Podcasts about M23

  • 119PODCASTS
  • 352EPISODES
  • 22mAVG DURATION
  • 2DAILY NEW EPISODES
  • Jan 27, 2023LATEST

POPULARITY

20152016201720182019202020212022


Best podcasts about M23

Latest podcast episodes about M23

Africa Today
‘Senior IS figure' killed in US Somalia raid

Africa Today

Play Episode Listen Later Jan 27, 2023 29:06


The US military says its special forces have killed senior Islamic State group commander Bilal al-Sudani and 10 associates in a raid in Somalia. The Biden administration has redeployed hundreds of US troops to Somalia, after his predecessor Donald Trump pulled them out. IS is a relatively small group in Somalia, with the al-Qaeda linked al-Shabab far more prominent. Plus, M23 rebels say they've taken over the key strategic town of Kitshanga in the east of the Democratic Republic of Congo, after three days of intense clashes. And there's concern for the fate of animals at a farm popular with tourists in The Gambia, after its owner was detained over allegedly planning a coup.

VICE News Reports
Why DRC's Rebel Group M23 is Back

VICE News Reports

Play Episode Listen Later Jan 26, 2023 32:17


The rebel group M23 has resumed fighting in the Eastern part of the Democratic Republic of the Congo after nearly a decade of laying dormant. M23 has overrun army military bases, looted weapons, captured large territories north of the city of Goma while leaving hundreds dead and thousands displaced from their homes. Now, the president is asking everyday civilians to join the fight. VICE News' Evelyn Kahungu travels to the DRC to meet a civilian picking up arms and reports from the frontlines of M23's resurgence.Special thanks to our translator Aquelina Mawadza with Bayville Languages, VICE News Nairobi Bureau Chief Julia Steers, and our production crew Adolphe Basengezi and Srdjan Stojiljkovic.This story was produced by Stephanie Brown and edited by Stephanie Kariuki.VICE News Reports is produced by Sam Eagan, Sophie Kazis, Adreanna Rodriguez and Adriana Tapia. Our senior producers are Jesse Alejandro Cottrell, Janice Llamoca and Julia Nutter. Our supervising producer is Ashley Cleek. Our associate producer is Steph Brown. Sound design and music composition by Steve Bone, Pran Bandi, and Kyle Murdock. Annie Aviles is our Executive Editor and Janet Lee is Senior Production Manager for VICE Audio. Fact Checking by Nicole Pasulka. Our theme music is by Steve Bone. Our host is Arielle Duhaime-Ross. Charles Raggio is the head of VICE Audio. Hosted on Acast. See acast.com/privacy for more information.

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité: Natalité en Chine, Prise de Soledar, Retrait M23, Congo

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Jan 20, 2023 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité.   RDC : comment expliquer le retrait au compte-gouttes du M23 ? Par Paulina Zidi, journaliste au service Afrique de RFI. Chine : pourquoi la population décline ? Par Stéphane Lagarde, correspondant permanent de RFI en Chine. Ukraine : quels sont les enjeux derrière la prise de Soledar ? Par Elsa Vidal, cheffe de la rédaction en langue russe de RFI. Congo :  les propos polémiques du ministre de l'Intérieur. Par Maixent Animbat Emeka, administrateur général du Forum pour la gouvernance et les droits de l'Homme.   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Habari za UN
19 JANUARI 2023

Habari za UN

Play Episode Listen Later Jan 19, 2023 0:11


Hii leo jaridani tuna habari kwa ufupi, mada kwa kina na jifunze lugha ya kiswahili.Katika Habari kwa Ufupi na Leah Mushi:Kuelekea siku ya kimataifa ya elimu tarehe 24 Januari, Mkurugenzi Mkuu wa shirika la Umoja wa Mataifa la Elimu, Sayansi na Utamaduni, UNESCO Bi. Audrey Azoulay, amesema ametoa heshima ya siku hiyo kuwa maalum kwa wanawake na wasichana wa Afghanistan ambao mamlaka ya Taliban imewanyima fursa ya kupata elimu.Mahakama nchini Afrika Kusini imewaruhusu wataalamu wa Umoja wa Mataifa kushiriki kwenye kesi iliyofunguliwa na wananchi wa wilaya ya Kambwe nchini Zambia walioathirika na uchimbaji wa madini uliofanywa na Kampuni ya madini ya Anglo Amerika.Na leo ni siku ya mwaka mpya wa Kichina ambapo kwa mujibu wa kalenda ya nchi hiyo ni mwaka wa Sungura. Katibu Mkuu wa Umoja wa Mataifa Antonio Guterres ametuma salamu za mwaka mpya kwa taifa hilo na kulishukuru kwa ushirikiano wake linaoutoa kwa Umoja wa Mataifa na dunia kwa ujumla.Na katika Mada kwa Kina tunakwenda Jamhuri ya Kidemokrasia ya Congo, DRC ambako takriban watu 233,000, wamelazimika kuyahama makazi yao katika wilaya ya Nyiragongo jimboni Kivu Kaskazini  kutokana na vita vinavyochochewa na kundi la wapiganaji waasi la M23 na sasa UNHCR imewajengea makazi badala ya kutegemea kuishi tu katika maeneo ya wazi, shuleni au makanisani. Shuhuda ni mwandishi wetu wa DRC, Byobe Malenga.Katika kujifunza lugha ya kiswahili, tunabisha hodi Baraza la Kiswahili la Taifa, Zanzibar, BAKIZA kwake Katibu Mtendaji Dkt. Mwanahija Ali Juma akifafanua methali ACHEKAYE KOVU HAJAONA JERAHA.Karibu na mwenyeji wako ni Anold Kayanda

Africa Daily
Why are there so many armed groups in eastern DRC?

Africa Daily

Play Episode Listen Later Jan 19, 2023 20:00


On Wednesday a small group of people attempted to protest on the streets of Goma in eastern Democratic Republic of Congo. They said they were dissatisfied with the East African regional force which has been deployed in an attempted to restore peace in the region. The border region in the east of the country has seen decades of violent conflict. In recent years, larger rebel groups such as M23 and the Allied Democratic Forces have made headlines. But there are hundreds of smaller groups contributing to the instability there. So, who are they? #AfricaDaily

Journal de l'Afrique
RD Congo : une manifestation contre la force est-africaine dispersée à Goma

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Jan 18, 2023 12:52


Une marche de protestation contre la force régionale d'Afrique de l'Est déployée dans l'est de la République démocratique du Congo a été violemment dispersée et des journalistes ciblés par la police, mercredi 18 janvier à Goma. Une centaine de manifestants s'étaient rassemblés pour marcher contre cette force de l'East African Community (EAC) qu'ils jugent inefficace. Plusieurs milliers de soldats du Kenya et du Burundi ont été récemment déployés en renfort pour lutter contre les groupes armés.

Daily News Brief by TRT World
January 18, 2023

Daily News Brief by TRT World

Play Episode Listen Later Jan 18, 2023 2:18


*) Ukraine welcomes Dutch Patriot help as fighting rages in east The training of Ukrainian officers to operate the Patriot advanced long-range air defence system will last 10 weeks, Ukraine's Defence Minister Oleksii Reznikov said. The United States, Germany and the Netherlands have pledged to send Patriot missile systems to Ukraine to repel a barrage of Russian missile and drone attacks. Reznikov said that the training is an obligation undertaken by the US. *) Pentagon extols alliance with Türkiye ahead of possible F-16 deal Ahead of a possible F-16 deal, the Pentagon said that Türkiye has an important partnership with the US on the global stage and Washington views Ankara as "an important ally". Pentagon spokesperson Brigadier General Pat Ryder said "the United States and Türkiye share an alliance and they're an important partner, not only in the region but around the world." *) England nurses launch fresh strikes over pay Nurses in England have begun two days of strikes over pay, as officials warned of disruption for thousands of patients in the UK's state-run health service. Strikes beginning from Wednesday come after nurses held an unprecedented strike last month, joining a wave of industrial action by public sector workers. The main nursing union accuses the government of failing to negotiate seriously on improving their pay deal for the current year. *) DRC's Tshisekedi accuses M23 rebels of faking agreed pullback The M23 rebel group has not fully withdrawn from areas it seized in eastern Democratic Republic of the Congo, President Felix Tshisekedi said, accusing the militia of faking an agreed pullback of its forces. He said that despite international pressure, they pretended to move but they have not, adding that they are redeploying elsewhere, and staying in the towns that they have captured. *) Türkiye's Sengun breaks Shaq's NBA centre record Türkiye's Alperen Sengun has made NBA history by becoming the youngest centre to record at least 30 points, 15 rebounds and five assists in a game for the Houston Rockets against the Los Angeles Lakers. Tuesday's game ended 140-132 in favour of the Lakers, with the 20-year-old Sengun scoring a career-high 33 points on 14 of 17 shooting, adding 15 rebounds and six assists. Sengun broke the three-decade record of Shaquille O'Neal, who scored 30 points at the age of 21 during the 1992-93 season.

KPFA - A Rude Awakening
A Rude Awakening with Maurice Carney + Project Drawdown's Neighborhood Atlanta

KPFA - A Rude Awakening

Play Episode Listen Later Jan 13, 2023 59:57


On today's show, I'll speak to Maurice Carney executive director of Friends of the Congo on the M23 conflict in the Congo Basin and it's affect on the environment We'll switch gears and roll a clip from the Project Drawdown's Neighborhood Atlanta and the good folks that are creating solutions to the climate crisis   The post A Rude Awakening with Maurice Carney + Project Drawdown's Neighborhood Atlanta appeared first on KPFA.

Africa Today
M23 rebels agree to withdraw from parts of DRC

Africa Today

Play Episode Listen Later Jan 13, 2023 30:26


Representatives of the M23 armed group operating in the Democratic Republic of Congo, agree to a ceasefire and to continue pulling out from cities in the east of the country. The concessions come in the latest round of peace talks brokered by the former president of Kenya, Uhuru Kenyatta. Plus, why are so many Nigerian doctors leaving the country? We have a report from the north-west of the country, where both patients and practitioners are struggling with the shortages. And we pay tribute to one of the pillars of Africa's film industry, Peace Anyiam-Osigwe, who founded the African Movie Academy Awards. She died earlier this week at the age of 54.

Journal de l'Afrique
Paul Kagame affirme que le Rwanda ne peut pas continuer à accueillir " des Congolais"

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Jan 10, 2023 12:49


Un nouvel épisode dans les tensions entre Kigali et Kinshasa : lors d'un discours, le 10 janvier, devant les parlementaires, le président rwandais Paul Kagame a affirmé que son pays ne pouvait "pas continuer à accueillir des réfugiés" congolais. Une réponse aux accusations de l'ONU, des États-Unis et de la France qui pointent du doigt le soutien rwandais au groupe rebelle M23 dans l'est de la RD Congo. Un soutien que le Rwanda dément. Les explications de Clément Di Roma, correspondant à Kigali.

VOA 60秒(國際) - 美國之音
VOA國際60秒:2023年1月6日 - 1月 06, 2023

VOA 60秒(國際) - 美國之音

Play Episode Listen Later Jan 6, 2023 1:00


1. 秘魯各地城市週四晚上繼續設置路障和抗議 2. 烏克蘭總統澤連斯基週四感謝美國提供裝甲車和額外的愛國者導彈 3. 墨西哥販毒集團重要人物古茲曼被捕後安全部隊與幫派發生衝突 4. 剛果民主共和國政府與東部M23叛亂分子持續衝突帶來新的不確定性 5. 20名右翼共和黨眾議院議員繼續阻止加州眾議員凱文麥卡錫成為議長

Cultures monde
Retour de Tunisie / RDC : le conflit du Nord-Kivu

Cultures monde

Play Episode Listen Later Jan 6, 2023 57:43


durée : 00:57:43 - Cultures Monde - par : Julie Gacon - Retour sur la disparition en Méditerranée de 17 migrants tunisiens depuis la ville de Zarzis / Le mouvement du M23 a relancé l'offensive en octobre dans le Nord-Kivu, une région en proie à des violences cycliques entre l'armée congolaise et différents groupes rebelles depuis plusieurs décennies. - invités : Frédéric Bobin Journaliste au Monde; Sonia Rolley Journaliste pour Reuters et Actualite.CD; Thierry Vircoulon Coordinateur de l'Observatoire de l'Afrique centrale et orientale à l'IFRI

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité: voile en Iran, M23, Congrès américain

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Jan 5, 2023 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité. Ce matin :  Iran : campagne de surveillance autour du port du voile. Par Nasser Etemadi, journaliste au service langue persane de RFI. M23 : annonce de retraits de Rumangabo et Kishishe. Par Paulina Zidi, journaliste au service Afrique de RFI.  Etats-Unis : absence de consensus parmi les Républicains pour l'élection du président de la Chambre des Représentants. Par Jean-Eric Branaa, maître de conférences à l'Université Paris Panthéon Assas, spécialiste de la politique américaine, auteur de “Géopolitique des Etats-Unis", PUF 2022.    * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Africalink | Deutsche Welle
AfricaLink on Air — 04 January 2023

Africalink | Deutsche Welle

Play Episode Listen Later Jan 4, 2023 29:59


Kagame insists kigali is not supporting M23 rebels in DR Congo+++Nigeria's Kano state considers new law to weed-out fake doctors+++ Online users trail Burna Boy even after apology

Revue de presse Afrique
À la Une: une année délicate en perspective pour la RDC

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Jan 4, 2023 4:11


La RDC n'en a toujours pas fini avec les combats dans l'est du pays. La rébellion du M23 est toujours aussi active. « Le retrait annoncé ces derniers jours des localités de Kibumba et Buhumba, dans le Nord-Kivu est une farce ! », dénonce le site congolais Objectifs Infos. « Les terroristes du M23 sont toujours présents dans la zone. » Pire, « le M23 gagne du terrain après l'annonce de son 'vrai-faux' retrait de Kibumba », dénonce pour sa part le site Politico CD. « Les terroristes du M23 ont conquis lundi trois villages dans le groupement de Binza, précise le site. Il s'agit de Kisharo, Mirambi et Kamukwale. Les FARDC, l'armée congolaise, avaient considéré cette déclaration de retrait de 'leurre', rappelle Politico CD, visant à endormir la communauté internationale et à distraire la population. » Double défi sécuritaire et électoral… Une année qui débute bien mal, donc, pour la RDC… « Un double défi attend la RDC de Félix Tshisekedi pour l'année à venir, pointe le site Afrikarabia : retrouver la paix dans l'est du pays en proie aux groupes armés et garantir la bonne tenue des élections générales, théoriquement prévues en décembre. L'impuissance de l'armée congolaise fait craindre un enlisement du conflit et le spectre du 'glissement' des élections plane toujours sur une présidentielle qui semble jouée d'avance. » En effet, précise Afrikarabia, « si la situation sécuritaire ne s'améliore pas dans les prochains mois, et que le gouvernement refuse toujours de négocier, pour ne pas perdre la face électoralement, le président pourrait être tenté de reporter le scrutin et de s'offrir quelques mois supplémentaires dans le fauteuil présidentiel. Mais la pression de l'opposition, de la société civile et surtout de la communauté internationale est forte pour que le scrutin se tienne dans les délais et évite ainsi une énième crise pré-électorale. Le scénario qui se profile, pointe encore le site spécialisé sur la RDC, est celui du statu quo, où le M23 accepterait finalement de se replier et laisserait s'installer dans ses anciennes positions la Force régionale. L'Est du Congo deviendrait alors la zone la plus militarisée d'Afrique avec la présence de la plus importante mission des Nations unies, de la Force régionale d'Afrique de l'Est, composée de Kényans, de Burundais, de Sud-Soudanais et d'Ougandais, auxquels viennent se rajouter les 120 groupes armés. » Burkina Faso : les raisons de la colère contre l'ambassadeur de France A la Une également, l'affaire de l'ambassadeur de France Luc Hallade au Burkina-Faso déclaré persona non grata par les militaires au pouvoir… Le Monde Afrique apporte des précisions sur les raisons de la colère des autorités burkinabé : il s'agit « d'une lettre envoyée par Luc Hallade aux ressortissants français de Koudougou le 12 décembre dernier. Dans ce courrier, l'ambassadeur invitait 'avec insistance' ses compatriotes habitant cette ville, située à 100 kilomètres à l'ouest de Ouagadougou, à se 'relocaliser' dans la capitale ou à Bobo-Dioulasso, dans le sud-ouest du pays. Et ce, en raison de la menace djihadiste. (…) 'Pour les autorités militaires, dire que les choses ne vont pas bien au Burkina Faso équivaut à être antirégime. Aujourd'hui, les diplomates comme les acteurs de la société civile doivent raser les murs pour éviter d'être mis à l'index', glisse une source officielle française », citée par Le Monde Afrique. « Le 23 décembre, l'Italienne Barbara Manzi, la coordinatrice des Nations unies au Burkina Faso, avait, elle aussi, été sommée de faire ses valises, rappelle le journal. Elle avait été déclarée persona non grata par le gouvernement, après avoir demandé l'évacuation du personnel étranger non essentiel de l'ONU installé dans le pays en raison de la dégradation du contexte sécuritaire. » Un changement d'ambassadeur ne réglerait pas le problème… Le quotidien Aujourd'hui à Ouagadougou s'interroge sur l'attitude des militaires au pouvoir : « ainsi donc, il suffirait qu'on remplace Luc Hallade et tout rentrerait dans l'ordre ? Chiche ! Sauf que ça ne marche pas comme ça. (…) Quand bien même on remplacerait Luc Hallade par un autre que le Burkina voudrait 'accommodant', croit-on qu'il fera autre chose qu'un ambassadeur français devrait faire ? Peut-on imaginer que son éventuel successeur va se claquemurer dans un silence, rien que pour plaire aux autorités burkinabè s'il a des renseignements qu'une zone est jugée dangereuse pour ses compatriotes, et qu'il doit les en aviser ? » Alors, un changement d'ambassadeur, peut-être, mais pas de rupture de relations diplomatiques en vue entre Ouagadougou et Paris, affirme encore Aujourd'hui. Même si « les relations entre les deux pays sont devenues très sensibles depuis l'avènement du capitaine IB. »

Revue de presse Afrique
À la Une: le Rwanda pointé du doigt par l'ONU

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Dec 29, 2022 3:58


« Il va être de plus en plus difficile pour le Rwanda, constate Le Monde Afrique, de camper sur son déni d'ingérence dans l'est de la République démocratique du Congo après la diffusion, hier [28 décembre, NDLR], du dernier rapport des experts des Nations unies. Ses conclusions sont en effet sans équivoques, pointe Le Monde Afrique. Les cinq enquêteurs assurent avoir "trouvé des preuves substantielles de l'intervention directe des forces de défense rwandaises sur le territoire de la RDC, soit pour renforcer le M23, soit pour mener des opérations militaires contre les Forces démocratiques de libération du Rwanda" établies en RDC, d'origine rwandaises et opposées au régime de Kigali. Dans leur précédent rapport du mois de juin, précise encore Le Monde Afrique, les experts de l'ONU se montraient beaucoup moins affirmatifs concernant l'implication du pays voisin. Ils se contentaient alors de reprendre des déclarations "des autorités" de la RDC affirmant que les rebelles du M23 opéraient avec le soutien des forces armées rwandaises. Ce que le président rwandais, Paul Kagame, niait avec force. » Sur le terrain, « la situation se détériore chaque jour un peu plus entre le Rwanda et la RDC, relève La Libre Afrique. Hier, les autorités congolaises annonçaient l'arrestation de "plusieurs espions" œuvrant pour les services rwandais. Kinshasa accuse aussi le Rwanda d'avoir cherché à préparer une attaque contre le président de la République. Et en début de soirée, Kigali annonçait qu'un avion de chasse Sukhoi-25 de la RDC avait violé l'espace aérien rwandais le long du lac Kivu dans la province occidentale du Rwanda. » Burkina Faso : le lieutenant-colonel Zoungrana putschiste invétéré ? Au Burkina Faso, retour à la case prison pour le lieutenant-colonel Zoungrana. « L'ex-patron du 12e régiment d'infanterie commando est-il un putschiste indécrottable ? », s'interroge le quotidien Aujourd'hui. « Que reproche-t-on au truculent lieutenant-colonel qui avait été arrêté le 10 janvier dernier et qui avait bénéficié il y a deux semaines d'une liberté provisoire ? On a depuis hier soir la réponse, pointe le quotidien ouagalais, par le biais du procureur militaire : une enquête dûment diligentée a mis à nu que des militaires, dont forcément Zoungrana, de mèche avec des civils, étaient en train de préparer une déstabilisation des institutions de l'État… » Étrange affaire tout de même, estime Le Pays : « cet officier constituerait une menace pour le pouvoir. Il reste cependant à faire la preuve que cette menace est réelle, affirme le journal, et savoir sur quoi elle repose réellement. Et si ce n'est pas le cas, que la justice le réhabilite et explique au peuple burkinabè pourquoi on chercherait à réduire au silence ce militaire qui, du fond de son cachot, n'a cessé de proclamer sa volonté d'aller au front pour défendre sa patrie en danger. » Les 46 militaires ivoiriens retenus au Mali libérés aujourd'hui ? Enfin, suite et peut-être fin ce jeudi du feuilleton des 46 militaires ivoiriens retenus au Mali depuis juillet. « Les Ivoiriens prient pour que le président Assimi Goïta décide de leur faire le plus beau cadeau de fin d'année », s'exclame Le National à Bamako, qui, à l'instar des autorités, maintient que ces militaires étaient des mercenaires et non des soldats destinés à la relève du contingent ivoirien de la Minusma. En tout cas, la justice malienne doit se prononcer sur leur sort, ce jeudi 29 décembre. Et d'après le quotidien 24 Heures, à Dakar, les soldats ivoiriens, accusés de tentative d'atteinte à la sureté extérieure de l'État, pourraient voir les faits requalifiés de sorte à obtenir une peine couvrant la durée de leur détention préventive. Autre hypothèse : les soldats ivoiriens pourraient bénéficier d'une grâce de la part du président de la transition malienne, Assimi Goïta. Juste avant Noël, les autorités ivoiriennes et maliennes avaient conclu un accord dont les termes n'ont pas été rendus publics. « Le procès de ce jeudi intervient, rappelle Jeune Afrique, alors que la Cédéao a fixé début décembre un ultimatum aux autorités de la transition malienne : la junte a jusqu'à la fin de l'année pour libérer les soldats ivoiriens, sous peine de nouvelles sanctions. »

Revue de presse Afrique
À la Une: les grandes manœuvres électorales ont débuté en RDC

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Dec 28, 2022 4:18


À un an de l'élection présidentielle, l'ancien Premier ministre Augustin Matata, l'opposant Martin Fayulu et le Prix Nobel de la paix Denis Mukwege, ont publié le 27 décembre, une déclaration commune contre l'actuel président et son gouvernement. Les trois personnalités dépeignent un sombre tableau de la situation en RDC. « "Il n'est jamais trop tard pour bien faire", clament les trois signataires, rapporte la Libre Afrique. Cette déclaration commune n'est pas passée inaperçue au lendemain du début chaotique de la première vague des enregistrements des électeurs dans la perspective du scrutin du 20 décembre 2023. Cette charge contre le régime de Félix Tshisekedi, pointe la Libre Afrique, épingle aussi bien le manque de leadership du président, que les innombrables atteintes aux libertés individuelles, le non-respect fréquent de la Constitution par la présidence congolaise, l'échec de l'état de siège dans le Nord-Kivu et l'Ituri, l'externalisation de la sécurisation du pays ou les dérives de la Commission électorale nationale indépendante. […] Si les deux premiers signataires, Augustin Matata et Martin Fayulu, ont annoncé leur intention de se présenter à la présidentielle, la position de Denis Mukwege ne semble pas encore arrêtée », précise encore la Libre Afrique. Un attelage troublant ? Le site congolais Actu CD n'est guère convaincu par l'initiative des trois personnalités : « en République démocratique du Congo, le ridicule ne tue pas, affirme Actu CD. Les politiques congolais sont capables de tout jusqu'à descendre leurs culottes au nom du ventre. L'Alliance Mukwege-Fayulu-Matata vise à faire bloc contre Tshisekedi. […] Question : le rideau de fer formé par les trois hommes saura-t-il tenir devant la machine de l'actuel chef de l'État ? » « Fayulu–Matata–Mukwege : un attelage troublant ! », renchérit Le Phare à Kinshasa. Le Phare qui passe en revue le passé des trois hommes et qui s'attarde surtout sur celui l'ancien Premier ministre kabiliste. « Il est surprenant, affirme le quotidien kinois, que Matata puisse pointer un doigt accusateur sur l'actuel pouvoir dans le dossier de l'insécurité récurrente à l'est du pays […]. Qu'il plaise à l'opinion de rappeler à ce sénateur qu'il était Premier ministre, lors de la prise et de l'occupation de la ville de Goma en novembre 2012. […] Et s'agissant du secteur des droits de l'homme, c'est sous Matata que des dizaines des manifestants avaient été massacrés en janvier 2015 pour avoir protesté contre la révision constitutionnelle et le recensement préalable avant les élections qui auraient dû avoir lieu en décembre 2016. Et s'il y a un autre rappel à faire sous le mandat de Matata, rapporte encore Le Phare, c'est la tentative d'assassinat du docteur Denis Mukwege, dans sa résidence de Bukavu, un certain 25 octobre 2012. » Situations anormales ? En tout cas, remarque WakatSéra au Burkina, « le chapelet des récriminations égrené contre le président de la RD Congo par les trois leaders est des plus longs, notamment la rupture des relations avec le Rwanda, accusé de porter à bout de bras les rebelles du M23. Si Denis Mukwege se défend, en toute logique, de s'associer à une candidature commune contre Tshisekedi, il n'en demeure pas moins que sa détermination est grande dans ce combat commun contre "des situations anormales par rapport aux institutions de la république". Matata et Fayulu, les deux hommes politiques, sont encore loin de cette candidature unique qu'ils évitent cependant d'écarter. S'il faut ajouter à ces deux probables challengers du président actuel, le richissime homme d'affaires Moïse Katumbi, candidat déclaré et d'autres, on peut dire, sans aucun risque de se tromper, conclut WakatSéra, que "Fatshi" va se taper bien des nuits blanches jusqu'au 20 décembre 2023, date de la prochaine présidentielle. » Tshisekedi doit-il se remettre en cause ? Et justement, pour Le Pays, toujours au Burkina, « Félix Tshisekedi doit se remettre en cause. […] Et cela passe par un examen minutieux des questions soulevées par l'opposition. Et la première de ces questions, c'est la construction d'une armée nationale efficace et performante en mesure de reconquérir le territoire national. […] La seconde revendication est la mise en œuvre d'un processus électoral inclusif et transparent qui puisse accoucher d'un scrutin apaisé et accepté de tous. Il y va de la paix sociale dans le pays. Car, tous gardent encore en mémoire les violences meurtrières qui ont précédé les élections qui ont porté Félix Tshisekedi lui-même au pouvoir. »

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité: Soutien Rwanda au M23, Classement FIFA, Lula

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 26, 2022 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité. Ce matin :  RDC : quelles preuves y a-t-il dans le rapport de l'ONU d'un soutien du Rwanda au M23 ? Pourquoi la France a-t-elle pour la première fois fait un lien entre le M23 et le Rwanda ? Par Onesphore Sematumba, en charge de la RDC et des Grands Lacs à International Crisis Group. Brésil : sait-on déjà quelles seront les premières mesures sociales que prendra le gouvernement de Lula ? Par Franck Gaudichaud, professeur d'études latino-américaines à l'Université Toulouse Jean Jaurès.  Football : comment est calculé le classement fait par la FIFA ? Par Victor Missistrano, journaliste au service des sports de RFI. * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Africa Today
Hopes for real peace in Tigray

Africa Today

Play Episode Listen Later Dec 26, 2022 28:18


After two years of being cut off and lives devastated by the civil war in Tigray, an Ethiopian Government delegation arrives in Mekelle, the capital of the region. Also, tragedy has rocked Boksburg community in South Africa after a tanker explosion. Plus, thousands displaced and living in Kayaruchinya camp in the east of the DRC  return home to Kibumba after the M23 rebel withdrawal. And the Ganda Boys bring the warmth of Uganda as they share their folk music with the world. Those stories and more in this podcast with Bola Mosuro.

Improve the News
December 24, 2022: Jan 6. Report, Paris shooting, Meta data scandal

Improve the News

Play Episode Listen Later Dec 24, 2022 31:18


Facts & Spin for December 24, 2022 top stories: The Jan. 6 committee releases its final report, At least three people are killed in a Paris shooting, The US dismisses Putin's claim he wants to end the war, M23 rebels pledge to retreat from a key position in the DR Congo, Chile announces plans to open an embassy in the Palestinian Territories, Shell agrees to pay $15 million for oil spills in Nigeria, FTX's Bankman-Fried is released on $250 million bond, Meta settles a Cambridge Analytica scandal case for $725 million, ByteDance confirms TikTok accessed journalists' data, and Molnupiravir antiviral treatment is found to hasten Covid recovery. Sources: https://www.improvethenews.org/   Brief Listener Survey: https://www.improvethenews.org/pod

Semana em África
Recenseamento eleitoral polémico na Guiné Bissau e criminalidade crescente em Cabo Verde

Semana em África

Play Episode Listen Later Dec 24, 2022 7:12


Esta semana na actualidade africana ficou marcada pelo recenseamento eleitoral polémico na Guiné Bissau e também pela criminalidade crescente em Cabo Verde, assim como a reunião dos chefes das forças militares dos vários países da CEDEAO em Bissau. O início da semana em Africa ficou marcado pela questão da luta contra o terrorismo, com a reunião dos chefes das Forças Armadas da CEDEAO, em Bissau, na segunda-feira dia 19 de dezembro. Foi debatida a criação de uma Força da CEDEAO, para lutar também contra os golpes de Estado. As recomendações do encontro entre os 15 países da organização regional devem ser entregues ainda este mês para uma tomada de decisão.  Em Moçambique, a reconstrucção de Cabo Delgado está a ser muito demorada. As infraestructuras sociais e económicas, degradadas pelos ataques terroristas, não foram totalmente reconstruídas, apesar de algumas populações estarem já de regresso às suas aldeias.  Em Sao Tomé e Princípe, cerca de um mês depois da alegada tentativa de golpe de estado onde morreram 4 pessoas, alguns partidos de oposição organizaram uma manifestação para exigir a verdade quanto aos acontecimentos.   No mesmo dia, seis militares são-tomenses foram colocados em prisão preventiva sob suspeita de serem os autores do homicídio das 4 pessoas que perderam a vida na tentativa de golpe de estado.  Na Guiné-Bissau, o recenseamento eleitoral esteve envolto em polémicas. Alguns partidos políticos alertaram para o facto de se estarem a recensear cidadãos estrangeiros. Por seu lado, o director do Gabinete Técnico de Apoio ao Processo Eleitoral negou as acusações e afirmou que o recenseamento se estava a desenvolver dentro das ordens.  A semana chegou ao fim com a retirada dos rebeldes do M23 de Kilumba, no leste da República Democrática do Congo. O anúncio surgiu pouco depois da publicação de um novo relatório da ONU, que acusa o exército do Ruanda de colaborar com o m23. 

Journal de l'Afrique
République Démocratique du Congo : les rebelles du M23 annoncent se retirer du Kibamba

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Dec 23, 2022 11:57


En République Démocratique Congo les rebelles du M23 ont accepté de se retirer de Kibumba, une localité stratégique située à quelques kilomètres de Goma. Depuis la relance de son offensive en octobre, la rébellion Tutsi du M23 a conquis de vastes pans du territoire du Nord-Kivu, province congolaise frontalière du Rwanda, entraînant une brutale montée de tension entre Kinshasa et Kigali.

Invité Afrique
«Le Rwanda dément» un soutien au M23 après un rapport de l'ONU, selon le porte-parole du gouvernement rwandais

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Dec 23, 2022 5:23


Selon un rapport d'experts mandatés par l'ONU, dont la publication est attendue dans les prochains jours, mais qui a fuité dans la presse ce jeudi, il existe des preuves d'une « implication directe » des forces de défense rwandaise dans l'est de la RDC. Après un premier rapport en août dernier, les experts des Nations unies accusent de nouveau le Rwanda de soutien au groupe armé du M23, un soutien toujours démenti par Kigali. Alain Mukuralinda, porte-parole adjoint du gouvernement rwandais, est l'invité de RFI. Un rapport d'experts, mandatés par l'ONU et transmis au Conseil de sécurité ce jeudi, accuse le Rwanda d'avoir fourni des armes, des munitions et des uniformes au groupe armé du M23. Comment réagissez-vous à ces accusations ? Alain Mukuralinda : On a déjà entendu ces accusations, il y a 3, 4, 5 mois. Le rapport n'est pas encore sorti officiellement. On attend de voir concrètement les preuves dont on parle pour les examiner et pouvoir réagir en conséquence. Aujourd'hui, on se base sur des paroles, on se base sur des témoignages que le Rwanda n'a pas encore vus. Donc, c'est difficile de réagir. Mais ce qu'on a toujours dit, le Rwanda n'a pas besoin du M23 pour assurer sa propre sécurité et le M23 n'a pas besoin du Rwanda pour pouvoir soutenir ses revendications par rapport à son gouvernement. Donc, quand on lit dans ce rapport que le Rwanda fournit des munitions, des uniformes et des armes au M23, est-ce que c'est faux ? Est-ce que le Rwanda le dément ? Le Rwanda le dément, parce que, jusqu'à aujourd'hui, on nous a parlé des militaires qui traversaient les frontières, on n'en a pas vus. On a juste vu deux militaires qui ont été arrêtés et on a expliqué dans quelles conditions. On nous a parlé des uniformes aujourd'hui. On n'a vu que 3 ou 4 uniformes qui ont été exposés par le gouvernement congolais. On a expliqué comment ces uniformes ont pu arriver de l'autre côté de la frontière et on sait très bien qu'à l'est du Congo, les frontières sont poreuses. Les groupes qui pullulent là-bas exploitent et le sous-sol et le sol congolais. Pourquoi est-ce qu'ils n'auraient pas les moyens pour s'approvisionner en armes ? Mais, s'il y a des preuves, on va les examiner. Dans ce rapport, on parle également de preuves substantielles d'une intervention directe de l'armée rwandaise en RDC entre novembre 2021 et octobre de cette année, est-ce que les Forces de défenses rwandaises (RDF) opèrent en RDC ? Je pense que si, aujourd'hui, on parle de colonnes de militaires rwandais ou de commandos, on en parle depuis 5, 6 mois, on aurait pu quand même avoir des preuves tangibles. On n'en a pas. On n'en a pas parce qu'il n'y a pas eu ces mouvements qui traversent les frontières. Aujourd'hui, vous démentez clairement le soutien du Rwanda au M23 ? Nous le démentons et on rappelle aussi que, dans ce rapport, on parle du soutien des FARDC [Forces armées de la République démocratique du Congo] par rapport aux groupes rebelles, et notamment les FDLR [Forces démocratiques de libération du Rwanda]. On n'en parle pas. Aujourd'hui, on ne fait que parler du M23. Donc, il y a des raisons qui poussent à ce qu'on ne parle que d'une partie du problème, à ce qu'on ne parle que d'un seul mouvement alors qu'il y a plus de 130 mouvements. Donc, il faut faire attention et le Rwanda dément. Après les États-Unis il y a quelques semaines, la France condamne à son tour pour la première fois le soutien du Rwanda au M23 à l'est de la RDC. Que leur répondez-vous ? Je pense que c'est une erreur. C'est une erreur qui se répète. Donc, on est en train de se détourner du vrai problème qui se pose à l'est du Congo. Et également, cela a un impact négatif sur la sécurité des pays voisins et du Rwanda. Vous dites que le massacre de Kishishe est une fabrication du gouvernement congolais. Et pourtant, un rapport préliminaire de l'ONU a comptabilisé 131 morts dans ce village du Nord-Kivu et, depuis ce lundi 19 décembre, RFI diffuse tous les jours les témoignages très précis de rescapés qui se sont réfugiés à Goma. Pour vous, la mort de civils congolais le 29 novembre dernier dans la localité de Kishishe, ce n'est qu'un mensonge ? Dire qu'il y a eu des morts et dire comment ces gens sont morts, c'est deux choses différentes. On sait très bien que dans cette région, il y a eu des affrontements entre le M23 et les FARDC soutenues par les groupes armés. Il faut qu'il y ait des enquêtes. Or, les autorités congolaises disent elles-mêmes qu'elles n'ont pas encore pu faire des enquêtes. Alors affirmer des choses sur lesquelles personne n'a enquêté, quelqu'un de dépendant, je pense que c'est aller trop vite dans la besogne. Et c'est surprenant de voir que ces pays qui, aujourd'hui, condamnent et qui critiquent ont repris la narration du gouvernement congolais. Oui, il y a eu des affrontements. Oui, il y a eu des morts. Mais laissons la place à une enquête sérieuse et non partisane. Et après, on pourra toujours dire "voilà, le responsable est celui-là", suite à des enquêtes sérieuses. Et donc, le gouvernement de la RDC multiplie les accusations contre le Rwanda, notamment avec la publication ce mois-ci d'un livre blanc sur « les agressions avérées de la RDC par le Rwanda ». Est-ce que le dialogue est rompu entre les deux pays ? Non. Le dialogue n'est pas rompu, mais continuer à accuser un peu partout… dans des forums… je pense que cela démontre une façon de fuir ces responsabilités, une incompétence ou une incapacité totale de résoudre le problème qui se pose à l'est du Congo, et de chercher un bouc émissaire. Aujourd'hui, tout le monde admet que dans cette région, il y a plus de 130  mouvements qui se battent là-bas. Tout le monde est d'accord qu'il y a eu de graves abus contre la population congolaise, qu'il y a eu des discours de haine. Et personne n'en parle. Si on continue à ne prendre qu'une partie du problème, cela va encore durer 20 ans.

Focus
In DR Congo, M23 rebel threat looms over city of Goma

Focus

Play Episode Listen Later Dec 22, 2022 4:56


For several months, the M23 rebel group has been pursuing an offensive in eastern DR Congo. The rebels are drawing ever closer to the provincial capital Goma, a city they conquered and briefly held during their last offensive 10 years ago. Our reporters spoke to residents of Goma who are still haunted by the fighting of 2012 and fear the rebels' return. Meanwhile, diplomatic pressure is growing on Rwanda, with DR Congo, France and Germany openly accusing Kigali of supporting the group – something it denies.

Journal de l'Afrique
Conflit dans l'est de la RD Congo : des experts de l'ONU pointent la responsabilité du Rwanda

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Dec 22, 2022 14:26


En RD Congo, le Rwanda est accusé d'avoir mené des opérations militaires dans l'est du pays. C'est ce qu'affirme un nouveau rapport des experts des Nations unies, un document pas encore publié mais dont le contenu a fuité. Depuis fin octobre, les rebelles du M23 ont repris les armes et occupent de larges parties du territoire de Rutshuru et quelques localités de Nyiragongo. Aurélie Bazzara-Kibangula, correspondante de France 24, a pu consulter ce rapport. Elle détaille ce que qu'il contient.

DW em Português para África | Deutsche Welle
21 de Dezembro de 2022 - Jornal da Manhã

DW em Português para África | Deutsche Welle

Play Episode Listen Later Dec 21, 2022 19:55


Analista critica discurso de Filipe Nyusi sobre o Estado da Nação e diz que Moçambique vai "de mal a pior". Conflito na província angolana de Cabinda não se resolve com mais militares, diz político da UNITA. República Democrática do Congo começa a preparar-se para as eleições gerais de 2023, assombrada pela crise de segurança.

Journal de l'Afrique
Kigali dément tout soutien au M23 et accuse Kinshasa d'avoir "fabriqué" le "massacre de Kishishe"

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Dec 21, 2022 15:18


Alors que la France appelle Kigali à cesser son soutien au groupe armé M23 dans l'Est de la RD Congo, le Rwanda a encore démenti ce soutien dans un communiqué. Il affirme que les accusations de l'Occident ne seraient qu'une "distraction" par rapport aux "causes réelles du conflit". Kigali accuse le gouvernement congolais d'avoir "fabriqué" un massacre qui, selon une enquête des Nations unies, a été commis par les rebelles du M23 et coûté la vie à 131 civils. Les explications de Clément Di Roma.

Invité Afrique
M23 en RDC: le fait que la France «condamne» publiquement le Rwanda «doit entraîner des conséquences»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Dec 21, 2022 11:42


Dans un communiqué diffusé lundi, la France « condamne » le soutien que le Rwanda apporte aux rebelles du M23 dans l'est de la République démocratique du Congo. Pour la RDC, c'est un succès diplomatique. Mais le président Félix Tshisekedi veut encore pousser son avantage. Patrick Muyaya, ministre congolais de la Communication et des Médias et porte-parole du gouvernement de Kinshasa, est l'invité de RFI.   RFI : Patrick Muyaya, quelle est votre réaction à la décision de la France de condamner formellement le soutien du Rwanda aux rebelles du M23 ? Patrick Muyaya: Nous saluons évidemment cette décision de la France. Nous aurions voulu que cela arrive plus tôt. Cela aurait peut-être permis d'éviter certaines situations malheureuses sur le terrain, mais maintenant nous espérons que la France ira plus loin, pour que finalement le Rwanda respecte sa part de responsabilité pour le retour de la paix dans cette partie de la République démocratique du Congo. Vous auriez aimé que cela arrive plus tôt. Depuis l'accord entre Emmanuel Macron et Paul Kagame en 2018 pour la désignation de la ministre rwandaise Louise Mushikiwabo à la tête de la francophonie, il y avait, c'est vrai, une vraie complicité franco-rwandaise. Est-ce que le communiqué français de ce 19 décembre est un tournant pour vous ? Peut-être que la France, qui était aussi dans une forme de médiation entre la République démocratique du Congo et le Rwanda, ne pouvait pas, diplomatiquement, prendre une décision aussi ouverte. Mais je crois que le fait que la France le dise publiquement aujourd'hui doit entraîner forcément des conséquences, à commencer par le retrait du M23 de tous les territoires occupés en République démocratique du Congo. Il est établi que le Rwanda est un pays qui agresse la République démocratique du Congo. Cela devrait être aussi pris en compte dans les relations franco-rwandaises. Alors par ailleurs, c'était hier à l'ONU, le Conseil de sécurité vient de lever tous les obstacles administratifs à la vente d'armes à votre pays, notamment cette obligation pour les vendeurs d'armes de s'identifier auprès des Nations unies. Quelle est votre réaction ? Pour nous, c'est une injustice réparée, c'est une bataille gagnée, parce que ces régimes de notification paraissaient, à nos yeux, aux yeux des Congolais, comme un mécanisme qui ne pouvait pas nous permettre d'avoir tous les moyens pour assurer la défense de notre territoire. Et donc nous considérons que c'est un pas significatif, qui nous permettra de défendre notre territoire, principalement dans sa partie est. Est-ce que vous sentez, depuis quelques jours, un déclic international en votre faveur ? Évidemment, ce déclic aurait pu arriver plus tôt, parce que, comme vous le savez, nous avons sorti, publié un livre blanc qui répertorie tous les crimes commis en République démocratique du Congo, et tous les services de sécurité étrangers étaient au courant, notamment, vous avez suivi les rapports du groupe d'experts qui a fuité il y a quelques mois. Ça veut dire que tout le monde savait que le mal se produisait à l'est, mais que personne n'en parlait. Donc aujourd'hui, que tout le monde en parle publiquement, ça nous réjouit. La prochaine étape pour nous en tout cas : condamnation, sanction, justice, réparation. Parce que nous pensons, cette fois-ci, que la composante judiciaire est une garantie qui pourra nous permettre de ne plus voir se répéter ces cycles de violences dans l'est de la République démocratique du Congo. Voilà six mois, Monsieur le ministre, que le M23 opère sur votre territoire. Ce n'est que maintenant, en effet, que la communauté internationale commence à se mobiliser. Mais pourquoi tant de passivité, est-ce qu'il y a des causes externes à la sous-région ? Écoutez, comme on dit, mieux vaut tard que jamais. Nous espérons que, cette fois-ci, au-delà des mots, il y a des actes qui seront posés pour mettre plus de pression sur le Rwanda pour que la paix puisse revenir dans cette partie du pays. C'est cela le plus important. Est-ce que la guerre en Ukraine n'a pas occulté la guerre au Congo ? Sans doute, mais la situation en République démocratique du Congo, elle est même comme un conflit oublié. Au-delà du nombre de morts, qui rivalise aujourd'hui avec le nombre de morts de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd'hui, notre plaidoyer consiste simplement à ce que les populations congolaises qui sont victimes, vous avez suivi le massacre de Kishishe, de ces horreurs, méritent aussi la solidarité de la communauté internationale. Toutes, que ce soient les Ukrainiens ou les Congolais, toutes sont des vies humaines, qui méritent une compassion, qui méritent une action plus grande pour être sûr que les populations déplacées rejoignent leurs familles, et pour éviter tout risque d'épidémie et autres conséquences désastreuses. À Luanda au mois de juillet, à New York au mois de septembre, le président Tshisekedi a accepté de serrer la main du président Kagame devant les photographes, et ce n'est que le mois dernier, au sommet de la francophonie, à Djerba, que les autorités congolaises ont dit stop, fini les photos avec le président rwandais. Est-ce que vous-même, gouvernement congolais, vous n'avez pas manqué d'un peu de fermeté ces derniers mois ? Écoutez, il faut regarder le président Tshisekedi depuis son arrivée à la tête de la République démocratique du Congo, il avait fait le choix clair de construire la paix. Nous n'avons pas oublié le passé, qui est pourtant difficile avec les pays limitrophes, mais on a pensé qu'on pouvait ouvrir un chapitre nouveau. Vous avez vu l'éruption du Nyiragongo en mai 2021 nous rappeler que nous sommes voisins et que nous devons continuer à collaborer. Mais l'attitude du président Kagame aujourd'hui ne nous permet plus d'entretenir le même rapport, parce qu'on ne peut pas s'imaginer une telle insensibilité face à un tel torrent de pleurs, de violences commises sur des populations innocentes. Je reviens encore sur le massacre de Kishishe qui a été commis dans des conditions horribles. Je ne pense pas que nous pourrons continuer à nous serrer la main lorsque nous avons en face de nous quelqu'un qui ne veut pas que vous puissiez vivre en paix finalement, y compris avec les voisins rwandais. Vous parlez du massacre de Kishishe. Fin novembre à Kishishe, dans cette localité du Nord-Kivu, les rebelles du M23 sont accusés d'avoir massacré au moins 131 civils. Est-ce que c'est cela, le déclic, sur la scène internationale ? Ça serait dommage que le déclic vienne après un tel massacre horrible, et pourtant, il y a des signaux d'alerte qui ont déjà été donnés. Mais comme dit tout à l'heure : à quelque chose, malheur est bon. Nous, aujourd'hui ce que nous voulons, c'est la justice pour les âmes qui ont été perdues. Nous voulons que les enquêteurs puissent avoir accès à Kishishe, pour savoir véritablement ce qu'il s'est passé. Nous voulons travailler pour donner des sépultures à ces compatriotes qui ont perdu la vie injustement dans l'est de la République démocratique du Congo. Alors, le M23 commet des crimes, dans votre pays, mais les FDLR également. Le président Kagame n'a-t-il pas raison de souligner que la présence de ces Hutus rwandais FDLR sur votre territoire reste une vraie menace pour le Rwanda ? Écoutez, il est évident que les FDLR constituent d'abord un problème de sécurité pour nos compatriotes. Les FDLR tuent des Congolais, rançonnent des Congolais. Deuxièmement, les forces négatives, toutes, doivent être éradiquées. Les FDLR, ce sont des forces étrangères, qui doivent être éradiquées. Je dois rappeler que, dans le livre blanc que nous avons publié, nous sommes revenus sur toutes les fois où nous les avons combattus. Aujourd'hui, il existe des résidus des forces FDLR que nous devons tous combattre, mais cela ne devrait justifier en rien l'attitude naturellement belliciste du Rwanda qui va aujourd'hui commettre des massacres sous prétexte de combattre les FDLR. Les motivations sont économiques, nous le savons. Il n'y a aucune raison qui justifie l'attitude belliqueuse du président Kagame dès lors qu'à Nairobi, nous avions convenu d'un schéma qui devait permettre de combattre nos groupes armés à la fois locaux et étrangers, y compris les FDLR. Alors, on l'a dit : depuis ce lundi, la France condamne le soutien rwandais au M23, mais elle affirme en même temps vouloir parler à tout le monde, y compris avec le Rwanda, pour trouver une solution. « On ne bâtira pas une paix durable sans le Rwanda », précise à Kinshasa la secrétaire d'État française Chrysoula Zacharopoulou, qui est en visite dans votre pays. Est-ce que vous êtes d'accord avec elle ? Évidemment, nous sommes d'accord. Parce que, quoiqu'il arrive, le Rwanda restera toujours voisin de la République démocratique du Congo. Aujourd'hui, nous avons répondu à tous les rendez-vous pour la paix : à New York, à Luanda, à Nairobi, à Washington, à Charm el-Cheikh. Partout, nous y allons, il faut que le Rwanda commence par respecter ses engagements, parce que c'est le Rwanda qui est responsable du M23. Nous espérons que, cette fois-ci, ils pourront agir, et agir vite pour éviter d'autres drames. Donc, vous attendez beaucoup peut-être d'une prochaine réunion du processus de Luanda. On parle d'un sommet à Bujumbura avant la fin de l'année ? Aujourd'hui, ce que nous attendons, c'est le retrait du M23. Les rencontres, il y en aura sûrement en janvier au niveau des chefs d'État. Aujourd'hui, nous attendons de voir le processus de retrait commencer, parce qu'il ne sert à rien de se rencontrer s'il n'y a pas d'évolution concrète sur le terrain. Donc, d'abord le retrait, et ensuite la rencontre ? Nous ne conditionnons pas la rencontre des chefs d'État par le retrait, sinon nous n'en aurions pas eu. Depuis juillet, nous sommes engagés dans différentes discussions avec le Rwanda, mais il n'y a pas eu de respect de ce qui avait été convenu. Donc aujourd'hui, nous voulons être sûrs que tous les acteurs qui soient impliqués dans la paix, nous voulons qu'ils jouent le rôle qui est le leur dans le cadre des mécanismes qui ont été clairement définis. Et pas de rencontre entre chefs d'État avant le 31 décembre ? Pas à ma connaissance, non. Depuis près de deux mois, Monsieur le ministre, un contingent kényan est arrivé à Goma dans le cadre d'une force est-africaine. Qu'est-ce que vous répondez à vos opposants congolais, comme Martin Fayulu, qui dit que cette force n'a rien à faire à Goma, car le Congo n'est pas un pays de l'Afrique de l'Est, et à l'opposant Moïse Katumbi, qui dit que les Congolais n'ont pas confiance dans des forces étrangères ? Bon écoutez, il y a ceux qui font de la politique-politicienne. Il y a nous qui avons la boussole, la gestion quotidienne du pays. Aujourd'hui, les questions sécuritaires sont des questions qui se gèrent avec les autres, s'il faut parler, par exemple, du cas des ADF. Aujourd'hui, si la République démocratique du Congo a adhéré à la Communauté de l'Afrique de l'Est, c'est parce que la RDC a un rôle central qu'elle doit jouer dans la région, il ne faut pas oublier que notre adhésion à la Communauté de l'Afrique de l'Est a relancé le processus politique. Aujourd'hui, au moment où nous faisons cette interview, les groupes armés de la République démocratique du Congo, qui étaient à Nairobi sous les auspices du président Kenyatta, se sont engagés pour la paix, et j'ai entendu que vous aviez parlé des candidats – de toute façon, des candidats, on en aura beaucoup – aujourd'hui, la principale question, c'est d'être en mesure de pointer le Rwanda, et je n'ai pas entendu cela de Moïse Katumbi. Alors, en effet, nous sommes déjà en pré-campagne électorale - la présidentielle est dans un an – et que répondez-vous à l'opposition qui dit qu'on n'arrivera pas à tenir les délais du 20 décembre 2023, car on ne pourra jamais enrôler toute la population congolaise en 3 mois ? D'abord, la commission électorale nationale indépendante a publié un calendrier en même temps qu'elle a fait part de certaines contraintes. Il y a, évidemment, des contraintes financières pour lesquelles le gouvernement va faire sa part, et nous faisons notre part. Il y a, d'autre part, des contraintes sécuritaires, nous travaillons, y compris diplomatiquement et nous pensons pouvoir y arriver. Et pour ce qui concerne en tout cas le gouvernement, nous tiendrons nos engagements pour que ces élections se tiennent dans les délais, parce que nous avons eu déjà des exemples de glissement. Nous ne pensons pas que le glissement serait une bonne chose, alors que nous, nous voulons consolider notre processus électoral. Et c'est cela, aujourd'hui, l'interpellation qui doit être faite à toute la classe politique : d'accompagner le processus d'enrôlement, qui commence déjà ce 24 décembre. Je pense que le président de la République procédera au lancement à partir de la province de l'Équateur. Et cela va aller dans toutes les aires opérationnelles. On dit que ça ne sera pas possible d'enrôler, mais aujourd'hui, Monsieur Boisbouvier, vous savez qu'il y a des moyens technologiques qui permettent de faire un peu plus vite certaines choses. Nous, nous sommes optimistes, nous ferons notre part pour que ces élections se tiennent dans les délais. C'est ici aussi le lieu de rappeler encore au Rwanda de cesser le soutien aux M23, pour nous permettre, contrairement à eux, de faire des élections libres et transparentes avec des compatriotes de ce pays, qui pourront aussi voter. Des élections « libres et transparentes », contrairement au Rwanda, dites-vous ? Évidemment.

Revue de presse Afrique
À la Une: la nouvelle ligne diplomatique de la France vis-à-vis du Rwanda

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Dec 21, 2022 4:49


Elle a franchi le pas, sans circonlocutions diplomatiques. Et le journal Le Pays, au Burkina parle aussi d'une sortie calculée mais risquée. C'est calculé d'abord, puisque Le Pays rappelle qu'un nouveau rapport de l'ONU devrait à nouveau accuser Kigali de soutenir directement la rébellion du M23 dans les heures qui viennent. Condamner maintenant, c'est donc simplement prendre les devants. Mais c'est risqué aussi, rappelle Le Pays, qui regarde quelques années en arrière. Cela peut provoquer une brouille entre Paris et Kigali, alors que les relations sont en voie de normalisation. Le journal se souvient qu'Emmanuel Macron avait soutenu la candidature de Louise Mushikiwabo à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie, en rappelant que tout cela avait « favorisé » le déploiement de troupes rwandaises au Mozambique, où la France a des intérêts dans un projet d'exploitation gazière. Paris prend un risque en jetant cette pierre dans le jardin de Paul Kagamé, qui n'hésite pas parfois à répondre du tac au tac. En Afrique du Sud, la victoire de Cyril Ramaphosa au Congrès de l'ANC L'éditorialiste du Mail & Guardian qui reconnaît son erreur, d'abord, et qui prie pour la suite. « Quand Cyril Ramaphosa a finalement remporté son siège tant convoité à la tête du parti il y a cinq ans, j'ai cru, écrit Ron Derby, j'ai cru qu'il se comporterait comme un homme qui n'est là que pour un seul mandat. Un homme que sa courte victoire contraindrait à prendre des décisions difficiles et uniques, les seules qui lui permettraient de léguer un héritage convenable à l'ANC. Mais au lieu de ça, il a joué sa réélection. Il a tenu la barre même quand le monde s'effondrait autour de nous, une pandémie de Covid et un cancer de corruption. Et il a eu raison, admet le journal, il a eu raison puisqu'il a été réélu. Au mieux, il lui reste donc cinq ans à la tête du pays. Qu'allez-vous faire, demande le Mail & Guardian, pour sauver votre héritage ? » « L'élu de Neslon Mandela » a beaucoup, beaucoup de travail à faire s'il veut se racheter aux yeux de celles et ceux qui ont cru en lui. « Le président sud-africain a même une chance de pendu, écrit le site Wakat Séra. Le ciel ne lui tombera pas sur la tête... pas dans l'immédiat ». Wakat Séra se demande si cette réélection n'est pas une manière pour les affidés de l'actuel chef de l'État de mettre des barrières autour de Cyril Ramaphosa, qui est dans le viseur de la justice. Mais le site regarde les chiffres : Ramaphosa 2 476 voix, Zweli Mkizhe 1 897. L'écart est loin d'être abyssal, « preuve que l'opération sauvetage du soldat Cyril n'a pas été des plus simples ». Le président demeure embarrassé par ce scandale au parfum de corruption, ramenant à la surface les mêmes causes qui ont produit les mêmes effets ayant emporté le vieux Zuma. Katumbi sur la ligne de départ en RDC Une caricature signée Cash sur le site Actualite.CD. Des sprinteurs, de dos, mais on lit leur nom sur leur maillot. Entre autres : Fatshi, le diminutif du président congolais Félix Tshisekedi ; Muzito, et un homme, chapeau à large bord, MKC floqué sur le torse, qui les rejoint en levant les bras... Moïse Katumbi en candidat déclaré. Et puis sur le bord de la piste, on voit un homme qui gratte sa chevelure blanche. On lit « Panzi / Nobel » sur son dossard et le speaker de la course qui hurle dans son mégaphone : « Le docteur Mukwege hésite ! Il dit attendre la réponse de son marabout ! Le peuple ! » Au Maroc, une trentaine de visages tout sourire Au milieu de l'image, l'hôte de ces lieux, le roi du Maroc Mohammed VI. Dans la salle du trône du palais royal à Rabat, le prince héritier et le prince Moulay Rachid à ses côtés, tous les trois en costume noir. Et une trentaine de costumes bleu nuit, ce sont bien sûr les joueurs de la sélection nationale. Ils ont tous au revers de leur veste le Ouissam, la décoration dont le roi vient de les affubler. Les joueurs, mais aussi le coach Walid Regragui, le président de la Fédération, le staff technique et médical, tout est à lire dans le journal Le Matin. Des Lions demi-finalistes du dernier Mondial, acclamés à leur retour mardi par des dizaines de milliers de fans.

Journal de l'Afrique
RD Congo : Paris condamne le soutien de Kigali aux rebelles du M23

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Dec 20, 2022 11:07


La France a pour la première fois demandé au Rwanda de cesser son soutien au M23, le groupe rebelle qui sévit dans l'est de la République démocratique du Congo. Il est accusé par Kinshasa et par un rapport de l'ONU de bénéficier d'un appui de Kigali. Cette déclaration a été prononcée par Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d'État française chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux, à Kinshasa. 

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité: Retrait M23, exécution Iran, Tentative putsch en Allemagne, CMA

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 13, 2022 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité. Ce matin :  Mali : la CMA dénonce le manque d'engagement de Bamako dans l'accord d'Alger. Par Mohamed Amara, sociologue, auteur de «Marchands d'angoisse. Le Mali tel qu'il est, tel qu'il pourrait être», Éditions Grandvaux, 2016  RDC : le M23 prêt à se retirer ? Par Jean-Jacques Wondo, spécialiste des questions de sécurité et de défense de la République démocratique du Congo. Allemagne : un projet d'attentat déjoué. Par Pascal Thibaut, correspondant de RFI en Allemagne. Iran : les exécutions intensifient la contestation. Par Firouzeh Nahavandi, professeure émérite à l'Université libre de Bruxelles, spécialiste de l'Iran.   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Journal de l'Afrique
Denis Mukwege sur France 24 : "La RD Congo est la première crise internationale négligée"

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Dec 12, 2022 23:14


"La crise en RD Congo est extrêmement critique, la nation congolaise est en danger". Le Dr Denis Mukwege, prix Nobel de la paix, revient dans le Journal de l'Afrique sur la situation dans l'est du pays. "C'est la première crise internationale négligée", estime-t-il. "Où sont les sanctions ?" Les témoignages continuent par ailleurs d'affluer sur le massacre de Kishishe, qui a fait 131 morts selon l'ONU. Reportage à Goma. 

DW em Português para África | Deutsche Welle
12 de Dezembro de 2022 - Jornal da Manhã

DW em Português para África | Deutsche Welle

Play Episode Listen Later Dec 12, 2022 20:00


Catar: Africanos celebram Marrocos nas meias-finais do Mundial de Futebol. Angola: Tráfico de combustível em Cabinda preocupa a sociedade civil. RDC: Conflito no leste congolês ganha novos apelos para a paz. E um novo capítulo da radionovela Learning by Ear - Aprender de Ouvido.

Journal de l'Afrique
Massacre en RD Congo : au moins 131 civils tués par les rebelles du M23, selon l'ONU

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Dec 9, 2022 14:40


Il s'agit de la première enquête officielle menée depuis le massacre de Kishishe et Bambo. Elle est menée par le bureau des droits de l'Homme de l'ONU et la Monusco. Selon ses conclusions, 131 personnes ont été tuées arbitrairement fin novembre dans ces deux localités du Rutshuru, dans l'est de la RDC. Ces tueries sont attribuées au M23. La France s'est dite "horrifiée" et appelle "les groupes armés à cesser les combats". Les précisons de notre envoyée spéciale Aurélie Bazzara-Kibangula.

UN News
Hate speech costing lives of peacekeepers and civilians in DRC, warns mission chief 

UN News

Play Episode Listen Later Dec 9, 2022 0:08


Hate speech has cost the lives of UN peacekeepers and civilians on the ground they are there to protect in the Democratic Republic of the Congo (DRC), the head of MONUSCO, the UN mission there, has said, but new initiatives to counter the scourge are making a difference. Bintou Keita, who's also the UN Special Representative in DRC, told UN News MONUSCO was countering fake-news and intolerance online, and the Government is working effectively to crack down on hate. She began by telling Alban Mendes de Leon about the growing instability in eastern DRC caused by the many armed groups operating in the area, including M23 and the ADF – noting that despite the fighting across three provinces, most of the country was relatively secure and peaceful.  

Focus
Fleeing DR Congo, thousands of Congolese refugees stream into Uganda

Focus

Play Episode Listen Later Dec 9, 2022 5:11


In eastern DR Congo, fighting between the M23 rebel group and the Congolese army has already forced 400,000 people to flee. Since March, more than 100,000 civilians have found refuge in Uganda. Hundreds of families arrive every week in the country, which is already home to 1.5 million refugees. Ugandan camps are saturated; the government and the UN overwhelmed. Their only solution is to send the newcomers to a large settlement located 300 kilometres from the border. Thousands of Congolese are trying to start a new life there, but conditions are precarious. Our regional correspondent Clément Di Roma reports.

Global News Podcast
US basketball star exchanged for Russian arms dealer

Global News Podcast

Play Episode Listen Later Dec 8, 2022 36:47


President Biden welcomes a prisoner swap with Russia involving US basketball star, Brittney Griner, and the arms dealer, Viktor Bout. Also: Iran executes its first demonstrator since the start of protests, and M23 rebels in DR Congo deny they're supported by Rwanda.

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité: Giroud, Ramaphosa, Massacre de Kishishe

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 7, 2022 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité. Ce matin :  RDC : 272 morts à Kishishe. Par Paulina Zidi, envoyée spéciale en République démocratique du Congo. Coupe du monde 2022 : Olivier Giroud entre dans l'histoire. Par Antoine Grognet, envoyé spécial à Doha pour le Mondial 2022. Afrique du Sud : Cyril Ramaphosa secoué par un scandale. Par Marianne Séverin, spécialiste de l'Afrique du Sud, Laboratoire des mondes africains, Science-Po Bordeaux.   * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Journal de l'Afrique
Mondial-2022 : qualification historique du Maroc en quarts de finale

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Dec 6, 2022 15:00


C'est historique ! Le Maroc est qualifié pour la première fois en quarts de finale de la Coupe du monde. Les Lions de l'Atlas ont battu l'Espagne aux tirs au but. Les supporters aux anges étaient des milliers à envahir la prestigieuse avenue Mohammed-V dans une atmosphère joyeuse. Seul représentant non européen ni sud-américain en quarts, le Maroc affrontera samedi à 16 heures, heure française, le Portugal.

PRI's The World
Ukraine missiles strike inside Russia

PRI's The World

Play Episode Listen Later Dec 6, 2022 45:42


For the second straight day, Ukrainian missiles are landing deep inside Russia. It's a sign that Kyiv is willing to risk widening the war that has raged since February. And, officials in Democratic Republic of Congo say 270 people have been killed in a massacre in the eastern parts of the country. They blame the armed group M23, which they say is being backed by Rwanda. Also, Indonesia's parliament has overhauled the nation's criminal code, replacing colonial-era laws. The new code introduces repressive measures including criminalizing extramarital sex outside of marriage. Plus, Morocco fans react to FIFA victory against Spain.  The World is committed to telling stories that might otherwise go untold, but our listener-funded newsroom can't run without your support. Will you give today to keep our newsroom running strong and help us earn a $67,000 match?

Journal de l'Afrique
RD Congo : les autorités accusent le M23 de "crime de guerre" à Kishishe

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Dec 5, 2022 14:02


En RD Congo, la population est sous le choc après le massacre de civils dans le village de Kishishe, situé à 70 kilomètres de Goma, dans le territoire de Rutshuru. L'armée congolaise attribue ce massacre au mouvement rebelle M23. Les autorités locales parlent "d'un crime de guerre" mais le bilan reste difficile à confirmer car la zone, sous contrôle du M23, reste inaccessible. Cette tuerie aurait eu lieu après des affrontements entre la milice rebelle et différents groupes armés de cette région.

Appels sur l'actualité
[Vos réactions] Quelles solutions après la fin de la trêve dans l'est de la RDC?

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 5, 2022 20:00


Les combats entre le M23 et les militaires congolais ont repris dans l'est de la République Démocratique du Congo, malgré les initiatives diplomatiques et malgré le déploiement de la force est-africaine. Quelles solutions à présent ? Comment mettre enfin un terme aux violences ? Toute l'équipe attend vos appels. * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Africa Today
South Africa awaits Ramaphosa future

Africa Today

Play Episode Listen Later Dec 5, 2022 20:13


President Ramaphosa's presidency hangs in the balance following alleged misconduct in handling a theft at his farm; but what do South Africans think about this? Also, the Congolese Army has accused M23 rebels of killing around 50 civilians. Where does that leave the recently agreed truce? And can a man-made waterfall solve Cameroon's electricity problems?

Appels sur l'actualité
Vos questions d'actualité: Baguette, Grand-Bassam, Salah Hamouri, RDC

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Dec 5, 2022 19:30


Tous les jours, les journalistes et correspondants de RFI ainsi que des spécialistes répondent à vos questions sur l'actualité. Ce matin :      * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Improve the News
December 3, 2022: Arizona elections results, Mar-a-Lago documents, and baby wormholes

Improve the News

Play Episode Listen Later Dec 3, 2022 31:36


Facts & Spin for December 3, 2022 top stories: Arizona County certifies its election results, The Pentagon unveils its first new bomber in 30 years, Biden and Putin say they'd be open to talk under certain conditions, The EU sets a $60 price cap on Russian oil, An appeals court gives the Justice Department access to Trump's Mar-a-Lago documents, The US-backed Syrian Democratic Forces announce they're halting anti-IS operations, The Democratic Republic of Congo accuses M23 rebels of killing 50 civilians, The US labor department reports job growth and wage increases for November, Pfizer says it will invest more than $2.5 billion to expand its European manufacturing, and Caltech physicists simulate a tiny “wormhole” in a lab. Sources: https://www.improvethenews.org/   Brief Listener Survey: https://www.improvethenews.org/pod

Africa Daily
Can Kenya afford to lead the DRC peace process?

Africa Daily

Play Episode Listen Later Dec 1, 2022 17:15


The Democratic Republic of Congo is the newest member of The East African Community, a regional group made up of seven countries. With a population of nearly 100 million people, vast agricultural land, and rich mineral reserves, DRC has great potential for business but an endless conflict spanning decades is threatening the region's stability. The M23 rebel group has escalated its attacks, leading the East Africa Community to sanction a regional force to help DRC forces to repel the rebels. Kenya has committed 1,000 soldiers, it's a deployment which will cost the Kenyan taxpayer 37 million dollars in a year. But is it worth it? And can the East Africa Community finally bring peace to DRC? Africa Daily's Alan Kasujja has been speaking to East Africa Security expert Sylvanus Wekesa.

The Horn
The Boiling Regional Crisis in Eastern Congo

The Horn

Play Episode Listen Later Nov 30, 2022 36:53


Last week, Congolese President Félix Tshisekedi held a meeting with Rwandan Foreign Minister Vincent Biruta and other African leaders in Angola to agree on a ceasefire in eastern DR Congo. The situation there has been deteriorating rapidly in recent weeks, with militants from the M23 group making significant headway against Congolese forces, threatening to overrun the regional capital of Goma and prompting the East African Community (EAC) to deploy a force to the region. Rwanda's President Paul Kagame and members of the M23 were notably absent from the recent meeting in Luanda, raising concerns that any agreement without their involvement might not be sustainable in the long run.This week on The Horn, Alan Boswell speaks with Crisis Group consultant Richard Moncrieff about the flare-up in violence in eastern Congo and how the conflict could develop. They talk about the M23's recent advances in eastern Congo, Rwanda's role in the conflict and the ongoing rivalry between Kinshasa and Kigali. They also discuss Kenya's increased diplomatic and military involvement in the DR Congo. Finally, they address the declining popularity of the UN peacekeeping mission in the DR Congo and how African leadership has stepped up to address regional security challenges.For more in-depth analysis on the situation in the DR Congo, make sure to check out our DR Congo country page. Hosted on Acast. See acast.com/privacy for more information.

Africa Today
Ceasefire agreed in the DRC

Africa Today

Play Episode Listen Later Nov 24, 2022 24:43


Leaders from the Great Lakes region agree a ceasefire between the government of the DRC and M23. Also, Getachew Reda from the TPLF on the agreement they signed to end the war with Ethiopia. Plus, will this year's budget kick-start Ghana's stuttering economy?

Africa Today
DRC army claims advances against rebels

Africa Today

Play Episode Listen Later Nov 18, 2022 19:52


The Congolese army is claiming to have made advances against the M23 rebel group after a renewed offensive in recent weeks. We have the latest. The first aid deliveries in months arrived in Ethiopia's Tigray region. We've heard from the World Food Programme. Plus, a moving tribute to Kenya's Priscilla Sitienei, the grandmother who went to school at the age of 90, who has passed away.

Newshour
Celebration in Kherson but officials warn war far from over

Newshour

Play Episode Listen Later Nov 12, 2022 47:13


Ukraine's President, Volodymyr Zelensky has warned that all of Kherson's critical infrastructure has been destroyed. Other footage online shows people flying the national flag or hugging journalists as they arrived to cover the story. We speak to someone living in the newly liberated city. Also in the programme: the US climate envoy John Kerry has confirmed a small number of countries have proposed dropping the limit to rising global temperatures to 1.5 degrees; and as the first troops from Kenya have arrived in the east of the Democratic Republic of Congo, we discuss the main rebel group known as M23. (PICTURE: A local resident hugs Ukrainian serviceman as people celebrate after Russia's retreat from Kherson CREDIT: Reuters/Lesko Kromplitz)