Podcasts about Beno

  • 2,117PODCASTS
  • 6,507EPISODES
  • 38mAVG DURATION
  • 1DAILY NEW EPISODE
  • Dec 1, 2022LATEST

POPULARITY

20152016201720182019202020212022

Categories



Best podcasts about Beno

Show all podcasts related to beno

Latest podcast episodes about Beno

C dans l'air
GRÈVES, AFFAIRES, ÉLECRICITÉ… ÇA SE COMPLIQUE ! – 01/12/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Dec 1, 2022 61:52


EXPERTS YVES THRÉARD Éditorialiste, directeur adjoint de la rédaction - « Le Figaro » CÉCILE CORNUDET Éditorialiste politique - « Les Echos » FANNY GUINOCHET Éditorialiste - « France Info » et « La Tribune » Spécialiste des questions économiques et sociales JÉRÔME FOURQUET Directeur département Opinion - Institut de sondages IFOP Auteur de « La France sous nos yeux » Alors qu'Emmanuel Macron, en visite cette semaine aux Etats-Unis, s'en est pris au plan de lutte contre l'inflation passé par le président américain, jugé protectionniste, et a mis en garde contre le risque de « fragmenter l'Occident », en France la hausse de prix et la crise de l'énergie suscitent des inquiétudes mais aussi des tensions sociales. Depuis l'automne les revendications salariales se font entendre dans de nombreuses d'entreprises pour compenser l'inflation, et ce mois de décembre s'annonce agité sur le front social. Ainsi après une première mobilisation, les salariés de la RATP n'excluent plus une grève illimitée en décembre si leur nouveau patron, Jean Castex, ne répond pas à leurs attentes. A la SNCF, alors que s'ouvrent les négociations salariales annuelles, un premier mouvement des contrôleurs contraint la compagnie ferroviaire à annuler 60 % de ses TGV et Intercités de vendredi à dimanche, et d'autres grèves sont déjà prévues d'ici à la fin de l'année, y compris à Noël. Et cette colère s'exprime aussi dans le secteur de la santé où médecins généralistes et biologistes libéraux ont décidé de fermer cabinets et laboratoires ce jeudi et vendredi, les uns pour réclamer des hausses de tarifs, les autres pour éviter un « coup de rabot ». Dans ce climat social particulièrement tendu, et alors que le froid s'installe dans l'Hexagone, le gouvernement commence à préparer les entreprises et les habitants à des coupures de courant qui pourraient survenir dans le pays, compte tenu du manque de production nucléaire. Avec en ligne pour le moment, le mois de janvier qui - selon le gestionnaire du réseau de transport d'électricité RTE - présente un risque de tension « élevé », même en cas de « vague de froid modérée ». Mais l'exécutif est empêtré dans les affaires et dans la polémique sur le recours aux cabinets de conseil, notamment depuis l'ouverture de deux informations judiciaires visant les campagnes électorales de 2017 et 2022 du président. La première est ouverte des chefs de « tenue non conforme de comptes de campagne » et « minoration d'éléments comptables dans un contexte de campagne ». La justice soupçonne des salariés du cabinet de conseil McKinsey d'avoir travaillé bénévolement pour la campagne d'Emmanuel Macron en 2017. La seconde information judiciaire concerne des faits de « favoritisme ». À savoir la contrepartie du travail bénévole réalisé par les équipes de McKinsey. Depuis, le débat sur le recours dans les ministères à des cabinets de conseil est relancé. Si Bruno Le Maire a reconnu qu'il y a eu « des abus », Olivier Véran a assuré ne pas savoir « ce qu'est une dérive ou un abus ». De son côté le chef de l'Etat avait estimé vendredi dernier qu'il n'était pas au coeur de l'enquête du Parquet national financier et avait jugé « normal » que la justice fasse son travail. Par la suite, le président de la République s'en est allé aux États-Unis rendre visite à Joe Biden, mais l'actualité a continué de bruisser de ses démêlés avec le parquet national financier (PNF), ainsi que ceux de son secrétaire général à l'Élysée Alexis Kohler, mis en examen en septembre dernier pour « prise illégale d'intérêts » ou encore de la démission de sa ministre des Collectivités territoriales, Caroline Cayeux, après que la HATVP ait saisi la justice pour des soupçons d'« évaluation mensongère » de sa déclaration de patrimoine et de « fraude fiscale ». Du côté des Républicains qui s'apprêtent à élire un nouveau président, c'est l'affaire Gaël Perdriau qui secoue le parti. S'il n'est plus un membre de LR, il est toujours maire de Saint-Étienne. Eric Ciotti, Bruno Retailleau et Aurélien Pradié, les trois candidats à la tête de LR, ont appelé hier à sa démission après un dernier épisode révélé par Médiapart. DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Le sept neuf
Margaux Benn - Benoît Hamon - Marlène Schiappa - Gims

Le sept neuf

Play Episode Listen Later Nov 30, 2022 148:55


durée : 02:28:55 - Le 7/9.30 - par : Nicolas Demorand, Léa Salamé, Stephanie BOUTONNAT - Margaux Benn, grand reporter au Figaro, récompensée par le prix Albert-Londres, Benoît Hamon, directeur général de l'association Singa, Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale et solidaire et de la Vie associative, et Gims, chanteur, sont les invités de la matinale.

Le sept neuf
"Impasse" ou "hypocrisie", Benoît Hamon et Marlène Schiappa parlent de la politique migratoire en France

Le sept neuf

Play Episode Listen Later Nov 30, 2022 26:03


durée : 00:26:03 - L'invité de 8h20 : le grand entretien - par : Nicolas Demorand, Léa Salamé - Benoît Hamon, directeur général de l'association Singa, ancien ministre, et Marlène Schiappa, Secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale et solidaire et de la Vie associative, évoquent la question de l'immigration en France et de l'accueil des étrangers.

C dans l'air
COVID : LE RETOUR DES RESTRICTIONS ? – 30/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 30, 2022 63:11


EXPERTS PR ANNE-CLAUDE CRÉMIEUX Professeure en maladies infectieuses - Hôpital Saint-Louis Auteure de « Les citoyens ont le droit de savoir » DR PATRICK PELLOUX Médecin urgentiste au SAMU de Paris - Président de l'AMUF CHRISTOPHE BARBIER Éditorialiste politique Conseiller de la rédaction – « Franc-Tireur » SOPHIE AURENCHE Rédactrice en chef – « RTL » « L'épidémie de Covid-19 repart » a lancé hier la Première ministre devant l'Assemblée nationale. 44.061 cas positifs ont été détectés en moyenne sur une semaine, soit une augmentation de 39 % par rapport à la semaine précédente, selon les données de Santé publique France. Surtout ce rebond se traduit déjà par une hausse de près de 10 % des hospitalisations sur une semaine, de 22 % en soins critiques, et de 400 décès la semaine passée. « Cette nouvelle vague nous le rappelle : le virus n'a pas disparu, l'épidémie frappe encore, tue encore » et ajoute une « pression supplémentaire » dans les hôpitaux. « Vaccinez-vous : cela vous protège, cela protège votre hôpital » a déclaré la cheffe du gouvernement avant de lancer « un appel solennel » au respect des « gestes barrières » et au port du « masque dès que nous sommes avec des personnes fragiles ou dans des zones de promiscuité comme les transports en commun ». Après une brève accalmie, le Covid-19 est de retour, et à un mois de Noël, la situation inquiète d'autant qu'elle risque de mettre à l'épreuve un système de santé en situation très précaire et impacté par les épidémies de bronchiolite et de grippe déjà très actives dans l'Hexagone. L'épidémie de bronchiolite, qui frappe essentiellement les bébés, est en effet d'une ampleur sans précédent depuis une dizaine d'années. Plus de 3 000 enfants de moins de 2 ans ont été hospitalisés pour cette raison la semaine dernière. Le plan blanc a été activé mais dans plusieurs régions les services pédiatriques sont saturés. Ainsi la saturation des hôpitaux d'Ile-de-France a déjà entraîné le transfert de 42 jeunes patients, un record. Dans ce contexte, exécutif et soignants recommandent de « reprendre les habitudes de distanciation sociale » et aux personnes à risque de se faire vacciner. Selon le ministère de la Santé, seuls 21 % des 80 ans et plus et 37 % des 60-79 ans sont aujourd'hui « suffisamment protégés par le vaccin ou une précédente infection ». Les niveaux de vaccinations ne sont aujourd'hui « pas suffisants », a indiqué lors d'un point presse le ministère. Plusieurs groupes d'opposition réclament également la réintégration des soignants non vaccinés contre le Covid, un sujet qui a provoqué des débats houleux la semaine dernière à l'Assemblée lors de l'examen d'une proposition de loi de LFI allant dans ce sens. « J'assume de refuser de faire passer les manoeuvres politiques avant la science » et de « ne pas soutenir des mesures purement démagogiques », a affirmé hier la Première ministre, sans pour autant clore le débat. Le Rassemblement national vient de déposer à son tour une proposition de loi pour les réintégrer, qui pourrait être inscrite à l'ordre du jour de sa niche parlementaire en janvier. Mais la France n'est pas la seule à connaître de fortes tensions autour de la question des soignants non-vaccinés. En Allemagne, où la mesure était discutée depuis sa promulgation, le gouvernement a annoncé récemment qu'il ne souhaitait pas prolonger cette obligation en 2023. En Italie, le nouveau gouvernement dirigé par la leader d'extrême droite, Giorgia Meloni, vient de lever cette obligation vaccinale. Les soignants suspendus peuvent donc réintégrer leur poste. En Grèce, le Conseil d'État a demandé la semaine dernière au gouvernement d'annuler la suspension des personnels de santé non vaccinés, qui réintègreront bientôt leurs structures. En Chine où les confinements s'enchaînent depuis trois ans en l'absence de campagne de vaccination, la colère se fait entendre. Deux jours après des mobilisations contre les restrictions sanitaires et pour plus de libertés inédites depuis 1989, de nouveaux affrontements ont opposé manifestants et forces de l'ordre dans la nuit de mardi à mercredi, à Canton, dans le sud du pays. DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

C dans l'air
TRANSPORTS : LA GALÈRE... ET LE CHOC DES TARIFS – 29/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 29, 2022 63:03


EXPERTS DOMINIQUE SEUX Directeur délégué de la rédaction – « Les Echos » BRUNO JEUDY Éditorialiste politique NOÉMIE BERCOFF Spécialiste des questions de mobilité et de transports Société de conseils EGIS ERWAN BENEZET Journaliste au service Économie « Le Parisien – Aujourd'hui en France » « Il croit à fond au train ». Dans une vidéo, postée dimanche sur les réseaux sociaux et reprenant les codes des youtubeurs pour répondre aux questions d'internautes, Emmanuel Macron a dit vouloir doter le pays d'une « grande ambition nationale » : développer un réseau de RER « dans dix métropoles françaises » comme en région parisienne. « C'est un super objectif pour l'écologie, l'économie, la qualité de vie », a lancé le président de la République. Des réseaux de trains express régionaux sur le modèle francilien pour desservir un rayon de 5 à 20 km autour des grandes villes, comme Lille, Lyon, Marseille ou Bordeaux. Les élus disent « chiche », mais encore faut-il que l'Etat les finance. Les présidents de région qui gèrent les transports ont demandé à rencontrer la Première ministre qui sera chargée de « piloter ces grands travaux » pour parler du « nerf de la guerre », l'argent. D'autant qu'en ces temps d'inflation et de crise de l'énergie, les réseaux de transport coûtent déjà bien plus en fonctionnement et les élus ont du mal à boucler leur budget. En Île-de-France, les prix des billets pourraient même flamber à partir du 1er janvier. Dans des documents transmis durant le week-end aux administrateurs d'Île-de-France mobilités, la présidente LR de la région a opté pour le scenario d'un passe Navigo à 90 euros, au lieu de 75,20 euros. Le ticket à l'unité qui coûte aujourd'hui 1,90 euro pourrait passer lui à 2,30 euros. Pour éviter de faire peser sur les usagers l'ensemble des hausses et contenir le prix du passe autour de 80 euros, Valérie Pécresse veut augmenter de la contribution des entreprises qui remboursent la moitié du montant à leurs salariés. Mais la proposition a été rejetée par les sénateurs et l'exécutif. « Le blocage du gouvernement dessine la voie d'un passe Navigo à 90 euros », ce qui serait « socialement inacceptable », a-t-elle écrit. Le bras de fer se poursuit… Au-delà de la question financière, le développement de l'offre de transports est également impacté par un autre problème : la pénurie de chauffeurs. Bus, car, métros, trains… Il manque des milliers de conducteurs pour assurer un service convenable. Selon la Fédération nationale du transport de voyageurs (FNTV), pas moins de 8000 postes de conducteur d'autocar (chiffre à fin août) sont vacants. L'Union des transports publics et ferroviaires (UTP), estime de son côté que 3000 à 4000 postes de chauffeurs de métro, tramway et bus ne sont toujours pas pourvus. Pour faire face, les transporteurs proposent primes et formation accélérée mais le métier attire toujours peu. Or, avec la hausse des prix de l'immobilier dans de nombreuses villes, comme à Biarritz, les habitants sont obligés pour des raisons financières de s'éloigner. Ce qui induit des nouveaux problèmes de mobilité. DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Les Grosses Têtes
LE LIVRE DU JOUR - "Le Management selon Louis De Funes" de Benoît Aubert

Les Grosses Têtes

Play Episode Listen Later Nov 29, 2022 6:12


Découvrez le livre du jour des Grosses Têtes. Découvrez la page Facebook Officielle des "Grosses Têtes" : https://www.facebook.com/lesgrossestetesrtl/ Retrouvez vos "Grosses Têtes" sur Instagram : https://bit.ly/2hSBiAo Découvrez le compte Twitter Officiel des "Grosses Têtes" : https://bit.ly/2PXSkkz Toutes les vidéos des "Grosses Têtes" sont sur YouTube : https://bit.ly/2DdUyGg

On jase
Une 3e victoire de suite?

On jase

Play Episode Listen Later Nov 29, 2022 60:46


À On Jase, Martin Lemay, Yanick Lévesque, Guy Boucher et Benoît Brunet mettent la table pour le duel Canadiens vs Sharks mardi soir, au Centre Bell.

C dans l'air
CHINE : LA RÉVOLTE QUI INQUIÈTE XI JINPING – 28/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 28, 2022 64:33


EXPERTS VALÉRIE NIQUET Spécialiste de l'Asie - Fondation pour la Recherche Stratégique Auteure de « La Chine en 100 questions » PHILIPPE DESSERTINE Directeur de l'Institut de Haute Finance Auteur de « Le grand basculement » ANTHONY BELLANGER Éditorialiste, spécialiste des questions internationales « France Inter » AGNÈS GAUDU Cheffe du service Asie - « Courrier International » Shanghai, Pékin, Wuhan... Des centaines de Chinois, dont de nombreux étudiants, sont descendues dans les rues, ce dimanche, dans plusieurs villes du pays pour dénoncer la politique du zéro Covid imposée par le gouvernement chinois. Une contestation inédite depuis des décennies en Chine, après trois ans de confinements à répétition, avec des slogans hostiles au pouvoir et des appels à la démission de Xi Jinping lancés par les manifestants munis de feuilles blanches pour symboliser la censure. Du jamais vu depuis 1989, lors du mouvement démocratique de la place Tiananmen, écrasé par les chars et dans le sang le 4 juin. Depuis la Chine a connu des mouvements de protestation, mais aucun de cette ampleur. Alors quelles sont les raisons de la colère ? Il y a la reprise épidémique et la politique zéro Covid appliquée de façon drastique dans le pays. Doté d'un vaccin chinois inefficace face à Omicron, Xi Jinping refuse depuis des mois pour des questions idéologiques d'importer des vaccins occidentaux qui permettent aujourd'hui au reste du monde de « vivre avec le virus ». Dès lors sa population, très peu vaccinée, se voit contrainte à des confinements interminables qui deviennent insupportables et conduisent à des drames. Ainsi le suicide par défenestration d'une femme de 55 ans dans la ville confinée de Hohhot, en Mongolie intérieure, a provoqué un tollé car, de l'aveu même des autorités, les restrictions anti-Covid ont entravé l'intervention des secours. Mais c'est surtout l'incendie meurtrier d'un immeuble à Urumqi, la capitale du Xinjiang où un confinement est décrété depuis plus de 100 jours, qui a provoqué cette flambée de colère. Des messages sur les réseaux sociaux affirment que les mesures de confinement ont empêché les pompiers d'arriver plus vite et de sauver les habitants. Dix sont décédés. Partout dans la Chine, cette tragédie a soulevé un vent de révolte et une demande de liberté parmi la population, également impactée par la crise immobilière et le ralentissement de l'économie du pays. Face à ces manifestations historiques, que va faire Xi Jinping ? Si ce lundi à Urumqi et dans la province du Xinjiang, les mesures de restriction ont été un peu allégées, dans les autres villes concernées, les policiers ont remplacé les manifestants dans les rues. La censure semble également à l'oeuvre pour effacer toute trace de la vague de manifestations sur les réseaux sociaux. Le groupe de médias britannique BBC a par ailleurs indiqué dimanche qu'un de ses journalistes, qui couvrait à Shanghai les manifestations, a été arrêté. « Il a été battu et frappé par la police », alors qu'il travaillait en tant que journaliste accrédité dans le pays. Alors que se passe-t-il en Chine ? Jusqu'où peut aller ce mouvement de contestation ? Qu'est devenue « la révolution des parapluies» à Hongkong ? Enfin la contestation contre la guerre en Ukraine est-elle en train de prendre de l'ampleur en Russie avec la colère des mères de soldats ? Depuis plusieurs jours, dans des vidéos postées sur les réseaux sociaux, mères et femmes de Russes mobilisés demandent à ce que leurs proches combattent dans des conditions dignes. Plusieurs milliers d'entre elles ont également signé une pétition appelant au retrait des troupes de l'armée de Vladimir Poutine en Ukraine. DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

ESV: M'Cheyne Reading Plan
November 28: 1 Chronicles 24–25; 1 Peter 5; Micah 3; Luke 12

ESV: M'Cheyne Reading Plan

Play Episode Listen Later Nov 28, 2022 18:26


With family: 1 Chronicles 24–25; 1 Peter 5 1 Chronicles 24–25 (Listen) David Organizes the Priests 24 The divisions of the sons of Aaron were these. The sons of Aaron: Nadab, Abihu, Eleazar, and Ithamar. 2 But Nadab and Abihu died before their father and had no children, so Eleazar and Ithamar became the priests. 3 With the help of Zadok of the sons of Eleazar, and Ahimelech of the sons of Ithamar, David organized them according to the appointed duties in their service. 4 Since more chief men were found among the sons of Eleazar than among the sons of Ithamar, they organized them under sixteen heads of fathers' houses of the sons of Eleazar, and eight of the sons of Ithamar. 5 They divided them by lot, all alike, for there were sacred officers and officers of God among both the sons of Eleazar and the sons of Ithamar. 6 And the scribe Shemaiah, the son of Nethanel, a Levite, recorded them in the presence of the king and the princes and Zadok the priest and Ahimelech the son of Abiathar and the heads of the fathers' houses of the priests and of the Levites, one father's house being chosen for Eleazar and one chosen for Ithamar. 7 The first lot fell to Jehoiarib, the second to Jedaiah, 8 the third to Harim, the fourth to Seorim, 9 the fifth to Malchijah, the sixth to Mijamin, 10 the seventh to Hakkoz, the eighth to Abijah, 11 the ninth to Jeshua, the tenth to Shecaniah, 12 the eleventh to Eliashib, the twelfth to Jakim, 13 the thirteenth to Huppah, the fourteenth to Jeshebeab, 14 the fifteenth to Bilgah, the sixteenth to Immer, 15 the seventeenth to Hezir, the eighteenth to Happizzez, 16 the nineteenth to Pethahiah, the twentieth to Jehezkel, 17 the twenty-first to Jachin, the twenty-second to Gamul, 18 the twenty-third to Delaiah, the twenty-fourth to Maaziah. 19 These had as their appointed duty in their service to come into the house of the LORD according to the procedure established for them by Aaron their father, as the LORD God of Israel had commanded him. 20 And of the rest of the sons of Levi: of the sons of Amram, Shubael; of the sons of Shubael, Jehdeiah. 21 Of Rehabiah: of the sons of Rehabiah, Isshiah the chief. 22 Of the Izharites, Shelomoth; of the sons of Shelomoth, Jahath. 23 The sons of Hebron:1 Jeriah the chief,2 Amariah the second, Jahaziel the third, Jekameam the fourth. 24 The sons of Uzziel, Micah; of the sons of Micah, Shamir. 25 The brother of Micah, Isshiah; of the sons of Isshiah, Zechariah. 26 The sons of Merari: Mahli and Mushi. The sons of Jaaziah: Beno.3 27 The sons of Merari: of Jaaziah, Beno, Shoham, Zaccur, and Ibri. 28 Of Mahli: Eleazar, who had no sons. 29 Of Kish, the sons of Kish: Jerahmeel. 30 The sons of Mushi: Mahli, Eder, and Jerimoth. These were the sons of the Levites according to their fathers' houses. 31 These also, the head of each father's house and his younger brother alike, cast lots, just as their brothers the sons of Aaron, in the presence of King David, Zadok, Ahimelech, and the heads of fathers' houses of the priests and of the Levites. David Organizes the Musicians 25 David and the chiefs of the service also set apart for the service the sons of Asaph, and of Heman, and of Jeduthun, who prophesied with lyres, with harps, and with cymbals. The list of those who did the work and of their duties was: 2 Of the sons of Asaph: Zaccur, Joseph, Nethaniah, and Asharelah, sons of Asaph, under the direction of Asaph, who prophesied under the direction of the king. 3 Of Jeduthun, the sons of Jeduthun: Gedaliah, Zeri, Jeshaiah, Shimei,4 Hashabiah, and Mattithiah, six, under the direction of their father Jeduthun, who prophesied with the lyre in thanksgiving and praise to the LORD. 4 Of Heman, the sons of Heman: Bukkiah, Mattaniah, Uzziel, Shebuel and Jerimoth, Hananiah, Hanani, Eliathah, Giddalti, and Romamti-ezer, Joshbekashah, Mallothi, Hothir, Mahazioth. 5 All these were the sons of Heman the king's seer, according to the promise of God to exalt him, for God had given Heman fourteen sons and three daughters. 6 They were all under the direction of their father in the music in the house of the LORD with cymbals, harps, and lyres for the service of the house of God. Asaph, Jeduthun, and Heman were under the order of the king. 7 The number of them along with their brothers, who were trained in singing to the LORD, all who were skillful, was 288. 8 And they cast lots for their duties, small and great, teacher and pupil alike. 9 The first lot fell for Asaph to Joseph; the second to Gedaliah, to him and his brothers and his sons, twelve; 10 the third to Zaccur, his sons and his brothers, twelve; 11 the fourth to Izri, his sons and his brothers, twelve; 12 the fifth to Nethaniah, his sons and his brothers, twelve; 13 the sixth to Bukkiah, his sons and his brothers, twelve; 14 the seventh to Jesharelah, his sons and his brothers, twelve; 15 the eighth to Jeshaiah, his sons and his brothers, twelve; 16 the ninth to Mattaniah, his sons and his brothers, twelve; 17 the tenth to Shimei, his sons and his brothers, twelve; 18 the eleventh to Azarel, his sons and his brothers, twelve; 19 the twelfth to Hashabiah, his sons and his brothers, twelve; 20 to the thirteenth, Shubael, his sons and his brothers, twelve; 21 to the fourteenth, Mattithiah, his sons and his brothers, twelve; 22 to the fifteenth, to Jeremoth, his sons and his brothers, twelve; 23 to the sixteenth, to Hananiah, his sons and his brothers, twelve; 24 to the seventeenth, to Joshbekashah, his sons and his brothers, twelve; 25 to the eighteenth, to Hanani, his sons and his brothers, twelve; 26 to the nineteenth, to Mallothi, his sons and his brothers, twelve; 27 to the twentieth, to Eliathah, his sons and his brothers, twelve; 28 to the twenty-first, to Hothir, his sons and his brothers, twelve; 29 to the twenty-second, to Giddalti, his sons and his brothers, twelve; 30 to the twenty-third, to Mahazioth, his sons and his brothers, twelve; 31 to the twenty-fourth, to Romamti-ezer, his sons and his brothers, twelve. Footnotes [1] 24:23 Compare 23:19; Hebrew lacks Hebron [2] 24:23 Compare 23:19; Hebrew lacks the chief [3] 24:26 Or his son; also verse 27 [4] 25:3 One Hebrew manuscript, Septuagint; most Hebrew manuscripts lack Shimei (ESV) 1 Peter 5 (Listen) Shepherd the Flock of God 5 So I exhort the elders among you, as a fellow elder and a witness of the sufferings of Christ, as well as a partaker in the glory that is going to be revealed: 2 shepherd the flock of God that is among you, exercising oversight,1 not under compulsion, but willingly, as God would have you;2 not for shameful gain, but eagerly; 3 not domineering over those in your charge, but being examples to the flock. 4 And when the chief Shepherd appears, you will receive the unfading crown of glory. 5 Likewise, you who are younger, be subject to the elders. Clothe yourselves, all of you, with humility toward one another, for “God opposes the proud but gives grace to the humble.” 6 Humble yourselves, therefore, under the mighty hand of God so that at the proper time he may exalt you, 7 casting all your anxieties on him, because he cares for you. 8 Be sober-minded; be watchful. Your adversary the devil prowls around like a roaring lion, seeking someone to devour. 9 Resist him, firm in your faith, knowing that the same kinds of suffering are being experienced by your brotherhood throughout the world. 10 And after you have suffered a little while, the God of all grace, who has called you to his eternal glory in Christ, will himself restore, confirm, strengthen, and establish you. 11 To him be the dominion forever and ever. Amen. Final Greetings 12 By Silvanus, a faithful brother as I regard him, I have written briefly to you, exhorting and declaring that this is the true grace of God. Stand firm in it. 13 She who is at Babylon, who is likewise chosen, sends you greetings, and so does Mark, my son. 14 Greet one another with the kiss of love. Peace to all of you who are in Christ. Footnotes [1] 5:2 Some manuscripts omit exercising oversight [2] 5:2 Some manuscripts omit as God would have you (ESV) In private: Micah 3; Luke 12 Micah 3 (Listen) Rulers and Prophets Denounced 3   And I said:  Hear, you heads of Jacob    and rulers of the house of Israel!  Is it not for you to know justice?—2     you who hate the good and love the evil,  who tear the skin from off my people1    and their flesh from off their bones,3   who eat the flesh of my people,    and flay their skin from off them,  and break their bones in pieces    and chop them up like meat in a pot,    like flesh in a cauldron. 4   Then they will cry to the LORD,    but he will not answer them;  he will hide his face from them at that time,    because they have made their deeds evil. 5   Thus says the LORD concerning the prophets    who lead my people astray,  who cry “Peace”    when they have something to eat,  but declare war against him    who puts nothing into their mouths.6   Therefore it shall be night to you, without vision,    and darkness to you, without divination.  The sun shall go down on the prophets,    and the day shall be black over them;7   the seers shall be disgraced,    and the diviners put to shame;  they shall all cover their lips,    for there is no answer from God.8   But as for me, I am filled with power,    with the Spirit of the LORD,    and with justice and might,  to declare to Jacob his transgression    and to Israel his sin. 9   Hear this, you heads of the house of Jacob    and rulers of the house of Israel,  who detest justice    and make crooked all that is straight,10   who build Zion with blood    and Jerusalem with iniquity.11   Its heads give judgment for a bribe;    its priests teach for a price;    its prophets practice divination for money;  yet they lean on the LORD and say,    “Is not the LORD in the midst of us?    No disaster shall come upon us.”12   Therefore because of you    Zion shall be plowed as a field;  Jerusalem shall become a heap of ruins,    and the mountain of the house a wooded height. Footnotes [1] 3:2 Hebrew from off them (ESV) Luke 12 (Listen) Beware of the Leaven of the Pharisees 12 In the meantime, when so many thousands of the people had gathered together that they were trampling one another, he began to say to his disciples first, “Beware of the leaven of the Pharisees, which is hypocrisy. 2 Nothing is covered up that will not be revealed, or hidden that will not be known. 3 Therefore whatever you have said in the dark shall be heard in the light, and what you have whispered in private rooms shall be proclaimed on the housetops. Have No Fear 4 “I tell you, my friends, do not fear those who kill the body, and after that have nothing more that they can do. 5 But I will warn you whom to fear: fear him who, after he has killed, has authority to cast into hell.1 Yes, I tell you, fear him! 6 Are not five sparrows sold for two pennies?2 And not one of them is forgotten before God. 7 Why, even the hairs of your head are all numbered. Fear not; you are of more value than many sparrows. Acknowledge Christ Before Men 8 “And I tell you, everyone who acknowledges me before men, the Son of Man also will acknowledge before the angels of God, 9 but the one who denies me before men will be denied before the angels of God. 10 And everyone who speaks a word against the Son of Man will be forgiven, but the one who blasphemes against the Holy Spirit will not be forgiven. 11 And when they bring you before the synagogues and the rulers and the authorities, do not be anxious about how you should defend yourself or what you should say, 12 for the Holy Spirit will teach you in that very hour what you ought to say.” The Parable of the Rich Fool 13 Someone in the crowd said to him, “Teacher, tell my brother to divide the inheritance with me.” 14 But he said to him, “Man, who made me a judge or arbitrator over you?” 15 And he said to them, “Take care, and be on your guard against all covetousness, for one's life does not consist in the abundance of his possessions.” 16 And he told them a parable, saying, “The land of a rich man produced plentifully, 17 and he thought to himself, ‘What shall I do, for I have nowhere to store my crops?' 18 And he said, ‘I will do this: I will tear down my barns and build larger ones, and there I will store all my grain and my goods. 19 And I will say to my soul, “Soul, you have ample goods laid up for many years; relax, eat, drink, be merry.”' 20 But God said to him, ‘Fool! This night your soul is required of you, and the things you have prepared, whose will they be?' 21 So is the one who lays up treasure for himself and is not rich toward God.” Do Not Be Anxious 22 And he said to his disciples, “Therefore I tell you, do not be anxious about your life, what you will eat, nor about your body, what you will put on. 23 For life is more than food, and the body more than clothing. 24 Consider the ravens: they neither sow nor reap, they have neither storehouse nor barn, and yet God feeds them. Of how much more value are you than the birds! 25 And which of you by being anxious can add a single hour to his span of life?3 26 If then you are not able to do as small a thing as that, why are you anxious about the rest? 27 Consider the lilies, how they grow: they neither toil nor spin,4 yet I tell you, even Solomon in all his glory was not arrayed like one of these. 28 But if God so clothes the grass, which is alive in the field today, and tomorrow is thrown into the oven, how much more will he clothe you, O you of little faith! 29 And do not seek what you are to eat and what you are to drink, nor be worried. 30 For all the nations of the world seek after these things, and your Father knows that you need them. 31 Instead, seek his5 kingdom, and these things will be added to you. 32 “Fear not, little flock, for it is your Father's good pleasure to give you the kingdom. 33 Sell your possessions, and give to the needy. Provide yourselves with moneybags that do not grow old, with a treasure in the heavens that does not fail, where no thief approaches and no moth destroys. 34 For where your treasure is, there will your heart be also. You Must Be Ready 35 “Stay dressed for action6 and keep your lamps burning, 36 and be like men who are waiting for their master to come home from the wedding feast, so that they may open the door to him at once when he comes and knocks. 37 Blessed are those servants7 whom the master finds awake when he comes. Truly, I say to you, he will dress himself for service and have them recline at table, and he will come and serve them. 38 If he comes in the second watch, or in the third, and finds them awake, blessed are those servants! 39 But know this, that if the master of the house had known at what hour the thief was coming, he8 would not have left his house to be broken into. 40 You also must be ready, for the Son of Man is coming at an hour you do not expect.” 41 Peter said, “Lord, are you telling this parable for us or for all?” 42 And the Lord said, “Who then is the faithful and wise manager, whom his master will set over his household, to give them their portion of food at the proper time? 43 Blessed is that servant9 whom his master will find so doing when he comes. 44 Truly, I say to you, he will set him over all his possessions. 45 But if that servant says to himself, ‘My master is delayed in coming,' and begins to beat the male and female servants, and to eat and drink and get drunk, 46 the master of that servant will come on a day when he does not expect him and at an hour he does not know, and will cut him in pieces and put him with the unfaithful. 47 And that servant who knew his master's will but did not get ready or act according to his will, will receive a severe beating. 48 But the one who did not know, and did what deserved a beating, will receive a light beating. Everyone to whom much was given, of him much will be required, and from him to whom they entrusted much, they will demand the more. Not Peace, but Division 49 “I came to cast fire on the earth, and would that it were already kindled! 50 I have a baptism to be baptized with, and how great is my distress until it is accomplished! 51 Do you think that I have come to give peace on earth? No, I tell you, but rather division. 52 For from now on in one house there will be five divided, three against two and two against three. 53 They will be divided, father against son and son against father, mother against daughter and daughter against mother, mother-in-law against her daughter-in-law and daughter-in-law against mother-in-law.” Interpreting the Time 54 He also said to the crowds, “When you see a cloud rising in the west, you say at once, ‘A shower is coming.' And so it happens. 55 And when you see the south wind blowing, you say, ‘There will be scorching heat,' and it happens. 56 You hypocrites! You know how to interpret the appearance of earth and sky, but why do you not know how to interpret the present time? Settle with Your Accuser 57 “And why do you not judge for yourselves what is right? 58 As you go with your accuser before the magistrate, make an effort to settle with him on the way, lest he drag you to the judge, and the judge hand you over to the officer, and the officer put you in prison. 59 I tell you, you will never get out until you have paid the very last penny.”10 Footnotes [1] 12:5 Greek Gehenna [2] 12:6 Greek two assaria; an assarion was a Roman copper coin worth about 1/16 of a denarius (which was a day's wage for a laborer) [3] 12:25 Or a single cubit to his stature; a cubit was about 18 inches or 45 centimeters [4] 12:27 Some manuscripts Consider the lilies; they neither spin nor weave [5] 12:31 Some manuscripts God's [6] 12:35 Greek Let your loins stay girded; compare Exodus 12:11 [7] 12:37 Or bondservants [8] 12:39 Some manuscripts add would have stayed awake and [9] 12:43 Or bondservant; also verses 45, 46, 47 [10] 12:59 Greek lepton, a Jewish bronze or copper coin worth about 1/128 of a denarius (which was a day's wage for a laborer) (ESV)

C dans l'air
UKRAINE : L'ACHARNEMENT DE POUTINE – 26/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 26, 2022 65:41


EXPERTS VICE-AMIRAL MICHEL OLHAGARAY Ancien commandant de l'école navale DAPHNÉ BENOIT Correspondante Défense - « AFP » Ancienne correspondante au Pentagone JEAN-MARC FOUR Editorialiste international - « France-inter » ELSA VIDAL Rédactrice en chef de la rédaction en langue russe - « RFI » Jour après jour le bilan humain s'alourdit en Ukraine alors que Vladimir Poutine continue de frapper le pays avec ses missiles. Hier, quinze civils ont été tués et trente-cinq blessés dans un bombardement russe sur Kherson, dans le sud de l'Ukraine, a annoncé une responsable de la ville, d'où les troupes de Moscou se sont retirées récemment. Objectif pour le Kremlin : continuer à affaiblir l'Ukraine en ciblant les infrastructures stratégiques et énergétiques. La Russie veut détruire la résistance ukrainienne en poussant le peuple à souffrir du froid et de la faim, alors que l'hiver s'installe et que la ligne de front se fige. Si Vladimir Poutine cherche avec tant d'insistance à frapper les villes et les civils, c'est qu'après les importants reculs de l'automne, au nord-est comme au sud, l'armée russe n'arrive plus à progresser. Le chef du Kremlin semble plus seul que jamais. Accueilli, ce mercredi 23 novembre, dans la capitale arménienne, à l'occasion d'un sommet de l'Organisation du traité de sécurité collective, le président russe entendait démentir son relatif isolement sur la scène internationale et resserrer les liens avec ses alliés et voisins. Mais sa courte visite aura surtout rappelé la faiblesse de la Russie jusque dans son « étranger proche », formule russe qui évoque dire les anciens pays satellites de Moscou. En conséquence des intenses bombardement que subit l'Ukraine, plus de 6 millions de foyers en Ukraine étaient hier affectés par des coupures d'électricité. À Kiev, comme dans tout le pays, la résilience de la population est forte. Les Ukrainiens sont très solidaires les uns des autres et sont animés par la croyance sans faille que le pays va gagner cette guerre. Ils tiennent le coup malgré les grandes difficultés lié au manque d'électricité, d'eau mais aussi de chauffage. Leur force de caractère dans cette adversité sera primordiale face à la rudesse de l'hiver dans le pays. Alors qu'ils poursuivent leurs livraisons à l'Ukraine, les États-Unis et les Européens pressent leurs industries d'armement d'augmenter le rythme de leur production. La guerre en Ukraine met en effet les stocks d'armes occidentaux sous pression. A mesure que le conflit dure et s'intensifie, les arsenaux des pays qui soutiennent Kiev militairement se vident, au point d'avoir atteint un niveau critique, y compris aux Etats-Unis. Le Pentagone multiplie les commandes de matériel, mais reconstituer les réserves ne sera pas aisé. Neuf mois après le lancement de l'offensive russe, l'inquiétude grandit sur la capacité des alliés de Kiev à maintenir le rythme de leurs livraisons d'armes, essentielles pour permettre à l'armée ukrainienne de résister aux troupes de Moscou. Mais les soutiens de l'Ukraine doivent aussi impérativement garder des réserves pour eux-mêmes, dans le cas où ils seraient directement impliqués dans un conflit. Poutine est-il plus isolé que jamais ? La résilience du peuple ukrainien lui permettra-t-elle de tenir face à l'hiver et aux bombardements russes ? Combien de temps les Occidentaux peuvent-ils tenir la cadence de leurs livraisons d'armement à l'Ukraine ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

C dans l'air
BLACK FRIDAY : LA FOIRE AUX ARNAQUES ? – 25/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 25, 2022 63:42


EXPERTS FLAVIEN NEUVY Économiste - Directeur de l'Observatoire Cetelem PASCALE HÉBEL Directrice associée chez C-Ways Spécialiste des questions de consommation MAUD DESCAMPS Journaliste en charge de l'économie - « Télématin » FRÉDÉRIC LENOIR Philosophe Auteur de « Le désir, une philosophie » Ça y est, le « Black Friday » est de retour ce vendredi 25 novembre. Importée des États-Unis, cette courte période de « super promotions » est devenue en quelques années un rendez-vous incontournable des consommateurs français à la recherche de bonnes affaires quelques semaines avant Noël. Prix cassés dans les boutiques (physiques ou en ligne), remises croissantes sur le deuxième et troisième article achetés, rabais « exceptionnels »… Les offres semblent alléchantes, en particulier en cette période où chacun s'efforce de soulager son porte-monnaie déjà fortement impacté par l'inflation, mais elles ne le sont pas toujours. L'association de défense des consommateurs UFC- Que Choisir alerte maintenant depuis plusieurs années sur « les nombreuses arnaques et fausses promos du Black Friday ». Elle dénonce notamment le fait que certaines enseignes annoncent des réductions de prix très importantes sans justifier du tarif initial de l'article. Durant cette période, l'association met également en garde les consommateurs sur le nombre d'annonces frauduleuses qui pullulent sur le web, en revêtant les atours du Black Friday pour mieux piéger les internautes. Il faut donc redoubler de vigilance car les escrocs développent des méthodes toujours plus sophistiquées pour soutirer de l'argent à leurs victimes. Ces derniers mois de nombreux clients ont ainsi subi une escroquerie appelée « le spoofing » téléphonique. Le principe est simple : la plupart du temps les escrocs se font passer par un conseiller bancaire afin de vous faire croire que vous êtes victimes de fraude. L'arnaque devient indétectable car sur votre téléphone apparaît le vrai numéro de votre banque, alors qu' il s'agit bien d'une manipulation illégale. Pour éviter de vous faire avoir, il est conseillé de ne jamais divulguer au téléphone ou par mail ses données bancaires et de ne pas cliquer sur des liens dans des mails suspects. Toutefois, en s'y prenant bien, il est possible de faire des affaires. Une aubaine à un mois à Noël, en particulier en cette période de forte inflation qui impacte durement le pouvoir d'achat des Français. Avec des factures qui gonflent et des produits alimentaires qui flambent, le budget des ménages est de plus en plus serré et certains changent leurs habitudes de consommation. Des clients qui n'y avaient jamais mis les pieds testent notamment des enseignes de hard discount alimentaire comme Aldi, Lidl, Leader Price ou Primaprix. D'autres s'apprêtent à rogner sur les cadeaux de Noël ou se tournent vers le marché du jouet d'occasion. Alors comment faire des affaires et éviter les arnaques pendant le Black Friday ? Qu'est-ce que le « spoofing » téléphonique, cette arnaque à la carte bancaire ? Et face à l'inflation, quelles sont les nouvelles habitudes de consommation des Français ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Au cœur de l'histoire
Simone Veil, pour la justice (partie 4)

Au cœur de l'histoire

Play Episode Listen Later Nov 24, 2022 12:35


En 1974, la magistrate Simone Veil est devenue ministre de la Santé, et porte un projet de société fondamental : la légalisation du droit à l'avortement. Le 29 novembre 1974, les députés de l'Assemblée Nationale votent à la majorité en faveur de son projet de loi, mais Simone Veil est consciente que ce n'est qu'une première étape. En parallèle, la ministre de la Santé œuvre pour le bien des enfants avec le "plan pouponnière" ou encore pour améliorer le quotidien à l'hôpital. L'humain restera au centre de ses réflexions pour son prochain défi : le Parlement Européen. Dans ce quatrième épisode de la série spéciale "Simone Veil", l'historienne Virginie Girod achève son récit autour de la vie de Simone Veil.Cette série a été réalisée avec le concours du Service Patrimoine sonore et Documentation d'Europe 1 : Sylvaine Denis, Benoît Muckensturm, Laetitia Casanova. "Au cœur de l'histoire" est un podcast Europe 1 Studio. Ecriture et présentation : Virginie Girod - Production : Adèle Humbert - Direction artistique : Adèle Humbert et Julien Tharaud - Réalisation : Clément Ibrahim - Musique originale : Julien Tharaud - Musiques additionnelles : Julien Tharaud et Sébastien Guidis - Communication : Kelly Decroix - Diffusion et rédaction : Eloise Bertil - Visuel : Sidonie Mangin   Bibliographie : "Simone Veil : destin courage", documentaire de Jean-Marc Gosse (Morgane Production et Histoire, 2003). "Simone Veil, la cause des femmes et des enfants", livre de Dominique Missika (Editions du Seuil, 2022).    Archives : Extrait discours de Simone Veil à l'Assemblée nationale, le 26 novembre 1974, pour défendre son projet de loi sur l'IVG. Entretien avec Simone Veil par Ivan Levaï, dans l'émission “Expliquez-vous” sur Europe 1, en octobre 1978. Entretien avec Simone Veil par Jean-Pierre Elkabbach, dans l'émission “Découvertes” sur Europe 1, en janvier 1983. Interview de Simone Veil par Jean-Pierre Elkabbach, dans l'émission “Pile ou face”, en juillet 1992. Simone Veil interrogée par Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1, en octobre 2007, à l'occasion de la sortie de son autobiographie, Une vie, en octobre 2007. Extrait montage sur la nuit des barricades, 10 et 11 mai 1968. Journalistes : Jacques paoli et Fernand Choisel. Interview de Simone Veil par Brigitte Renaldi, “La France doit s'affirmer face à l'Europe”, 28 août 1992. Simone Veil, “Entre sa déportation dans les camps de concentration et son combat pour l'IVG, que s'est-il passé dans la vie de Simone Veil ?” Journaliste : Isabelle Morizet, 23 avril 2006. 

C dans l'air
LE CHAOS MADE IN CHINA – 24/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 24, 2022 63:22


EXPERTS FRANÇOIS CLEMENCEAU Rédacteur en chef international - « Le Journal du Dimanche » PIERRE HASKI Chroniqueur international « France Inter » et « L'Obs » ALICE EKMAN Analyste responsable de l'Asie Institut des études de sécurité de l'Union européenne SYLVIE MATELLY Économiste - Directrice adjointe de l'IRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiques Le Covid-19 repart en Chine. Le ministère de la Santé a annoncé jeudi un nouveau record du nombre de personnes testées positives en 24 heures, à 31 444 cas locaux - dont 27 517 asymptomatiques. Des chiffres qui peuvent sembler peu élevés au regard des 1,4 milliards d'habitants que compte le pays mais qui suffisent pour que Pékin donne un tour de vis supplémentaire à sa politique zéro Covid, qui n'a jamais cessé d'être appliquée. Le gouvernement vient ainsi de décider de refermer une partie du pays, et notamment sa capitale. Sept mois après les Shanghaïens, c'est en effet au tour des 22 millions de Pékinois de vivre en quasi-confinement dans une ville où sont fermés les « magasins non essentiels », restaurants, salles de sports et sites touristiques. Les cours dans les écoles sont également arrêtés, les étudiants de province sont appelés à rentrer chez eux et les employeurs à mettre 95 % de leurs salariés en télétravail. Des dépistages quotidiens sont également demandés et les personnes testées positives emmenées – de gré ou de force – dans des centres de quarantaine. Tout cela crée un sentiment d'exaspération qui croit de jour en jour. A Canton et Chongqing où les habitants sont soumis à des confinements encore plus sévères, des mini-émeutes ont éclaté ces derniers jours. A Zhengzhou, dans la plus grande usine de fabrication d'iPhone au monde, des centaines de travailleurs ont manifesté leur colère contre leurs conditions de vie, alors que le site a été confiné le mois dernier après l'apparition d'un foyer de Covid-19. Foxconn, qui possède cette usine où travaillent 200 000 employés, a confirmé des « violences ». Des confinements à répétition qui entraînent aussi des conséquences lourdes pour la deuxième économie de la planète. Vu d'occident, l'usine du monde n'est plus considérée comme un fournisseur fiable alors que les délais de livraison s'allongent. Résultat : les investissements étrangers ont fondu. Et si ces derniers semaines ces mauvais chiffres avaient nourri les rumeurs d'un assouplissement de la politique sanitaire, ces espoirs viennent d'être douchés. Xi Jinping s'en tient de manière « indéfectible » à sa stratégie zéro Covid et pas seulement. Les dernières semaines ont vu le président chinois durcir ses positions à l'égard de Taïwan, à l'occasion du congrès du Parti communiste chinois puis du G20 qui s'est déroulé à Bali. De quoi inquiéter sur l'île où l'on affirme ne pas vouloir la guerre mais s'y préparer. Le ministre des Affaires étrangères taïwanais craint désormais que Xi Jinping envahisse l'île pour faire oublier ses déboires internes. Alors que se passe-t-il en Chine ? Pourquoi le pays s'obstine-t-il avec la politique zéro Covid ? Comment l'île de Taïwan se prépare-t-elle à la guerre ? Enfin pourquoi la Chine installe-t-elle des postes de police clandestins en Europe ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

C dans l'air
INFLATION : LA NOUVELLE VIE DES FRANÇAIS – 23/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 23, 2022 62:51


EXPERTS PHILIPPE DESSERTINE Directeur de l'Institut de Haute Finance Auteur de « Le grand basculement » EMMANUEL DUTEIL Directeur de la rédaction - « L'Usine Nouvelle » SOAZIG QUÉMÉNER Rédactrice en chef du service politique - « Marianne » SANDRA HOIBIAN Directrice générale du CRÉDOC Des conserves de légumes en hausse de 17 %, un café 10 % plus cher, une augmentation semblable pour les féculents, et une explosion du prix des croquettes pour animaux à + 41 %. L'inflation qui a atteint 6,2 % sur un an au mois d'octobre, ne va pas ralentir ces prochains mois selon Michel-Edouard Leclerc, président des Centres E. Leclerc. Pour 2023 « toutes les augmentations sont au-dessus de deux chiffres (…) Si on laisse passer ça, c'est un tsunami ». « On doit se mettre en mode combat pour éviter de taper les Français avec un mur d'inflation. Il n'est pas possible d'accepter des hausses d'anticipation » des industriels a déclaré le patron des magasins E. Leclerc, reconnaissant l'inquiétude et les incertitudes auxquelles ils doivent faire face en matière de dépenses énergétiques. Le pire est-il à venir pour le porte-monnaie des Français ? Le même jour, le ministre de l'Économie s'est montré rassurant sur l'évolution des prix en 2023. « Nous n'aurons pas d'inflation à deux chiffres sur l'ensemble des produits français » l'an prochain, a estimé Bruno Le Maire. « Toute notre politique vise à ce qu'en 2023, l'inflation reflue. Ça reste notre hypothèse centrale de travail », a-t-il ajouté, soulignant que « l'inflation à deux chiffres existe déjà pour les produits alimentaires ». D'après un rapport de l'Inspection générale des finances (IGF) dévoilé le 6 novembre dernier, « certains produits alimentaires ont connu des hausses de prix particulièrement élevées avec par exemple + 60 % pour les huiles, + 22 % pour la farine, + 20 % pour les pâtes et + 16 % pour la volaille » sur un an. L'inflation reste à un niveau « très élevé » et « c'est extraordinairement difficile pour tous nos compatriotes », a reconnu le patron de Bercy. Il a cependant vanté les mérites des dispositifs gouvernementaux visant à limiter cette hausse, en particulier sur l'électricité et le gaz. Une énergie néanmoins toujours plus chère et qui est devenue la grande préoccupation des élus réunis au Salon des maires de France. Le sujet devrait d'ailleurs s'inviter dans les discussions avec le chef de l'Etat qui a prévu une déambulation parmi les stands ce mercredi après-midi. Quand du côté des associations d'aide alimentaire, on tire également la sonnette d'alarme. Ainsi alors que la 38e campagne des Restos du Coeur s'est ouverte mardi, son patron Patrice Douret dit faire face à une « situation jamais connue » avec « une augmentation de 12 % des personnes inscrites et accueillies depuis avril dernier ». Avec la hausse des prix, le nombre de bénéficiaires a gonflé. Parmi eux, on trouve souvent des étudiants, travailleurs pauvres, des familles avec des jeunes enfants. L'aide alimentaire concernerait désormais entre 3,2 et 3,5 millions de personnes. Face à cette situation inquiétante, le gouvernement a annoncé début novembre la création d'un « fonds pour une aide alimentaire durable » de 60 millions d'euros en 2023. Ce mardi, il a dit débloquer une enveloppe de 10 millions d'euros pour l'aide alimentaire aux étudiants. Parallèlement les initiatives se multiplient au niveau local pour venir en aide aux plus démunis. Des villes proposent désormais une mutuelle communale à leurs habitants pour leur permettre un meilleur accès aux soins. Alors les prix vont-ils bondir en 2023 ? Comment lutter contre la montée de la pauvreté ? Quelle est la situation ailleurs en Europe ? Pourquoi l'inflation annuelle dépasse-t-elle les 20 % dans certains pays de l'Est comme en Hongrie (21,1%) ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Sur le fil
Pro et anti corridas : un débat impossible ?

Sur le fil

Play Episode Listen Later Nov 23, 2022 5:19


En France, le Code pénal punit la maltraitance animale, sauf pour les taureaux, là « où une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. » La France est l'un des huit pays du monde où des corridas sont encore organisées avec l'Espagne, le Portugal, la Colombie, le Mexique, l'Equateur, le Pérou et le Venezuela, parfois avec des restrictions.  Une centaine de corridas sont organisées chaque année en France, "ce qui représente moins de 1.000 toros" tués par an, selon André Viard, président de l'Observatoire national des cultures taurines (ONCT).  Un nombre selon lui constant depuis plus de 15 ans qui s'accompagne selon lui de la vente de quelque 435.000 entrées dans les arènes en 2022.  Le sujet fait de nouveau débat, car le député de la France Insoumise Aymeric Caron, défend un texte de loi demandant l'interdiction totale de la corrida, qui sera examiné jeudi. Tradition culturelle à préserver pour les uns, spectacle immoral à interdire pour les autres… cette nouvelle initiative a entraîné de nombreuses manifestations et le dépôt de 500 amendements. Avec sur le terrain Camille Cassou, Benoît Ducrocq, Sofiane Ouanes et Benoît Petit. Réalisation: Camille Kauffmann Sur le Fil est le podcast quotidien de l'AFP. Vous avez des commentaires ? Ecrivez-nous à podcast@afp.com ou sur notre compte Instagram. Vous pouvez aussi nous envoyer une note vocale par Whatsapp au + 33 6 79 77 38 45.   Si vous aimez, abonnez-vous, parlez de nous autour de vous et laissez-nous plein d'étoiles sur votre plateforme de podcasts préférée pour mieux faire connaître notre programme !    

Au cœur de l'histoire
Simone Veil, pour la justice (partie 3)

Au cœur de l'histoire

Play Episode Listen Later Nov 23, 2022 15:07


Simone Veil, la survivante des camps de la mort à la Libération, a entamé sa carrière de magistrate en œuvrant pour le droit des prisonniers, de l'adoption et du travail des femmes. Tout le monde s'arrache son expertise dans les cercles du pouvoir. En 1973, une nouvelle voie professionnelle s'ouvre à elle : la politique. Une carrière à laquelle elle n'avait jamais songé, mais qui, à l'heure où le gouvernement aspire à un renouveau en matière de féminisme, marque un tournant dans sa vie… Comment, en tant que ministre de la Santé, va-t-elle lutter pour les droits des femmes et de l'IVG ? Dans ce troisième épisode de la série spéciale "Simone Veil" du podcast "Au Cœur de l'Histoire", Virginie Girod met en lumière les combats politiques de Simone Veil au sein du gouvernement de Valéry Giscard d'Estaing.Cette série a été réalisée avec le concours du Service Patrimoine sonore et Documentation d'Europe 1 : Sylvaine Denis, Benoît Muckensturm, Laetitia Casanova. "Au cœur de l'histoire" est un podcast Europe 1 Studio. Ecriture et présentation : Virginie Girod - Production : Adèle Humbert - Direction artistique : Adèle Humbert et Julien Tharaud - Réalisation : Clément Ibrahim - Musique originale : Julien Tharaud - Musiques additionnelles : Julien Tharaud et Sébastien Guidis - Communication : Kelly Decroix - Diffusion et rédaction : Eloise Bertil - Visuel : Sidonie Mangin   Bibliographie : "Simone Veil : destin courage", documentaire de Jean-Marc Gosse (Morgane Production et Histoire, 2003). "Simone Veil, la cause des femmes et des enfants", livre de Dominique Missika (Editions du Seuil, 2022).     Archives : Extrait discours de Simone Veil à l'Assemblée nationale, le 26 novembre 1974, pour défendre son projet de loi sur l'IVG.  Entretien avec Simone Veil par Ivan Levaï, dans l'émission “Expliquez-vous” sur Europe 1, en octobre 1978. Entretien avec Simone Veil par Jean-Pierre Elkabbach, dans l'émission “Découvertes” sur Europe 1, en janvier 1983.  Interview de Simone Veil par Jean-Pierre Elkabbach, dans l'émission “Pile ou face”, en juillet 1992.  Simone Veil interrogée par Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1, en octobre 2007, à l'occasion de la sortie de son autobiographie, Une vie, en octobre 2007.  Extrait montage sur la nuit des barricades, 10 et 11 mai 1968. Journalistes : Jacques paoli et Fernand Choisel.  Interview de Simone Veil par Brigitte Renaldi, “La France doit s'affirmer face à l'Europe”, 28 août 1992. Simone Veil, “Entre sa déportation dans les camps de co

Au cœur de l'histoire
Simone Veil, pour la justice (partie 2)

Au cœur de l'histoire

Play Episode Listen Later Nov 22, 2022 17:00


Simone Veil, qui s'appelle alors Simone Jacob de son nom de jeune fille, a été arrêtée par la Gestapo le lendemain des épreuves du bac. Avec sa sœur Madeleine, elle survit une année dans les camps de la mort avant d'être sauvée. De retour à Paris, elle commence ses études de droit, et rencontre grâce à des amis Antoine Veil, qu'elle épouse moins d'un an plus tard. Quels sont les combats majeurs qu'elle portera en tant que magistrate ? Dans ce deuxième épisode de la série spéciale "Simone Veil", l'historienne Virginie Girod poursuit son récit sur l'histoire d'une femme d'Etat française et véritable icône féministe.Cette série a été réalisée avec le concours du Service Patrimoine sonore et Documentation d'Europe 1 : Sylvaine Denis, Benoît Muckensturm, Laetitia Casanova. "Au cœur de l'histoire" est un podcast Europe 1 Studio. Ecriture et présentation : Virginie Girod - Production : Adèle Humbert - Direction artistique : Adèle Humbert et Julien Tharaud - Réalisation : Clément Ibrahim - Musique originale : Julien Tharaud - Musiques additionnelles : Julien Tharaud et Sébastien Guidis - Communication : Kelly Decroix - Diffusion et rédaction : Eloise Bertil - Visuel : Sidonie Mangin   Bibliographie : "Simone Veil : destin courage", documentaire de Jean-Marc Gosse (Morgane Production et Histoire, 2003). "Simone Veil, la cause des femmes et des enfants", livre de Dominique Missika (Editions du Seuil, 2022).    Archives : Extrait discours de Simone Veil à l'Assemblée nationale, le 26 novembre 1974, pour défendre son projet de loi sur l'IVG. Entretien avec Simone Veil par Ivan Levaï, dans l'émission “Expliquez-vous” sur Europe 1, en octobre 1978. Entretien avec Simone Veil par Jean-Pierre Elkabbach, dans l'émission “Découvertes” sur Europe 1, en janvier 1983. Interview de Simone Veil par Jean-Pierre Elkabbach, dans l'émission “Pile ou face”, en juillet 1992. Simone Veil interrogée par Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1, en octobre 2007, à l'occasion de la sortie de son autobiographie, Une vie, en octobre 2007. Extrait montage sur la nuit des barricades, 10 et 11 mai 1968. Journalistes : Jacques paoli et Fernand Choisel. Interview de Simone Veil par Brigitte Renaldi, “La France doit s'affirmer face à l'Europe”, 28 août 1992. Simone Veil, “Entre sa déportation dans les camps de concentration et son combat pour l'IVG, que s'est-il passé dans la vie de Simone Veil ?” Journaliste : Isabelle Morizet, 23 avril 2006. 

C dans l'air
AGENT DU FISC TUÉ : LA FRANCE FACE À L'ULTRAVIOLENCE ? – 22/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 22, 2022 62:23


EXPERTS ALAIN BAUER Professeur de criminologie – CNAM LAURENT VALDIGUIÉ Journaliste - « Marianne » NATHALIE SAINT-CRICQ Éditorialiste politique - « France Télévisions » JÉRÔME FOURQUET Directeur département Opinion - Institut de sondages IFOP « La République pleure l'un des siens », a déclaré ce mardi le ministre des Comptes publics, se disant « révolté » par le meurtre la veille d'un agent lors d'un contrôle fiscal. « Il est révoltant qu'un serviteur de l'État, de la République, des Français puisse être (...) tué parce qu'il fait son travail », a déclaré Gabriel Attal, après s'être entretenu avec les collègues de la victime à Arras, annonçant qu'un hommage lui sera rendu mercredi dans l'ensemble des services fiscaux. Le fonctionnaire de 43 ans a été tué lundi après avoir été séquestré avec une collègue dans le cadre d'un contrôle fiscal chez un brocanteur de Bullecourt dans le Pas-de-Calais, qui s'est ensuite donné la mort. « Cet homme faisait simplement son travail (...) Aujourd'hui, il n'est pas revenu. Il a été tué dans le cadre de ce contrôle fiscal (…) Sa collègue, qui l'accompagnait et qui a été agressée, est heureusement en vie mais elle reste profondément choquée », avait affirmé hier soir le ministre lors d'une séance au Sénat. Le meurtre de cet agent de l'Etat survient au moment où une enquête de l'observatoire de la démocratie de proximité AMF-Cevipof/Sciences po menée auprès des maires évoque leurs inquiétudes face à la montée des tensions avec leurs administrés et entre les citoyens eux-mêmes. « Ce drame innommable » selon les mots du ministre, s'est produit également dans un pays déjà profondément choqué par l'enlèvement et le meurtre ces derniers jours d'une adolescente de 14 ans à Tonneins dans Lot-et-Garonne. Faits divers dramatiques, agressions d'élus, incivilités, injures, menaces… Le pays semble à cran en ces temps de crise. Des violences verbales ou physiques qui ont touché l'année dernière particulièrement les femmes selon le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI). Ce service vient de publier un panorama inédit des violences en France métropolitaine, mesurées à partir de l'enquête Genese qu'il a conduite en 2021. Coups, bousculades, étranglements, viols… « Les femmes cumulent une plus grande diversité de situations violentes, rapportent plus fréquemment les types de violences potentiellement les plus graves et subissent des faits sur des durées et à des fréquences plus élevées que les hommes », pointe l'enquête. Parallèlement, élus et citoyens s'inquiètent de voir les trafics de stupéfiants, du cannabis aux produits de synthèse, s'étendre dans des villes moyennes jusque-là épargnées mais aussi dans des petites communes et des zones rurales. Malgré la multiplication des opérations de police, la lutte contre des réseaux bien organisés reste difficile. Alors assiste-t-on à une montée de la violence dans la société ? Qui en sont les principales victimes ? Comment lutter contre le trafic de drogues ? Et que se passe-t-il à Mayotte ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

C dans l'air
IRAN : LA RÉVOLTE S'ÉTEND, LES MOLLAHS S'INQUIÈTENT – 21/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 21, 2022 62:40


EXPERTS FRÉDÉRIC ENCEL Docteur en géopolitique Auteur de « Les voies de la puissance » MARIAM PIRZADEH Rédactrice en chef, ancienne correspondante à Téhéran « France 24 » AZADEH KIAN Professeure de sociologie – Spécialiste de l'Iran Auteure de « Femmes et pouvoir en Islam » AGNÈS LEVALLOIS Vice-présidente de l'IREMMO Institut de Recherche et d'Études Méditerranée Moyen-Orient Plus de deux mois après la mort de Mahsa Amani, le mouvement iranien ne cesse de prendre de l'ampleur, malgré la répression féroce du régime et les balles. Un vent de contestation qui loin de s'éteindre commence à provoquer des dissensions au sein du régime alors que les quelques vidéos tournées par des Iraniens qui nous parviennent ces derniers jours sont stupéfiantes. Ainsi samedi une foule immense a participé aux funérailles d'un enfant de neuf ans, Kian Pirfalak, dont la mort indigne le peuple iranien. Le régime a tenté d'accréditer l'idée qu'il avait été tué par des « terroristes armés » et que l'attaque avait été revendiquée par l'organisation Etat islamique – ce que le groupe djihadiste n'a jamais fait. Mais cette version est réfutée par la mère de la victime. Cette dernière a expliqué que Kian revenait de l'école en voiture avec son père, qui tentait de se frayer un chemin à travers une manifestation, quand des membres des forces de sécurité en civil circulant à moto ont tiré. L'enfant est décédé, son père est grièvement blessé. Cette tragédie est devenue l'un des nouveaux symboles de la répression contre le soulèvement en cours en Iran. Une mobilisation notamment dirigée par les femmes, qui refusent l'obligation du port du voile, qu'elles brandissent en l'air ou qu'elles brûlent, mais aussi par les hommes, tous contestant à l'unisson le régime oppressif de la République islamique des mollahs. En octobre dernier, le journal d'information de la chaîne de télévision d'Etat iranienne avait été piraté et des images du guide suprême iranien l'ayatollah Ali Khamenei, entouré de flammes, la tête dans un viseur, avaient été diffusées. Lors des funérailles du petit Kian, on a pu entendre la foule scander : « Mort à Khamenei ». Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux ont également montré ces derniers jours l'ancienne maison de l'ayatollah Ruhollah Khomeini, fondateur de la République islamique d'Iran, en train de brûler, des rues envahies par les contestataires à Khomein, la ville où il est né. Mais trente-trois ans après sa mort, le régime qu'il a mis en place continue de réprimer celles et ceux qui le contestent. Au moins 326 personnes ont été tuées, dont une cinquantaine d'enfants, selon les défenseurs des droits de l'homme, plus de 14.000 autres ont été arrêtées… Mais ces chiffres seraient bien en deçà de la réalité alors que le régime fait tout pour contenir la révolte, sans pour le moment y parvenir. Dans ce contexte, la famille de Cécile Kohler, enseignante française et syndicaliste, détenue en Iran depuis mai dernier, est sortie de son silence pour faire part de son inquiétude. Depuis son arrestation, elle n'a aucun contact avec elle et aucun représentant consulaire français n'a pu la voir. « Est-on sûr qu'elle est en vie alors qu'on ne sait même pas où elle est retenue ? Leur intérêt n'est pas de la tuer et elle est sûrement mieux traitée que les détenus iraniens sur le plan matériel, mais ce traitement est inhumain », a déclaré son père, Pascal Kohler, au quotidien régional DNA. Ses proches ont décidé de s'exprimer publiquement après la diffusion, début octobre, par Téhéran, d'une vidéo présentée comme des « aveux », selon laquelle Cécile Kohler travaillait pour les services secrets français. Paris avait dénoncé une « mise en scène indigne » et évoqué pour la première fois des « otages d'État ». Le Quai d'Orsay avait aussi appelé les Français de passage en Iran à « quitter le pays dans les plus brefs délais compte tenu des risques de détention arbitraire auxquels ils s'exposent ». Plus récemment, Emmanuel Macron a pris la parole lors du sommet du G20 en Indonésie, et a dénoncé les « prises d'otages inadmissibles » de Français par l'Iran. Sept Français sont actuellement détenus en Iran. Parmi eux figurent la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, arrêtée en juin 2019 puis condamnée à cinq ans de prison pour atteinte à la sécurité nationale. Benjamin Brière y est aussi détenu, arrêté en mai 2020 et condamné à huit ans et huit mois d'emprisonnement pour espionnage, ainsi que Cécile Kohler et Jacques Paris, arrêtés en mai dernier. Alors quelle est la situation en Iran ? Quel avenir pour le mouvement de contestation et le régime ? Que sait-on de la situation des Français détenus dans le pays ? Enfin, selon le Washington Post, une nouvelle étape aurait été franchie dans le rapprochement militaire entre Téhéran et Moscou. La Russie va-t-elle bientôt fabriquer elle-même des drones iraniens ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Manu dans le 6/9 : Le best-of
Le Jeu des 3 As du lundi 21 novembre avec Khatia et Benoît

Manu dans le 6/9 : Le best-of

Play Episode Listen Later Nov 21, 2022 3:59


Tous les matins à 9h30, on joue au Jeu des 3 As !

Au cœur de l'histoire
Simone Veil, pour la justice (partie 1)

Au cœur de l'histoire

Play Episode Listen Later Nov 21, 2022 14:37


Ecoutez l'histoire de Simone Veil, rescapée des camps de concentration devenue ensuite l'une des plus grandes figures politiques françaises. Tout au long de sa vie, Simone Veil s'est battue pour créer un monde plus juste. Devenue magistrate, à son retour d'Auschwitz, elle a défendu le sort des détenus, mais aussi les droits des femmes ou encore des enfants. Elle a également œuvré pour éviter le retour de la guerre en Europe. Dans ce premier épisode de la série spéciale "Simone Veil", l'historienne Virginie Girod raconte le destin extraordinaire de la cinquième femme à être entrée au Panthéon, à commencer par son adolescence, son arrestation et la terrible épreuve des camps de la mort.Cette série a été réalisée avec le concours du Service Patrimoine sonore et Documentation d'Europe 1 : Sylvaine Denis, Benoît Muckensturm, Laetitia Casanova. "Au cœur de l'histoire" est un podcast Europe 1 Studio. Ecriture et présentation : Virginie Girod - Production : Adèle Humbert - Direction artistique : Adèle Humbert et Julien Tharaud - Réalisation : Clément Ibrahim - Musique originale : Julien Tharaud - Musiques additionnelles : Julien Tharaud et Sébastien Guidis - Communication : Kelly Decroix - Diffusion et rédaction : Eloise Bertil - Visuel : Sidonie Mangin   Bibliographie : "Simone Veil : destin courage", documentaire de Jean-Marc Gosse (Morgane Production et Histoire, 2003). "Simone Veil, la cause des femmes et des enfants", livre de Dominique Missika (Editions du Seuil, 2022).     Archives : Extrait discours de Simone Veil à l'Assemblée nationale, le 26 novembre 1974, pour défendre son projet de loi sur l'IVG. Entretien avec Simone Veil par Ivan Levaï, dans l'émission “Expliquez-vous” sur Europe 1, en octobre 1978. Entretien avec Simone Veil par Jean-Pierre Elkabbach, dans l'émission “Découvertes” sur Europe 1, en janvier 1983. Interview de Simone Veil par Jean-Pierre Elkabbach, dans l'émission “Pile ou face”, en juillet 1992. Simone Veil interrogée par Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1, en octobre 2007, à l'occasion de la sortie de son autobiographie, Une vie, en octobre 2007. Extrait montage sur la nuit des barricades, 10 et 11 mai 1968. Journalistes : Jacques paoli et Fernand Choisel. Interview de Simone Veil par Brigitte Renaldi, “La France doit s'affirmer face à l'Europe”, 28 août 1992. Simone Veil, “Entre sa déportation dans les camps de concentration et son combat pour l'IVG, que s'est-il passé dans la vie de Simone Veil ?” Journaliste : Isabelle Morizet, 23 avril 2006. 

Signes des temps
Après l'incident militaire en Pologne : la guerre d'Ukraine à l'aune des théories de René Girard

Signes des temps

Play Episode Listen Later Nov 20, 2022 43:02


durée : 00:43:02 - Signes des temps - par : Marc Weitzmann - L'incident militaire de cette semaine avec la chute d'un missile en Pologne a fait craindre un affrontement mondial. Le livre d'entretiens "Achever Clausewitz" de Benoît Chantre et René Girard, qui reparaît, prédit une fatale "montée des extrêmes". - invités : Benoît Chantre Editeur, écrivain.; Nicolas Tenzer Politologue; Benoît Vitkine Journaliste

C dans l'air
ŒUFS, RIZ, VOLAILLES… LES NOUVELLES PENURIES !- 19/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 19, 2022 65:39


EXPERTS FREDERIC DENHEZ Journaliste, spécialiste des questions environnementales MARION GUILLOU Ancienne présidente de l'Inrae (Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement) PASCALE HÉBEL Directrice associée chez C-Ways, spécialiste des questions de consommation OLIVIA DETROYAT Journaliste spécialiste des questions économiques et agricoles au Figaro L'hiver sera rude dans les champs. Entre le réchauffement climatique et la crise énergétique, les difficultés s'accumulent pour l'agriculture. Ce secteur crucial de l'économie française voit ses coûts multiplier par trois ou quatre et ses exploitants alertent sur le risque d'effondrement des filières alimentaires. Réunis lors d'un point presse fin octobre dans le Loiret, des agriculteurs affiliés à la FNSEA ont exprimé leurs inquiétudes sur l'explosion des coûts de l'énergie. La fédération syndicale agricole affirme que l'État "doit apporter des réponses concrètes" pour ne pas mettre en péril la souveraineté alimentaire, en étendant par exemple le bouclier tarifaire à l'ensemble du secteur agricole. Pendant ce temps, au niveau mondial, c'est le risque d'une pénurie de céréales qui affole avec, pour conséquence, une flambée des prix. Le risque de famine dans les états les plus pauvres est réel, notamment en Afrique. Dans ce contexte, Moscou a accepté in extremis de reconduire l'accord signé cet été sur l'exportation de céréales ukrainiennes via la mer Noire. Un soulagement, pour l'ONU, qui rappelle que la facture des dépenses mondiales d'importations alimentaires a déjà flambé cette année en raison de la guerre. Le Kremlin entretenait le suspense sur la reconduction de cet accord, négocié sous l'égide de la Turquie. Les céréales peuvent donc aussi servir d'armes lors d'une guerre. La Russie l'a rappelé en sortant brièvement de cet accord, décision prise après une attaque de drones sur ces navires selon le discours officiel. Une manière surtout pour Poutine de faire pression sur ce marché, un véritable « chantage au blé » après le chantage au gaz... Enfin, l'autre pénurie qui menace la souveraineté alimentaire est celle de l'eau. L'agriculture étant la première activité consommatrice de l' « or bleu »,avec 45 % du total, devant les centrales électriques ou l'industrie. Les agriculteurs essaient donc de faire face aux manques et de s'adapter. Le premier levier d'adaptation se situe au niveau des variétés de plantes et de céréales car certaines sont plus résistantes au stress hydrique. Le sorgho par exemple est une céréale de plus en plus cultivée, y compris dans le nord du pays. Alors, comment l'Etat peut-il aider l'agriculture face à la crise énergétique ? Vladimir Poutine va-t-il accentuer son chantage sur les céréales ? L'adaptation des agriculteurs face aux manques d'eau sera-t-elle suffisamment rapide et efficace ? LES EXPERTS : - Frédéric DENHEZ - Journaliste, spécialiste des questions environnementales - Marion GUILLOU - Ancienne présidente de l'Inrae (Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement) - Pascale HÉBEL - Directrice associée chez C-Ways, spécialiste des questions de consommation - Olivia DETROYAT - Journaliste spécialiste des questions économiques et agricoles au Figaro DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

C dans l'air
UKRAINE, CORÉE DU NORD : PÉKIN SOMMÉ D'AGIR ! – 18/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 18, 2022 62:47


EXPERTS PIERRE HASKI Chroniqueur international – « France Inter » et « L'Obs » VALÉRIE NIQUET Spécialiste de l'Asie à la Fondation pour la recherche stratégique Auteure de « Taïwan face à la Chine » SYLVIE MATELLY Économiste - Directrice adjointe de l'IRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiques PHILIPPE DESSERTINE Directeur de l'Institut de Haute Finance Auteur de « Le grand basculement » Après deux ans et demi d'isolement, le leader chinois Xi Jinping a orchestré cette semaine son grand retour sur la scène diplomatique mondiale, enchaînant, au G20 à Bali puis à l'Apec à Bangkok, les entretiens avec les dirigeants des autres puissances. Ainsi jeudi à Bangkok, il a rencontré, pour la première fois en trois ans, le Premier ministre japonais et promis de travailler au réchauffement de la relation entre les deux pays, instable depuis des décennies. Plus tôt dans la semaine, dans le cadre du G20 de Bali, en Indonésie, il avait échangé pendant plus de trois heures avec le président américain, une première depuis l'entrée de Joe Biden à la Maison Blanche où il a notamment été question de la Corée du Nord. Puis, avec Emmanuel Macron qui a tenté de le convaincre d'intervenir auprès de Vladimir Poutine concernant la guerre en Ukraine. Au centre des regards, le président chinois a joué le dialogue avec les Occidentaux, tentant de restaurer la crédibilité de son régime, érodée par des politiques très agressives, et de rassurer les investisseurs. Car si Xi Jinping peut se targuer d'avoir réussi le pari de faire en dix ans de la Chine la deuxième économie mondiale, dotée d'une des armées les plus puissantes au monde, malgré une concentration presque totale des pouvoirs, il doit faire face à une économie en fort ralentissement, notamment en raison de sa politique « zéro Covid ». De plus en plus contestée dans son pays, cette stratégie a fait fuir les investissements étrangers. Et l'annonce des chiffres de la croissance du troisième trimestre, à 3,9 % – légèrement supérieure aux attentes des économistes –, n'a pas suffi à inverser la tendance. Car la Chine demeure aux prises d'une crise immobilière, secteur crucial pour le pays, ainsi qu'à des contrôles et confinements stricts qui ont largement freiné la propagation du Covid mais également paralysé l'activité des entreprises et les dépenses de consommateurs. A l'offensive diplomatiquement, le président chinois n'a toutefois pas fait de véritables concessions. Il a en outre confirmé que Taïwan est une question centrale pour l'Empire du Milieu. Ainsi lors de son entretient avec son homologue américain, Xi Jinping a déclaré lundi que le monde est suffisamment grand pour que leurs deux pays puissent prospérer et se concurrencer, tout en mettant en garde Washington contre le franchissement de la « ligne rouge » sur Taïwan. De son côté, Joe Biden a indiqué ne pas croire que la Chine envisage une invasion « imminente » de Taïwan. Mais dans l'île l'inquiétude gagne. Ils sont ainsi de plus en plus nombreux à redouter que l'agression russe donne des idées à Pékin et certains ont décidé de s'inspirer de la résistance ukrainienne. Le président américain s'est également dit « confiant » que la Chine « ne cherche pas une escalade » de la part de son allié la Corée du Nord, dont les tirs de missiles font craindre un essai nucléaire. Joe Biden a par ailleurs expliqué avoir demandé à son homologue chinois de signifier « clairement » à Pyongyang de ne pas mener d'essai nucléaire, faute de quoi Washington devrait prendre des mesures « défensives ». DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

C dans l'air
MÉDIAS ET POLITIQUE : L'ÈRE DU CLASH PERMANENT – 17/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 17, 2022 60:52


EXPERTS DOMINIQUE REYNIÉ Directeur général de Fondapol Fondation pour l'innovation politique SOAZIG QUÉMÉNER Rédactrice en chef du service politique - « Marianne » NATHALIE MAURET Journaliste politique - Groupe de presse régionale « Ebra » CARL MEEUS Rédacteur en chef - « Le Figaro Magazine » Après les insultes proférées par l'animateur Cyril Hanouna contre le député de La France Insoumise Louis Boyard sur la chaîne C8 jeudi dernier, l'Arcom, le régulateur de l'audiovisuel, a estimé hier que « les faits sont susceptibles de justifier l'engagement d'une procédure de sanctions ». Il a donc saisit le rapporteur indépendant, membre du Conseil d'État, à qui il appartiendra désormais d'engager des poursuites et d'instruire le dossier. La semaine dernière, sur le plateau de l'émission «Touche pas à mon poste», Cyril Hanouna a violemment pris à partie le député de la Nupes. Venu pour aborder le sort des 234 migrants recueillis par le navire humanitaire Ocean-Viking, le député du Val-de-Marne a reçu un flot d'injures - « tocard », « espèce d'abruti », « bouffon » , « c'est une merde » - après avoir accusé les « cinq personnes les plus riches » du pays d'« appauvrir l'Afrique », et tenté d'expliquer les agissements de Vincent Bolloré, propriétaire du groupe Canal+ et de sa chaîne C8, sur le continent africain. Le lendemain, la présidente des députés LFI a annoncé qu'elle déposait plainte auprès de l'Arcom. Louis Boyard, de son côté, a appelé « solennellement » la présidente de l'Assemblée nationale à ouvrir une commission parlementaire sur « les ingérences de Vincent Bolloré sur les médias qu'il possède », pointant une « tentative d'intimidation ». Dimanche, la présidente de l'Assemblée nationale a estimé la séquence « dégradante pour le débat public et les personnes sur le plateau ». Elle a appelé, à nouveau, à « collectivement s'élever contre cette dérive du débat public et du débat dans les médias ». Au début du mois déjà dans l'hémicycle, Yaël Braun-Pivet avait appelé à la « dignité » des débats « au refus de toute haine et de toute violence, fussent-elles verbales » après avoir annoncé le vote par les députés de la sanction disciplinaire la plus lourde contre l'élu RN Grégoire de Fournas. A savoir la « censure avec exclusion temporaire » de 15 jours, pour avoir lancé « qu'il retourne en Afrique ! » au député LFI Carlos Martens Bilongo, qui est noir, lors de l'intervention de ce dernier sur le sort des migrants bloqués sur l'Ocean-Viking en Méditerranée. « Le libre débat démocratique ne saurait tout permettre, certainement pas l'invective, l'insulte, certainement pas le racisme, quel qu'en soit cible », avait déclaré, l'air grave, Yaël Braun-Pivet depuis le perchoir, avant que ne reprennent les débats. Une violence en politique qui est très marquée outre-Atlantique depuis l'ère Trump et qui a atteint dernièrement des sommets. Aux Etats-Unis où les élections de mi-mandat viennent de se dérouler, la campagne a en effet été rythmée par des agressions verbales mais aussi physiques sans précédent. Fenêtre brisée, homme hurlant avec une arme à la ceinture, menaces de mort quotidiennes, agression au marteau du mari de Nancy Pelosi, la patronne démocrate de la Chambre des représentants… Jamais le climat politique n'avait été aussi agressif et violent, pour autant les électeurs semblent avoir voulu temporiser, en préférant aux candidats trumpistes, des élus démocrates et républicains plutôt centristes. DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

C dans l'air
MISSILE EN POLOGNE : L'OTAN EN ALERTE – 16/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 16, 2022 62:14


EXPERTS GÉNÉRAL JEAN-PAUL PALOMEROS Ancien chef d'état-major / Ancien commandant suprême de la transformation de l'OTAN ANTHONY BELLANGER Éditorialiste, spécialiste des questions internationales « France Inter » ELENA VOLOCHINE Grand reporter– « France 24 » Ancienne correspondante en Russie PIERRE HAROCHE Maître de conférences en sécurité internationale Université Queen Mary de Londres C'est l'évènement que tout le monde redoutait depuis le début de la guerre en Ukraine. Un missile « de fabrication russe » s'est abattu hier sur un pays de l'Otan. L'explosion qui s'est déroulée à 15h40 a causé le mort de deux personnes dans le village polonais de Przewodow, situé à six kilomètres de la frontière ukrainienne au moment où le pays recevait une salve de frappes russes. Que s'est-il passé ? Qui a tiré sur la Pologne ? Lors d'une conférence de presse, le président polonais Andrzej Duda a considéré, ce mercredi, comme « hautement probable » que le missile a été utilisé par la défense ukrainienne. « Rien n'indique qu'il s'agissait d'une attaque intentionnelle contre la Pologne », a-t-il affirmé à la presse. « C'est probablement un accident malheureux, hélas ». Un point de vue partagé par le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, qui à l'issue d'une réunion d'urgence, a déclaré qu'il n'y avait « pas d'indication d'une attaque délibérée ». « Notre analyse préliminaire suggère que l'incident a été probablement causé par un missile de système ukrainien de défense anti-aérienne tiré pour défendre le territoire ukrainien contre les missiles de croisière russes », a-t-il précisé. Ce tir intervient alors que les dirigeants des grandes économies mondiales du G20 sont réunis à Bali pour un sommet déjà largement dominé par l'invasion russe de l'Ukraine. Il pourrait en théorie marquer une escalade majeure du conflit, une attaque contre un membre de l'Otan étant considéré comme visant l'ensemble des pays de l'Alliance. Mais la prudence est pour l'instant de mise du côté des Occidentaux, à l'exception de Volodymyr Zelensky qui a directement accusé les Russes qui démentent. Le ministère Russe de la Défense a affirmé qu'aucune des frappes russes lancées hier ne visaient de cibles dans ce secteur. Depuis quelques jours, la Russie a repris sa campagne intensive de bombardements des installations énergétiques. L'Ukraine a ainsi passé la journée d'hier sous les bombes. 100 missiles été tirés par les Russes dont beaucoup sont tombés sur des centrales électriques. Le but étant de plonger la population dans l'obscurité et le froid. Ce matin Kiev a affirmé avoir réussi à rétablir l'électricité pour 8 millions d'Ukrainiens. De son côté, l'alliance transatlantique a réaffirmé son soutien « indéfectible » à l'Ukraine, et condamné à nouveau « les attaques de missiles barbares que la Russie a perpétrées mardi contre des villes et des infrastructures civiles ukrainiennes ». Berlin a proposé de soutenir Varsovie avec des patrouilles aériennes après la chute meurtrière d'un missile en Pologne. Parallèlement les exercices militaires se poursuivent dans les pays frontaliers, mais aussi en France. L'armée française se prépare à un exercice d'ampleur inédite au premier semestre 2023, qui mobilisera jusqu'à 12.000 militaires sur le territoire dans un scénario de conflit majeur contre un État. Y seront notamment déployés les nouveaux blindés Griffon de l'armée de Terre, des chars Leclerc, mais également des systèmes de défense sol-air, des avions de combat ainsi que le porte-avion Charles de Gaulle et deux porte-hélicoptères amphibies. DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Manu dans le 6/9 : Le best-of
Le Jeu des 3 As du mercredi 16 novembre avec Adeline et Benoît !

Manu dans le 6/9 : Le best-of

Play Episode Listen Later Nov 16, 2022 4:52


Tous les matins à 9h30, on joue au Jeu des 3 As !

C dans l'air
QATAR : LE MONDIAL ET LE MALAISE – 15/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 15, 2022 61:47


EXPERTS PASCAL BONIFACE Directeur de l'IRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiques Philippe DESSERTINE Directeur de l'Institut de Haute Finance Alfred DE MONTESQUIOU Journaliste, réalisateur Auteur du documentaire « Qatar : au pays des mille et une ruses » Agnès LEVALLOIS Spécialiste du Moyen-Orient Maître de recherche à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS) A quelques jours de l'ouverture de la Coupe du monde de football, le 20 novembre prochain, dans le stade d'Al-Khor, au Qatar, un sentiment de malaise gagne de nombreux pays européens, notamment la France. Dans les médias et sur les réseaux sociaux, les appels au boycott n'ont jamais été aussi nombreux et le débat enfle sur l'opportunité ou non de regarder la compétition. En cause : les conditions de travail infligées aux ouvriers ayant bâti les infrastructures du tournoi. Entre les rémunérations dérisoires et les conditions de survie – sous-alimentation, manque de soins, cadence de travail démesurée – le bilan est terrible. Une enquête menée par le journal britannique The Guardian fait état de près de 6 500 travailleurs étrangers décédés, un nombre sans précédent qui établit son organisation comme la plus meurtrière de l'histoire. A cela s'ajoutent la facture carbone de la compétition avec huit stades climatisés, dont sept sont à ciel ouvert, des avions qui feront office de navettes pour amener les supporters, une consommation d'eau démentielle pour entretenir les pelouses au milieu du désert, mais aussi le traitement des femmes et des personnes LGBT + et les soupçons d'achat de voix, en 2010, lors du vote de la Fédération internationale de football (FIFA). A quelques jours du coup d'envoi, l'heure n'est pas à la fête. La plupart des villes du pays ont renoncé à toute retransmission à grande échelle et de nombreux fans de football s'interrogent sur l'attitude à adopter : faut-il boycotter pour « faire passer un message » ou se rendre au Qatar pour « voir par soi-même » ? Ce week-end, plusieurs groupes de supporters, ont tranché, affichant dans les stades, en France et en Allemagne, leur position contre le Qatar, banderoles à l'appui. Quand du côté des équipes, là aussi, la Coupe du monde n'a pas fini de générer crispations et débat. Ainsi, les joueurs du Danemark avaient annoncé porter un maillot d'entraînement floqué de l'inscription Humain rights for all (droits humains pour tous). Mais la FIFA (qui organise la Coupe du monde) a refusé cette requête. Les joueurs allemands ont, eux, débarqué hier à Doha dans un avion repeint pour l'occasion. Sur le fuselage, on pouvait lire l'inscription Diversity wins (la diversité gagne). Les jours des Pays-Bas et de l'Angleterre ont indiqué qu'ils iront jeudi à la rencontre des travailleurs migrants qui ont participé à l'organisation de cette Coupe du monde. Les Bleus ont aussi décidé de faire « quelque chose » pour défendre les droits humains a expliqué le capitaine de l'équipe de France, avant de s'envoler pour le Qatar. Néanmoins, malgré la pression médiatique et citoyenne actuelle, aucune sélection n'a renoncé au Mondial pour protester contre le non-respect des droits humains au Qatar. Point de boycott n'ont plus du côté de l'Elysée. Le président de la République Emmanuel Macron a fait savoir qu'il se rendra au Qatar si les Bleus arrivent en finale ou en demi-finales. Il y a quatre ans, lors de la Coupe du Monde en Russie, le chef de l'Etat avait conditionné sa venue à la même condition. Derrière ce moment de crispation dans l'Hexagone, il y a toutefois cinquante années d'histoire partagée entre la France et le Qatar : contrats gaziers, accord de défense, vente d'armes, investissements immobiliers, rachat du PSG et entrée au capital des fleurons du CAC 40 comme Vinci, Total, Suez ou Airbus. La France est le deuxième pays européen dans lequel le Qatar investit le plus, à égalité avec l'Allemagne et derrière le Royaume-Uni. Alors faut-il boycotter la Coupe du monde de football ? Pourquoi le Qatar est-il déjà champion des critiques ? Quels sont les liens économiques entre la France et le Qatar ? Quel est l'état des relations diplomatiques entre Paris et Doha ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

On jase
Attention aux puissants Devils!

On jase

Play Episode Listen Later Nov 15, 2022 61:55


À On Jase, Martin Lemay, Yanick Lévesque, Marc Denis et Benoît Brunet mettent la table pour le duel entre les Devils et les Canadiens.

Par Jupiter !
"La Vie secrète d'un cimetière" de Benoît Gallot

Par Jupiter !

Play Episode Listen Later Nov 15, 2022 4:08


durée : 00:04:08 - La chronique de Clara Dupont-Monod - par : Clara Dupont-Monod - Aujourd'hui, Clara Dupont-Monod nous parle du livre de notre invité Benoît Gallot, "La Vie secrète d'un cimetière" (Les Arènes).

Par Jupiter !
Le questionnaire de Benoît Gallot

Par Jupiter !

Play Episode Listen Later Nov 15, 2022 2:27


durée : 00:02:27 - Le questionnaire JupiProust - Notre invité Benoît Gallot a accepté de répondre à notre questionnaire !

Par Jupiter !
Le conservateur du cimetière du Père Lachaise Benoît Gallot

Par Jupiter !

Play Episode Listen Later Nov 15, 2022 51:09


durée : 00:51:09 - C'est encore nous - par : Charline Vanhoenacker, Juliette ARNAUD - Bonjour la France Inter ! Aujourd'hui, Charline Vanhoenacker et Juliette Arnaud reçoivent le conservateur du cimetière du Père Lachaise Benoît Gallot ! - réalisé par : François AUDOIN

C dans l'air
À KHERSON COMME AU G20… MOSCOU NE RÉPOND PLUS – 14/11/22

C dans l'air

Play Episode Listen Later Nov 14, 2022 62:09


EXPERTS Alain BAUER Professeur de criminologie - CNAM ARMELLE CHARRIER Éditorialiste en politique internationale - « France 24 » ANNIE DAUBENTON Journaliste-essayiste Auteure de « Ukraine, les métamorphoses de l'indépendance » LUKAS AUBIN Directeur de recherche à l'IRIS Auteur de « Géopolitique de la Russie » Après huit longs mois d'occupation russe, Kherson, ville clé du Sud de l'Ukraine, respire à nouveau. En dépit du manque d'eau et d'électricité, les habitants ne cessent de célébrer l'arrivée de l'armée ukrainienne le 11 novembre dernier, heureux de fêter leur libération sans que la ville ait été meurtrie par des combats de rue interminables, comme à Marioupol. Car contrairement à ce que craignaient les autorités de Kiev, les forces russes ne semblent pas avoir laissé derrière elles une ville remplie de mines ou en proie à des snipers en civils. À tel point que le président ukrainien a décidé d'y effectuer ce lundi une visite surprise. Depuis Kherson, Volodymyr Zelensky a chanté l'hymne national ukrainien et assuré qu' « il est impossible de tuer l'Ukraine ». Il s'est également dit « prêt pour la paix, la paix pour tout notre pays ». Mais si l'ambiance festive domine à Kherson, de l'autre côté de la frontière, pour l'instant, Vladimir Poutine s'est muré dans un silence total. Le président russe a choisi de ne pas se rendre au sommet du G20 qui se tient à partir de ce mardi à Bali et le Kremlin campe sur ses positions. En réaction à la visite de Volodymyr Zelensky dans la ville libérée, Moscou s'est contentée de rappeler que Kherson appartenait toujours à la Russie. En effet, selon le point de vue de Vladimir Poutine, Kherson et le reste de sa région sont officiellement des territoires de la Russie depuis le 30 septembre dernier, suite aux référendums d'annexions mis en place dans cette région ainsi que dans celles de Donetsk, Lougansk, Zaporijjia. Et ce malgré la condamnation de manière quasi unanime par la communauté internationale de la démarche russe, jugée « frauduleuse ». Que va faire Vladimir Poutine qui proclamait en septembre dernier Kherson « russe pour toujours » ? Si ces derniers jours le chef du Kremlin s'est fait très discret, le patron des mercenaires du groupe Wagner lui sort de l'ombre. Ouverture d'un premier bureau Wagner à Saint-Petersbourg, publication de vidéos-choc, propos critiques sur l'opération spéciale en Ukraine… il ne se passe plus une semaine sans que celui qui est surnommé le « cuisinier de Poutine » ne se fasse entendre. L'oligarque qui a récemment reconnu être le fondateur de cette société militaire privée, semble de plus en plus intéressé par une plateforme politique et s'affirme comme un chef de guerre face à l'incurie des généraux russes. Alors jusqu'où ira le très ambitieux Prigojine ? Vladimir Poutine est-il très affaibli en Russie ? Et que va décider la Chine ? Après une rencontre ce lundi entre Joe Biden et son homologue chinois, Xi Jinping à la veille du sommet du G20, la Maison-Blanche a fait savoir qu'ils se sont mis d'accord sur leur « opposition » à tout recours à l'arme nucléaire en Ukraine. DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Cultures monde
Qatar : le Mondial de toutes les dérives 1/4 : Du palais de l'Elysée aux couloirs de la FIFA : une attribution sous influence

Cultures monde

Play Episode Listen Later Nov 14, 2022 58:03


durée : 00:58:03 - Cultures Monde - par : Julie Gacon - Les conditions d'attribution de la Coupe du monde au Qatar en décembre 2010, dont le dossier technique était le moins bon de tous les candidats, font l'objet de plusieurs enquêtes de la part des autorités américaines, suisses et françaises... - invités : Benoît Collombat Journaliste à la cellule investigation de Radio France; Paul Dietschy Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Franche-Comté, spécialiste de l'histoire du sport; Mathieu Martinière Journaliste, co-auteur d'une longue enquête sur la pédophilie dans le sport publiée en décembre 2019 sur le média "Disclose", membre du comité éditorial de "Disclose" et co-auteur de Eglise, la mécanique du silence (Lattès, 2017).