Podcasts about Bamako

Capital of Mali

  • 368PODCASTS
  • 927EPISODES
  • 27mAVG DURATION
  • 5WEEKLY NEW EPISODES
  • Dec 5, 2022LATEST
Bamako

POPULARITY

20152016201720182019202020212022

Categories



Best podcasts about Bamako

Show all podcasts related to bamako

Latest podcast episodes about Bamako

AER Podcast
Informe DX de la AER de diciembre de 2022

AER Podcast

Play Episode Listen Later Dec 5, 2022 4:57


Estimados amigos y amigas, sean bienvenidos al informe mensual de la AER, de la Asociación Española de Radioescucha. Antes de empezar, les recordamos que las frecuencias que citemos son kilohercios mientras que las horas son UTC, es decir, están referidas al Tiempo Universal Coordinado. Iniciamos con... RADIO NACIONAL DE ANGOLA, pues continúa emitiendo en su frecuencia habitual de 4.950 en portugués las 24 horas del día. Se pueden enviar informes de recepción al siguiente correo: rna@rna.ao Desde Estados Unidos, la emisora religiosa WLC RADIO que emite vía WBCQ por la frecuencia de 9.330, tiene tres programas diarios en español: de 07.00 a 08.00 hacia España y de 03.00 a 05.00 en dirección a América del Sur. Los informes de recepción se pueden enviar desde su página web en http://worldslastchance.com/wlc-radio/qsl Para todos aquellos que quieran confirmar a Mali como radiopais pueden hacerlo sintonizando alguna de las transmisiones en diferentes idiomas que realiza RADIO INTERNACIONAL DE CHINA desde Bamako (la capital). Se puede intentar su escucha en ingles de 14.00 a 16.00 en 13.685 y 17.630; o de 20.00 a 21.30 en 11.640 y 13.630. También cuenta con dos emisiones en francés de 13.00 a 14.00 en 13.685 y 17.880; y de 21.30 a 22.30 en 11.975 y 13.630. Y en portugués de 19.30 a 20.00 en 11.640 y 13.630. Todos los programas van siempre dirigidos al continente africano. Los informes de recepción para los programas en inglés se pueden enviar al correo: crieng@cri.com.cn . Para los programas en francés a: crifra@cri.com.cn . Y para el programa en portugués a: cripor@cri.com.cn Desde Corea del Sur, la KBS WORLD RADIO cuenta con 4 emisiones diarias en español de 01.00 a 02.00 en 9.870 hacia América del Sur; de 02.00 a 03.00 en 15.575 hacia América del Norte; de 11.00 a 12.00 en 11.795 hacia América del Sur. Y hacia Europa, África y Oriente Medio de 17.00 a 18.00 en 9.740. Los informes de recepción se mandan al correo electrónico: spanish@kbs.co.kr Por último, RADIO EL CAIRO emite diariamente en español de 00.45 a 02.00 en dirección a Europa y América por la frecuencia de 9.900 con muy mala modulación. Los informes de recepción se pueden enviar al correo electrónico: radioelcairoespa@yahoo.com . Terminamos con dos informaciones interesantes: por un lado, que pueden oír y leer este informe en radio.aer.org.es y, en segundo lugar, que todos sus programas diexistas favoritos los pueden volver a escuchar en la web programasdx.com, donde hay un total de 11 programas disponibles. Además, no olviden que pueden contactar con nosotros en el correo: contacto@aer.org.es, así como en nuestra web aer.org.es y en nuestros perfiles en la redes sociales de Facebook y Twitter. ¡Hasta la próxima, muchos 73s y buenos DX!

Principle of Charity
Is Complementary (Alternative) Medicine Helpful?

Principle of Charity

Play Episode Listen Later Nov 28, 2022 53:05


What do we do when we don't feel well and mainstream western medicine can't seem to help us. Maybe it's an irritable bowel, headaches that come too frequently, chronic fatigue or joint pain that just won't go away. Maybe it's more serious - a life-threatening diagnosis of cancer, or a neurological condition like parkinsons, and we are told by doctors that there's no cure or they have limited treatment options. In all these cases, how should we assess complementary medicine? The alternative medicine market is a massive and growing industry increasingly framing health as ‘wellness' which aims to help us live a life of flourishing rather than just an absence of illness. Is there a point, though, when the therapies shift from helpful to hoax? In this episode with our guests Dr Norman Swan and Dr Penny Caldicott we explore what's reasonable to do if we feel sick, but our doctor doesn't seem to be able to help.Dr Norman SwanNorman is a multi-award winning broadcaster, journalist and commentator. He is the host and creator of the Health Report, on ABC Radio National, which is the longest running health programme in the English-speaking world. Norman consulted for the World Health Organisation on global priorities in health research, putting evidence into health policy and clinical trial registration. He co-facilitated, with Richard Horton (editor in chief of The Lancet) a global ministerial forum in Bamako, West Africa which aimed to advance the global health agenda.In his latest book “So You Want To Live Longer, Younger” Norman scrutinises the science and the fads to offer up a guide to living a longer, healthier life.Dr Penny CaldicottPenny is president of the Australasian Integrative Medicine Association. She's also the founder and director of Invitation to Health, a holistic, patient-centred medical service on the New South Wales Central Coast. Since graduating from medical school more than two decades ago, Penny's passion for understanding the journey that contributes to a patient's disease has led her to practice what's called integrative medicine. In this practice, complementary therapists like naturopaths and nutritionists work together with gp's in an environment designed to apply the best of evidence-based conventional medicine and complementary therapies..Penny believes that this kind of collaborative approach to the prevention of disease can play a significant role in turning back chronic disease in Australia. She's a strong advocate within the medical establishment and to governments for a pre-emptive model of health care, one that aspires to both prevent chronic disease and to accompany patients back towards well being.~~ You can be part of the discussion @PofCharity on Twitter, @PrincipleofCharity on Facebook and @PrincipleofCharityPodcast on Instagram. Your hosts are Lloyd Vogelman and Emile Sherman. Find Lloyd @LloydVogelman on Linked in Find Emile @EmileSherman on Linked In and Twitter. This Podcast is Produced by Jonah Primo and Bronwen Reid Find Jonah @JonahPrimo on Instagram. Hosted on Acast. See acast.com/privacy for more information.

Shawn Ryan Show
#41 Kyle Morgan - Delta Force Operator

Shawn Ryan Show

Play Episode Listen Later Nov 24, 2022 300:25


Kyle Morgan brings us on his journey from his childhood to the worlds most elite and secretive special operations unit known as "Delta Force". On 20 November 2015, Islamist militants took 170 hostages killing 20 of them in a mass shooting at the Radisson Blu hotel in Bamako, the capital city of Mali. Kyle was one of the sole responders and was awarded the Distinguished Service Cross for his actions that day. Shawn Ryan Show Sponsors: https://www.mudwtr.com/shawn https://www.bubsnaturals.com (USE CODE SHAWN) https://prepwithshawn.com/ https://meetfabric.com/shawn https://www.patreon.com/VigilanceElite Kyle Morgan Links: https://www.instagram.com/kylemorgan_actual https://blubearingsolutions.com/ Shawn Ryan Links: Please leave us a review on Apple/Spotify Podcasts: #VIGILANCEELITE #SHAWNRYANSHOW Vigilance Elite/Shawn Ryan Links: Website - https://www.shawnryanshow.com Patreon - https://www.patreon.com/VigilanceElite TikTok - https://www.tiktok.com/@shawnryanshow

Revue de presse Afrique
À la Une: la situation se détériore encore entre Paris et Bamako

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Nov 23, 2022 4:15


La junte malienne a annoncé, lundi soir, l'interdiction des activités de toutes les ONG financées ou soutenues par la France, y compris celles qui opèrent dans le domaine humanitaire. Le Premier ministre par intérim, le colonel Abdoulaye Maïga, justifie cette mesure par l'annonce récente par la France de la suspension son aide publique au développement à destination du Mali. Le quai d'Orsay avait précisé que la France maintenait son « aide humanitaire » et quelques soutiens à des organisations de la société civile maliennes. « Un divorce dans la douleur », s'exclame L'Informateur à Bamako. Un divorce « on ne peut plus symptomatique de la francophobie ambiante en Afrique, pointe le journal malien, qui prend prétexte de tout pour ruer dans les brancards d'une relation France-Afrique déséquilibrée avec, par endroits, des accents exécrables de néocolonialisme. Pourtant, en neuf ans de présence militaire française au Mali, Paris a payé cher sa dette de sang, relève L'Informateur, avec la perte de 53 soldats et une facture journalière d'un milliard de FCFA, sans oublier le matériel détruit. (…) En vérité, conclut le journal, Bamako a placé trop haut la barre de ses attentes vis-à-vis de la France dans cette guerre contre les terroristes. » Interdire les ONG financées par la France : une mesure « critiquable et impopulaire » « La tension refait surface entre le Mali et la France, soupire le journal en ligne Malikilé. Les deux pays, depuis une semaine, prennent des mesures de rétorsion réciproques. Et les victimes, ce sont les pauvres populations maliennes qui ne cherchent qu'à vivre et à manger à leur faim. » En effet, précise Malikilé, « même si les Maliens, dans leur majorité, soutiennent les autorités dans leurs actions de réciprocité aux différentes attaques extérieures, l'interdiction des ONG françaises est plus qu'impopulaire. Il est critiquable, affirme le journal en ligne, que les autorités qui disent défendre les intérêts de la population, interdisent des ONG qui, pourtant, sont au chevet de ces mêmes populations dans plusieurs domaines. » Et Malikilé de s'interroger : « A-t-on pensé aux milliers de Maliens employés de ces ONG françaises, à leur famille ? A-t-on pensé à ces millions de personnes secourues par ces (mêmes) ONG ? Au centre et au nord du Mali, des ONG, y compris françaises, luttent efficacement contre le terrorisme en donnant de l'emploi aux jeunes. Leur départ prématuré risque de conduire le Mali vers des horizons inconnus. (…) Les autorités de la transition doivent (donc) revoir leur copie, s'exclame le journal. Et assouplir leur décision. (…) Le Mali n'a pas besoin d'un autre front qui ferait davantage souffrir les populations. » Une balle dans le pied ? Un argumentaire repris par L'Observateur Paalga au Burkina : « C'est comme si Assimi Goïta se tirait une balle dans le pied, s'exclame le quotidien ouagalais. En effet, ce n'est ni lui ni son Premier ministre qui vont trinquer dans cette affaire, mais les populations pour qui ces ONG, qui s'investissent dans l'alimentaire, la santé, l'éducation ou les ressources en eau, constituent la seule bouée de sauvetage devant un État inexistant. C'est à n'y rien comprendre, peste L'Observateur Paalga. C'est dire qu'Assimi Goïta n'est pas à un paradoxe près. À moins que… À moins que Bamako ne suspecte ces structures, pointe le journal, comme des chevaux de Troie de la France dans "le soutien actif aux groupes terroristes", à l'image de Radio France internationale, traitée de radio "Mille collines" et dont les activités ont été suspendues dans le pays. » « Aucun pays au monde ne peut vivre en autarcie » En tous cas, souligne Le Pays, toujours au Burkina Faso, « aucun pays au monde ne peut vivre en autarcie. Du reste, 60% du territoire malien échappe au contrôle de l'armée, malgré la présence des supplétifs russes de Wagner. De nombreuses personnes, victimes de la crise sécuritaire, sont obligées de fuir leur zone au profit d'autres zones plus sécurisées. Cette décision de retrait, si elle venait à être mise en vigueur, ferait sans doute du mal aux braves populations qui, non seulement courent le risque de tomber sous les balles assassines des terroristes, mais aussi de mourir de faim. Au nom des populations dont elle prétend défendre les intérêts, la junte malienne gagnerait (donc) à mettre balle à terre et à se tourner résolument vers la réconciliation et la reprise du dialogue avec ses partenaires. »

Business Drive
Mali Bans French-Funded NGOs

Business Drive

Play Episode Listen Later Nov 23, 2022 0:58


The military rulers in Mali have banned all non-governmental organisations that are funded or supported by France from operating in the country. Humanitarian groups are included in the ban. The junta says the move followed France's decision to stop development aid over Bamako's alleged use of paramilitaries from the Russian Wagner group. Mali's interim Prime Minister Colonel Abdoulaye Maïga denied those allegations, saying they were aimed a destabilizing the country. Mali's foreign ministry described the French government as dehumanizing aid for their people and said France was using the funds to blackmail governments and support the terrorist groups in Mali.

Revue de presse française
À la Une: Benzema hors-jeu au Mondial

Revue de presse française

Play Episode Listen Later Nov 20, 2022 4:46


La Coupe du monde débute cet après-midi au Qatar. Sans Benzema. À l'inverse des alchimistes qui métamorphosaient jadis le plomb en or, L'Équipe tourne « en Une » le dernier Ballon d'Or en « ballon de plomb ». La blessure à la cuisse du buteur français ? Un « coup de poignard », un « cauchemar » qui, « peut-être… refermera l'histoire inachevée sous le maillot bleu », de Karim Benzema, se désole L'Équipe. Mais avant ce crépuscule de Benzema dans les sables du Qatar, les fans de foot se disaient fins prêts pour suivre ce Mondial. Selon un sondage Opinionway pour Le Parisien Dimanche, 87% d'entre eux assuraient vouloir en regarder des matches. À l'inverse, 54% des Français, dans leur ensemble, disaient ne pas vouloir regarder cette édition 2022, un sur quatre exprimant même un sentiment de « honte » en pensant à la Coupe du monde au Qatar. Le Qatar en crampons Le Qatar, justement. L'hebdomadaire L'Obs décrit cet émirat du golfe comme « un pays de cailloux et de poussière, où hormis quelques dunes de sable dans le sud, les seules montagnes sont les gratte-ciel de verre (…) Un bout de désert où il fait chaud à crever ». Mais au-delà du décor, ce « confetti » détient, « à l'échelle du monde, une puissance de frappe qui donne le tournis : avec 24,7 milliers de milliards de mètres cubes de gaz naturel, le Qatar se place à la troisième place des réserves mondiales, derrière la Russie et l'Iran. Avec son PIB par habitant, il s'impose comme le pays plus riche au monde ». L'hebdomadaire Le Point, note que l'enquête sur les circonstances exactes de chaque mort (pendant les travaux de construction des stades), qui était réclamée de longue date par les organisations de défense des droits de l'homme… que cette enquête, donc, n'a jamais été menée par le Qatar.  Comme le souligne cet hebdomadaire, « le Qatar souhaite manifestement enterrer ce dossier encombrant, dont la réouverture pourrait entraîner des demandes de milliards d'euros de dédommagement aux familles des victimes ». Sabre au fourreau, au Burkina Faso ? Dans le Sahel, la France n'écarte pas le départ des forces spéciales françaises basées au Burkina-Faso, où des manifestations contre la présence française ont eu lieu, hier. C'est ce que dit le ministre des Armées auJournal du Dimanche. « Il est évident que la révision de notre stratégie générale en Afrique interroge toutes les composantes de notre présence, y compris les forces spéciales », déclare Sébastien Lecornu dans un entretien au JDD. La France profil bas en Afrique ? Justement. La France ayant définitivement mis fin à l'opération militaire « Barkhane », Paris doit à présent préciser le détail de la stratégie que l'Élysée entend à présent engager en Afrique. Quelle posture militaire y adopter ? L'hebdomadaire Marianne a sa « petite idée ». Selon ce magazine, « en creux », le programme pour les troupes françaises présentes en Afrique esquissé par l'Élysée devrait consister à « rester, mais devenir quasi invisibles ». La stratégie militaire de la France devrait y consister à « aider ponctuellement, à la demande, les États africains du Sahel », résume Marianne, compte tenu de « la contestation de la politique française en Afrique, partie du Mali (et qui) gagne du terrain », énonce ce journal. Lequel se demande « comment la junte malienne décriée par Paris peut-elle être qualifiée d' "illégitime" et d' "illégale" quand la succession quasi monarchique du fils Déby au Tchad est soutenue par l'Elysée ? ». Selon Marianne, « les drapeaux russes dans les rues de Bamako, de Ouagadougou ou de Dakar disent moins l'envie de Poutine que le divorce consommé avec un vieux monde auquel la France est maintenant étroitement identifiée ». La COP château de sable À la COP 27, enfin, les pays les plus vulnérables ont obtenu la création d'un fonds destiné à compenser les dégâts climatiques qu'ils subissent. Cette Conférence des Nations-Unies sur le climat, qui vient de s'achever sur un accord, à Charm el-Cheick, en Égypte, était présentée comme la COP africaine. Illustration dans la presse magazine, cette semaine, des dégâts du dérèglement climatique en Afrique : le sable y disparaît des plages. « Avalé par la montée des eaux, pillé et revendu aux industriels du BTP, le sable disparaît à vue d'œil des plages africaines », constate L'Express. « Un désastre environnemental et humain ». Comme le souligne cet hebdomadaire, cette calamité « frappe les côtes du littoral atlantique africain, où la mer avance de 1 à 5 mètres par an en moyenne, et où le sable disparaît à vue d'œil, double victime de l'érosion et d'une extraction à grande échelle à destination de l'industrie du bâtiment ». Dans L'Express, un expert au Programme des Nations unies pour l'environnement, rappelle que « l'Afrique verra sa population doubler d'ici à 2050 » et qu'en conséquence, « inévitablement, cela va accélérer l'exode rural vers les villes et les zones côtières, et donc l'urbanisation effrénée. La demande en sable - l'un des principaux composants du béton - va donc exploser », prédit-il. Une bétonisation qui a de quoi accentuer l'érosion naturelle. « Cycle infernal aux conséquences catastrophiques », se navre L'Express.

Revue de presse Afrique
À la Une: la France suspend son aide au développement au Mali

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Nov 18, 2022 3:13


Selon Le Monde Afrique, cette décision a été prise « il y a deux ou trois semaines » par Paris, mais elle n'a pas fait l'objet d'une communication « officielle » de sa part. Pour justifier cette suspension, le ministère français des Affaires étrangères invoque le recours de la junte malienne au groupe militaire russe Wagner, que la Mali dément. Spécialisée dans l'économie africaine, l'agence Ecofin souligne que cette décision intervient dans un contexte de tensions accrues avec Bamako, et que, pour certaines organisations de la société civile, cette décision « pourrait avoir de lourdes conséquences sur la population malienne ». Ecofin signale qu'au total, « près de 70 projets de développement en cours ou prévus au Mali, ces prochaines années, « pourraient être stoppés » et que la suspension de l'aide publique au développement de la France au Mali « pourrait ouvrir un nouveau front économique dans le processus d'isolation progressive de Bamako sur la scène internationale ». Selon les Nations unies, « la situation humanitaire au Mali, en proie à l'insécurité et aux chocs climatiques, est « préoccupante », pointe Ecofin, 7,5 millions de personnes dans le pays ayant besoin d'assistance humanitaire cette année, 4,8 millions étant en situation d'insécurité alimentaire alors que 1 664 écoles sont non fonctionnelles, soit 16% des écoles du Mali ». Répit pour les Démocrates béninois Au Bénin, la Cour constitutionnelle a accédé hier à la requête du parti d'opposition les Démocrates. La formation de l'ancien président Thomas Boni Yayi avait déposé un recours auprès de la haute juridiction, après avoir vu sa liste pour les législatives du 8 janvier prochain rejetée par la commission électorale. « Les Démocrates obtiennent un sursis », lance Jeune Afrique. Toutefois, complète ce journal, « cette décision ne garantit pas encore la participation de ce parti au scrutin de janvier. Les démocrates doivent maintenant attendre la délivrance de leur récépissé définitif par la Cena », pointe JA. Côte d'Ivoire, la liste de la discorde J-1, en Côte d'Ivoire, avant le coup d'envoi de la révision de la liste électorale. L'opération « débute demain », lance Fraternité Matin en Une. Le quotidien gouvernemental souligne notamment la possibilité, cette fois-ci, de s'enrôler « en ligne », Frat Mat s'empressant d'ajouter que cette méthode inédite et high-tech d'enrôlement est réservée « aux personnes déjà inscrites ». La révision de la liste électorale, en vue des prochains scrutins en Côte d'Ivoire – les élections municipales et régionales de 2023, notamment – est « une opération d'envergure qui nécessite la participation de tous », souligne le quotidien indépendant Soir Info. Etant rappelé que les principaux partis ivoiriens d'opposition réclament la réforme de la Commission électorale indépendante et un audit de la liste électorale, ce même journal rapporte les propos de la troisième vice-présidente de la Commission électorale indépendante, Salimata Porquet. Laquelle déclare que « ceux qui réclament l'audit de la liste électorale n'ont rien compris parce que l'étape du contentieux permettra d'avoir une liste électorale fiable, crédible et inclusive. Faisons confiance à la CEI et sachez que cette histoire d'audit n'a aucun sens », a dit encore Salimata Porquet, signale Soir Info. Dans le quotidien Le Temps, proche de l'ex-président Laurent Gbagbo, le docteur Christophe Kouamé, président de l'ONG Civis, dresse un inventaire des fraudes potentielles, en expliquant « comment s'opère la fraude sur la liste électorale », en évoquant notamment les cas d'inscription de « non-nationaux » sur ladite liste, ainsi que « l'inscription des mineurs » ou de « non-résidents », ou encore la « non radiation des personnes décédées ».

Africa Today
What is going on in Mali?

Africa Today

Play Episode Listen Later Nov 17, 2022 25:21


As international troops quit as violence surges and Russian influence permeates the country, we ask: Is the west burning its bridges with Bamako? Focus on Africa's Audrey Brown is joined by a panel of guests, Dr Virginie Baudais who is based in the Malian capital Bamako and is the Stockholm International Peace Institute's director of the Sahel programme; Dr Jean-Herve Jezequel, the International Crisis Group's Project Director for the Sahel who is in Senegal; and Dr Niagale Bagayoko, who heads up the Africa Security Network, which is an independent think tank based in Paris. They helped to unpack what this disengagement with the West means for Mali and the wider region.

Revue de presse Afrique
À la Une: la Côte d'Ivoire retire ses soldats du Mali

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Nov 16, 2022 3:57


Après la Grande-Bretagne en début de semaine, la Côte d'Ivoire annonce le retrait progressif de ses militaires et policiers engagés au sein de la Minusma, la Mission de l'ONU au Mali. Au total, 850 éléments déployés depuis 2014. Officiellement, pointe le site d'information ivoirien Yeclo, « les autorités ivoiriennes n'ont pas expliqué les raisons de ce retrait. Toutefois, précise-t-il, les relations étaient tendues entre le Mali et la Côte d'Ivoire depuis l'arrestation des 49 militaires ivoiriens à Bamako le 10 juillet dernier, accusés d'être des mercenaires par les autorités maliennes. » Pour L'Infodrome, autre site d'information ivoirien, c'est clair : c'est bien l'affaire des soldats détenus au Mali qui a motivé la décision d'Abidjan. En effet, jusqu'à présent, les pourparlers entre les deux pays n'ont rien donné ou presque. « Plusieurs médiations ont eu lieu sous la houlette du Togo, rappelle L'Infodrome. Trois femmes soldats ont pu recouvrer la liberté et regagner Abidjan. (Ensuite) malheureusement, les négociations ont accouché d'une souris. Exaspérée, poursuit le site, la Côte d'Ivoire a (donc) décidé de mettre fin à sa participation aux missions de maintien de la paix au Mali. » Abidjan échaudé… En fait, croit savoir Jeune Afrique, « côté ivoirien, cela fait plusieurs mois que la réflexion sur un retrait de la Minusma a été amorcée. Sur la même ligne que ses partenaires européens, le gouvernement ivoirien était échaudé par la décision des autorités de transition maliennes de rompre avec la France et l'Union européenne pour se rapprocher de la Russie, en faisant notamment appel aux mercenaires de la société militaire privée Wagner. L'arrestation des 49 soldats ivoiriens à l'aéroport de Bamako, le 10 juillet, n'a évidemment pas arrangé les choses. À l'époque, précise encore JA, certains de ses proches – en particulier parmi les militaires – avaient même pressé Alassane Ouattara de retirer immédiatement ses troupes de la Minusma en mesure de rétorsion. Le président ivoirien n'y avait finalement pas cédé, et avait maintenu ses Casques bleus chez son voisin. Mais le maintien en détention des militaires n'a fait que tendre encore un peu plus les relations entre Abidjan et Bamako. » Une « plaie béante » « Le contingent ivoirien plie bagages », constate pour sa part Le Soft à Bamako. « La plaie entre Bamako et Abidjan devient de plus en plus béante, affirme le site malien. Alors que les deux capitales sont en pleine crise depuis l'éclatement de l'affaire des 49 militaires ivoiriens, le Gouvernement ivoirien annonce (donc) le retrait de ses troupes de la Minusma. » « Un retrait diversement apprécié à Bamako », relève Maliweb qui cite quelques réactions glanées sur les réseaux sociaux : « les troupes onusiennes du Mali partiront d'elles-mêmes, les unes après les autres » ; « très bien, quand tous les ennemis de la paix auront quitté le Mali, la paix régnera pour toujours » ; ou encore, a contrario : « le problème du Mali n'est pas les forces étrangères, c'est plutôt la mauvaise gouvernance. Que les gouvernants arrêtent de piller ! » Le début de la fin pour la Minusma ? Alors, « est-ce le chant du cygne pour la Minusma ? », s'interroge Le Pays au Burkina Faso. « Il est difficile de ne pas le croire avec l'annonce du retrait britannique et ivoirien. Quand on sait qu'après le départ de Barkhane, plusieurs autres nations comme la Suède, l'Allemagne, le Danemark et le Bénin avaient annoncé le départ de leurs troupes, on ne peut que se conforter dans l'idée de l'imminence de la fin de la présence des Casques bleus au pays d'Assimi Goïta. » Ces retraits ajouteront « à l'isolement diplomatique du Mali, estime encore Le Pays, avec de lourdes conséquences politiques, économiques et sociales. » L'Observateur Paalga est sur la même ligne : « on sait que la défense de la sécurité et de l'intégrité du Mali est l'affaire des Maliens eux-mêmes, mais en travaillant à faire le vide autour d'elles, les autorités maliennes compliquent un peu plus une situation qui n'est déjà pas bien reluisante. Surtout que malgré sa 'montée en puissance', si l'on croit la vulgate officielle de Koulouba, l'armée malienne n'est pas en mesure de combler le vide laissé par ses différents partenaires. »

CruxCasts
Toubani Resources (TRE) - Investors Drawn to ASX Listing & Exploration

CruxCasts

Play Episode Listen Later Nov 12, 2022 18:42


Toubani Resources Inc. is a Canadian gold exploration and development company focused on the advancement of its Kobada gold project in Southern Mali. The Kobada gold project is located approximately 126 km southwest of Bamako, the capital city of Mali, which is the 3rd largest gold-producing country globally. The project boasts a mineral resource estimate of 1.7 million ounces of gold in the measured and indicated category. The project also holds 1.4 million ounces of gold in the inferred category and 1.3 million ounces in the proven and probable category. 

Musiques du monde
Spéciale 34e édition du festival Africolor du 18/11 au 24/12

Musiques du monde

Play Episode Listen Later Nov 12, 2022 48:30


Pour cette 34e édition, nous recevons l'artiste montante du Mali Maïmouna Soumbounou, Vladimir Cagnolari et le directeur artistique Sébastien Lagrave. Maïmouna Soumbounou participera au traditionnel Noël mandingue du 24 décembre. Pour parler d'Africolor, nous laissons la parole à Sébastien Lagrave avec son édito : la fabrique des monstres. Le monstre c'est l'autre ; ce que la nature n'aurait pas dû produire, l'exception de l'espèce, le bizarre, le « freaky ». Entre l'Antiquité, où les géographes peuplaient l'Afrique de monstres, et le calvaire de la Vénus Hottentote au XIXe siècle, le récit de l'Afrique n'a cessé d'être une fabrique de la monstruosité. Aussi, en 2022, Africolor est résolument « monstrueux », rappelant à la scène des monstres sacrés tels le néo-ghanéen Stevie Wonder revisité par Fabrice Martinez, Moriba Koïta joué par son fils ou la résistante kabyle Lalla Fadhma N'Soumer, interprétée par Evelyne El Garby Klaï. Elle clôturera les Mercredis des indépendances, feuilleton autour des pères fondateurs présentés à la Marbrerie avec la complicité de Vladimir Cagnolari, qui retrouve aussi Binda Ngazolo pour une séance de photos de famille coloniales. Du côté des monstres customisés, on ne pouvait oublier la mégapôlistique Kinshasa avec la première francilienne des Kin'Gongolo Kiniata avant Jupiter et Okwess. Et c'est une Fatoumata Diawara taille patron(ne) qui invite les Go de Bamako, au milieu d'une édition aux plateaux « Grand Format » monstrueux : Fanmkika, Évry Femmes d'Espoir, Big in Jazz Collective, Peaux Bleues. Et, puisque les monstres se cachent aussi dans les plis de notre littérature, Ann O'Aro et Fanny Ménégoz font renaître l'inquiétant sourire de la Wouivre. Délibérément hors cadre, cet Africolor 2022 est fait de chimères musicales et de gorgones sonores, réveillant la part du monstre vibrionnant qui sommeille en chacun.e de nous. Qui est Maïmouna Soumbounou ? Après un premier passage remarqué en France avec Vesko l'an dernier à Africolor, Maïmouna Soumbounou, l'étoile montante du Mali, revient réchauffer Montreuil de sa voix virtuose. Celle que l'on surnomme « Oumou Sangaré junior » a, en effet, l'étoffe des grandes divas et transporte dans sa voix les traditions ancestrales wassoulou en leur insufflant une vague de modernité à travers ses propres compositions. Un show made in Bamako à couper le souffle, de quoi enjailler une veillée de Noël. Qui est Vladimir Cagnolari ? Auteur, producteur radio, journaliste, Bal de l'Afrique Enchantée… Un Ambianceur de nos amis ! Il va animer les Mercredis des Indépendances. Playlist Sona Jobarteh Gambia voir le clip Kora Héritière d'une des plus grandes familles de griots d'Afrique de l'Ouest, Sona Jobarteh porte en elle des traditions musicales vieilles de sept siècles. Véritable enfant de la kora, qu'elle apprend auprès de son frère dès l'âge de quatre ans, c'est plus tard, à l'adolescence, qu'elle décide de s'y consacrer entièrement. Mais Sona, c'est aussi une voix qui s'enroule autour des 21 cordes et se pose sur la mélodie des accords. Sans jamais s'envoler bien loin de son héritage musical traditionnel, elle en explore avec modernité toutes les dimensions pour offrir un moment de grâce dont on saisit au vol les belles énergies qui se mélangent. Maimouna Soumbounou Sini voir le clip  Samba Peuzzi Tama voir le clip  Rap La pépite de la musique urbaine sénégalaise Samba Peuzzi est un ex-membre du Posey Gang. C'est dans le quartier de Diacksao à Dakar qu'il pratique ses premiers freestyles et concocte ses premiers clips homemade. Celui qui se fait appeler Ghetto Boy a toujours revendiqué ses racines du quartier, mais affiche aujourd'hui plus de 25 millions de vues sur les plateformes de streaming. Reconnu pour ses textes et son style unique, Samba Peuzzi, à seulement 25 ans, se fait une place de choix parmi les rappeurs du pays de Senghor et galvanise le public avec son flow implacable et ses clips acidulés. À l'occasion de la sortie de son deuxième album Senegal boy deluxe, en décembre 2021, la star sénégalaise 2.0 arrive pour ses premières dates en Europe. Jocelyn Balu et Borumba Marie-Louise, voir le clip Rumba congolaise - Création La rumba coule dans les veines de Jocelyn Balu comme la Primus arrose le zinc des maquis de Kinshasa. À l'heure où, en 2021, la rumba vient d'être inscrite au patrimoine immatériel de l'Unesco, Jocelyn Balu et ses compères nous embarquent pour un voyage dans la fièvre du Kinshasa des années 40 à 70, à l'âge d'or de la rumba congolaise. Pour le plaisir de nos oreilles -et aussi pour faire onduler nos bassins- Borumba réinterprète les plus grands tubes, de Basi nionso tapale au refrain cultissime de Marie Louise, et rend hommage à ces pionniers incontournables qui ont bercé leur enfance. Les Go de Bamako Baara Girlsband 100% féminin - création Africolor 22  Après sa création à Africolor en 2021, le tout premier girls band malien 100% féminin revient cette année : les Go de Bamako. Et comme tout music's band réussi, les Go donnent de leur voix tout autant qu'elles nous offrent un show total, entre les Go de Kotéba et les Destiny's Child, sans jamais rien lâcher. Cette recette parfaite s'agrémente d'une pincée de nouveauté, car pour la première fois au Mali, le groupe est accompagné d'un set électro balancé sur scène en live par DJ Majo et DJ Fantastik. Alors place aux Go qui reviennent pour élargir nos oreilles tout en nous laissant comme une envie fiévreuse de s'agiter et de reprendre en chœur des tubes inédits. Mwezi WaQ Musique comorienne – Création Combo comorien, Mwezi WaQ., porté par la voix de Sœuf Elbadawi, repart sur les routes avec Le blues des sourds muets. Issu d'un pays où la musique a longtemps été le lieu de mémoire du peuple, Mwezi WaQ. a choisi de reprendre une tradition de parole brute, initiée par les Anciens. Une parole tout en rythmes, ancrée dans le quotidien et dans la langue du peuple comorien. Les six interprètes (guitares, violoncelle, percussions, chœurs et chant) se mettent au service d'un répertoire de mélodies, tantôt revisitées, tantôt inédites et solidement amarrées à leur modernité. Ils y parlent d'un archipel au destin fracassé, de la douleur des disparus et de l'exil, mais aussi d'une utopie collective où les forces du pouvoir s'inverseraient pour laisser place à une société plus humaine. Mwezi WaQ. délivre une musique poétique, tout droit venue des îles de la Lune (Comores), où le patrimoine est habilement revisité pour créer un pont entre le passé enfoui et l'espérance d'un monde meilleur. Maimouna Soumbounou «Ne Ba» bio, voir plus haut.

Bochkor
06 Bamako versenybeszámoló

Bochkor

Play Episode Listen Later Nov 11, 2022 11:29


06 Bamako versenybeszámoló by Bochkor

bamako bochkor
Bochkor
05 Bamako Tragédia

Bochkor

Play Episode Listen Later Nov 11, 2022 13:55


05 Bamako Tragédia by Bochkor

trag bamako bochkor
Revue de presse Afrique
À la Une: Biden ou Trump, du pareil au même pour l'Afrique…

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Nov 9, 2022 4:28


Selon le quotidien Aujourd'hui, au Burkina Faso, « vues d'Afrique, ces élections (de mi-mandat) n'emballent pas trop, même si on les suit, car ce qui se passe là-bas impacte forcément sur le continent. (…) Il faut dire qu'après l'avènement de Barack Obama, (premier président d'origine africaine) à la Maison Blanche, qui avait suscité tant d'espoirs sur le continent, sans véritables retombées – les Africains avaient peut-être trop espéré de ce premier président post-racial –, après l'avènement de Barack Obama, donc, la realpolitik avait fini par s'imposer, pointe Aujourd'hui, comme pour faire honneur à ce vieux dicton : l'Amérique d'abord ! Désormais donc, les Africains n'attendent plus rien des scrutins (outre-Atlantique) ni des éventuels vainqueurs. Car que ce soit Biden ou Trump, c'est kif-kif, s'exclame encore Aujourd'hui. Ce principe sonne comme une "invite" faite aux populations du continent, très éprouvées par les mauvaises politiques de leurs élites, à redresser au plus vite la tête et prendre leur destin en main, car nul ne viendra faire leur bonheur à leur place. » ► À lire aussi : Élections de mi-mandat aux États-Unis: la carte des résultats État par État Mali: tout va bien sur le front anti-jihadiste ? À la Une également : la situation sécuritaire au Mali. Les autorités militaires de Bamako continuent de crier victoire sur le front du terrorisme. Dans un communiqué repris par la presse bamakoise, notamment le site d'information Maliweb, on peut lire : « les Fama, les Forces armées maliennes, travaillent d'arrache-pied dans l'exécution de leur mission régalienne de protection des personnes et de sauvegarde de l'intégrité du territoire national. La montée en puissance des Fama n'est plus un mythe, mais une réalité indiscutable sur le terrain, même s'il existe des efforts à fournir. En effet, la population à vocation agropastorale a pu exercer ces temps-ci en toute sécurité ses activités champêtres sous la protection des Fama. » Et les autorités maliennes d'exposer le bilan suivant : 133 terroristes neutralisés, 122 interpelés, 60 motos et une centaine d'armes saisies, et 7 bases terroristes détruites dans les différents théâtres d'opérations. Pas dans le Nord… Dans le même temps, le général touareg El Hadj Ag Gamou, figure majeure du conflit malien engagée dans les combats contre les jihadistes, lance un appel à la rescousse : c'est ce que rapporte Le Monde Afrique. Dans un message diffusé ces derniers jours sur les réseaux sociaux, « El Hadj Ag Gamou appelle les jeunes Touareg dans le pays et à l'extérieur à se battre contre l'expansion du groupe État islamique dans le Nord. Il leur donne dix jours pour rejoindre les environs de Gao, la plus grande ville du nord du Mali en proie aux violences du groupe djihadiste EIGS. » Pour leur part, constate Le Monde Afrique, « les syndicats de la région de Gao ont appelé à un arrêt de travail de 48 heures hier et aujourd'hui pour protester contre la dégradation de la situation sécuritaire et "l'inaction du gouvernement". Ils exigent notamment "une riposte sécuritaire" et "le rappel à l'ordre de certains agents des forces de sécurité qui s'adonnent à des dérives d'intimidation et de racket non justifiées". Pour le moment, pointe encore le Monde Afrique, « la junte au pouvoir n'a ni réagi aux propos du général Gamou ni à l'appel des syndicats. » Fin officielle de Barkhane Enfin, ce mercredi, Emmanuel Macron doit annoncer officiellement la fin de l'opération Barkhane au Sahel. « Cette annonce sera sans conséquence sur le dispositif militaire français dans la région », relève Le Point Afrique. Quelque 3 000 militaires français sont encore déployés au Niger, au Tchad et au Burkina Faso.  En effet, précise Le Pays, à Ouagadougou, « l'annonce de la fin de Barkhane ne signifie pas le départ des soldats français du Sahel. Loin s'en faut ! Selon l'Élysée, ils vont y rester et poursuivre la lutte contre les groupes armés (…). En fait, pointe le journal, Barkhane veut opérer sa mue pour ne plus être perçue comme une force d'occupation dans l'imaginaire populaire africain. Elle veut, tout en changeant de dénomination, se positionner comme un partenaire pouvant appuyer les pays qui le souhaitent dans la formation, l'équipement, le renseignement, etc. En clair, conclut Le Pays, prenant toute la mesure de la situation, Paris cherche à composer avec une opinion africaine de plus en plus hostile qui l'accuse, à tort ou à raison, de jouer à un jeu trouble. »

Revue de presse Afrique
À la Une: vague de protestations au Sénégal après l'arrestation du journaliste Pape Alé Niang

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Nov 8, 2022 4:13


L'injonction barre la Une de Dakar Matin : « libérez le journaliste indépendant Pape Alé Niang. » Le directeur de ce site d'information, critique vis-à-vis du pouvoir, est en garde à vue depuis dimanche. Les autorités sénégalaises lui reprochent d'avoir publié des « informations de nature à compromettre la sécurité publique et à occasionner des troubles. » Les derniers articles de Pape Alé Niang portaient sur le dispositif sécuritaire érigé jeudi dernier lors d'une audition devant la justice du principal opposant sénégalais Ousmane Sonko. Le maire de Ziguinchor est accusé de viols. Haro sur le pouvoir… Sur le site Dakar Matin, les protestations de confrères et de sympathisants se succèdent : « l'arrestation préventive du journaliste indépendant Pape Alé Niang par le régime liberticide et moribond de Macky Sall est illégale, arbitraire et constitue une atteinte extrêmement grave à la liberté de la presse » ; « cette arrestation est l'illustration de la folie d'un pouvoir à l'agonie, frileux qui bafoue les droits et libertés les plus élémentaires des citoyens sénégalais » ; ou encore « sachez qu'un journaliste en prison fait plus de bruit qu'un journaliste en liberté. » « Une vague de condamnation déferle », constate pour sa part le quotidien 24 Heures en première page : La Coordination des associations de presse : « si Pape Alé est embarqué pour ces délits, cela veut dire que personne n'est à l'abri. » L'opposant, Abdoul Mbaye : « c'est un coup porté à la démocratie et aux libertés. » L'opposant Ousmane Sonko : « Pape Alé Niang ne sera pas une autre victime de la bêtise étatique… » Le mouvement Y'en a marre : « au lieu de s'en prendre à la presse, l'État devrait s'attaquer au mal qui infecte nos institutions… »L'opposition en première ligne « L'opposition fusille Macky », lance pour sa part WalfQuotidien. « L'opposition est vent debout pour exiger la libération du journaliste Pape Alé Niang, constate le journal. Les principaux opposants dénoncent un recul de la démocratie. » Notamment, le député de Yewwi Askan Wi, Guy Marius Sagna qui « martèle que le président Macky Sall et sa "bande de comploteurs" ont fait arrêter Pape Alé Niang pour lui faire payer l'extraordinaire travail qu'il mène tous les jours et depuis des années et dont la "déconstruction des mensonges" contre Ousmane Sonko n'est qu'un bout. » La presse sénégalaise dans le viseur ? L'affaire dépasse les frontières sénégalaises. Pour le site d'information WakatSéra, au Burkina Faso, c'est la liberté de la presse en général qui est menacée au Sénégal : « plus que la personne du patron de 'Dakar Matin', la crainte est manifeste au niveau des syndicats (de journalistes) que ce soit la profession qui se retrouve ainsi dans le viseur de prédateurs de la presse, affirme WakatSéra. Les menaces ne sont pas à prendre à la légère et pourraient bien justifier le recul de la liberté de presse au Sénégal, qui est descendu de la 49ᵉ à la 73ᵉ place dans le dernier rapport de Reporters Sans Frontières. Toutefois, relève encore le site burkinabé, le pouvoir est loin d'être le seul obstacle à la liberté d'informer, l'opposition étant également mise à l'index par l'Association des professionnels de la presse en ligne. Sans être dramatique pour les journalistes sénégalais, la situation n'en n'est pas moins inquiétante, conclut WakatSéra, surtout en cette veille d'élection présidentielle prévue pour 2024, compétition pour laquelle le procès, d'intention ou réel, est fait à Macky Sall de vouloir oser un 3ᵉ mandat anticonstitutionnel. » Mali : le journaliste Malick Konaté menacé Enfin, un autre journaliste pris pour cible, cette fois au Mali… « L'affaire illustre, une fois de plus, ce qu'est devenue la liberté de la presse au Mali, pointe Jeune Afrique. Après l'expulsion d'un envoyé spécial de 'Jeune Afrique' en février dernier, après la suspension de France 24 et RFI, puis celle de la chaîne d'information Joliba TV news pour deux mois après un éditorial critique envers les autorités de transition, voilà un confrère malien gravement menacé pour avoir participé à un documentaire sur Wagner au Mali. » Il s'agit de « Malick Konaté, 32 ans, journaliste freelance, qui collabore à plusieurs médias étrangers, et qui a travaillé (pour ce documentaire) avec un confrère de BFMTV – lequel n'a jamais obtenu l'autorisation de se rendre à Bamako. Depuis la diffusion, il est la cible de nombreux messages haineux et de menaces sur les réseaux sociaux, le qualifiant – entre autres – de "traître", "d'espion", ou encore "d'agent de la France". » Recherché par la police, Malick Konaté a dû quitter le Mali et se réfugier dans un pays voisin. ► À lire aussi : La presse sénégalaise appelle à «la libération immédiate» du journaliste Pape Alé Niang

Invité Afrique
Agnès Callamard (Amnesty International): «L'insécurité augmente» au Mali

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Nov 8, 2022 4:55


Au Mali, les autorités militaires de Bamako ont reçu Agnès Callamard, secrétaire générale d'Amnesty International, dans un esprit d'ouverture, lors d'une visite organisée du 23 au 27 octobre dernier. Un déplacement axé sur la lutte contre l'impunité. Allégations d'exactions contre les populations civiles, enquêtes, rapports de force sur le terrain : Agnès Callamard dresse le bilan de sa visite. RFI : Quel bilan tirez-vous de cette visite au Mali ? Est-ce que ça a été fructueux ? Est-ce que ça a été positif ? Est-ce que vous avez pu voir tous les interlocuteurs que vous souhaitiez voir ? Agnès Callamard : Nous avons vu la plupart des interlocuteurs, ils ont été ouverts, nous avons eu des discussions franches. Nous avons aussi trouvé qu'il y avait eu des avancées certaines sur le cadre légal des crimes commis contre les populations civiles et sur la lutte contre l'impunité, y compris une circulaire qui permettrait que les militaires maliens soient traduits en justice devant des cours civiles, et ça, c'était pour nous un point très important. Malheureusement, dans les faits, il y a encore de nombreux obstacles, il nous semble que les enquêtes menées, que ce soit, sur des exactions commises par les jihadistes ou des exactions commises par les forces militaires armées, que ces enquêtes avancent et progressent très peu, à part une, qui est celle d'Ogossagou… Donc cette attaque intercommunautaire dans le centre du Mali, en mars 2019. Exactement. Donc, celle-ci est maintenant sur le point d'être jugée, ce qui serait un moment vraiment très important pour le Mali, mais c'est un moment unique. Sur le terrain, les autorités maliennes affirment que l'armée monte en puissance, que des villages, des territoires, ont été libérés, mais plusieurs observateurs et des ONG s'inquiètent d'une expansion des forces jihadistes, alors quelles sont vos informations après cette visite, est-ce qu'ils reculent ou est-ce qu'ils progressent ? Nous observons une hausse des incidents, une grande majorité sont attribués à des groupes associés à l'État islamique, en particulier à Ménaka et dans la région de Gao, mais il y a aussi des incidents qui sont très sérieux attribués aux forces militaires maliennes, comme celui de Moura. Donc, selon nos informations, selon les enquêtes que nous avons menées, l'insécurité augmente.   L'ONU s'est plusieurs fois inquiétée de l'impossibilité pour les enquêteurs de la MINUSMA d'aller sur le terrain pour enquêter sur les allégations d'exactions, est-ce que vos équipes peuvent le faire ? Est-ce que les organisations des droits de l'Homme maliennes peuvent le faire ?   Écoutez, il y a un grand dynamisme dans la société civile malienne même si, en même temps, elle est fatiguée. Il y a des témoins, même s'il n'y en a pas beaucoup qui sont prêts à parler, il y en a toujours qui sont prêts à parler, donc l'impunité qui s'est instaurée, le principal moteur de cette impunité, il est politique.   Sur l'information et sa diffusion, après la suspension de RFI et France 24, Joliba TV, donc média national, a été interpellée par la HAC [Haute autorité de la communication, NDLR] sur son traitement de l'information, est-ce que vous diriez qu'il y a désormais une restriction de la liberté d'expression au Mali, notamment pour les journalistes ? Absolument. Soit par l'utilisation de la violence verbale, de la désinformation, soit par le biais de la violence juridique, donc des procès, soit par des menaces larvées qui font que les journalistes s'autocensurent. Les États-Unis affirment que la sécurité s'est considérablement détériorée au Mali depuis l'arrivée de mercenaires de la société privée russe Wagner, dont la présence a été confirmée par le chef de la diplomatie russe, mais qui reste démentie par Bamako, est-ce que vos équipes ont pu recueillir des témoignages sur des allégations d'exactions de la part de Wagner ? Absolument. Nos équipes ont reçu de nombreux témoignages affirmant que des blancs, parlant une langue que les témoins ne connaissaient pas, ont été impliqués dans des exactions, dans des massacres en fait de civils, en particulier celui de Moura. Nous avons parlé bien sûr de cette question avec les autorités qui continuent d'affirmer qu'il s'agit d'instructeurs russes qui ne participaient pas aux opérations militaires, mais qui étaient là pour les observer. Il y a 9 ans que nos confrères de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont été tués dans le nord du Mali, à Kidal, c'est un dossier que vous aviez suivi avant votre nomination à Amnesty, est-ce que vous continuez de le suivre ? Je continue toujours de le suivre. Après ce que j'ai vu au Mali, je suis d'autant plus en colère contre les autorités françaises pour ne pas avoir rendu public plus d'informations, pour conserver ce secret-défense et l'appliquer de cette façon-là. Je ne pense pas qu'on puisse voir des avancées au niveau du Mali : il n'y a aucune enquête sur des centaines de victimes, vous imaginez bien que sur deux victimes françaises, je ne vois pas du tout le système malien progresser dans cette direction-là. La France devrait pouvoir donner l'exemple, devrait être un modèle d'enquête. Donc tous les acteurs à l'heure actuelle qui sont au Mali participent, ou ont participé, à un déni de justice pour les populations, pour les journalistes, pour la société. ► À lire aussi : Sénégal: Agnès Callamard d'Amnesty international questionne les autorités sur les violences de 2021 Ousmane Diallo (Amnesty): «Ce carnage du Jnim vise à dissuader les populations de collaborer avec l'État malien» Mali: appel à 48 h de désobéissance civile dans la région de Gao contre l'insécurité    

Bochkor
05 Budapest - Bamako Rally

Bochkor

Play Episode Listen Later Nov 3, 2022 21:41


05 Budapest - Bamako Rally by Bochkor

Bochkor
06 Budapest - Bamako Rally Hallgatói reakciók

Bochkor

Play Episode Listen Later Nov 3, 2022 4:25


06 Budapest - Bamako Rally Hallgatói reakciók by Bochkor

Revue de presse Afrique
À la Une: comment contrer les jihadistes au Burkina Faso?

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Nov 2, 2022 4:17


« Le nouvel homme fort de Ouagadougou, le capitaine Ibrahim Traoré effectue, en principe, ce mercredi [2 novembre, ndlr], une visite d'amitié et de travail à Bamako », relève le site d'information burkinabè Wakat Séra. Au centre des entretiens avec le colonel Assimi Goïta, sans aucun doute, la coopération avec la Russie… et Wagner, déjà bien présent au Mali. Le capitaine Traoré a-t-il l'intention de suivre ses frères d'armes maliens et de s'adjoindre les services du groupe paramilitaire russe ? Non, d'après le quotidien Aujourd'hui : « Le capitaine Ibrahim Traoré l'a fait savoir aux diplomates américains qui ont récemment séjourné à Ouagadougou : pas question d'inviter les forces russes de Wagner à combattre les jihadistes dans le pays. "Le président par intérim Traoré a été sans équivoque", a assuré la sous-secrétaire américaine aux Affaires politiques, Victoria Nuland, affirmant que seuls les Burkinabè défendront leur pays. Ils n'ont aucune intention d'inviter Wagner. » Wagner : pas la solution… En effet, affirme Wakat Séra, « Wagner est loin de répondre aux aspirations des populations confrontées à la plaie de l'insécurité. Pire, malgré la présence de Wagner et de ses hommes sur les rives du Djoliba, les groupes armés terroristes, que ce soit l'État islamique au Grand Sahara, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans ou encore d'autres organisations du même acabit affiliées à al-Qaïda ou à Daech, n'ont jamais autant semé larmes et désolation au sein des Forces armées maliennes et des populations civiles qui ne savent plus à quel prophète protecteur se vouer. » Reste qu'une part de l'opinion burkinabè penche du côté russe… C'est ce que croit savoir Mourya La Voix du Niger : « les manifestations n'ont pas cessé à Ouagadougou, en prenant des allures inquiétantes, telle une injonction envoyée à l'exécutif burkinabè lui demandant d'accueillir la Russie en messie et d'éjecter la France. […] "Ce n'est pas à la rue de nous dire ce qu'il faut faire, entre ceci ou cela", a rétorqué le Premier ministre, maître Kyelem de Tambela, avant de renchérir : "le meilleur soutien au régime, c'est d'aller au front". Le Premier ministre burkinabè qui a brandi la décision du gouvernement d'enrôler déjà 50 000 jeunes Burkinabè, afin de renforcer la lutte contre le terrorisme. » Commentaire du quotidien nigérien : « voilà une belle opportunité pour que les patriotes burkinabè se transforment en véritables soldats libérateurs du peuple. » Le pari risqué des volontaires pour la défense de la patrie ? Justement, Jeune Afrique s'attarde sur ce recrutement massif de 50 000 volontaires pour la défense de la patrie (VDP). Le capitaine Ibrahim Traoré mise en effet sur ces supplétifs civils des forces de défense et de sécurité. « Lorsqu'il a pris le pouvoir, relate le site panafricain, le capitaine a lourdement insisté sur l'urgence de la situation sécuritaire et a promis qu'il irait vite – se risquant même à déclarer qu'il réglerait en trois mois un problème que le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba n'avait pu résoudre en huit. Officier de terrain en première ligne face aux groupes jihadistes dans le Nord et l'Est ces dernières années, il a mûri une stratégie militaire assez claire. Il compte ainsi adopter une posture plus offensive en accélérant et en généralisant le déploiement des "unités de marche" lancées sous Damiba. La mission de ces unités d'infanterie mobiles est d'aller au contact des groupes jihadistes sur le terrain. Le recrutement massif de VDP est donc censé accompagner cette nouvelle stratégie militaire – tout comme celui, annoncé mi-octobre, de 3 000 soldats supplémentaires. » Reste que ces VDP font polémique, relève encore Jeune Afrique : « Pour beaucoup, ils ne font qu'aggraver les problèmes sécuritaires qui minent le Burkina Faso. Ces supplétifs civils sont en effet accusés d'attiser les conflits intercommunautaires apparus dans le sillage des premières attaques jihadistes, en 2015. Alors que les groupes d'autodéfense et les VDP recrutent majoritairement au sein de la communauté Mossi, les groupes jihadistes, eux, puisent largement dans la communauté Peule. De quoi nourrir les exactions ethniques locales et engendrer un cycle de violences et de représailles sans fin. »

Musiques du monde
Une soirée avec la diva malienne Oumou Sangaré pour la sortie du nouvel album "Timbuktu"

Musiques du monde

Play Episode Listen Later Oct 22, 2022 48:30


Sortie de l'album d'Oumou Sangaré Timbuktu (Oumsang/World Circuit/BMG), le 29 avril 2022. Nous l'avons rencontrée début février 2022 à Issy.   Concerts : - 15 mai : Cigale (Paris) - 6 juin : Sakifo Musik Festival / La Réunion - 7 juillet : Nuits du Sud / Vence  - 15 juillet 2022 : Les Suds / Arles. Oumou, son histoire par Francis Dordor.   (Rediffusion) Depuis Moussolou, son premier album sorti en 1989, la vie de la chanteuse malienne Oumou Sangaré n'a connu aucun répit. De ce riche et trépidant voyage, on retient notamment des enregistrements parmi les plus décisifs de la musique africaine contemporaine, tous produits par le label World Circuit : Ko Sira en 1993, Worotan en 1996 et Seya nominé dans la catégorie Meilleur Album de World Music des Grammy Awards en 2009. De nombreuses tournées internationales et la consécration obtenue sur les scènes prestigieuses que sont l'Opéra de Sydney, le Queen Elizabeth Hall de Londres ou le Nippon Budokan de Tokyo, complètent ce tableau d'honneur.  Timbuktu, première production de son label Oumsang constitue le nouvel acte de cette épopée musicale sans équivalent à laquelle World Circuit est à nouveau associée. Il consacre cette artiste issue des quartiers pauvres de Bamako devenue une superstar mondiale, ainsi qu'une icône féministe unanimement admirée. D'une aura puissante comparable à celle d'une Grace Jones, icone noire transgressive par excellence, Oumou a depuis longtemps franchi les barrières séparant genres musicaux et continents. Hier invitée par Alicia Keys pour un duo télévisé, elle est désormais citée en exemple par des artistes aussi considérables qu'Aya Nakamura, qui lui a dédié la chanson Oumou Sangaré en 2017, ou Beyoncé, qui a samplé l'une de ses plus célèbres créations, Diaraby Néné, pour le titre Mood 4 Eva tiré de la bande originale du film The Lion King : The Gift en 2019.  Sa carrière menée tambour battant sans la moindre pause a pourtant connu une interruption avec la crise sanitaire en 2020.   En mars de cette année-là (2020), suite au FIWA (Festival International du Wassoulou), événement qu'elle a créé en 2016 pour promouvoir sa région d'origine du sud Mali, elle se rend aux États-Unis. Initialement prévu pour durer deux semaines, son séjour se prolonge en raison du confinement. D'abord à New York, puis à Baltimore où elle trouve rapidement ses marques. "Quelque chose m'a immédiatement attirée dans cette ville. Je m'y suis sentie si bien que j'ai voulu acquérir une maison."  Une fois installée là, elle occupe ses journées à composer avec une ancienne connaissance, Mamadou Sidibé, qui fut le premier joueur de kamele n'goni (le luth traditionnel) à l'accompagner à ses débuts. À la faveur de cette réclusion forcée, vont naître dix des onze chansons constituant Timbuktu, recueil qui noue d'intimes correspondances sonores entre les instruments traditionnels ouest-africains et ceux liés à l'histoire du blues. Notamment entre le kamele n'goni et ces lointains héritiers que sont la guitare dobro et la guitare slide, jouées ici par Pascal Danaë, co-réalisateur de l'album avec Nicolas Quéré. De cette séquence particulière du confinement, où le temps s'est pour ainsi dire arrêté, où l'artiste comme la femme d'affaires se sont trouvées dans une situation inédite d'isolement, loin du tumulte et des sollicitations incessantes, Oumou a tiré le meilleur. "Depuis 1990, je n'avais jamais eu la possibilité de me couper du monde de la sorte pour me consacrer exclusivement à la musique. De ce point de vue, le confinement a été une chance pour moi car il m'a permis de rester concentrée sur le travail de composition. Je pense que la musique s'en ressent mais aussi les textes qui sont le fruit de moments où j'ai pu me retirer en moi même pour méditer." Jamais ses paroles n'ont en effet accédé à une telle qualité poétique, une telle profondeur. Jamais ne l'a t-on trouvé aussi inspirée à livrer ses réflexions sur les indéchiffrables mystères de l'existence, la situation périlleuse que traverse son pays ou sur la condition des femmes africaines, preuve que même devenue puissante, elle n'a rien renié de ses engagements de jeunesse. Entre l'introspection de Degui N'Kelena, la langueur amoureuse exprimée dans Kanou, la compassion dans Demissimw, l'exaspération dans Kêlê Magni ou la fierté dans Wassulu Don, beaucoup d'états d'âme nourrissent ce disque. Trouvant dans l'habillage sonore réalisé par Danaë et Quéré, qui à la dynamique des rythmes traditionnels du Wassoulou  additionne celle propre au langage musical contemporain, une probante mise en valeur, Timbuktu s'impose ainsi comme le plus ambitieux et abouti d'une discographie déjà émérite.     Si le titre Timbuktu renvoie à l'actualité politique du Mali, pays menacé de désintégration et cherchant dans son histoire, dont cette ville du nord-est le plus puissant symbole, des motifs d'espérer, beaucoup de chansons renvoient à l'expérience singulière de la chanteuse. Quand dans Sira (littéralement "le baobab" en bambara), elle évoque la progéniture de familles érudites et aisées qui, malgré cela, verse dans la délinquance et gâche un avenir prometteur, c'est presque inconsciemment pour souligner par contraste l'exemplarité de sa propre trajectoire… Née à Bamako, le 2 février 1968, Oumou Sangaré est la fille cadette d'une famille appartenant à l'ethnie peule du Wassoulou. Sa mère, Aminata Diakité, est chanteuse comme le fut sa propre mère Noumouténé. Oumou a très peu connu son père, Diari Sangaré, qui a quitté le foyer familial lorsqu'elle avait deux ans. Abandonnée, Aminata se fait alors commerçante pour faire vivre ses quatre enfants. Oumou lui vient en aide en vendant des sachets d'eau dans la rue. Ayant pris l'habitude de suivre sa mère dans les "soumous" (cérémonies nuptiales ou baptismales) que celle-ci anime, elle s'octroie déjà une part de prestige par la clarté et la puissance d'une voix qui, jaillissant d'un corps d'enfant, éblouit l'auditoire. Elle ne tarde d'ailleurs pas à s'accaparer toute la gloire à l'occasion d'un concours interscolaire où elle fait gagner son école du quartier de Douadabougou en chantant devant 3 000 personnes réunies dans le Stade omnisports de Bamako. Passée par l'Ensemble National du Mali et le groupe Djoliba, Oumou a déjà une longue carrière professionnelle derrière elle quand à 18 ans, elle s'apprête à enregistrer à Abidjan sa première cassette produite par Abdoulaye Samassa (qui a dû lui offrir sa propre voiture pour la convaincre d'entrer en studio). Rééditée en CD et vinyle par World Circuit en 2016, la cassette intitulée Moussolou ("les femmes" en bambara) se vend à l'époque à plus de 250 000 exemplaires, un record resté inégalé en Afrique de l'Ouest. Si la musique très dansante caractéristique du Wassoulou l'explique en partie, la raison de ce succès tient beaucoup aux textes chantés, parfois rugit, par cette jeune lionne qui, depuis son plus jeune âge, a dû se battre pour survivre. Se dressant avec fougue contre les abus de la tradition patriarcale, qui autorise la polygamie, le mariage forcé et l'excision, Oumou devient du jour au lendemain l'égérie d'une cause féministe qui n'a aucune assise véritable dans cette partie du monde. Sa carrière et ses enregistrements restent ainsi marqués comme au fer rouge par cette double dimension : être une femme et avoir une origine sociale qui l'a rendue singulièrement sensible à toutes les formes d'injustices. Timbuktu ne fait pas exception. Ainsi Gniani Sara (littéralement "la récompense de la souffrance") renvoie-t-il à son combat de toujours en faveur de la condition féminine. "J'ai osé aborder ce sujet avant tout le monde et même risqué ma vie en le faisant  dit elle aujourd'hui. Ma récompense c'est d'avoir réussi à éveiller les consciences. Surtout au sein de la jeune génération. Voir Aya Nakamura ou Beyoncé me prendre en exemple vaut tous les prix et toutes les distinctions du monde". Pourtant, devenir la plus grande et la plus influente chanteuse africaine vivante ne lui a pas suffi. Depuis trente ans, Oumou s'est aussi illustrée dans le domaine économique et l'action sociale. À la tête de plusieurs entreprises touchant à l'hôtellerie, l'agriculture ou au négoce d'automobiles à travers sa marque Oum Sang, elle emploie actuellement près de 200 personnes à temps plein. Quant à la fondation Oumou Sangaré, créée il y a dix ans pour venir en aide aux femmes et aux enfants en situation difficile, elle parachève pour ainsi dire une œuvre artistique jamais éloignée de convictions humanistes. Élevée au grade de Commandeur de l'Ordre National du Mali, faite Chevalier des Arts et des Lettres de la République Française, Oumou est devenue Ambassadrice de bonne volonté de la F.A.O. (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) en 2003, après avoir reçu le prix de l'UNESCO deux ans plus tôt.     Mais cette réussite, Oumou doit la payer au prix fort. Après avoir subi les blessures de l'enfance parmi les plus cruelles- l'abandon, l'extrême misère- elle doit aujourd'hui se protéger des maux que la notoriété lui attire, la jalousie, la calomnie, la trahison. Autant d'atteintes qu'elle expose dans Sarama, et qu'elle s'encourage à dépasser dans Dily Oumou. En découle la solitude évoquée dans Degui N'Kelena, autour de laquelle se cristallise le thème de la séparation et de la perte qu'elle entend affronter à la manière stoïcienne, accueillant chaque événement avec une lucidité agissante. Une force qu'elle tire intégralement de la musique elle-même, dont la puissance renvoie à celle des chasseurs du Wassoulou qui en sont les inventeurs. En effet, la confrérie de ceux qu'on appelle "Donsow" ("Donso" au singulier) est à l'origine des rythmes utilisés par toutes les chanteuses modernes, elles-mêmes baptisées "kònò" (oiseau). Instrument emblématique de ce répertoire le donso-ngoni,  modernisé en kamel n'goni  (la harpe des jeunes) dans les années 1950, reste à la base de toutes les compositions d'Oumou. Tel un guide chant, celui de Mamadou Sidibé structure l'ensemble des compositions de Timbuktu, comme il attire par sa tonalité pentatonique les superbes développements à la guitare de Pascal Danaë. En utilisant une  Harmony Stratotone sur Wassulu Don (littéralement "la culture du Wassoulou"), un dobro resonator sur Degui N'Kelena et Sarama, ou la technique du bottleneck sur Sira, le musicien semble à chaque fois renvoyer à la sonorité métallique caractéristique du kamel n'gnoni, nouant ainsi une enivrante complicité élective entre les genres musicaux et les continents.  Que surmonter la souffrance et faire face à toutes les adversités traverse l'ensemble du répertoire d'Oumou Sangaré n'est pas un hasard compte tenu de son passé. Cette dominante n'est probablement pas étrangère non plus au fait que lors de cérémonies qui leur sont propres, certains chasseurs s'infligent des sévices pour mieux les dépasser, vont jusqu'à avaler des tisons ardents ou se larder de coups de poignards tout en dansant, tandis que les chanteurs invoquent des forces relevant de la surnature. C'est à cette confiance intraitable que fait référence Wassulu Don. C'est cette culture aux fondements telluriques, à la portée universelle que célèbre ici sa plus célèbre représentante, une chanteuse qui à la manière des plus grandes, Aretha Franklin ou Nina Simone, sublime la douleur et, plus que jamais, éclaire de son génie propre la musique, toute la musique, et pas seulement africaine. "La musique est en moi !", proclame Oumou. "Sans elle je ne suis rien, et rien ne peut me l'enlever ! Dans ce disque j'ai mis ma vie, toute ma vie, cette vie où j'ai connu la faim, l'humiliation de la pauvreté, la peur et dont je tire aujourd'hui la gloire."     Titres diffusés extraits de l'album Timbuktu - Wassulu Don voir le clip - Sira - Degui N'Kelena - Timbuktu Voir le clip Sarama.

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité: Mali-France, Soldats russes en Biélorussie

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Oct 20, 2022 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité. Ce matin :  France-Mali : bras de fer à l'ONU et France-Mali : pourquoi Bamako n'a toujours pas présenté ses preuves ?  Par David Baché, journaliste au service Afrique de RFI Guerre en Ukraine : des milliers de soldats russes arrivent en Biélorussie. Par Denis Strelkov, journaliste au service en langue russe de RFI.   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Bochkor
20221017 -06- Villám Géza és a Budapest-Bamako rally

Bochkor

Play Episode Listen Later Oct 17, 2022 17:56


Stúdióvendégünk régi jó barátunk, az őrült sivatagi rally atyja.

Bochkor
20221017 -07- Villám Géza és a Budapest-Bamako rally 2.

Bochkor

Play Episode Listen Later Oct 17, 2022 11:46


Stúdióvendégünk régi jó barátunk, az őrült sivatagi rally atyja - még mindig, hiszen kifogyhatatlan a sztorikból.

Légendes urbaines
Iba One, un gladiateur devenu empereur

Légendes urbaines

Play Episode Listen Later Oct 15, 2022 19:30


Rdv avec la star du rap malien Iba One ! Après avoir rempli à trois reprises en deux ans le stade de Bamako (80 personnes), avoir été récompensé par des dizaines de trophées dont 5 Afrima et 2 Primud, tout en cumulant des collaborations prestigieuses (Oumou Sangaré, La Fouine, Niska, Soul Banks, Ariel Sheney, Mc One, Swagg Man, Sidiki Diabaté, Young Barry…), Iba accepte de revenir sur ses débuts à Kayes, ses parents, sa passion pour la musique et ses projets futurs. Dans cet épisode, Ahmed Sylla, Mokobe, Moh Green et Molare offrent les questions surprises. Aimeric alias Krow, le billet d'humeur.

Priorité santé
Glaucome et cataracte

Priorité santé

Play Episode Listen Later Oct 13, 2022 48:30


À l'occasion de la journée mondiale de la vue, nous faisons le point sur le glaucome et la cataracte. Maladies oculaires courantes chez les personnes âgées, ces maladies peuvent survenir en même temps. La cataracte est due à une opacification progressive de la lentille présente au milieu de l'œil, le cristallin, ce qui gêne la vision de loin et de près. Le glaucome est une atteinte du nerf optique, souvent associée à une pression intraoculaire élevée, qui conduit à un rétrécissement du champ de vision. Quelle prise en charge est possible pour ces deux pathologies ? Dans quels cas peut-on opérer ? Pr Jean-Philippe Nordmann, Chef de service d'ophtalmologie au Centre National d'Ophtalmologie des Quinze-Vingts à Paris, Directeur du Centre du Glaucome  Pr Seydou Bakayoko, maitre de conférence d'ophtalmologie à l'université de Bamako au Mali, ancien directeur de l'Iota et membre du conseil scientifique de la fondation Thea  

Priorité santé
Glaucome et cataracte

Priorité santé

Play Episode Listen Later Oct 13, 2022 48:30


À l'occasion de la journée mondiale de la vue, nous faisons le point sur le glaucome et la cataracte. Maladies oculaires courantes chez les personnes âgées, ces maladies peuvent survenir en même temps. La cataracte est due à une opacification progressive de la lentille présente au milieu de l'œil, le cristallin, ce qui gêne la vision de loin et de près. Le glaucome est une atteinte du nerf optique, souvent associée à une pression intraoculaire élevée, qui conduit à un rétrécissement du champ de vision. Quelle prise en charge est possible pour ces deux pathologies ? Dans quels cas peut-on opérer ? Pr Jean-Philippe Nordmann, Chef de service d'ophtalmologie au Centre National d'Ophtalmologie des Quinze-Vingts à Paris, Directeur du Centre du Glaucome  Pr Seydou Bakayoko, maitre de conférence d'ophtalmologie à l'université de Bamako au Mali, ancien directeur de l'Iota et membre du conseil scientifique de la fondation Thea  

Afrique Économie
Coton malien: le nouveau corridor mauritanien

Afrique Économie

Play Episode Listen Later Oct 13, 2022 2:17


Avec les sanctions de la Cédéao contre le Mali, Bamako a été privé de ses deux grands ports de sortie, Dakar et Abidjan. À la demande de la CMDT, la société publique qui gère la filière coton, des exportations ont été possibles via la Guinée, et aussi grâce à un nouveau corridor de transit en territoire mauritanien.   Le projet était dans les cartons depuis des années. Il aura fallu l'instauration en janvier des sanctions de la Cédéao contre Bamako pour accélérer les démarches. Faute de pouvoir exporter le coton malien via Dakar, Sogeco une filiale de Bolloré, délocalise une partie de ses équipes à Nouakchott. Et en quelques semaines, une fois les procédures officielles de passages aux frontières et aux douanes réglées, les premières balles de coton sont évacuées. « On a fait un premier test dans cette période qui était un peu spécifique et cruciale pour nos amis maliens, explique Sid'Ahmed Abeidna, directeur général de Sogeco, filiale du groupe Bolloré. Donc on a essayé de pousser ce projet à terme. » Combien de coton ont été évacués et vont l'être d'ici à la fin de l'année ? « On a un projet de 30 000 tonnes. Si on arrive à faire entre 20 000 et 25 000 tonnes, ce sera déjà une très bonne chose », assure-t-il. Les volumes acheminés restent limités, mais ce corridor a permis aux exportateurs maliens de poursuivre, a minima, leur activité dans une période très compliquée, comme le dit Boubacar Salia Daou, PDG de Millenium Mali. « Au moment de la crise, la Mauritanie et la Guinée ont été une bouffée d'air. Parce que quand le coton n'est pas marqué, la Compagnie malienne pour le développement du textile (CMDT) n'est pas payée, nous, les négociants, ne sommes pas payés », précise le PDG. Le corridor de l'espoir Depuis juillet, les sanctions de la Cédéao ont été levées, les évacuations ont repris via les ports traditionnels, mais la route de l'espoir continue et devrait continuer l'année prochaine à recevoir du coton malien. Une alternative qui a cependant ses limites, explique le négociant. « Pour le moment, ils ne peuvent pas satisfaire à la demande de la CMDT parce que la CMDT a fait plus de 700 000 tonnes de coton graine et la Mauritanie ne peut pas faire face ainsi que la Guinée. Elles n'ont pas les infrastructures capables de faire la manutention de ces quantités-là. » ► À lire aussi : Le Mali retrouve sa place de leader de la production de coton en Afrique Alternative pérenne ou sortie de secours ponctuelle en cas de problème ? La Mauritanie a un rôle à jouer sur l'échiquier régional, explique Sid'Ahmed Abeidna, qui se veut rassurant sur les questions de capacités logistiques. « Il y a des développements sur les côtes de la Mauritanie. Il y a un nouveau port, le port de Ndiago situé un peu plus au sud qui peut aussi participer à désengorger pendant une période où le port de Nouakchott aura forcément besoin d'un développement », espère le directeur de Sogeco. Et si les flux de coton se tarissent, les minerais pourraient prendre le relais. Du manganèse malien circule désormais sur ce nouveau corridor mauritanien.

Revue de presse Afrique
À la Une: Ibrahim Traoré va-t-il rester au pouvoir?

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Oct 12, 2022 4:12


Au Burkina Faso, théâtre de deux coups d'État en huit mois, des Assises nationales doivent se tenir vendredi 14 et samedi 15 octobre. Objectif : désigner un président de transition, avant l'organisation d'élections en 2024 dans ce pays miné par les violences jihadistes. « De la qualité de ces Assises nationales dépendra l'avenir du pays, s'exclame L'Observateur Paalga à Ouagadougou, puisque les forces vives de la Nation devront non seulement doter la transition d'une nouvelle charte (…), mais aussi et surtout trouver l'oiseau rare qui présidera à notre commune destinée les 24 mois à venir. La question se pose d'ailleurs de savoir si le futur président du Faso sera un civil ou un militaire, en l'occurrence le capitaine Traoré lui-même, pointe L'Observateur Paalga, car même s'il a promis dès sa première prise de parole qu'il remettrait le pouvoir à celui qui serait désigné pour retourner au front, certaines voix s'élèvent pour le conjurer de garder "sa chose", pour laquelle il s'est battu (…). » Bien placé… En effet, s'interroge également Jeune Afrique, « le capitaine putschiste pourrait-il se laisser tenter ? (…) Que va faire Ibrahim Traoré ? Quelques jours après le putsch, il avait assuré qu'il ne resterait au pouvoir que le temps d'expédier ''les affaires courantes''. Pourrait-il se dédire sous la pression de ses partisans et accepter le poste de président de la transition, ou choisira-t-il de s'effacer face à un civil, comme le réclame déjà le Front patriotique ? » D'après Jeune Afrique, « les jeunes officiers ne vont rien lâcher. Ils veulent que le capitaine Traoré conduise la transition et c'est sans doute ce qui va se passer. Ils considèrent que Damiba a dévié de la feuille de route qui était la sienne et ils ont décidé de rétablir les choses. (…). » « Aucune figure civile ou militaire ne fera de toute façon l'unanimité, estime pour sa part l'analyste politique Issouf Maiga, interrogé par le site panafricain. Pour éviter les plaintes et le sentiment d'une victoire d'un camp sur un autre, il serait sans doute sage de maintenir le jeune capitaine, poursuit-il. Il pourra remplir sa mission de sécurisation du pays et confier à un civil de bonne moralité, qui pourrait être son vice-président ou son Premier ministre, les questions politiques et économiques, conformément au calendrier de la Cédéao. » Militaires ivoiriens toujours retenus au Mali : qu'est-ce qui coince ? À la Une également, l'affaire des militaires ivoiriens retenus au Mali : toujours aucune libération en vue… Pourtant, ces derniers jours, le président Alassane Ouattara se disait très « confiant » pour la libération prochaine des 46 militaires. C'est ce que rapportait notamment le site Connection ivoirienne. On parlait même d'une libération pour samedi 8 octobre… « Vers un épilogue ? », s'interroge Mali Tribune. On n'en est pas encore là… « Quelques points restent à éclaircir. Les autorités maliennes et ivoiriennes ne parviennent toujours pas à se mettre d'accord sur le lieu où devraient être remis les 46 soldats ivoiriens », croit savoir le média malien. Une contrepartie financière ? Par ailleurs, précise Aujourd'hui à Ouagadougou, « Bamako n'aurait toujours pas lâché l'histoire de la "contrepartie". Peut-être pas une libération contre des opposants, mais contre espèces sonnantes et trébuchantes de la part de la BCEAO, financement que pourrait faciliter Abidjan, et surtout Alassane Ouattara, ex-gouverneur de cette Banque centrale. Un deal que côté ivoirien, on est prêt à nouer, mais après élargissement des 46 soldats. On le voit, constate Aujourd'hui, ce dossier brûlant, qui fait grésiller l'huile sur le feu entre le Mali et la Côte d'Ivoire, connaît des épisodes à rebondissement. Sérénité et optimisme au bord de la Lagune Ebrié, surenchère, prudence et calcul politique du côté du fleuve Djoliba. » En fait, précise encore le quotidien ouagalais, « depuis le double coup d'État au Mali, rien ne va plus entre les deux capitales. Abidjan n'admet pas ce changement de régime par la force et Bamako soupçonne Abidjan d'avoir été un des inquisiteurs dans les sanctions de la Cédéao qui l'a frappé. Pire, les autorités maliennes sont fâchées contre la Côte d'Ivoire qu'elles accusent d'être "manipulée" par la France. Une France que ne cesse de flétrir la junte malienne. D'aucuns n'hésitent d'ailleurs pas à voir dans ce dossier, une guerre froide menée par procuration par le Mali contre la France, à travers la Côte d'Ivoire. En attendant, il y a 46 soldats ivoiriens qui veulent leur liberté, retrouver leurs frères d'armes et surtout leurs familles. »

Cerebral Women Art Talks Podcast
Raphaël Barontini

Cerebral Women Art Talks Podcast

Play Episode Listen Later Oct 12, 2022 23:22


Ep.123 features Raphaël Barontini(born in France in 1984, and currently lives and works in Saint-Denis, France. He has developed a singular and bold pictorial work, moving from a classical practice on canvas to large-scale textile and volume pieces that can be performative. He questions the portrait and the symbolism of representations in an aesthetic of collage that combines photography, silk-screen prints and digital prints. His works take the form of flags, banners, hangings, tapestries or even ceremonial costumes such as capes. His large scenographies and performances allow us to apprehend the different faces of his production. Barontini's work has been exhibited in institutions around the world, including the SCAD Museum of Art(Savannah, USA), MAC VAL (Vitry-sur-Seine, France), MO.CO (Montpellier, France), Museum of African Diaspora (San Francisco, USA), New Art Exchange Museum (Nottingham, USA).He has also participated in the international biennials of Bamako, Mali, Casablanca, Morocco, Lima, Peru, and Thessaloniki, Greece. In 2020, he was chosen by LVMH Métiers d'Art to complete a residency in Singapore.  Phot by Jalil Ourguedi. Courtesy of Mariane Ibrahim Artist https://www.raphaelbarontini.art/ CV https://marianeibrahim.com/usr/library/documents/main/artists/50/raphael-barontinin-cv-pdf-2022.pdf Mariane Ibrahim Gallery https://marianeibrahim.com/artists/50-raphael-barontini/biography/ Metal Magazine https://metalmagazine.eu/en/post/interview/raphael-barontini i-D https://i-d.vice.com/fr/article/epn8pa/lart-du-collage-selon-raphael-barontini LVMH https://www.lvmh.com/news-documents/news/lvmh-metiers-dart-exhibits-the-works-of-raphael-barontini-at-the-studio-des-acacias-in-paris/ Hyperallergic https://hyperallergic.com/627173/raphael-barontini-mariane-ibrahim-purple-moon/ CNN https://edition.cnn.com/style/article/mariane-ibrahim-paris-gallery-nomad/index.html Le Monde https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/07/09/les-gens-s-arretent-a-ma-couleur-l-art-metisse-de-raphael-barontini_6087734_4500055.html Numero https://www.numero.com/fr/art/exposition-raphael-barontini-studio-acacias-lvmh-paris Connaissance des arts https://www.connaissancedesarts.com/artistes/nouveau-talent-raphael-barontini-createur-de-ponts-entre-les-mythes-et-les-cultures-11155995/ Whitewall https://whitewall.art/art/raphael-barontini-shares-work-from-the-lvmh-metiers-dart Villa-Albertine https://villa-albertine.org/residents/raphael-barontini Radio France https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/affaires-culturelles/raphael-barontini-est-l-invite-d-affaires-culturelles-8062563 Montpellier3m https://www.montpellier3m.fr/evenement-agenda/exposition-raphael-barontini-jhabite-un-long-silence French Cultural Services French Embassy US https://frenchculture.org/events/12876-raphael-barontini-mariane-ibrahim-gallery Surface Magazine https://www.surfacemag.com/events/raphael-barontini-the-night-of-the-purple-moon/ Artnet http://www.artnet.com/artists/rapha%C3%ABl-barontini/ Galerie Magazine https://galeriemagazine.com/gallerist-mariane-ibrahim-artist-raphael-barontini-found-inspiration-quarantine/Say Who https://saywho.co.uk/mondains/raphael-barontini/ Reiffers Art Initiatives https://www.reiffersartinitiatives.com/en/artistes/raphael-barontini-artist-reiffers-art-initiatives/ NYTimes https://www.nytimes.com/2019/11/29/arts/design/frederick-douglass-savannah.html

Duolingo French Podcast
La coureuse de Bamako (The Runner from Bamako) - Revisited

Duolingo French Podcast

Play Episode Listen Later Oct 11, 2022 25:55


As a teenager in Mali, Djénébou Dante dodged a string of marriage proposals to pursue her running dreams and represent her country on the international stage. We recently reached out to Djénébou and updated her story with new content. A transcript of this episode is available at https://podcast.duolingo.com/french.

Hold Your Fire!
Coup in Burkina, Russia in Mali and a New Chapter in the Sahel?

Hold Your Fire!

Play Episode Listen Later Oct 7, 2022 45:57


On 30 September, a group of young army captains, led by Ibrahim Traoré, seized power in Burkina Faso. They ousted Interim President Paul-Henri Damiba, who himself had come to power in a coup last January. In a televised speech, Traoré blamed Damiba for failing to check terrorism and violence. A few days before the coup, Islamist militants had attacked an army convoy carrying humanitarian aid to the besieged northern city of Djibo. The coup comes at a difficult moment not only for Burkina but also for the Sahel more broadly. Mali has also seen successive coups driven partly by anger at the government's and its Western partners' failure to contain rampant insecurity. Mali's authorities have turned to Russia for help, with forces from the Russian security company, Wagner, which allegedly has close ties to the Kremlin, now reportedly fighting alongside the Malian army. Partly as a result, relations between Bamako and Western capitals, notably France, have tanked. French troops have pulled out of Mali after almost a decade of operations against militants. In this episode of Hold Your Fire! Richard Atwood is joined by Crisis Group's Sahel Project Director Jean-Hervé Jezequel to discuss what's happening in Burkina Faso and the rest of the Sahel. They talk about Ibrahim Traoré, the coup leader, and why he seized power. They discuss how militant groups continue to extend their reach and recruit across rural areas of Burkina. They look at the legacy of a decade of French military operations in the region. They also explore Russia's increasing influence and how governments should navigate the increasing acrimony between Russia and the West and avoid the region becoming a battleground for major powers. They explore what a strategy against Islamist militants that subordinates military operations to politics might look like. For more on the situation in the Sahel, check out Crisis Group's extensive analysis on our Sahel region page. Hosted on Acast. See acast.com/privacy for more information.

Revue de presse Afrique
À la Une: Ibrahim Traoré, nouveau Sankara de la jeunesse burkinabè

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Oct 7, 2022 4:19


Le désormais plus jeune chef d'État du monde – 34 ans – ne manque pas de rafraîchir, tout du moins dans la mémoire de certains confrères africains, l'image du père de la révolution du pays des hommes intègres – c'était il y a presque quarante ans… Ibrahim Traoré, l'espoir d'une jeunesse assoiffée de changement ? Le quotidien burkinabè Le Pays n'écrit guère autre chose lorsqu'il souligne « la jeunesse du nouveau dirigeant ». Et tant pis si, rappelons-le, l'écclésiaste prévient du malheur qui attend La Ville dont le prince est un enfant, la jeunesse d'Ibrahim Traoré « ne devrait pas être un handicap rédhibitoire à l'exercice de cette haute fonction quand on se réfère à l'exemple de Thomas Sankara, le père de la révolution d'août 1983, qui a accédé au pouvoir d'État pratiquement au même âge, avant de laisser au peuple burkinabè, un grand héritage en termes de valeurs d'engagement, de sacrifice, d'exemplarité, de fierté et d'intégrité, rappelle Le Pays. Des valeurs qui font encore fortement écho au sein d'une jeunesse burkinabè qui n'a pas forcément connu le supplicié du 15 octobre 1987, mais qui n'en reste pas moins nostalgique », remarque Le Pays. Ibrahim Traoré ? Cet autre journal burkinabè qu'est Aujourd'hui estime à son tour de son côté qu'« après la désillusion de son prédécesseur, il incarne l'espoir d'une jeunesse qui a soif (de) changement (…) Le soutien populaire dont il a bénéficié et qui a été déterminant dans sa prise du pouvoir constitue un ferment pour les batailles qui s'annoncent. À lui de savoir surfer sur cette dynamique », énonce encore Aujourd'hui. Hommage, encore, de l'autre côté de la frontière au nord-est du Burkina Faso, celui du journal Mourya, la voix du Niger. L'avènement au pouvoir du capitaine Ibrahim Traoré, au regard de sa jeunesse, « suscite déjà chez bon nombre de Burkinabè ayant connu les heures de gloire de la révolution sankariste, l'enthousiasme d'un nouveau Thomas Sankara, de retour », assure ce journal nigérien. Toutefois, conseille Mourya, la voix du Niger, la jeunesse du nouvel homme fort doit être bien « encadrée » par des hommes plus aguerris à la gouvernance. Sans préciser lesquels. Trois mois de mitard pour les 46 militaires ivoiriens Le président ivoirien Alassane Ouattara a reçu le 6 octobre son homologue togolais Faure Gnassimbé, médiateur dans la crise des 46 militaires ivoiriens détenus au Mali, vraisemblablement pour faire le point des discussions en vue de leur élargissement. Traditionnelle photo de cette rencontre publiée par Fraternité Matin, les deux présidents, côte-à-côte, prenant la pose sur un canapé à la Une du quotidien gouvernemental ivoirien. Ici, il est vaguement question de « sécurité dans la sous-région ». Pas un mot, en revanche, sur les 46 détenus de Bamako. Cette crise, à l'évidence, intéresse davantage la presse burkinabè que la presse ivoirienne, et encore… C'est en tout cas le cas, ce matin, du quotidien ouagalais WakatSera. Avec Alassane Ouattara, le président togolais « a certainement partagé comme plat de résistance, non pas l'attiéké, la spécialité culinaire ivoirienne à base de manioc, mais la détention des 46 militaires ivoiriens en séjour forcé à Bamako. Le Togolais (…) a-t-il apporté de bonnes nouvelles à l'Ivoirien qui vit probablement une angoisse lourde à couper au couteau, depuis que ses compatriotes sont retenus au Mali ?, se demande WakatSera. Le bout du tunnel est-il, enfin, proche dans cet imbroglio qui isole davantage le Mali de son grand voisin ivoirien ? » Primogéniture mâle au Tchad Au Tchad, « la succession dynastique (est) plus que jamais consacrée ». Avis signé Ledjely. « Ce qui se prépare au Tchad, c'est la succession du père par le fils. Et rien, ni personne ne semble pouvoir s'y opposer. Or, il faut craindre que ce schéma ne fasse tache d'huile dans les autres pays en transition dans la zone ouest-africaine, avertit ce journal guinéen. D'autant que la clémence voire la complaisance de la communauté internationale à l'égard de Ndjamena pourrait coûter à cette dernière le peu de crédibilité qui lui reste encore », bucheronne Ledjely.

Priorité santé
L'alerte sanitaire après la pandémie

Priorité santé

Play Episode Listen Later Oct 6, 2022 48:30


L'équipe de Priorité santé est à Marseille, à l'occasion des Actualités du Pharo, rendez-vous donné par le Groupe d'intervention en santé publique et épidémiologie. Pour cette première émission, nous parlons de la gestion des crises sanitaires : quelle est la place des systèmes d'information dans l'alerte et la réponse aux crises ? Approche historique et perspective d'avenir, dans le sillage de la crise du Covid-19 ? Émission délocalisée à Marseille, à l'occasion des « XXVIIe Actualités du Pharo », les rencontres francophones de médecine et de santé publique tropicales, à l'Hôpital de la Timone. Cette année, le thème est : « Alerte et réponse face aux crises sanitaires : place des systèmes d'information ». Quel a été l'impact de la pandémie sur les dispositifs de veille sanitaire ? Quelles possibilités les nouvelles technologies offrent-elles en matière de transmission des données ? Comment la surveillance s'opère-t-elle, en cas d'événements sanitaires, au niveau communautaire exclusif ? Pr Antoine Flahault, épidémiologiste, professeur de Santé publique à l'Université de Genève et directeur de l'Institut de santé globale à la Faculté de Médecine de l'Université de Genève Dr Ousmane Ly, médecin et expert international en Santé numérique, enseignant chercheur à l'Université des Sciences techniques et technologiques de Bamako, et professionnel de recherche au CIDIS de l'Université de Sherbrooke du Canada Pr Anne-Marie Moulin, médecin, spécialiste de Santé tropicale, philosophe et directeur de recherche émérite au CNRS. Livre à paraître sur le Covid-19 L'épidémie par qui le scandale arrive.  

Revue de presse Afrique
À la Une: Djibo soulagée mais pas encore libérée…

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Oct 6, 2022 4:07


Cela fait depuis le mois de février que la ville de Djibo, au nord du Burkina Faso, non loin de la frontière avec le Mali, est soumise à un siège impitoyable de la part des jihadistes. Les quelque 350 000 habitants sont coupés du monde. Plus rien ni personne n'entre ou ne sort de la ville. Le 4 octobre, immense soulagement pour la cité assiégée : « Djibo a bénéficié d'un ravitaillement, pointe le quotidien Aujourd'hui. Selon des sources sécuritaires, ce sont au total 70 tonnes de vivres et de produits de première nécessité qui ont été convoyées par les airs (par hélicoptères) vers cette ville martyre. (…) Bonne nouvelle donc, pour les Djibolais, s'exclame Aujourd'hui, dont les souffrances sont relayées au quotidien et en longueur sur les réseaux sociaux. Ce ravitaillement, premier acte fort du nouveau pouvoir, dirigé par le capitaine Ibrahim Traoré, sonne comme une réponse immédiate à une urgence humanitaire. (…) Pour l'heure, cette alternative urgente pour soulager des populations affamées et meurtries semble être la meilleure formule pour éviter les embuscades comme celle qui a visé le dernier convoi en direction de Djibo, le 26 septembre dernier et dont on pleure toujours les morts. » Passer à l'offensive ! « Une manne venue des cieux tombe sur des populations désespérées ! », renchérit WakatSéra. « Même si les quantités fournies sont loin de faire l'affaire des 300 000 âmes qu'abrite le chef-lieu de la province martyre, les autorités et les populations peuvent espérer tenir encore un bout de temps. La nourriture, le carburant et les médicaments tombés des cieux, ce mardi, grâce aux efforts des soldats, devraient apporter le sourire sur des visages émaciés, vides de toute expression. En tout cas, poursuit WakatSéra, cette opération, la première au crédit des nouveaux hommes forts de Ouagadougou, doit être suivie d'autres selon une régularité bien pensée. Mais, les hommes du capitaine Ibrahim Traoré ont encore mieux et plus urgent à faire, pointe encore WakatSéra : nettoyer totalement le territoire national des terroristes qui s'y enkystent pour le malheur de populations civiles et militaires massacrées à longueur de journée. » ► À lire aussi : Burkina: après l'attaque d'un convoi de ravitaillement, Djibo, sous blocus, plus que jamais asphyxié Lutter aussi contre les dérives idéologiques Mais pour ce faire, il faut aussi lutter contre un autre front… C'est ce que relève Le Pays. « Un autre péril menace de saborder le navire burkinabè qui tangue déjà assez dangereusement : il s'agit, affirme le quotidien ouagalais, des dérives que l'on constate dans les attitudes de bon nombre de Burkinabè. Le cas le plus récent est la tentative de faire avorter la mission de la Cédéao, vouée aux gémonies par certains Burkinabè qui l'accusent d'être un instrument de l'impérialisme français. Même si l'on ne peut remettre en cause la liberté d'expression et de manifestation, il n'en demeure pas moins que les émissaires de l'institution régionale étaient venus au Burkina Faso en amis. (…) Le plus grave, relève encore Le Pays, est que tout cela s'inscrit dans un contexte global marqué par des appels à s'en prendre physiquement à des autorités coutumières et religieuses sur fond de clivages ethniques, des appels à s'attaquer aux ressortissants de certaines nationalités, notamment françaises et à leurs intérêts, et même des attaques contre des enclaves diplomatiques. » La Russie sort de l'ombre Cette contestation, et notamment le sentiment anti-français, sont attisés par la Russie… C'est ce que souligne Ledjely en Guinée. La Russie qui « ne s'embarrasse plus de certaines cachotteries, pointe le site. Sa nouvelle posture et ses prétentions, elle est désormais disposée à les assumer ouvertement et même fièrement. Le "soutien" qu'Evgueni Prigojine, le fondateur de la milice Wagner, a publiquement exprimé avant-hier au nouvel homme fort du Burkina Faso, participe de cette nouvelle posture. (…) Ouvertement réclamée dans les rues de Bamako, Ouagadougou et même Niamey et plébiscitée sur les réseaux sociaux, la Russie entend (donc) avancer désormais à visage découvert. (…) Il est vrai, reconnait Ledjely, que les ressentiments historiques, le contexte de l'insécurité dans la sous-région, la défiance des dirigeants africains et le retour en force du populisme politique, militent plutôt en faveur de Moscou. Mais qu'est-ce que l'Afrique et les Africains y gagnent ? L'illusion d'une liberté retrouvée, affirme le site guinéen. Comme jadis au début des années 1960. »

Priorité santé
L'alerte sanitaire après la pandémie

Priorité santé

Play Episode Listen Later Oct 6, 2022 48:30


L'équipe de Priorité santé est à Marseille, à l'occasion des Actualités du Pharo, rendez-vous donné par le Groupe d'intervention en santé publique et épidémiologie. Pour cette première émission, nous parlons de la gestion des crises sanitaires : quelle est la place des systèmes d'information dans l'alerte et la réponse aux crises ? Approche historique et perspective d'avenir, dans le sillage de la crise du Covid-19 ? Émission délocalisée à Marseille, à l'occasion des « XXVIIe Actualités du Pharo », les rencontres francophones de médecine et de santé publique tropicales, à l'Hôpital de la Timone. Cette année, le thème est : « Alerte et réponse face aux crises sanitaires : place des systèmes d'information ». Quel a été l'impact de la pandémie sur les dispositifs de veille sanitaire ? Quelles possibilités les nouvelles technologies offrent-elles en matière de transmission des données ? Comment la surveillance s'opère-t-elle, en cas d'événements sanitaires, au niveau communautaire exclusif ? Pr Antoine Flahault, épidémiologiste, professeur de Santé publique à l'Université de Genève et directeur de l'Institut de santé globale à la Faculté de Médecine de l'Université de Genève Dr Ousmane Ly, médecin et expert international en Santé numérique, enseignant chercheur à l'Université des Sciences techniques et technologiques de Bamako, et professionnel de recherche au CIDIS de l'Université de Sherbrooke du Canada Pr Anne-Marie Moulin, médecin, spécialiste de Santé tropicale, philosophe et directeur de recherche émérite au CNRS. Livre à paraître sur le Covid-19 L'épidémie par qui le scandale arrive.  

Balázsék
4 - Rövidesen indul a Budapest-Bamako Rally - Vendégünk Villám Géza

Balázsék

Play Episode Listen Later Oct 6, 2022 35:39


4 - Rövidesen indul a Budapest-Bamako Rally - Vendégünk Villám Géza by Balázsék

Décryptage
La France de plus en plus critiquée, mais de moins en moins influente dans l'économie africaine

Décryptage

Play Episode Listen Later Oct 5, 2022 19:30


Alors que de plus en plus de personnes dénoncent la mainmise de la France sur le continent africain, nous assistons paradoxalement au déclin de l'économie française en Afrique. Dans les rues des capitales ouest-africaines, notamment à Bamako ou encore à Ouagadougou, on critique une relation déséquilibrée et on se tourne vers d'autres partenaires.  La France prend d'ailleurs la situation au sérieux puisque toute une série d'initiatives politiques sont organisées comme le Forum Ambition Africa en ce moment à Paris. Quelle est la présence réelle de la France dans l'économie africaine ? Qu'attendent les pays africains de Paris ?   Décryptage avec :  - Etienne Giros, président du CIAN (Conseil Français des Investisseurs en Afrique) - Denis Cogneau, économiste, directeur de recherche à l'École d'Économie de Paris (PSE), à l'IRD et à l'EHESS et spécialiste d'histoire économique de l'Afrique. 

Ethical Fashion Podcast
Ethical Fashion Podcast Returns for Series 3!

Ethical Fashion Podcast

Play Episode Listen Later Oct 4, 2022 2:45


We are excited to be back for a third series of the Ethical Fashion Podcast, this time addressing ESG and how the fashion industry can be more sustainable. Explore the issues driving the biggest topic in fashion conversation today with your hosts UN officer Simone Cipriani and sustainable fashion journalist Clare Press. Hit Subscribe or Follow in your favourite podcast app to make sure you get all the new episodes. Follow is on Instagram @ethicalfashion   The Ethical Fashion Initiative is a programme of the International Trade Centre,a joint agency of the United Nations and the World Trade Organisation. Our music is from the original production From Kabul to Bamako, music directed by Saïd Assadi. This podcast was produced with the financial support of the European Union. Its contents are the sole responsibility of ITC Ethical Fashion Initiative and do not necessarily reflect the views of the European Union.  See omnystudio.com/listener for privacy information.

Revue de presse Afrique
À la Une: Bédié, l'indétrônable

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Sep 30, 2022 4:21


Le bureau politique du PDCI-RDA, l'ancien parti unique ivoirien, a décidé de préparer un plébiscite pour son président Henri Konan Bédié, dans la perspective de l'élection présidentielle de 2025, en Côte d'Ivoire. En vue du prochain Congrès du parti, début 2023, c'est dans son fief de Daoukro, sud-est de la Côte d'ivoire, que le président Bédié a été sollicité par le 14e Bureau politique du PDCI-RDA pour le représenter. « Bédié fixe les axes du 13e Congrès », souligne le quotidien Dernière heure Monde. Proche du PDCI, ce journal résume à sa Une les décisions du 14e bureau politique, en signalant, entre autres, qu'un autre bureau politique se réunira « avant le 15 décembre, d'abord ; que ne numéro deux du parti, Maurice Kakou Guikahé, a proposé que Bédié soit "candidat unique au Congrès", ensuite ; que le président du PDCI a instamment demandé d'éviter « les candidatures indépendantes », enfin. Justement. « Bédié met de l'ordre ! », lance en Une cet autre quotidien proche du PDCI qu'est Le Nouveau Réveil, en annonçant sans attendre « le plébiscite programmé de Bédié au 13e Congrès ». Dans la même sensibilité éditoriale, le journal Le Bélier voit dans la tenue du Bureau politique d'hier « la preuve de (la) cohésion (du PDCI) et de sa solidité », tandis que le quotidien L'Héritage signale qu'un « grand Bédié rugit depuis son fief de Daoukro » et « dénonce la duplicité de certains cadres de son parti ». Il y avait, en tout cas, de l'ambiance, hier, à Daoukro. Comme le remarque le quotidien indépendant Soir Info, les militants du PDCI s'y sont « massivement mobilisés », et pour eux, « le moteur de la machine semble bien graissé après ce BP, pour la bonne marche du PDCI-RDA vers la présidentielle de 2025 ». Son confrère L'Inter n'écrit pas autre chose. « Sauf cataclysme », Henri Aimé Konan Bédié devrait être candidat « unique » à sa succession au prochain congrès de son parti. « Bédié fait un grand pas pour être candidat à la présidentielle 2025 », enchérit  en Une L'Intelligent d'Abidjan. À noter enfin que le quotidien Le Temps consacre pas moins du quart de sa pagination à ce bureau politique du PDCI-RDA, hier, à Daoukro. Étant rappelé l'alliance Bédié-Gbagbo, nouée fin juillet 2019, à Bruxelles, cet effort éditorial consenti sans commentaires de la part de ce quotidien, proche de l'ex-président Laurent Gbagbo, ne manque assurément pas d'intérêt. Vaine ambassade de la Cédéao en faveur des 46 militaires ivoiriens détenus au Mali Réception, hier à Bamako, de la délégation de la Cédéao venue plaider pour l'élargissement des 46 militaires ivoiriens toujours détenus au Mali. Sans effet apparent : pas de communiqué final, pas de président togolais Faure Gnassingbé, facilitateur dans cette affaire… C'est peu dire que la presse ouest-africaine est demeurée sur sa faim après cette rencontre retardée de 48 heures, à l'issue de laquelle rien n'a filtré. Pourtant, comme le souligne Malikilé, « tout porte à croire que cette mission est celle de la dernière chance (…) Au Mali des acteurs politiques et des observateurs sont divisés sur la question. Si certains pensent que cette médiation pourrait décanter la situation, d'autres estiment qu'il faut accélérer l'action judiciaire », résume ce journal malien. Résultat, au Burkina Faso voisin, L'Observateur Paalga se demande si ceux qu'il appelle « les missi dominici » de la Cédéao parviendront à faire bouger la position du colonel Assimi Goïta, « droit dans ses bottes, et à quelles conditions ? Difficile d'en préjuger, énonce prudemment ce quotidien ouagalais, mais il faut bien que cette crise trouve rapidement une solution diplomatique avant que ses conséquences insoupçonnées n'affectent la fragile stabilité de la sous-région ».

Invité Afrique
Mali: «Cette visite de la Cédéao peut contribuer à apaiser les esprits à Bamako»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Sep 29, 2022 7:00


C'est ce jeudi 29 septembre que trois chefs d'État mandatés par la Cédéao doivent atterrir à Bamako pour demander aux autorités militaires maliennes la libération des 46 soldats ivoiriens détenus depuis le 10 juillet dernier. Quelles sont les chances de réussite de leur mission ? Francis Kpatindé est enseignant à Sciences Po Paris. Il répond aux questions de Christophe Boisbouvier.  RFI : Francis Kpatindé, bonjour. Que pensez-vous du discours très offensif du Premier ministre malien samedi 24 septembre, accusant le gouvernement français d'être « une junte au service de l'obscurantisme » et le président Mohamed Bazoum de ne pas être nigérien ? C'est vrai qu'on n'est pas habitué à ce type de discours à une tribune des Nations unies. Il y a eu quelques cas précédents : un président iranien, Hugo Chavez, Castro avec des longs discours, Kadhafi également… Donc, ça a beaucoup surpris. Je voudrais juste parler de Mohamed Bazoum, je l'ai connu dans les années 1990, il a toujours été impliqué dans les affaires de son pays, le Niger. Il était venu à l'esprit à d'aucun d'entre nous qu'il puisse être étranger. Bazoum a peut-être des défauts, mais Bazoum est nigérien. Je trouve un peu maladroit de dire aujourd'hui qu'il serait étranger. Et de toute façon, s'il est étranger, c'est une affaire interne au Niger, ce n'est pas une affaire dont on doit discuter hors du Niger. « L'ivresse de la junte malienne lui fait oublier le sens du protocole et de la diplomatie », dit le ministre nigérien Youssouf Mohamed Elmoctar. Est-ce qu'on peut parler d'ivresse ? Je pense que toute forme de populisme a la vie courte. Si les militaires au pouvoir à Bamako veulent aller loin et veulent maintenir l'équilibre de leur pays, je pense qu'il faut être plus enrobé, faire davantage recours à la diplomatie. D'autant plus qu'ils ont un excellent diplomate au ministère des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, que j'ai connu aux Nations unies, qui est quelqu'un de très intelligent, d'assez enrobé, même si on peut parfois être surpris par certains de ses discours ou de ses propos récents. Est-ce que vous y voyez une influence de Moscou ? Je ne crois pas que Moscou intervienne directement dans la diplomatie et dans les moindres faits et gestes du gouvernement malien. Il y a un problème de fond entre la France et les pays africains, et ce problème existait avant le retour des Russes en Afrique. Parce qu'il faut parler de retour, les Russes étaient en Afrique avant, au temps des révolutions. Donc, il y a un problème de fond, dont il faudra discuter de façon sereine pour relancer la relation entre la France et les pays africains francophones. Tant qu'on ne s'adresse pas vraiment aux vrais problèmes de fond, on passe à côté. Mettre tout ce qui se passe aujourd'hui, dans quelques pays africains comme le Mali, sur le compte des Russes, et de quelques soldats perdus russes qui agiraient en Centrafrique et au Mali, à mon avis, c'est mal poser le problème. Voulez-vous dire que la réaction de Paris aux propos de Bamako n'est pas toujours pertinente ? Ce n'est pas la réaction, c'est de se dire : « Bon tiens, il y a un problème, fouillons ». Il ne vous a pas échappé que beaucoup de jeunes en Afrique soutiennent le pouvoir malien, qu'il défendrait dans la rue. Vous avez vu l'accueil également du Premier ministre intérimaire à son retour des Nations unies à Bamako. Tout n'est pas manipulation, et tout n'est pas serein non plus du côté de Bamako. Quelques jours après ce discours à l'ONU, le gouvernement malien accepte quand même de recevoir à Bamako une délégation de trois chefs d'État de la CEDEAO, qui demandent la libération des 46 soldats ivoiriens arrêtés le 10 juillet dernier. N'est-ce pas contradictoire ? Non, cette visite est un bon indicateur, tout comme l'était la libération au début du mois de trois femmes-soldates ivoiriennes. Je trouve que ça va dans le bon sens. Cette mission peut contribuer à apaiser les esprits après le discours enflammé du Premier ministre intérimaire à New York. Je vous fais remarquer qu'il y a deux semaines, les autorités maliennes récusaient toute initiative de la Communauté régionale. Aujourd'hui, elles acceptent à deux jours près une visite décidée à New York par la CEDEAO. Le choix des émissaires ne doit rien au hasard, pour ménager la susceptibilité des Maliens. Le président togolais Faure Gnassingbé est sans doute le seul dirigeant de la région à avoir l'oreille et la confiance du colonel Assimi Goïta, et Faure Gnassingbé passe également pour être très proche du président ivoirien Alassane Ouattara, donc ça peut servir. J'ajoute que le ministre togolais des Affaires étrangères, Robert Dussey, est une vieille relation du colonel Assimi Goïta, bien avant que ce dernier n'accède au pouvoir. Si ça peut contribuer à faire avancer les choses, pourquoi pas. Donc vous pensez que cette mission a une petite chance de réussir, mais pour autant, le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, affirme que cette affaire des soldats ivoiriens n'est pas un problème de la CEDEAO, c'est entre le Mali et la Côte d'Ivoire. Absolument, c'est la ligne des Maliens. Mais je remarque seulement qu'ils ont accepté une décision qui a été prise à New York, à une réunion à laquelle ils ne participaient pas. Donc, je pense que la CEDEAO est rentrée subrepticement dans le dossier et que la visite des trois chefs d'État à Bamako s'inscrit dans ce cadre. Je pense que la diplomatie retrouvera ses droits et permettra au Mali de revenir dans la Communauté régionale, et la diplomatie devrait triompher dans cette affaire.

Appels sur l'actualité
[Vos réactions] Mali: vos réactions après le discours d'Abdoulaye Maïga à l'ONU

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Sep 29, 2022 20:00


Alors qu'une mission de haut niveau de la CEDEAO doit se rendre à Bamako, nous attendons vos réactions sur le discours très offensif d'Abdoulaye Maïga à la tribune des Nations unies. Le Premier ministre par intérim du Mali s'en est pris aux présidents de la CEDEAO, de la Côte d'Ivoire et du Niger, mais aussi à la France.   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

ONU News
ONU pede libertação dos soldados marfinenses detidos em Bamako, Mali

ONU News

Play Episode Listen Later Sep 26, 2022 0:01


Revue de presse Afrique
À la Une: les conclusions du sommet de la Cédéao à New York

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Sep 23, 2022 2:45


Un sommet de l'Organisation ouest-africaine dans la Grande Pomme, ce n'est pas banal. Au Burkina Faso, L'Observateur Paalga  écrit même « sauf erreur ou omission, de mémoire de journaliste, c'est une première pour la Cédéao de tenir un sommet des chefs d'État, à New York ». Un sommet, tenu ce jeudi 22 septembre en marge de la 77e Assemblée générale de l'ONU, et il a donc été « extraordinaire à double titre », estime L'Observateur, « par les circonstances de temps et par celles de lieu ». Et par l'ordre du jour qui portait sur la situation politique en Guinée et au Mali. En effet, lit-on encore : « la Cédéao met un point d'honneur à convaincre les pouvoirs de transition à en sortir rapidement en suivant un calendrier bien calé sur 24 mois. Elle doit cependant compter avec l'agenda particulier des nouveaux maîtres à Bamako et à Conakry ».   Des sanctions graduelles décidées contre Conakry Et la Cédéao ne reste pas les bras croisés. Au Burkina Faso, toujours pays lui-même engagé dans la transition, Wakat Sera fait le bilan de ce rendez-vous diplomatique très attendu. « Des sanctions graduelles contre la junte du colonel Mamadi ». Et « Pour dénouer le dossier des 46 militaires ivoiriens encore détenus dans les geôles du colonel Assimi Goïta, les présidents togolais Faure Gnassingbé, le ghanéen Nana Afufo-Addo, et le sénégalais Macky Sall devraient se rendre ce mardi à Bamako ». Voilà « les principales décisions de la réunion extraordinaire de la Cédéao », note Wakat Sera pour qui « les dirigeants de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest ne comptent plus les journées difficiles et les nuits blanches passées au chevet des transitions malienne et guinéenne ». À tel point que L'Observateur Paalga, lui, décrit carrément Assimi Goïta et Mamadi Dombouya comme « les poils à gratter de l'organisation régionale », « des poils à gratter d'une solidarité régionale vieille de presque 50 ans ». Le média burkinabè voit presque « deux complices », puisque Mamadi Doumbouya a d'ailleurs choisi de rendre visite à son homologue malien à la veille de ce sommet de la Cédao, note L'Observateur. Une visite sur laquelle reviennent justement les médias guinéens Arrivé mercredi, à la veille du sommet de la Cédéo à New York, le colonel Doumbouya a quitté hier Bamako « avec un sabre et le titre de Grand-Croix », rapporte le site Guinée News. En effet, le président malien Assimi Goïta « a élevé son homologue guinéen à la dignité de Grand Croix de l'ordre national du Mali à titre étranger ». Décoration remise lors d'une cérémonie solennelle, après le défilé militaire tenu à l'occasion de la fête nationale malienne. « Un sabre a donc également été remis au président Doumbouya ». Le sabre, analyse Guinée News, « symbole de la droiture dans la tradition des officiers. Ces gestes témoignent du renfoncement des relations entre les deux pays », peut-on lire. Tout un symbole. Bien au-delà du symbole cette fois mais toujours en Guinée, Le Djely relaie pour sa part la réponse du Premier ministre Bernard Gomou aux propos d'Oumaro Sissoko Embalo sur la transition guinéenne… Des propos jugés désobligeants, et les mots ici sont très durs. Le président bissau-guinéen, également président en exercice de la Cédéao est présenté comme « l'amuseur public de Bissau, un guignol dans le manteau d'homme d'État ». L'intéressé appréciera probablement.

Invité Afrique
Umaro Sissoco Embalo: «Les 46 soldats ivoiriens ne sont pas des mercenaires»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Sep 21, 2022 3:52


Le chef de l'État bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo préside actuellement la Cédéao qui réunit demain jeudi 22 septembre à New York un sommet extraordinaire de l'Organisation ouest-africaine. Les 46 soldats ivoiriens détenus au Mali depuis le 10 juillet doivent être libérés sans conditions, déclare-t-il à RFI.  Il s'exprime aussi sur un autre pays suspendu à la suite d'un coup d'État militaire, la Guinée Conakry. Umaro Sissoco Embalo répond à Christophe Boisbouvier et Marc Perelman de France 24. RFI / France 24 : Monsieur le président, vous avez convoqué, ce jeudi, ici, à New York, un sommet extraordinaire de la Cédéao. Pourquoi cette décision ? Umaro Sissoco Embaló : C'est le premier sommet que l'on va faire, depuis que j'ai pris la fonction de président en exercice, pour réexaminer la situation de la Guinée et celle du Mali. Parce qu'il n'y a pas de grands enjeux avec le Burkina Faso. Les choses se passent très bien au Burkina Faso. Ils respectent la feuille de route et le calendrier en particulier. Mais il semble, quand même, qu'il y a un troisième dossier qui motive cette réunion. C'est le dossier des soldats ivoiriens détenus au Mali. Cette question sera tout de même abordée. Évidemment. Évidemment que l'on va discuter ce sujet aussi. Depuis le 10 juillet, il a 46 soldats ivoiriens qui sont détenus au Mali. D'après Bamako, ce sont des « mercenaires ». Mais d'après Abidjan, on dit que ce sont des « otages ». Parce que le Mali, en échange de leur libération, réclame, aujourd'hui, l'extradition de trois opposants maliens réfugiés en Côte d'Ivoire. Quelle est votre opinion ? Plutôt des « mercenaires » ou plutôt des « otages » ? Moi, je pense que ce ne sont pas des mercenaires. On vient de voir, avant-hier, la déclaration du Secrétaire général de Nations unies qui dit que ce ne sont pas des mercenaires. Moi, à la place des Maliens, j'aurais relâché ces 49 soldats. C'est-à-dire que vous n'êtes pas d'accord pour qu'il y ait un échange entre les soldats ivoiriens et les opposants maliens ? Ce n'est pas à moi d'être d'accord ou pas. Mais moi, à la place des Maliens, je n'aurais pas émis ces conditions. Justement, il y a eu, ces dernières semaines, des tentatives de médiations : il y a eu le Nigeria, il y a eu, notamment, le Togo. Très concrètement, avez-vous récemment parlé au colonel Assimi Goïta de cette question ? Et est-ce que, ici, à New York, vous allez rencontrer le chef de la délégation malienne, le Premier ministre par intérim, Abdoulaye Maïga, pour essayer de dénouer ce problème ? Non, ce n'est pas prévu. Depuis que j'ai pris la fonction de président en exercice, je n'ai pris aucun contact avec Goïta. Donc, il n'est pas prévu non plus que je rencontre la délégation malienne. Vous avez pris la présidence de la Cédéao au moment où cette organisation a levé les sanctions économiques et commerciales contre le Mali. C'était au début du mois de juillet. Si l'on n'arrive pas à régler ce problème des soldats ivoiriens, de nouvelles sanctions pourraient-elles être mises sur la table ? Tout est possible. Tout est sur la table. On va réexaminer aussi, depuis que l'on a levé les sanctions, où nous en sommes. Parce que l'on ne peut pas banaliser notre organisation sous-régionale. Il y a des principes de la Cédéao et tout le monde doit les suivre. Justement, il semble que le pays dans lequel il y a eu un putsch et avec lequel, c'est le plus compliqué, c'est la Guinée. Vous y êtes allé. Vous avez demandé un chronogramme de deux ans pour une transition. La junte a dit « non, c'est trois ans, on ne bougera pas ». Est-ce qu'il y a là un blocage complet ? Non, il n'y a pas de blocage. Je ne pense pas que la junte ait dit trois ans, je n'ai pas entendu ça. Trente-six mois et ils le réaffirment. Non. Je pense qu'il y a une incompréhension. C'est inacceptable pour la Cédéao. Inacceptable et non négociable. Cela veut dire que si la junte maintient trois ans, là, pour le coup, il y aurait des sanctions ? Absolument. Vous n'hésiteriez pas ? Absolument. De lourdes sanctions même. On ne peut pas accepter cela. Et le colonel Doumbouya, vous échangez avec lui ou cette fois encore, les ponts sont fermés ? Non, non, non. Je suis allé là-bas, en Guinée Conakry. On a discuté. On est arrivé au consensus que l'on ne peut pas dépasser les 24 mois. Oui, mais une fois que vous êtes tombé d'accord avec le colonel Doumbouya pour 24 mois, les autorités guinéennes ont démenti. Elles ont dit « non, non, c'est 36 mois ». Tout cela, on va le voir demain pendant notre sommet. Et là, on va voir le dispositif que l'on va prendre par rapport à ça. Mais une chose que je peux vous assurer, c'est que pour la Cédéao les 36 mois ne sont pas négociables.

Invité Afrique
Pas de preuves que les soldats ivoiriens arrêtés au Mali soient des mercenaires, selon le chef de la diplomatie du Nigeria

Invité Afrique

Play Episode