Podcasts about Niger

Share on
Share on Facebook
Share on Twitter
Share on Reddit
Copy link to clipboard

Republic in Western Africa

  • 969PODCASTS
  • 1,838EPISODES
  • 34mAVG DURATION
  • 1DAILY NEW EPISODE
  • Jan 24, 2022LATEST
Niger

POPULARITY

20122013201420152016201720182019202020212022


Best podcasts about Niger

Show all podcasts related to niger

Latest podcast episodes about Niger

Africa Daily
Are coups on the rise in Africa?

Africa Daily

Play Episode Listen Later Jan 24, 2022 15:27


In the years between 1999 and 2020, fewer coups took place than in previous decades. Many hoped they'd been largely consigned to history. But in 2021 it seemed like coups were becoming a regular event once again. In Mali, Sudan and Guinea, governments were overthrown by the military. And there was an attempt to do so in Niger. So, is this a new trend? Are coups really on the rise in Africa? #AfricaDaily

The Libertarian Institute - All Podcasts
COI #220: Can Biden Reverse America’s Failed Ukraine Policy?

The Libertarian Institute - All Podcasts

Play Episode Listen Later Jan 24, 2022 58:55


On COI #220, Kyle Anzalone discusses the recent talks between Secretary of State Antony Blinken and Russian Foreign Minister Sergey Lavrov. While no deal was reached, the two diplomats were able to make progress on limited issues. However, after the talks ended, America resumed its hostile policy by promising more weapons to Ukraine.  Kyle breaks down the recent CIA report on Havana Syndrome. The report - much to the displeasure of the mainstream media - finds HS is not caused by a foreign power.  Kyle updates the fallout from Obama's Libya War. Chaos and war have spread through Africa's Sahel in Mali, Niger, Nigeria, Burkina Faso, and Chad. America has long backed France's terror war in the region. Biden sought to pull the U.S. from France's fight to maintain control over its former colonies. Though the administration ultimately increased America's support for the war to appease France after the AUKUS deal scuttled Paris' submarine agreement with Australia.  Odysee Rumble  Donate LBRY Credits bTTEiLoteVdMbLS7YqDVSZyjEY1eMgW7CP Donate Bitcoin 36PP4kT28jjUZcL44dXDonFwrVVDHntsrk Donate Bitcoin Cash Qp6gznu4xm97cj7j9vqepqxcfuctq2exvvqu7aamz6 Patreon Subscribe Star YouTube Facebook  Twitter  MeWe Apple Podcast  Amazon Music Google Podcasts Spotify iHeart Radio Support Our Sponsor Visit Paloma Verde and use code PEACE for 25% off our CBD

ESV: M'Cheyne Reading Plan
January 13: Genesis 14; Matthew 13; Nehemiah 3; Acts 13

ESV: M'Cheyne Reading Plan

Play Episode Listen Later Jan 13, 2022 22:43


With family: Genesis 14; Matthew 13 Genesis 14 (Listen) Abram Rescues Lot 14 In the days of Amraphel king of Shinar, Arioch king of Ellasar, Chedorlaomer king of Elam, and Tidal king of Goiim, 2 these kings made war with Bera king of Sodom, Birsha king of Gomorrah, Shinab king of Admah, Shemeber king of Zeboiim, and the king of Bela (that is, Zoar). 3 And all these joined forces in the Valley of Siddim (that is, the Salt Sea). 4 Twelve years they had served Chedorlaomer, but in the thirteenth year they rebelled. 5 In the fourteenth year Chedorlaomer and the kings who were with him came and defeated the Rephaim in Ashteroth-karnaim, the Zuzim in Ham, the Emim in Shaveh-kiriathaim, 6 and the Horites in their hill country of Seir as far as El-paran on the border of the wilderness. 7 Then they turned back and came to En-mishpat (that is, Kadesh) and defeated all the country of the Amalekites, and also the Amorites who were dwelling in Hazazon-tamar. 8 Then the king of Sodom, the king of Gomorrah, the king of Admah, the king of Zeboiim, and the king of Bela (that is, Zoar) went out, and they joined battle in the Valley of Siddim 9 with Chedorlaomer king of Elam, Tidal king of Goiim, Amraphel king of Shinar, and Arioch king of Ellasar, four kings against five. 10 Now the Valley of Siddim was full of bitumen pits, and as the kings of Sodom and Gomorrah fled, some fell into them, and the rest fled to the hill country. 11 So the enemy took all the possessions of Sodom and Gomorrah, and all their provisions, and went their way. 12 They also took Lot, the son of Abram's brother, who was dwelling in Sodom, and his possessions, and went their way. 13 Then one who had escaped came and told Abram the Hebrew, who was living by the oaks1 of Mamre the Amorite, brother of Eshcol and of Aner. These were allies of Abram. 14 When Abram heard that his kinsman had been taken captive, he led forth his trained men, born in his house, 318 of them, and went in pursuit as far as Dan. 15 And he divided his forces against them by night, he and his servants, and defeated them and pursued them to Hobah, north of Damascus. 16 Then he brought back all the possessions, and also brought back his kinsman Lot with his possessions, and the women and the people. Abram Blessed by Melchizedek 17 After his return from the defeat of Chedorlaomer and the kings who were with him, the king of Sodom went out to meet him at the Valley of Shaveh (that is, the King's Valley). 18 And Melchizedek king of Salem brought out bread and wine. (He was priest of God Most High.) 19 And he blessed him and said,   “Blessed be Abram by God Most High,    Possessor2 of heaven and earth;20   and blessed be God Most High,    who has delivered your enemies into your hand!” And Abram gave him a tenth of everything. 21 And the king of Sodom said to Abram, “Give me the persons, but take the goods for yourself.” 22 But Abram said to the king of Sodom, “I have lifted my hand3 to the LORD, God Most High, Possessor of heaven and earth, 23 that I would not take a thread or a sandal strap or anything that is yours, lest you should say, ‘I have made Abram rich.' 24 I will take nothing but what the young men have eaten, and the share of the men who went with me. Let Aner, Eshcol, and Mamre take their share.” Footnotes [1] 14:13 Or terebinths [2] 14:19 Or Creator; also verse 22 [3] 14:22 Or I have taken a solemn oath (ESV) Matthew 13 (Listen) The Parable of the Sower 13 That same day Jesus went out of the house and sat beside the sea. 2 And great crowds gathered about him, so that he got into a boat and sat down. And the whole crowd stood on the beach. 3 And he told them many things in parables, saying: “A sower went out to sow. 4 And as he sowed, some seeds fell along the path, and the birds came and devoured them. 5 Other seeds fell on rocky ground, where they did not have much soil, and immediately they sprang up, since they had no depth of soil, 6 but when the sun rose they were scorched. And since they had no root, they withered away. 7 Other seeds fell among thorns, and the thorns grew up and choked them. 8 Other seeds fell on good soil and produced grain, some a hundredfold, some sixty, some thirty. 9 He who has ears,1 let him hear.” The Purpose of the Parables 10 Then the disciples came and said to him, “Why do you speak to them in parables?” 11 And he answered them, “To you it has been given to know the secrets of the kingdom of heaven, but to them it has not been given. 12 For to the one who has, more will be given, and he will have an abundance, but from the one who has not, even what he has will be taken away. 13 This is why I speak to them in parables, because seeing they do not see, and hearing they do not hear, nor do they understand. 14 Indeed, in their case the prophecy of Isaiah is fulfilled that says:   “‘“You will indeed hear but never understand,    and you will indeed see but never perceive.”15   For this people's heart has grown dull,    and with their ears they can barely hear,    and their eyes they have closed,  lest they should see with their eyes    and hear with their ears  and understand with their heart    and turn, and I would heal them.' 16 But blessed are your eyes, for they see, and your ears, for they hear. 17 For truly, I say to you, many prophets and righteous people longed to see what you see, and did not see it, and to hear what you hear, and did not hear it. The Parable of the Sower Explained 18 “Hear then the parable of the sower: 19 When anyone hears the word of the kingdom and does not understand it, the evil one comes and snatches away what has been sown in his heart. This is what was sown along the path. 20 As for what was sown on rocky ground, this is the one who hears the word and immediately receives it with joy, 21 yet he has no root in himself, but endures for a while, and when tribulation or persecution arises on account of the word, immediately he falls away.2 22 As for what was sown among thorns, this is the one who hears the word, but the cares of the world and the deceitfulness of riches choke the word, and it proves unfruitful. 23 As for what was sown on good soil, this is the one who hears the word and understands it. He indeed bears fruit and yields, in one case a hundredfold, in another sixty, and in another thirty.” The Parable of the Weeds 24 He put another parable before them, saying, “The kingdom of heaven may be compared to a man who sowed good seed in his field, 25 but while his men were sleeping, his enemy came and sowed weeds3 among the wheat and went away. 26 So when the plants came up and bore grain, then the weeds appeared also. 27 And the servants4 of the master of the house came and said to him, ‘Master, did you not sow good seed in your field? How then does it have weeds?' 28 He said to them, ‘An enemy has done this.' So the servants said to him, ‘Then do you want us to go and gather them?' 29 But he said, ‘No, lest in gathering the weeds you root up the wheat along with them. 30 Let both grow together until the harvest, and at harvest time I will tell the reapers, “Gather the weeds first and bind them in bundles to be burned, but gather the wheat into my barn.”'” The Mustard Seed and the Leaven 31 He put another parable before them, saying, “The kingdom of heaven is like a grain of mustard seed that a man took and sowed in his field. 32 It is the smallest of all seeds, but when it has grown it is larger than all the garden plants and becomes a tree, so that the birds of the air come and make nests in its branches.” 33 He told them another parable. “The kingdom of heaven is like leaven that a woman took and hid in three measures of flour, till it was all leavened.” Prophecy and Parables 34 All these things Jesus said to the crowds in parables; indeed, he said nothing to them without a parable. 35 This was to fulfill what was spoken by the prophet:5   “I will open my mouth in parables;    I will utter what has been hidden since the foundation of the world.” The Parable of the Weeds Explained 36 Then he left the crowds and went into the house. And his disciples came to him, saying, “Explain to us the parable of the weeds of the field.” 37 He answered, “The one who sows the good seed is the Son of Man. 38 The field is the world, and the good seed is the sons of the kingdom. The weeds are the sons of the evil one, 39 and the enemy who sowed them is the devil. The harvest is the end of the age, and the reapers are angels. 40 Just as the weeds are gathered and burned with fire, so will it be at the end of the age. 41 The Son of Man will send his angels, and they will gather out of his kingdom all causes of sin and all law-breakers, 42 and throw them into the fiery furnace. In that place there will be weeping and gnashing of teeth. 43 Then the righteous will shine like the sun in the kingdom of their Father. He who has ears, let him hear. The Parable of the Hidden Treasure 44 “The kingdom of heaven is like treasure hidden in a field, which a man found and covered up. Then in his joy he goes and sells all that he has and buys that field. The Parable of the Pearl of Great Value 45 “Again, the kingdom of heaven is like a merchant in search of fine pearls, 46 who, on finding one pearl of great value, went and sold all that he had and bought it. The Parable of the Net 47 “Again, the kingdom of heaven is like a net that was thrown into the sea and gathered fish of every kind. 48 When it was full, men drew it ashore and sat down and sorted the good into containers but threw away the bad. 49 So it will be at the end of the age. The angels will come out and separate the evil from the righteous 50 and throw them into the fiery furnace. In that place there will be weeping and gnashing of teeth. New and Old Treasures 51 “Have you understood all these things?” They said to him, “Yes.” 52 And he said to them, “Therefore every scribe who has been trained for the kingdom of heaven is like a master of a house, who brings out of his treasure what is new and what is old.” Jesus Rejected at Nazareth 53 And when Jesus had finished these parables, he went away from there, 54 and coming to his hometown he taught them in their synagogue, so that they were astonished, and said, “Where did this man get this wisdom and these mighty works? 55 Is not this the carpenter's son? Is not his mother called Mary? And are not his brothers James and Joseph and Simon and Judas? 56 And are not all his sisters with us? Where then did this man get all these things?” 57 And they took offense at him. But Jesus said to them, “A prophet is not without honor except in his hometown and in his own household.” 58 And he did not do many mighty works there, because of their unbelief. Footnotes [1] 13:9 Some manuscripts add here and in verse 43 to hear [2] 13:21 Or stumbles [3] 13:25 Probably darnel, a wheat-like weed [4] 13:27 Or bondservants; also verse 28 [5] 13:35 Some manuscripts Isaiah the prophet (ESV) In private: Nehemiah 3; Acts 13 Nehemiah 3 (Listen) Rebuilding the Wall 3 Then Eliashib the high priest rose up with his brothers the priests, and they built the Sheep Gate. They consecrated it and set its doors. They consecrated it as far as the Tower of the Hundred, as far as the Tower of Hananel. 2 And next to him the men of Jericho built. And next to them1 Zaccur the son of Imri built. 3 The sons of Hassenaah built the Fish Gate. They laid its beams and set its doors, its bolts, and its bars. 4 And next to them Meremoth the son of Uriah, son of Hakkoz repaired. And next to them Meshullam the son of Berechiah, son of Meshezabel repaired. And next to them Zadok the son of Baana repaired. 5 And next to them the Tekoites repaired, but their nobles would not stoop to serve their Lord.2 6 Joiada the son of Paseah and Meshullam the son of Besodeiah repaired the Gate of Yeshanah.3 They laid its beams and set its doors, its bolts, and its bars. 7 And next to them repaired Melatiah the Gibeonite and Jadon the Meronothite, the men of Gibeon and of Mizpah, the seat of the governor of the province Beyond the River. 8 Next to them Uzziel the son of Harhaiah, goldsmiths, repaired. Next to him Hananiah, one of the perfumers, repaired, and they restored Jerusalem as far as the Broad Wall. 9 Next to them Rephaiah the son of Hur, ruler of half the district of4 Jerusalem, repaired. 10 Next to them Jedaiah the son of Harumaph repaired opposite his house. And next to him Hattush the son of Hashabneiah repaired. 11 Malchijah the son of Harim and Hasshub the son of Pahath-moab repaired another section and the Tower of the Ovens. 12 Next to him Shallum the son of Hallohesh, ruler of half the district of Jerusalem, repaired, he and his daughters. 13 Hanun and the inhabitants of Zanoah repaired the Valley Gate. They rebuilt it and set its doors, its bolts, and its bars, and repaired a thousand cubits5 of the wall, as far as the Dung Gate. 14 Malchijah the son of Rechab, ruler of the district of Beth-haccherem, repaired the Dung Gate. He rebuilt it and set its doors, its bolts, and its bars. 15 And Shallum the son of Col-hozeh, ruler of the district of Mizpah, repaired the Fountain Gate. He rebuilt it and covered it and set its doors, its bolts, and its bars. And he built the wall of the Pool of Shelah of the king's garden, as far as the stairs that go down from the city of David. 16 After him Nehemiah the son of Azbuk, ruler of half the district of Beth-zur, repaired to a point opposite the tombs of David, as far as the artificial pool, and as far as the house of the mighty men. 17 After him the Levites repaired: Rehum the son of Bani. Next to him Hashabiah, ruler of half the district of Keilah, repaired for his district. 18 After him their brothers repaired: Bavvai the son of Henadad, ruler of half the district of Keilah. 19 Next to him Ezer the son of Jeshua, ruler of Mizpah, repaired another section opposite the ascent to the armory at the buttress.6 20 After him Baruch the son of Zabbai repaired7 another section from the buttress to the door of the house of Eliashib the high priest. 21 After him Meremoth the son of Uriah, son of Hakkoz repaired another section from the door of the house of Eliashib to the end of the house of Eliashib. 22 After him the priests, the men of the surrounding area, repaired. 23 After them Benjamin and Hasshub repaired opposite their house. After them Azariah the son of Maaseiah, son of Ananiah repaired beside his own house. 24 After him Binnui the son of Henadad repaired another section, from the house of Azariah to the buttress and to the corner. 25 Palal the son of Uzai repaired opposite the buttress and the tower projecting from the upper house of the king at the court of the guard. After him Pedaiah the son of Parosh 26 and the temple servants living on Ophel repaired to a point opposite the Water Gate on the east and the projecting tower. 27 After him the Tekoites repaired another section opposite the great projecting tower as far as the wall of Ophel. 28 Above the Horse Gate the priests repaired, each one opposite his own house. 29 After them Zadok the son of Immer repaired opposite his own house. After him Shemaiah the son of Shecaniah, the keeper of the East Gate, repaired. 30 After him Hananiah the son of Shelemiah and Hanun the sixth son of Zalaph repaired another section. After him Meshullam the son of Berechiah repaired opposite his chamber. 31 After him Malchijah, one of the goldsmiths, repaired as far as the house of the temple servants and of the merchants, opposite the Muster Gate,8 and to the upper chamber of the corner. 32 And between the upper chamber of the corner and the Sheep Gate the goldsmiths and the merchants repaired. Footnotes [1] 3:2 Hebrew him [2] 3:5 Or lords [3] 3:6 Or of the old city [4] 3:9 Or foreman of half the portion assigned to; also verses 12, 14, 15, 16, 17, 18 [5] 3:13 A cubit was about 18 inches or 45 centimeters [6] 3:19 Or corner; also verses 20, 24, 25 [7] 3:20 Some manuscripts vigorously repaired [8] 3:31 Or Hammiphkad Gate (ESV) Acts 13 (Listen) Barnabas and Saul Sent Off 13 Now there were in the church at Antioch prophets and teachers, Barnabas, Simeon who was called Niger,1 Lucius of Cyrene, Manaen a lifelong friend of Herod the tetrarch, and Saul. 2 While they were worshiping the Lord and fasting, the Holy Spirit said, “Set apart for me Barnabas and Saul for the work to which I have called them.” 3 Then after fasting and praying they laid their hands on them and sent them off. Barnabas and Saul on Cyprus 4 So, being sent out by the Holy Spirit, they went down to Seleucia, and from there they sailed to Cyprus. 5 When they arrived at Salamis, they proclaimed the word of God in the synagogues of the Jews. And they had John to assist them. 6 When they had gone through the whole island as far as Paphos, they came upon a certain magician, a Jewish false prophet named Bar-Jesus. 7 He was with the proconsul, Sergius Paulus, a man of intelligence, who summoned Barnabas and Saul and sought to hear the word of God. 8 But Elymas the magician (for that is the meaning of his name) opposed them, seeking to turn the proconsul away from the faith. 9 But Saul, who was also called Paul, filled with the Holy Spirit, looked intently at him 10 and said, “You son of the devil, you enemy of all righteousness, full of all deceit and villainy, will you not stop making crooked the straight paths of the Lord? 11 And now, behold, the hand of the Lord is upon you, and you will be blind and unable to see the sun for a time.” Immediately mist and darkness fell upon him, and he went about seeking people to lead him by the hand. 12 Then the proconsul believed, when he saw what had occurred, for he was astonished at the teaching of the Lord. Paul and Barnabas at Antioch in Pisidia 13 Now Paul and his companions set sail from Paphos and came to Perga in Pamphylia. And John left them and returned to Jerusalem, 14 but they went on from Perga and came to Antioch in Pisidia. And on the Sabbath day they went into the synagogue and sat down. 15 After the reading from the Law and the Prophets, the rulers of the synagogue sent a message to them, saying, “Brothers, if you have any word of encouragement for the people, say it.” 16 So Paul stood up, and motioning with his hand said: “Men of Israel and you who fear God, listen. 17 The God of this people Israel chose our fathers and made the people great during their stay in the land of Egypt, and with uplifted arm he led them out of it. 18 And for about forty years he put up with2 them in the wilderness. 19 And after destroying seven nations in the land of Canaan, he gave them their land as an inheritance. 20 All this took about 450 years. And after that he gave them judges until Samuel the prophet. 21 Then they asked for a king, and God gave them Saul the son of Kish, a man of the tribe of Benjamin, for forty years. 22 And when he had removed him, he raised up David to be their king, of whom he testified and said, ‘I have found in David the son of Jesse a man after my heart, who will do all my will.' 23 Of this man's offspring God has brought to Israel a Savior, Jesus, as he promised. 24 Before his coming, John had proclaimed a baptism of repentance to all the people of Israel. 25 And as John was finishing his course, he said, ‘What do you suppose that I am? I am not he. No, but behold, after me one is coming, the sandals of whose feet I am not worthy to untie.' 26 “Brothers, sons of the family of Abraham, and those among you who fear God, to us has been sent the message of this salvation. 27 For those who live in Jerusalem and their rulers, because they did not recognize him nor understand the utterances of the prophets, which are read every Sabbath, fulfilled them by condemning him. 28 And though they found in him no guilt worthy of death, they asked Pilate to have him executed. 29 And when they had carried out all that was written of him, they took him down from the tree and laid him in a tomb. 30 But God raised him from the dead, 31 and for many days he appeared to those who had come up with him from Galilee to Jerusalem, who are now his witnesses to the people. 32 And we bring you the good news that what God promised to the fathers, 33 this he has fulfilled to us their children by raising Jesus, as also it is written in the second Psalm,   “‘You are my Son,    today I have begotten you.' 34 And as for the fact that he raised him from the dead, no more to return to corruption, he has spoken in this way,   “‘I will give you the holy and sure blessings of David.' 35 Therefore he says also in another psalm,   “‘You will not let your Holy One see corruption.' 36 For David, after he had served the purpose of God in his own generation, fell asleep and was laid with his fathers and saw corruption, 37 but he whom God raised up did not see corruption. 38 Let it be known to you therefore, brothers, that through this man forgiveness of sins is proclaimed to you, 39 and by him everyone who believes is freed3 from everything from which you could not be freed by the law of Moses. 40 Beware, therefore, lest what is said in the Prophets should come about: 41   “‘Look, you scoffers,    be astounded and perish;  for I am doing a work in your days,    a work that you will not believe, even if one tells it to you.'” 42 As they went out, the people begged that these things might be told them the next Sabbath. 43 And after the meeting of the synagogue broke up, many Jews and devout converts to Judaism followed Paul and Barnabas, who, as they spoke with them, urged them to continue in the grace of God. 44 The next Sabbath almost the whole city gathered to hear the word of the Lord. 45 But when the Jews4 saw the crowds, they were filled with jealousy and began to contradict what was spoken by Paul, reviling him. 46 And Paul and Barnabas spoke out boldly, saying, “It was necessary that the word of God be spoken first to you. Since you thrust it aside and judge yourselves unworthy of eternal life, behold, we are turning to the Gentiles. 47 For so the Lord has commanded us, saying,

Newshour
African Cup of Nations begins in Cameroon

Newshour

Play Episode Listen Later Jan 9, 2022 48:21


The much-awaited, long-delayed African Cup of Nations football tournament begins in Cameroon. The competition is taking place against a backdrop of Covid restrictions and a civil war that has been going on in the English speaking regions of Cameroon, alongside the wider instability caused by the jihadist insurgency in Nigeria, Niger, Mali and Burkina Faso. Also in the programme: Yemen, a nation torn by conflict and famine, but today we hear from one long time resident on why he loves the country. And in Serbia: fans of tennis star Novak Djokovic have been protesting his detention in an immigration centre in Australia. [Photo shows a fan with a Cameroon hat on holding a horn. Credit: AFP]

Lofi Poli Sci Podcast
Lo-Fi Global News: Kazakhstan/Russia, Sweden, Niger, Mexico, Taiwan/China/Lithuania

Lofi Poli Sci Podcast

Play Episode Listen Later Jan 6, 2022 10:49


Today's Topics: Civil Unrest in Kazakhstan and Russia sending Peacekeepers, Sweden Officially Taking on Fake News, Drugs & Government: Niger, Drugs in Government: Mexico, Rum from Lithuania Going to Taiwan instead of China? Always remember that Lofi Poli Sci is more than just me, it's the “we”, that we be. Episode 94 Season 4 (series 410) Email: lofipolisci@planetmail.com Instagram: lofi_poli_sci_podcast Apple Podcast: https://podcasts.apple.com/us/podcast/lofi-poli-sci-podcast/id1513691477 Spotify: open.spotify.com/show/4Ii0JKbsKEzkO8SA2u3796 Google Podcast: https://podcasts.google.com/?feed=aHR0cHM6Ly9hbmNob3IuZm0vcy8xNzg1MjhjYy9wb2RjYXN0L3Jzcw YouTube Channel: https://www.youtube.com/channel/UCaLg4TOVb7nh4laDatZZ3yQ LinkedIn: Michael Pickering #lofipolisci #lofi #politicalscience #news #worldnews #globalnews #lofiGlobalNews #alwaysHope #podcast #lofipoliscipodcast #Top10 #GoodNewsFriday #PickeringUnplugged #LettersOfTheLofiPoliSci #Kazakhstan #Russia #Sweden #Niger #Mexico #Taiwan #China #Lithuania

Invité Afrique
Mali: «L'enjeu de ce sommet (de la Cédéao) est tout aussi important pour l'avenir de la Cédéao que du Mali»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Jan 5, 2022 12:20


Pour l'avenir du Mali, le sommet extraordinaire de la Cédéao, dimanche prochain à Accra, sera sans doute décisif. C'est pourquoi Goodluck Jonathan, l'envoyé spécial de la Cédéao, vient le préparer dès ce mercredi à Bamako. Les dirigeants de l'Afrique de l'Ouest vont-ils accepter une transition militaire de cinq ans au Mali ? À priori, non. Mais attention, avec les divisions au sein de la Cédéao, tout peut arriver, nous explique Niagalé Bagayoko, chercheuse au Réseau africain pour le secteur de la sécurité, basé à Accra. RFI : « La transition doit faire des réformes institutionnelles structurantes pour que les futures élections soient équitables », dit le rapport final des Assises nationales de Bamako. Qu'est-ce que vous en pensez ?  Niagalé Bagayoko : C'est l'un des volets qui, d'un point de vue déclaratoire, pourrait être le plus crédible selon moi dans la mesure où l'on s'aperçoit que les cycles électoraux successifs suscitent de moins en moins l'adhésion des populations, que l'on est face à une sorte de désillusion démocratique, et que donc l'idée que la mise en œuvre de réformes doit primer sur l'organisation des scrutins peut s'entendre. Ce qui est le plus problématique en revanche, ce sont les délais prévus pour la mise en œuvre. Parce qu'un délai de cinq ans, en réalité six ans et quelques mois depuis l'arrivée au pouvoir de la junte, est véritablement problématique. Cela excède même la durée d'un mandat électif dans un grand nombre de démocraties.  Et la presse malienne de souligner le fait également que le colonel Assimi Goïta devrait tirer la leçon de l'histoire qui montre que tous ses frères d'armes qui ont pris le pouvoir par la force en sont ressortis par la petite porte. Est-ce que c'est si vrai que cela ?  Alors, c'est vrai dans une certaine mesure, mais ils sont quand même demeurés au pouvoir pendant de très longues années. Si l'on prend le cas de Moussa Traoré qui a effectivement quitté le pouvoir seulement au bout d'une vingtaine d'années. Moussa Traoré qui, d'ailleurs, est demeuré, paradoxalement ou non, jusqu'à son décès récent, une figure perçue comme très crédible et comme un recours éventuel en termes de conseil ou d'orientation politique. Le cas d'Amadou Toumani Touré est différent puisque lui-même avait choisi de laisser le pouvoir aux civils et il est revenu par le biais d'un scrutin démocratique. Et si l'on prend le cas d'Amadou Sanogo, il n'a effectivement pas pu prolonger son passage au pouvoir, mais il a bénéficié d'une amnistie. Donc, je ne partage pas totalement cette analyse.  Et, est-ce que les 23 ans de régime du général Moussa Traoré peuvent être le modèle du colonel Assimi Goïta et du Premier ministre Choguel Maïga ?  Je pense que c'est extrêmement difficile, mais que tout l'enjeu se situe là en réalité. Parce que ce qui est au cœur de la situation malienne aujourd'hui est de savoir ce qu'est réellement la démocratie, parce que bien entendu le contexte international n'est absolument pas le même que celui dans lequel a exercé ses fonctions Moussa Traoré, mais l'on s'aperçoit d'un durcissement sur la scène internationale plus généralement qui pourrait suggérer qu'en effet des pouvoirs plus autoritaires s'installeront. Cela dit, aujourd'hui, à l'heure des réseaux sociaux, à l'heure où un certain nombre d'organisations de la société civile ont acquis une certaine liberté de parole, si ce n'est d'influence, il pourra, à mon avis, être extrêmement difficile de s'inspirer de l'expérience de Moussa Traoré.  Ces Assises nationales de Bamako ont été boycottées par de grandes coalitions de l'opposition, mais malgré tout, est-ce que la junte et son Premier ministre Choguel Maïga ne bénéficient pas tout de même d'une certaine base populaire ?  Il semble que oui, indéniablement. Ce qui caractérise l'actuel régime au pouvoir au Mali est à la fois une grande habileté d'un point de vue diplomatique, sur la scène internationale, mais aussi la capacité à répondre à certaines des aspirations populaires qui ont provoquées les manifestations massives qui ont conduit à la destitution du président IBK. Je pense notamment à la mise en œuvre de cette politique en matière de lutte contre la corruption qui est extrêmement populaire, tout comme de l'intention manifeste d'élargir les partenariats stratégiques avec les différents acteurs internationaux. Mais il n'est cependant pas certain que la junte réponde à toutes les attentes, et notamment d'un point de vue sécuritaire parce qu'aujourd'hui c'est quand même l'enjeu majeur.  Dimanche se tiendra un sommet extraordinaire de la Cédéao sur le Mali. Qu'est-ce que vous en attendez ?  Je pense que ce sommet est absolument crucial. Non pas seulement pour le Mali, mais pour la Cédéao elle-même. Parce que l'on parle très souvent du sentiment qui se manifeste contre la France, contre la Minusma, contre les acteurs internationaux en général, derrière lesquels on voit une instrumentalisation, mais on parle beaucoup moins de ce rejet de plus en plus massif dont fait l'objet la Cédéao en raison des contradictions entre son mandat et les objectifs qu'elle s'est fixée et les décisions prises. De manière très concrète, la Cédéao, à travers la vision 2020 qui avait été adoptée en 2007, avait résolu de passer d'une Cédéao des États à une Cédéao des peuples. Et on s'aperçoit, à l'inverse, qu'il s'agit d'une organisation dont les décisions sont de plus en plus intergouvernementales et qui contribuent à asseoir, si ce n'est des coups d'États, en tout cas des manipulations ou des changements constitutionnels qui sont peu conformes notamment au protocole de 2001 sur la démocratie et la bonne gouvernance. Donc, il s'agira de voir dans quelle mesure ce sommet permettra à la Cédéao de jouer sur cette ligne de crête extrêmement étroite entre des sanctions crédibles et qui puissent être efficaces, parce que touchant au cœur du fonctionnement de l'État malien, sans se mettre à dos les populations maliennes ou plus largement celles de la sous-région.  Donc vous êtes contre un éventuel blocus économique du Mali ?  Toute la difficulté des sanctions économiques est précisément le fait qu'elles touchent avant tout les populations davantage que les dirigeants. La Cédéao a adopté récemment des mesures qui touchent un nombre limité de personnalités, quand je dis limité c'est un nombre qui est relativement large, et cela de manière inédite puisqu'il s'agit de 150 personnes, dont les biens et les avoirs et les possibilités de voyager ont été restreints. Mais on voit très bien que cela n'a absolument pas empêché les autorités actuelles de prendre des décisions qui vont à l'encontre des demandes de la Cédéao. Donc, effectivement, les mesures les plus efficaces sont celles qui touchent le plus grand nombre de Maliens, mais attention pace que le rôle des opinions publiques, le rôle de la colère et de l'exaspération populaire devient, à mon avis, le facteur central de l'évolution actuelle de la gestion de la crise malienne et plus largement de la crise sahélienne.  Et quelle est l'alternative à un blocus économique ?  Il y a, en réalité, extrêmement peu de solution. C'est là que l'on voit la problématique posée par tout le décalage entre l'arsenal institutionnel et juridique, qui a été construit depuis les années 2000 dans le cadre de la Cédéao et de sa mise en œuvre, si l'on regarde l'ensemble de ces textes, y compris le protocole dont je parlais, qui est additionnel au mécanisme de gestion des conflits lui-même adopté en 1999 et aux différents codes de conduite des forces armées et de sécurité. Tous les éléments existent d'un point de vue formel. Mais on s'aperçoit que leur mise en œuvre n'a finalement jamais, véritablement, été appliquée, donc on se retrouve face à une situation dans laquelle les possibilités d'action sont extrêmement restreintes. Aujourd'hui, je crois malheureusement que l'on s'achemine vers des régimes davantage autoritaires, sans doute beaucoup moins respectueux d'un certain nombre de pratiques démocratiques, mais dont il ne faut pas croire qu'ils pourront s'éterniser au pouvoir, puisqu'une fois de plus, je pense qu'il faut qu'ils répondent aussi aux attentes des populations dont l'exaspération pourrait aussi, très rapidement, les balayer.  Donc en fait, vous prônez la clémence pour les dirigeants ouest-africains qui se réuniront dimanche prochain, c'est ça ?  Non, absolument pas. Moi, je pense qu'il faut absolument appliquer les principes qui sont consignés dans les textes et être extrêmement ferme dans leur imposition. Mais je ne suis pas certaine qu'ils puissent être suivis d'effets étant donné l'ensemble des contradictions que l'on a vues dans la prise de position d'instances comme la Cédéao ou comme l'Union africaine au cours des dernières années.  Oui, c'est-à-dire que vous pensez qu'il y a des divisions au sein de la Cédéao, avec des États inflexibles comme le Niger, et des États peut-être plus compréhensifs à l'égard de la junte malienne comme le Sénégal ?  Absolument, comme le Sénégal, comme le Togo, que l'on peut citer également. On voit très bien que le camp le plus inflexible n'est pas forcément majoritaire à l'intérieur de l'organisation. Et c'est là que l'on en revient à la logique intergouvernementale dont je parlais, où le type d'accession au pouvoir des différents présidents actuellement en place ne peut que peser sur les décisions qu'ils sont amenés à prendre par la suite.  Et si la Cédéao cède à la junte malienne sur cette transition de cinq ans, est-ce qu'elle ne devra pas céder aussi à la junte guinéenne ?  Tout à fait, c'est à cela que je pensais. C'est pour cela, à mon avis, que l'enjeu de ce sommet est tout aussi important pour l'avenir de la Cédéao elle-même que pour celui du Mali. Aujourd'hui, il en va de la crédibilité de tout ce qui a été construit pendant une vingtaine d'années, qui est mis à l'épreuve des faits, et il est attendu, effectivement, de l'ensemble des acteurs de voir s'ils sont capables de mettre en application les principes qu'ils prônent pour leurs voisins de la sous-région, sans pour autant se les appliquer à eux-mêmes.  Lors des travaux de conclusions des Assises nationales de la semaine dernière, les Russes ont été applaudis à Bamako. Les Occidentaux dénoncent publiquement l'arrivée du groupe Wagner au Mali, mais sans annoncer le retrait de la force Barkhane ou de la force Takuba. Est-ce à dire que la junte au pouvoir à Bamako est en train de réussir son pari de faire cohabiter soldats français et mercenaires russes ?  C'est là que l'on voit tout le danger qu'il y a eu à fixer sans arrêt de nouvelles lignes rouges qui ont finalement toujours été franchies par les autorités maliennes, que ce soit lorsque la France a exigé que toute négociation avec des groupes jihadistes soit exclue ou lorsqu'elle a demandé à ce que le calendrier électoral soit respecté. Et de nouveau aujourd'hui, en ce qui concerne l'arrivée de ce groupe, en effet, la déclaration du 23 décembre qui a été adoptée par un grand nombre de pays européens, quinze, plus le Canada, est effectivement étonnante puisque, alors qu'il avait été répété notamment par la France qu'elle quitterait le Sahel ou enfin en tout cas qu'elle ne pourrait absolument pas cohabiter avec le groupe Wagner, cette déclaration affirme que la France, les partenaires européens, resteront dans le pays. Donc, oui, à mon avis, il s'agit d'une victoire diplomatique pour la junte malienne de ce point de vue-là. Mais est-ce que cela pourra tenir d'un point de vue opérationnel ? Là encore, on pourra se poser la question dans la mesure où l'on voit très bien que le grand nombre d'acteurs sécuritaires internationaux d'ores et déjà présents sur place a eu les plus grandes difficultés à coordonner ses actions les unes avec les autres. Et l'on peut douter que cela s'améliore avec l'arrivée de ce nouvel acteur. 

Twenty One Gun Podcast
#116 Michelle Black, Author of "Sacrifice: A Gold Star Widow's Fight for the Truth

Twenty One Gun Podcast

Play Episode Listen Later Dec 31, 2021 78:41


End of year special episode with Michelle Black.  Michelle is the author of "Sacrifice: A Gold Star Widow's Fight for the Truth." Her husband, Green Beret Bryan Black, was killed in an ambush in Niger in October of 2017. After receiving few and contradictory details about the ambush, she took it upon herself to find the answers. She trained herself to be an investigative journalist and conducted exclusive interviews with the survivors of her late husband's unit and researched military leadership and accountability to tell a previously unknown story.  Michelle and I had a nice talk about the meaning of family, life as a mil-spouse, raising children and the search for truth - no matter how painful. It was a honor to have her on the show and I hope you enjoy the interview. 

Make Me An Island
May I Introduce To You...? New Music in 2021

Make Me An Island

Play Episode Listen Later Dec 29, 2021 114:22


In another twelve months for new sounds Dónal charts the year in tunes. The stated criterion is that it's new names only but some diversions are taken to include essential releases from familiar artists like Shirley Collins, Dean Blunt and Oneohtrix Point Never. Otherwise it's a voyage of discovery all the way from the frozen north in Norway to the beating heart of Niger.    Support the music-makers on Bandcamp:   Lighight - https://lighghtmusic.bandcamp.com/album/holy-endings Dylan Henner - https://dylanhenner.bandcamp.com/album/the-invention-of-the-human Shirley Collins - https://www.dominomusic.com/releases/shirley-collins/crowlink/download Onehotrix Point Never - https://oneohtrixpointnever.bandcamp.com/ The Heart Pumps Kool-Aid - https://sethgraham.bandcamp.com/album/the-heart-pumps-kool-aid Sam Gendel - https://samgendel.bandcamp.com/album/fresh-bread Gabriels - https://gabriels.bandcamp.com/album/love-and-hate-in-a-different-time Georgia Anne Muldrow - https://georgiaannemuldrow.bandcamp.com/album/vweto-iii Gotts Street Park - https://gottsstreetpark.ochre.store/ Utheo Goerer - https://www.lyskestrekk.com/product/utheo-choerer-forste-gir-stiv-kuling-7/ Black Country, New Road - https://blackcountrynewroad.bandcamp.com/album/for-the-first-time Falle Nioke & Ghost Culture - https://fallenioke.bandcamp.com/album/badiare-ep Mdou Moctar - https://mdoumoctar.bandcamp.com/album/afrique-victime Space Afrika - https://space-afrika.bandcamp.com/album/honest-labour Aya - https://aya-yco.bandcamp.com/ Loraine James - https://lorainejames.bandcamp.com/album/reflection Joy Orbison - https://tossportal.bandcamp.com/album/still-slipping-vol-1 Marco Shuttle - https://marcoshuttle.bandcamp.com/album/cobalt-desert-oasis Tomaga - https://tomaga.bandcamp.com/album/intimate-immensity Yu Su - https://yusu.bandcamp.com/album/yellow-river-blue Audiobooks - https://audiobookshq.bandcamp.com/album/astro-tough-2 Ross From Friends - https://rossfromfriends.bandcamp.com/album/tread Overmono - https://overmono.bandcamp.com/album/bmw-track-so-u-kno Jehnova - https://jehnova.bandcamp.com/ Dean Blunt - https://roughtraderecords.bandcamp.com/album/black-metal-2 Leo Bhanji - https://www.amazon.com/Birth-Videos-Explicit-Leo-Bhanji/dp/B08NZFFJBT Celestial - https://celestialecstatic.bandcamp.com/album/i-had-too-much-to-dream-last-night     ///

Invité Afrique
Wagner au Mali: la communauté internationale «condamne mais ne parle plus de retrait»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Dec 29, 2021 6:47


Et si les Français acceptaient de cohabiter avec les Russes au Mali ? L'hypothèse n'est pas exclue, affirme le général Bruno Clément-Bollée. Cet officier français à la retraite a commandé l'opération Licorne en Côte d'Ivoire et la Coopération de sécurité et de défense au Quai d'Orsay. Aujourd'hui, il est consultant international en matière de sécurité en Afrique. Et il réagit au communiqué des quinze pays occidentaux qui, le 23 décembre 2021, ont dénoncé l'arrivée de mercenaires russes au Mali sans annoncer pour autant un retrait de ce pays. Il répond aux questions de Christophe Boisbouvier. RFI : La France affirme que le groupe Wagner a entamé le déploiement de mercenaires russes à Bamako. Le Mali dément formellement, alors qui a raison ? Général Bruno Clément-Bollée : Qui a raison, qui a tort, je ne sais pas. On avait noté quand même des signes sur le terrain. Je crois que la seule certitude aujourd'hui, c'est que des Russes vont arriver. Qui sont-ils ? Des coopérants militaires à l'image un petit peu des nôtres, de ceux que nous avons un petit peu partout en Afrique. Ou est-ce que ce sont des mercenaires de Wagner ? Je crois qu'à ce stade, je ne sais pas qui peut affirmer la vérité. Certains auraient reconnu des cadres de Wagner présents à Bamako, je ne sais pas ce qu'il en est. En Centrafrique, suite au départ des Français de Sangaris il y a cinq ans, les Russes de Wagner sont arrivés. Et ce sont eux, qui, il y a un an, ont sauvé le régime du président élu Faustin Archange Touadéra contre les rebelles de François Bozizé. Ne jouent-ils pas quelquefois un rôle positif ? Alors, on pourrait parler de la situation politique et sécuritaire en Centrafrique. Si vous estimez que la situation y est stable, alors effectivement, tout est permis pour le Mali. Je crois qu'on en est très très loin. Je note surtout qu'en Centrafrique, il y a une mission européenne à l'image de Takuba au Mali, qui vise à former des contingents centrafricains. Et, depuis que ces contingents ont été utilisés par Wagner, l'EUTM a arrêté sa formation. Aujourd'hui, finalement, la Centrafrique est un peu livrée à elle-même, et livrée à Wagner et un peu isolée au plan international. J'ai peur que ce soit un petit peu la même chose qui arrive au Mali. Le Mali souverain cherche à élargir son partenariat de sécurité et de défense, mais j'ai peur que ce soit un calcul à très très court terme. Au lieu de l'élargir, cela va plutôt le réduire. Si les Français de Sangaris n'étaient pas partis de Centrafrique il y a cinq ans, les Russes de Wagner seraient-ils arrivés ? Je ne sais pas répondre à cette question. Je note tout comme vous que c'est le retrait de Sangaris, qui finalement semble avoir permis l'arrivée des Russes. On n'est pas du tout dans le même schéma au Mali, puisque nous sommes encore très présents, nous, la France, au sein d'une coalition internationale importante, si on y ajoute la Minusma, les dix pays européens de Takuba, la force G5, ce qui n'existe pas en Centrafrique. La comparaison trouve très vite ses limites entre la Centrafrique et le Mali. Les Russes arrivent au Sahel au moment où les Français y sont de plus en plus contestés, comme le montrent les dernières manifestations au Burkina et au Niger, au passage du dernier convoi de ravitaillement de Barkhane. Cela sonne-t-il le glas d'une présence militaire française au Sahel ? Je ne crois pas que ça sonne le glas d'une présence militaire française. Je crois que ça nous montre la sagesse de la décision qui est de ne plus se mettre en première ligne, mais d'être moins visible, d'agir dans une configuration internationale. D'autant qu'il faut aussi admettre que derrière ces contestations, cette image dégradée, il y a quand même de sournoises manœuvres, dont on sait qui a les manettes, qui visent à dégrader l'image. Pensez-vous les mercenaires et paramilitaires de Wagner capables de repousser la menace jihadiste au Nord Mali ? C'est, je crois, la question qu'il faut vraiment se poser. Ce n'est pas avec 1000 mercenaires qui vont être isolés … Quand la force Barkhane était avec ses 5000 soldats, elle agissait au sein d'une coalition internationale beaucoup plus importante, avec entre 35 et 40 000 hommes. Là, on parle de 1000 soldats russes ou 1000 mercenaires qui vont être isolés, qui vont travailler avec les forces armées maliennes, j'imagine. Mais tout ce beau monde sera livré à lui-même. En termes d'efficacité, ce sera extrêmement difficile pour eux de tenir le terrain, ce sera quasiment même impossible. Ensuite, en Centrafrique, la société Wagner a montré à quel type de règles d'engagement elle obéissait ; et cette force s'est quand même illustrée par des exactions qui ont été pointées. On parle de plus de 200 exactions dans l'année. Ça fait quand même beaucoup. N'y-a-t-il pas des risques d'exactions aussi au Mali, certainement. Il y a des risques de tensions exacerbées. On peut se demander quelles vont être les réactions des communautés du nord en cas d'exactions, quelles vont-être les réactions de la population. Tout cela ne va pas concourir à redorer le blason de l'image des forces armées maliennes, si en plus elles s'affichent avec une force de mercenaires qui se comporte de la sorte. La junte au pouvoir à Bamako fait-elle appel à Wagner pour lutter contre les jihadistes ou pour se protéger elle-même ? On voit bien que la junte cherche à s'affranchir des règles que veut lui imposer la communauté internationale. Elle cherche à se maintenir, et finalement, c'est plus facile avec un partenaire qui ne vous demande pas de comptes politiques, face à une communauté internationale beaucoup plus exigeante sur ce plan. Mais on peut rajouter, derrière tout cela, que ce ne sera pas cadeau. Il y a quand même un prix à payer. On parlait de 10 millions de dollars par mois et la présence de géologues russes, à la recherche de gisements aurifères, et là aussi, ça nous ramène à la Centrafrique pour pouvoir régler l'addition.  Si c'est pareil au Mali, je ne pense pas que le Mali, vu l'état économique du pays, ait besoin de telles choses. Il y a un mois, les autorités françaises disaient que la présence de Wagner au Mali serait « incompatible » avec le maintien des Français au Mali. Mais aujourd'hui, concrètement, si Wagner débarque à Bamako, les Français vont-ils fermer leur base de Gao ? Je note que dans cette déclaration officielle de ces 15 pays, dont la France, on condamne, mais sans menacer de retrait. On n'en parle plus. On a l'impression qu'il y a une inflexion en effet dans le discours des Français ? En tout cas, on ne parle plus de retrait. Je crois que l'engagement français est toujours d'actualité, plus que jamais. Il cherche à s'adapter : on constate une présence moins visible, qui agit dans une configuration beaucoup plus internationale, donc moins en première ligne, en mettant plutôt en avant les contingents africains locaux. On sait bien aujourd'hui que la situation au Sahel ne pourra être réglée in fine que par les Sahéliens. Il faut une réponse sahélienne à une situation sahélienne, bien évidemment accompagnée par les alliés traditionnels. Donc, je crois que la présence française perdurera au Sahel, il n'y aura certainement pas de retrait. Finalement, les Français et les Russes ne vont-ils pas cohabiter au Mali ? N'est-ce pas l'espoir secret de la junte au pouvoir à Bamako ? C'est peut-être une possibilité. Si ce sont des coopérants militaires russes, après tout, le Mali est souverain, il a tout à fait le droit de faire appel aux partenaires qu'il souhaite. Dans ce cas-là, pourquoi n'imaginerait-on pas une cohabitation entre les militaires formateurs russes qui formeraient les contingents maliens, au même titre que la force Takuba continuerait son effort de formation vis-à-vis des contingents maliens et autres sahéliens ? Une cohabitation entre soldats français de Barkhane et mercenaires russes de Wagner est-elle possible ? Là, certainement pas. Je crois que, s'il y a confirmation de Wagner, on est au pied du mur. Il y aura une décision collective à prendre pour poursuivre ou non l'engagement. Les autorités maliennes le savent, et je pense que l'insistance avec laquelle les autorités maliennes démentent le fait que ce soit Wagner, mais affirment que c'est un contingent de coopérants militaires russes, prouve bien que les autorités maliennes cherchent quand même à ménager une présence internationale, dont le contingent français. ► À lire aussi : Wagner: l'annonce de quinze partenaires internationaux fait réagir

Revue de presse française
À la Une: la riposte du gouvernement français face au variant Omicron

Revue de presse française

Play Episode Listen Later Dec 28, 2021 3:54


Ni confinement, ni couvre-feu pour le 31 décembre, ni fermeture des écoles... « Des contraintes mais pas trop » titre Aujourd'hui en France, pour qui le gouvernement a écarté les mesures les plus drastiques mais rend obligatoire le recours au télétravail, fixe des jauges pour les rassemblements et surtout, accélère la vaccination. «Un an jour pour jour après la première vaccination, très médiatisée, de Mauricette, la France n'en a donc pas fini avec le Covid-19. Pire, le variant Omicron affole toutes les statistiques jusque-là enregistrées. La situation est extrêmement tendue a reconnu hier le premier ministre Jean Castex.» Des mesures au goût amer pour le monde culturel « On est replongés un an en arrière, pourtant on a joué le jeu du passe sanitaire à 100 % » se désole le président du Syndicat national des producteurs, diffuseurs et festivals dans Le Parisien.  Olivier Darbois qui dit « accuser le coup » dans les colonnes d'Aujourd'hui en France, alors que dès lundi 3 janvier, les concerts debout seront interdits, que les salles de spectacles fermées ne pourront accueillir que 2 000 personnes maximum et que le pop-corn est banni du cinéma. Des concerts devront être remis à une date ultérieure, mais certains en sont à leur troisième report et tous ne pourront pas être reprogrammés. Pour ce qui est d'un retour massif du public dans les salles, Olivier Darbois n'espère « pas retrouver le niveau de 2019 avant 2024. » Faudra-t-il vacciner toute la planète ? C'est la question que se pose La Croix dans un entretien avec le Référent vaccination et réponse aux épidémies à Médecins Sans frontières. Pour John Johnson, « La vaccination est clairement l'outil le plus important dans la lutte contre la pandémie. Mais on ne s'en sortira pas uniquement à coups de vaccins. Il faudra apprendre à vivre dans la durée avec des masques, les gestes barrières, des périodes de quarantaine. Le vaccin n'empêche pas la transmission du virus ni ses mutations. » « Dans de nombreux pays où MSF intervient, le Covid n'est pas la priorité » affirme John Johnson. « Au Niger, on a dénombré à ce jour moins de 10 000 cas et environ 200 morts. Dès lors, on ne peut pas dire qu'il faut administrer une première dose à chacun au Niger avant d'effectuer une troisième dose pour un septuagénaire dans un pays européen. La stratégie de vaccination ne peut pas être globale, elle doit s'adapter au contexte, à la population et aux moyens de chaque pays. » La filière lait va mal en Bretagne Libération nous propose un reportage dans la première région laitière de France.  Cette région a perdu un quart de ses élevages en une décennie. Épuisés par la charge de travail et découragés face aux prix bas imposés par les industriels, beaucoup d'agriculteurs se reconvertissent. Dans la profession les raisons de ces abandons sonnent comme une évidence : la fin des quotas laitiers en 2015 et la dérégulation du marché, qui a entraîné une chute des prix. Une éleveuse témoigne « l'augmentation des volumes s'est traduite par plus de boulot, pour un revenu qui ne suit pas. Le prix reste à 350 euros les mille litres, avec des coûts de production qui augmentent, ça finit par décourager. » Pour ceux qui arrêtent, c'est à la fois un crève-cœur et une libération. 2021, une année exceptionnelle pour l'édition L'année de tous les records nous dit Le Figaro Economie, confirmant l'engouement des Français pour la lecture en plein cœur de la crise sanitaire. Les ventes de livres ont connu une « croissance spectaculaire » de 19% cette année par rapport à l'avant pandémie. Et les librairies indépendantes sont restées le premier circuit de vente, elles représentent plus de 40 % du marché, malgré l'âpre concurrence d'Amazon. Leur chiffre d'affaires a été principalement tiré par les ventes de bandes dessinées. Plus de 6 bandes dessinées sur 10 vendues sont des mangas. La France est même le deuxième consommateur mondial de manga, derrière le Japon.

Independent Music Podcast
#353 – Favourites of 2021 – listener favourites - 27 December 2021

Independent Music Podcast

Play Episode Listen Later Dec 27, 2021 90:16


This year we've had more listeners than ever before – thousands of people with exceptional taste. The prove it, we asked our Patrons to vote for their favourite tracks from the podcast in 2021, and the list is absolutely stellar! We have two visits to Niger, three collaborations between podcast favourites, experimental hiphop, accordion music and a whole lot more good stuff. Our fourth part of our favourites will be LIVE on Zoom on 29 December, you can get tickets from Eventbrite: https://www.eventbrite.com/e/independent-music-podcast-live-2021-in-review-tickets-225352935697 Tracklisting Les Filles de Illighadad – Surbajo (Sahel Sounds, USA) The Body & BIG|BRAVE – Oh Sinner (Thrill Jockey Records, USA) Dame Area – La Danza Del Ferro (Mannequin Records, Germany) Pink Siifu – BACK'! (Field-Left, USA) Anna Meredith – BPM 131: Joy Subdivision (Moshi Moshi Music, UK) Divide and Dissolve – Prove It (Invada, UK) Mdou Moctar – Chismiten (Matador Records, USA) Marisa Anderson/William Tyler – Lost Futures (Thrill Jockey Records, USA) Mario Batkovic – Chorea Duplex (feat. James Holden) (Invada, UK) Richard Dawson & Circle – Lily (Weird World Records, UK) Rival Consoles – Monster (Erased Tapes, UK) Produced and edited by Nick McCorriston. This week's episode is sponsored by The state51 Conspiracy, a creative hub for music. Head to state51.com to find releases by JK Flesh vs Gnod, Steve Jansen, MrUnderwSood, Wire, Ghost Box, Lo Recordings, Subtext Records and many more

Revue de presse Afrique
À la Une: la Coupe d'Afrique des Nations aura bien lieu

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Dec 22, 2021 4:05


« Face aux pressions, la Confédération africaine de football a donc tenu bon, pointeJeune Afrique. En milieu d'après-midi, hier, son patron, Patrice Motsepe, a mis fin à plusieurs jours de suspense et de polémique : la CAN aura bien lieu comme prévu. Les sélections africaines ont rendez-vous du 9 janvier au 6 février au Cameroun. » « Balle au centre », se réjouit Cameroon Tribune en première page. « Le rendez-vous du 9 janvier sera bel et bien tenu. » « Pas de report, pas d'annulation. Ouf ! », renchérit Le Pays au Burkina Faso. Toutefois, prévient le journal, « le tout n'est pas de sauver les meubles de la tenue de cette compétition. Encore faut-il que la fête du football soit véritablement au rendez-vous, comme les Africains en sont si friands et savent si bien le faire. Cela est une autre paire de manches. Car, tout porte à croire que la tenue du tournoi tient au respect strict des mesures sanitaires annoncées.  Il faut donc croiser les doigts pour que la situation de la pandémie ne se dégrade pas d'ici au lancement de la compétition. C'est dire si cette confirmation n'est qu'une victoire d'étape ; tant la menace du virus semble planer comme une épée de Damoclès sur le tournoi. » Qui plus est, poursuit Le Pays, « beaucoup de questions restent encore en suspens. En effet, quid de l'affluence dans les stades, eu égard aux mesures sanitaires annoncées ? Quid du déplacement des supporters étrangers au regard des risques de tracasseries de tous genres liés à la situation ? Autant dire que tant que le coup d'envoi ne sera pas donné, rien ne sera gagné d'avance. » ► À lire aussi : CAN au Cameroun: «Le 9 janvier, on donnera son coup d'envoi» Bouchées doubles… « Depuis l'élection de l'Italo-Suisse, Gianni Infantino à la tête de la FIFA, rappelle Aujourd'hui, toujours à Ouagadougou, les dangers n'ont eu de cesse de planer sur la CAN. Entre la Coupe d'Europe, la Copa América et la Coupe Arabe qui vient de se jouer au Qatar qui génèrent des millions de francs et la CAN moins nantie, le choix est vite fait. En clair, le business a pris le dessus sur le charme du football moderne. Mais doit-on sacrifier toutes les passions que déchaine le sport roi sur l'autel du profit ? » Alors, « pour sûr, poursuit Aujourd'hui, après les multiples péripéties qu'a connues cette édition de la CAN, plus rien ne sera comme avant et l'Afrique, à commencer par le Cameroun, devra mettre les bouchées doubles pour marquer les esprits et faire taire les plus sceptiques. Cela passe par une organisation sans faille de ce rendez-vous très attendu. Pour ce faire, il faudra répondre présent et se montrer très regardant, au double plan sécuritaire et sanitaire mais aussi infrastructurel pour garantir un spectacle digne de ce nom. C'est à ce prix que l'Afrique pourra franchir un palier en terme d'organisation. Le pays des Lions indomptables est donc plus que prévenu, conclut le quotidien ouagalais : il n'y aura plus de place pour les tergiversations, les fourberies et les approximations grossières. La perfection dans l'organisation de cette CAN sera la principale règle ! » Quels joueurs seront présents ? Reste que « le match n'est pas fini ! », lance le quotidien Mourya, la voix du Niger. En effet, les joueurs du continent qui évoluent en Europe seront-ils présents ? Leurs clubs vont-ils leur permettre de jouer cette CAN ? « Pour l'honneur du continent et le crédit de la CAF, l'Afrique ne doit pas vivre une CAN au rabais, affirme Mourya. Tout comme on ne peut imaginer actuellement un Euro sans des vedettes comme Cristiano Ronaldo, Karim Benzema ou autres Harry Keane, Thibaut Courtois et Toni Kroos, on ne saurait amputer la CAN de Sadio Mané, Edouard Mendy, Mohamed Salah, ou Riyad Mahrez, pour ne citer que ces magiciens du ballon rond. (…) Plus que jamais, estime encore Mourya, l'Afrique, dont les joueurs font briller le football européen, doit mettre le holà à cette infantilisation dont elle n'arrive pas à se défaire depuis bien longtemps. Le continent noir, que ce soit en sport ou sur l'échiquier politico-économique mondial, a besoin de plus de respect. Et cette victoire d'étape pour la tenue de la CAN à bonne date au Cameroun, doit en appeler d'autres, pour replacer le continent en bonne posture dans le concert des nations. »

Revue de presse Afrique
À la Une: Emmanuel Macron ne sera pas au Mali ce lundi

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Dec 20, 2021 3:51


Annoncé en début de semaine dernière puis annulé vendredi 17 décembre, ce voyage avorté du président français au Mali fait couler beaucoup d'encre dans la presse du continent… Pourquoi cette annulation subite ? « Les premières explications fournies par l'Elysée, pointe Maliweb, indiquent que le Président Macron aurait renoncé à ce voyage dans le seul souci de ne pas exposer le dispositif militaire à la dégradation de la situation sanitaire en métropole. De plus, la présidence française évoque des difficultés liées à l'organisation de la rencontre avec son homologue Malien. En effet, Emmanuel Macron voulait que le président en exercice de la CEDAO et certains dirigeants du G5-Sahel participent à la rencontre de Bamako. En plus d'associer ces dirigeants, Emmanuel Macron voulait aussi que la rencontre se passe au salon d'honneur de l'aéroport de Bamako avant de poursuivre son chemin auprès des troupes de Barkhane à Gao. De sources crédibles, ce format a été désapprouvé par les autorités de la transition malienne qui ont insisté pour que les discussions entre les deux chefs d'Etats se déroulent au Palais de Koulouba dans un cadre strictement privé, sans la présence des dirigeants de la sous-région. » Exit la Cédéao ! Il est vrai que « pour le Mali, précise Malikilé, ce schéma mettait le Mali dans une position intenable et donc inacceptable. En effet, il n'est un secret pour personne que le Mali n'est pas en odeur de sainteté au niveau de la CEDEAO, pointe le quotidien malien en ligne, et que le président en exercice de cette organisation n'aurait pu que soutenir et renforcer les oukases de Macron sur l'organisation des élections en février 2022 ou encore sur le respect des délais de la transition en cours. Pourquoi, s'exclame Malikilé, Assimi Goïta aurait-il accepté de marcher sous ces fourches caudines ? » L'épine « Wagner » Qui plus est, le dialogue de sourds se poursuit entre Paris et Bamako à propos de la milice russe Wagner… « Depuis septembre, rappelle Le Monde Afrique, et la révélation de contacts avancés entre la junte malienne et ces mercenaires russes, Paris s'escrime à convaincre Bamako de renoncer à la conclusion d'un tel partenariat. » « De leur côté, les autorités maliennes dénoncent un "acharnement" contre leur pays. "Nous ne sommes pas dans une crise bilatérale. Toute la région est inquiète de la trajectoire du Mali", insiste l'Elysée. Nul doute cependant qu'à Bamako, pointe Le Monde Afrique, certains auraient souhaité jouer cette partition d'un Mali souverain. En annulant son déplacement, Emmanuel Macron a peut-être aussi échappé à quelques photos et propos désagréables sur le rôle de la France au Sahel. » Gros risques… Finalement, renchérit Le Pays au Burkina Faso, « Macron a sauvé sa tête : le président français aurait pris de gros risques en allant au Mali. Il a vu juste en annulant son déplacement à Bamako. Il a sauvé sa tête au regard du contexte très volatile où d'aucuns n'excluaient pas des manifestions anti-françaises à l'occasion de son séjour en terre malienne. A quatre mois de la présidentielle, cela pouvait porter un coup dur au candidat Macron. Cela dit, pointe encore Le Pays, déplacer un problème ce n'est pas le résoudre. Car, il faudra que la France accepte d'interroger sa coopération surtout militaire avec ses anciennes colonies. C'est à ce prix qu'elle pourra éviter certains mouvements de colère comme ce que l'on a pu constater à Kaya au Burkina Faso et à Téra au Niger. » À quand le dialogue ? Et il faudra bien qu'un dialogue s'engage entre Paris et Bamako, souligne Aujourd'hui, toujours à Ouaga : « ce serait tout bénéfique que Macron et Goïta se parlent et s'écoutent. Ils peuvent ne pas être d'accord sur certains points mais ils doivent pouvoir trouver un schéma qui satisfasse le peuple malien et français, car au-delà de leurs personnes, c'est l'intérêt des populations qu'ils défendent. C'est dire que ce gros lapin politique retarde un rendez-vous inéluctable. Les deux présidents se parleront tôt ou tard mais le plus tôt serait l'idéal. »

Tour Stories
The Check-In with Cedric Noel

Tour Stories

Play Episode Listen Later Dec 17, 2021 34:37


Cedric Noel is a Niger born singer and songwriter living in Montreal, Quebec. His newest release, Hang Time  (out now on Joyful Noise Recordings ) is a lush mixture of melody, looped phrasing and ambient hooks.  In this episode Joe and Cedric discuss the power of interlocking melodies and rhythms, how ambiance plays a role in his songwriting,  the path of musical influence and why he may feel “weird” about some of the songs he's written.  Cedric also hints at the direction of his next  project and we hear a few tunes from Hang Time.  Music by Cedric Noel and Joe Plummerhttps://www.joyfulnoiserecordings.com/https://cedricnoelmusic.bandcamp.com/album/hang-timeVisit https://www.izotope.com/ and use code FRET10 to get 10% off all softwareVisit https://wundergroundcoffee.com/ and use code doctorwunder to get 10% your purchase

Le débat africain
Comment expliquer le sentiment anti-Barkhane au Niger ?

Le débat africain

Play Episode Listen Later Dec 17, 2021 49:00


Il s'agissait du 32ème convoi logistique en six ans chargé de l'approvisionnement de l'armée française dans sa base de Gao au Mali. Une colonne de 80 véhicules escortés par un centaine de militaires français. Parti d'Abidjan, il a dans un premier temps été bloqué au Burkina Faso avant d'être confronté huit jours plus tard à une foule en colère qui lui barrait la route à Tera, dans l'Ouest du Niger. Un face-à-face tendu au dénouement tragique : trois morts et des dizaines de blessés. Que s'est-il passé en près de huit ans pour que cette armée française, applaudie en 2013, devienne la cible de la jeunesse, d'une partie de la presse locale sahélienne et des réseaux sociaux ? Comment expliquer cette crise de confiance ? Avec nos invités : Hamadou Amadou Souley, ministre de l'Intérieur Maikoul Zodi, coordinateur national de l'ONG Tournons La Page Mohamed Sidi, membre du bureau exécutif du Conseil national de la jeunesse du Niger

Choses à Savoir NATURE
Pourquoi une marque de mode verse de l'argent à des girafes ?

Choses à Savoir NATURE

Play Episode Listen Later Dec 16, 2021 1:45


Une belle initiative aujourd'hui. Une marque de vêtement, le Girafon Bleu, verse des royalties pour la faune sauvage, entre 2 et 5 euros à une association du Niger qui travaille à la conservation des girafes locales. Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Radio foot internationale
Émission spéciale: Radio Foot au Niger!

Radio foot internationale

Play Episode Listen Later Dec 16, 2021 48:30


Au sommaire de ce jeudi : à l'occasion d'un match de Gala réunissant des « légendes » africaines, Radio foot est allée à la rencontre du football nigérien à Niamey ! L'équipe nationale porte le nom d'une gazelle, le Mena qui tente de tracer son chemin entre les Fauves, Eléphants et autres sélections d'Afrique ! Les clubs disputent de plus en plus régulièrement les compétitions continentales, comme l'US Gendarmerie de Niamey cette prochaine saison en Coupe de la Confédération. Et la sélection  a déjà disputé 2 CAN et 3 CHAN, alors que les jeunes générations préparent la relève au Centre de Formation de la Fenifoot. Le football nigérien passé, présent et futur à la loupe c'est dans radio foot ! Pour en débattre autour d'Annie Gasnier et Antoine Grognet: le Colonel Pelé, président de la Fenifoot, Arouna Doula, sélectionneur du Mena - CAN 2012, et Zachari Yaou Ibrahim, actuel entraîneur de l'USGN. Et Rémy Ngono en Guest star ! / Réalisation Julien Boileau, aidé de Mato, du Centre Culturel Franco Nigérien à Niamey, où sera enregistrée Radio Foot.

Appels sur l'actualité
[2] Émission spéciale: état des lieux sur la situation au Niger

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 14, 2021 20:00


Huit mois après la première transition pacifique du pays entre deux présidents élus, Juan Gomez et ses invité.e.s dressent un état des lieux de la situation au Niger. Lutte contre le terrorisme, économie, développement, éducation, pouvoir d'achat…Quel bilan les auditrices et auditeurs dressent-ils des premiers actes posés par le président Mohamed Bazoum ? Émission réalisée en public à Niamey (au Centre international de conférence Mahatma Gandhi) Invités :  Tidjani Idrissa Addoulkadri, ministre de l'Élevage, porte-parole du gouvernement Omar Tchiana, président de l'alliance des mouvements pour l'émergence du Niger, député de l'opposition, ancien candidat à l'élection présidentielle de 2020.   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Invité Afrique
Moussa Ag Acharatoumane (Mali): «Nous avons été exclus des préparatifs des Assises, nous n'y participerons pas»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Dec 14, 2021 4:06


Moussa Ag Acharatoumane est le porte-parole du CSP, le Cadre stratégique permanent, qui rassemble tous les groupes armés du Nord du Mali signataires de l'accord de paix de 2015 (des mouvements pro-Bamako de la Plateforme jusqu'aux ex-rebelles indépendantistes de la CMA). Le CSP boycotte les Assises nationales de la refondation qui ont débuté samedi et doivent fixer le calendrier électoral pour la sortie de la transition. Pour quelle raison ? Ces élections doivent-elles se tenir comme prévu en février prochain ? Brouille entre le CSP et le ministre de la Réconciliation, le colonel Wagué : pourquoi le processus de mise en œuvre de l'accord de paix est-il actuellement bloqué ? Moussa Ag Acharatoumane est l'invité d'Afrique matin. RFI : La Cédéao exige le maintien des élections, législatives et présidentielle, le 27 février. Elle menace les autorités de transition de nouvelles sanctions contre le Mali et leur donne jusqu'à la fin du mois pour faire la preuve de leur engagement. C'est ce que vous attendiez ?  Moussa Ag Acharatoumane : La Cédéao a maintenu sa position de départ, et elle a rappelé aux autorités de Transitions les engagements qu'elles avaient pris vis-à-vis de la Cédéao et de la communauté internationale. Maintenant, tout cela est très dommage parce que ce sont les populations maliennes qui vont payer les conséquences du non respect des engagements qui ont été pris au départ. Mais bon, la réalité sur le terrain, le contexte politique et sécuritaire, tout cela se comprend aussi. Vous-mêmes, groupes armés signataires de l'accord de paix, vous souhaitez que les élections se tiennent en février, comme prévu ?  Tout ce qui est important pour nous, c'est d'avoir des interlocuteurs fiables et crédibles en face de nous à Bamako. C'est vrai que les élections, c'est quelque chose d'extrêmement important. Mais ceci étant dit, nous comprenons aussi le contexte difficile que le Mali vit. Je pense que les autorités peuvent faire des efforts éventuellement pour joindre les deux bouts : en même temps entendre la Cédéao et la communauté internationale, et en même temps tenir compte du contexte sécuritaire extrêmement difficile dans notre pays. Donc vous n'êtes pas opposé à un report, mais pas trop long, si je comprends bien ?  Le contexte est extrêmement difficile, ça c'est incontestable. Et on demande aussi la clémence des chefs d'État de la Cédéao par rapport à cela, mais il faut que les autorités maliennes tranchent cette question une fois pour toutes, et qu'elles mettent à la disposition de la communauté internationale un chronogramme clair par rapport à ces élections-là. La Cédéao, on l'a dit, menace le Mali de nouvelles sanctions. Mais depuis le mois dernier, elle impose déjà un gel des avoirs et une interdiction de voyager pour les représentants des autorités de transition, y compris les membres du CNT, organe législatif, où vous siégez, Moussa Ag Acharatoumane. L'Union européenne a annoncé qu'elle suivrait, sans que ce soit effectif à ce stade. Ces sanctions, à titre personnel, est-ce qu'elles vous gênent ? Bien sûr qu'elles nous gênent. Parce que d'abord ce sont des sanctions qui ciblent pratiquement tout le monde. On a pris tout le monde, on les a mis dans la même boîte. Maintenant, il fallait mettre la pression peut-être sur les autorités de transition, mais ce n'est pas pour autant que l'on doit sanctionner tous les responsables des pays, sinon après ça devient extrêmement gênant et extrêmement difficile. Vous-même ça vous pénalise ?  Non, moi personnellement pour le moment ça ne me pénalise pas parce que ça ne concerne que la Cédéao, mais les sanctions ce n'est jamais très bon. Les Assises nationales de la refondation, censées fixer le calendrier électoral et préparer les futures réformes institutionnelles, ont débuté samedi. Le CSP, les groupes armés signataires, n'y participe pas. Comme de nombreux partis politiques d'ailleurs. Pour quelle raison ?  Nous avons toujours dit que nous ne nous sentons pas impliqués comme il le faut dans la commission d'organisation, dans le panel des hautes personnalités… Malheureusement, les mouvements politico-militaires de l'Azawad, du nord du Mali, n'ont pas été associés comme il le faut au programme de ces Assises. Compte tenu du fait que nous avons été exclus, je pense volontairement, par ceux qui sont sensés organiser les élections, eh bien nous ne voyons pas d'intérêt pour nous de participer à ces Assises. Boycotter est une chose, mais à Kidal ou Ménaka, votre fief personnel, les groupes armés ont carrément empêché les Assises de se tenir. Là vous remettez en question l'autorité de la Présidence et du gouvernement de Transition…  Non, pas forcément. Je pense que le mot d'ordre que l'on avait donné à nos bases et à nos populations a juste été entendu et suivi par les uns et les autres. Je tiens aussi à préciser que ni à Menaka ni à Kidal, il n'a été question d'hommes armés qui seraient venus pour empêcher quoi que se soit. Dans ces localités-là, comme vous le savez, la majorité de la population est à l'écoute des mouvements politico-militaires. Et je pense que le mot d'ordre a été suivi. Si les populations ne sont pas présentes dans la salle et ne sont pas intéressées par les Assises, je ne vois pas en quoi elles vont se tenir. Le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), membre du CSP, exige que la lumière soit faite sur l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati, son secrétaire général tué en avril dernier à Bamako. Pourtant une enquête a été ouverte…  Absolument, une enquête a été ouverte par les autorités maliennes. Justement, dans la déclaration finale du congrès du MAA, ils ont juste demandé que les conclusions de cette enquête soient publiées. Je pense que c'est juste une manière de relancer le processus parce que c'est un sujet sur lequel tout le monde veut savoir ce qui s'est réellement passé. Pour le moment c'est trop lent ?  Très, très lent. Et on ne comprend pas pourquoi, justement. Nous souhaitons que toutes les interrogations soient levées. Tout le monde a à gagner à ce que la vérité soit connue de tous. Parce que, paix à son âme, Sidi Brahim Ould Sidati était un acteur important dans le cadre du processus de paix. Qu'il se fasse tuer à Bamako et que les assassins continuent à se promener, je pense que c'est quelque chose qui n'aide personne. Dans son plan d'action gouvernementale, l'été dernier, le Premier ministre Choguel Maïga avait signifié son intention de réviser l'accord de paix, ce à quoi vous, au CSP, n'êtes pas favorable. En a-t-il été à nouveau question récemment ?   Récemment, je n'en ai pas connaissance, mais je pense que pendant les Assises, justement, c'est une thématique sur laquelle il va y avoir des discutions et c'est tout cela que l'on trouve dommage aujourd'hui. On ne peut quand même pas aujourd'hui parler de l'accord de paix en l'absence de mouvements qui sont engagés dans le processus de paix. Et c'est toute la contradiction, aujourd'hui, toute l'impasse, le mur contre lequel les Assises sont en train de se diriger. Il y a deux mois, un conflit ouvert vous a opposé au ministre de la Réconciliation nationale, le colonel-major Ismaël Wagué -membre de la junte qui a pris le pouvoir en août 2020. Il avait notamment déploré les voyages des représentants du CSP, les groupes armés signataires, dans les pays voisins, comme le Niger. Vous aviez même exigé sa démission. Depuis, la brouille s'est apaisée ?   Je ne dirai pas que la brouille s'est apaisée parce que depuis cette déclaration, malheureusement le processus de paix stagne. Nous n'avons pas compris cette position qui consiste à contester l'union des mouvements armés, qui va en faveur même du processus de paix aujourd'hui. Quant à nos voyages, les mouvements sont des acteurs politico-militaires qui sont dans le processus de paix au Mali. Et à ce titre-là, ils ont des contacts avec toute la communauté internationale, ils vont dans les pays voisins. On n'a jamais compris cette opposition du ministre par rapport au CSP. En tous cas, depuis cette déclaration, il n'y a plus de Comité de suivi de l'accord, malheureusement le processus stagne, mais je pense que la médiation internationale en est consciente. Il y a en tout cas du monde qui se mobilise pour, éventuellement, que les choses reprennent.

Appels sur l'actualité
[1] Émission spéciale: état des lieux sur la situation au Niger

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 14, 2021 19:30


Huit mois après la première transition pacifique du pays entre deux présidents élus, Juan Gomez et ses invité.e.s dressent un état des lieux de la situation au Niger. Lutte contre le terrorisme, économie, développement, éducation, pouvoir d'achat…Quel bilan les auditrices et auditeurs dressent-ils des premiers actes posés par le président Mohamed Bazoum ? Émission réalisée en public à Niamey (au Centre international de conférence Mahatma Gandhi) Invités :  Tidjani Idrissa Addoulkadri, ministre de l'Élevage, porte-parole du Gouvernement. Omar Tchiana, président de l'alliance des mouvements pour l'émergence du Niger, député de l'opposition, ancien candidat à l'élection présidentielle de 2020.   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Jobs with Jodi
HIV/AIDS Work — Then and Now

Jobs with Jodi

Play Episode Listen Later Dec 14, 2021 49:29


This special podcast episode is being recorded in honor of International HIV/AIDS Awareness Month. You'll hear from accomplished RPCVs who have worked in the field of HIV/AIDS over the years, within diverse organizations and sectors, both domestically and internationally. Featured guests will discuss their experiences in the HIV/AIDS sector, how the field has changed in recent years, and provide feedback for RPCVs interested in pursuing a career in public health. FEATURED GUESTS:Lauren Erickson-Mamane,  is a seasoned public health professional with over 20 years of international development experience. Most recently, Lauren serves as the Special Initiatives Branch Chief for CDC's Division of Global HIV & TB where she leads the Division's FBO engagement and oversaw multi-functional cross-cutting special initiatives.  Lauren is a RPCV from Niger (1997-2000).Kim Seifert-Ahanda,  went from Johns Hopkins University/Center for Communication Programs back to Cameroon where she served as APCD and Director of Programming and Training, Kim eventually landed in the Office of HIV/AIDS at USAID.  She is currently the Health Office Director for USAID in Cote d'Ivoire supporting HIV/AIDS programming as well as malaria, global health security agenda, maternal and child health and family planning programs.Jasmine Buttolph, is a Global health professional with more than 16 years of experience working in Local and Federal Government, Academia, International NGOs, and UN organizations. She currently serves as Deputy Division Chief of the Strategic Information, Evaluation, and Informatics Division in the Office of HIV/AIDS in USAID.

PBS NewsHour - Full Show
December 12, 2021 - PBS NewsHour Weekend full episode

PBS NewsHour - Full Show

Play Episode Listen Later Dec 12, 2021 26:36


On this edition for Sunday, December 12, recovery begins after devastation from the tornado and storm outbreak in the central and southern US, a community in Michigan works to preserve an historic fishing village as climate change increases the threat from rising waters. And a guitar hero from Niger becomes an international star. Hari Sreenivasan anchors from New York. PBS NewsHour is supported by - https://www.pbs.org/newshour/about/funders

PBS NewsHour - Segments
Mdou Moctar: From Niger to international guitar hero

PBS NewsHour - Segments

Play Episode Listen Later Dec 12, 2021 6:59


In the world of music, 'guitar hero' is a title achieved by very few. Now, a new hero has emerged from a remote village in rural Niger to become an international superstar with a 6-string style of his own. NewsHour Weekend's Christopher Booker speaks to Mdou Moctar about his sound and rise to international stardom. PBS NewsHour is supported by - https://www.pbs.org/newshour/about/funders

PBS NewsHour - World
Mdou Moctar: From Niger to international guitar hero

PBS NewsHour - World

Play Episode Listen Later Dec 12, 2021 6:59


In the world of music, 'guitar hero' is a title achieved by very few. Now, a new hero has emerged from a remote village in rural Niger to become an international superstar with a 6-string style of his own. NewsHour Weekend's Christopher Booker speaks to Mdou Moctar about his sound and rise to international stardom. PBS NewsHour is supported by - https://www.pbs.org/newshour/about/funders

Nessun luogo è lontano
Sahel, la nuova priorità dell'Europa (e dell'Italia) tra migrazione, terrorismo, e ricchezze

Nessun luogo è lontano

Play Episode Listen Later Dec 10, 2021


Siamo andati nel Sahel, quella regione subsahariana tra Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger e Ciad, dove la missione internazionale Takuba - alla quale partecipa anche l'Italia - deve vedersela con continui gruppi terroristici affiliati sia ad Al Qaeda che allo Stato Islamico, trafficanti e con stati sempre più fragili: è questa la zona più pericolosa per la politica estera europea oggi? Ne abbiamo parlato con Francesca Di Mauro (a capo della Divisione Sahel della Commissione Europea), con Morin Yamongbe (direttore del quotidiano del Burkina Faso "Wakat Sera") e con Luca Raineri (ricercatore alla Scuola Sant'Anna di Pisa, esperto di Sahel

Journal de l'Afrique
Moussa Ag Acharatoumane : "Au Mali, les populations sont livrées à elles-mêmes par endroits"

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Dec 10, 2021 16:04


La "zone des trois frontières" entre le Niger, le Burkina Faso et le Mali est devenue le centre névralgique des jihadistes qui y mènent des attaques contre les forces armées mais aussi contre les populations. Quel est le quotidien de ces populations ? Comment vivent-elles le départ de la force Barkhane?  Où en est la lutte contre les jihadistes? Les réponses de notre invité Moussa Ag Acharatoumane, porte-parole du Cadre stratégique permanent (CSP) qui regroupe les principaux mouvements armés du nord du Mali.

Appels sur l'actualité
Appels sur l'actualité - Vos questions d'actualité

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 10, 2021 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité.  Niger : l'armée française accusée de tirs sur les manifestants. Par Franck Alexandre, journaliste spécialiste des questions de défense de RFI. Chine : le géant de l'immobilier Evergrande en faillite. Par Stéphane Lagarde, correspondant de RFI en Chine.  Indonésie : éruption du volcan Semeru à Java. Par Jacques-Marie Bardintzeff, volcanologue et professeur à l'Université Paris-Saclay.  Football : le Barça éliminé de la Ligue des Champions. Par Frédéric Suteau, journaliste au service des sports de RFI.    * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

The Listener's Commentary

Acts 13:1-12   SUPPORT - The Listener's Commentary is a CROWDFUNDED Bible teaching ministry.  We believe everyone should have access to the wisdom of Jesus and the Bible so we've chosen to give the Listener's Commentary away as a free resource, and that's possible because of people's generous support. You can become a Ministry Partner by donating at:  https://www.listenerscommentary.com/give     TEXT    Acts 13:1-12   Now there were prophets and teachers at Antioch, in the church that was there: Barnabas, Simeon who was called Niger, Lucius of Cyrene, Manaen who had been brought up with Herod the tetrarch, and Saul. 2 While they were serving the Lord and fasting, the Holy Spirit said, “Set Barnabas and Saul apart for Me for the work to which I have called them.” 3 Then, when they had fasted, prayed, and laid their hands on them, they sent them away. 4 So, being sent out by the Holy Spirit, they went down to Seleucia and from there they sailed to Cyprus. 5 When they reached Salamis, they began to proclaim the word of God in the synagogues of the Jews; and they also had John as their helper. 6 When they had gone through the whole island as far as Paphos, they found a magician, a Jewish false prophet whose name was Bar-Jesus, 7 who was with the proconsul, Sergius Paulus, a man of intelligence. This man summoned Barnabas and Saul and sought to hear the word of God.8 But Elymas the magician (for so his name is translated) was opposing them, seeking to turn the proconsul away from the faith.9 But Saul, who was also known as Paul, filled with the Holy Spirit, stared at him, 10 and said, “You who are full of all deceit and fraud, you son of the devil, you enemy of all righteousness, will you not stop making crooked the straight ways of the Lord? 11 Now, behold, the hand of the Lord is upon you, and you will be blind and not see the sun for a time.” And immediately a mist and a darkness fell upon him, and he went about seeking those who would lead him by the hand. 12 Then the proconsul believed when he saw what had happened, being amazed at the teaching of the Lord.   SUBSCRIBE - to receive monthly Bible studies sent to your inbox, updates, and more resources subscribe at https://www.listenerscommentary.com     Want to get more out of your Bible reading? Free Resource: 7 Ways to Immediately Get More Out of the Bible:  https://www.johnwhittaker.net/seven-ways   MORE TEACHING - For more resources and Bible teaching from John visit https://www.johnwhittaker.net

Appels sur l'actualité
Appels sur l'actualité - [Vos réactions] Comment accompagner le retour des ex-combattants de Boko Haram ?

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 9, 2021 20:00


La question était au cœur d'une conférence organisée hier au Tchad. Depuis la mort du chef historique Abubakar Shekau, des centaines d'hommes ont déserté les rangs du groupe jihadiste et sont rentrés dans leur village. Comment les accueillir ? Doivent-ils tous être entendus par les autorités ? Comment les réinsérer dans les communautés au Tchad, mais aussi au Niger et au Cameroun ?  * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Simple English News Daily
Wednesday 8th December 2021. World News. Today: China US olympics boycott. Myanmar Rohingyas sue facebook. Pakistan Sri Lankan murder. UAE w

Simple English News Daily

Play Episode Listen Later Dec 7, 2021 7:49


World News in 7 minutes. Wednesday 8th December 2021.Transcript at: send7.org/transcripts Please help to support the podcast by giving what you would spend on a cup of coffee just once a month at send7.org/supportToday: China US olympics boycott. Myanmar Rohingyas sue facebook. Pakistan Sri Lankan murder. UAE work change. Burundi prison fire. Niger strong jihadists. Russia US talks. France Saudi Khashoggi arrest. Chile gay marriage. US Chewing gum for COVID? Send your opinion or experience by email to podcast@send7.org or send an audio message at send7.org for us to broadcast. Please help to support the podcast by giving what you would spend on a cup of coffee just once a month at send7.org/supportWith Stephen Devincenzi.SEND7 (Simple English News Daily in 7 minutes) tells the most important world news stories in intermediate English. Every day, listen to the most important stories from every part of the world in slow, clear English. Whether you are an intermediate learner trying to improve your advanced, technical and business English, or if you are a native speaker who just wants to hear a summary of world news as fast as possible, this podcast is for you. Transcripts are totally free and can be found at send7.org/transcripts. Simple English News Daily is the perfect way to start your day, by practising your listening skills and understanding complicated stories in a simple way. It is also highly valuable for IELTS and TOEFL students. Students, teachers, and people with English as a second language, tell us that they listen to SEND7 because they can learn English through hard topics, but simple grammar. We believe that the best way to improve your spoken English is to immerse yourself in real-life content, such as what our podcast provides. SEND7 covers all news including politics, business, natural events and human rights. Whether it is happening in Europe, Africa, Asia, the Americas or Oceania, you will hear it on SEND7, and you will understand it. For more information visit send7.org/contact

Appels sur l'actualité
Appels sur l'actualité - [Vos réactions] Niger, Burkina Faso, Mali: le sentiment anti-Barkhane prend de l'ampleur

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 7, 2021 20:00


Au Sahel, l'hostilité à l'engagement armé de la France est de plus en plus visible, comme l'ont démontré les récentes manifestations au Burkina Faso et au Niger contre le passage d'un convoi militaire de Barkhane, parti de Côte d'Ivoire pour le Mali. Comprenez-vous cette contestation ? Vos réactions nous intéressent. * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Canary Cry News Talk
SOPHIA'S PEOPLE ZOO

Canary Cry News Talk

Play Episode Listen Later Dec 7, 2021 252:55


Canary Cry News Talk #419 - 12.06.2021  SOPHIA'S PEOPLE ZOO WEBSITE/SHOW NOTES: CanaryCryNewsTalk.com LINKTREE: CanaryCry.Party SUPPORT: CanaryCryRadio.com/Support MEET UPS: CanaryCryMeetUps.com ravel Podcast (Basil's other podcast) Facelikethesun Resurrection (Gonz' new YouTube channel) Truther Dating experiment Help one of our producers pay for family, vet's burial    INTRO Satanic chalk graffiti (Local 21 News) [how dare you] Cuomo no mo prime time (CNN) Italian dentists presents fake arm to get waccinated passport (AP)   META/FLIPPY Sophia becomes “AI Being” for Metaverse (Bloomberg) Clips: Sophia Verse, “golden age of humans” coming to an end (Kitco News)   CYBORG Phoenix99, Sheep with bionic eye foreshadows future humans (SyFy Wire)   COVID19/I AM WACCINE Clip: Christine Anderson rebukes elite control Clip: Claims Bitboy crypto, SA Omicron data, death going down, cases going up NY, multinational banks, all private employers required to get jab (Boston Herald) 20 arrested, 6 injured, Brussels anti-lockdown protests (Brussels Times) *How bad public health messaging fueled anti-jab skepticism (Bloomberg)   Party Pitch BREAK 1: Executive Producers, Paypal, Patrons   EPSTEIN Anti Maskers Compared to Ghislaine  NY Chief Medical examiner resigning (ABC News)   GREAT RESET/BBB 100 dead, UN camp, Niger and Mali (DW, MSN)   POLYTICKS China's Communists bash US Democracy before Biden summit (CTV News) Biden to announce diplomatic boycott of Beijing Olympics (CNN) CHINESE NEWS: Chinese farm uses facial recognition AI for their goats, prevents incest (Metro) Clip: Goats wearing masks in Rwanda (No Agenda) → China using AI to build futuristic weapons (SCMP)   BREAK 2: Art, Reviews, Jingles, Meet Ups   CHINA SPACE Cube on the moon discovered (Interesting Engineering)   AI AI has discovered never before seen patterns in pure mathematics (Science Alert) Clearview AI about to get patent on face recognition tech (Verge)   mention Ravel   ADDITIONAL STORIES: International Banking day, December 4th, all about UN 2030 SD (Market Research) 9 US state department phones hacked with Israeli spyware (Reuters) We need to engineer more resilient plants, because climate change (Genetic Literacy) IRS data proves Trump tax cuts helped middle class Americans (The Hill) Human brains are amazing prediction machines (Genetic Literacy) How India is battling the variants (Financial Express) Japan's military is starting to get stronger (Click 2 Houston) Headline: “No one knows what's going on with the economy” (CNN) Headline: Omicron may be good for the economy (Forbes) UN rolling out “climate-smart” technology in poor nations (UN) DeepFake ushering in dark dystopic future (Herald Scotland) World Economic Forum to fix all of Detroit (Detroit News) 2021 AI predictions revisited to see how they did (Forbes) NVIDIA introduces platform to create AI Avatars (Datamation) The new global order (RT) Great resignation is not woke (Insider) Latinos HATE LatinX (Politico) Clip: WHO Spokesman Christian Lindmeier, delta still main concern   PRODUCERS ep. 419: SIR AARON J, KNIGHT OF THE ADORABLE PIGGIES   Executive Producer Shivvyshives** Anon**   2022 calendar producers 20.22 monthly Evilina G  Derick H Dwight B Veronica D    Producers Lisa and Alexa, Juan A, heathersiruss, Laura C, Dwight B,Sir Sammons Knight of the Fishes, MORV, Aaron J, Sir Casey the Shield Knight , 57 Chevy Girl, JC, Amanda P, Sir Scott Knight of Truth,  Gail, Veronica D, DrWhoDoneDat, Child of God   TIMESTAMPS: Christine C   JINGLES: Psalm40 Runksmash   ART: Dame Allie of the Skillet Nation Sir Dove, Knight of Rustbeltia Mark A LloydV   MICROFICTION Runksmash - Boris sits in the park, placidly looking forward while holding a bowl of bird seed, as a flock of starlings approach cautiously. In a flurry of feathers and Xenobot ooze the drones lay dead as Monty 33 adjusts his eyepatch and curls up on Boris' lap.

Revelations Radio Network
SOPHIA'S PEOPLE ZOO

Revelations Radio Network

Play Episode Listen Later Dec 7, 2021


Canary Cry News Talk #419 - 12.06.2021  SOPHIA'S PEOPLE ZOO WEBSITE/SHOW NOTES: CanaryCryNewsTalk.com LINKTREE: CanaryCry.Party SUPPORT: CanaryCryRadio.com/Support MEET UPS: CanaryCryMeetUps.com ravel Podcast (Basil's other podcast) Facelikethesun Resurrection (Gonz' new YouTube channel) Truther Dating experiment Help one of our producers pay for family, vet's burial    INTRO Satanic chalk graffiti (Local 21 News) [how dare you] Cuomo no mo prime time (CNN) Italian dentists presents fake arm to get waccinated passport (AP)   META/FLIPPY Sophia becomes “AI Being” for Metaverse (Bloomberg) Clips: Sophia Verse, “golden age of humans” coming to an end (Kitco News)   CYBORG Phoenix99, Sheep with bionic eye foreshadows future humans (SyFy Wire)   COVID19/I AM WACCINE Clip: Christine Anderson rebukes elite control Clip: Claims Bitboy crypto, SA Omicron data, death going down, cases going up NY, multinational banks, all private employers required to get jab (Boston Herald) 20 arrested, 6 injured, Brussels anti-lockdown protests (Brussels Times) *How bad public health messaging fueled anti-jab skepticism (Bloomberg)   Party Pitch BREAK 1: Executive Producers, Paypal, Patrons   EPSTEIN Anti Maskers Compared to Ghislaine  NY Chief Medical examiner resigning (ABC News)   GREAT RESET/BBB 100 dead, UN camp, Niger and Mali (DW,

Journal de l'Afrique
Le Forum paix et sécurité en Afrique cherche des solutions pour lutter contre le jihadisme

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Dec 6, 2021 16:32


Le Forum sur la paix et la sécurité en Afrique s'est ouvert pour deux jours à Dakar au Sénégal. Les acteurs politiques, militaires et chercheurs cherchent des solutions, alors que la sécurité dans la région du Sahel est sérieusement ébranlée. Ce week-end le Niger a de nouveau été frappé : 12 militaires ont été tués dans des combats dans l'ouest du pays. Seidik Abba spécialiste de la région et auteur de plusieurs ouvrages est notre invité dans cette édition. 

Invité Afrique
Sahel: «Pas de Wagner au Mali!», martèle Florence Parly sur RFI

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Dec 6, 2021 14:05


La ministre française des Armées, qui était présente ce lundi 6 décembre à Dakar pour l'ouverture du 7e Forum sur la paix et la sécurité en Afrique, a réitéré la volonté de Paris : faire barrage à une intervention russe – soldats ou mercenaires – au Sahel, où intervient la force Barkhane. Entretien exclusif pour RFI et France 24, réalisé par Franck Alexandre et Marc Perelman. Marc Perelman : Madame la ministre, il y a une dizaine de jours, un convoi logistique militaire français a été pris pour cible deux fois au Burkina Faso, tout d'abord à Kaya, puis au Niger à Téra. Est-ce-que le samedi 27 novembre on est passé tout près de la catastrophe ? Vous avez été pris au dépourvu, il faut le dire… C'est une situation que nous n'avions jamais rencontrée jusqu'à présent, et auxquelles d'ailleurs les autorités aussi bien burkinabés que nigériennes n'avaient pas été confrontées. Donc il faut en tenir compte, et il faut aussi s'interroger sur les raisons pour lesquelles de telles manifestations, une telle violence a déferlé à l'occasion du passage de ce convoi. Et je crois aussi qu'il faut prêter attention au développement de ces actions immatérielles, c'est-à-dire, cette lutte informationnelle qui se déploie sur les théâtres d'opérations. On a voulu faire croire que – alors toutes sortes de thèses ont fleuri bien sûr – mais que notamment si Barkhane met en route des convois de cette nature, c'est pour pouvoir livrer de l'armement aux groupes terroristes. On imagine bien que si un certain nombre de gens croient à ces balivernes, alors cela peut nous constituer un terrain propice pour que se déploie ce discours et ce sentiment anti-français, alors évidemment, il n'en est rien. ►À écouter aussi : Lignes de défense - Sahel: Barkhane face à une vague d'hostilité M.P. : Qui leur dit ? Est-ce que c'est la Russie, parlons clairement, est-ce que pour vous, c'est la Russie qui est derrière cette guerre informationnelle ? Il y a un certain nombre de compétiteurs qui sont évidemment à la manœuvre. Et d'ailleurs on les retrouve aussi à la manœuvre au Mali. Puisque comme vous le savez, ça fait des semaines maintenant que la rumeur selon laquelle une société de mercenaires russes qui s'appelle Wagner est susceptible de se déployer au Mali. Cette rumeur circule de façon de plus en plus appuyée, donc on voit bien que le Sahel est un théâtre dans lequel un certain nombre de compétiteurs se jouent de l'instabilité ambiante. Toute instabilité est une opportunité au fond pour ces compétiteurs. Franck Alexandre : On évoquait Wagner, sont-ils à Bamako, sont-ils arrivés ? Aujourd'hui, je ne pense pas qu'ils soient à Bamako, mais cela ne signifie pas qu'il n'y ait pas une intention de la part des autorités maliennes actuelles de les y faire venir. F.A. : Alors vous pesez avec les partenaires européens de la France sur les autorités maliennes, que vous disent-elles ? Nous avons un dialogue assez franc avec les autorités maliennes surtout après les propos extrêmement musclés et inamicaux qu'a pu tenir le Premier ministre du Mali en marge de l'Assemblée générale des Nations unies. Nous avons eu des échanges extrêmement clairs avec les autorités maliennes et nous ne sommes pas les seuls à les avoir. Parce que vous comprenez bien que les pays européens qui sont également présents à nos côtés ne peuvent pas voir l'arrivée de cette société de mercenaires d'un bon œil. M.P. : Mais si vous partez, c'est un cadeau pour Vladimir Poutine, non ? Nous aviserons le moment venu, encore une fois, aujourd'hui la priorité est à l'exercice d'une pression maximale pour que cette situation ne se produise pas.

Tagesschau (512x288)
05.12.2021 - tagesschau 20:00 Uhr

Tagesschau (512x288)

Play Episode Listen Later Dec 5, 2021 15:20


Themen der Sendung: FDP billigt Koalitionsvertrag für Ampel-Bündnis auf Parteitag, Debatte um Impfpflicht: Sorge vor weiterer Radikalisierung von Impfgegnern, RKI meldet 42.055 Corona-Neuinfektionen, Sieben-Tage-Inzidenz fällt leicht auf 439, Debatte um Steinmeier-Nachfolge als Bundespräsident, Papst besucht Flüchtlingslager auf griechischer Insel Lesbos, 140 Tote bei Angriffen Mali und Niger, 14 Tote bei Vulkanausbruch in Indonesien, Vulkanausbruch auf Kanareninsel La Palma dauert an, Ergebnisse des 14. Spieltages der Fußball-Bundesliga, RB Leipzig entlässt Trainer Marsch, Doppelsieg für deutsche Rodlerinnen im russischen Sotschi, Das Wetter

Tagesschau (320x240)
05.12.2021 - tagesschau 20:00 Uhr

Tagesschau (320x240)

Play Episode Listen Later Dec 5, 2021 15:20


Themen der Sendung: FDP billigt Koalitionsvertrag für Ampel-Bündnis auf Parteitag, Debatte um Impfpflicht: Sorge vor weiterer Radikalisierung von Impfgegnern, RKI meldet 42.055 Corona-Neuinfektionen, Sieben-Tage-Inzidenz fällt leicht auf 439, Debatte um Steinmeier-Nachfolge als Bundespräsident, Papst besucht Flüchtlingslager auf griechischer Insel Lesbos, 140 Tote bei Angriffen Mali und Niger, 14 Tote bei Vulkanausbruch in Indonesien, Vulkanausbruch auf Kanareninsel La Palma dauert an, Ergebnisse des 14. Spieltages der Fußball-Bundesliga, RB Leipzig entlässt Trainer Marsch, Doppelsieg für deutsche Rodlerinnen im russischen Sotschi, Das Wetter

Tagesschau (Audio-Podcast)
05.12.2021 - tagesschau 20:00 Uhr

Tagesschau (Audio-Podcast)

Play Episode Listen Later Dec 5, 2021 15:20


Themen der Sendung: FDP billigt Koalitionsvertrag für Ampel-Bündnis auf Parteitag, Debatte um Impfpflicht: Sorge vor weiterer Radikalisierung von Impfgegnern, RKI meldet 42.055 Corona-Neuinfektionen, Sieben-Tage-Inzidenz fällt leicht auf 439, Debatte um Steinmeier-Nachfolge als Bundespräsident, Papst besucht Flüchtlingslager auf griechischer Insel Lesbos, 140 Tote bei Angriffen Mali und Niger, 14 Tote bei Vulkanausbruch in Indonesien, Vulkanausbruch auf Kanareninsel La Palma dauert an, Ergebnisse des 14. Spieltages der Fußball-Bundesliga, RB Leipzig entlässt Trainer Marsch, Doppelsieg für deutsche Rodlerinnen im russischen Sotschi, Das Wetter

Journal de l'Afrique
Crise alimentaire au Niger : des plantations entièrement détruites par la sécheresse

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Dec 3, 2021 14:23


La situation est critique au Niger. Le pays fait face à une sécheresse grave qui pourrait pousser les communautés rurales vers la famine. Plus de 16 millions de Nigériens dépendent des récoltent céréalières. Si rien n'est fait, la moitié d'entre eux pourraient manquer de nourriture. Le gouvernement promet de débloquer des fonds pour éviter le pire.

Invité Afrique
Adamou Foumakoye Gado, médecin: il faut «des centres de réponse aux grandes épidémies»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Dec 2, 2021 4:03


Lors du congrès des anesthésistes réanimateurs urgentistes d'Afrique francophone, qui s'est déroulé à Dakar fin novembre, la profession a tenté de déterminer comment établir les priorités de l'accès aux soins critiques, dans un contexte de pandémie. Notre invité, ce matin est Adamou Foumakoye Gado, médecin anesthésiste réanimateur, en poste à l'hôpital général de référence de Niamey, au Niger. Il répond aux questions de Théa Ollivier.  Quelles sont les pathologies qui ont tendance à être négligées, où il y a eu un recul de la prise en charge ? Adamou Foumakoye Gado : C'est d'abord tout ce qui est pathologie respiratoire chronique. Les patients asthmatiques, les patients qui ont été opérés des poumons, tous les patients qui ont de l'insuffisance cardiaque et toutes ces choses, ce sont des patients qui ont tendance à être négligés, et les patients diabétiques. Quel est l'impact du Covid-19 sur le comportement des patients et comment les convaincre à continuer de venir se faire soigner ? La première année, les patients ne venaient pas parce qu'ils avaient peur d'être contaminés. Et ils ne venaient pas aussi à cause de la stigmatisation. Je vais vous citer l'exemple du Niger, à l'hôpital général de référence : à un moment de la pleine crise, il y avait moins de dix personnes qui osaient venir à l'hôpital alors qu'avant la crise, il pouvait y avoir 200, 300 consultations dans la journée. Pour vous dire, à quel point les gens ne voulaient plus venir à l'hôpital. [Il y a eu] plusieurs campagnes de communication à la télé, à la radio pour expliquer aux gens que l'hôpital a été scindé en deux, qu'on a défini des circuits, qu'il n'y avait aucun risque de se faire contaminer et les gens ont commencé à revenir petit à petit. Mais, on n'est pas encore à la fréquentation d'avant. On est toujours, disons, à 50, 60% de fréquentation de l'hôpital. Les patients qui ont des pathologies chroniques et qui ne viennent plus à l'hôpital pour se faire suivre, ça les complique et ça nous rend la tâche beaucoup plus difficile. Et ça fait en sorte que finalement, lorsqu'ils se décident à venir à l'hôpital, ils ont besoin de lits, de soins intensifs, et ces lits sont malheureusement, soit occupés par des patients Covid graves, soit, si jamais vous avez un Covid grave qui arrive, on veut se les réserver. Justement pour le personnel de santé, comment établir les priorités ? C'est très difficile parce qu'une vie, c'est une vie. Donc, ce que nous essayons de faire, c'est de considérer tous les patients avec les mêmes degrés de priorité et on fait notre tri sans tenir compte du caractère Covid. C'est le protocole que nous avons mis en place au Niger dans notre hôpital et, de par le Congrès d'où nous venons de sortir, c'est pratiquement ce que fait tout le monde. Les médecins urgentistes et les anesthésistes réanimateurs sont en première ligne de la lutte contre le coronavirus, contre le Covid-19. Quels sont les défis pour les soignants justement, pour s'adapter à cette charge de travail supplémentaire ? Cela a montré vraiment qu'il est nécessaire dans tous les pays d'avoir quand même un gros pool de ces spécialistes-là et on a essayé de se réorganiser. D'abord, on a essayé de concentrer toutes ces spécialités. Malheureusement, cela n'a pas été vraiment possible très longtemps, parce que les autres structures qui continuent à fonctionner normalement reçoivent un afflux chez elles et donc ont besoin de ces mêmes profils-là pour gérer leurs urgences, pour gérer les interventions chirurgicales qui n'ont rien à voir avec le Covid. On n'est pas du tout assez nombreux. Je vous donne l'exemple du Niger : on est 21 médecins anesthésistes réanimateurs pour un peu plus de 23 millions d'habitants. Lorsqu'on a une surcharge de travail, on prend de plus en plus de risques. On a eu énormément de collègues qui, au bout d'un certain temps, ont fini par attraper le Covid-19. Et comment on se réorganise alors ? En réa, voilà ce qu'on fait : au début, on réduit le programme opératoire pour pouvoir récupérer les médecins anesthésistes qui s'occupaient normalement du bloc opératoire. Cela nous fait déjà quand même une bonne bouffée d'oxygène et de la main d'œuvre de qualité. Si cela ne va pas, on arrête ces programmes opératoires. Et nous l'avons fait pendant près de 8 mois où nous avons arrêté toutes les interventions chirurgicales non urgentes. Et lorsque vous êtes en insuffisance, en déficit de ressources humaines, vous n'avez pas le choix. Et quelles sont les solutions alors pour améliorer la prise en charge ? Il va de soi qu'il faut former. Mais la formation diplômante de spécialiste rend du temps et le Covid ne va pas nous attendre. Donc, c'est vraiment la formation accélérée, le renforcement des capacités, c'est ça actuellement qui peut nous aider, ainsi que le rappel des réservistes. Mais maintenant, cela ne sera pas suffisant. Il va falloir que l'on puisse avoir des centres de réponse aux grandes épidémies. J'imagine par exemple des très grands complexes qui seront le lieu d'accueil de prédilection en cas de grandes catastrophes, en cas d'afflux massif de blessés, en cas d'épidémie ou de pandémie. Cela pourrait permettre qu'à chaque fois, la réponse sanitaire se fasse au niveau de ces centres en laissant les hôpitaux continuer à fonctionner comme ils le faisaient avant. De cette façon, on fait très facilement le distinguo entre la prise en charge des pathologies communes au quotidien et la prise en charge des catastrophes.

Journal de l'Afrique
Niger : trois morts après le passage d'un convoi militaire français, une enquête ouverte

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Nov 29, 2021 12:46


Que s'est-il passé samedi à Tera, dans l'ouest du Niger ? Trois personnes ont été tuées dans cette commune lors d'affrontements entre des soldats français et plusieurs centaines de manifestants. Des hommes ont barré la route à la centaine de véhicules de ce convoi de la mission Barhkane en route vers Gao au Mali. Le ministère nigérien de l'Intérieur a annoncé l'ouverture d'une enquête "pour déterminer les circonstances exactes de cette tragédie".

By Any Means Necessary
US Punishes South Africa For Identifying Omicron Variant

By Any Means Necessary

Play Episode Listen Later Nov 29, 2021 113:25


In this episode of By Any Means Necessary, hosts Sean Blackmon and Jacquie Luqman are joined by Sputnik News journalist and correspondent Wyatt Reed to discuss the apparent victory of Xiomara Castro in the elections in Honduras, how Castro's election represents a potential turn away from neoliberalism and toward sovereignty under the shadow of the US empire, and the open attempts at manipulation of the election by the ruling party.In the second segment, Sean and Jacquie are joined by Abayomi Azikiwe, editor of the Pan-African News Wire to discuss deadly protests in Burkina Faso and Niger and their connections to US and French involvement in Western Africa, the jihadist violence that these powers claim to be fighting, how imperial and neocolonial powers have stoked the growth of Islamist groups and use that violence as a pretext for intervention, and the connections between imperialist meddling all across the African continent.In the third segment, Sean and Jacquie discuss the International Day of Solidarity With The Palestinian People, the brutal and coercive natures of settler-colonialism and capitalism that attempts to suppress solidarity, and the importance of understanding struggles against settler-colonialism as connected.Later in the show, Sean and Jacquie are joined by Jon Jeter, award-winning journalist and foreign correspondent, radio and television producer, Bluesologist and Decolonizer, and author of the book “Flat Broke in the Free Market: How Globalization Fleeced Working People” to discuss the emergence of the Omicron COVID-19 variant and how the interests of capital have contributed to the emergence of new variants, the racism inherent in the travel bans placed on southern African countries in reaction to South Africa's alerting of the world about the variant, the death of Virgil Abloh and the suffering that Black people face in all sectors of society, and the question of solidarity in the context of white supremacist capitalism.

By Any Means Necessary
Burkina Faso, Niger, and Growing Imperialist Interests In Africa

By Any Means Necessary

Play Episode Listen Later Nov 29, 2021 18:44


In this segment of By Any Means Necessary, Sean and Jacquie are joined by Abayomi Azikiwe, editor of the Pan-African News Wire to discuss deadly protests in Burkina Faso and Niger and their connections to US and French involvement in Western Africa, the jihadist violence that these powers claim to be fighting, how imperial and neocolonial powers have stoked the growth of Islamist groups and use that violence as a pretext for intervention, and the connections between imperialist meddling all across the African continent.

Combat Story
Combat Story (Ep 52): Travis Hall | Green Beret (18D) | Ranger | Second Chance K9 | 18 Deployments

Combat Story

Play Episode Listen Later Nov 27, 2021 101:18


Today we hear the Combat Story of Travis Hall, an Army Ranger and Special Forces Green Beret who survived 18 combat deployments post-9/11 to Iraq, Afghanistan, and Niger. You heard that correctly: 18 deployments. Sponsor: This episode is brought to you by Loansteady LLC. A small-by-design lender, Loansteady believes in bringing a much-needed dose of humanity to the mortgage process. They are waiving all lender fees for Veterans in 2021. Visit http://www.loansteady.com/combatstory to request a rate quote or start an application. Loansteady LLC, All rights reserved, NMLS# 1701910, (www.nmlsconsumeraccess.org/), Equal Housing Lender. For more licensing information, please visit https://www.loansteady.com/licenses-and-legal. Travis was an 18D (Special Forces Medic) and one of the first K-9 handlers deployed with the Green Berets in combat. He's been in day long firefights, run both high and low vis ops, trained thousands of partner forces, and survived some incredibly difficult operations. Travis founded Second Chance K9, which is a rescue organization that pairs working military dogs with special operations veterans suffering from PTSD. He also runs Second Chance Medical Consulting, where he provides private and semi-private training on firearms and medical aid. After 18 deployments over almost two decades, Travis' positive approach to life and his focus on making people's (and dogs') lives better is tangible. I hope you enjoy this Combat Story of someone who spent many years deep in our wars (with and without a dog at his side) as much as I did. And if you do enjoy it, I hope you'll subscribe and leave a positive review (it would mean a lot). Find Travis Online: Travis' Linktree Second Chance K9 Donate to Second Chance K9 Instagram @secondchancek9 Facebook @2CK9SD YouTube Ryan: Instagram @combatstory Show Notes/Time Stamps 0:00 - Intro 0:40 - A word from our Sponsor (LoanSteady) 2:10 - Guest introduction (Travis Hall) 3:16 - Interview begins 6:40 - Travis and a childhood WITHOUT (surprisingly) animals 10:56 - A family military history and a SEAL contract 17:46 - Why Green Berets? 20:04 - Fear of Missing the War 26:20 - Combat Story #1 - Arriving in country and immediately in a fight 30:21 - What's a Low Vis mission profile? 39:27 - Combat Story #2 - Brutal fighting in Kandahar, Afghanistan 44:15 - Combat Story #3 - Lighter/funnier side of combat and being mistaken for a local 51:37 - Combat Story #4 - Life as an 18D Special Forces Medic 56:23 - Combat Story #5 - Treating himself downrange 1:01:45 - Travis' documentary to support veterans 1:04:29 - Being one of the first SF K9 handlers 1:11:31 - Combat Story #6 - Travis and his K9 Bear in Iraq 1:25:59 - Origin of Second Chance K9 1:33:54 - What did you carry into combat? 1:36:12 - Would you do it all again? 1:39:44 - Listener comments and shout outs

The History of Computing
Buying All The Things On Black Friday and Cyber Monday

The History of Computing

Play Episode Listen Later Nov 26, 2021 9:55


The Friday after Thanksgiving to the Monday afterwards is a bonanza of shopping in the United States, where capitalism runs wild with reckless abandon. It's almost a symbol of a society whose identity is as intertwined with with rampant consumerism as it is with freedom and democracy. We are free to spend all our gold pieces. And once upon a time, we went back to work on Monday and looked for a raise or bonus to help replenish the coffers. But since fast internet connections started to show up in offices in the late 90s the commodification of holiday shopping, the very digitization of materialism. But how did it come to be? The term Black Friday goes back to a financial crisis in 1869 after Jay Gould and Jim Fisk tried to corner the market on Gold. That backfired and led to a Wall Street crash in September of that year. As the decades rolled by, Americans in the suburbs of urban centers had more and more disposable income and flocked to city centers the day after Thanksgiving. Finally, by 1961, the term showed up in Philadelphia where turmoil over the holiday shopping extravaganza inside. And so as economic downturns throughout the 60s and 70s gave way to the 1980s, the term spread slowly across the country until marketers, decided to use it to their advantage and run sales just on that day. Especially the big chains that were by now in cities where the term was common. And many retailers spent the rest of the year in the red and made back all of their money over the holidays - thus they got in the black. The term went from a negative to a positive. Stores opened earlier and earlier on Friday. Some even unlocking the doors at midnight after shoppers got a nice nap in following stuffing their faces with turkey the earlier in the day. As the Internet exploded in the 90s and buying products online picked up steam, marketers of online e-commerce platforms wanted in on the action. See, they considered brick and mortar to be mortal competition. Most of them should have been looking over their shoulder at Amazon rising, but that's another episode. And so Cyber Monday was born in 2005 when the National Retail Federation launched the term to the world in a press release. And who wanted to be standing in line outside a retail store at midnight on Friday? Especially when the first Wii was released by Nintendo that year and was sold out everywhere early Friday morning. But come Cyber Monday it was all over the internet. Not only that, but one of Amazon's top products that year was the iPod. And the DS Lite. And World of Warcraft. Oh and that was the same year Tickle Me Elmo was sold out everywhere. But available on the Internets. The online world closed the holiday out at just shy of half a billion dollars in sales. But they were just getting started. And I've always thought it was kitschy. And yet I joined in with the rest of them when I started getting all those emails. Because opt-in campaigns were exploding as e-tailers honed those skills at appealing to not wanting to be the worst parent in the world. And Cyber Monday grew year over year. Even as the Great Recession came and has since grown first to a billion dollar shopping day in 2010 and as brick and mortar companies jumped in on the action, $4 billion by 2017, $6 billion in 2018, and nearly $8 billion in 2019. As Covid-19 spread and people stayed home during the 2020 holiday shopping season, revenues from Cyber Monday grew 15% over the previous year, hitting $10.8 billion. But it came at the cost of brick and mortar sales, which fell nearly 24% over the same time a year prior. I guess it kinda' did, but we'll get to that in a bit. Seeing the success of the Cyber Monday marketers, American Express launched Small Business Saturday in 2010, hoping to lure shoppers into small businesses that accepted their cards. And who doesn't love small businesses? Politicians flocked into malls in support, including President Obama in 2011. And by 2012, spending was over $5 billion on Small Business Saturday, and grew to just shy of $20 billion in 2020. To put that into perspective, Georgia, Zimbabwe, Afghanistan, Jamaica, Niger, Armenia, Haiti, Mongolia, and dozens of other countries have smaller GDPs than just one shopping day in the US. Brick and mortar stores are increasingly part of online shopping. Buy online, pick up curb-side. But that trend goes back to the early 2000s when Walmart was a bigger player on Cyber Monday than Amazon. That changed in 2008 and Walmart fought back with Cyber Week, stretching the field in 2009. Target said “us too” in 2010. And everyone in between hopped in. The sales start at least a week early and spread from online to retail in person with hundreds of emails flooding my inbox at this point. This year, Americans are expected to spend over $36 billion during the weekend from Black Friday to Cyber Monday. And the split between all the sales is pretty much indistinguishable. Who knows or to some degrees cares what bucket each gets placed in at this point. Something else was happening in the decades as Black Friday spread to consume the other days around the Thanksgiving holiday: intensifying globalization. Products flooding into the US from all over the world. Some cheap, some better than what is made locally. Some awesome. Some completely unnecessary. It's a land of plenty. And yet, does it make us happy? My kid enjoyed playing with an empty toilet paper roll just as much as a Furby. And loved the original Xbox just as much as the Switch. I personally need less and to be honest want less as I get older. And yet I still find myself getting roped into spending too much on people at the holidays. Maybe we should create “experience Sunday” where instead of buying material goods, we facilitate free experiences for our loved ones. Because I'm pretty sure they'd rather have that than another ugly pair of holiday socks. Actually, that reminds me: I have some of those in my cart on Amazon so I should wrap this up as they can deliver it tonight if I hurry up. So this Thanksgiving I'm thankful that I and my family are healthy and happy. I'm thankful to be able to do things I love. I'm thankful for my friends. And I'm thankful to all of you for staying with us as we turn another page into the 2022 year. I hope you have a lovely holiday season and have plenty to be thankful for as well. Because you deserve it.

The Fourcast
Climate jihad: how a changing planet fuels terrorism

The Fourcast

Play Episode Listen Later Nov 24, 2021 24:33


For some parts of Africa, climate change is already destroying populations, causing unpredictable rains, failing crops and starving livestock. And now, as the battle for resources intensifies, it's fuelling terrorism and war.  One of the worst areas affected is the Sahel, a swathe of arid land crossing central Africa, where temperatures are rising by 1.5% more than the global average. Conflict over diminishing resources is driving jihadi violence in Burkina Faso, Mali and Niger. Today, our International Editor Lindsey Hilsum reports on her recent trip to Niger.

Langsam gesprochene Nachrichten | Deutsch lernen | Deutsche Welle
18.11.2021 – Langsam gesprochene Nachrichten

Langsam gesprochene Nachrichten | Deutsch lernen | Deutsche Welle

Play Episode Listen Later Nov 18, 2021 10:08


Trainiere dein Hörverstehen mit den Nachrichten der Deutschen Welle von Donnerstag – als Text und als verständlich gesprochene Audio-Datei.Polens Regierungschef warnt vor Millionen Migranten Eine Lösung der Flüchtlingskrise an der polnisch-belarussischen Grenze ist weiterhin nicht in Sicht. Polens Ministerpräsident Mateusz Morawiecki warnte die EU vor Millionen Migranten und fordert eine massive Sicherung der EU-Grenzen gegen illegale Migration. In Deutschland mehren sich derweil Forderungen, die vom belarussischen Diktator Alexander Lukaschenko an die Grenze gebrachten Migranten angesichts der schwierigen humanitären Lage in die EU einreisen zu lassen oder zumindest Hilfe zu ermöglichen. Ukrainischer Botschafter in Berlin befürchtet russische Invasion Wegen der russischen Truppenbewegungen an der Grenze zur Ukraine hat der ukrainische Botschafter in Berlin vor dem wachsenden Risiko einer Invasion gewarnt. Noch nie seit 2014, als die Russen die Krim und Teile der Ostukraine mit Waffengewalt besetzt hätten, sei die Gefahr eines groß angelegten Einmarsches akuter als jetzt, sagte Andrij Melnyk. Ukrainische und westliche Nachrichtendienste hätten eine massive Verstärkung der russischen Truppen beobachtet. Vor der Ostgrenze der Ukraine und im besetzten Donbass stünden 114.000 russische Soldaten. Berlin müsse diese Bedrohung viel ernster nehmen. Erneut viele Opfer bei Protesten gegen Militärregime im Sudan Bei der Niederschlagung von Protesten gegen den Militärputsch im Sudan haben Sicherheitskräfte mindestens 15 Menschen erschossen. Dutzende Menschen hätten bei den Demonstrationen vor allem im Norden der Hauptstadt Khartum Schusswunden erlitten, teilte eine pro-demokratische Ärztegewerkschaft mit. Es war der blutigste Tag seit der Machtübernahme durch die Armee Ende Oktober. In ganz Khartum kam es trotz der Blockade von Telefon- und Internetverbindungen zu Protesten. Die Sicherheitskräfte gingen mit Tränengas gegen Demonstranten vor, bestritten aber den Einsatz von scharfer Munition. Erneut Tote bei Dschihadisten-Angriff im Niger Mutmaßliche Dschihadisten haben im Niger mindestens 25 Menschen getötet. Wie das Innenministerium mitteilte, ereignete sich der Überfall am Dienstag in der Stadt Bakorat in der Wüstenregion Tahoua an der Grenze zu Mali. Seit Jahresbeginn häufen sich in dem Gebiet im Westen Nigers Angriffe mutmaßlicher Dschihadisten auf Zivilisten. Die bewaffneten Gruppen mit Verbindungen zum Terrornetzwerk Al-Kaida und zur Dschihadistenmiliz Islamischer Staat säen im Dreiländereck zwischen Niger, Burkina Faso und Mali seit 2017 tödliche Gewalt. Union will Infektionsschutzgesetz notfalls im Bundesrat zurückweisen Im Streit um das neue Infektionsschutzgesetz droht die Union mit einer Ablehnung im Bundesrat. Der nordrhein-westfälische Ministerpräsident Hendrik Wüst schreibt in einem Brief, der Entwurf der Ampel-Parteien SPD, Grüne und FDP sei angesichts der dramatischen Corona-Lage "nicht zustimmungsfähig". SPD-Kanzlerkandidat Olaf Scholz warnte im Gegenzug vor "parteipolitischen Manövern". Die Novelle sieht unter anderem die 3G-Regel am Arbeitsplatz und in öffentlichen Verkehrsmitteln vor. Der Bundestag berät an diesem Donnerstag über die Vorlage, die Länderkammer soll diese am Freitag billigen. Zukunftspreis geht an Impfstoff-Entwickler von Biontech Die Corona-Impfstoffentwickler der Mainzer Firma Biontech werden mit einer der bedeutendsten Ehrungen der deutschen Wissenschaft gewürdigt. Bundespräsident Frank-Walter Steinmeier verlieh dem Team um die Firmengründer Özlem Türeci und Ugur Sahin den Deutschen Zukunftspreis 2021. Sie hätten es in einer beispiellos kurzen Zeit geschafft, einen Impfstoff gegen COVID-19 zu entwickeln und mit abgeschlossenen Studien bis zur Zulassung zu bringen. Die Auszeichnung für Technik und Innovation wird seit 1997 verliehen und ist mit 250.000 Euro dotiert. Angebliche Nachricht von Tennisstar Peng Shuai besorgt WTA Eine angebliche Mail der als verschwunden geltenden chinesischen Tennisspielerin Peng Shuai hat bei der Spielerinnen-Organisation WTA erhebliche Zweifel geweckt und die Besorgnis um die 35-Jährige noch vergrößert. Chinas staatliches Auslandsfernsehen CGTN veröffentlichte auf Twitter eine Mail, die der Tennisstar selbst geschrieben haben und an den WTA-Chef Steve Simon geschickt haben soll. Die Berichte über sie, einschließlich des Vorwurfs der sexuellen Nötigung, seien nicht wahr, hieß es darin. Die WTA fordert einen unabhängigen und nachprüfbaren Beweis, dass die Spielerin in Sicherheit ist.

Beginnings
Episode 508: Cedric Noel

Beginnings

Play Episode Listen Later Nov 12, 2021 71:17


On today's episode, I talk to musician Cedric Noel. Montreal-based artist Cedric Noel has spent the past decade creating music informed by his unique worldview: He was born in Niger to Canadian and Mozambican/Belgian parents, spent his upbringing around the world, and is currently based in Canada. During this time, Cedric has released a number of critically praised full-length albums, EPs and collaborative works of his own, while also playing bass for acts like Ada Lea and many others. His latest album Hang Time is out now on Joyful Noise, and it's great! This is the website for Beginnings, subscribe on Apple Podcasts, follow me on Twitter.

Africa Today
Niger school fire kills at least 20 children

Africa Today

Play Episode Listen Later Nov 9, 2021 21:06


An entire city in mourning in Niger, following the death of at least twenty children in a blaze that engulfed a school made of thatch and wood. Five thousand people from DRC cross in Uganda to flee militia infight near their homes. The aftermath of a fuel tank explosion is still felt three days later in Sierra Leone, as people are still crowding the local hospitals looking for their loved ones. And climate change affects us all for sure, but many of its effects impact women more than men; we find out why.

Myths and Legends
241-African Folklore: Hippopotamaster

Myths and Legends

Play Episode Listen Later Oct 6, 2021 45:26


In a story from the folklore of the Sorko people who lived along the Niger river in West Africa, a hippo is causing all sorts of trouble. I mean, hippos are dangerous, but ones that can sprout ovens on their back and shoot fire streams like some kind of final-evolution Pokemon mean this village needs a hero. The creature is Babamik! She's a deranged murderer who had it all...until her daughter started dating. -- Sponsors: Indeed! Get started right now with a $75 sponsored job credit to upgrade your job post at http://indeed.com/legends Grove! Get awesome stuff delivered to your door. Go to http://grove.com/legends for a free starter pack! Grubhub! Check it out! Order through the Grubhub app or online at http://grubhub.com MeUndies! Get 15% off your first order, free shipping AND a 100% satisfaction guarantee at http://meundies.com/myths -- Links: Hobbit feet: https://myths.link/feet Store: https://myths.link/store Membership: https://www.mythpodcast.com/membership Source: https://myths.link/miriam -- Music: Music by Podington Bear and Blue Dot Sessions See omnystudio.com/listener for privacy information.