Podcasts about moscou

Share on
Share on Facebook
Share on Twitter
Share on Reddit
Share on LinkedIn
Copy link to clipboard

Capital of Russia

  • 704PODCASTS
  • 2,116EPISODES
  • 27mAVG DURATION
  • 5DAILY NEW EPISODES
  • Jul 3, 2022LATEST
moscou

POPULARITY

20122013201420152016201720182019202020212022


Best podcasts about moscou

Show all podcasts related to moscou

Latest podcast episodes about moscou

Le Nouvel Esprit Public
G7 et OTAN face à la guerre en Ukraine / Algérie : 60 ans après l'indépendance / n°252 / 3 juillet 2022

Le Nouvel Esprit Public

Play Episode Listen Later Jul 3, 2022 61:12


Connaissez-vous notre site ? www.lenouvelespritpublic.frUne émission de Philippe Meyer, enregistrée au studio l'Arrière-boutique le 1er juillet 2022.Avec cette semaine :Akram Belkaïd, journaliste au Monde diplomatique.Marc-Olivier Padis, directeur des études de la fondation Terra Nova.Michaela Wiegel, correspondante à Paris de la Frankfurter Allgemeine Zeitung.G7 ET OTAN FACE À LA GUERRE EN UKRAINEQuatre mois après le début de la guerre en Ukraine, au G7, de dimanche à mardi en Allemagne, puis lors du sommet de l'OTAN, de mardi soir à jeudi à Madrid, les Occidentaux ont tenté de surmonter les tensions et divergences que le prolongement de la guerre risque de creuser. A Elmau, en Bavière, les sept dirigeants des pays les plus riches ont décidé de frapper l'économie russe en « travaillant » sur un plafonnement du prix du pétrole russe et en imposant des restrictions à l'importation de l'or russe. Les dirigeants du G7 ont promis de soutenir l'Ukraine « tant qu'il le faudra » sur le plan militaire, financier, humanitaire ou diplomatique. Ils sont prêts à injecter cette année jusqu'à 28 Mds€ dans le budget de l'Etat ukrainien. Depuis le début de la guerre, le 24 février, les pays du G7 ont déjà promis l'équivalent de plus de 2,6 Mds€ d'aide humanitaire. Bien que le G7 joue un rôle central dans la coordination des sanctions engagées contre la Russie et dans l'aide apportée à l'Ukraine, il est tenu de composer avec les nombreux pays asiatiques, africains et latino-américains qui refusent de choisir leur camp et s'inquiètent des conséquences du retour de la guerre en Europe. Raison pour laquelle cinq dirigeants du Sud ont été invités lundi au sommet du G7.Le sommet de l'OTAN à Madrid, du 28 au 30 juin, s'est ouvert par la levée du veto turc sur l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN. Puis, les Etats-Unis ont annoncé l'envoi de nouveaux renforts militaires terrestres, maritimes et aériens américains en Europe afin de muscler les capacités de défense de l'OTAN face à la Russie, même si certaines de ces annonces viennent parachever des projets amorcés depuis plusieurs années. L'OTAN veut pouvoir mobiliser plus de 300 000 soldats en Europe. Dans une interview à l'ARD, le chancelier Olaf Scholz a assuré que la Bundeswehr allait devenir « la plus grande armée conventionnelle » d'Europe. Désormais, la stratégie de « défense avancée » de l'Otan consiste à déployer à l'Est une puissance de feu suffisante pour empêcher les chars russes de percer en premier. L'Alliance retrouve ainsi sa mission première : la défense du territoire de ses pays membres contre la menace russe. Le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg a déclaré que la Russie représente « la menace la plus importante et la plus directe » pour la sécurité de la coalition militaire occidentale. Invité par visio-conférence aux deux sommets, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté chaque fois les Occidentaux à intensifier les livraisons d'armements lourds à l'Ukraine et les sanctions contre Moscou afin que la guerre menée par la Russie dans son pays prenne fin avant l'hiver. Cependant, l'OTAN prévoit une guerre longue.Outre les chefs d'Etat et de gouvernement des 30 pays membres de l'OTAN, ainsi que ceux des deux nouveaux candidats, Finlande et Suède, pour la première fois, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud et le Japon ont été invités à participer au sommet de l'Alliance sous l'impulsion des Etats-Unis.***ALGÉRIE : 60 ANS APRÈS L'INDÉPENDANCE Le 5 juillet 1962, la France quittait l'Algérie après plus d'un siècle de domination coloniale. La célébration de cet anniversaire intervient dans un climat social morose. Les espoirs de libéralisation nés en 2019 lors du départ du président Abdelaziz Bouteflika, poussé par le Hirak un mouvement de protestation populaire, à renoncer à briguer un cinquième mandat après vingt ans de pouvoir, ont fait long feu. Depuis, le régime a embastillé journalistes et défenseurs des droits humains. Au cours des six premiers mois de 2022, près de 300 Algériens ont été placés derrière les barreaux pour délit d'opinion, selon l'organisme Algerian Detainees. Depuis 2019, plus de 600 citoyens ont été arrêtés pour avoir manifesté ou même simplement soutenu l'opposition au régime en place. Après les militants du Hirak, les manifestants, les leaders des partis d'opposition et les journalistes, premiers dans la ligne de mire du pouvoir en place, ce sont désormais les avocats des accusés qui se retrouvent inculpés. Le divorce entre le peuple et ses dirigeants a été illustré par la participation indigente au référendum constitutionnel de novembre 2020. Moins du quart du corps électoral s'est déplacé. La pandémie a aggravé les vulnérabilités de l'économie, qui s'est contractée de près de 5 % en 2020. Les déficits des comptes publics se creusent, l'inflation galope, le chômage affecte un jeune sur quatre et la dépendance absolue au pétrole et au gaz (qui fournissent plus de 90 % des recettes d'exportation) rend nécessaire une reconversion profonde de l'économie que le pouvoir semble incapable d'engager. Dans ce pays de 45 millions d'habitants où les moins de 30 ans représentent plus de la moitié de la population, la jeunesse vote avec ses pieds : au moins 10 000 Algériens ont rejoint l'Espagne clandestinement depuis le début de 2021. Sur cet arrière-plan de crise politique, économique et sociale, le pouvoir cherche son salut dans le durcissement extérieur. Avec Paris, il a engagé un bras de fer sur l'épineuse question mémorielle. Il a coupé les liens avec le Maroc, avec qui la relation était déjà déplorable. La rupture a été matérialisée par la fermeture, depuis le 31 octobre 2021, du gazoduc qui alimentait le royaume chérifien et, au-delà, l'Espagne.Le quotidien algérien El Watan observe que « l'idéal post-indépendance tant imaginé par les pères fondateurs de la nation algérienne n'est pas encore atteint […] La question sociale, celle du patriarcat, la condition des femmes, la place du religieux dans l'ordre social et politique ou la question de la diversité linguistique et culturelle sont autant d'interrogations qui conditionnent le devenir du pays ».Toutefois, la hausse des cours des hydrocarbures provoquée par la guerre en Ukraine offre au pouvoir une marge de manœuvre en matière de redistribution. Selon les prévisions du Fonds monétaire international, les recettes de l'Algérie devraient atteindre 58 milliards de dollars en 2022, contre 34 milliards en 2021 et 20 milliards en 2020. Même si les prix du blé et des autres produits alimentaires importés explosent, la situation financière s'améliore nettement permettant d'acheter la paix sociale.Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité sur https://art19.com/privacy ainsi que la notice de confidentialité de la Californie sur https://art19.com/privacy#do-not-sell-my-info.

Le journal de 18h00
Ukraine : les séparatistes pro-russes affirment encercler Lyssytchansk

Le journal de 18h00

Play Episode Listen Later Jul 2, 2022 10:03


durée : 00:10:03 - Journal de 18h - Une nouvelle cible de Moscou pourrait tomber en Ukraine : la ville de Lyssytchansk dans l'est du pays. Mais l'armée ukrainienne affirme toujours contrôler les lieux.

Une semaine dans le monde
OTAN : Les alliés face à la Russie

Une semaine dans le monde

Play Episode Listen Later Jul 1, 2022 43:54


Le sommet de l'OTAN, dans la foulée du G7, s'est tenu cette semaine à Madrid pendant 3 jours. Présenté comme un "tournant" en pleine guerre en Ukraine, ce sommet a concrétisé la rupture des alliés avec Moscou. L'OTAN s'est mis d'accord sur un nouveau concept stratégique qui désigne la Russie comme principale menace. La Chine est également pointée du doigt.

Forum - La 1ere
Des liaisons dangereuses entre Minsk et Moscou

Forum - La 1ere

Play Episode Listen Later Jul 1, 2022 2:48


Le journal de 22h00
En difficulté dans l'est, l'Ukraine se félicite d'avoir chassé les Russes de l'Ile aux serpents

Le journal de 22h00

Play Episode Listen Later Jun 30, 2022 15:02


durée : 00:15:02 - Journal de 22h - Un caillou dans la chaussure de Moscou, ou plus exactement quelques hectares au large de la mer noire. L'île aux serpents, dont l'armée russe confirme s'être retirée. Une victoire aussi importante que symbolique pour l'Ukraine. - invités : Olivier Rouquan politologue, enseignant-chercheur en sciences politiques et chercheur associé au CERSA (Centre d'Etudes et de Recherches de Sciences Administratives et Politiques)

Forum - La 1ere
Moscou réagit négativement à l'élargissement de l'Otan

Forum - La 1ere

Play Episode Listen Later Jun 30, 2022 2:49


Le Feuilleton
"Vie et Destin" de Vassili Grossman 32/60 : Retour à Moscou

Le Feuilleton

Play Episode Listen Later Jun 29, 2022 19:22


durée : 00:19:22 - Le Feuilleton - Qu'il était curieux de penser que les rues, les maisons, les choses que l'on oubliait ne disparaissaient pas, et de les retrouver, de se retrouver parmi elles !

Le Feuilleton
"Vie et Destin" de Vassili Grossman 7/60 : Kouïbychev

Le Feuilleton

Play Episode Listen Later Jun 29, 2022 19:51


durée : 00:19:51 - Le Feuilleton - Kouïbychev était devenue la capitale d'un jour, où s'était réfugiée la vie de Moscou avec ses ministères, ses écrivains célèbres et ses journalistes étrangers.

C dans l'air
RUSSIE/OTAN : LE POINT DE NON-RETOUR – 29/06/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Jun 29, 2022 67:46


RUSSIE/OTAN : LE POINT DE NON-RETOUR – 29/06/22 Invités FRANÇOIS CLEMENCEAU Rédacteur en chef international - « Le Journal du Dimanche » GÉNÉRAL JEAN-PAUL PALOMÉROS Ancien chef d'état-major / Ancien commandant suprême de la transformation de l'OTAN JEAN-DOMINIQUE MERCHET Éditorialiste - « l'Opinion » Spécialiste des questions de défense et diplomatie RYM MOMTAZ Chercheuse en politique étrangère et de défense International Institute for Strategic Studies La guerre en Ukraine est ce mercredi au cœur du sommet de l'Otan à Madrid, où plus de 40 chefs d'Etat et de gouvernement sont réunis pour discuter de l'avenir de l'Alliance atlantique, que Suède et Finlande vont pouvoir rejoindre. Il n'y a en effet plus d'obstacle désormais, la Turquie a levé son véto à l'ouverture du sommet. Jusque-là Ankara bloquait l'adhésion de Stockholm et d'Helsinski, car elle les accusait d'accueillir des militants de l'organisation kurde PKK, qu'elle considère comme « terroriste ». Mais les deux capitales se sont engagées à coopérer avec Ankara. Un accord salué par Emmanuel Macron qui ouvre la voie ces prochaines années à l'entrée de la Finlande dans l'OTAN, ce qui ne serait pas anodin pour l'Alliance car le pays nordique dispose de l'une des premières forces d'artillerie en Europe. Mais d'ici là, face à la « menace directe » que représente la Russie, les pays de l'Otan ont décidé de renforcer leur présence militaire sur le continent européen, et en premier lieu les Etats-Unis avec la mise en place durable d'unités et de structures pérennes. Ainsi après avoir expliqué que cette année « 20 000 militaires américaines supplémentaires » ont été déployés « en Europe pour renforcer nos lignes en réponse aux initiatives agressives de la Russie », le président américain Joe Biden a indiqué que les capacités américaines vont être dopées en Espagne, en Pologne, en Roumanie, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie et dans les États baltes où la montée de tension autour de Kaliningrad inquiète. L'enclave russe coincée entre la Pologne et la Lituanie, qui constitue le point le plus avancé de la Russie en Europe, est depuis des années un objet de préoccupation des membres de l'Alliance. Mais avec l'invasion de l'Ukraine et surtout la mise en place le week-end dernier par la Lituanie de restrictions d'approvisionnement de certaines marchandises, en adéquation avec les sanctions adoptées par l'UE, Kaliningrad est redevenue un sujet prioritaire. Car la Russie dénonce un blocus et promet de réagir. Moscou a également estimé ce mercredi que le sommet de l'Otan à Madrid démontre l'agressivité de l'Alliance à l'égard de la Russie et a qualifié l'élargissement à la Finlande et à la Suède de « profondément déstabilisateur ». Alors jusqu'où ira ce bras-de-fer ? Se dirige-t-on vers une escalade entre Russie et Lituanie ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

L'info en intégrale - Europe 1
Sommet de l'Otan à Madrid : «Un sommet du tournant»

L'info en intégrale - Europe 1

Play Episode Listen Later Jun 28, 2022 1:22


Le sommet de l'Otan se tient à Madrid du 28 au 30 Juin, il y est question de placer Moscou en ennemie, mais aussi de l'éventuel élargissement de la Suède et la Finlande à l'Alliance transatlantique.

24H Pujadas - Les partis pris
Ukraine : La brioche, l'autre arme de la résistance

24H Pujadas - Les partis pris

Play Episode Listen Later Jun 28, 2022 6:40


Ça s'est passé à Izioum en début du mois d'avril. Les soldats russes viennent de prendre cette ville de 45 000 habitants, à l'Est du pays. C'est le tout début de la phase deux de la guerre, l'offensive dans le Donbass. Izioum est un point d'appui important pour Moscou. La ville est presque entièrement détruite. Mais, certains habitants sont restés et de nouveaux occupants russes affamés, en particulier les soldats de la troisième division blindée, s'assurent de la sécurité des lieux et de l'obéissance de la population. Sachant que les soldats russes au front ont faim, des femmes ukrainiennes leur offrent des brioches ressemblant au pirojki russe, fourrées avec de la viande, de la pomme de terre, du fromage… C'est très bon. Les hommes, eux, se chargent de l'apéritif, un petit verre de schnaps artisanal pour les nouveaux arrivants. Certains peuvent même repartir avec des bouteilles pour leurs régiments. Sauf que comme dans les meilleurs films de résistance, c'est un cadeau empoisonné. Deux soldats russes meurent quelques minutes après avoir mangé ces brioches et les autres sont pris de vomissement. Plus de détails dans la vidéo en tête de cet article.

Vivre FM - L'info différente
Journal des sports - Julian ALAPHILIPPE, grand absent de l'édition 2022 du Tour de France

Vivre FM - L'info différente

Play Episode Listen Later Jun 28, 2022 6:11


Au programme... Le double champion du monde en titre n'a pas été sélectionné par son équipe pour le Tour de France, 2 mois après sa lourdes chute sur Liège-Bastogne-Liège, la basketteuse américaine Brittney GRINER présentée devant les juges russes après son interpellation à Moscou en février dernier, en Tennis, retour sur les résultats et les matchs à venir lors du premier tour du tournoi du Grand Chelem, et Fabien BARTHEZ, célébre gardien but de l'équipe de France championne du monde et d'Europe en 1998 et 2000 fête ses 51 ans.

Le débat
Le G7 peut-il mettre fin à la guerre ? Les pays unis face à Moscou

Le débat

Play Episode Listen Later Jun 27, 2022 44:31


Le sommet du G7 s'est poursuivi ce lundi dans le sud de l'Allemagne en Bavière. Au cœur des discussions, la guerre en Ukraine. Les sept pays les plus industrialisés de la planète ont réaffirmé leur aide à Kiev. Ils ont promis de continuer à soutenir le pays dans tous les domaines "aussi longtemps qu'il le faudra". Présent par visioconférence au sommet ce lundi matin, le président ukrainien Volodymyr Zelensky leur a demandé de faire le maximum pour mettre fin à la guerre avant l'hiver.

Invité de la mi-journée
Nouvelles sanctions contre Moscou: «L'effort ne se porte pas sur un seul champ mais sur plusieurs»

Invité de la mi-journée

Play Episode Listen Later Jun 27, 2022 6:03


La guerre en Ukraine domine toujours très largement le sommet du G7 en Allemagne où, au cours duquel le président ukrainien s'est de nouveau exprimé par visioconférence ce matin, pour demander une fois encore un soutien total de l'Occident face à Moscou. L'appel de Volodymyr Zelensky a apparemment été entendu puisqu'avant même sa prise de parole, les dirigeants des sept pays les plus riches du globe ont annoncé de nouvelles sanctions contre la Russie. Le décryptage de Christine Dugoin-Clément, analyste en Géopolitique, chercheure au sein du Think tank CAPEurope et auteure de l'ouvrage Influence et manipulations. Des conflits modernes aux guerres économiques, VA Éditions.

Podcast Internacional - Agência Radioweb
Sanções do G7 contra Rússia visam ouro, petróleo e armas militares

Podcast Internacional - Agência Radioweb

Play Episode Listen Later Jun 27, 2022 3:38


Os dirigentes do grupo formado por Alemanha, Canadá, Estados Unidos, França, Itália, Japão e Reino Unido decidiram endurecer as sanções contra Moscou e discutem meios de atenuar a crise energética e alimentar decorrente da guerra na Ucrânia. O Linha Direta é uma parceria da Agência Radioweb e da Rádio França Internacional.

Choses à Savoir ÉCONOMIE
Comment l'Allemagne compense-t-elle le gaz russe ?

Choses à Savoir ÉCONOMIE

Play Episode Listen Later Jun 27, 2022 2:37


Dans le contexte de la guerre en Ukraine, le gaz représente une arme essentielle pour Vladimir Poutine. Face à une réduction des livraisons russes, l'Allemagne vient de prendre des mesures d'urgence. Une limitation des envois de gaz Plus que d'autres pays européens, comme la France, l'Allemagne est dépendante du gaz russe. Avant la guerre, plus de la moitié du gaz utilisé en Allemagne provenait de Russie. Même si cette proportion a été ramenée à 35 %, l'économie allemande demeure encore trop liée à ces arrivages de gaz russe. C'est pourquoi le gouvernement d'Olaf Scholz a dû prendre certaines décisions pour réduire cette dépendance à la Russie. Et ce d'autant plus que Moscou a réduit ses exportations de gaz à destination de l'Allemagne. Ainsi, les envois ont d'abord diminué de 40 %, puis à nouveau de 33 %. Même si la Russie a invoqué des problèmes techniques pour justifier ce ralentissement des arrivages, nul ne doute qu'il s'agit en fait d'une mesure de rétorsion. Le retour du charbon Pour faire face à cette situation, les autorités allemandes ont pris une décision qui a dû leur coûter. Elle est en effet en contradiction avec l'un des axes majeurs du programme de la coalition au pouvoir à Berlin. Elle avait en effet promis de limiter peu à peu le recours au charbon. Cette source d'énergie fossile devait même être abandonnée à l'horizon 2030. Mais, nécessité faisant loi, le chancelier Scholz a dû se résoudre à revenir sur cette promesse. Il ne s'agit pas, cependant, d'ouvrir de nouvelles centrales à charbon, mais de réactiver des centrales dites de "réserve", auxquelles on ne devait avoir recours qu'en cas d'urgence. Le gouvernement envisage une autre piste, pour faire face à cette relative pénurie de gaz. Il veut encourager les consommateurs, et notamment les entreprises, à utiliser cette source d'énergie avec parcimonie. Pour leur donner de bonnes habitudes, le gouvernement a même décidé de récompenser celles qui feront le plus d'économies de gaz. Même si le niveau des réserves est assez haut et la sécurité de l'approvisionnement garantie pour le moment, il n'a pas exclu de durcir ce rationnement. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Aziz Mustaphi
La crise énergétique vire au casse-tête pour les Occidentaux

Aziz Mustaphi

Play Episode Listen Later Jun 27, 2022 1:13


Le G7 envisage de plafonner le prix du pétrole russe. Une nouvelle sanction en perspective contre Moscou, pour assécher le financement de la guerre en Ukraine. Et aussi la dernière piste sur la table pour résoudre le casse-tête de la crise énergétique mondiale. --- Send in a voice message: https://anchor.fm/aziz-mustaphi/message

Aujourd'hui l'économie
La crise énergétique vire au casse-tête pour les Occidentaux

Aujourd'hui l'économie

Play Episode Listen Later Jun 27, 2022 4:12


Le G7 envisage de plafonner le prix du pétrole russe. Une nouvelle sanction en perspective contre Moscou pour assécher le financement de la guerre en Ukraine. Et aussi la dernière piste sur la table pour résoudre le casse-tête de la crise énergétique mondiale. En sanctionnant le pétrole et le gaz russes, les Occidentaux se retrouvent pris au piège. Ils veulent aujourd'hui accentuer la pression sur Vladimir Poutine. Et en même temps préserver leur approvisionnement, à un prix supportable pour les ménages et les entreprises, et donc pour leur économie. Avec 20% de la production mondiale de pétrole aujourd'hui soumise à des sanctions, outre celle de la Russie, celle de grands producteurs comme l'Iran et le Venezuela, les pays consommateurs savent qu'une sanction plus sévère sur les hydrocarbures russes risque d'envoyer le pétrole à des sommets inédits. On parle de 180 dollars le baril, un niveau qui provoquerait une violente crise économique et sociale. ► À lire aussi :  L'Allemagne «court à la pénurie de gaz», alerte le ministre de l'Économie D'où l'idée de ce plafond. L'Italien Mario Draghi estime qu'il pourrait tarir l'une des causes majeures de l'inflation. Les discussions vont se poursuivre ce 27 juin avec la participation de l'Inde, devenue le deuxième client du pétrole russe au mois de mai. Certains pays du G7 font pression pour que les nouveaux investissements dans les énergies fossiles soient reconnus comme nécessaires. Sanctionner le pétrole russe et en même temps préserver la lutte contre le réchauffement climatique, c'est l'autre mission impossible du casse-tête énergétique. Plusieurs pays ont déjà opté pour l'économie plutôt que l'écologie avec un recours accru au charbon. Comme l'Allemagne, l'Autriche et les Pays-Bas. Le gouvernement français envisage de réactiver la centrale électrique au charbon de Saint-Avold ; elle est pourtant fermée depuis le mois de mars dans le cadre de la transition énergétique. La question d'un assouplissement des objectifs climatiques de 2030 sera aussi au cœur des réunions des ministres européens de l'Environnement prévues le 28 juin. Comment réagissent les milieux économiques ? Aux États-Unis, il y a bien sûr un intense lobbying en faveur des énergies fossiles. Avec le soutien fidèle des républicains. Comme sur l'avortement, on peut craindre un retour en arrière sur les ambitions climat, sous la pression des plus conservateurs, hostiles aux réglementations environnementales. ► À lire aussi : États-Unis: Joe Biden veut suspendre les taxes sur l'essence pour combattre l'inflation Mais il y a aussi un autre discours pro-climat qui se fait entendre au niveau mondial. Dans une lettre ouverte adressée au G7, 400 dirigeants de grandes entreprises, aussi bien des banques que des majors, comme Shell, exhortent les gouvernants à intensifier l'action en faveur du climat. Ils exigent de la clarté et de la stabilité pour parvenir aux objectifs de neutralité carbone. Ils réclament qu'un prix du carbone soit fixé au plus vite. Les patrons d'EDF, TotalEnergies et Engie en faveur de la sobriété D'après eux, il faut réduire la consommation d'énergie dès maintenant. Agir dès cet été pour mieux aborder l'hiver. L'Allemagne et l'Espagne ont déjà mis en place des mesures de restriction de la consommation. Ce n'est pas encore le cas en France. Cette crise énergétique entre en collision avec celle du climat. En fait, les deux se rejoignent et imposent un changement rapide de modèle passant par la fin des combustions fossiles. Mais les gouvernants ont surtout les yeux rivés sur les indicateurs économiques, sur cette inflation qui provoque pauvreté et colère dans le monde entier. ► EN BREF D'après l'agence Bloomberg, la Russie a fait défaut sur sa dette extérieure pour la première fois en plus d'un siècle. Car elle a manqué l'échéance de ce dimanche. Le paiement d'intérêts de 100 millions de dollars était dû le 27 mai. La Russie affirme avoir versé ce montant, qui aurait dû être redistribué dans les 30 jours qui suivent aux créanciers. L'argent n'est pas arrivé, le défaut est donc avéré. Une farce, selon le ministre russe des Finances, puisque son pays a les devises disponibles, mais ne peut pas le verser par les canaux habituels en raison des sanctions.

Franck Ferrand raconte...
Tito, le non-aligné

Franck Ferrand raconte...

Play Episode Listen Later Jun 27, 2022 24:36


Formé à Moscou dans les années 30, Tito prend la tête de la résistance yougoslave contre les nazis et, une fois au pouvoir, s'oppose à Staline… Mention légales : Vos données de connexion, dont votre adresse IP, sont traités par Radio Classique, responsable de traitement, sur la base de son intérêt légitime, par l'intermédiaire de son sous-traitant Ausha, à des fins de réalisation de statistiques agréées et de lutte contre la fraude. Ces données sont supprimées en temps réel pour la finalité statistique et sous cinq mois à compter de la collecte à des fins de lutte contre la fraude. Pour plus d'informations sur les traitements réalisés par Radio Classique et exercer vos droits, consultez notre Politique de confidentialité.

Les journaux de France Culture
Le soutien à l'Ukraine et les sanctions contre la Russie au menu du sommet du G7 en Allemagne

Les journaux de France Culture

Play Episode Listen Later Jun 26, 2022 14:46


durée : 00:14:46 - Journal de 12h30 - Comment venir davantage en aide à l'Ukraine ? Le sujet est au cœur du sommet du G7 en Allemagne ce dimanche. Premier signal envoyé à l'Ukraine : l'interdiction d'importation d'or russe est élargie, alors que Kiev réclame davantage de sanctions contre Moscou.

Le journal de 12h30
Le soutien à l'Ukraine et les sanctions contre la Russie au menu du sommet du G7 en Allemagne

Le journal de 12h30

Play Episode Listen Later Jun 26, 2022 14:46


durée : 00:14:46 - Journal de 12h30 - Comment venir davantage en aide à l'Ukraine ? Le sujet est au cœur du sommet du G7 en Allemagne ce dimanche. Premier signal envoyé à l'Ukraine : l'interdiction d'importation d'or russe est élargie, alors que Kiev réclame davantage de sanctions contre Moscou.

Lignes de défense
Kaliningrad: une fragile citadelle russe au cœur de l'Europe

Lignes de défense

Play Episode Listen Later Jun 26, 2022 2:32


Nouveau point chaud de la tension entre Moscou et l'Occident : l'enclave russe de Kaliningrad, sur la mer Baltique, est de plus en plus isolée par les sanctions occidentales. Moscou a promis, le 21 juin, de « sérieuses » représailles contre la Lituanie qui interdit à Moscou le transfert de certaines marchandises par le rail. Kaliningrad, ces dernières années, est devenue une place forte militaire, un îlot russe au sein de l'Europe et de l'Otan. Mais c'est aussi pour Moscou, un véritable gouffre financier. ► À lire aussi : Moscou promet des représailles contre Vilnius après les restrictions de transit vers Kaliningrad

En sol majeur
Ludmila Berlinskaïa... jusqu'au bout des doigts

En sol majeur

Play Episode Listen Later Jun 25, 2022 48:30


Peut-être aurons-nous droit à une leçon de piano aujourd'hui. Autrement dit, une leçon d'amour. Ses doigts d'enfant prodige courent en mi bémol majeur depuis les années Khrouchtchev… L'Union Soviétique n'est plus, mais la musique deChostakovich a survécu. Grande spécialiste du compositeur, soliste d'exception et fille du violoncelliste Valentin Berlinsky (le fondateur du quatuor Borodine), Ludmila Berlinskaïa assure la pérennité de certaines grandes œuvres. Elle va et vient, entre Moscou et Paris, le jazz et le classique et, en ces temps de guerre ukrainienne, elle tente de faire entendre une autre musique que celle de la censure ou du boycott. Qui va piano va solo découvrir un duo est-ouest entre la Berlinskaïa et son amoureux Arthur Ancelle autour de leur album Tsfasman, Gershwin. Autour également de leur dispute amusée autour de Debussy ou Tchaïkovski, pour un public en barboteuse. Ça s'appelle Ma boîte à musique et ça donne envie de Grande musique dès le berceau.   Les choix musicaux de Ludmila Berlinskaïa Ludmila Berlinskaïa et Arthur Ancelle - Jazz suite n°1, snowflakes The Beatles - The fool on the hill.

On n'arrête pas l'éco
Avec Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur

On n'arrête pas l'éco

Play Episode Listen Later Jun 25, 2022 47:02


durée : 00:47:02 - On n'arrete pas l'éco - par : Alexandra Bensaid - Quand l'Ukraine rêve d'Europe, Moscou coupe le gaz... Ce samedi, questions au commissaire européen au marché intérieur. Energie, semi-conducteurs, métaux stratégiques... Où en sommes-nous de nos dépendances ?

C dans l'air
UKRAINE EN EUROPE : QUE VA FAIRE POUTINE ? – 24/06/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Jun 24, 2022 66:14


UKRAINE EN EUROPE : QUE VA FAIRE POUTINE ? – 24/06/22 Invités PIERRE HASKI Chroniqueur international « France Inter » et « L'Obs » JEAN-DOMINIQUE GIULIANI Président de la Fondation Robert Schuman et de l'ILERI Auteur de « Européen sans complexe » RYM MOMTAZ Chercheuse en politique étrangère et de défense International Institute for Strategic Studies PIERRE HAROCHE Chercheur en sécurité européenne Institut de Recherche Stratégique de l'École Militaire L'Ukraine et la Moldavie sont désormais officiellement candidates à l'entrée dans l'Union européenne. Réunis à Bruxelles, les Vingt-Sept ont dit oui hier soir tout en prévenant que l'adhésion de ces pays prendra du temps. « Mais nous avons avancé à pas de géant (…) C'est un signal très fort vis-à-vis de la Russie » a déclaré Emmanuel Macron. Tous les dirigeants européens ont également salué un moment historique. Dans la foulée, ils se sont entretenus par visioconférence avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky qui a parlé lui aussi d'« un moment unique et historique ». « C'est le plus grand pas franchi pour le renforcement de l'Europe » a-t-il ajouté. L'Ukraine avait déposé sa candidature peu après le déclenchement fin février de la guerre menée par Moscou sur son territoire et jamais l'UE n'a été aussi prompte à accorder ce statut de candidat. Néanmoins plusieurs représentants des États membres ont averti que les Ukrainiens ne devaient « pas se faire d'illusions » sur une adhésion rapide. Emmanuel Macron avait d'ailleurs estimé en mai qu'une adhésion de Kiev prendrait « des décennies ». Le chemin sera long mais ce feu vert des Vingt-Sept est une victoire diplomatique pour Kiev alors que sur le terrain, dans le Donbass, les forces russes continuent de progresser. Ainsi les forces ukrainiennes ont reçu l'ordre ce vendredi de se retirer de la ville de Severodonetsk, théâtre depuis des jours d'âpres combats avec l'armée russe. La prise de cette ville-clé, à l'est de l'Ukraine, est une étape cruciale dans la conquête totale du Donbass, déjà en partie tenu par des séparatistes prorusses. Mais les répercussions de cette guerre se font sentir également en plein cœur de l'Europe, à Kaliningrad, bout de territoire russe coincé entre la Pologne et les Pays Baltes. En début de semaine la Lituanie a annoncé des restrictions sur certains produits sanctionnés par l'UE qui transitent sur son sol en direction de l'enclave. Colère de Moscou qui a qualifié cette mesure de « sans précédent », de « blocus » et a menacé Vilnius de représailles sérieuses. Kaliningrad, bastion stratégique et nucléaire de la Russie en Europe, devrait s'ajouter à la longue liste des questions abordées, avec Taïwan, lors du sommet de l'Otan, qui se tiendra sur deux jours, à Madrid, à partir du 28 juin. Ce rendez-vous doit permettre à l'Alliance se doter d'un nouveau « Concept stratégique » en mettant à jour sa stratégie politique et militaire, mais aussi son fonctionnement, face à ses « rivaux systémiques » Russie et Chine, ainsi que l'apparition de nouveaux enjeux (pandémies, crise climatique, cybersécurité…). DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Grand angle
L'enclave russe de Kaliningrad, nouveau point chaud de l'Europe de l'Est

Grand angle

Play Episode Listen Later Jun 24, 2022 2:38


durée : 00:02:38 - Grand angle - Kaliningrad est une enclave russe grosse comme un département français. Un million d'habitants sont coincés entre la Mer Baltique, la Pologne et la Lituanie, à qui Moscou reproche d'imposer un blocus sur ce territoire en empêchant le trafic de marchandises entre la Russie et son enclave.

Accents d'Europe
Kiev cherche à rompre les derniers liens culturels avec Moscou

Accents d'Europe

Play Episode Listen Later Jun 22, 2022 19:30


Voilà bientôt 4 mois que Moscou a lancé son opération sur le sol ukrainien. Quatre mois de guerre, et le fossé qui se creuse irrémédiablement entre la Russie et l'Ukraine. Ainsi, le Parlement ukrainien a voté deux lois pour imposer de sévères restrictions aux livres et à la musique russes en Ukraine. Les explications de Stéphane Siohan. En France, le prix des carburants n'a pas fini de s'envoler : on est bien passé au-dessus des 2 euros le litre. Alors face à la flambée des prix, les automobilistes s'adaptent. Lise Verbeke.   Des bénévoles dans les Alpages pour protéger les troupeaux du loup Direction les Alpages, à la rencontre du loup. Sa présence de plus en plus nombreuse est un plus pour la biodiversité, estiment les associations de défense de l'environnement alors que de nombreux éleveurs la voient comme une angoisse permanente. En Suisse, l'association OPPAL envoie des bénévoles dans les Alpages pour surveiller les troupeaux. Jérémie Lanche.   Un chien-robot pour le site archéologique de Pompei Depuis plusieurs semaines, Spot, un chien-robot promène sa silhouette longiligne et métallique au milieu des ruines de Pompei, dans le sud de l'Italie. Cécile Debarge.   En un mot : They La transidentité dans le langage à travers l'emploi du pronom «They» au Royaume-Uni. Marie Billon.

Notícia no Seu Tempo
Para intervir na Petrobras, ala do governo mira Lei das Estatais

Notícia no Seu Tempo

Play Episode Listen Later Jun 22, 2022 9:07


No podcast ‘Notícia No Seu Tempo', confira em áudio as principais notícias da edição impressa do jornal ‘O Estado de S. Paulo' desta quarta-feira (22/06/22): A ala política do governo prepara medida provisória para mudar a Lei das Estatais, que em 2016 criou, na esteira da Operação Lava Jato, normas de governança e regras para compras, licitações e contratação de dirigentes. O alvo central da proposta é a Petrobras, sob pressão do presidente Jair Bolsonaro e do presidente da Câmara, Arthur Lira (PP-AL), para mudar a política de preços dos combustíveis. Com a MP, o governo poderá indicar administradores – conselheiros, diretores ou presidente – sem as amarras de hoje. O ministro Paulo Guedes (Economia) se diz contra. Ele defende bolsa-caminhoneiro de R$ 400 e o aumento do vale-gás para a população de baixa renda – medidas que custariam R$ 6 bilhões. E mais: Política: Fux recorre ao Senado contra PEC e Centrão ameaça retaliar o Supremo Economia: Aneel define reajuste de até 63,7% para bandeiras tarifárias Metrópole: Estupro de meninas de até 14 anos é maioria; acesso a aborto é restrito Internacional: Rússia ameaça Lituânia e aumenta tensão com a Otan See omnystudio.com/listener for privacy information.

Invité Afrique
Philippe Chalmin: «Dire que c'est l'Ukraine qui provoque une crise alimentaire mondiale est une exagération»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Jun 22, 2022 4:08


Le gouvernement allemand organise ce vendredi 24 juin à Berlin une conférence internationale sur la crise alimentaire liée à la guerre en Ukraine. Depuis son déplacement à Sotchi, le président sénégalais Macky Sall, président en exercice de l'Union africaine, le répète : « Il faut faciliter l'exportation du blé ukrainien à partir du port d'Odessa parce que l'Afrique est véritablement menacée de famine ». Philippe Chalmin, spécialiste des marchés de matières premières, se déclare quant à lui surpris de ce qu'il appelle une « dramatisation » de la part de la communauté internationale. « Il n'y a, selon lui, aucune raison de supplier Moscou et de donner à Poutine une arme du blé ».  Carine Frenk : Quel est selon vous l'impact du quasi-blocage de l'Ukraine sur la situation alimentaire de l'Afrique aujourd'hui ? Pour l'instant il est faible dans la mesure où certes il y a peu de céréales qui sortent aujourd'hui d'Ukraine, mais je rappelle que l'Afrique est surtout concernée par le blé et l'Ukraine avait presque terminé sa campagne d'exportation de blé. Il reste dans les silos ukrainiens, avant la nouvelle campagne, il reste peut-être 4 à 5 millions de tonnes de blé. Mais en réalité, le véritable impact de la guerre en Ukraine sur les importations africaines de blé, c'est par le biais le prix. Il faut bien reconnaître que depuis le déclenchement de la guerre, les prix mondiaux du blé ont bien pris quand même une centaine de dollars la tonne de plus. Mais quand on parle des exportations céréalières de l'Ukraine et qu'on en fait la cause majeure du problème alimentaire mondial, c'est une erreur d'appréciation, un raccourci de journalistes ? Je laisse les journalistes parler de raccourci de journalistes, mais je pense que c'est un peu beaucoup de cela. Ce qui est clair, c'est que la vraie raison des tensions sur les marchés agricoles mondiaux, et qui est antérieure à la crise ukrainienne puisqu'elle remonte à 2021, c'est l'importance des achats chinois en 2021. Il est clair qu'ensuite nous avons eu une augmentation des tensions liées à la guerre en Ukraine. Donc la crise ukrainienne a amplifié un problème qui d'abord existait déjà, qui était la dépendance alimentaire excessive de nombre de pays africains qui n'ont pas fait les efforts de politique agricole suffisante. Et d'autre part, les tensions, on les avait déjà en 2021 du fait notamment de l'importance des achats chinois. Dire que c'est l'Ukraine qui provoque une crise alimentaire mondiale, c'est une exagération. Et donc ça veut dire que vous remettez en question les analyses que font les instances européennes onusiennes ou africaines, quand elles évoquent l'urgence d'ouvrir des corridors en mer Noire pour laisser passer le blé. Le problème, c'est que pour l'instant ces corridors laisseraient plus se passer du maïs que du blé, il faut en être honnête. Ensuite va se poser le problème de l'arrivée de la nouvelle campagne, donc de la nouvelle récolte ukrainienne. Celle-ci effectivement aura du mal à sortir. Mais je pense que plutôt que d'imaginer des corridors maritimes qui seront extrêmement difficiles à mettre en place dans la mesure où une partie de la mer est minée, et que la fiabilité du partenaire turc peut-être quand même assez facilement mis en doute, il vaut probablement mieux faire tous les efforts possibles pour essayer de développer des corridors terrestres par la route et le rail pour arriver sur le Danube et sortir par les ports roumains par exemple. On n'arrivera pas à tout sortir, mais si je me cantonne au blé, on arriverait probablement à sortir une bonne part du blé ukrainien. Autre facteur inquiétant pour l'Afrique, c'est la pénurie d'engrais. Le président Macky Sall a évoqué à son retour de Sotchi le risque d'un effondrement de 20 à 50% des rendements céréaliers en Afrique si l'approvisionnement en engrais n'est pas assuré sur le continent. Partagez-vous ces inquiétudes ? Alors là je crois qu'il a parfaitement raison. Le président Macky Sall touche probablement ce qui est le talon d'Achille, à l'heure actuelle, de l'agriculture africaine. Je crois qu'il faut appeler un chat un chat : la crise alimentaire africaine, elle est avant tout une crise de la pauvreté, une crise de la mal gouvernance, une crise de la mauvaise gestion des politiques agricoles et pour certaines régions, mais aussi une crise climatique, je pense à la sécheresse qui touche la corne de l'Afrique.

InterNational
Bras de fer autour Kaliningrad, territoire russe surarmé au cœur de l'Europe

InterNational

Play Episode Listen Later Jun 21, 2022 3:04


durée : 00:03:04 - Géopolitique - par : Pierre  Haski  - La Lituanie a bloqué le transit des produits russes affectés par les sanctions européennes destinés à l'enclave de Kaliningrad, s'attirant des menaces directes de Moscou. Cette crise, dans cette anomalie historique héritée du XX° siècle, a un fort potentiel d'escalade.

Géopolitique
Bras de fer autour Kaliningrad, territoire russe surarmé au cœur de l'Europe

Géopolitique

Play Episode Listen Later Jun 21, 2022 3:04


durée : 00:03:04 - Géopolitique - par : Pierre  Haski  - La Lituanie a bloqué le transit des produits russes affectés par les sanctions européennes destinés à l'enclave de Kaliningrad, s'attirant des menaces directes de Moscou. Cette crise, dans cette anomalie historique héritée du XX° siècle, a un fort potentiel d'escalade.

La Matinale - La 1ere
Zoom - Kiev accuse Moscou de déportation d'enfants ukrainiens et d'adoptions forcées

La Matinale - La 1ere

Play Episode Listen Later Jun 21, 2022 2:31


Flash info
Glissements de terrain au Saguenay : Québec devrait déclarer l'état d'urgence ce soir

Flash info

Play Episode Listen Later Jun 20, 2022 2:11


Le conseil de ville de Saguenay doit se rencontrer en fin d'après-midi pour demander officiellement l'état d'urgence au gouvernement Legault. Hockey Canada devra s'expliquer devant le Comité permanent du patrimoine canadien concernant une présumée affaire d'agression sexuelle. L'Union européenne accuse Moscou de commettre un crime de guerre en bloquant des millions de tonnes de céréales. | Mathieu Belhumeur (journaliste-présentateur)

Atelier des médias
Elena Volochine déconstruit la propagande diffusée sur les télévisions russes

Atelier des médias

Play Episode Listen Later Jun 18, 2022 36:16


L'atelier des médias reçoit la journaliste franco-russe Elena Volochine, qui pendant dix ans a été correspondante à Moscou, pour dresser un état des lieux du paysage informationnel russe et mieux comprendre comment on s'informe, en Russie, en 2022. En Russie, depuis ​le début de la guerre en Ukraine, il est devenu quasi impossible d'exercer le métier de journaliste. C'est pour ça qu'Elena Volochine, après une décennie de correspondance dans le pays, est partie en urgence le 4 mars 2022. Depuis quelques semaines, elle présente chaque vendredi sur France 24 une chronique intitulée Vu de Russie dans laquelle elle déconstruit la propagande diffusée sur les télévisions russes.  Au micro de L'atelier des médias, Elena Volochine raconte comment elle a vécu le début de la guerre et pourquoi elle a choisi de quitter la Russie alors que dans les médias russes se répandait une « propagande absolument totalitaire ». Des centaines d'autres journalistes dont les médias ont cessé leur diffusion ont fait le même choix, comme ceux du journal Novaïa Gazeta ou de la télévision Dojd.  Les médias d'État sont devenus les porte-voix de la propagande du Kremlin, explique Elena Volochine. On y voit des talk shows fleuves consacrés à ce qui est toujours qualifié d'« opération spéciale » mais « il n'y a pas d'image de destructions causées par l'armée russe en Ukraine ». Extraits choisis : « En Russie, les médias ont toujours été soit pour soit contre. Il y a jamais eu vraiment de journalisme neutre et indépendant selon nos canons à nous [...] c'est à dire qu'on a des règles éthiques, déontologiques, qu'on applique tout simplement à la lettre, nous dans les médias en France, en tout cas qu'on tente de faire respecter, nous, à notre niveau de journalistes. » « Je suis dans quelque chose qui, quelque part me dépasse presque en tant que journaliste, parce qu'en Russie par exemple, pour parler des journalistes, souvent ils disent "je suis activiste et je suis journaliste". Ça pour nous, c'est absolument absolument impensable. On peut pas être et journaliste et activiste. Soit vous servez une cause, soit vous êtes journaliste et vous êtes dans la neutralité. » « En fait, c'est la guerre informationnelle sauf que la propagande le brandit comme une guerre informationnelle qui serait menée contre la Russie par les Occidentaux. Et en ce sens-là, eh bien les Russes n'ont pas la compréhension du tout de ce qu'est un espace médiatique et informationnel. Et en fait pour eux, dès qu'ils vont chercher une info, dès qu'ils vont aller lire un message, ce sera un message véhiculé par quelqu'un qui a des intérêts politiques derrière. » À l'approche de la journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, Mondoblog audio donne la parole à Patrick Hakiza, blogueur congolais réfugié en Ouganda. Depuis Kampala, il évoque la question cruciale de la scolarité des enfants qui vivent dans les camps de réfugiés en Ouganda : elle s'est arrêtée net au plus fort de la pandémie de Covid-19, toutes les écoles ayant fermé. Depuis, la vie a repris, mais beaucoup d'établissements n'ont toujours pas rouvert leurs portes, ce qui est très mauvais pour l'équilibre de vie de ces enfants réfugiés.

Géopolitique, le débat
Le retour de la géopolitique dans le jeu énergétique

Géopolitique, le débat

Play Episode Listen Later Jun 18, 2022 50:00


Depuis le 24 février 2022, et l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les 27 ont multiplié les mesures restrictives contre Moscou, déjouant les pronostics de divisions. Ils s'en sont pris au secteur financier russe, aux oligarques et autres proches du Kremlin, aux chaînes de télévision étatiques, et surtout au secteur russe de l'énergie. À compter du mois d'août 2022, ils se passeront de son charbon et d'ici à la fin de l'année, ils auront renoncé à 90% de leurs importations de pétrole russe.   Au total, depuis le début de la guerre en Ukraine, l'UE a acheté du gaz, du pétrole et du charbon russes pour plus de 60 milliards d'euros, permettant à Poutine de financer sa guerre.   La suite s'annonce plus compliquée. Un embargo sur le gaz est-il possible, souhaitable ?  L'Europe peut-elle se passer du gaz russe ? Une nouvelle carte du monde énergétique est-elle en train de se dessiner ? Invités :   Didier Holleaux, directeur général adjoint du Groupe ENGIE.   Phuc Vinh Nguyen, chercheur en Politique française et européenne de l'Énergie à l'Institut Jacques Delors.   

Géopolitique, le débat
Le retour de la géopolitique dans le jeu énergétique

Géopolitique, le débat

Play Episode Listen Later Jun 18, 2022 50:00


Depuis le 24 février 2022, et l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les 27 ont multiplié les mesures restrictives contre Moscou, déjouant les pronostics de divisions. Ils s'en sont pris au secteur financier russe, aux oligarques et autres proches du Kremlin, aux chaînes de télévision étatiques, et surtout au secteur russe de l'énergie. À compter du mois d'août 2022, ils se passeront de son charbon et d'ici à la fin de l'année, ils auront renoncé à 90% de leurs importations de pétrole russe.   Au total, depuis le début de la guerre en Ukraine, l'UE a acheté du gaz, du pétrole et du charbon russes pour plus de 60 milliards d'euros permettant à Poutine de financer sa guerre.   La suite s'annonce plus compliquée. Un embargo sur le gaz est-il possible, souhaitable ?  L'Europe peut-elle se passer du gaz russe ? Une nouvelle carte du monde énergétique est-elle en train de se dessiner ? Invités :   Didier Holleaux, directeur général adjoint du Groupe ENGIE.   Phuc Vinh Nguyen, chercheur en Politique française et européenne de l'Énergie à l'Institut Jacques Delors. 

Une semaine dans le monde
Guerre en Ukraine : 4 chefs d'Etat européens à Kiev

Une semaine dans le monde

Play Episode Listen Later Jun 17, 2022 46:12


C'est l'image de la semaine : Emmanuel Macron, Olaf Scholz, Mario Draghi dans le train pour Kiev rejoints par le pst Roumain Klaus Iohannis. 4 chefs d'Etat et de gouvernement européen auprès de Volodymyr Zelensky dans la capitale ukrainienne ! Tous les 4 soutiennent le statut de candidat immédiat à l'adhésion de Kiev à l'Union Européenne. Une visite alors que Moscou concentre ses forces dans le Donbass et notamment à Serevodonetsk.   

Le monde devant soi
L'arme alimentaire peut-elle donner l'avantage à Vladimir Poutine?

Le monde devant soi

Play Episode Listen Later Jun 17, 2022 24:35


Jeudi 16 juin, le président Emmanuel Macron s'est enfin rendu à Kiev en compagnie du chancelier allemand Olaf Scholz, du chef du gouvernement italien Mario Draghi et du président roumain Klaus Iohannis. Une visite éclair, très attendue par les Ukrainiens et beaucoup d'Européens, durant laquelle le président français a multiplié les gestes de soutien, en écho à ses malheureuses déclarations sur l'humiliation russe. Avant d'annoncer la livraison de douze canons autoporteurs, il a demandé l'octroi «immédiat» à l'Ukraine du statut officiel de candidat pour une adhésion à l'Union européenne. Mais le chef de l'État français a surtout lancé un appel solennel, demandant à Moscou de lever le blocus des ports ukrainiens, où sont bloquées des dizaines de millions de tonnes de céréales, principalement du blé et du maïs. L'Ukraine est un très gros producteur et exportateur de blé, et Odessa un des centres névralgiques des exportations. Depuis le début du conflit, la production a considérablement baissé et les exportations par bateau sont donc suspendues. Une partie du monde commence à s'inquiéter de la crise alimentaire à venir. Cette crise du blé semble faire partie intégrante de la stratégie de Vladimir Poutine, qui explique quant à lui qu'elle est le résultat des sanctions occidentales. Le monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté cette semaine par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Prise de son, montage et réalisation: Mona Delahais Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

Affaires sensibles
Jeux olympiques de Moscou : la face cachée d'un boycott olympique

Affaires sensibles

Play Episode Listen Later Jun 17, 2022 53:49


durée : 00:53:49 - Affaires sensibles - par : Fabrice Drouelle - 1980 au terme d'un impressionnant bras de fer diplomatique de plusieurs mois, près de 50 nations – les États-Unis en tête – vont refuser de participer aux épreuves olympiques.

C dans l'air
UKRAINE : UN PAS « HISTORIQUE » VERS L'EUROPE – 16/06/2022

C dans l'air

Play Episode Listen Later Jun 16, 2022 64:44


Ukraine : un pas « historique » vers l'Europe LES INVITÉ.ES : - François CLEMENCEAU - Rédacteur en chef international « Le Journal du Dimanche » - Général Dominique TRINQUAND - Ancien chef de la mission militaire française auprès de l'ONU - Élise VINCENT - Journaliste spécialiste des questions de défense – « Le Monde » - Elsa VIDAL - Rédactrice en chef de la rédaction en langue russe – « RFI » C'est un déplacement attendu depuis longtemps. Quatre mois après le début de la guerre en Ukraine, Emmanuel Macron, le chancelier allemand, Olaf Scholz, et le chef du gouvernement italien, Mario Draghi, se sont rendus à Kiev. Rejoints par le président roumain, Klaus Iohannis, les trois dirigeants ont été reçus à la mi-journée par Volodymyr Zelensky au palais présidentiel. Un peu plus tôt les leaders européens étaient allés dans la ville martyr d'Irpin dans la banlieue de Kiev où les combats ont été particulièrement intenses. Objectif de cette visite : démontrer le soutien de la France et l'Europe à l'Ukraine mais aussi clarifier les choses une semaine après la déclaration du chef de l'Etat estimant qu'il ne fallait pas « humilier la Russie ». Interrogé par des journalistes sur ses propos, Emmanuel Macron a affirmé que « la France est aux côtés de l'Ukraine depuis le premier jour. Le président Zelensky lui-même a toujours voulu discuter avec le président Poutine. Aujourd'hui il faut que l'Ukraine puisse résister et l'emporter et donc nous sommes aux côtés des Ukrainiens et des Ukrainiennes sans ambiguïté » a-t-il déclaré. Hier soir, Emmanuel Macron, Olaf Scholz et Mario Draghi avaient embarqué en Pologne dans un train direction Kiev. Dix heures de voyage pour montrer la mobilisation de l'Union européenne. Un soutien à l'Ukraine qui passe notamment par l'envoi d'équipements militaires. Pour faire face à l'artillerie russe qui pilonnent depuis des semaines le Donbass, l'Ukraine a plus que jamais besoin d'armes lourdes. Un point sur lequel son président, Volodymyr Zelensky, se fait on ne peut plus clair. « Seule une artillerie moderne assurera notre avantage », martèle-t-il depuis plusieurs jours. Un message entendu par les Etats-Unis. Le président Joe Biden a annoncé mercredi une nouvelle tranche d'aide militaire, qui comprend notamment des pièces d'artillerie et des obus supplémentaires, ainsi que des missiles anti-navires, pour un montant total d'un milliard de dollars. Emmanuel Macron a également annoncé un nouvel apport en armes à l'Ukraine. Depuis le début du conflit, la France a envoyé des équipements militaires défensifs, puis offensifs dont les canons français Caesar. Des experts de la gendarmerie sont également sur place pour aider les autorités ukrainiennes à enquêter sur les crimes de guerre. 6000 enquêtes concernant des crimes de guerre commis par les forces russes ont été ouvertes. Une bonne partie d'entre elles concerne Boutcha et Irpin. Moscou, de son côté, nie en bloc et accuse les Ukrainiens de mise en scène ou d'avoir eux-mêmes commis les exactions. La justice russe a d'ailleurs ouvert une enquête criminelle concernant les tortures qui auraient été infligées à ses soldats par les forces de Kiev. Quels sont les enjeux de cette visite ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Comprendre le monde
Comprendre le monde S5#39 – Anna Colin Lebedev – "La société russe face à la guerre en Ukraine"

Comprendre le monde

Play Episode Listen Later Jun 15, 2022 25:22


Bien qu'il soit difficile d'estimer le positionnement actuel de la population russe à l'égard de la guerre en Ukraine, celle-ci reste très impactée par les conséquences géopolitiques de ce conflit armé. La guerre russo-ukrainienne constitue en effet une menace majeure pour la vitalité intellectuelle et économique du pays. D'une part, la mise en place de sanctions occidentales pourrait faire entrer Moscou dans une période de récession économique sans précédent, une situation qui pourrait avoir pour conséquences de fédérer la population russe autour du Kremlin pour faire face à l'Occident. Le pays est par ailleurs d'ores et déjà confronté à une fuite massive des "cerveaux", des diplômés qui cherchent à échapper aux restrictions des libertés mises en place par Vladimir Poutine après le début de la guerre. Ces événements pourraient s'avérer lourds de conséquences à long terme pour la Russie et sa population… Comment la société russe perçoit-elle les décisions prises par le Kremlin à l'égard de l'Ukraine ? La rupture entre la Russie et les Occidentaux persistera-t-elle tant que Vladimir Poutine se maintiendra au pouvoir ? Dans ce podcast, Anna Colin Lebedev, maîtresse de conférences à Paris Nanterre, spécialiste de l'Ukraine et de la Russie post-soviétique, nous offre un tour d'horizon de la situation en Russie, en mettant les sciences sociales et humaines au service de la compréhension d'un phénomène de guerre. Pour aller plus loin :

Les Grosses Têtes
AH OUAIS ? - Pourquoi une Russe est la maman la plus incroyable du monde ?

Les Grosses Têtes

Play Episode Listen Later Jun 15, 2022 2:15


Valentina Vassilyeva a vécu entre 1702 et 1782 aux environs de Moscou et elle détient le titre de maman la plus prolifique de l'Histoire avec, chiffre validé par le livre Guiness des records, 69 enfants ! Cette saison, les Grosses Têtes vous proposent de découvrir ou redécouvrir le nouveau podcast de Florian Gazan. Dans "Ah Ouais ?", Florian Gazan répond en une minute chrono à toutes les questions essentielles, existentielles, parfois complètement absurdes, qui vous traversent la tête. Un podcast RTL Originals.   Découvrez la page Facebook Officielle des "Grosses Têtes" : https://www.facebook.com/lesgrossestetesrtl/ Retrouvez vos "Grosses Têtes" sur Instagram : https://bit.ly/2hSBiAo Découvrez le compte Twitter Officiel des "Grosses Têtes" : https://bit.ly/2PXSkkz Toutes les vidéos des "Grosses Têtes" sont sur YouTube : https://bit.ly/2DdUyGg

Cultures monde
Géopolitique du monde orthodoxe 2/4 : Patriarcat de Moscou : la voix du Kremlin

Cultures monde

Play Episode Listen Later Jun 14, 2022 57:58


durée : 00:57:58 - Cultures Monde - par : Florian Delorme - Depuis la chute de l'Union Soviétique, l'influence de l'Eglise orthodoxe russe n'a cessé de grandir. Le patriarcat de Moscou joue un rôle majeur dans la propagande du Kremlin, et apparait comme un allié de poids pour Vladimir Poutine. - invités : Kathy Rousselet auteur; François Mabille chercheur en Sciences politiques au Groupe Religions, Sociétés, Laïcités au CNRS et à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes

Ah ouais ?
277. Pourquoi une Russe est la maman la plus incroyable du monde ?

Ah ouais ?

Play Episode Listen Later Jun 14, 2022 1:58


Valentina Vassilyeva a vécu entre 1702 et 1782 aux environs de Moscou et elle détient le titre de maman la plus prolifique de l'Histoire avec, chiffre validé par le livre Guiness des records, 69 enfants ! Dans "Ah Ouais ?", Florian Gazan répond en une minute chrono à toutes les questions essentielles, existentielles, parfois complètement absurdes, qui vous traversent la tête. Un podcast RTL Originals.

Cultures monde
Géopolitique du monde orthodoxe 1/4 : De Kiev à Skopje : les églises s'émancipent

Cultures monde

Play Episode Listen Later Jun 13, 2022 57:53


durée : 00:57:53 - Cultures Monde - par : Florian Delorme - Le 27 mai 2022, la branche moscovite de l'Eglise orthodoxe ukrainienne a rompu avec Moscou en raison de l'invasion russe. Un conflit qui a également précipité la reconnaissance de l'autocéphalie de l'église orthodoxe macédonienne par la Serbie.

Franck Ferrand raconte...
De Gaulle à Moscou

Franck Ferrand raconte...

Play Episode Listen Later Jun 13, 2022 22:24


En décembre 1944, alors que la guerre fait rage, de Gaulle part à Moscou pour négocier avec Staline un traité d'alliance. Il a en tête un but encore plus crucial… Mention légales : Vos données de connexion, dont votre adresse IP, sont traités par Radio Classique, responsable de traitement, sur la base de son intérêt légitime, par l'intermédiaire de son sous-traitant Ausha, à des fins de réalisation de statistiques agréées et de lutte contre la fraude. Ces données sont supprimées en temps réel pour la finalité statistique et sous cinq mois à compter de la collecte à des fins de lutte contre la fraude. Pour plus d'informations sur les traitements réalisés par Radio Classique et exercer vos droits, consultez notre Politique de confidentialité.

Forum - La 1ere
Moscou: quand McDonald's rouvre sous un autre nom

Forum - La 1ere

Play Episode Listen Later Jun 12, 2022 2:42


Forum - La 1ere
Que deviennent les villes contrôlées par les Russes en Ukraine? Interview de Luc Lacroix

Forum - La 1ere

Play Episode Listen Later Jun 11, 2022 6:58


Interview de Luc Lacroix, correspondant de France Télévision à Moscou.

Le monde devant soi
Pourquoi Emmanuel Macron a fait une erreur en appelant à «ne pas humilier la Russie»

Le monde devant soi

Play Episode Listen Later Jun 10, 2022 25:12


«Il ne faut pas humilier la Russie», demandait le chef de l'État français samedi 4 juin dans un entretien accordé à la presse quotidienne régionale. Près d'un mois après ses déclarations allant dans le même sens devant le Parlement européen, il renouvelle ainsi son appel à ménager Moscou. Ces propos ont exaspéré en Ukraine et dans une partie de l'Europe de l'Est, tout particulièrement du côté des pays baltes. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a pour sa part estimé que «les appels à éviter d'humilier la Russie ne peuvent qu'humilier la France». L'Ukraine en veut donc à son allié français, se sentant de moins en moins soutenue malgré l'appui logistique de Paris. Quand il parle d'éviter l'humiliation, que souhaite dire Emmanuel Macron? Et pourquoi cela n'est-il pas vraiment une bonne idée sur le plan diplomatique? Le monde devant soi est un podcast hebdomadaire d'actualité internationale présenté cette semaine par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, et Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales. Musique: «True Messiah (LilRod Edit)», DJ Freedem Prise de son, montage et réalisation: Mona Delahais Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur votre plateforme de podcast préférée, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux. Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

C dans l'air
POUTINE : GUERRE DU BLÉ... ET « OURAGAN DE FAMINES » ? – 08/06/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Jun 8, 2022 66:14


POUTINE : GUERRE DU BLÉ... ET « OURAGAN DE FAMINES » ? – 08/06/22 Invités PHILIPPE DESSERTINE Directeur de l'Institut de Haute finance PASCAL BONIFACE Directeur de l'IRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiques SYLVIE MATELLY Économiste - Directrice adjointe de l'IRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiques TATIANA KASTOUÉVA-JEAN Directrice du Centre Russie / NEI - IFRI Institut Français des Relations Internationales Le blé, nouvel outil de pression dans la guerre en Ukraine ? Lundi, le secrétaire d'État américain Anthony Blinken a affirmé lors d'une conférence de presse que « des rapports crédibles montrent que la Russie pille les céréales ukrainiennes et les exporte pour les vendre à son propre profit. » Le même jour de l'autre côté de l'Atlantique, le président du Conseil européen, Charles Michel, a accusé lui aussi la Russie des mêmes faits. L'ambassadeur ukrainien en Turquie avait déjà dénoncé vendredi « la Russie (qui) vole sans vergogne les céréales d'Ukraine et les exporte depuis la Crimée à l'étranger », notamment vers Ankara. La veille, son homologue au Liban estimait que 100.000 tonnes de blé ukrainien avaient été livrées à la Syrie depuis le début de la guerre. La question des céréales est un enjeu fondamental puisque la Russie et l'Ukraine assurent 30 % des exportations mondiales de blé. Kiev était même en passe juste avant la guerre de devenir le troisième exportateur mondial de blé et assurait à, elle seule, la moitié du commerce mondial de graines et d'huile de tournesol. Or depuis l'attaque de la Russie le 24 février, les ports ukrainiens de la mer Noire sont bloqués par Moscou et 20 à 25 millions de tonnes de grains restent dans les silos ukrainiens. Confronté à ces accusations de vols, le Kremlin nie et se dit « prêt » à garantir la sécurité des navires quittant les ports ukrainiens en collaborations avec la Turquie. Mais la Russie demande également la levée des sanctions appliquées aux exportations agricoles russes pour faciliter les exportations ukrainiennes. De son côté, l'Ukraine a dit refuser de déminer le port d'Odessa pour permettre la reprise de ses exportations de céréales, car elle craint que les forces russes n'en profitent pour attaquer la ville. Le président Zelensky a par ailleurs expliqué que la quantité de céréales destinées à l'exportation et bloquées en Ukraine en raison de la guerre pourrait tripler d' « ici à l'automne » pour atteindre 75 millions de tonnes. Et l'ONU alerte : entre le blocage dans les ports ukrainiens et la suspension des exportations indiennes, deuxième exportateur mondial de blé, en raison de la sécheresse, le monde se dirige droit vers « un ouragan de famines ». A la guerre en Ukraine s'ajoutent donc la sècheresse et le risque de crise alimentaire mais aussi la poursuite de l'inflation et des problèmes d'approvisionnement à cause du Covid-19. Autant de voyants au rouge qui inquiètent les économistes. La Banque mondiale décrit une tempête économique sur tous les fronts dans son dernier rapport bisannuel sur l'état de l'économie. Elle revoit donc très fortement à la baisse sa prévision de croissance mondiale pour 2022, de 4,1 % anticipé en janvier à 2,9 %. Surtout, elle craint que ce violent coup de frein soit durable, avec un possible retour de la stagflation, soit une période de stagnation économique combinée à une inflation élevée. Mais d'autres vont encore plus loin. Ainsi le patron de la banque JPMorgan, Jamie Dimon, a révélé la semaine dernière qu'il préparait son établissement à faire face à l'« ouragan » économique qui arrive et conseille à tous les investisseurs de faire de même. DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/