année et vous remercie de votre confiance. Pour la première émission de 2022, je vous propose de formuler vos vœux. Que souhaitez-vous à votre pays ? Quels sont vos espoirs concernant la situation sanitaire, politique, économique et sociale ? De quoi rêvez-vous pour votre pays ? * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Appels sur l'actualité
[1] Émission spéciale: Vos vœux pour 2022

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Jan 3, 2022 19:30


Toute l'équipe d'Appels sur l'actualité vous souhaite une belle année et vous remercie de votre confiance. Pour la première émission de 2022, je vous propose de formuler vos vœux. Que souhaitez-vous à votre pays ? Quels sont vos espoirs concernant la situation sanitaire, politique, économique et sociale ? De quoi rêvez-vous pour votre pays ?   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Journal en français facile
Journal en français facile 02/01/2022 20h00 GMT

Journal en français facile

Play Episode Listen Later Jan 2, 2022 10:00


12H30 - 13H00 TU
Tranche d'information afrique 02/01 12h30 GMT

12H30 - 13H00 TU

Play Episode Listen Later Jan 2, 2022 30:00


Invité Afrique
Ami Yerewolo, rappeuse malienne: «J'amorce l'année 2022 par une chanson dédiée à la spiritualité»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Jan 2, 2022 6:05


Nous faisons escale au Mali ce dimanche. A 29 ans, la rappeuse Ami Yerewolo, deuxième du prix RFI en 2017, a sorti en 2021 son 3ème album. Engagée auprès des nouvelles générations, elle se présente comme une humaniste et non une féministe. Son pays, l'avenir, la politique, Ami Yerewolo répond à RFI. 

Journal en français facile
Journal en français facile 01/01/2022 20h00 GMT

Journal en français facile

Play Episode Listen Later Jan 1, 2022 10:00


12H30 - 13H00 TU
Tranche d'information afrique 01/01 12h30 GMT

12H30 - 13H00 TU

Play Episode Listen Later Jan 1, 2022 30:00


Journal en français facile
Journal en français facile 31/12/2021 20h00 GMT

Journal en français facile

Play Episode Listen Later Dec 31, 2021 10:00


Noticias de América
Voces de migrantes varados en México

Noticias de América

Play Episode Listen Later Dec 31, 2021 2:32


Miles de migrantes que quieren ir a Estados Unidos quedaron varados en México en plena pandemia y en condiciones infrahumanas. Estados Unidos cerró las puertas y obliga a México a recibir a los deportados y a quienes esperan respuesta a su solicitud de asilo. RFI recorrió la Ciudad de México recogiendo testimonios. Tanto en su frontera norte como en la sur, México enfrenta una crisis humanitaria sin precedentes por los miles de indocumentados que requieren atención sanitaria, médica, legal y psicológica. El compromiso con Estados Unidos a cambio de no pagar aranceles, lo obliga a frenar la migración, mientras que el programa Quédate en México dicta que todo solicitante de asilo en la Unión Americana debe esperar la respuesta en México, sin importar su nacionalidad. El gobierno de la Ciudad de México acondicionó un centro deportivo para recibir a los migrantes que llegaron a pie. Las caravanas y el crimen organizado “Todo el mundo saca provecho de los indocumentados, desde los traficantes de personas hasta el tendero que les vende agua o comida al doble del precio. Los migrantes sufren todo tipo de abusos como robos, secuestros, violaciones, extorsiones, y nadie mueve un dedo para protegerlos o hacer justicia”, denuncia el periodista Alberto Nájar, que lleva años investigando el tráfico de migrantes. Ya no hay polleros (traficantes de indocumentados) independientes. Todos fueron absorbidos por el crimen organizado transnacional y cobran miles de dólares llevar a alguien a la frontera norte. Actúan impunemente pues cuentan con la complicidad y protección de autoridades corruptas. Las caravanas son gratuitas y se organizan por WhatsApp. Las más pequeñas fueron disueltas por los agentes migratorios, pero las gigantescas arrancaron, una el 23 de octubre y la segunda en noviembre. A pesar de que la Guardia Nacional intentó impedirles el paso, el tsunami la avasalló. Una de las medidas disuasorias fue la prohibición de abordar vehículos motorizados. La policía y la Guardia Nacional bloquearon carreteras para obligar a los migrantes a caminar. Como consecuencia, las familias con mujeres embarazadas y niños recorren 15 kilómetros por día en condiciones climáticas extremas. Quien se queda a la zaga corre el peligro de ser capturado y deportado. Los migrantes que esperaron por meses en Tapachula, en la frontera de México con Guatemala, una visa humanitaria que les permitiera cruzar el país sin ser detenidos, se hartaron y se unieron a las caravanas. Muchos de ellos son haitianos que partieron de Chile y Brasil. Las visas humanitarias con validez de un año podrán ser solicitadas a partir del 3 de enero. Uno de muchos dramas RFI habló con un migrante hondureño que duerme en la calle. Contó que llegó a México huyendo de las pandillas de su país que lo obligaron a vender droga por lo que terminó en la cárcel. Al término de su condena y ya en México, intentó ir a Estados Unidos como polizón montado en el lomo del tren de carga llamado La Bestia. “No subí bien y al resbalar mi pie quedó entre la vía y la rueda de tren. Me querían cortar toda la pierna, pero al final sólo perdí el pie. Me consuelo con aguardiente barato”, narró. México ha recibido más de 130 mil solicitudes de refugio, ha deportado a casi 83 mil personas, y la Oficina de Aduanas de Estados Unidos contó 1,7 millones indocumentados en la frontera con México.

12H30 - 13H00 TU
Tranche d'information afrique 31/12 12h30 GMT

12H30 - 13H00 TU

Play Episode Listen Later Dec 31, 2021 30:00


Eco d'ici Eco d'ailleurs
2022, année du renouveau économique?

Eco d'ici Eco d'ailleurs

Play Episode Listen Later Dec 31, 2021 48:30


Après une année 2021 parsemée de crises (alimentaire, énergétique, commerciale, monétaire, etc...), que nous réservent les douze prochains mois dans un monde plus que jamais sous la coupe d'une pandémie plus que jamais incontrôlée ? L'espoir d'une reprise pérenne repose avant tout sur les vaccins, malgré les inégalités dans leur distribution entre pays riches et pays pauvres. Mais bien d'autres enjeux sont déjà présents: comment résorber la dette de la plupart des pays, alors que les déficits se creusent ? Comment relancer le continent africain, particulièrement pénalisé par la crise, alors que ses entreprises ne demandent qu'à grandir ? Comment taxer les entreprises qui font les plus gros profits ? Comment développer l'industrie numérique sans restreindre nos libertés, dans le respect des contraintes environnementales et des objectifs climatiques ? Autant de thématiques incontournables en 2022 et que nous abordons dans cette émission spéciale, grâce aux reportages et aux analyses des récents invités d'Éco d'ici, Éco d'ailleurs. Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :   https://www.facebook.com/RFIEco   https://twitter.com/RFI_eco     

Appels sur l'actualité
[Vos réactions] Libre antenne : spéciale fin d'année

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 31, 2021 20:00


Quels sont les événements qui vous ont marqués, indignés, passionnés, touchés, émus en 2021 quel que soit le domaine : sport, santé, politique, environnement, culture ou société ? On a envie de vous entendre. * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité : Côte d'Ivoire, Sénégal, Russie, Football

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 31, 2021 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité.  Côte d'Ivoire : le procureur va-t-il poursuivre les responsables des violences de 2020 ? Par Pierre Pinto, correspondant permanent de RFI en Côte d'Ivoire. Sénégal : pourquoi le collectif national des impactés proteste-t-il contre le nouveau TER ? Par Charlotte Idrac, correspondante permanente de RFI au Sénégal. Russie : pourquoi l'ONG Memorial a-t-elle été dissoute ? Par Anastasia Becchio, journaliste au service International de RFI. Espagne : Samuel Eto'o doit près d'un million d'euros au fisc espagnol, quelles suites à cette affaire ? Par Charlotte Cosset, journaliste au service économie de RFI.   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Invité Afrique
Contre l'apartheid, Mgr Tutu a dû lutter à la fois sur un «front théologique et un front politique»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Dec 31, 2021 9:17


Le chef de l'Église anglicane d'Afrique australe était aussi un théoricien. Desmond Tutu a ferraillé contre les pasteurs calvinistes qui justifiaient l'apartheid. Pour venir à bout de la ségrégation, il s'est même emparé d'une nouvelle arme idéologique : la théologie noire. Le prêtre catholique assomptionniste burkinabè Jean-Paul Sagadou, chroniqueur à L'Observateur Paalga, à l'origine des « Voyages d'intégration africaine » pour promouvoir le dialogue entre les religions, est l'invité de RFI. Il y avait beaucoup d'hommes d'église au temps de l'apartheid. Pourquoi est-ce monseigneur Desmond Tutu qui a pris le leadership de la lutte ? Je pense tout simplement que c'est lié au fait qu'il était engagé dans une église qui était elle-même fortement engagée dans la lutte contre l'apartheid et qui était installée déjà depuis longtemps en Afrique du Sud. Et sa trajectoire personnelle, elle-même, va contribuer énormément à faire de lui une figure emblématique dans la lutte contre l'apartheid. Alors, il était le chef de l'église anglicane. Mais, cette église, était-elle vraiment la seule qui luttait contre l'apartheid à l'époque ? Pas du tout. En fait, si on veut être large, on distingue plusieurs groupes à l'époque : les églises réformées hollandaises, qui étaient composées d'églises blanches dont les Afrikaners, qui ont essayé de justifier théologiquement le régime de l'apartheid. Mais il y avait aussi les églises membres du Conseil sud-africain des églises parmi lesquelles il y avait les méthodistes, les anglicans et les luthériens. Puis de l'autre côté, il y avait l'église catholique qui avait d'ailleurs le statut d'observateur au sein du Conseil sud-africain des églises. Donc en fait, en 1978, quand Desmond Tutu est devenu le chef du Conseil sud-africain des églises, c'est-à-dire des  églises anglicanes, méthodistes et luthériennes, il n'a pas seulement affronté le régime d'apartheid, il a également affronté les églises hollandaises qui justifiaient l'apartheid ? Tout à fait. C'est pour cela que l'enjeu se situait à deux niveaux. Il fallait d'abord déconstruire la théologie dite de l'élection, qui est défendue par les églises réformées hollandaises, et qui considère que [les fidèles de ces églises] constituent le peuple élu, donc la théologie de l'élection. On a même parlé de décolonisation de la théologie en Afrique du Sud, c'est-à-dire décoloniser cette théologie qui consistait à aller chercher dans la Bible des extraits bibliques pour justifier l'apartheid, et donc la domination des Blancs sur les Noirs. Puis, de l'autre côté, de manière beaucoup plus directe, [il fallait mener] la lutte elle-même contre l'apartheid. Donc, on va dire qu'il y a un front théologique et puis, de l'autre côté, il y a un front politique, les deux étant le carrefour autour duquel l'action de Desmond Tutu va se déployer finalement pendant toute sa vie. Mais comment les pasteurs des églises hollandaises de l'époque pouvaient-ils justifier l'apartheid ? Je crois que cela remonte déjà depuis l'esclavage. La Bible a été récupérée. Et donc, le fait de se sentir, de se réclamer comme peuple élu, c'était même une conviction pour beaucoup d'entre eux. Leur créateur, et souverain seigneur, leur avait témoigné une grâce spéciale en tant que peuple particulier. Donc, ils se sont appropriés, on va dire, la Bible. Et le théologien Jean-Marc Ela parlera même d'« une capture » de la Bible pour justifier la domination. C'est pour cela d'ailleurs qu'on considère que ce travail de la décolonisation de la théologie devrait continuer jusqu'à aujourd'hui. C'est ce qu'on appelait « la théologie de l'élection », c'est ça ? La théologie de l'élection, tout à fait. Et Desmond Tutu lui opposait la théologie de quoi alors ? La théologie qui était au cœur de la vie de Desmond Tutu est venue des Etats-Unis. Donc, c'est la théologie noire, qui [se développe] dans les années 1970 aux Etats-Unis, puisque ce pays est confronté aussi à la problématique de la ségrégation. Il y a un courant de théologie qui va naître autour d'un théologien, qui s'appelait James Hal Cone et qui va développer ce qu'on a appelé la « théologie noire ». Et cette théologie est différente de la théologie qui a été transmise depuis Saint-Augustin jusqu'à Karl Barth. Elle posait une seule question en fait : quel est le rapport entre l'évangile et la lutte des Noirs pour leur libération. Là, on est dans du concret. On n'est pas dans l'abstrait. Et la conviction, qui animait tout ce courant de théologie, c'est que dieu n'est pas indifférent à la souffrance, il ne supporte ni la cruauté, ni la duplicité. C'est de cela que tout le courant anglican, et ensuite catholique, va s'habiller pour lutter contre la théologie de l'élection. Est-ce qu'avec les théologiens de l'élection, c'est-à-dire les   partisans de l'apartheid, monseigneur Desmond Tutu a eu des disputes intellectuelles et théologiques comme il y en avait en Europe au Moyen-Age et à la Renaissance ? Oui. Cela s'est passé surtout dans les écrits. Il a énormément écrit. Et cela s'est passé beaucoup dans des conférences. On a des textes de lui sur la souffrance de l'homme noir. Il a dialogué avec la théologie africaine et la théologie noire. Et de ce point de vue-là, on peut dire qu'il y avait une sorte de concordance avec l'église catholique qui va aussi contribuer énormément à déconstruire la théologie de l'élection proposée par les églises réformées hollandaises. ► À lire aussi :  • Mort de Desmond Tutu: la «nation arc-en-ciel» perd une icône de la lutte contre l'apartheid • Afrique du Sud: «Avec Desmond Tutu, il y a eu des changements radicaux» dans les Églises

Italian Podcast
News in Slow Italian #468- Italian, Grammar, News and Expressions

Italian Podcast

Play Episode Listen Later Dec 31, 2021 4:35


Nella prima parte del nostro programma, discuteremo con voi alcune delle notizie più importanti della settimana. Cominceremo con la notizia della morte dell'Arcivescovo Desmond Tutu, il novantenne premio Nobel per la Pace, che ha dedicato decenni della sua vita a combattere il razzismo istituzionalizzato e la segregazione. Subito dopo, vi parleremo della decisione del ministro degli Interni indiano di non rinnovare la licenza per finanziamenti esteri all'organizzazione benefica, fondata da Madre Teresa. Poi, discuteremo del successo del lancio del telescopio spaziale James Webb, avvenuto dallo spazioporto Kourou nella Guyana Francese il 25 dicembre. Infine, vi parleremo della “crisi del formaggio” che sta colpendo New York in corrispondenza della fine dell'anno.    Nel segmento Trending in Italy di questa settimana discuteremo della storica decisione del governo italiano di vietare su tutto il territorio gli allevamenti di animali da pelliccia, a partire dal primo gennaio del 2022. Poi, vi parleremo dei panettoni della Pasticceria Due Palazzi, che, oltre a essere considerati tra i più buoni d'Italia, sono il frutto di uno dei più noti e riusciti progetti di formazione professionale e riabilitazione sociale dei detenuti in carcere. - Il mondo piange la perdita dell'arcivescovo sudafricano Desmond Tutu - Il governo indiano blocca i finanziamenti esteri all'associazione delle missionarie di Madre Teresa - Lanciato con successo il telescopio spaziale James Webb - New York in crisi per la mancanza di formaggio spalmabile - L'Italia mette fine agli allevamenti di pelliccia - Il panettone dei detenuti di Padova

French Podcast
News in Slow French #566 - Intermediate French Weekly Program

French Podcast

Play Episode Listen Later Dec 31, 2021 3:46


Dans la première partie de notre émission, nous passerons en revue des évènements de l'actualité de cette semaine. Nous commencerons par le décès, à l'âge de 90 ans, de l'archevêque Desmond Tutu, qui a reçu le prix Nobel de la paix pour avoir consacré des décennies à mettre fin à la ségrégation et au racisme institutionnalisés. Ensuite, nous apprendrons pourquoi le ministère indien de l'Intérieur a empêché l'organisation caritative créée par mère Teresa de renouveler sa licence lui permettant de recevoir des financements étrangers. Puis, nous aborderons le lancement réussi, le 25 décembre, du télescope spatial James Webb depuis le centre spatial de Kourou en Guyane française. Enfin, nous parlerons de la « crise du fromage » qui a eu lieu à New York en cette fin d'année 2021.    Poursuivons maintenant avec l'annonce de la deuxième partie de notre émission, « Trending in France ». Cette semaine, nous parlerons d'un problème dramatique : le risque de pénurie de moutarde. Nous discuterons pour finir du sondage annuel établissant le classement des personnalités préférées des Français. - Hommages planétaires après le décès de l'archevêque sud-africain Desmond Tutu - L'organisation caritative indienne de mère Teresa n'est plus autorisée à recevoir des financements étrangers - Lancement réussi du télescope spatial James Webb - La grande crise du fromage frais à New York - Devrons-nous bientôt nous passer de moutarde ? - Qui sont les personnalités préférées des Français ?

Journal en français facile
Journal en français facile 30/12/2021 20h00 GMT

Journal en français facile

Play Episode Listen Later Dec 30, 2021 10:00


Noticias de América
Masacres en Colombia: 'Es una dictadura territorial que implica despojo y desplazamiento'

Noticias de América

Play Episode Listen Later Dec 30, 2021 5:49


Una nueva masacre cierra este año en Colombia. Siete indígenas fueron asesinados durante la incursión violenta de un grupo armado en la comunidad de Bellavista, en el departamento del Putumayo, en la frontera con Ecuador. 94 masacres y 169 líderes sociales asesinados es el sangriento balance del 2021 en el país, según registró el Instituto de Estudios para el Desarrollo y la Paz (Indepaz). RFI entrevistó a su director, Camilo González Posso.  RFI: Según el Instituto de Estudios para el Desarrollo y la Paz, esta última masacre del año generó también el desplazamiento de unas 35 familias indígenas. ¿Quiénes componen esta comunidad sobre la que se ha ejercido tanta saña y por qué?    Camilo González Posso: En este municipio llamado Puerto Leguizamo vive una de las comunidades más importantes del Putumayo en extensión y en las características de grupos étnicos. Han sido golpeadas durante todo este periodo y esta masacre es atribuida a uno de los grupos armados que están en disputa por esa frontera, por sus territorios y por los negocios del tráfico de coca.    Además, por la forma como parecen haberse presentado los hechos, nos indica el horror y la brutalidad de estos grupos. Fue una retaliación directa en contra las comunidades. Dispararon de manera indiscriminada para producir semejante matanza de siete personas.    Este año se han incrementado los desplazamientos forzados en muchas regiones como resultado de esta dinámica violentas, sobre todo en territorios étnicos de comunidades negras y las indígenas.    RFI: Paradójicamente algunos de estos grupos están compuestos por guerrilleros de las FARC que no se acogieron al proceso de paz, las llamadas disidencias.   Camilo González Posso: Estos grupos le prestan servicio más grande a la ultraderecha militar y lesionan los intereses de comunidades indígenas. Hay muchos intereses detrás de esa zona de Putumayo: están la de las minas de cobre más grandes de Colombia y grandes empresas como AngloGold Ashanti están detrás de esos territorios.    Esos grupos generan inestabilidad e incentivan la guerra mientras tanto van cruzando los trámites para las explotaciones mineras de cobre y oro y tierras raras. Le estando prestando un gran servicio a la apropiación de territorios por las multinacionales.   Allí también actúan en grupos paramilitares de narcotráfico, bandas armadas, sicarios.   RFI: Cuando usted dice este es un territorio en disputa, ¿la dinámica es que el grupo armado entra, asesina, genera el desplazamiento de la población y se apropia de la zona?   Camilo González Posso: Es una zona donde hay tradicionalmente cultivo de la coca con producción de pasta básica y laboratorios para el procesamiento de cocaína. Es una ruta hacia el océano Pacífico. También es un territorio de grandes intereses de explotación petrolera. La lógica aquí es que estos grupos armados, se ponen al servicio de otros órdenes violento en el territorio para cobrar rentas a las compañías petroleras o en la cadena el narcotráfico, y de esta manera sobrevivir y alimentar sus economías de guerra. No es que se queden con las tierras, sino que establece un control violento, un orden del terror, unas dictaduras locales, con su ley del gatillo.    Los que no se someten o no entregan las cosechas que cultivan como ellos quieren o los que manifiestan su simpatía con los acuerdos de paz son considerados enemigos. Es un control territorial y poblacional que a veces implica desplazamiento y desposesión de tierras. Todo ese ambiente violento es aprovechado también por los acaparadores de tierras: por la gente que está desforestando, como por ejemplo en toda la zona amazónica. Adelante van uno disparando, matando y sembrando coca y atrás otros organizando una nueva forma de tenencia de la tierra en el servicio de terratenientes. Son completamente funcionales al despojo de tierras y a la apropiación de tierras por intereses terratenientes y mafiosos.   RFI: Ustedes hablan de 94 masacres perpetradas este año. ¿Cuántos líderes sociales asesinados?   Camilo González Posso: A la fecha 169 líderes asesinados. La última situación que se presentó precisamente ahora en Nariño, en la región Pacífico fue un joven líder social muy reconocido ya en la zona en el municipio Barbacoas. En cuanto a la cifra, es espeluznante. El gran esfuerzo para el próximo año es hacer todas las correcciones, las modificaciones políticas, las opciones electorales, las movilizaciones de gobierno para ver si realmente se adopta una la política de no violencia y paz en este país. Es una política general que golpea en los territorios y una la política en los territorios que incide en lo general. Hay que trabajar en las dos dimensiones. 

Noticias de América
Bolivia: La región de Santa Cruz soporta la "peor tormenta" de contagios de toda la pandemia

Noticias de América

Play Episode Listen Later Dec 30, 2021 2:35


El martes Bolivia registró casi 5 mil casos positivos de covid 19, la mitad fueron en Santa Cruz, el departamento que más contagios y fallecidos ha acumulado desde el inicio de la pandemia. La región de Santa Cruz, la más poblada de Bolivia y fronteriza con el Brasil, soporta la "peor tormenta" de contagios de covid-19, desde que comenzó la pandemia en marzo de 2020, al registrar este martes  el mayor número de infecciones. Santa Cruz es el departamento que más contagios y fallecidos ha acumulado desde el año pasado, de los nueve departamentos de Bolivia: 37,63% de 585.624 infectados y el 39,74% de 19.622 muertos. “Nuestra prueba epidemiológica ha tenido un aumento tan tremendo que es alarmante y preocupante para nuestro sector, ya que ahora son alrededor de 280 médicos que están con baja médica por covid-19”, dice a RFI el doctor Wilfredo Anzoátegui presidente del Colegio de Médicos de Santa Cruz, Bolivia. “El número de recursos humanos ha disminuido para poder dar atención. A raíz de ello, se han encerrado algunos centros hospitalarios ya del primer nivel. Nosotros tenemos alrededor de 142 camas de unidades de terapia intensiva para utilizar para pacientes covid-19, de las cuales 138 ya están utilizadas, es decir, alrededor del 97% y 98%, tanto en el sector público como sector privado. Si continúa esa tasa de contagio que tenemos, va a llegar un momento en que nuestra capacidad instalada va a ser sobrepasada”. El número de fallecidos de la fecha fueron 20, aunque aún por debajo de otras fechas. Trece de ellos no tenían una vacuna o sólo una dosis. “Todavía nosotros no lo tenemos identificado [a la variante ómicron] en Santa Cruz o en Bolivia”, dice Anzoátegui. “Sí sabemos que tenemos la variante Delta. Las autoridades nacionales no han podido identificar todavía el ómicron, pero creemos que con todo ese índice de esa tasa de contagio que estamos teniendo, ha sido lo suficiente para poder pensar que si ya está entre nosotros por la cantidad de pacientes contagiados”. Bolivia, de 11,5 millones de habitantes, registró en la fecha un total de 4.934 contagiados, según datos corregidos por el gobierno, y 46 muertos, en el pico de una cuarta ola que se prolongará hasta mediados de enero, según estimaciones oficiales. “En las dos semanas antes a la Navidad, la población salía a los centros de abastecimiento como si no pasara absolutamente nada y no guardaba ningún tipo de cuidado necesario de bioseguridad”, dice Anzoátegui. “Eso es lo que nos preocupa. Por esa razón es que se han tomado determinaciones juntamente con el municipio para no autorizar la fiesta de fin de año y Ley Seca desde el 30 hasta el 10 de enero”. El gobierno del presidente Luis Arce, a fin de apaciguar el aumento de casos, decretó la semana pasada que desde el 1 de enero de 2022 se exigirá a todas las personas que acudan a lugares públicos la portación de su certificado de vacuna. Se aceptarán los documentos de las personas que hayan cumplido "un esquema completo" de vacuna: Al menos dos dosis de alguna de las marcas Sinopharm, AstraZeneca, Pfizer, Sputnik V o una única de Johnson & Johnson El documento también será requerido para los viajes terrestres y aéreos locales. Las personas que por diferentes motivos se nieguen a recibir algún inmunizante deberán portar una prueba PCR o antigénica, 48 horas antes de acudir a un lugar público. Con AFP

Appels sur l'actualité
[Vos réactions] Fin des Assises nationales au Mali : et après ?

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 30, 2021 20:00


Au Mali les Assises nationales de la refondation s'achèvent à Bamako. Quelles conclusions en attendez-vous ? Quel serait le chronogramme idéal pour le retour à un pouvoir civil ? Cette consultation, qui n'a pas fait l'unanimité, permettra-t-elle de sortir le pays de la crise ? * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité : James Webb, Birmanie, Mali, Football

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 30, 2021 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité.  Birmanie : que sait-on du massacre perpétré dans un village chrétien de l'Etat Kayah ? Par Bénédicte Brac de la Perrière, ethnologue, spécialiste de la Birmanie, chercheuse au CNRS – CASE (Centre Asie du Sud-Est). Mali : en quoi les Assises nationales de la refondation diffèrent-elles de précédentes consultations ? ParDavid Baché, journaliste au service Afrique de RFI. Espace : quelle est la mission du  télescope spatial James Webb ? Par Pierre Ferruit, co-responsable scientifique pour l'Agence spatiale européenne de mission du télescope spatial James Webb. Football : y a-t-il plus d'incidents en France lors de matchs que dans le reste de l'Europe ? Par Patrick Mignon, sociologue et ex-directeur du laboratoire de sociologie du sport à l'Insep (l'Institut national du sport et de l'éducation physique) qui suit les questions de supportérisme depuis le milieu des années 1980.   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Invité Afrique
En 2022, «il est très peu probable qu'il y ait une désescalade de la tension entre Alger et Rabat»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Dec 30, 2021 12:45


Pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir il y a plus de deux ans, le président mauritanien Mohamed Ould Ghazouani a passé trois jours en Algérie et longuement rencontré son homologue Abdelmadjid Tebboune. Est-ce le signe d'un rapprochement au détriment du Maroc ? Ou le présage d'une médiation à venir de Nouakchott entre Alger et Rabat ? Raouf Farrah, chercheur en géopolitique et analyste principal à Global Initiative against Transnational Organized Crime, basée à Genève, est l'invité de RFI. RFI: Est-ce que cette visite du président mauritanien Mohamed Ould Ghazouani à Alger témoigne d'un rapprochement entre Nouakchott et Alger, peut-être au détriment du Maroc ? Raouf Farrah : Je dirais plutôt que c'est une consolidation de la coopération entre Alger et Nouakchott. Il faut savoir que les rapports entre les deux pays se sont améliorés au cours des dernières années, notamment depuis août 2018 avec la fameuse ouverture d'un poste frontalier temporaire à la frontière qui lie les deux pays au Sahara. Il y a justement cette idée de création d'une zone franche à la frontière, d'où la création du poste frontalier qui a été construit en dur il y a quelques mois seulement. Et cela a permis d'avoir aujourd'hui des échanges économiques intéressants qui sont, certes, relativement faibles et qui sont estimés à à peine quelques millions d'euros, mais qui peuvent augmenter très vite. Et en plus de cela, il faut rajouter que ce qui intéresse surtout les deux pouvoirs, c'est aussi de désenclaver les deux régions frontalières qui sont assez pauvres. Je pense à la wilaya de Tindouf, côté algérien, et à la wilaya de Tiris Zemmour, côté mauritanien. Mais pour cela, il faudra construire le dernier tronçon de route qui manque, justement entre le poste-frontière qui lie les deux pays et la zone de Zouerate en Mauritanie. Et ça aussi, c'est un projet qui est à l'étude entre les deux autorités. Les exportations algériennes vers la Mauritanie ont doublé ces dernières années, mais est-ce que les relations commerciales de la Mauritanie ne sont pas beaucoup plus importantes avec le Maroc qu'avec l'Algérie ? Tout à fait. Les relations économiques mauritano-marocaines sont nettement supérieures à celles avec l'Algérie. Et c'est justement, d'après moi, la raison de cette visite, c'est qu'il y a une concurrence aujourd'hui entre Alger et Rabat sur qui sera en mesure d'être le plus proche de la Mauritanie. Et l'Algérie tente de concurrencer le Maroc. C'est l'une des dimensions d'une course au leadership maghrébin que se livrent l'Algérie et le Maroc dans le contexte actuellement très tendu d'une rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. Traditionnellement, la Mauritanie cherche à rester neutre entre le Maroc et l'Algérie. Mais, depuis la rupture des relations diplomatiques entre Alger et Rabat à l'initiative d'Alger le 24 août dernier, est-ce que Nouakchott s'est rapprochée plutôt d'Alger ou plutôt de Rabat ? Je crois que Nouakchott a surtout essayé d'être fidèle à une position de neutralité, sans pour autant remettre en question ses engagements avec le Maroc, mais tout en consolidant ses relations diplomatiques avec l'Algérie. L'année 2021 a été détestable du point de vue des relations entre le Maroc et l'Algérie. Que peut-on attendre pour 2022 ? Il est très peu probable qu'il y ait une désescalade de la tension entre Alger et Rabat. L'entrée en jeu de l'interférence israélienne dans ce jeu de tension maghrébin est vraiment l'élément le plus important, selon moi, à retenir pour l'année 2021, et qui est peut-être l'élément le plus dangereux aussi parce que, du côté algérien, c'est perçu comme étant une vraie menace à la sécurité nationale et du côté marocain, disons que le soutien israélien a donné une sorte de coup de force à des velléités parfois bellicistes au sein de certaines parties du pouvoir marocain. Donc, l'entrée en jeu d'Israël, c'est un facteur déstabilisant, c'est un facteur d'insécurité, c'est un facteur qui va pousser les acteurs ayant les positions les plus dures à maintenir leur posture, alors que l'amélioration des relations diplomatiques entre l'Algérie et le Maroc passe par une approche diplomatique. Et ce n'est certainement pas l'arrivée d'Israël aux frontières de l'Algérie qui permettra d'aller dans ce sens. Est-ce que la Mauritanie peut faire médiation entre l'Algérie et le Maroc ? Je ne le crois pas. En tout cas, pas de manière officielle. Je crois plutôt qu'il y a eu, selon certaines sources qui nous sont parvenues, une tentative de médiation par l'Arabie saoudite qui a approché les deux diplomaties, mais sans succès. A mon sens, le pays, qui est le plus à même d'engager une médiation, serait certainement l'Espagne. Elle n'est pas directement engagée, et elle aussi extrarégionale. ► À lire aussi : Algérie-Maroc: des tensions diplomatiques de plus en plus fortes

Conversations with Consequences
Ep. 141 Best of 2021 with Father Mike Schmitz and Archbishop Cordileone!

Conversations with Consequences

Play Episode Listen Later Dec 30, 2021 54:00


As Father Mike Schmitz gears up to headline the March for Life 2022 in January, we revisit with him during this special end of year show discussing the continued success of his Bible in a Year podcast now with his own billboard in Times Square! We also share some of the most pivotal moments of the year discussing the Dobbs case with Archbishop Cordileone, Jeanne Mancini, legal scholar Helen Alvare, and the dire situation in Afghanistan with RFI's Eric Patterson. Father Roger Landry also offers an inspiring homily for the Solemnity of Mary, Mother of God this weekend! Catch the show every Saturday at 7am ET/5pm on EWTN radio!

Enfoque internacional
Líbano en crisis: 700 mil niños en riesgo de no volver nunca a las aulas

Enfoque internacional

Play Episode Listen Later Dec 29, 2021 2:38


Líbano cierra el 2021 sin ver el fin de la caída libre que sufre desde hace dos años. El país apenas se tiene en pie entre las feroces crisis económica y sanitaria que lo golpean, y uno de los sectores más perjudicados es el sistema educativo. La pobreza afecta ya al 80% de la población y muchas familias no se pueden permitir mandar los niños al colegio. “Los salarios en la moneda nacional no alcanzan para cubrir las necesidades básicas de la familia -dice a RFI la jefa de Comunicación de UNICEF en Líbano, Raquel Fernández- y nos estamos encontrando cada vez con más familias que nos están diciendo que no pueden enviar a sus hijos a la escuela porque el dinero que dedicarían a la educación lo necesitan para comer." UNICEF calcula que el 30% de las familias en Líbano ha dejado de invertir en asuntos como el transporte hacia la escuela o las tasas de matriculación. La entidad financia la escolarización de más de 400.000 niños, pero el futuro escolar de muchos otros está en el aire. “Hay muchos niños que todavía están fuera de la escuela y que están en riesgo de no volver nunca a las aulas -agrega Fernández- y se calcula que más de 700.000 niños están en estos momentos en ese riesgo.” “Lo hacemos por el futuro de los niños” La pandemia también ha marginado a miles de estudiantes que no cuentan con dispositivos adecuados para seguir las clases desde casa. En Líbano, las clases se hicieron a distancia durante un año entero, hasta abril de 2021. Ahora, de vuelta en los colegios, miles de profesores se sobre esfuerzan por sortear la situación a pesar de que sus sueldos han perdido el 90% de su valor. La gasolina que les permite ir a trabajar se lleva buena parte de sus ingresos y las escuelas solo abren 4 días a la semana para ahorrar en combustible.  La profesora Nathalie Georgiou le contó a RFI que su salario “es menor que el costo de la gasolina que tengo que pagar durante un mes. Venimos al colegio porque amamos lo que hacemos, porque nos gusta ver a los estudiantes y porque sabemos que esto es bueno para ellos, pero si los precios continúan subiendo y si la crisis continua, no sé si vamos a ser capaces de continuar yendo al colegio y dar lo que damos.” Georgiou advierte que las condiciones miserables que sufren los profesores amenazan con impedir el funcionamiento del sistema educativo y concluye que “no estamos para nada motivados, solo lo estamos por el futuro de los niños, pero a largo plazo no es suficiente.”

Noticias de América
‘Hay cada vez una influencia mayor de China en América latina' dice experta

Noticias de América

Play Episode Listen Later Dec 29, 2021 2:33


A principios de esta semana Nicaragua le reconoció a China la propiedad de los bienes de Taiwán en el país y se los entregó. Por otra parte Cuba y China amplían la cooperación bilateral para el desarrollo de la Nueva Ruta de la Seda, un megaproyecto a nivel mundial que pretende crear nuevas rutas marítimas y terrestres para el comercio internacional. ¿A qué se debe el despliegue de esa estrategia geopolítica? RFI entrevistó a la doctora Pamela Aróstica, Directora de la Red China y América Latina Enfoques Multidisciplinarios (REDCAEM). RFI: Actualmente ¿hay una marcada influencia de China en América Latina? Pamela Aróstica: Hay una influencia cada vez mayor, donde no solamente está el aspecto económico, comercial y de inversión, sino que también está mancomunado con la influencia de China en aspectos culturales. Por ejemplo, un establecimiento de un Centro Regional de Coordinación de los Institutos Confucio para América Latina en Chile, una coordinación absoluta entre medios de comunicación chinos con medios de comunicación de América Latina. Y vamos viendo que esta influencia es absolutamente multidimensional. Por eso hoy la observamos con mucha más claridad que en el pasado. RFI: ¿Cuál es el interés principal del gigante asiático en el continente americano?  Pamela Aróstica: A comienzos de este siglo, China fue potenciandose a otras regiones como África y América Latina. Esta última tiene una importancia cada vez mayor en perspectiva geopolítica, porque también está la disputa entre China y Estados Unidos por posicionarse como una superpotencia. El interés principal de China tiene que ver también con asegurar el acceso a alimentos, fuentes de materias primas y fuentes de energía. Y en eso América Latina es una región muy rica. Eso es súper importante para poder posicionarse y poder asegurarse como primera potencia económica mundial. Todo esto también está dentro de un plan más macro que tiene que ver con el proyecto de la Franja y la Ruta, donde América Latina también es parte y hay varios países que se han sumado. De aquí a las próximas décadas la relación más clave para América Latina va a ser con China. RFI: Da la impresión de que China es el socio mayor y América Latina el socio menor. Pamela Aróstica: Esta etapa de las relaciones bilaterales es bastante incondicional al proyecto macro de China, porque es una relación asimétrica. Es muy difícil que los países latinoamericanos puedan pedirle condiciones a China. El interés por tratar de mantener buenas relaciones para que sigan avanzando las inversiones y las relaciones económicas y comerciales de manera positiva y tratar de que China no se moleste. Y esto ya lo hemos visto con algunos proyectos en marcha.

Appels sur l'actualité
[Vos réactions] Guinée: la transition jusqu'à quand ?

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 29, 2021 20:00


Près de quatre mois après le coup d'État en Guinée, le gouvernement a publié sa feuille de route, mais sans fixer de durée à la transition. Est-ce un revers pour la Cédéao qui réclame un calendrier électoral pour le retour des civils au pouvoir ? L'opposition a-t-elle des raisons de s'inquiéter ? * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité : Ethiopie, Somalie, Burundi, Premier League

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 29, 2021 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité.  Somalie : que comprendre du conflit entre le président Farmajo et le Premier ministre Mohamed Hussein Roble ? Par Florence Morice, correspondante permanente de RFI en Afrique de l'Est. Burundi : pourquoi la Commission vérité et réconciliation a-t-elle centré son enquête sur les massacres de 1972 et 1973 ? Par Esdras Ndikumana, journaliste au service Afrique de RFI. Ethiopie : le cessez-le-feu proposé par les rebelles tigréens a-t-il une chance d'aboutir ? Par Eloi Ficquet,  maître de conférences à l'EHESS et spécialiste de la Corne de l'Afrique. Royaume-Uni : comment le Covid impacte-t-il la Premier League ? Par Christophe Diremszian, journaliste au service des sports de RFI. * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Appels sur l'actualité
[Vos réactions] La disparition de Desmond Tutu : pluie d'hommages dans le monde entier

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 28, 2021 20:00


Icône de la lutte contre l'apartheid, artisan de la réconciliation en Afrique du Sud, Prix Nobel de la paix, l'archevêque anglican Desmond Tutu s'est éteint dimanche. Que représentait-il pour vous ? Que retenez-vous de son parcours ? Quel héritage laisse-t-il aux nouvelles générations ? * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité : Guinée, Yémen, migrants en Méditerranée, Donald Trump

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 28, 2021 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité.  Guinée : le gouvernement sera-t-il capable d'organiser des élections d'ici la fin 2022 comme le demande l'opposition ? Par Matthias Raynal, correspondant de RFI en Guinée. Migrations : quelles réponses l'UE compte-t-elle apporter à la multiplication de naufrages de personnes migrant vers l'Europe ? Par Marlène Panara, journaliste à Infomigrants. Yémen : que sait-on de la nouvelle offensive menée par l'Arabie Saoudite ? Par Franck Mermier, directeur de recherche au CNRS et spécialiste du Yémen. Etats-Unis : que risque Donald Trump si des documents confidentiels sur l'attaque du Capitole sont transmis à la commission parlementaire qui enquête sur le sujet ? Par Jean-Eric Branaa, maître de conférences à l'Université Paris II Panthéon-Assas et l'auteur d'une biographie de Kamala Harris L'Amérique du futur aux éditions Nouveau Monde.   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Priorité santé
Le rôle du pharmacien, à travers le monde

Priorité santé

Play Episode Listen Later Dec 28, 2021 48:30


Amérique du Nord, Europe, Afrique… Le rôle de la pharmacie et du pharmacien diffère selon les continents. Nous vous proposons un tour d'horizon avec trois pays. Aux États-Unis, Walmart, propriétaire d'un vaste réseau de pharmacies, est attaqué pour son rôle dans la crise des opioïdes. En pleine crise sanitaire, les pharmaciens français pratiquent tests et vaccins anti-Covid-19. En Afrique, confrontée au fléau des médicaments falsifiés, notamment au Cameroun, comment garantir la sécurité des produits commercialisés en officines ? Alain Delgutte, président du Groupement pharmaceutique de l'Union européenne et membre du Conseil national de l'ordre des pharmaciens Anne Corpet, correspondante de RFI aux États-Unis   Émilienne Yissibi Pola, pharmacienne de Santé Publique, consultante en Harmonisation des Politiques et Réglementations Pharmaceutiques. Membre du Conseil National de l'Ordre des Pharmaciens du Cameroun. (Rediffusion)

Enfoque internacional
Ya rige en Nueva York la vacunación obligatoria para el sector privado

Enfoque internacional

Play Episode Listen Later Dec 27, 2021 2:41


A partir del 27 de diciembre en Nueva York es obligatorio que todos los empleados del sector privado en la ciudad más poblada de Estados Unidos se vacunen contra el covid-19. Con nuestra corresponsal en Nueva York, Silvina Sterin Pensel, y AFP. Por más que la decoración Navideña y las luces están aún en pie en New York City, no pueden atenuar la sensación de alarma que la variante ómicron viene causando. “Últimamente hemos tenido muchos resultados positivos, ha incrementado y las filas la verdad que están imparables”, dice a RFI con triple máscara y visor, la ecuatoriana Kathya Icaza, de 27 años quien realiza una tras otra prueba PCR en la zona de Union Square. “Nosotros empezamos a las 9 de la mañana pero cuando llegamos ya la gente ya está haciendo fila. ya la fila llega hasta la otra cuadra”. “Hasta ahora ya me hice dos PCR, esta de hoy es la tercera, y no recibí ningún resultado, eso te muestra la cantidad de pruebas que se están analizando. los laboratorios están colapsados y todo está frenado” dice a RFI Cooper Kwan quien es barman y está frustrado. le avisaron que estuvo expuesto a un contagiado y busca, sin éxito, un lugar donde hacerse la prueba rápida. Frente al majestuoso Hotel Plaza, bajo un toldo de plástico con la leyenda COVID TEST en enormes letras negras, Luis González pone todo en orden para irse luego de haber hisopado a cientos de personas. “Somos como una mina de oro; tanta gente nos necesita en este momento. para ser honesto, sí, están con miedo”, dice a RFI Luis González. “Están con miedo de contagiarse ahora que están viendo a sus familias y tanta gente me ha dicho que han estado en contacto con alguien que tiene covid por eso se hacen la prueba”. Hay más de 14 mil nuevos casos diarios en la ciudad y frente a este panorama, comienza a regir ya mismo la vacuna obligatoria para los empleados del sector privado, una medida impulsada por el alcalde Bill de Blasio, que está en sus últimos días en el cargo.  En los pasillos de Bloomingdales, los empleados conversan. La gerencia de la empresa -de unos 8000 empleados- anunció que cumplirá con el mandato y YA no permitirá el ingreso a la tienda de los trabajadores que no estén vacunados. Los únicos exceptuados son quienes ya comunicaron la fecha para su segunda dosis o quienes presentaron y documentaron motivos médicos o religiosos. Un empleado lleva en su bolsillo una carta del Sindicato y se la lee en voz alta a sus compañeros: “El sindicato no quiere que ustedes se resistan a la medida ni enfrenten sanciones. En este momento, en Bloomingdales, rige la política de vacunación”. Lo que quiere decir esto, básicamente, es: vacúnate ya!” Se espera que unas 184 mil empresas cumplan con el mandato y la municipalidad les ha ordenado colocar un letrero visible al público que notifique a los neoyorquinos del cumplimiento. 

Appels sur l'actualité
[Vos réactions] Mali : une cohabitation est-elle possible entre mercenaires russes et militaires Occidentaux ?

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 27, 2021 20:00


Quinze partenaires occidentaux de Bamako condamnent le déploiement semble-t-il imminent de mercenaires russes de la société Wagner au Mali. Pourquoi les autorités de transition ont-elles décidé de franchir la ligne rouge fixée par la France et l'UE ? Comment la présence russe va-t-elle rebattre les cartes au Sahel ? Vos réactions. * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité : Chine, Vladimir Poutine, Wagner

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 27, 2021 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité.  Chine : quelles conséquences peut avoir la nouvelle vague de covid sur l'organisation des JO à Pékin en février ? Par Antoine Bondaz, spécialiste de la Chine, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique et enseignant à Sciences Po. Russie : Vladimir Poutine serait-il prêt à engager des troupes dans un conflit face aux occidentaux ? Par Clémentine Fauconnier, maîtresse de conférence en sciences politiques à l'université de Haute-Alsace, spécialiste de la Russie. Mali : y a-t-il des preuves de la présence dans le pays de mercenaires de Wagner ? Par Niagalé Bagayoko, politologue et présidente de l'African Security Sector Network.   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Les actus du jour - Hugo Décrypte
Je fais le bilan de l'année 2021 : ce qu'il faut retenir (dernier épisode Actus du jour de 2021)

Les actus du jour - Hugo Décrypte

Play Episode Listen Later Dec 24, 2021 13:56


PODCASTChaque jour, en moins de 10 minutes, un résumé de l'actualité du jour. Rapide, facile, accessible. SOURCES : CAPITOLE : Le Parisien, Le PointBIRMANIE : France 24, RFI ISRAEL-PALESTINE : France Info, HugoDécrypteAFGHANISTAN : France Inter, Le Monde, HugoDécrypteBIELORUSSIE - POLOGNE : France 24, Libération, RFISOUS-MARINS : Le Monde, War on the Rocks ETHIOPIE : Le Monde, RFIÉcriture : Blanche Vathonne - Manon de Cabarrus - Paul Bonnaud - Hugo Travers Montage : Leo Henry Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité : Guinée, Libye, Bolloré, naufrage dans la Manche

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 24, 2021 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité.  Economie : pourquoi le groupe Bolloré se sépare de ses activités portuaires et de transport en Afrique ? Par Olivier Rogez, journaliste au service économie de RFI. Libye : l'élection présidentielle pourra-t-elle se tenir fin janvier ? ParHouda Ibrahim, journaliste au service Afrique de RFI. France : que reproche l'association Utopia 56 aux préfets de la Manche et deux responsables des secours français et britannique suite à la mort de 27 migrants dans la Manche ? Par Nikolaï Posner, coordinateur de la communication d'Utopia 56. Guinée : pourquoi le chef de la junte militaire prévoyait de rebaptiser l'aéroport international de Conakry du nom de l'ancien président Ahmed Sékou Touré ? Par Kabinet Fofana, analyste politique, directeur de l'Association guinéenne de sciences politiques.   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

French Podcast
News in Slow French #565 - Intermediate French Weekly Program

French Podcast

Play Episode Listen Later Dec 24, 2021 3:54


Nous commencerons la première partie de notre émission en abordant la forte recommandation donnée lundi par le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) d'éviter les rassemblements pendant les fêtes en raison du variant Omicron, qui continue de se propager. Nous parlerons ensuite de la décision de la Cour suprême britannique de ne pas laisser Nicolás Maduro accéder aux réserves d'or vénézuélien conservées à la banque d'Angleterre. Puis, dans la partie scientifique de notre programme, nous discuterons de la façon dont les mouches utilisent des calculs mathématiques complexes pour se diriger selon des études récentes. Enfin, nous commenterons le choix du magazine Time de nommer le PDG de Tesla et Spacex, Elon Musk, comme la personnalité de l'année.    Poursuivons maintenant avec l'annonce de la deuxième partie de notre émission, « Trending in France ». Cette semaine, nous discuterons d'une exposition de crypto art qui a eu lieu à Paris la semaine dernière. Nous parlerons pour finir de la ville de Lyon, qui vient d'être désignée par les World Travel Awards comme première destination touristique à voir dans le monde en 2022 - Le chef de l'OMS met en garde contre les conséquences désastreuses des fêtes de fin d'année - La Cour suprême du Royaume-Uni juge que Maduro ne peut pas avoir accès aux réserves d'or du Venezuela - Les mouches font des calculs mathématiques complexes pour se diriger - Elon Musk désigné personnalité de l'année. Le pire choix de l'histoire ? - Une exposition de « crypto art » à Paris - Lyon, première destination mondiale à voir en 2022

Italian Podcast
News in Slow Italian #467- Italian, Grammar, News and Expressions

Italian Podcast

Play Episode Listen Later Dec 24, 2021 4:14


Inizieremo la prima parte del nostro programma con la forte raccomandazione, data lunedì dal Direttore Generale dell'Organizzazione Mondiale della Sanità (OMS), di evitare i raduni durante le feste, a causa del diffondersi della variante Omicron. Subito dopo, commenteremo una sentenza della Corte suprema del Regno Unito, secondo la quale Nicolás Maduro non ha diritto di accedere alle riserve d'oro venezuelane, custodite presso la banca d'Inghilterra. Poi, nel segmento del nostro programma dedicato alla scienza, vi racconteremo di uno studio sui complessi calcoli matematici usati dalle mosche per muoversi. Infine, commenteremo la decisione del Time di nominare Elon Musk, amministratore delegato di Tesla e SpaceX, a persona dell'anno.    La seconda parte del programma, come di consueto, sarà dedicata agli avvenimenti italiani nel segmento Trending in Italy. Questa settimana discuteremo delle difficoltà economiche che hanno colpito l'industria italiana della lavorazione del corallo rosso, la cui pesca intensiva ne ha messo a repentaglio la sopravvivenza. Poi parleremo di RePAIR, un innovativo progetto di restauro che si avvale di sistemi robotici all'avanguardia per ricomporre i frammenti di alcuni reperti provenienti dal sito archeologico di Pompei. - In vista delle festività, il Direttore Generale dell'OMS mette in guardia contro possibili conseguenze disastrose - La Corte Suprema britannica sentenzia che Maduro non può accedere alle riserve d'oro del Venezuela - Le mosche utilizzano calcoli matematici complessi per orientarsi - Elon Musk è stato nominato persona dell'anno. È stata la scelta peggiore di sempre? - Il corallo rosso sostenibile di Torre del Greco - Robot ricostruiscono a Pompei manufatti distrutti