Podcasts about Sonko

Share on
Share on Facebook
Share on Twitter
Share on Reddit
Copy link to clipboard
  • 27PODCASTS
  • 33EPISODES
  • 22mAVG DURATION
  • 1WEEKLY EPISODE
  • Mar 29, 2021LATEST

POPULARITY

20112012201320142015201620172018201920202021


Best podcasts about Sonko

Latest podcast episodes about Sonko

Do you really know?
Who is Ousmane Sonko?

Do you really know?

Play Episode Listen Later Mar 29, 2021 2:52


Who is Ousmane Sonko? Thanks for asking! Since early March, Senegal has seen a series of violent protests, a rare event in a country known for its political stability. Behind it all is the arrest of one man - Ousmane Sonko. The 46 year old MP is the main opponent of President Macky Sall and came third in 2019’s presidential election.Sonko is the leader of the PASTEF political party, and identifies as an anti-establishment candidate. He’s particularly popular among Senegal’s youth, and it’s worth noting half the country’s population is under the age of 20. Why was Sonko arrested? What are the Senegalese youth demanding? What’s happened to Ousmane Sonko in the meantime? In under 3 minutes, we answer your questions!To listen to the last episodes, you can click here: What is eye yoga?What is a test concert?What is euthanasia?A podcast written and realised by Joseph Chance. See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

Afrique Économie
Afrique économie - Au Sénégal, la jeunesse de Saint-Louis est sans horizon

Afrique Économie

Play Episode Listen Later Mar 23, 2021 2:17


Les manifestations et les émeutes qui ont secoué le Sénégal, au début du mois de mars, n'étaient pas seulement concentrées à Dakar. Elles avaient éclaté suite à l’affaire Ousmane Sonko, le leader du parti d’opposition les Patriotes du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité (Pastef), qui est inculpé de viol et de menaces de mort. D'autres régions se sont mobilisées, et pour « défendre la démocratie », comme à Saint-Louis, au nord du pays, une ville particulièrement touchée par le chômage des jeunes qui est aussi le point de départ de l’émigration irrégulière. Le quartier populaire de Pikine est encore meurtri par le décès de plusieurs dizaines de jeunes candidats à l’émigration clandestine qui voulaient rejoindre l’Europe en octobre dernier. Papis Lam, enseignant de 35 ans, est aujourd'hui le seul à avoir un salaire fixe pour faire vivre toute sa famille. « J’ai perdu deux frères en mer. Ils voulaient chercher du travail. On vit le pire, nous dit Papis Lam. Dans une famille, on a une seule personne qui est salariée. Tous les autres se débrouillent, avec des difficultés pour l’alimentation et le loyer. » Ibrahima est étudiant en géographie à l’université Gaston Berger de Saint-Louis. À l’âge de 21 ans, il a participé pour la première fois à plusieurs manifestations suite à l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko début mars. Il dit avoir été porté par un sentiment d’injustice : « Au départ, c’était seulement un soutien à Sonko, mais après les manifestations ont dégénéré, parce que ça a dépassé la personne de Sonko. Il y avait une sorte de frustration, par rapport à ce que fait le régime actuel. Tu étudies quatre ans et après tu peines à trouver un boulot ». Manque d’emploi pour les jeunes, absence d’un tissu industriel et d’infrastructures ; c’est le constat de Diarra Sow, membre du bureau de Pastef de Saint-Louis. Dans la ligne du Mouvement national de défense de la démocratie, le M2D, elle exige que se tiennent les élections locales en 2021, dans l’espoir d’une alternance à la mairie. « Il y a des enjeux énormes, par rapport aux différents problèmes dont souffrent les jeunes. Ce sont des problèmes socio-économiques, de chômage, d’employabilité ou de santé. Donc, il est de notre devoir de pouvoir occuper ces différents postes-là, afin de venir en aide à notre population », soutient Diarra Sow. À Saint-Louis, les piliers de l’économie sont la pêche et le tourisme. Deux secteurs en difficulté face à la raréfaction du poisson et à la pandémie de coronavirus avec la fermeture d’hôtels et de restaurants, explique Papa Ibrahima Faye, conseiller municipal et membre du parti présidentiel, APR Alliance pour la République. « Il y a une crispation, une colère, un mal vivre des jeunes avec les activités dans le monde informel. À nos jeunes de trouver des capacités de résilience, en se formant dans d’autres métiers, parce qu’on ne peut pas se dire que forcément c’est la pêche qui doit nous guider. Il faut qu’il y ait une diversification », affirme l'élu municipal. Si la mairie n’a pas toujours le budget pour répondre à ces enjeux, le plaidoyer auprès de l’État est fait pour que soient développées des infrastructures, assure Papa Ibrahima Faye.

Revista de Imprensa
Revista de Imprensa - Epidemia da Covid continua a desequilibrar as autoridades francesas

Revista de Imprensa

Play Episode Listen Later Mar 18, 2021 4:02


Abrimos esta revista de imprensa com LE MONDE a titular Sanofi, o grande mal-estar dos investigadores. As equipas de investigação e desenvolvimento do grupo farmacêutico testemunham sobre a sua tristeza, destabilizadas por reviravoltas permanentes. O atraso registado sobre o projecto de vacina contra a Covid-19 junta-se a um plano de reestruturação que prevê suprimir 364 postos de trabalho em França. Em 13 anos, houve um corte de 50% do pessoal que passou para 3 800 colaboradores de investigação e desenvolvimento ao mesmo tempo que se acelerava o recurso a prestações de serviço independentes.  Os sindicatos mostram-se preocupados com o facto de a Sanofi ter falhado no programa do ácido ribonucleico mensageiro na origem de dois produtos homologados. Investigadores afirmam que todas estas reviravoltats têm provocado situações de stress e perda de confiança na empresa, nota, LE MONDE.  Por seu lado, LE FIGARO, titula, um ano depois, regresso à estratégia de confinamento. Se Emmanuel Macron, afastou a hipótese de um reconfinamento nacional, Jean Castex, anuncia, esta noite, novas restrições nas regiões de Ilha de França e Altos de França. É o regresso à estaca zero?  Face à saturação dos serviços de reanimação nas regiões mais afectadas, o chefe de Estado, aposta em confinamentos parciais e territorializados. Estas medidas que entrarão em vigor no próximo fim-de-semana, serão anunciadas, hoje, pelo primeiro ministro, Jean Castex, que dará igualmente informações sobre a a campanha de vacinação em França, após parecer técnico da Agência europeia de medicamentos, que condicionará a reentrada em circulação das doses de vacina AstraZeneca, nota, LE FIGARO. Covid-19, o muro dos confinamentos, titula, LIBÉRATION. Face à epidemia que avança o governo vai reforçar as restrições na região de Ilha de França. O executivo que evoca um reconfinamento quer entrar na pista de saída de crise. O Presidente Macron e o seu primeiro ministro, Jean Castex, são forçados a endurecer as restrições das liberdades nas regiões mais afectadas tentando impedir uma terceira vaga da Covid, nota, LIBÉRATION. Por seu lado, LA CROIX, titula, separatismo, escola em casa na pista. A proposta de lei separatismo actualmente no Senado visa um melhor enquadramento do ensino em casa. Mas muitas famílias que já adoptaram este método vêem-se apanhadas na ratoeira, porque a lei prevê um reforço dos controlos, nota, LA CROIX. 150 anos depois, a Comuna, continua a meter medo aos poderosos, titula, L'HUMANITÉ. A Comuna de Paris, é a revolução de 1871, uma revolução reprimida no sangue e deportações, que continua a dar esperanças  à esquerda e a meter medo à direita. 150 anos depois, uma parte da direita cospe à cara da Comuna, Macron, ignora-a e a esquerda tem honra em seguir as suas pegadas, nota, L'HUMANITÉ.      Coligação de direita reforçada nas legislativas na Holanda Na política internacional, LE MONDE, destaca Holanda, onde o dirigente liberal,  Mark Rutter, saiu reforçado das eleições legislativas, e vai assim reforçar a coligação no poder. O seu partido popular para a liberdade e democracia, continua a ser o mais forte na Holanda, tanto mais que vem em segunda posição os seus parceiros na coligação, os centristas e sociais liberais, da ministra do comércio, Sigrid Kaag. As legislativas foram marcadas igualmente por um recuo da família de esquerda ecologista e socialista, nota LE MONDE. Em relação ao continente africano, LE MONDE, refere-se ao Senegal e a juventude da ilha de S. Luis, que está desesperada, após a prisão do político, Ousmane Sonko a 3 de março por distúrbio de ordem pública. Sonko, que ficou em terceiro lugar nas eleições presidenciais de 2019, tinha ido ao palácio da Justiça em Dacar, acusado de violação sexual e ameaças de morte. A sua detenção provocou uma onda de violência sem precedentes em todo o território senegalês, até ser libertado a 8 de março, nota, LE MONDE.

PRIO's Peace in a Pod
31- Why Are Sengalese Youth Protesting?

PRIO's Peace in a Pod

Play Episode Listen Later Mar 18, 2021 26:52


Sexual assault allegations and the arrest of Senegal's most prominent opposition leader, Ousmane Sonko, have led to weeks of protests in the country. At least eight people have died. Mobilization is especially strong among young people, who are captivated by Sonko's critique of the political system and call for transparency in the management of resources. PRIO's Bintu Zahara Sakor and Aji Ceesay from Peace Direct break down why these protests are significant, and how they have developed.

Revue de presse française
Revue de presse française - À la Une: le probable retour de la «prime Macron»

Revue de presse française

Play Episode Listen Later Mar 12, 2021 4:15


Le gouvernement s’apprête à octroyer une nouvelle aide pour ceux qu’à l’occasion de cette crise sanitaire du coronavirus, on a appelé les travailleurs de la « deuxième ligne ».  Selon les quotidiens Les Échos et Le Parisien, l’annonce en sera faite lundi. Ce jour-là, le Premier ministre Jean Castex pourrait annoncer « un geste » en faveur des « travailleurs de la deuxième ligne » lors du sommet social à Matignon, signale le quotidien économique français.   Les « travailleurs de la deuxième ligne » ? Ils ou elles sont quatre millions, ces aides à domicile, vendeurs, bouchers, boulangers, gardiens, salariés des transports ou du bâtiment… ceux qui étaient  « sur le pont, sur site », pendant les deux confinements, explique Le Parisien. Ce journal annonce aussi que « le gouvernement réfléchit à un coup de pouce financier (…) dont les contours, notamment une exonération de charge et une défiscalisation – pour le rendre incitatif —, restent encore à arrêter ». Justement, quel sera le montant de cette aide ? À la primature française, on se borne à indiquer au Parisien que,« si elle est versée, ce sera à la discrétion de l'employeur ». Comme le signale ce quotidien, « la forme, soit une prime soit autre chose », « sera actée d'ici ce week-end ». Plan de sauvetage voté par le Congrès américain  Aux États-Unis, après l’avoir fait adopter par le Congrès, le nouveau président Joe Biden a promulgué hier un plan de sauvetage par le Congrès de plus de 1900 milliards de dollars de dépenses publiques, en soutien, notamment, aux ménages les plus modestes, durement affectés par la crise du coronavirus. Cité par Courrier International, le Washington Post a fait les comptes. Ce quotidien américain cherchant à vérifier si ce plan est « plus généreux qu’ailleurs », notant ainsi qu’en ordre de grandeur, le plan Biden est d’un montant « légèrement inférieur au PIB de l’Italie et supérieur au PIB du Brésil ». Ce qui est d’autant plus « considérable »  que ce programme de relance n’est pas le premier aux États-Unis, signale ce journal, car en décembre 2020, le Congrès américain « avait déjà adopté un programme d’aides de 900 milliards de dollars, qui avait complété un plan de relance de 2 200 milliards de dollars, autorisé pendant la dernière année de mandat de Donald Trump ». De son côté, le quotidien économique français Les Échos estime que Joe Biden « se positionne comme l’héritier de Franklin Roosevelt, le bâtisseur du New Deal après la Grande Dépression ». Mais attention, prévient le quotidien Le Monde, si ce plan de soutien représente un « succès politique », c’est aussi un « risque économique ». Au Sénégal, l’opposition appelle ses partisans à reprendre la rue demain Le mouvement de défense de la démocratie « laissera des traces durables » au Sénégal, où il apparaît comme un « message sévère pour le président Macky Sall », admet Le Figaro. L’opposant Ousamne Sonko est qualifié par ce quotidien de « politique adroit », qui n’a pas « manqué le coche » pour renforcer son « aura » et qui entend à présent « profiter » de la situation pour « imposer » un nouveau « rapport de forces » avec le pouvoir. Le Figaro souligne aussi que l’opposant numéro un à Macky Sall a insisté pour que le président s’engage dès maintenant à « ne pas briguer de troisième mandat ». Mais au-delà du « cas » Sonko qui a servi de « catalyseur », ce journal dépeint certes une « colère » qui couvait depuis longtemps; une colère « née de la misère mais pas seulement. Les critiques envers la gouvernance de Macky Sall et les soupçons de  "dérive autoritaire" y ont aussi leur rôle », complète ce journal.   Le groupe de radio et de télévision M6 sont à vendre Les principaux médias français ont déposé des offres de rachat. L’actionnaire principal de M6, RTL Group, envisageant de s’en séparer, le journal Les Échos révèle que, parmi les prétendants au rachat du groupe M6 -qui comprend aussi RTL, Gulli, 6ter ou W9-, figurent Vivendi, TF1, Xavier Niel ou encore l'entrepreneur tchèque Daniel Kretinsky, qui possède notamment les magazines Marianne et Elle. C’est le retour des grandes manœuvres dans l’audiovisuel en France.  

Uacanda
Senegal: quel vizio delle manette contro gli oppositori

Uacanda

Play Episode Listen Later Mar 12, 2021 13:55


In questo numero:- A Dakar l'opposizione torna in piazza contro le accuse di stupro nei confronti di Ousmane Sonko, principale avversario del presidente Macky Sall. Sonko - che nega l'accusa - era stato rilasciato l'8 marzo scorso dopo i disordini seguiti al suo arresto, avvenuto il 3 marzo. Tra le 5 vittime ufficiali della dura risposta delle forze di sicurezza anche un adolescente di 14 anni. Ci informa il corrispondente da Dakar, Marco Simoncelli.- "Tutti gli uomini del ministero" è il report di Re:Common che rivela l'accordo mai reso pubblico tra Eni e Farnesina. Obiettivo: far convergere la diplomazia con gli asset energetici del cane a sei zampe e del paese. Ma a fallire sono gli impegni sulla transizione ecologica, e pure i diritti umani, avverte l'associazione. L'intervista ad Alessandro Runci, campainer Re:Common.- Petrolio: Londra condanna l'ex governatore dello stato del Delta del Niger per corruzione. Dovrà risarcire la Nigeria. Di Raffaello Zordan.

Invité Afrique
Invité Afrique - Alioune Tine: «On n'a jamais eu aussi peur au Sénégal que lors des manifestations de ces derniers jours»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Mar 12, 2021 8:10


C'est jour de deuil ce vendredi au Sénégal à l'appel du collectif de l'opposition M2D, le Mouvement de défense de la démocratie, en mémoire des victimes des affrontements de la semaine dernière entre police et manifestants qui ont fait au moins 5 morts. Tout a commencé par l'arrestation de l'opposant Ousmane Sonko, inculpé pour le viol présumé d'une jeune femme sénégalaise. Alioune Tine dirige le think-tank ouest-africain Africajom Center. Il fait partie des gens que le président Macky Sall a consultés ces derniers jours. En ligne de Dakar, il nous livre son analyse. RFI : Ousmane Sonko n’est arrivé que troisième à la présidentielle de 2019. Pourquoi son arrestation a-t-elle provoqué une telle émotion dans tout le pays ? Alioune Tine : Je pense qu’il y a d’abord le précédent de Karim Wade et Khalifa Sall, qui étaient deux candidats présidentiables, qui ont eu des procès qui n’ont pas été ressentis par tout le monde comme des procès équitables. C’est que la justice sénégalaise les a écartés pratiquement par les mêmes juges. Quand il y a eu cette histoire de viol, la thèse du complot politique a fini, effectivement, par gagner de plus en plus l’opinion, du fait qu’il y a eu l’affaire de Karim Wade, qui a été écartée, et celle de Khalifa Sall. Pensez-vous que Macky Sall a trahi le fond de sa pensée, le jour où il a déclaré : « Je veux réduire l’opposition à sa plus simple expression » ? Il est évident qu’il y a un lien. Mais en même temps, il faut le dire, le grand problème que nous avons, c’est la question de l’indépendance de la justice. C’est toujours l’opposition qui est accusée. Alors forcément, les gens se disent que c’est une justice partisane. Et dans un contexte politique, dans lequel Sonko est une espèce de star de la jeunesse – parce que c’est une jeunesse souverainiste, radicale – et Sonko est antisystème, il a des rappeurs… Et sans compter aussi, il faut le dire, il y a pas mal de religieux qui le soutiennent, parce qu’il a une certaine intégrité morale, il est très pieux, il articule un discours sur la question de la bonne gouvernance… Donc tout cela fait qu’ils le prennent pour quelqu’un d’exemplaire. Et bien sûr, la pandémie de Covid-19 est un facteur aggravant ! Il y a eu le couvre-feu qui a été très long et les gens n’ont pas pu travailler. Depuis pratiquement l’indépendance, on n’a jamais vu autant de violence ! ►À lire aussi : Au Sénégal, le M2D, mouvement de défense de la démocratie, genèse et objectifs Ce dimanche 7 mars, le président Macky Sall a consulté beaucoup de personnalités, dont plusieurs chefs religieux et vous-même, Alioune Tine. Quel est le message qui lui a été passé à ce moment-là ? Le message qu’on lui a passé, c’est que le pays est menacé. Il faudrait, effectivement, qu’il use de son autorité, de ses pouvoirs, pour vraiment apaiser. Et la première des mesures, c’était la libération d’Ousmane Sonko. Qui est arrivé le lendemain matin… Voilà, on lui a dit et vraiment il a bien écouté le message. Ensuite, effectivement, il a fait libérer Sonko. Nous avons parlé aussi à l’opposition, pour leur dire qu’ils avaient eu un discours extrêmement dur. Parce qu’ils voulaient faire trois jours de manifestations dans un contexte où il y avait des violences inouïes ! Tout le monde a eu peur et s’est dit que si cela continue, le pouvoir va tomber. Donc ils ont compris et ensuite ils ont annulé les deux jours de manifestations et cela a vraiment apporté l’accalmie. Mais de mon point de vue, aussi, cette accalmie est précaire. Il faudrait la consolider, demander aussi à la police d’avoir un peu plus de retenue… Surtout, il faudrait que le président de la République libère Guy Marius Sagna et l’ensemble des détenus politiques. Et demander également à l’opposition, surtout à Ousmane Sonko et au M2D - qu’ils tiennent un discours qui apaise. On n’a jamais eu autant peur, au Sénégal, que lors des manifestations de ces derniers jours. Ce dimanche 7 mars, le médiateur de la République a lancé au président Macky Sall : « Parlez, monsieur le président, avant qu’il ne soit trop tard ». Est-ce que vous pensez, comme lui, que le président a failli perdre le contrôle de la situation ? Absolument ! Le président aurait dû parler plus tôt. Je crois comprendre que le président ne voulait pas avoir l’impression d’intervenir ou d’agir avec un pistolet sur la tempe, sous la pression. Mais surtout, au moment où le ministre de l’Intérieur a fait une sortie malheureuse, il me semble qu’à à ce moment-là, c’était au président de la République de prendre la parole, de rassurer, d’aller effectivement vers la désescalade. Donc le président a eu la sagesse, à vos yeux, de faire libérer Ousmane Sonko et d’appeler à l’apaisement ? Oui, le discours du président a été un bon discours d’homme d’État. C’est son meilleur discours, d’ailleurs : Appel à l’apaisement, appel à l’unité nationale… Il faut dire, aussi, que Sonko a bien répondu, parce que Sonko, aussi, a répondu en républicain. Ousmane Sonko a dit qu’il ne voulait pas de coup d’État militaire, qu’il ne voulait pas, non plus, prendre le pouvoir par la rue. Alors bien sûr, tout le monde pense à la prochaine présidentielle de 2024. Et justement, l’opposant Ousmane Sonko va jusqu’à demander au président Macky Sall de prendre publiquement l’engagement qu’il ne briguera pas un troisième mandat. Qu’est-ce que vous en pensez ? Je pense que ce serait une bonne chose, que le président de la République dise qu’il s’en tient aux deux mandats. Parce que ce n’est pas explicite, mais la question du troisième mandat a exacerbé aussi les tensions politiques. Je pense que cela lui permettrait de travailler en toute sérénité et de sortir par la grande porte. Parce que, quand même, il est jeune, il a beaucoup de compétences… Et cela lui permettrait de prendre date pour le Sénégal et également pour l’Afrique. Dans le contexte actuel, où la question du troisième mandat crée des crises politiques énormes, faire un peu comme le président Issoufou [du Niger], qui vient d’avoir le prix Mo Ibrahim du leadership africain, serait un bon message.

InterNational
Sénégal : violents affrontements suite à l’arrestation du principal opposant Ousmane Sonko

InterNational

Play Episode Listen Later Mar 9, 2021 40:48


durée : 00:40:48 - Un Jour dans le monde - Depuis une semaine, de violents affrontements ont lieu au Sénégal suite à l'arrestation du principal opposant Ousmane Sonko, relâché hier. Au-delà de cette affaire, ce sont la pauvreté et la confiscation de la démocratie par l'élite politique que dénoncent les manifestants.

Un jour dans le monde
Sénégal : violents affrontements suite à l’arrestation du principal opposant Ousmane Sonko

Un jour dans le monde

Play Episode Listen Later Mar 9, 2021 40:48


durée : 00:40:48 - Un Jour dans le monde - Depuis une semaine, de violents affrontements ont lieu au Sénégal suite à l'arrestation du principal opposant Ousmane Sonko, relâché hier. Au-delà de cette affaire, ce sont la pauvreté et la confiscation de la démocratie par l'élite politique que dénoncent les manifestants.

Langsam gesprochene Nachrichten | Deutsch lernen | Deutsche Welle
09.03.2021 – Langsam gesprochene Nachrichten

Langsam gesprochene Nachrichten | Deutsch lernen | Deutsche Welle

Play Episode Listen Later Mar 9, 2021 8:41


Trainiere dein Hörverstehen mit den Nachrichten der Deutschen Welle von Dienstag – als Text und als verständlich gesprochene Audio-Datei.Mehr als 100.000 Corona-Tote in Italien Seit Tagen nimmt in Italien die Zahl der Corona-Infektionen wieder sprunghaft zu. Am Montag verzeichnete das Land mit mehr als 100.000 COVID-19-Todesfällen eine traurige Rekordmarke. Wieder schwer betroffen von der Pandemie ist nach Behörden-Angaben die wirtschaftlich starke Lombardei im Norden des Landes. Dort mussten Restaurants und Bars erneut schließen. Auf den neuen Regierungschef Mario Draghi wächst der Druck, abermals landesweit einheitliche Corona-Beschränkungen zu erlassen. Derzeit hat die Gastronomie in einigen Regionen Italiens tagsüber geöffnet. Deutschland als Hauptziel für Desinformation Laut einer Untersuchung der Europäischen Union steht kein Mitgliedsstaat so sehr im Fokus von russischen Desinformationskampagnen wie Deutschland. Es gebe systematische Kampagnen sowohl auf politischer Ebene als auch durch Medien, die dem Kreml nahestehen. Das berichtet die Funke Mediengruppe. Zugleich werde deutschen Politikern vorgeworfen, den Dialog mit Russland zu meiden. Seit Ende 2015 seien in der EU-Datenbank "EU versus Disinfo" zur Bundesrepublik mehr als 700 Fälle gesammelt worden. In Frankreich waren es demnach gut 300, in Italien gut 170 und in Spanien mehr als 40 Fälle. Venezolaner können in den USA bleiben Die US-Regierung gewährt Hunderttausenden Migranten aus Venezuela vorläufigen Schutzstatus. Das südamerikanische Land sei nicht in der Lage, seine eigenen Bürger zu schützen, erklärte Heimatschutzminister Alejandro Mayorkas. Die US-Regierung schätzt die Zahl der potenziellen Antragssteller auf etwa 320.000. Mit dem Schutzstatus können Personen in den USA auch eine Arbeitserlaubnis bekommen. Der Aufenthaltstitel soll zunächst für 18 Monate gelten. Comeback-Möglichkeit für Lula Die Korruptions-Urteile gegen Brasiliens Ex-Präsidenten Luiz Inácio Lula da Silva sind vorerst außer Kraft. Ein Richter am Obersten Gericht sprach einer unteren Instanz in der Stadt Curitiba die Zuständigkeit zur Verhandlung von Korruptionsvorwürfen gegen Lula ab und hob die Urteile auf. Stattdessen müssten Bundesgerichte in der Hauptstadt Brasilia den Fall neu aufrollen. Die Entscheidung muss noch vom gesamten Obersten Gerichtshof überprüft werden. Lula darf sich damit aber wieder um ein politisches Amt bewerben. Er könnte somit 2022 den amtierenden Präsidenten Jair Bolsonaro herausfordern. Millionenentschädigung für Kriegsopfer Opfer von Kriegsverbrechen in der Demokratischen Republik Kongo erhalten 30 Millionen US-Dollar an Entschädigungen. Der Internationale Strafgerichtshof in Den Haag hat Einzelpersonen und Gemeinschaften in der Provinz Ituri Reparationen für die Verbrechen von Rebellenführer Bosco Ntaganda zugesprochen. Der 47-Jährige war 2019 wegen Kriegsverbrechen und Verbrechen gegen die Menschlichkeit zu 30 Jahren Haft verurteilt worden. Weil Ntaganda mittellos ist, kommt ein aus Spenden finanzierter Opferfonds für die Entschädigungen auf. Oppositionsführer Sonko wieder frei Fünf Tage nach seiner Festnahme ist der senegalesische Oppositionsführer Ousmane Sonko wieder auf freiem Fuß. Der 46-Jährige sei am Montag wegen eines Vergewaltigungsvorwurfs angeklagt, jedoch freigelassen und unter richterliche Aufsicht gestellt worden, teilten seine Anwälte mit. Sonkos Festnahme hatte in dem westafrikanischen Land Ausschreitungen ausgelöst. Nach Angaben von Amnesty International wurden dabei mindestens acht Menschen getötet. Der Oppositionspolitiker ist besonders bei jungen Menschen beliebt und gilt als Widersacher von Senegals Präsident Macky Sall. Banksy-Bild soll Millionen bringen Das Pandemie-Gemälde "Game Changer" des britischen Streetart-Künstlers Banksy soll versteigert werden. Wie das Auktionshaus Christie's mitteilte, soll es am 23. März unter den Hammer kommen. Der Schätzwert liegt umgerechnet zwischen 2,9 und 4,1 Millionen Euro. Banksy hatte das Schwarz-Weiß-Gemälde inmitten der ersten Welle der Corona-Pandemie den Mitarbeitern eines Krankenhauses im südenglischen Southampton gestiftet. Nun soll der Erlös der Versteigerung dem gesamten Personal des britischen Gesundheitsdienstes zugute kommen.

Revue de presse Afrique
Revue de presse Afrique - À la Une: la tension baisse d’un cran au Sénégal

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Mar 9, 2021 4:04


L’opposant Ousmane Sonko a été libéré et placé, hier lundi, sous contrôle judiciaire, sous la pression de la rue. Le président Macky Sall est pour sa part sorti de son silence pour appeler à l’apaisement. La tension retombe donc…  En tout cas, pointe WalfQuotidien, « au-delà de la personne de Ousmane Sonko dont le dossier a été l’étincelle qui a mis le feu à la paille, c’est une série de messages que le peuple sénégalais, à travers sa jeunesse, a envoyés au pouvoir. D’abord, que les institutions ne doivent pas être au service de personnes mais de tout le peuple. La Constitution ne doit pas être un cahier de brouillon qu’on remplit, rature ou déchire selon ses propres ambitions de conservation du pouvoir. (…) L’autre signal à décoder, poursuit WalfQuotidien, c’est que, au-delà de l’affaire du salon de massage, ceux qui sont sortis dans la rue ont exprimé un sentiment de révolte. Révolte contre la faim et le chômage qui les tenaillent dans les foyers. Depuis un an, du fait du Covid-19, la majorité des Sénégalais qui, pour la plupart, vivent dans l’informel, sont semi-confinés. Les fonds dégagés pour leur venir en aide sont gérés de façon opaque. Sans que cela ne prête à conséquence. Ces Sénégalais qui sont sortis pour aller piller les rayons alimentaires des magasins, saccager des gares de péage ne le font pas pour Ousmane Sonko. Ils le font pour leurs poches et pour leur ventre. » Pour un État de droit… Le quotidien 24 Heures est sur la même ligne : « au révélateur des manifestations qui secouent actuellement le Sénégal et des revendications du Mouvement M2D, le régime nage en eaux troubles. Ousmane Sonko apparaît comme un élément qui a cristallisé les affres sociales et économiques de la majorité des populations. Des frustrations latentes ont explosé à la figure du régime. » Et « attention à la réorganisation de l’opposition, prévient 24 Heures, qui ne va plus céder au pouvoir en place un pouce du terrain politique. Les manifestations, les marches et les attaques risquent de venir de partout pour lutter pour un État de droit et secouer son tabouret. » Révolution ? D’ailleurs, Ousmane Sonko n’a pas perdu de temps hier… Sitôt libéré, l’opposant s’est exprimé, relate le quotidien Enquête : « fatigué, amaigri, c’est un Ousmane Sonko pourtant déterminé qui a fait face hier aux journalistes. Le leader de PASTEF-Les Patriotes s’est présenté en chef de l’opposition, prêt à regarder le président Macky Sall, les yeux dans les yeux. En une semaine, beaucoup de choses ont changé. Un rapport de forces a eu lieu. Et le peuple a parlé. "La révolution est déjà lancée. Rien ne peut l’arrêter", a affirmé Ousmane Sonko. Aucune puissance interne ou externe, car le peuple a compris les enjeux et pris ses responsabilités. Conduisons-la à son terme, c’est-à-dire en 2024, au plus tard. » 2024, année de l’élection présidentielle… Goutte d’eau ? Et encore beaucoup de réactions dans la presse de la sous-région… « Macky recule face à la rue dakaroise », s’exclame Ledjely en Guinée. « ll avait refusé d’écouter la raison et le bon sens. Mais le président sénégalais a fini par entendre la colère de ses compatriotes. (…) Ainsi, il a fallu les manifestations de ces derniers jours, malheureusement avec morts d’hommes et grabuges regrettables, pour que le président sénégalais, prenant subitement conscience de sa vulnérabilité face à ses compatriotes unis et remontés, finisse par lâcher du lest ce lundi. Mais à coup sûr, prévient le site guinéen, il en faudra davantage pour calmer la furie de la jeunesse sénégalaise qui s’est exprimée dans la rue ces derniers jours. Parce que finalement, l’affaire Sonko n’aura été que la goutte d’eau qui a fait déborder un vase qui demeure rempli de frustrations et de malaise trop longtemps accumulés. » « Force doit rester à la loi » Enfin, pour Le Pays au Burkina, la loi devra trancher… « Certes, le président Macky Sall travaillerait à faire le vide autour de lui en cherchant des noises à tous ses adversaires capables de lui tailler des croupières. Mais faut-il pour autant donner le bon Dieu sans confession à Ousmane Sonko que l’on accuse de viol ? Assurément, non !, s’exclame le quotidien ouagalais. C’est pourquoi force doit rester à la loi. Si, à l’issue de l’enquête en cours, Ousmane Sonko est reconnu coupable, qu’il soit puni conformément à la loi. S’il s’avère qu’il s’agit d’une cabale montée de toutes pièces contre sa personne aux fins de nuire à sa carrière politique, qu’il soit purement et simplement relaxé. C’est ainsi, conclut Le Pays, que doit fonctionner un État de droit digne de ce nom. »

Les interviews d'Inter
Dr Olakounlé Gilles Yabi : "Au Sénégal, l’opposant Ousmane Sonko arrive sur un terreau de grandes frustations"

Les interviews d'Inter

Play Episode Listen Later Mar 9, 2021 7:55


durée : 00:07:55 - L'invité de 6h20 - par : Mathilde MUNOS - Au Sénégal, l’opposant Ousmane Sonko a été relâché, et Dakar est sous la protection des blindés de l’armée. Le Dr Olakounlé Gilles Yabi, docteur en économie du développement, fondateur et président de WATHI, est l'invité du 6h20.

Radio3 Mondo,  2019
RADIO3 MONDO - Macron e l'islamogauchisme

Radio3 Mondo, 2019

Play Episode Listen Later Mar 8, 2021 30:00


In Senegal, dove i manifestanti chiedono il rilascio del leader dell'opposizione Sonko; e poi in Francia, alle prese con l'islamo-gauchismo e le elezioni che si fanno più vicine.

Les journaux de France Culture
Sénégal : l'opposant Ousmane Sonko relâché

Les journaux de France Culture

Play Episode Listen Later Mar 8, 2021 20:43


durée : 00:20:43 - Journal de 18h - Son arrestation avait provoqué des troubles au Sénégal. Ousmane Sonko, le principal opposant sénégalais, est inculpé de viols, mais relâché sous contrôle judiciaire.

Le journal de 18h00
Sénégal : l'opposant Ousmane Sonko relâché

Le journal de 18h00

Play Episode Listen Later Mar 8, 2021 20:43


durée : 00:20:43 - Journal de 18h - Son arrestation avait provoqué des troubles au Sénégal. Ousmane Sonko, le principal opposant sénégalais, est inculpé de viols, mais relâché sous contrôle judiciaire.

Dans la presse
"L'espoir est plus puissant que la haine, la paix est plus puissante que la guerre"

Dans la presse

Play Episode Listen Later Mar 8, 2021 6:43


À la une de la presse, ce lundi 8 mars, les réactions à la visite du pape François en Irak, où le souverain pontife a appelé à la paix ; l'ouverture aux États-Unis du procès de Derek Chauvin, le policier accusé d'avoir tué George Floyd lors de son interpellation en mai dernier ; les répercussions de "l'affaire Sonko" au Sénégal ; la Journée internationale des droits des femmes ; et les confessions télévisées de Meghan Markle et du prince Harry.

Langsam gesprochene Nachrichten | Deutsch lernen | Deutsche Welle
06.03.2021 – Langsam gesprochene Nachrichten

Langsam gesprochene Nachrichten | Deutsch lernen | Deutsche Welle

Play Episode Listen Later Mar 6, 2021 8:02


Trainiere dein Hörverstehen mit den Nachrichten der Deutschen Welle von Samstag – als Text und als verständlich gesprochene Audio-Datei.Maas bietet Tschechien Behandlung von Corona-Patienten an Außenminister Heiko Maas hat dem stark von der Corona-Pandemie getroffenen Nachbarland Tschechien angeboten, Patienten in deutschen Krankenhäusern behandeln zu lassen. Man sei in Gesprächen mit den Verantwortlichen in Prag und mit deutschen Bundesländern, sagte er. So könnte man helfen, die schwierige Lage dort zu mildern. Bereits in der ersten Welle der Corona-Pandemie 2020 wurden 232 Intensivpatienten aus Italien, den Niederlanden und Frankreich in deutsche Kliniken gebracht. Tschechien hat derzeit die höchste Rate an Corona-Neuinfektionen weltweit und die zweithöchste Corona-Todesrate. Unmut über Masken-Affäre in der Union In der CDU/CSU-Fraktion im Deutschen Bundestag gibt es Ärger über zwei Abgeordnete, die an der Beschaffung von Corona-Schutzmasken Geld verdient haben sollen. Fraktionschef Ralph Brinkhaus und CSU-Landesgruppenchef Alexander Dobrindt erklärten, der Bezug von Geldleistungen für die Vermittlung medizinischer Schutzausrüstung durch Abgeordnete stoße auf ihr vollkommenes Unverständnis und werde entschieden verurteilt. Sie reagierten damit auf Vorwürfe gegen den CSU-Politiker Georg Nüßlein und Niklas Löbel von der CDU. Tote bei Anschlag in Mogadischu Bei einem Selbstmordanschlag in der somalischen Hauptstadt Mogadischu sind nach Polizeiangaben mindestens 20 Menschen getötet worden. Der Angriff ereignete sich nahe einem beliebten Restaurant in der Nähe des Hafens. Nach Angaben von Medizinern gab es mindestens 30 Verletzte. Zu dem Angriff bekannte sich die islamistische Al-Shabaab-Miliz, der Verbindungen zum Terrornetzwerk Al-Kaida nachgesagt werden. Die Terrorgruppe kämpft seit mehr als einem Jahrzehnt gegen die international anerkannte somalische Regierung und verübt immer wieder Anschläge auf Sicherheitskräfte und Zivilisten. Gewalt bei Protesten im Senegal Die Festnahme des Oppositionspolitikers Ousmane Sonko im Senegal hat den zweiten Tag in Folge zu Ausschreitungen in dem westafrikanischen Land geführt. In der Hauptstadt Dakar lieferten sich Hunderte junge Menschen Straßenkämpfe mit der Polizei. Berichten zufolge kamen bei den Protesten in Dakar und anderen Städten des Landes bereits mehrere Menschen ums Leben. Sonko war am Mittwoch nach Vergewaltigungsvorwürfen festgenommen worden. Der Oppositionspolitiker wirft Staatspräsident Macky Sall vor, ihn mit den Anschuldigungen diskreditieren zu wollen. EU und USA setzen bestimmte Strafzölle aus Die EU und die USA setzen in ihrem Flugzeug-Streit die gegenseitig verhängten Zölle aus. Der Schritt gilt als Symbol für den Neuanfang der transatlantischen Beziehungen. Nach Angaben der EU-Kommission sollen die Strafzahlungen im Zusammenhang mit dem Zwist über staatliche Hilfen für die Flugzeugbauer Airbus und Boeing zunächst für vier Monate ausgesetzt werden. In dem jahrzehntealten Konflikt werfen sich die USA und die EU vor, ihren jeweiligen Flugzeugbauer rechtswidrig in Milliardenhöhe zu unterstützen und ihm damit einen Wettbewerbsvorteil zu verschaffen. Zwischenfall mit Boeing-Problemflieger Kurz nach der Wiederzulassung der Boeing 737 MAX in den USA hat es erneut einen Zwischenfall mit dem Flugzeugtyp gegeben. Wie die Gesellschaft American Airlines mitteilte, schalteten die Piloten bei einem Flug von Miami nach Newark wegen möglicher mechanischer Probleme ein Triebwerk ab. Die Maschine sei aber sicher gelandet, Passagiere und Besatzung seien wohlauf. Die Boeing 737 war 2019 aus dem Verkehr gezogen worden, nachdem es zu zwei Abstürzen mit insgesamt fast 350 Toten gekommen war. Als Absturzursache galt damals eine defekte Steuerungssoftware. Mars-Rover absolviert erste Fahrt Der Mars-Rover "Perseverance" hat seine erste Fahrt auf dem Roten Planeten erfolgreich hinter sich gebracht. Der Sechsradantrieb habe gut funktioniert, teilte die US-Raumfahrtbehörde NASA mit. Das Gefährt habe für die Strecke von sechseinhalb Metern etwa eine halbe Stunde gebraucht. Der Rover war Mitte Februar nach mehr als 200 Flugtagen auf dem Mars gelandet. Er soll dort nach Spuren von mikrobiellem Leben suchen sowie die klimatischen und geologischen Gegebenheiten erforschen.

Revue de presse Afrique
Revue de presse Afrique - À la Une: scènes de chaos hier au Sénégal

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Mar 4, 2021 3:56


Chaos : le terme revient ce matin en première page de la presse sénégalaise. Le quotidien 24 Heures parle même de « guérilla urbaine qui a fait trembler Dakar. » Rappel des faits : alors qu’il se rendait hier matin au bureau du juge pour y être entendu sur les accusations de viol dont il fait l’objet, l’opposant Ousmane Sonko, entouré de ses partisans, a été bloqué puis arrêté par les forces de l’ordre pour troubles à l’ordre public et manifestation non-autorisée. Du coup, relève WalfQuotidien, « cette arrestation a été l’étincelle qui a déclenché le feu. Durant toute la journée d’hier, des affrontements et des scènes de guérillas se sont produits sur toute l’étendue du territoire national : Dakar, Saint-Louis, Ziguinchor, Kédougou… À Dakar, malgré l’impressionnant dispositif sécuritaire déployé, les Sonko boys ont donné du fil à retordre aux gendarmes et policiers. Une ambiance électrique a régné aux alentours de la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane où un cordon de sécurité a été érigé. » C’est là en effet à Colobane que l’opposant a été emmené et incarcéré. D’après le quotidien Enquête, « Ousmane Sonko est détenu dans de bonnes conditions. Sa garde à vue se passerait "dans une salle climatisée, avec téléviseur et canapé". Toutefois, lors de ses premières auditions, le leader du Pastef a refusé de parler. Nos sources révèlent, poursuit Enquête, qu’il partage cette cellule avec son garde du corps, le lutteur surnommé "Limousine", arrêté en même temps que lui. Les deux hommes n’avaient pas encore accepté de répondre aux questions des enquêteurs. » Malaise… Pour le quotidien 24 Heures, « le conflit s’aggrave entre l’opposition, la société civile et le président Macky Sall. L’arrestation du député Ousmane Sonko a suscité un malaise profond. (…) Les autorités, déjà dans le collimateur des organisations de la société civile et des droits de l’homme, semblent se tirer une balle dans le pied avec cette arrestation du député Ousmane Sonko. » Qui plus est, la presse a été mise à l’écart et même attaquée, s’indigne encore 24 Heures : « Des grenades ont été tirées vers les journalistes, blessant un cameraman. Birahime Seck, le coordinateur du Forum Civil, qui a constaté que la presse était en train d’être éloignée du théâtre des opérations, à plus de 500 mètres, s’est indigné. "Cette mise à l’écart est une catastrophe démocratique", a-t-il laissé entendre avant de préciser : "c’est une grosse entrave au droit à l’information". » Dérives autocratiques ? En tout cas, attention : le président Macky Sall ne doit pas faire le vide autour de lui… C’est l’avertissement lancé par Le Pays au Burkina Faso. « Il revient au pouvoir sénégalais de ne pas donner l’impression de s’acharner sur un opposant que d’aucuns présentent comme un adversaire de taille pour Macky Sall, que l’on soupçonne à tort ou à raison de vouloir briguer un troisième mandat. Les cas de Karim Wade et Khalifa Sall, condamnés pour des malversations financières et donc empêchés de se présenter à la dernière présidentielle, sont encore frais dans les mémoires. Il ne faudrait donc pas que le président sénégalais s’illustre négativement à travers l’embastillement de ses opposants, pointe Le Pays, histoire de faire le vide autour de lui. Pour un pays comme le Sénégal, qui a une longue tradition démocratique, pareilles dérives autocratiques sont pour le moins intolérables. Cela dit, relève encore le quotidien ouagalais, la balle est désormais dans le camp de la Justice. C’est à elle de travailler, en toute impartialité, de sorte que jaillisse la lumière dans cette affaire de viol qui prend les allures d’une affaire d’État. » Et maintenant ? Alors « que va-t-il maintenant arriver à Sonko ? », s’interroge Aujourd’hui, toujours à Ouagadougou. « Ses avocats auront-ils de la ressource pour le faire sortir de cet imbroglio ? Et ses partisans dans tout ça ? Le Sénégal risque-t-il d’ouvrir une page d’instabilité ? Comment Sonko compte-t-il se dépêtrer de ce guêpier ? Que de questions. La justice est procédurière, longue et souvent tatillonne. La présidentielle de 2024, c’est dans 3 ans, mais à condition que l’opposant ne connaisse pas l’infamie de la condamnation ferme et celle surtout de l’inéligibilité. »

Invité Afrique
Invité Afrique - Macky Sall: «L'Afrique attend de ses partenaires traditionnels que les vaccins soient partagés»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Feb 23, 2021 8:00


Le Sénégal a commencé sa campagne de vaccination contre le Covid-19. Mais ce n'est pas le seul problème auquel ce pays d'Afrique de l'Ouest doit faire face. En effet, la lutte contre le terrorisme, reste l'une des priorités du gouvernement sénégalais. Le chef de l’État évoque également l’affaire Sonko, le député de l’opposition accusé de viol qui secoue la classe politique local. Le président sénégalais Macky Sall répond aux questions d'Alain Foka. RFI: Nous sommes à Dakar qui vit au rythme depuis quelques jours du vaccin. Pourquoi un vaccin chinois ? C’est la question qui revient souvent puisque cela sème des doutes dans l’esprit d’un certain nombre de personnes ici ? Macky Sall : Depuis la découverte des vaccins, nous nous sommes évertués dans le concert des nations à travailler avec l’initiative Covax. Mais nous avons constaté, au moment où les pays développés ont commencé la vaccination, que l’initiative n’avait pas encore pu mobiliser les vaccins, encore que d’ici le mois de mars, on pense que les premières doses Covax pourront atterrir dans notre pays. Évidemment, en tant que président de la République, je ne peux pas attendre simplement que ces premiers vaccins Covax nous parviennent. J’ai en même temps développé des initiatives au plan bilatéral avec tous les pays producteurs de vaccins ou avec les groupes pharmaceutiques. C’est ainsi que je me suis adressé à la Chine. Et finalement, nous avons pu acquérir ces doses avec Sinopharm, grâce aussi au soutien du président Xi Jin Ping. Je me suis adressé à la Russie, au président (Vladimir) Poutine également. Nous sommes en discussion pour pouvoir obtenir également des Spoutnik V. Tout comme nous avons déjà lancé des initiatives vers Johnson & Johnson, même Pfizer. Nous essayons d’avoir… Tous azimuts… Tous azimuts. Ce n’est pas une question d’idéologie. Cela fait plus d’un an que le monde est quasiment arrêté en raison de cette pandémie du Covid-19. Les économies sont dans un état lamentable. Comment envisagez-vous la suite ? Est-ce que l’Afrique va s’en sortir ? Il est clair que l’Afrique, à l’image du monde, va garder des traces très dures après le Covid. L’enjeu pour nous aujourd’hui, c’est de réussir la relance, nous avons besoin de beaucoup de ressources pour financer la relance : accompagner le secteur privé, préserver les emplois à travers différents mécanismes.  Et pour cela, l’Afrique, qui n’a pas là aussi malheureusement les mêmes leviers que les pays développés, nous avions plaidé pour un échelonnement des intérêts de la dette, une initiative que le G20 a bien voulu faire sur l’année 2020, c’est une initiative louable, mais qui est encore insuffisante. Ce que nous demandons maintenant à nos partenaires, c’est qu’il nous faut mobiliser des ressources pour cela. Nous pensons que l’un des moyens efficaces serait de créer de nouveaux droits de tirage spéciaux (DTS) au niveau du Fonds monétaire international. 500 milliards de dollars (413 milliards d'euros) pourraient permettre (un sursaut) avec l’appui des pays développés, parce que l’Afrique toute seule aura autour de 25 milliards de dollars sur ces nouveaux droits de tirage, tout le reste appartient aux grands pays. Il faut que les grands pays qui n’en ont pas forcément besoin, lâchent une partie de leurs DTS… Droit de tirage spécial… Voilà, du Fonds monétaire, pour nous permettre d’avoir au moins une cagnotte 70 à 100 milliards de dollars pour accompagner la relance économique, préserver les emplois en Afrique et pouvoir assurer véritablement la relance. L’autre sujet principal qui réunissait un certain nombre de pays il y a quelques semaines, c’était le G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) avec la question du terrorisme dans la région. Le Sénégal aussi semble menacé, parce qu’on vient d’attraper 4 présumés partisans d’Amadou Koufa, ,leader peul de la coalition de groupes jihadistes, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), qui sont en prison au Sénégal. Est-ce qu’aujourd’hui, vous êtes partisan de ceux qui estiment qu’on doit donner les moyens aux Africains pour que ce soit eux qui se battent sur le terrain ? Il faut d’abord donner des moyens, mais nous ne serons pas seuls, parce que la bataille, ce n’est plus la bataille des gladiateurs. Il faut aussi de la coopération, il faut de l’intelligence, il faut du renseignement. Pour les gens arrêtés au Sénégal oriental, oui, nous ne sommes pas épargnés. Vous craignez une contagion ? Oui. Nécessairement. Leur objectif, c’est d’atteindre l’océan Atlantique. Donc, que ce soit le Sénégal ou les autres pays côtiers qui sont les derniers remparts, il faut qu’on se prépare à rentrer dans la bataille. Faut-il discuter avec les terroristes, maintenant qu’on n’avance pas ? Non, je ne pense pas. Je suis contre une discussion avec des terroristes. On ne peut pas terminer sans évoquer la politique intérieure, où aujourd’hui l’un des principaux opposants à votre régime, Ousmane Sonko, est accusé de viol. On essaie de lever son immunité parlementaire. Les gens se retournent vers vous en disant : est-ce que le président Macky Sall est en train de tuer son principal opposant ? C’est toujours la même chose. D’abord, c’est un sujet sur lequel je n’ai pas à me pencher, parce que, même avec la presse nationale, je ne me suis pas prononcé. Donc, vous voyez le mal que j’aurais à parler sur votre antenne de ce sujet-là. Encore une fois, c’est une affaire regrettable. Je ne sais pas ce qu’il en est dans le fond. Je ne peux pas souhaiter à mon pire adversaire une telle situation. Maintenant, il y a une accusation, il y a des procédures. Vraiment, il ne faut pas qu’on mêle le président à des choses qui ne le regardent pas. Le président n’y est pour rien ? C’est clair. Je crois que j‘ai suffisamment de choses à faire que de comploter des choses aussi basses.    

Imprensa Semanal
Imprensa Semanal - China no clube das grandes potências com USA e União europeia

Imprensa Semanal

Play Episode Listen Later Jan 9, 2021 4:33


Abrimos esta Imprensa semanal com LE POINT que faz a sua capa com uma entrevista exclusiva, Segredos do Poder, com Bruno Le Maire, ministro francês da Economia.   Na entrevista, por ocasião da publicação do seu livro, o Anjo e a Besta, o ministro Bruno Le Maire, explica as decisões económicas, industriais e financeiras de França, fala de mulheres e de homens políticos nacionais e internacionais, esclarece sobre os meandros das negociações entre dirigentes do mundo inteiro, onde tudo é brutal, mas também se refere à crise sanitária e económica sem precedentes e à potência da China. A China entrou no clube das grandes potências, tirou milhões de pesssoas da pobreza e teve sucesso na sua transição tecnológica. Mas o seu modelo tem também fraquezas como uma dívida excessiva e desemprego de massa, sem contar com o seu regime político, cujos valores e funcionamento não partilhamos, afirma, Bruno Le Maire, na entrevista ao semanário, LE POINT.  Brexit, adeus e "good luck", boa sorte, é a capa do COURRIER INTERNATIONAL. Após 47 anos de adesão e um longo período de divórcio, o Reino Unido deixou a União europeia. Por seu lado, L'EXPRESS, pergunta em capa se ainda se pode acreditar?, a proposito das vacinas anti-Covid. Atrasos na vacinação, falta de doses, ainda se pode corrigir o tiro? Com o governo a acelerar caoticamente a campanha de vacinação, o verdadeiro desafio nos próximos meses será a disponibilidade das vacinas em quantidade suficiente. Mas a estratégia europeia coloca problema assim como a questão da confiança nos políticos. Um próximo do Presidente Macron, reconhece sem rodeios, que finalmente, a vacina é como a participação numa eleição, isso coloca a questão da adesão democrática, acrescenta, L'EXPRESS.  Incesto, o fim de um tabu em França Incesto, o fim de um tabu, é o tema de capa do semanário, L'OBS. Na Família grande, título do seu livro, Camille Kouchner, filha do antigo ministro dos Negócios estrangeiros, Bernard Kouchner, afirma que o seu irmão gémeo, foi vítima desde a adolescência de abuso sexual, por parte do seu padrasto, o constitucionalista, Olivier Duhamel. 30 anos depois, ela conta como é que esse terrível segredo devastou a vida do irmão e familiares.  Na entrevista, Camille Kouchner, afirma que decidiu escrever o livro porque já não conseguia manter-se em silêncio. O livro nasceu duma necessidade, testemunhar o incesto e mostrar que durou muitos anos e que é extremamente difícil ultrapassar o silêncio. Não escrevi o livro em nome do meu irmão, mas em nome das irmãs e sobrinhas e todas aquelas que sofreram com o incesto, sublinha, Camille Kouchner, nas páginas do L'OBS. Sobre o continente africano, JEUNE AFRIQUE on line, refere-se ao Senegal, onde o financiamento dos partidos políticos continua a ser um tabu. O ministério do Interior, ameaçou dissolver o partido Pastef, do opositor, Ousmane Sonko, que acaba de lançar um apelo internacional à recolha de fundos. Sonko, afirma que durante a campanha das presidenciais de 2019, houve situações caricatas com o partido a não participar em comícios porque não havia combustível para os seus carros se deslocar. "Sou o mais pobre dos presidentes de partidos políticos no Senegal", afirma, Sonko, à JEUNE AFRIQUE online.

Business Drive
Kenya Senators Support Nairobi Governor's Impeachment

Business Drive

Play Episode Listen Later Dec 18, 2020 1:00


The governor of Kenya’s capital, Nairobi, Mike Sonko Mbuvi, has been removed from office after the senate upheld his impeachment by the regional assembly.Senators found Mr Sonko guilty of four charges including gross violation of the constitution, abuse of office, gross misconduct and other crimes under the national law.

Efecto Naím
El gobernador que repartió licor para combatir el COVID-19

Efecto Naím

Play Episode Listen Later Jul 2, 2020 4:48


El gobernador de Nairobi, Mike Sonko, parece estar obsesionado con el oro y consigo mismo. En un país en el que 17 millones de habitantes viven en pobreza, Sonko opta por llevar ostentosas joyas y atuendos, y por manejar un llamativo carro de color oro. Quizá no es de sorprender que su respuesta ante el COVID-19 fuese tan peculiar como él. Así que lo “coronamos” como el Genio Memorable de la semana. Learn more about your ad-choices at https://www.iheartpodcastnetwork.com

UEMA Podcast
UEMA Series 067 by Abiz Sonko

UEMA Podcast

Play Episode Listen Later May 25, 2020 77:44


¡Buenos días familia! Seguimos con la desescalada, deseando que estéis bien y que así os mantengáis, y como no seguimos con nuestras UEMA Series. Hoy estamos muy felices porque os traemos un set de nuestro querido Abiz Sonko. Si eres de Albacete, vas a necesitar poca presentación, y es que pocas personas hay en la ciudad que lleven 20 años produciendo Techno y que hayan aportado tanto a una escena local que aunque a veces haya sido muy silenciosa siempre ha estado aquí. Pues bien, Abiz Sonko es una de esas personas que tanto ha luchado y lucha porque Albacete tenga su reducto Underground en el que poder disfrutar de Electrónica de calidad. Fundador del mítico sello AB-U Records, donde aparecieron buena parte de los músicos vinculados a la electrónica albaceteña. Sus trabajos han sido editados en sellos como Geométrika, HC Records, Zimmer, New North o Cicuta, por nombrar unos pocos. Con un estilo hipnótico, Sonko se atreve con casi cualquier estilo, habiendo variado su sonido desde el Techno más mental, al Ambient, EBM, Wave o Electro. Sus Lives y Dj Sets han tenido escenarios de lujo como Specka (MAD), Mini Club (VLC), Veto Social Club (IB) o Metro Dance Club, sin contar sus actuaciones en Colors donde ha hecho temblar los cimientos de nuestro sótano. Como Dj, es quizás de los más finos que te puedes encontrar por estos lares y con unas selecciones simplemente magistrales. Para esta ocasión Abiz Sonko nos ha obsequiado con una sesión que el mismo ha titulado como “On My Way To Bakalaland” queriendo rendir homenaje a Valencia e Hypnótica Colectiva, además de a su gran amigo Domingo Dark Vinyl. Este viaje que nos propone Abiz Sonko requiere el uso de unas buenas zapatillas, ropa cómoda y ¡un alto volumen en los altavoces! ¡Felicidad garantizada por toda la energía que desprende este set familia! Sin más os dejamos con el gran Abiz Sonko.

Les Francs Comtois sont formidables - FB Belfort
Morgane Sonko, experte du Yoga Vinyasa à Belfort

Les Francs Comtois sont formidables - FB Belfort

Play Episode Listen Later Feb 10, 2020 3:23


durée : 00:03:23 - Les Francs Comtois sont formidables - FB Belfort - Le yoga fait de plus en plus d'adeptes. La Franche-Comté n'échappe pas à cette mode. Rencontre avec Morgane Sonko, professeure de Yoga Vinyasa à Belfort. Elle est notre Franc-Comtoise formidable.

Pod Save Kenya
POD SAVE KENYA: KURUKANA EPISODE

Pod Save Kenya

Play Episode Listen Later Jun 7, 2019 29:21


Kenya is openly becoming that society ya kurukana (Eng. rebuff). This episode can be summed up with the words "ki Petero ki Yesu" and "I must love you so more, Governor." Hosts: Vincent Odundo & Kelvin Mutugi Sponsored by: The Money Nation Forex Inspired by: Gvn, Sonko and Jackline Makena. --- This episode is sponsored by · Anchor: The easiest way to make a podcast. https://anchor.fm/app

NiWco_street - We see, We Talk

This is a Gambian-Nigerian Duet between Bakary S. Sonko and Sandra T. Adeyeye. Send in your comments or feedback. Follow NiWco blog on www.niwco.blogspot.com.ng to get updated about happenings on niwco_street.

LBAsnackarNBA's podcast
Ep.7 Full trupp

LBAsnackarNBA's podcast

Play Episode Listen Later Dec 14, 2017 75:30


Vi är tillbaks igen och den här veckan med fulltrupp. Branne är tillbaka i podden och vi har mycket att prata om.  Knicks vs Lakers  Hur känner Branne och Lamin för deras lags prestationer.  1-2 Punch: Bulls började säsongen med att Bobby Portis bröt käken på lagkamraten Mirotic och nu är de båda på plan och bryter ner andra lag.  Vem är en större Choke: Mello eller Harden Vi pratar också:  76rs vs Timberwolves. Victor Oladipos utveckling & Kahwi Leonards återkomst till NBA

LBAsnackarNBA's podcast
Ep.2 Skador & starka känslor

LBAsnackarNBA's podcast

Play Episode Listen Later Nov 15, 2017 70:27


Den här veckan pratar vi om:  Vem kommer att få den första streaken för säsongen ? Lamin hatar tanken av att diskutera streaks i början av säsongen och Branne tror på Spurs +8 Skador: Dog eastern conference med Hayward? OKC trion ett hot eller inte.     

LBAsnackarNBA's podcast
Ep.4 "Mood"

LBAsnackarNBA's podcast

Play Episode Listen Later Nov 13, 2017 48:07


Ny vecka, nytt avsnitt!  Den här veckan hör ni Ahmed Berhan och Lamin Sonko prata om: Den Legendariska och redan klassad som en klassiker i NBA 2K18 historia. Matchen mellan Lamin Sonko och Branne Pavlovic. Vi tar också upp veckans NBA stat, lär vi oss något eller inte ? Hur länge kommer vi få höra "Det är bara början av säsongen" ? Streaaaks, vi alla hade fel! Betyder Celtics framgång att Kyrie har bevisat att han är en ledare? Mot slutet pratar vi lite om den lettiska enhörningen Porzingis samt Giannis vs Lebron Glöm inte att ni kan följa oss på sociala medier: FB:  https://www.facebook.com/LBAsnackarNBA/ Twitter: @ahmedberhan @branne_pavlo @laminazer Snapchat: @branne_pavlo @laminazer @a.berhan 

LBAsnackarNBA's podcast
Ep.1 Säsongen är igång

LBAsnackarNBA's podcast

Play Episode Listen Later Oct 23, 2017 50:27


Ahmed, Branne och Lamin sätter sign är och pratar om sina förväntningar för den kommande säsongen av NBA.

GIF-podden
Avsnitt 13 – Habanero Batanero

GIF-podden

Play Episode Listen Later Mar 21, 2017


I avsnitt 13 pratar vi bland annat om: ► 10.00: Gladiator-Oskar borde fysa med Giffarna! ► 15.30: Joel sticker plötsligt ut hakan. ► 19.50: En kittlande backtanke – vi diskuterar rimligheten i uppgifterna om en återkomst för Sonko. ► 25.30: Habanero Batanero är på väg in. Oskar utvecklar vad Giffarna vill med den här värvningen. ► 33.00: … Fortsätt läsa Avsnitt 13 – Habanero Batanero Inlägget Avsnitt 13 – Habanero Batanero dök först upp på GIF-podden.

Otherwise?
Episode 4: Kidero's Nairobi

Otherwise?

Play Episode Listen Later Aug 25, 2016 14:59


Nairobi County Governor, Evans Kidero, recently said that to eliminate the effects of voter importation into the county, people with muddy or dusty shoes would not be allowed into polling stations during the 2017 General Elections. Naturally, this made me want to assess Nairobi under his tenure - are all roads really tarmacked? Are we living in a modern-day metropolis? We find out this episode. Resources Kidero vows to block ‘imported’ voters in city election What Is A Road ? Kenyans On Twitter Are Mapping Out Potholes Kidero: Nairobi Has Improved Under My Reign Sh18 billion wage bill to blame for Nairobi's slow growth - Kidero Rachel Shebesh slapped after scuffle in Governor Kidero's office Kidero in fist fight with Sonko after 'murderer' claim during Senate grilling Governor Kidero in trouble as MCAs refuse to pass Budget Nairobi MCAs pass budget after Kidero caves in to demands

The Square Ball: Leeds United Podcast
#43: Jonny's Gone (26th Jan 2012)

The Square Ball: Leeds United Podcast

Play Episode Listen Later May 17, 2013 67:24


In this edition of the pod, Howson is history at Leeds United and there's substantial unrest on the terraces. The Yorkshire Evening Post's Leeds United reporter, Phil Hay joins the team to examine the recent goings on. A tough path lies ahead with games against Birmingham and Bristol, but thankfully Sonko and Dyche are always on hand to raise a smile. See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.