Podcasts about jean luc m

  • 399PODCASTS
  • 1,585EPISODES
  • 22mAVG DURATION
  • 5WEEKLY NEW EPISODES
  • Jan 21, 2023LATEST

POPULARITY

20152016201720182019202020212022

Categories



Best podcasts about jean luc m

Show all podcasts related to jean luc m

Latest podcast episodes about jean luc m

C dans l'air
GRÈVES : C'EST PARTI POUR DURER ? – 21/01/23

C dans l'air

Play Episode Listen Later Jan 21, 2023 66:55


EXPERTS JEAN VIARD Sociologue – Directeur de recherche au Cevipof / CNRS Auteur de « Un juste regard : Se souvenir pour changer le monde » CHRISTOPHE BARBIER Éditorialiste politique Conseiller de la rédaction – « Franc-Tireur » ALIX BOUILHAGUET Éditorialiste politique – « France Télévisions » EMMANUELLE ANIZON Grand reporter – « L'Obs » Faire sortir les jeunes dans la rue. C'est l'objectif aujourd'hui à Paris avec la mobilisation contre la réforme des retraites de la jeunesse de gauche, largement soutenue par la France insoumise. Aujourd'hui, si cette mobilisation parisienne n'est pas suivie par les syndicats, tous espèrent donc que les jeunes soient au rendez-vous. Sur le plan politique, LFI est accusée de vouloir profiter de la colère sociale pour tirer la couverture à elle. Un pari risqué pour Jean-Luc Mélenchon, car cette mobilisation donnera des chiffres bien moindres que celle de jeudi. La Nupes est de surcroît divisée sur cette nouvelle manifestation : EELV, PCF et PS estiment qu'il faut laisser le combat aux mains des syndicats. « Il va falloir que nous respections le calendrier des organisations syndicales sans se disperser », a averti le communiste Fabien Roussel. Une position visiblement partagée par le syndicat étudiant UNEF, qui n'a pas appelé à manifester aujourd'hui. Pendant ce temps, le gouvernement ne lâche rien, mais des doutes semblent poindre dans les rangs de la majorité. Certains députés Renaissance assument à visage découvert, comme Barbara Pompili, qu'ils n'apporteront pas leur voix à ce texte si celui-ci reste en l'état. Côté Républicains, la réforme semble aussi diviser, une douzaine de députés pourraient voter contre. Le gouvernement a pourtant besoin de quarante voix à l'Assemblée nationale, en plus de celles des 250 députés de la majorité présidentielle. La fenêtre de tir est donc étroite. Côté grévistes, c'est dans le secteur de l'énergie que les blocages peuvent avoir le plus d'impact. Le mouvement social de l'automne dernier a montré toute la force de frappe des salariés de raffineries et c'est le scénario qui est craint aujourd'hui par l'exécutif. Mais la paralysie du pays peut aussi faire basculer l'opinion publique de son côté. La fédération CGT des mines et de l'énergie va jusqu'à envisager des coupures d'électricité chez certains élus favorables à la réforme. Pendant ce temps, outre-manche, les colères sociales font rage depuis l'été dernier. Dans de nombreux services publics, les grèves se succèdent mais le gouvernement ne faiblit pas. Celui-ci souhaite même instaurer un service minimum pour contrer le mouvement. La Grande-Bretagne semble en tout cas plongée dans une crise économique dramatique qui se traduit par une angoisse généralisée du déclassement. Alors, la mobilisation de la jeunesse aujourd'hui est-elle bénéfique au mouvement syndical ? Quelle suite pour la bataille contre la réforme des retraites ? Le gouvernement peut-il céder ? Un blocage du pays peut-il retourner l'opinion publique contre les grévistes ? Comment le Royaume-Uni peut-il se sortir du marasme économique ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Laurent Gerra
PÉPITE - Jean-Luc Mélenchon réagit à sa condamnation pour injure publique

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Jan 20, 2023 2:12


Jean-Luc Mélenchon a été condamné pour injure publique et diffamation, il avait traité des journalistes de "menteurs" et d'"abrutis".

RTL Sans filtre
Sébastien Thoen : son apéro avec Jean-Luc Mélenchon

RTL Sans filtre

Play Episode Listen Later Jan 19, 2023 5:39


Dans un bar en banlieue parisienne, Sébastien Thoen a réconforté Jean-Luc Mélenchon autour d'un verre de pastis, la veille de la grande mobilisation contre la réforme des retraites. Du lundi au vendredi, à 7h20 sur RTL, découvrez le nouveau rendez-vous humour de la matinale, avec Bertrand Chameroy, Mathieu Madénian, Elodie Poux, Sébastien Thoen et Sandrine Sarroche. Chaque jour, un humoriste délivre son billet d'humeur, mais surtout son regard décalé sur l'actualité. Ecoutez "RTL Sans filtre" avec Sébastien Thoen du 19 janvier 2023

C dans l'air
RETRAITES, JOUR 1 : LA GRANDE MOBILISATION – 19/01/23

C dans l'air

Play Episode Listen Later Jan 19, 2023 63:37


EXPERTS BERNARD VIVIER Directeur de l'Institut Supérieur du Travail Spécialiste du dialogue social NATHALIE SAINT-CRICQ Éditorialiste politique - « France Télévisions » SOPHIE FAY Journaliste - « Le Monde » Spécialiste des questions de transports BERNARD SANANÈS Politologue – Président de l'Institut de sondage Elabe « Le million sera dépassé ». Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, s'est montré satisfait aujourd'hui dans le cortège parisien contre la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron. Les images d'une place de la République noire de monde a fait le tour des médias, marquant ainsi l'acte un de la grande mobilisation sociale qui s'annonce. Des manifestants en nombre, dans la capitale comme en province, des grèves et des perturbations à l'école comme dans les transports : les syndicats unis promettent de faire reculer le gouvernement sur ce texte. « Le gouvernement a perdu la première bataille » en a conclu Jean-Luc Mélenchon, alors que certains salariés du privé ont participé au mouvement. Mais de son côté, l'exécutif ne s'estime pas vaincu, bien au contraire, assurant qu'il fera passer ce texte de loi « nécessaire » quel que soit l'ampleur de la contestation dans la rue. « Cette réforme sera adoptée », a affirmé la présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée, Aurore Bergé. Celle-ci assure toutefois que le gouvernement « continuera à tendre la main, négocier et concerter » avec les contestataires. Mais les membres de la majorité s'élèvent contre la mobilisation qui commence : « un droit de grève n'est pas un droit de blocage », estiment-ils. Cette situation rappelle en tout cas celle de 1995. À l'époque, le gouvernement d'Alain Juppé avait dû retirer son texte de réforme des retraites. Celui-ci prévoyait un allongement de la durée de cotisation pour les fonctionnaires, les salariés d'EDF, de la SNCF, de la RATP ou encore de la Poste. Les manifestations avaient alors atteint des sommets dans la rue, jusqu'à deux millions de Français avaient défilé à l'unisson. Une équipe de C dans l'air est allé retrouver les acteurs majeurs de ce conflit alors que la gauche et les syndicats de 2023 espèrent le même scénario. La réforme voulue par le gouvernement d'Elisabeth Borne contient en réalité plusieurs points de crispations comme la fin des régimes spéciaux et le report de l'âge de départ à la retraite à 64 ans. Si les retraités aux petites retraites pourraient en sortir gagnants avec une pension minimum élevée à 1200 euros bruts, les perdants seraient surtout les jeunes travailleurs qui devront cotiser 44 ans au lieu de 43. Alors, la mobilisation sociale peut-elle faire céder le gouvernement ? Quelles avaient été les ingrédients de 1995 pour que la rue gagne face à Juppé ? Qui seraient les vrais gagnants et les vrais de cette nouvelle réforme ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Le service politique
Retraite : unité (de façade ?) à gauche

Le service politique

Play Episode Listen Later Jan 18, 2023 22:50


Avec Anthony Lebbos, à la réunion publique de la gauche contre la réforme des retraites. Cette unité est-elle seulement de façade ? Jean-Luc Mélenchon a été accusé de faire cavalier seul. Dans toutes les têtes, l'électorat populaire, que courtise aussi Marine Le Pen.

Le Billet politique
La France insoumise peut-elle éclater ?

Le Billet politique

Play Episode Listen Later Jan 17, 2023 4:24


durée : 00:04:24 - Le Billet politique - par : Jean Leymarie - Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon s'enfonce dans la crise. Et l'ancien candidat à la présidentielle, dans le déni.

Le Nouvel Esprit Public
L'état du système de santé / La guerre sans fin en Ukraine / n°280 / 15 janvier 2023

Le Nouvel Esprit Public

Play Episode Listen Later Jan 15, 2023 64:08


Connaissez-vous notre site ? www.lenouvelespritpublic.frUne émission de Philippe Meyer, enregistrée au studio l'Arrière-boutique le 13 janvier 2023.Avec cette semaine :Nicolas Baverez, essayiste et avocat.Akram Belkaïd, journaliste au Monde diplomatique.Nicole Gnesotto, vice-présidente de l'Institut Jacques Delors.Richard Werly, correspondant à Paris du quotidien helvétique Blick. L'ÉTAT DU SYSTÈME DE SANTÉMédecins généralistes et laboratoires d'analyses médicales se sont mis successivement en grève, alors que tous les acteurs du système de santé dénoncent le délitement de leurs conditions de travail et la mise en danger des malades. C'est dans ce contexte que le président de la République a présenté ses vœux le 6 janvier au personnel médical depuis le centre hospitalier de Corbeil-Essonnes, tout en présentant les grandes lignes de son plan santé. Emmanuel Macron, qui a érigé la santé en priorité de son second quinquennat, a annoncé de nombreuses mesures de réorganisation plutôt que des moyens financiers supplémentaires. Il n'a pas annoncé le doublement du tarif de la consultation de 25 à 50 euros réclamé par une partie des libéraux en grève, mais entend libérer du temps aux médecins pour leur permettre d'augmenter leur file de patients. D'une part en accélérant le déploiement des assistants médicaux, dont le nombre devrait passer de 4.000 aujourd'hui à 10.000 en 2023. D'autre part en encourageant et accélérant la délégation de tâches, jusqu'ici réservées aux médecins, à d'autres professionnels de santé (pharmaciens, kinés, sage-femmes, infirmières, etc.). Emmanuel Macron a promis que « les 600.000 patients avec une maladie chronique qui n'ont pas aujourd'hui de médecin traitant auront accès d'ici la fin de l'année à un médecin traitant ou à une équipe traitante ». Certains ont salué un « diagnostic clair », un « calendrier précis », l'« ouverture de perspectives », la « sortie du déni ». D'autres pointent l'« absence d'engagements chiffrés », un « flou sur les alternatives » ou sur la « méthode ».Selon un sondage Elabe, pour « Les Échos », Radio Classique et l'Institut Montaigne, à l'heure où la population de médecins vieillit et où quelque 6 millions de Français sont sans médecin traitant, une majorité de sondés (53 %) estiment que le système de santé fonctionne assez mal ou très mal (contre 22 % en juin 2021). Un sondé sur 10 dit n'avoir aucun accès à un médecin généraliste, un spécialiste ou un hôpital. Le sentiment d'un dysfonctionnement est plus marqué chez les habitants des communes rurales, des petites et moyennes agglomérations. Les habitants des grandes agglomérations sont plus partagés. Près de trois Français sur quatre (73 %) ont le sentiment que le système « s'est dégradé » ces dernières années. Même ceux qui disent n'avoir pas de problème pour se soigner ou ceux qui jugent que le système fonctionne bien parlent en majorité de dégradation. Le sentiment de dégradation se retrouve aussi bien chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (83 %) que ceux de Marine Le Pen (78 %) ou d'Emmanuel Macron (71 %). Il est aussi très fort chez les abstentionnistes (69 %). Interrogés sur les causes des problèmes actuels, les Français mettent en avant les manques tant de moyens des hôpitaux que de soignants, ainsi que les conditions de travail difficiles des soignants, pas assez bien payés. Le recours abusif aux urgences est aussi pointé du doigt (34 %). Près de trois Français sur quatre disent ne pas faire confiance à Emmanuel Macron et à son gouvernement pour régler les problèmes actuels du système de santé.***LA GUERRE SANS FIN EN UKRAINELa visite du président ukrainien à Washington, le 21 décembre, a permis à Kyiv de s'assurer du soutien américain, avec la promesse américaine de livrer aux Ukrainiens le système antiaérien Patriot. Le 10 janvier, l'UE et l'Otan se sont engagés à fournir aux Ukrainiens tous les moyens militaires nécessaires pour défendre leur pays. Des discussions sont prévues « la semaine prochaine » sur les types d'armes qui pourront être fournies, ont annoncé les dirigeants des deux organisations. Toutefois, la plupart des pays ont peu ou prou épuisé le soutien qu'ils pouvaient apporter à l'Ukraine, non pas en argent, mais en munitions. Les Ukrainiens tirent en moyenne 5.000 obus d'artillerie par jour. Or, les Américains produisent actuellement 14.000 obus par mois, à peu près autant que les Européens.Avec la frappe sur Makiivka, dans la nuit de la Saint-Sylvestre qui a fait chez les soldats russes 400 morts selon les Ukrainiens, 89 selon les Russes, la nouvelle année n'a pas commencé sous les meilleurs auspices pour Vladimir Poutine. Dans ce contexte, le scénario d'une nouvelle vague de mobilisation décrétée par le pouvoir russe n'a cessé de se renforcer. L'objectif pour Moscou serait de reprendre la main en 2023 sur un conflit qui lui échappe depuis bientôt onze mois. Exposant le plan que pourrait avoir en tête le président russe, le porte-parole du renseignement militaire ukrainien a affirmé le 7 janvier que « pas moins de 500.000 Russes » pourraient être enrôlés dans les forces armées à compter du 15 janvier. Y compris, cette fois, dans des grandes villes comme Moscou et Saint-Pétersbourg, moins touchées par la précédente vague de septembre.Alors que depuis six mois la Russie n'a plus conquis de ville, le 11 janvier, le patron de la milice Wagner, Evguéni Prigojine a annoncé la prise de la ville de Soledar voisine de Bakhmout dans l'oblast de Donetsk. Cette information n'a pas encore été confirmée par le Kremlin qui demeure prudent, laissant entendre que la commune n'était pas entièrement aux mains de son armée. Elle a été démentie par l'armée ukrainienne. Depuis le 17 mai, la ville de Bakhmout et sa région sont le théâtre de combats acharnés entre Russes et Ukrainiens.Mercredi, le ministère russe de la Défense a annoncé avoir de nouveau remplacé le commandant de son offensive en Ukraine, au général Sourovikine – le général Armageddon- succède le chef d'état-major des armées, le général Valéri Guerassimov, celui qu'Armageddon avait remplacé il y a à peine 3 mois.Dans le Washington Post, le 7 janvier, deux Républicains « classiques », l'ancienne secrétaire d'État Condoleezza Rice et l'ancien secrétaire à la Défense Robert Gates, assuraient que le temps ne joue pas en faveur de Kyiv et que la patience stratégique est durablement installée à Moscou.Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité sur https://art19.com/privacy ainsi que la notice de confidentialité de la Californie sur https://art19.com/privacy#do-not-sell-my-info.

Laurent Gerra
L'INTÉGRALE - Véran, Ruffin, Mélenchon... La chronique du 10 janvier

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Jan 10, 2023 8:00


Ce mardi 10 janvier, Laurent Gerra a notamment imité Olivier Véran, François Ruffin, Jean-Luc Mélenchon et François Hollande.

Laurent Gerra
L'INTÉGRALE - Mélenchon, Macias, Grand Corps Malade... La chronique du 6 janvier

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Jan 6, 2023 8:55


Ce vendredi 6 janvier, Laurent Gerra a notamment imité Jean-Luc Mélenchon, Grand Corps Malade, Enrico Macias et Jean Lassalle.

Code source
Affaire Quatennens, direction « purgée »... La France insoumise en pleine crise

Code source

Play Episode Listen Later Jan 5, 2023 19:49


Le dimanche 10 avril 2022, comme en 2017, Jean-Luc Mélenchon ne parvient pas à se hisser au second tour de l'élection présidentielle. Dans son discours, le leader de la France insoumise semble évoquer sa succession à venir. Plusieurs têtes commencent à émerger dont celle du député du Nord, Adrien Quatennens, qui est pressenti pour reprendre les rênes du parti. Mais à la rentrée, visé par des accusations de violences conjugales, Adrien Quatennens reconnait avoir donné une gifle à sa femme et se met en retrait de la vie politique. Jean-Luc Mélenchon lui renouvelle sa confiance, mais en coulisse, cette affaire divise la France insoumise et certains députés LFI se désolidarisent de Jean-Luc Mélenchon. Alors que la direction du parti est en pleine refondation, plusieurs figures du parti, mises de côté, n'hésitent pas à dénoncer un manque de démocratie au sein du mouvement.Pour Code source, Julien Duffé Pierre Maurer, journalistes au service Politique du Parisien, racontent la crise chez les Insoumis.Ecoutez Code source sur toutes les plateformes audio : Apple Podcast (iPhone, iPad), Google Podcast (Android), Podcast Addict ou Castbox, Deezer, Spotify.Crédits. Direction de la rédaction : Pierre Chausse - Rédacteur en chef : Jules Lavie - Reporter : Ambre Rosala - Production : Raphaël Pueyo, Emma Jacob et Thibault Lambert - Réalisation et mixage : Julien Montcouquiol - Musiques : François Clos, Audio Network, Epidemic Sound - Identité graphique : Upian - Archives : France Info, France TV, France 5, France 3, BFMTV, France Inter. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

Les 4 Vérités
Aurore Bergé - 03 janvier 2023

Les 4 Vérités

Play Episode Listen Later Jan 3, 2023 11:43


Après une fin d'année mouvementée à l'Assemblée nationale, 2023 va-t-elle réconcilier les députés et mettre de l'ordre dans l'hémicycle ? Alors qu'Emmanuel a donné le ton lors de ses vœux en déclarant que 2023 serait l'année de la réforme des retraites, rien n'est moins sûr. Le Président de la République creuse le fossé entre la majorité et l'opposition avec un projet de loi qui divise l'opinion publique. Envers et contre tout, Aurore Bergé s'aligne du côté de son chef de file. La présidente du groupe Renaissance appelle à la « responsabilité » des groupes d'opposition pour faire cesser « ce vacarme permanent au détriment du débat ». Une remarque qui fait écho à l'affaire Quatennens qui continue de faire trembler l'Assemblée nationale. Si le député peut compter sur le soutien de son colo et notamment de son chef d'orchestre Jean-Luc Mélenchon, la majorité s'oppose fermement à sa réintégration dans l'hémicycle : « Je souhaite qu'il ne revienne pas […] je crois que ce serait une insulte faite aux droits des femmes. On a pour la première fois un parlementaire en exercice qui a été condamné pour des faits de violences conjugales » dénonce notre invitée. 2023 : au chevet des hôpitaux Le calendrier politique 2023 s'ouvre sur la question de la santé. Au chevet des hôpitaux et des urgences suite aux récents événements qui ont poussé les médecins libéraux à la grève, Aurore Bergé souhaite réformer le système de santé, plus que jamais mise à mal depuis la crise Covid. « Cette crise sanitaire a révélé qu'on avait un certain nombre de fragilités qu'il faut qu'on corrige en améliorant la situation des soignants, en revalorisant leur carrière et leur rémunération et qu'on fasse sauter un certain nombre de verrous » explique-t-elle, qui souhaite faciliter l'accès aux spécialistes sans passer par son médecin traitant. Face aux personnels soignants asphyxiés, celle-ci reconnaît volontiers que le système doit être repensé en renforçant l'activité grâce aux internes en médecine générale : « C'est pas de la médecine au rabais, c'est de faire […] monter en compétence toutes les autres professions médicales qui sont des réponses très directes » poursuit la députée en réponse aux déserts médicaux sur l'ensemble du territoire. Ce mardi 3 janvier 2023, Élisabeth Borne reprend les consultations sur la réforme des retraites. Elle recevra tour à tour les syndicats qui s'opposent fermement à cette réforme. Mais que reste-t-il à négocier ? « On se focalise beaucoup sur la question de l'âge légal de départ à la retraite mais il y a d'autres sujets qui sont essentiels. C'est la question notamment des carrières longues […] c'est la question du travail des seniors […] je crois qu'elle est nécessaire. Le point de départ c'est quand même d'accepter le constat » fustige Aurore Bergé qui invoque l'anticipation face à un déficit de plus en plus creux.

C dans l'air
UNE RENTRÉE POLITIQUE SOUS TENSION - 02/01/23

C dans l'air

Play Episode Listen Later Jan 2, 2023 62:15


EXPERTS YVES THRÉARD Éditorialiste, directeur adjoint de la rédaction au Figaro SOAZIG QUÉMÉNER Rédactrice en chef du service politique - « Marianne » BERNARD VIVIER Directeur de l'Institut Supérieur du Travail Spécialiste du dialogue social BRICE TEINTURIER Directeur général délégué – Institut de sondages IPSOS « L'année 2023 sera celle d'une réforme des retraites ». Emmanuel Macron n'a pas évité les conflits à venir en présentant samedi soir ses vœux aux Français. Les hostilités sur cette réforme vont débuter le 10 janvier lorsque Elisabeth Borne annoncera l'architecture du projet. L'opposition est déjà dans les starting-blocks pour contrer ce texte, tout comme les syndicats, sur le qui-vive avec l'intention ferme de mobiliser les travailleurs. Des préavis de grève ont été déposés pour les semaines à venir, faisant craindre à l'exécutif un blocage du pays. Le chef de l'Etat a insisté par ailleurs sur la nécessité de « travailler davantage » pour faire face aux crises. Dix-sept fois, le président de la République a utilisé le terme « travail » dans son discours, notamment pour se féliciter de sa réforme de l'assurance-chômage. Selon l'Elysée, la réussite de ce second quinquennat sera déterminée par la question du travail. L'objectif est de créer un lien entre les différentes réformes à venir avec une ambition : le plein-emploi, soit moins de 5% de chômage. De son côté, l'inflation continue en tout cas de miner le portefeuille des Français. Dans les cantines scolaires, les désinscriptions des élèves se multiplient. Ces restaurants ont lancé un appel à l'aide, réclamant aux collectivités des hausse de contrats pour pouvoir continuer à servir 3,2 millions de repas par jour et pour faire face aux hausses des prix de l'énergie. Une situation difficile pour les maires et élus locaux qui veulent éviter une addition trop salée. Pendant ce temps, loin de surfer sur les colères du moment, la France insoumise s'embourbe dans les polémiques et querelles internes, sur fond d'affaire Quatennens interminable et de dissension autour de la nouvelle gouvernance. Celle-ci s'incarne aujourd'hui par Manuel Bompard et le cercle proche de Jean-Luc Mélenchon. Les voix dissonantes du mouvement ont surtout été écartées, celle de Clémentine Autain ou de François Ruffin par exemple, ce qui a suscité de vives critiques. Alors, 2023 sera-t-elle en France une année de turbulences politiques ? Comment les collectivités locales peuvent-elles aider leurs habitants face à l'inflation ? La France insoumise peut-elle se relever de la crise qu'elle traverse ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Laurent Gerra
L'INTÉGRALE - Bigard, Mélenchon, Ruffin... La chronique du 2 janvier 2023

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Jan 2, 2023 9:35


Ce lundi 2 janvier, Laurent Gerra a notamment imité Jean-Marie Bigard, Jean-Luc Mélenchon, François Ruffin et Didier Raoult.

C dans l'air
3 KURDES TUÉS À PARIS, L'OMBRE D'ERDOGAN ? – 26/12/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Dec 27, 2022 65:00


EXPERTS PASCAL BONIFACE Directeur de l'IRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiques GUILLAUME PERRIER Journaliste au service international – « Le Point » Auteur de « Les loups aiment la brume » RAPHAËLLE BACQUÉ Grand reporter – « Le Monde » ÉVELYNE SIRE-MARIN Magistrate honoraire Membre du bureau de la Ligue des droits de l'Homme « Ce n'est pas un fait divers ». Jean-Luc Mélenchon a ainsi titré une note sur son blog publiée ce lundi 26 décembre. Il demande au parquet antiterroriste de se saisir après la fusillade de la rue d'Enghien à Paris, qui a fait trois morts le 23 décembre. Un homme de 69 ans y a ouvert le feu devant un centre culturel kurde avant de reconnaître en garde à vue sa volonté de tuer des étrangers. L'auteur présumé était déjà connu de la police et de la justice, notamment pour une attaque au sabre dans un camps de migrants dans le 12e arrondissement en 2021. Placé en détention provisoire pendant un an, il venait d'être libéré et placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de détenir une arme. Mais si le parquet de Paris a ouvert une enquête pour assassinat, le parquet national antiterroriste ne s'est pas saisi de l'affaire, ce qui suscite l'incompréhension de nombreux représentants de la communauté kurde en France. Des manifestations en hommage aux victimes ont eu lieu ce week-end à Paris, mais aussi dans plusieurs autres villes comme à Marseille. Parfois émaillées de violence, ces rassemblements ont aussi rappelé que cette nouvelle attaque a eu lieu presque 10 ans jour pour jour après l'assassinat à Paris de trois militantes kurdes. Celles-ci étaient proches du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considérée comme une organisation terroriste par la Turquie, l'Union européenne et les États-Unis. Ce dimanche 25 décembre justement, un conseiller d'Erdogan a incriminé le PKK. « Maintenant, ils brûlent les rues de Paris. Allez-vous toujours garder le silence ? », a-t-il lancé aux autorités françaises. Après l'attentat perpétré le 13 novembre à Istanbul, le président turc crie vengeance et veut attaquer les Kurdes en Syrie. Il y a deux semaines, il a aussi demandé à Vladimir Poutine de « nettoyer » le nord de la Syrie des forces kurdes. Fragilisé à quelques mois de la présidentielle turque, Erdogan semble surtout vouloir jouer sur la fibre nationaliste et faire preuve d'autoritarisme sur la scène internationale. Qu'en est-il plus largement de la menace terroriste sur notre territoire ? « Il y a une menace terroriste extrêmement importante dans notre pays », rappelait le 14 décembre dernier le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. 39 attentats islamistes auraient ainsi été déjoués depuis 2017. Une menace qui toucherait aussi les écoles, où la sécurité est particulièrement renforcée depuis l'assassinat il y a deux ans de Samuel Paty. Le terrorisme gagne aussi du terrain au Sahel depuis le départ de l'armée française. Alors, comment analyser la fusillade de vendredi dernier contre des Kurdes ? Faut-il y voir, comme le suggèrent les Kurdes réfugiés en France, l'ombre de la Turquie ? À quoi joue Erdogan vis à vis de cette communauté ? Comment être plus efficace dans la lutte contre le terrorisme islamiste ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Laurent Gerra
L'INTÉGRALE - Macron, Le Pen, Mélenchon... La chronique du 27 décembre 2022

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Dec 27, 2022 9:20


Ce mardi 27 décembre, dans cette chronique best-of des fêtes de fin d'année, Laurent Gerra a imité Brigitte et Emmanuel Macron, Marine et Jean-Marie Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Philippe De Villiers, Philippe Martinez, Patrick Bruel et Jean-Marie Bigard.

L'édito éco - week end
La main invisible de Jean-Luc Mélenchon

L'édito éco - week end

Play Episode Listen Later Dec 14, 2022 3:17


Chaque matin dans son édito, Vincent Trémolet de Villers revient sur l'actualité politique du jour. Ce mercredi, il revient sur la condamnation d'Adrien Quatennens.

L'opinion de Nicolas Beytout
La main invisible de Jean-Luc Mélenchon

L'opinion de Nicolas Beytout

Play Episode Listen Later Dec 14, 2022 3:17


Chaque matin dans son édito, Vincent Trémolet de Villers revient sur l'actualité politique du jour. Ce mercredi, il revient sur la condamnation d'Adrien Quatennens.

L'Edito Politique
UN POINT C'EST TOUT - La France Insoumise pratique "la cooptation, l'auto-proclamation, l'exclusion", dénonce Alba Ventura

L'Edito Politique

Play Episode Listen Later Dec 13, 2022 1:49


Avec la probable nomination de Manuel Bompard à la tête de La France Insoumise, Alba Ventura estime que le parti de Jean-Luc Mélenchon s'assoit sur la démocratie.

Le service politique
Du rififi chez LFI

Le service politique

Play Episode Listen Later Dec 13, 2022 23:32


Avec Anthony Lebbos à l'Assemblée Nationale, le récit des turbulences au sein des insoumis, après la condamnation à 4 mois de prison avec sursis du député Adrien Quatennens, et alors que certains députés comme Clémentine Autain et François Ruffin dénoncent le verrouillage de l'appareil par les proches de Jean-Luc Mélenchon. C'est l'avenir de LFI qui se joue.

C dans l'air
SUCCESSIONS : LFI SE DÉCHIRE, WAUQUIEZ SE PRÉPARE – 12/12/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Dec 12, 2022 63:28


EXPERTS YVES THRÉARD Éditorialiste, directeur adjoint de la rédaction – « Le Figaro » NEILA LATROUS Cheffe adjointe du service politique – « France Info » NATHALIE MAURET Journaliste politique – Groupe de presse régionale « Ebra » BRICE TEINTURIER Directeur général délégué – Institut de sondages Ipsos Alors qu'Emmanuel Macron, réélu en avril, ne pourra pas se représenter en 2027, du côté des partis, l'heure est déjà aux grandes manoeuvres. La plupart se préparent à cette échéance et changent d'organisation ou de dirigeants. Rien que ces derniers jours, quatre formations politiques ont changé de patron, à commencer par les deux principaux opposants à la majorité, le RN et LFI. Ainsi après Jordan Bardella, élu le 5 novembre dernier à la présidence du Rassemblement national, avec 85 % des voix des adhérents face au maire de Perpignan Louis Aliot, c'était au tour ce week-end de la France insoumise de dévoiler sa nouvelle direction autour de Manuel Bompard qui devrait être désigné prochainement à la tête de cette « coordination ». Plusieurs jeunes partisans de Jean-Luc Mélenchon comme Bastien Lachaud, Paul Vannier ou Antoine Léaument en font partie, mais ce n'est pas le cas de figures comme les députés Alexis Corbière, Clémentine Autain, François Ruffin ou encore Eric Coquerel. Un « repli » et un « verrouillage » « assumés de façon brutale » pour « fait taire toute critique » a dénoncé l'élue de Seine-Saint-Denis Clémentine Autain dans Libération aujourd'hui. Le député de la Somme François Ruffin a lui parlé de « déni de démocratie ». Fustigeant une désignation « qui s'est faite au consensus d'un petit groupe qui s'est mis d'accord avec lui-même », il a indiqué qu'il allait réfléchir avec ses camarades sur une attitude commune. Toujours à gauche, les Verts ont, eux, élu ce week-end avec 90 % des voix une nouvelle secrétaire nationale : Marine Tondelier. Soutenue par les secrétaires nationaux sortants, Cécile Duflot, David Cormand et Julien Bayou, la nouvelle patronne d'EELV entend « refonder » le parti, qui « a trop souffert des individualismes » et qui doit changer de nom à l'été 2023. A droite, c'est Eric Ciotti qui l'a remporté chez les Républicains, avec 53 % des voix des adhérents face à Bruno Retailleau. Mais le résultat est plus serré que ce qu'il espérait pour valider sa stratégie pour l'élection présidentielle : supprimer la primaire et introniser Laurent Wauquiez candidat de la droite en 2027. Ce qui n'a d'ailleurs pas manqué d'être raillé par ses adversaires politiques. « On a demandé aux adhérents, non pas de désigner leur président, mais le directeur de campagne de Laurent Wauquiez », a ainsi commenté le patron de Renaissance Stéphane Séjourné. Plusieurs élus dont le maire de Metz François Grosdidier ont annoncé leur départ de LR. Pour aller où ? Renaissance et Horizons, deux partis qui soutiennent le président de la République, espèrent de nouveaux ralliements. De son côté, le chef de l'Etat a fait savoir ce lundi que la réforme des retraites qui devait être dévoilée le 15 décembre sera finalement présentée le 10 janvier 2023. Ce nouveau calendrier doit permettre aux nouveaux dirigeants des Républicains et d'Europe Ecologie Les Verts « d'échanger avec le gouvernement », a indiqué Emmanuel Macron en ouvrant la deuxième session plénière du Conseil national de la refondation (CNR) à l'Elysée. DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Les Grandes Gueules
"On s'en fout, on s'en fout pas" : LFI, la Une de Libération qui énerve Jean-Luc Mélenchon - 12/12

Les Grandes Gueules

Play Episode Listen Later Dec 12, 2022 6:37


Avec : Barbara Lefebvre, enseignante en reconversion. Mehdi Ghezzar, chef d'entreprise. Et Charles Consigny, avocat. - Alain Marschall et Olivier Truchot présentent un show de 3 heures avec leurs invités, où actualité rime avec liberté de ton, sur RMC la radio d'opinion. Dans les Grandes Gueules, les esprits s'ouvrent et les points de vue s'élargissent. 3h de talk, de débats de fond engagés où la liberté d'expression est reine et où l'on en ressort grandi ! Cette année, une nouvelle séquence viendra mettre les auditeurs au cœur de cette émission puisque ce sont eux qui choisiront le débat du jour ! Et pour cette 18ème saison, Alain Marschall et Olivier Truchot, accompagnés des GG issues de la société civile feront la part belle à l'information et au divertissement. En simultané sur RMC Story.

Le Billet politique
La France insoumise a-t-elle peur du débat ?

Le Billet politique

Play Episode Listen Later Dec 12, 2022 3:58


durée : 00:03:58 - Le Billet politique - par : Jean Leymarie - Des figures du mouvement accusent la direction de se replier sur elle-même. Jean-Luc Mélenchon défend son fonctionnement.

Laurent Gerra
L'INTÉGRALE - Bigard, Bruel, Mélenchon... La chronique du 9 décembre 2022

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Dec 9, 2022 7:34


Ce vendredi 9 décembre, Laurent Gerra a notamment imité Jean-Marie Bigard, Patrick Bruel et Jean-Luc Mélenchon.

Comprendre le monde
ENTRETIENS GÉOPO S6#14 – Patrick Branco Ruivo – "Géopolitique de la Tour Eiffel"

Comprendre le monde

Play Episode Listen Later Dec 7, 2022 23:24


Prouesse technologique conçue par Gustave Eiffel en 1887, la Tour Eiffel accueille plus de 6 millions de visiteurs chaque année. Elle figure ainsi dans la liste des dix monuments les plus visités au monde. Atout économique, touristique mais également diplomatique, la Tour Eiffel contribue par son image et ses illuminations au rayonnement de la France. Son attractivité en fait ainsi un objet géopolitique. À qui appartient la Tour Eiffel ? En quoi la Tour Eiffel constitue-t-elle un atout économique pour la France ? Comment la Tour Eiffel peut/doit-elle à son tour repenser son impact énergétique face à une situation qui n'est pas simplement conjoncturelle ? Y a-t-il une différence, selon les régions du monde, sur la fascination exercée par la Tour Eiffel ? Dans ce podcast, Patrick Branco Ruivo, directeur général de la Société d'exploitation de la Tour Eiffel (SETE), revient sur le rayonnement de la Tour Eiffel et son influence sur la scène internationale. Pour aller plus loin : ➡️ Site internet de la Tour Eiffel : https://www.toureiffel.paris/fr

Code source
Adrien Quatennens, de «Monsieur parfait» à problème principal des Insoumis

Code source

Play Episode Listen Later Dec 5, 2022 21:49


L'avenir politique d'Adrien Quatennens s'écrit aujourd'hui en pointillé. Le coordinateur de La France insoumise était pressenti pour succéder à Jean-Luc Mélenchon à la tête des Insoumis. Mais début septembre, plusieurs médias rapportent qu'une enquête judiciaire est ouverte par le parquet de Lille pour des soupçons de « violences par conjoint », suite à une main courante déposée par l'épouse du député LFI.Le 18 septembre, dans un communiqué, l'élu reconnaît des violences sur son épouse, admet lui avoir « donné une gifle » et annonce se mettre en retrait de ses fonctions. Le 23 novembre, après une plainte déposée contre lui fin septembre, Céline Quatennens formule de nouvelles accusations à son encontre, dénonçant des « violences physiques et morales » qui durent depuis « plusieurs années ».Pour Code source, Pierre Maurer et Julien Duffé, journalistes au service Politique du Parisien, reviennent sur l'affaire Quatennens et le parcours politique du député LFI.Ecoutez Code source sur toutes les plateformes audio : Apple Podcast (iPhone, iPad), Google Podcast (Android), Podcast Addict ou Castbox, Deezer, Spotify.Crédits. Direction de la rédaction : Pierre Chausse - Rédacteur en chef : Jules Lavie - Reporter : Ambre Rosala - Production : Raphaël Pueyo, Emma Jacob et Thibault Lambert - Réalisation et mixage : Julien Montcouquiol - Musiques : François Clos, Audio Network, Epidemic Sound - Identité graphique : Upian - Archives : LCP, INA, CNews, France Tv. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

Maintenant, vous savez
[LES 10 MOTS QUI ONT MARQUÉ 2022] Qu'est-ce que la Sixième République ?

Maintenant, vous savez

Play Episode Listen Later Dec 2, 2022 5:17


"Maintenant, vous savez", c'est le podcast quotidien de Bababam, qui donne les clés essentielles pour savoir vraiment ce qui se cache derrière les mots, sigles, concepts qui font notre actualité. Cette semaine, retour sur les 10 mots qui ont marqué l'année. De l'affaire des "Uber Files" au phénomène de la shrinkflation, en passant par l'expression "Sixième République", (re)découvrez ces mots qui résument à eux seuls toute notre année 2022. Lors de la campagne pour l'élection présidentielle 2022, l'idée d'une Sixième République a une nouvelle fois pris place dans le débat. Elle a notamment été défendue par Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France Insoumise, qui la brandit comme un des points essentiels de son programme, depuis sa première candidature, en 2012. Mais déjà c'est quoi la Cinquième République ? Depuis quand évoque-t-on cette possibilité de Sixième République ? Quelles seraient ses caractéristiques ? Ecoutez la suite de cet épisode de "Maintenant vous savez". Un podcast écrit et réalisé par Pauline Weiss. A écouter aussi : Comment l'association Act Up a-t-elle changé le regard sur le SIDA ? Qu'est-ce que la phobie sociale ? Francophonie : pourquoi est-il important de parler français dans le monde ? Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Les histoires de 28 Minutes
Ukraine, affaire Quatennens, corrida, Coupe du monde... : Le Club 28' !

Les histoires de 28 Minutes

Play Episode Listen Later Nov 25, 2022 46:24


L'émission 28 minutes du 25 novembre 2022 Au programme de l'émission du 25 novembre 2022 ⬇ Ce vendredi, l'essayiste Antoine Bueno, la journaliste franco-sénégalaise à France 24 Fatimata Wane, le romancier et rédacteur en chef de Paris Match Gilles Martin-Chauffier, et le dessinateur Thibaut Soulcié reviennent sur l'actualité de la semaine. Notre invitée Juliette Barthélémy les rejoindra en cours d'émission. Elle est co-commissaire de l'exposition "Prière de toucher", qui se tient jusqu'au 27 février 2023 au Palais des Beaux-Arts de Lille. Ouvert notamment aux enfants, l'événement offre la possibilité de toucher les œuvres… les yeux bandés !    Retour sur deux actualités de la semaine : Ukraine. “Il s'agit évidemment d'un crime contre l'humanité”, a fustigé mercredi Volodymyr Zelensky. Ses accusations font suite aux frappes massives de missiles russes sur les infrastructures ukrainiennes qui surviennent depuis plusieurs jours. Plusieurs millions de civils se retrouvent sans eau, sans électricité et sans chauffage. Il s'agit d'une stratégie délibérée de la part de Moscou, alors que l'hiver approche et que la température frôle déjà la barre des 0°C à Kiev. L'hiver risque-t-il de rebattre les cartes de la guerre ?  LFI. L'affaire Adrien Quatennens provoque de nouveaux remous à gauche. Mercredi, Cécile Quatennens, l'ex-épouse du député, a accusé ce dernier de “violences physiques et morales depuis plusieurs années”. Les divisions au sein de la France insoumise se font entendre, entre les soutiens de Jean-Luc Mélenchon qui plaident la thèse d'une gifle isolée et les féministes, comme Caroline de Haas. Il a finalement été annoncé qu'Adrien Quatennens ne reviendra pas sur les bancs de l'Assemblée Nationale avant la décision de la justice. Cette affaire a-t-elle durablement affaibli le parti ?  “Barbarie” ou “tradition culturelle” ? Le débat fait rage à l'Assemblée nationale suite à la proposition de loi du député Aymeric Caron visant à interdire la pratique de la corrida. S'il a finalement retiré son texte, il a déchaîné les passions dans l'arène entre anti et pro-corrida. Frédéric Says oppose le député “Insoumis” au député Les Républicains, Olivier Marleix, qui prône quant à lui le respect de la tradition .  Bientôt une semaine que le coup d'envoi de la Coupe du monde au Qatar a été lancé. Alors boycott or not boycott ? Sonia Chironi revient sur toutes les réactions et moqueries des internautes depuis le premier coup de sifflet.   L'usine chinoise Foxconn, sous-traitante d'Apple, se révolte face à la politique “zéro Covid” du pays. Les mesures sanitaires très restrictives et les conditions de vie déplorables auraient poussé plus de 20 000 employés à quitter le site. C'est l'histoire de la semaine racontée par Claude Askolovitch.  Notre Une internationale est celle du quotidien national américain “USA Today,” qui titre : “Le courage des joueurs iraniens fait honte aux autres nations”, après que l'équipe a refusé de chanter leur hymne lors de leur premier match au Qatar.  Retrouvez enfin les photos de la semaine sélectionnées avec soin par nos clubbistes ainsi que la Dérive des continents de Benoît Forgeard. 28 Minutes est le magazine d'actualité d'ARTE, présenté par Elisabeth Quin du lundi au vendredi à 20h05. Renaud Dély est aux commandes de l'émission le samedi. Ce podcast est coproduit par KM et ARTE Radio.   Enregistrement : 25 novembre 2022 - Présentation : Renaud Dély - Production : KM, ARTE Radio

Culture médias - Philippe Vandel
Mediapart a l'interdiction de publier un article et France 2 lance une nouvelle émission sur le cinéma

Culture médias - Philippe Vandel

Play Episode Listen Later Nov 22, 2022 10:18


Du lundi au vendredi, Louise Bernard fait le point sur l'actualité des médias. Aujourd'hui, Mediapart a l'interdiction de publier un article par la justice, France 2 lance une nouvelle émission sur le cinéma, Jean-Luc Mélenchon saisit à nouveau l'Arcom suite à une émission de Cyril Hanouna et l'Arcom écrit une lettre à Twitter pour lui demander comment l'entreprise compte respecter la loi.

Le Nouvel Esprit Public
8 milliards, est-ce tenable ? / L'avenir de la Nupes / n°272 / 20 novembre 2022

Le Nouvel Esprit Public

Play Episode Listen Later Nov 20, 2022 64:21


Connaissez-vous notre site ? www.lenouvelespritpublic.frUne émission de Philippe Meyer, enregistrée au studio l'Arrière-boutique le 18 novembre 2022.Avec cette semaine :Jean-Louis Bourlanges, président de la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale.Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef du quotidien La Croix.Nicole Gnesotto, vice-présidente de l'Institut Jacques Delors.Marc-Olivier Padis, directeur des études de la fondation Terra Nova.8 MILLIARDS, EST-CE TENABLE ?Selon l'estimation officielle des Nations unies, le cap des 8 milliards d'habitants a été franchi ce 15 novembre 2022, et devrait atteindre 10 milliards d'ici 2080. Le premier seuil est « un important jalon du développement humain » et un rappel de « notre responsabilité partagée de prendre soin de notre planète », a souligné le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, au moment même où se déroule la COP27 en Égypte. En à peine plus de 200 ans, la population mondiale a été multipliée par huit. 60% de la population mondiale vit dans des pays où le taux de fécondité est inférieur au seuil de remplacement de 2,1 enfants par femme. Les 2 milliards de Terriens supplémentaires attendus d'ici à la fin du siècle naîtront principalement en Asie, dans une bande entre Kazakhstan et Pakistan, mais surtout en Afrique, dont la population devrait tripler. D'ici à 2050, huit pays seulement concentreront la moitié de la croissance démographique : la RDC, l'Égypte, l'Éthiopie, l'Inde, le Nigeria, le Pakistan, les Philippines et la Tanzanie. Autant de zones particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique.Les ONG Global Footprint Network et WWF soulignent qu' aujourd'hui, nous consommons plus de ressources biologiques (forêts, poissons, terres...) que ce que la terre peut régénérer chaque année et cette surconsommation, notamment d'énergies fossiles, entraîne toujours plus d'émissions de CO2. Elles considèrent qu' il faudrait 1,75 Terre pour subvenir aux besoins de la population de façon durable. Si tout le monde vivait comme un habitant de l'Inde, l'humanité n'aurait besoin que de 0,8 planète chaque année, contre plus de 5 planètes pour un habitant des Etats-Unis, selon les deux ONG. Côté climat, le dernier rapport des experts climat de l'ONU (Giec) notait que si la croissance de la population est bien un des moteurs majeurs de la hausse des émissions de gaz à effet de serre, elle l'est toutefois moins que la croissance économique. En matière d'atteinte à l'environnement, le nombre importe considérablement moins que le mode de vie. Un Américain émet en moyenne 17 tonnes de CO2 par an, un Indien 1,76 et un Éthiopien 0,19... Selon l'économiste Alban Thomas, la planète dispose d'assez de ressources pour nourrir 10 milliards d'êtres humains, mais cela nécessiterait de profonds changements dans nos modes de production et nos régimes alimentaires.L'humanité va vieillir. Depuis 2018, les plus de 65 ans sont plus nombreux que les enfants de moins de 5 ans et en 2050, leur proportion aura doublé, ils pèseront 16 % de la population mondiale.***L'AVENIR DE LA NUPESEn six mois d'existence, la Nupes a déjà dû affronter plusieurs crises. Dès la rentrée, la France Insoumise s'est retrouvée dans la tourmente avec la mise en retrait du député Adrien Quatennens, qui avait reconnu des faits de violences conjugales. Les écologistes ont également été secoués par l'affaire Bayou. Selon un sondage Odoxa-Backbone pour Le Figaro, 64 % des Français estiment que ces incidents ont « décrédibilisé l'ensemble » de cette alliance. Ils sont également une majorité à le penser chez les sympathisants de gauche (52 %). Tandis que des divergences sont apparues sur Taïwan, sur la dénonciation de l'apartheid en Palestine ou encore sur la valeur travail, les partis de la coalition ont dû, dans la foulée, ferrailler ensemble contre le budget imposé par le gouvernement à coups de 49.3. Alors que la première motion de censure a été portée le 24 octobre par toute la Nupes, des désaccords sont apparus sur l'opportunité d'en déposer une à chaque utilisation du 49.3 par Élisabeth Borne. Le 31 octobre, le groupe LFI a voté comme un seul homme en faveur de sa nouvelle motion de censure, mais près de la moitié des députés PS (12 sur 31) a manqué à l'appel. La déperdition a été moindre au sein des communistes, puisque 6 membres sur 22 ont refusé de soutenir la motion Insoumise, comme chez les écologistes (4 sur 23). Chaque fois les voix du Rassemblement national se sont joints à celles de la Nupes.De nouvelles divergences apparaissent aujourd'hui au sein de l'alliance au sujet de la sécurité. Alors que le projet de loi d'orientation et de programmation du ministère de l'Intérieur est examiné depuis le 14 novembre à l'Assemblée nationale, la Nupes tente d'harmoniser sa stratégie malgré des positions discordantes de ses différentes composantes sur la sécurité. Le gouvernement propose d'investir 15 milliards d'euros d'ici 2027 pour recruter notamment 8.500 policiers et gendarmes sur cinq ans et pour la transformation numérique du ministère. Si les socialistes ne se prononcent pas contre ce texte, en revanche, les insoumis, les communistes et les écologistes le rejettent. Récits pluriels également sur l'immigration. Alors que l'affaire de l'Ocean-Viking, le navire transportant quelques 234 migrants, dont 37 enfants, accueilli le 11 novembre à Toulon, a rouvert le dossier de l'immigration, le gouvernement prépare un nouveau projet de loi sur le sujet. Différentes sensibilités émergent de nouveau au sein de la Nupes. Le PS ne voit pas d'un mauvais œil la mise en place d'un titre de séjour pour les métiers en tension tandis que Jean-Luc Mélenchon continue de surfer sur une ligne de crête, entre discours humanitaire et reconnaissance des frontières et que l'hypothèse d'un titre de séjour hérisse le secrétaire national du Parti communiste Fabien Roussel.Dans les mois à venir, plusieurs échéances internes attendent les différentes composantes de la Nupes. À partir du 10 décembre, les écologistes seront en congrès. Le même jour, la France Insoumise tiendra son assemblée représentative. Les socialistes suivront en janvier, alors que la ligne tenue par Olivier Faure est contestée par un certain nombre d'entre eux. Le Parti communiste fermera le ban avec son congrès en avril.Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité sur https://art19.com/privacy ainsi que la notice de confidentialité de la Californie sur https://art19.com/privacy#do-not-sell-my-info.

Laurent Gerra
L'INTÉGRALE - Mélenchon, Ruffin, Ruquier... La chronique du 15 novembre

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Nov 15, 2022 8:37


Ce mardi 15 novembre, Laurent Gerra a notamment imité Jean-Luc Mélenchon, François Ruffin, Laurent Ruquier et Fabrice Lucchini.

Laurent Gerra
L'INTÉGRALE - Mélenchon, Rambo, Renaud... La chronique du 8 novembre 2022

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Nov 8, 2022 9:17


Ce 8 novembre, Laurent Gerra a imité Jean-Luc Mélenchon, François Ruffin, Rambo, Renaud et Alain Finkielkraut...

Les Grosses Têtes
INÉDIT - La blague du lundi 7 novembre 2022

Les Grosses Têtes

Play Episode Listen Later Nov 7, 2022 2:01


Laurent Baffie vous raconte l'histoire de Jean-Luc Mélenchon, tombant en panne au retour d'un congrès. L'homme politique se résout alors à faire du stop... Découvrez la page Facebook Officielle des "Grosses Têtes" : https://www.facebook.com/lesgrossestetesrtl/ Retrouvez vos "Grosses Têtes" sur Instagram : https://bit.ly/2hSBiAo Découvrez le compte Twitter Officiel des "Grosses Têtes" : https://bit.ly/2PXSkkz Toutes les vidéos des "Grosses Têtes" sont sur YouTube : https://bit.ly/2DdUyGg

Laurent Gerra
L'INTÉGRALE - Aphatie, JoeyStarr, Wilson... La chronique du 2 novembre 2022

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Nov 2, 2022 9:43


Ce 2 novembre, Laurent Gerra a imité Jean-Michel Aphatie, François Ruffin, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Sarkozy, Dominique Besnehard, Patrick Bruel, Jean-Baptiste Guégan, Cyril Lignac, Yann Queffelec, Michel Houellebecq, Alain Finkielkraut, JoeyStarr et Lambert Wilson.

Laurent Gerra
L'INTÉGRALE - Véran, Mélenchon, Bern... La chronique du 31 octobre

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Oct 31, 2022 8:20


Ce lundi 31 octobre, Laurent Gerra a notamment imité Olivier Véran, Jean-Luc Mélenchon, Stéphane Bern et Jean Lassale.

Le Nouvel Esprit Public
Pénuries, grèves, manifestations : de la protestation à l'explosion ? / Azerbaïdjan - Arménie : une guerre peut en cacher une autre / n°268 / 23 octobre 2022

Le Nouvel Esprit Public

Play Episode Listen Later Oct 23, 2022 64:19


Connaissez-vous notre site ? www.lenouvelespritpublic.frUne émission de Philippe Meyer, enregistrée au studio l'Arrière-boutique le 21 octobre 2022.Avec cette semaine :Akram Belkaïd, journaliste au Monde diplomatique.Michel Eltchaninoff, rédacteur en chef du mensuel Philosophie Magazine.Béatrice Giblin, directrice de la revue Hérodote et fondatrice de l'Institut Français de Géopolitique.Nicole Gnesotto, vice-présidente de l'Institut Jacques Delors.PÉNURIES, GRÈVES, MANIFESTATIONS : DE LA PROTESTATION À L'EXPLOSION ?Le 11 octobre, face à la grève persistante dans les stations et dépôts de carburant qui provoquait depuis plus de dix jours pénuries et files d'attente, la Première ministre Elisabeth Borne a mis a exécution sa menace de « réquisition ». Un accord salarial avait été obtenu entre la direction du groupe Esso-ExxonMobil et les syndicats majoritaires, laissant présager un déblocage progressif, chez TotalEnergies, la direction a finalement ouvert les négociations le 13 octobre.Le dimanche 16 octobre, orchestrée, par la Nouvelle Union populaire écologique et sociale, la « grande marche contre la vie chère et l'inaction climatique » a confirmé les tensions sociales qui agitent le pays. Réunissant quelque 140.000 personnes selon les organisateurs, 29.500 selon le cabinet indépendant Occurence, le mouvement préfigure, aux yeux de son principal instigateur, Jean-Luc Mélenchon, « la conjonction de la mobilisation populaire, de la mobilisation syndicale et de la crise institutionnelle ». Le soir-même, la Première ministre, a exhorté les entreprises qui le peuvent à augmenter les salaires. Lundi, le chef de l'Etat, a convoqué une réunion à l'issue de laquelle, la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher a annoncé que les préfets seraient « mobilisés un cran au-dessus pour accélérer l'acheminement » des carburants vers les stations.Après la mobilisation du 29 septembre, une autre journée interprofessionnelle a été lancée le 18 octobre par la CGT, avec FO, Solidaires, FSU ainsi que des mouvements de jeunesse. Premier syndicat de France, la CFDT n'a pas participé au mouvement, s'opposant ainsi aux grandes manifestations interprofessionnelles, inefficace pour obtenir des augmentations salariales dans les entreprises, selon elle. Mardi, 107.000 manifestants ont défilé en France, dont 13.000 à Paris selon le ministère de l'Intérieur. La CGT revendiquait quant à elle 70.000 manifestants à Paris et 300.000 à l'échelle nationale. Les participants défilaient pour « l'augmentation des salaires et la défense du droit de grève », selon les termes du communiqué publié la semaine dernière. Autre motif de mécontentement, qui a convaincu Force ouvrière de se joindre au mouvement : les réquisitions. Pour Martial Foucault, directeur du Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, « la mobilisation décevante des manifestations syndicales de ces dernières semaines montre une certaine lassitude vis-à-vis de la capacité à changer le cours de l'action de l'exécutif par la rue ».Le recours à l'article 49.3, mercredi par la Première ministre pour faire passer le budget, n'apaisera pas le débat public. Ni la manifestation organisée jeudi par l'Institut pour la justice, un think tank proche d'Éric Zemmour, pour rendre hommage à la petite Lola, tuée le 14 octobre à Paris.***AZERBAÏDJAN-ARMÉNIE : UNE GUERRE PEUT EN CACHER UNE AUTRELe conflit endémique qui oppose l'Arménie à l'Azerbaïdjan depuis le démantèlement du bloc soviétique a connu une nouvelle flambée en septembre. Durant plus de deux jours, une quinzaine de villes et de sites, civils ou militaires, arméniens ont été bombardés ou pris d'assaut par les forces azéries le long de 250 kilomètres de frontières, faisant près de 300 victimes du côté arménien. Un fragile cessez-le-feu a été signé mi-septembre. Les deux pays se rejettent la responsabilité de ces affrontements, qui ont poussé des centaines de civils arméniens vivant dans la zone frontalière à fuir.Après l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, les Arméniens séparatistes du Nagorny Karabakh avaient unilatéralement proclamé leur indépendance. Le conflit qui a suivi avait fait 30.000 morts. En 2020, Bakou avait tenté de récupérer cette région dans une offensive qui s'était soldée par un accord de cessez-le-feu. Il actait notamment la restitution de trois quarts du territoire du Nagorny Karabakh à l'Azerbaïdjan, mais aussi « la restauration des liaisons économiques et de transport » entre l'Azerbaïdjan et sa région enclavée du Nakhitchevan, située entre la Turquie et l'Arménie. Ce point supposait la création d'un corridor (contrôlé par les forces de paix russes) en plein territoire souverain arménien. L'Arménie a refusé cette perte de souveraineté.Dénonçant une « agression » et espérant une réaction de la communauté internationale, le Premier ministre arménien a demandé « l'aide de la Russie, de l'Organisation du traité de sécurité collective [OTSC une organisation politico-militaire créée en 2002 par la Russie, l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan et le Tadjikistan] et du Conseil de sécurité des Nations unies ». Une délégation de l'OTSC est arrivée le 15 octobre à Erevan pour examiner la situation. Alors que Moscou est de plus en plus isolé sur la scène internationale, les États-Unis et l'Union européenne ont pris un rôle majeur de médiateurs dans le processus de normalisation entre Bakou et Erevan. La France, coprésidente du groupe de Minsk chargé d'une résolution pacifique des différends entre les deux pays avec les États-Unis et la Russie, a saisi le Conseil de sécurité de l'ONU. L'Union européenne va envoyer une « mission civile » en Arménie le long de la frontière avec l'Azerbaïdjan pour « établir la confiance » entre les deux pays et contribuer à la délimitation des frontières.A trois exceptions près (la France, l'Inde ainsi que les Etats-Unis), les commentaires officiels, y compris européens, s'en tiennent à respecter une stricte symétrie entre les parties au conflit. Le 18 juillet dernier, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a signé un accord prévoyant un doublement des importations de gaz azerbaïdjanais dans l'Union européenne.Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité sur https://art19.com/privacy ainsi que la notice de confidentialité de la Californie sur https://art19.com/privacy#do-not-sell-my-info.

C dans l'air
GRÈVES, SALAIRES : LE BRAS DE FER A COMMENCÉ... – 18/10/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Oct 18, 2022 64:06


EXPERTS BRUNO JEUDY Éditorialiste politique THOMAS PORCHER Économiste Auteur de « Mon dictionnaire d'économie » FANNY GUINOCHET Éditorialiste - « France Info » et « La Tribune » Spécialiste des questions économiques et sociales SOAZIG QUÉMÉNER Rédactrice en chef du service politique - « Marianne » Le conflit social s'étend. Dans la foulée du mouvement dans les raffineries, des salariés du public et du privé ont cessé le travail et manifesté ce mardi, pour une hausse des salaires et contre les réquisitions de grévistes. De nombreux secteurs ont répondu à l'appel à la grève : fonction publique, santé, énergie et nucléaire, transports publics, routiers, agroalimentaire, commerce, … Près de 150 rassemblements ont eu lieu partout en France, d'après la CGT, qui organise cette journée avec les syndicats FO, Solidaires et FSU et les organisations de jeunesse Fidl, MNL, Unef et la Vie lycéenne. Dans les cortèges, des professions très variées mais beaucoup de salariés qui peinent à boucler les fins de mois, et un mot d'ordre : l'augmentation des salaires pour tous, pour contrer la baisse du pouvoir d'achat. Une demande soutenue par de nombreux salariés non-grévistes et jugée légitime d'ailleurs par le gouvernement. Le ministre de l'Intérieur a estimé ce matin qu'« il y a un problème de salaire en France » et a appelé le patronat à les « augmenter quand c'est possible ». « La météo sociale était très difficile à prévoir ». Mais « ce qui est sûr », a ajouté Gérald Darmanin, « c'est que les gens constatent que leurs salaires n'ont pas suivi l'augmentation des prix ». « Et ils constatent qu'une partie des patrons se rémunère et que cette rémunération est disproportionnée par rapport à ce que touche une partie des salariés », a-t-il poursuivi. Venu soutenir les grévistes à la Gare de Lyon, Jean-Luc Mélenchon s'est adressé lui ce mardi aux salariés mobilisés. « Ce n'est pas juste, quand on travaille, que l'on ne puisse pas vivre décemment. La bonne paye ce n'est pas de l'argent qu'on jette par les fenêtres. C'est la juste rétribution des salariés. Il faut que l'unité populaire puisse entrer dans la lutte. Ça, c'est notre responsabilité. Car si chacun y va de son côté on n'arrivera pas à faire déjouer le patronat » a-t-il affirmé avant d'évoquer devant la presse les nombreux secteurs en grève aujourd'hui. « C'est un bras de fer avec le pouvoir, une espèce de Mai-68 perlé ». « Pour que l'on sorte de cette crise, de cette situation de blocage, il faut que le gouvernement envoie un signe fort sur la répartition des richesses et la hausse des salaires » a affirmé de son côté le député et secrétaire national du PCF. « C'est pour cela que je vais déposer une proposition de loi qui vise à rétablir l'échelle mobile des salaires qui existait jusqu'en 1982 » a expliqué ce mardi Fabien Roussel alors que Oliver Véran a laissé entendre que le gouvernement pourrait actionner mercredi l'article 49-3 de la Constitution pour faire adopter son projet de loi de Finances à l'Assemblée nationale. Alors jusqu'où ira le bras de fer ? Comment sortir de la crise ? Peut-on indexer les salaires sur les prix ? Comment se portent les entreprises ? Enfin alors que les grandes institutions comme le Fonds Monétaire International (FMI) et la Réserve fédérale sont formelles : le monde est au bord d'une récession. A-t-elle déjà commencé en Europe ? Et quelles sont les prévisions pour 2023 ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Laurent Gerra
L'INTÉGRALE - Balkany, Zitrone, Macron... La chronique du 17 octobre 2022

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Oct 17, 2022 8:07 Very Popular


Ce 17 octobre, Laurent Gerra a imité Jean-Luc Mélenchon, François Ruffin, Michel Houellebecq, le couple Macron, François Lenglet, Patrick Balkany ainsi que Léon Zitrone et Guy Lux.

Le Billet politique
Marche contre la vie chère : est-ce que Jean-Luc Mélenchon a réussi son pari ?

Le Billet politique

Play Episode Listen Later Oct 17, 2022 4:51


durée : 00:04:51 - Le Billet politique - par : Jean Leymarie - Le fondateur de La France Insoumise voulait réunir "le peuple contre Macron". La mobilisation a été moins forte qu'il ne l'espérait. Jean-Luc Mélenchon compte maintenant sur une "grève générale".

4x4 Podcast
"Mélenchon spricht enthusiastisch von einer neuen Volksfront"

4x4 Podcast

Play Episode Listen Later Oct 17, 2022 25:45


In Frankreich wird gestreikt. Gestern demonstrierten in Paris mehrere zehntausend Menschen gegen die Teuerung. Zum Protest aufgerufen hat das Linke Bündnis Nupes rund um den unterlegenen Präsidentschaftskandidaten Jean Luc Mélenchon.  Weitere Themen: * Xi Jinping könnte beim Kongress der Kommunistischen Partei Präsident auf Lebzeit werden. Ähnlich wie vor ihm Mao Tsetung. Doch wer ist Xi Jinping, dieser Mann, den viele als mächtigsten der Welt bezeichnen? Und wie ist er zum autoritären Kopf Chinas geworden? * Während in unseren Breitengraden die Coronazahlen vermehrt zu reden geben, sind es in Uganda die Ebola-Infektionen. Dort verhängte die Regierung am Wochenende für zwei Regionen einen Quasi-Lockdown. Menschen dürfen weder ein- noch ausreisen. Ausserdem gilt dort eine nächtliche Ausgangssperre. * Trotz Inflation und Corona wird erwartet, dass die Menschen in Indien in diesen Tagen viel Geld ausgeben für Autos etwa, Fernseher oder Schmuck. Der Hauptgrund: In Indien ist die Zeit der religiösen Feste.

Le service politique
Mélenchon relancé ou déçu après sa marche ?

Le service politique

Play Episode Listen Later Oct 16, 2022 13:57


Avec Anthony Lebbos, place de la Bastille, à l'issue de la marche contre la vie chère de Jean-Luc Mélenchon. Malgré une mobilisation moins massive qu'il ne l'espérait, cette marche va-t-elle lui permettre de se relancer après une rentrée difficile ?

Le débat des grandes voix
Marche contre la vie chère : un échec pour Jean-Luc Mélenchon ?

Le débat des grandes voix

Play Episode Listen Later Oct 16, 2022 8:58


Tous les samedis et dimanches soir, Pierre de Vilno reçoit des invités pour deux débats d'actualités. Avis tranchés et arguments incisifs sont aux programmes à 19h30 et 19h44 pour décrypter l'actualité.

Les informés de France Info
Jean-Luc Mélenchon réaffirme son soutien à Adrien Quatennens

Les informés de France Info

Play Episode Listen Later Oct 9, 2022 7:09


durée : 00:07:09 - Jean-Luc Mélenchon réaffirme son soutien à Adrien Quatennens

Le débat des grandes voix
Jean-Luc Mélenchon : un tweet qui divise la NUPES ?

Le débat des grandes voix

Play Episode Listen Later Oct 8, 2022 6:37


Tous les samedis et dimanches soir, Pierre de Vilno reçoit des invités pour deux débats d'actualités. Avis tranchés et arguments incisifs sont aux programmes à 19h30 et 19h44 pour décrypter l'actualité.

Laurent Gerra
L'INTÉGRALE - Les Deschiens, Bern, Mélenchon... La chronique du 30 septembre 2022

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Sep 30, 2022 7:40


Ce 30 septembre, Laurent Gerra a imité Stéphane Bern, Jean-Luc Mélenchon, les Deschiens et Jean-Baptiste Guégan.

Laurent Gerra
L'INTÉGRALE - Le Pen, Véran, Drucker... La chronique du 26 septembre 2022

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Sep 26, 2022 7:37 Very Popular


Ce 26 septembre, Laurent Gerra a imité Olivier Véran, Michel Drucker, Marine Le Pen, François Ruffin, Jean-Luc Mélenchon et John Rambo.

C dans l'air
CDLA L'INVITÉ – BERNARD CAZENEUVE – 26/09/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Sep 26, 2022 10:58


CAZENEUVE/MÉLENCHON : LE BRAS DE FER – 26/09/22 BERNARD CAZENEUVE Ancien Premier ministre Pour la première fois depuis 1945, un parti post-fasciste pourrait gouverner l'Italie. Après la Suède, l'extrême droite fait une nouvelle percée en Europe avec l'arrivée en tête des élections législatives de ce dimanche de Giorgia Meloni et de son parti, membre d'une coalition de droite qui remporte 43% des suffrages, selon les premières estimations. Dans le même temps, le gouvernement français présente ce lundi devant l'Assemblée nationale son projet de budget 2023, pour lequel il n'a pour le moment pas la majorité. Il introduira également le projet de loi de la Sécurité sociale, avec un possible amendement sur la réforme des retraites, ce qui soulève déjà les oppositions. Invitée de BFMTV ce lundi, la Première ministre Elisabeth Borne a indiqué que le gouvernement décidera "d'ici la fin de la semaine" s'il inclut ou non la réforme des retraites dans ses textes budgétaires. La Première ministre a assuré qu'elle pousserait pour "la recherche de compromis" sur cette méthode, sans pour autant exclure le recours à l'article 49.3 de la Constitution. "Ma méthode c'est le dialogue, la recherche de compromis", a-t-elle affirmé. L'article 49.3 est donc "un des outils qui est à la disposition du gouvernement si on constate une situation de blocage". L'ancien Premier ministre de François Hollande, qui a rendu sa carte du PS après l'alliance avec la Nupes, a publié un manifeste dans le JDD le 3 septembre, appelant à une autre gauche. Il fustige la domination de Jean-Luc Mélenchon, qui « organise la confrontation de tous contre tous », sur un PS « toutouisé ». Bernard Cazeneuve reviendra sur ce projet de loi de la Sécurité sociale, qui promet d'être explosif si l'exécutif y introduit sa controversée réforme des retraites.

Laurent Gerra
L'INTÉGRALE - Mélenchon, Hallyday, Bern... La chronique du 23 septembre 2022

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Sep 23, 2022 7:54


Ce 23 septrembre, Laurent Gerra a imité Jean-Luc Mélenchon, Philippe Martinez, Dominique Besnehardt, Stéphane Berne et Johnny Hallyday.

Debout les copains !
La République, c'est eux !

Debout les copains !

Play Episode Listen Later Sep 21, 2022 72:05


Historiquement Vôtre réunit trois personnages qui ont fait la République : les révolutionnaires Camille et Lucile Desmoulins, un couple uni dans la révolution, qui a partagé ses idées, ses amours, ses combats et un rêve : celui d'une République ! Puis l'homme politique et grand orateur, Léon Gambetta, resté dans l'Histoire comme le père fondateur d'une République nouvelle, la troisième du nom. Et l'Insoumis qui veut passer à la 6e République et qui surtout a dit, et même crié, que "La République, c'est lui !" : Jean-Luc Mélenchon.

C dans l'air
AFFAIRE QUATENNENS : MÉLENCHON DÉRAPE – 20/09/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Sep 20, 2022 64:50


EXPERTS BRUNO JEUDY Éditorialiste politique NATHALIE SAINT-CRICQ Éditorialiste politique - « France Télévisions » ASTRID DE VILLAINES Cheffe du service politique - « Huffington Post » JÉRÔME FOURQUET Directeur département Opinion - Institut de sondages IFOP Vécue comme un séisme au sein de la France insoumise, l'affaire Quatennens n'en finit pas de provoquer des répliques. Visé par une enquête ouverte par le parquet de Lille, le coordinateur du mouvement a annoncé se mettre en retrait de son poste, cinq jours après la révélation du dépôt d'une main courante par son épouse à la suite d'« une dispute ». Il a reconnu, dans une lettre publiée dimanche sur Twitter, plusieurs faits, dont « une gifle » et « de trop nombreux messages » téléphoniques, depuis l'annonce par son épouse de sa volonté de divorcer. LFI dans un communiqué a réitéré son engagement contre les violences sexistes et sexuelles mais le soutien de Jean-Luc Mélenchon à l'élu du Nord a créé la polémique. Le leader de la France insoumise a dénoncé dimanche « la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux ». Il a salué à contrario chez Adrien Quatennens la « dignité » et le « courage », lui redisant sa « confiance » et son « affection ». « Ce ne sont pas mes mots. Je pense que Jean-Luc Mélenchon se sentait un peu trahi par Adrien Quatennens », a expliqué lundi la députée européenne Manon Aubry. Mais « la sidération a rapidement laissé place à l'action », s'est-elle félicitée à propos de sa mise en retrait demandée par LFI. Malgré tout, plusieurs cadres Insoumis se sont succédé sur Twitter pour davantage regretter la perte d'un camarade talentueux que la gifle assenée par Adrien Quatennens. Des réactions qui ont suscité la colère de la députée Pascale Martin qui s'est insurgée dans un communiqué : « en tant que militante féministe, qui ai accompagné pendant des années des femmes victimes de violences conjugales, je ne peux pas rester silencieuse devant ces réactions », « insuffisantes et inacceptables ». Face aux réactions provoquées par ses écrits, Jean-Luc Mélenchon a affirmé dans un second temps que son « affection pour lui [Adrien Quatennens] ne veut pas dire que je suis indifférent à Céline (...). Je le dis : une gifle est inacceptable dans tous les cas » a-t-il complété sur le réseau social. Mais l'affaire Quatennens continue d'embarrasser les Insoumis d'autant plus qu'elle s'ajoute cette année à l'enquête pour agressions sexuelles à l'encontre du président LFI de la commission des Finances Éric Coquerel, et à l'annulation de l'investiture législative de Taha Bouhafs pour des soupçons de violences sexuelles. « Ça révèle une fragilité de LFI mais ce serait juste de considérer que ces fragilités existent dans tous les partis », a réagi le premier secrétaire du PS Olivier Faure, l'un des partenaires de LFI au sein de la Nupes. Mais d'autres élus de la Nupes, comme Sandrine Rousseau, vont plus loin et demandent le retrait d'Adrien Quatennens à l'Assemblée s'appuyant sur « la jurisprudence Abad et Darmanin ». La députée de Paris a également mis en cause lundi soir sur France 5 le numéro 1 d'EE-LV, Julien Bayou, visé en interne par un signalement pour des violences psychologiques sur son ex-compagne. La France insoumise tout comme Europe Écologie-Les Verts avaient alors jugé que ni le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, ni le ministre des Affaires sociales, Damien Abad, ne pouvaient rester à leur poste en étant visé par des accusations de viols : Gérald Darmanin a bénéficié d'un non-lieu par réquisitoire en juillet 2022 et la plaignante a fait depuis appel. Damien Abad, qui a quitté le gouvernement en juillet dernier, est accusé de viols par 4 femmes et visé par une enquête pour « tentative de viol ». Embarrassée depuis des mois par ces affaires, la majorité présidentielle connaît également une rentrée politique sous tension. Alors qu'Emmanuel Macron a indiqué souhaiter une réforme des retraites rapidement, les ténors de la coalition présidentielle s'écharpent depuis plusieurs jours sur l'opportunité et la possibilité de la mener à bien dans le temps imparti, et s'interrogent sur la stratégie et les ambitions d'Edouard Philippe qui continue à faire entendre sa propre partition. Quand du côté du Rassemblement national, après des législatives historiques et l'entrée à l'Assemblée de 89 élus, l'optimisme domine. La cheffe du parti d'extrême droite estime ainsi que « le mouvement » du « grand basculement politique qui s'impose au fil des ans, et peut-être maintenant au fil des mois », est « inexorable ». « Quand ça ne sera plus Emmanuel Macron, ce sera nous » a lancé Marine Le Pen qui fait sa rentrée sur les thèmes du pouvoir d'achat et de l'inflation. DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Laurent Gerra
L'INTÉGRALE - Mélenchon, Véran, Le Pen... La chronique du 15 septembre 2022

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Sep 15, 2022 8:24


Ce jeudi, Laurent Gerra a imité Jean-Luc Mélenchon, Olivier Véran, Marine Le Pen, Philippe Bouvard et Alain Finkielkraut. Ecoutez Laurent Gerra avec Laurent Gerra du 15 septembre 2022