Podcasts about christianisme

  • 155PODCASTS
  • 939EPISODES
  • 41mAVG DURATION
  • 5WEEKLY NEW EPISODES
  • Jan 17, 2023LATEST

POPULARITY

20152016201720182019202020212022

Categories



Best podcasts about christianisme

Show all podcasts related to christianisme

Latest podcast episodes about christianisme

Au Commencement
Timothée

Au Commencement

Play Episode Listen Later Jan 17, 2023 13:37


Timothée est un jeune homme prometteur : il est courageux, engagé, sérieux, responsable. Son mentor, Paul, le sait bien, et quand viennent les difficultés (persécution, tensions, fatigue, maladie...) chacun se soutient et s'encourage. Alors quand Paul souhaite affermir son fidèle ami Timothée dans ses responsabilités, il lui écrit : or ces lettres nous enseignent aujourd'hui encore.

Emission religieuse
Église d'aujourd'hui du 7 janvier- Des anges gardiens pour bien commencer 2023

Emission religieuse

Play Episode Listen Later Jan 8, 2023 15:21


En ce début d'année, beaucoup font la liste des bonnes résolutions à adopter et invoquent des protections. Les chrétiens croient en l'existence des protecteurs par excellence : leurs anges gardiens. Le pape Benoît XVI, dont on vient de célébrer les obsèques, disait que « la présence invisible de ces esprits bienheureux nous est d'une grande aide, et d'un grand réconfort : ils marchent à côté de nous, ils nous protègent, en toute circonstance, ils nous défendent dans les dangers, et nous pouvons avoir recours à eux à tout moment » . L'émission "L'Eglise d'aujourd'hui" de cette semaine est consacrée aux anges gardiens et reçoit une "experte" en la matière : l'écrivain Odile Haumonté. Tous les samedis à minuit, juste après l'After Foot (20h-minuit), l'émission "L'Eglise d'aujourd'hui" invite à découvrir les mille visages des chrétiens de nos jours. L'émission est présentée par Matteo Ghisalberti et proposée par le diocèse de Monaco. Elle est diffusée sur RMC le samedi à minuit après l'After Foot (20h-minuit). RMC est une radio généraliste, essentiellement axée sur l'actualité et sur l'interactivité avec les auditeurs, dans un format 100% parlé, inédit en France. La grille des programmes de RMC s'articule autour de rendez-vous phares comme Apolline Matin (6h30-9h), les Grandes Gueules (9h-12h), Estelle Midi (12h-15h), Super Moscato Show (15h-18h), Rothen s'enflamme (18h-20h), l'After Foot (20h-minuit).

Invité Afrique
Père Jean-Paul Sagadou: «Benoît XVI a parlé de l'Église d'Afrique comme un poumon spirituel»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Jan 5, 2023 10:27


Quel souvenir laisse Benoît XVI en Afrique, à la fois chez les chrétiens et les musulmans ? Pourquoi a-t-il abdiqué il y a 10 ans ? En ce jour des obsèques de Benoît XVI, entretien avec le religieux burkinabè Jean-Paul Sagadou, père assomptionniste et journaliste au groupe de presse catholique Bayard Afrique, à Abidjan et à Ouagadougou. RFI : Quel bilan faites-vous du pontificat de Benoît XVI ? Père Jean-Paul Sagadou : Alors c'est difficile de faire le bilan d'un pape et il a eu une décision audacieuse, surprenante même, de faire ce qu'aucun pape n'avait jamais osé faire depuis des siècles, renoncer à sa charge. S'il y avait trois choses à dire sur ce qui a marqué son pontificat, je dirais la foi, l'espérance et la charité. Alors, vous dites qu'il a stupéfait le monde entier le jour de février 2013, où il a renoncé à sa charge. À l'époque, il disait que c'était pour des raisons de santé, mais il a survécu 10 ans à son abdication. Était-ce seulement pour cela ? Alors, c'est difficile à dire. J'estime personnellement que les choses se sont passées au plus profond de sa conscience. Il a compris qu'il avait peut-être atteint un âge qui ne lui permettait plus de continuer à assumer correctement sa mission. Après, évidemment, les observateurs de ce qui peut se passer au Vatican peuvent épiloguer, comme quoi c'était difficile, qu'il y avait peut-être des mésententes à l'intérieur [du Vatican, NDLR]. Personnellement, je considère qu'il a pris une décision audacieuse, que moi je considère aujourd'hui comme quelque chose d'assez positif. Je pense que ça a été un homme défenseur de la doctrine de la foi qui n'a pas voulu se mêler à des enjeux de pouvoir, parce que, pour lui, qui dit pouvoir dit forcément, nécessairement, service. L'un de ses grands combats, c'était la lutte contre l'esprit de mai 68 et contre le relativisme moral, n'est-ce pas l'une des raisons de son abdication de 2013 et peut-être, au contraire de ce que vous appelez l'espérance, une forme de désespoir ? Je pense que c'est difficile de percevoir les choses de cette manière. C'est vrai, en 2005 – je crois, lors d'une homélie – il a déclaré : « Nous mettons en place une dictature du relativisme qui ne reconnaît rien comme définitif et dont les standards ultimes sont simplement l'ego et les désirs de chacun ». De ce point de vue, on peut dire qu'il s'est retrouvé en face d'un monde qui vit en contradiction avec la perception qu'il a de l'Évangile. Est-ce que cela l'a bousculé, troublé ? Est-ce que son message ne passait pas et cela l'a poussé à partir ? Moi, je ne mettrais pas forcément cette hypothèse en avant, voilà. Alors, comme son compagnon de toujours, Jean-Paul II, Benoît XVI laisse le souvenir d'un théologien conservateur qui était intransigeant sur la question des mœurs : il défendait le célibat des prêtres, il ne voulait pas entendre parler de l'ordination des femmes. Est-ce qu'aujourd'hui, il n'apparaît pas comme un pape qui n'est plus de son temps ? Oui, je crois que Benoît XVI se situait dans la droite ligne de la tradition de l'Église. Justement, sur l'ordination des femmes, c'est assez subtil ce qu'il disait : « Nous ne disons pas que nous ne voulons pas, mais que nous ne pouvons pas. » Et il ajoutait que le Seigneur a donné à l'Église une forme avec les 12 apôtres, puis avec les évêques et les prêtres, donc ce n'est pas nous qui avons donné cette forme à l'Église. Alors, on peut considérer que cette position-là, d'un point de vue théologique, peut rester une forme de débat à l'intérieur de l'Église, mais en tout cas, telle a été sa position. Mais sur le célibat des prêtres, n'y a-t-il pas une grande hypocrisie, notamment en Afrique ? Hypocrisie, je ne sais pas. Et pourquoi l'Afrique ? Par contre, on constate, avec toutes les questions que nous connaissons actuellement des abus dans l'Église, qu'il y a quand même un certain nombre de questions qui se posent, qui méritent qu'au sein de l'Église, on regarde avec beaucoup plus de clairvoyance, de vérité. L'enjeu étant vraiment le service de l'Église. ►À lire aussi : Le pape François rend un dernier hommage à son prédécesseur lors des obsèques de Benoît XVI N'y aurait-il pas moins d'abus sexuels dans l'Église catholique si les prêtres avaient le droit de se marier ? C'est une bonne question, mais je ne sais pas qui serait capable de répondre à cette question, est-ce qu'il y aurait moins de difficultés ? Ou plus, ou moins… Je n'en sais rien (sourire). Benoît XVI est le premier pape à s'être engagé au sein de l'Église catholique dans la lutte contre les abus sexuels et la pédocriminalité. Mais n'a-t-il pas été trop timide dans ce combat ? C'est le reproche qu'on lui fait, en effet, mais je pense qu'il faut insister sur le fait qu'il a été le premier à s'engager auprès des victimes de violences sexuelles commises par les clercs. Il est le premier souverain pontife à consacrer un document à cette crise-là, avec la publication en 2010 d'une lettre aux catholiques d'Irlande après des révélations sur des milliers de cas. D'ailleurs, un texte au ton vif, dans lequel il dit partager leur consternation et leur sentiment de trahison. Donc, moi, je pense que c'est un homme humble qui a d'ailleurs accepté les critiques qui étaient adressées à l'Église et qui finalement contribuaient à mettre en place de nouvelles normes pour qu'on puisse quand même – disons le mot, et je pense que lui-même l'a utilisé – nettoyer l'Église. On sait qu'en son temps, il y a eu quelque 400 prêtres qui ont quand même été renvoyés. Et puis, le pape François a poursuivi le travail. Benoît XVI n'aimait pas voyager, mais en novembre 2011, il est allé au Bénin, notamment à Ouidah, où il a signé l'exhortation Africae Munus, l'engagement pour l'Afrique, une sorte de feuille de route de l'Église catholique pour l'Afrique. Qu'en retenez-vous ? Alors ce n'était pas seulement au Bénin, mais il a fait aussi le Cameroun et puis l'Angola et je pense qu'au Bénin, de fait, c'était une étape importante parce qu'il y avait eu le second synode des évêques pour l'Afrique – c'était peut-être en octobre 2009 – et donc là, en arrivant au Bénin en 2011, c'est à cette occasion que le pape a remis l'exhortation synodale Africae Munus, donc l'engagement des évêques pour l'Afrique. Et puis on peut voir dans ce texte comme une sorte de charte pour la réconciliation, la justice et la paix en Afrique. En 2009, on avait aussi la mémoire de tout ce qui s'était passé, avec le génocide au Rwanda, toutes les problématiques d'ethnies, de tribus… Donc ce qui a été au cœur de ce voyage du pape, c'est quand même cette question de la réconciliation, de la justice et de la paix. Et puis il a interpellé tout le monde, à la fois les responsables d'Église, mais aussi les hommes politiques, puisqu'il a parlé de la bonne gouvernance. Moi, je retiens deux choses : il a parlé de l'Église d'Afrique comme d'un poumon spirituel pour l'humanité, donc il y a quelque chose à en tirer, il y a de la richesse. Il a aussi appelé les gouvernants à ne pas priver les populations d'avenir, d'espérance et donc à travailler à une bonne gouvernance pour qu'enfin, ce continent-là, qui est si riche, puisse quand même apporter sa contribution au reste du monde, mais à condition qu'il y ait la paix, la fraternité, la solidarité. Et puis il y a la grande question des rapports entre chrétiens et musulmans. L'un des moments les plus marquants du pontificat de Benoît XVI reste son discours de Ratisbonne en septembre 2006, où il a cité un empereur byzantin qui disait que la violence était intrinsèque à l'islam. Il a eu raison ou il a eu tort ? Alors en fait, je crois qu'il a été très mal compris, mais on sait aussi qu'assez rapidement, il a été accueilli en Turquie par le président Erdogan, et il a redit son souhait de voir musulmans et chrétiens marcher côte à côte sur les chemins d'une compréhension réciproque. Donc, je pense qu'à Ratisbonne, il y a eu quiproquo, il y a eu incompréhension et peut-être que le contexte global aussi de l'époque pouvait favoriser cela et ça a créé des dégâts. Et je pense que le pape en a beaucoup souffert lui-même, parce qu'il a eu plusieurs occasions de dire que ce n'est pas ce qu'il voulait dire et qu'il a même beaucoup d'estime pour le Coran, pour lequel il éprouve le respect qui convient, pour le Livre Saint d'une grande religion comme l'islam. C'est vrai qu'il y a eu beaucoup de violence au nom de l'islam dans l'histoire, mais n'y a-t-il pas eu aussi beaucoup de violence au nom du christianisme dans l'histoire ? Ah, c'est évident, c'est évident. Parce que ce discours a beaucoup choqué, notamment à la mosquée Al-Azhar du Caire, à la Grande Mosquée de Paris. Est-ce que le pape a ensuite trouvé les voies du dialogue avec ces grands docteurs de la foi musulmane ? Oui, justement, je me rappelle, j'étais au Togo à l'époque. Là, vous évoquez un peu des grands lieux d'islam où les conséquences ont été dramatiques, mais en fait, jusque dans les petits villages, même d'Afrique, il y a eu quand même une sorte de rayonnement de ce discours qui a provoqué une sorte d'effervescence irrationnelle. Y compris dans les communautés musulmanes d'Afrique de l'Ouest, comme au Togo ? Oui, oui, évidemment. Moi – je me rappelle donc – moi je vivais dans une ville où il y avait 70% de musulmans. On s'est retrouvé avec des jeunes qui ne comprenaient pas forcément ce qui avait été dit. Le discours, c'est : « On a insulté l'islam, on a insulté le prophète. » Donc, ça suffisait pour sortir et crier. C'est pour ça que je trouve qu'il y a eu quiproquo. Probablement que l'intellectuel, le grand théologien que Mgr Ratzinger, devenu pape Benoît XVI, a eu un discours qui n'est pas facilement accessible pour la plupart d'entre nous et qui peut provoquer ce type d'incompréhension. Mais la question, c'est : comment s'est-il comporté par la suite ? On sait qu'il y a eu plusieurs approches. Le fait qu'il y ait eu cette rencontre en Turquie, mais je pense qu'il y a eu d'autres occasions où le pape Benoît XVI a essayé de rendre compte de ce qu'il voulait dire, et que ce n'était pas une attaque contre l'islam. Et je pense que Benoît XVI – et bien avant lui, même Jean-Paul II – ils ont toujours, quand même, intégré la question de la raison, de la réflexion. On ne croit pas n'importe comment et sinon, on verse dans l'intolérance. Et puis, dans tout ce qu'on connaît aujourd'hui, comme fondamentalisme et tout ça… La foi doit être forcément éclairée, et je crois que c'est ça qui peut nous faire avancer ensemble. Pour conclure, peut-on dire que Benoît XVI a été un pape incompris ? Peut-être. J'ai eu le sentiment, depuis son décès, avec tout ce que j'ai pu lire et entendre, que de fait, les gens se disent « on pense qu'on l'avait un peu mal compris, mais on pense qu'on le comprend, peut être maintenant », et c'est souvent après la mort de certaines personnes qu'on découvre vraiment leur visage et qu'on reconnait quels ont été le poids, la force de leurs paroles, de leurs discours. ► À écouter aussi : Cardinal Fridolin Ambongo (RDC): le pape Benoît XVI reste «notre plus grand théologien»

Croire, les voies de la prière
La prière de l'adoration eucharistique

Croire, les voies de la prière

Play Episode Listen Later Jan 4, 2023 17:11


Fère Antoine Odendall est baryton et chantre au couvent dominicain de Marseille. Dans ce neuvième épisode de Croire, les voies de la prière, il nous initie à la prière de l'adoration eucharistique, un face-à-face dans lequel nous regardons le Christ autant que nous sommes regardé par lui. Dans ce podcast, nous vous emmenons à la rencontre de croyants, qui témoignent de leur aventure spirituelle. Le frère Antoine Odendall, 32 ans, est baryton. Il est chantre à Marseille, dans le couvent dominicain fondé au XIIIe siècle. Actuellement, il prépare une double licence canonique (l'équivalent d'un master 2), l'une en philosophie, l'autre en liturgie et théologie sacramentaire à l'institut supérieur de liturgie à Paris. Frère Antoine a véritablement découvert l'adoration eucharistique en entrant dans l'ordre des dominicains, il y a une dizaine d'années. Il a été ordonné prêtre il y a deux ans. Avec un sens de la formule, propre au frère prêcheur, il explique que « l'adoration eucharistique est l'école du ciel : elle prépare à voir Dieu face-à-face ». Dans ce podcast, vous écoutez le chant de la communauté de l'Emmanuel intitulé Seigneur Jésus, tu es présent et Ubi caritas de Maurice Duruflé. -----  ► PODCAST. Croire, Les voies de la prière → Épisode 1 : Sœur France Hélène : « Les psaumes sont une splendide école d'humanité » → Épisode 2 : F. Jean-Alexandre : « La prière d'oraison est un entretien intime avec Jésus-Christ » → Épisode 3 : Alexandra Daniel : « Par la louange, je laisse Dieu me conduire à Lui » → Épisode 4 : Patrick Goujon, jésuite : « La méditation auprès de Jésus m'a tenu en vie » → Épisode 5 : Patrick Laudet, diacre : « J'ai découvert le trésor de la liturgie des heures » → Épisode 6. Sylvain Detoc, dominicain : « Le Rosaire est un catéchisme portatif » → Épisode 7. Sœur Cécile : « Les morts ont besoin de nos prières » → Épisode 8 : Thomas Ospital : « L'orgue est en dialogue permanent avec la prière des fidèles » ----- ►Découvrez, parmi les autres podcasts de La Croix : Place des religions ; Les 7 travaux du pape François ; ou encore L'Envers du récit. ►Pour écouter tous les épisodes de Croire, abonnez-vous gratuitement sur les plateformes suivantes : Apple Podcasts – Spotify – Deezer – Podcast Addict – YouTube – Google Podcasts – Amazon Music – Castbox ----- Crédits Rédaction en chef : Fabienne Lemahieu et Dominique Greiner. Journaliste au service religions : Gilles Donada. Chargée de production : Célestine Albert-Steward. Réalisation : Flavien Edenne et Gilles Donada. Montage : Gilles Donada. Mixage : Gabriel Fadavi. Responsable marketing : Laurence Szabason. Visuel : Isaline Moulin. Musique : Tiegezh, extrait de l'album Sólo, par Samuelito, Bayard Musique. 

InPower - Motivation, Ambition, Inspiration
Gad Elmaleh, Comédien - Il n'est jamais trop tard pour se trouver [PARTIE 1]

InPower - Motivation, Ambition, Inspiration

Play Episode Listen Later Jan 3, 2023 58:06


Gad Elmaleh. Si on m'avait dit un jour que je le recevrais au micro d'InPower, je ne sais pas si j'y aurais cru. Mais c'est bien Gad qui est venu dans mon salon, pour papoter pendant plus d'une heure, et un Gad honnête et sincère (vous comprendrez en écoutant l'épisode

Reportage Afrique
À Rabat, la communauté subsaharienne se prépare au Nouvel An 2023

Reportage Afrique

Play Episode Listen Later Dec 30, 2022 2:25


La paroisse évangélique de Rabat prépare activement le réveillon du Nouvel An. Cette église a la particularité de rassembler une vingtaine de nationalités et plusieurs couches sociales. La communauté, majoritairement subsaharienne, se retrouve autour de célébrations qui ont déjà commencé : les paroissiens se préparent à fêter ensemble le passage de 2022 à 2023. ► À lire aussi : Fêter le Nouvel An : entre traditions et imprévus

Le Droit En 3 Minutes
Histoire DDH - L'apport du christianisme

Le Droit En 3 Minutes

Play Episode Listen Later Dec 29, 2022 2:32


Et bien bonjour tout le monde, c'est Mimo pour un nouvel épisode. Ce cours de 3 minutes revoit rapidement le cours afin de l'écouter avant un examen ou juste pour revoir un point.  Vos fiches de cours ici ==> : https://bitly.fiche.io/Mimo  Et Le code Promo : LD3MIN   Présenté par @mimogt   

La suite de l'Histoire, l'intégrale
L'invention du christianisme

La suite de l'Histoire, l'intégrale

Play Episode Listen Later Dec 29, 2022 57:45


Que s'est-il passé entre l'année 30 de notre ère, année de la mort de Jésus de Nazareth, crucifié à Jérusalem sous l'empereur Tibère, et les années 250, qui ont vu le christianisme devenir une véritable religion - certes une religion en devenir, mais une religion tout de même, étendue bien au-delà de la Palestine, avec son organisation, communautés ses rites et ses célébrations ? Ces plus de 200 années font l'objet d'un remarquable travail historico-critique, dans un ouvrage que Roselyne Dupont-Roc a codirigé : "Après Jésus - L'invention du christianisme" (éd. Albin Michel, 2020). Bibliste, spécialiste de grec ancien et du Nouveau Testament, en particulier des lettres de Paul, Roselyne Dupont-Roc est l'invitée de Véronique Alzieu.

Episcorama
Père Marc Hémar : Retour du christianisme

Episcorama

Play Episode Listen Later Dec 28, 2022 11:00


Emission religieuse
Église d'aujourd'hui du 25 décembre- Noël la fête qui redonne de l'espoir au monde.

Emission religieuse

Play Episode Listen Later Dec 25, 2022 16:22


Au cours de leur histoire bimillénaire, les chrétiens ont pris des chemins différents qui ont abouti à la formation de confessions différentes. Parmi les plus diffusées figurent les catholiques, les orthodoxes et les protestants. Malgré les différences qui les divisent, tous se reconnaissent en quelques éléments de foi communs. L'un d'entre eux est Noël, fête qui célèbre la naissance de Jésus Christ. Pour parler ce ce moment très important pour les chrétiens, L'Église d'aujourd'hui accueille en cette nuit de Noël, le père Julien Dumont (prêtre catholique), le père François Graillot ( prêtre orthodoxe) et Louis Pernot (pasteur protestant). L'Eglise d'aujourd'hui est présentée par Matteo Ghisalberti et proposée par le diocèse de Monaco. Elle est diffusée sur RMC le samedi à minuit après l'After Foot (20h-minuit). 

Reportage France
Abus sexuels dans l'Église: la méfiance déjà grande des fidèles gagne du terrain

Reportage France

Play Episode Listen Later Dec 20, 2022 2:40


Un an après la publication du rapport Sauvé, qui dénonçait les violences sexuelles commises dans l'Église depuis les années 1950, les catholiques s'apprêtent à passer un Noël tout aussi amer que le précédent. Les révélations de nouveaux cas d'abus sexuels du mois d'octobre et de novembre aggravent davantage la crise de confiance. Il est urgent pour eux de reconstruire une relation saine avec l'institution religieuse et cela passe nécessairement par la fin de l'omerta autour de ces questions.  ► À lire aussi : Violences sexuelles dans l'Église : « Il y a un effort de transparence au forceps »

Emission religieuse
L'Eglise d'aujourd'hui du 18 décembre

Emission religieuse

Play Episode Listen Later Dec 18, 2022 15:35


Une émission pour parler de la religion chrétienne avec Matteo Ghisalberti, le dimanche entre minuit et 1h, sur RMC. RMC est une radio généraliste, essentiellement axée sur l'actualité et sur l'interactivité avec les auditeurs, dans un format 100% parlé, inédit en France. La grille des programmes de RMC s'articule autour de rendez-vous phares comme Apolline Matin (6h30-8h30), les Grandes Gueules (9h-12h), Estelle Midi (12h-15h), Super Moscato Show (15h-18h), Rothen s'enflamme (18h-20h), l'After Foot (20h-minuit).

Reportage International
Les chrétiens de Beit Sahour en Cisjordanie, une communauté en voie de disparition

Reportage International

Play Episode Listen Later Dec 18, 2022 2:25


Ils vivent principalement autour de Bethléem. Les lieux saints chrétiens sont en passe de devenir des musées, affirment-ils. Ils émigrent en grand nombre, notamment vers le continent américain. À Beit Sahour, la communauté compte 13 000 habitants où l'on compte une majorité de chrétiens. Avec notre correspondant à Jérusalem, Allumage du sapin de Noël, nous sommes à Beit Sahour, une ville avec plus de 90% de chrétiens. Un record dans cette région. À deux pas de Bethléem et de Beit Jala, en tout trois petites villes, derniers bastions chrétiens de Cisjordanie avec une communauté de 33 000 âmes. Samir Qumisyeh dirige, Al Mahd, une petite station de télévision chrétienne, une entreprise quasi familiale. Quatre de ses frères et un de ses fils sont déjà partis. « Du point de vue économique, la situation est très mauvaise. D'une manière générale, les gens souffrent. Il y a beaucoup de restrictions en raison de l'occupation et pour les chrétiens, la situation est désastreuse. Parmi les membres de notre communauté, beaucoup sont pauvres, les gens émigrent quotidiennement. Il faudrait trouver une solution, mais je suis pessimiste ! », ajoute Samir Qumisyeh. Pour le journaliste Elias Atrash dont une partie de la famille est également déjà installée à l'étranger, le taux de chômage élevé fait fuir la population : « L'avenir est très limité ici. À vrai dire, c'est plus facile en Europe, en Amérique du Nord et en Amérique latine. Il y a des Palestiniens qui vivent partout dans le monde entier. Mais ici, c'est très limité pour trouver du travail. » Chercher une vie meilleure Et la situation a peu de chance de s'améliorer avec la nouvelle configuration politique en Israël, estime le maire de Beit Sahour, Hani al Hayek qui tente d'inciter les habitants de sa ville à tenir bon. « Ce sont les familles et les jeunes qui s'en vont. Ils cherchent une meilleure vie à l'extérieur. Nous faisons notre possible pour arrêter cette émigration. C'est important, bien sûr, de mettre un terme à l'occupation pour donner l'espoir aux gens que la vie, ici à Beit Sahour, est meilleure pour eux. » Cette année, la saison de Noël se présente sous un meilleur jour que les deux années précédentes. Les pèlerins ont repris le chemin de la principale attraction touristique de la ville : le site du Champ des Bergers tel qu'il est évoqué dans les évangiles. ►À écouter aussi : Décryptage - Cisjordanie : la violence au quotidien

Reportage international
Les chrétiens de Beit Sahour en Cisjordanie, une communauté en voie de disparition

Reportage international

Play Episode Listen Later Dec 18, 2022 2:25


Ils vivent principalement autour de Bethléem. Les lieux saints chrétiens sont en passe de devenir des musées, affirment-ils. Ils émigrent en grand nombre, notamment vers le continent américain. À Beit Sahour, la communauté compte 13 000 habitants où l'on compte une majorité de chrétiens. Avec notre correspondant à Jérusalem, Allumage du sapin de Noël, nous sommes à Beit Sahour, une ville avec plus de 90% de chrétiens. Un record dans cette région. À deux pas de Bethléem et de Beit Jala, en tout trois petites villes, derniers bastions chrétiens de Cisjordanie avec une communauté de 33 000 âmes. Samir Qumisyeh dirige, Al Mahd, une petite station de télévision chrétienne, une entreprise quasi familiale. Quatre de ses frères et un de ses fils sont déjà partis. « Du point de vue économique, la situation est très mauvaise. D'une manière générale, les gens souffrent. Il y a beaucoup de restrictions en raison de l'occupation et pour les chrétiens, la situation est désastreuse. Parmi les membres de notre communauté, beaucoup sont pauvres, les gens émigrent quotidiennement. Il faudrait trouver une solution, mais je suis pessimiste ! », ajoute Samir Qumisyeh. Pour le journaliste Elias Atrash dont une partie de la famille est également déjà installée à l'étranger, le taux de chômage élevé fait fuir la population : « L'avenir est très limité ici. À vrai dire, c'est plus facile en Europe, en Amérique du Nord et en Amérique latine. Il y a des Palestiniens qui vivent partout dans le monde entier. Mais ici, c'est très limité pour trouver du travail. » Chercher une vie meilleure Et la situation a peu de chance de s'améliorer avec la nouvelle configuration politique en Israël, estime le maire de Beit Sahour, Hani al Hayek qui tente d'inciter les habitants de sa ville à tenir bon. « Ce sont les familles et les jeunes qui s'en vont. Ils cherchent une meilleure vie à l'extérieur. Nous faisons notre possible pour arrêter cette émigration. C'est important, bien sûr, de mettre un terme à l'occupation pour donner l'espoir aux gens que la vie, ici à Beit Sahour, est meilleure pour eux. » Cette année, la saison de Noël se présente sous un meilleur jour que les deux années précédentes. Les pèlerins ont repris le chemin de la principale attraction touristique de la ville : le site du Champ des Bergers tel qu'il est évoqué dans les évangiles. ►À écouter aussi : Décryptage - Cisjordanie : la violence au quotidien

Zeteo
Bernard Lecomte : Qui sont ces chrétiens qui changent le monde ?

Zeteo

Play Episode Listen Later Dec 17, 2022 68:17


Bernard Lecomte est un journaliste et un écrivain dont les œuvres et les articles sont connus du grand public, en particulier des lecteurs chrétiens. Après avoir longtemps écrit pour Le Figaro Magazine, L'Express ou La Croix, il a écrit de nombreux livres sur l'Église – en particulier sur Jean Paul II – comme sur la Russie, en particulier sur les coulisses du Kremlin qui a peu de secrets pour lui. En partant du constat du déclin du Christianisme en Europe, Bernard Lecomte dresse le portrait, dans son dernier ouvrage Ces chrétiens qui ont changé le monde, d'une douzaine de figures majeures qui donnent une raison de vivre et d'espérer. Des hommes et des femmes, religieux ou laïcs, politiques, artistes, intellectuels : autant de personnalités marquantes qui ne baissent pas les bras. Bien au contraire, des chrétiens qui bousculent, qui agissent et qui ont tous le point commun d'être habités par une foi renversante. Au micro de Zeteo, près de trois ans après sa première participation, Bernard Lecomte nous présente certains des héros de son livre. Son regard d'expert sur les enjeux de l'actualité, en particulier sur la guerre en Ukraine au sujet duquel il intervient très régulièrement dans les médias, est à la fois lucide et porteur d'une grande espérance. Celle qui est nourrie par le surgissement si fréquent de héros chrétiens : Du Curé d'Ars à Mère Teresa, en passant par Charles de Gaulle ou Soljenitsyne. Un épisode captivant, avec un homme qui sait écrire et dire l'histoire avec passion, un moment pour prendre du recul et pour s'inspirer des grands aventuriers de Dieu.  Pour écouter ce 188ème épisode avec Bernard Lecomte, il suffit de cliquer sur le bouton en haut de ce texte, ou de cliquer ici pour l'écouter sur le site de Zeteo, ou encore de cliquer ici pour l'écouter sur Spotify, Deezer et toutes les bonnes applications de podcasts. Pour lire Ces chrétiens qui ont changé le monde, écrit par Bernard Lecomte, cliquer ici. -------------- POUR BIEN FINIR L'ANNÉE ET PRÉPARER 2023Nous faisons appel à tous ceux d'entre vous qui pouvez participer à notre effort de production et de diffusion d'un podcast qui est entièrement gratuit d'accès, pour toucher le grand public. La fin de l'année se rapproche… Nous préparons déjà le début de l'année prochaine pour tous nos podcasts, et nous avons besoin de vous puisque nous dépendons intégralement de vous ! Cette année 2022 s'achève en beauté pour nous, avec des audiences de plus en plus fortes, des milliers d'écoutes par jour, de très nombreux messages d'auditeurs dont certains deviennent parfois les témoins de nos podcasts suivants.  Les succès de nos audiences et vos réactions nous convainquent que nos podcasts ont du sens. Qu'ils font du bien, qu'ils contribuent souvent aussi à ouvrir des discussions nécessaires. Qu'ils participent au dialogue et aux ouvertures qui font le renouveau de l'Église, tout en cherchant toujours à aller à l'essentiel, au cœur de la spiritualité, au plus près possible du Christ. Alors pour que notre mission continue avec vous, à vos côtés, pour continuer de vous rejoindre dans vos vies quotidiennes, parfois dans vos doutes ou vos souffrances, pour vous transmettre les flambeaux de lumière de nos témoins, nous avons besoin de dons, quels que soient le montants de votre soutien. Pour faire un don défiscalisé, il vous suffit de cliquer sur ce lien : Faire un don D'avance un grand merci à tous ceux qui entendront ce message et toujours, une immense gratitude pour vous tous, invités, auditeurs et donateurs et avant tout pour Celui qui est notre amour et notre lumière.  Belle montée vers Noël à chacun d'entre vous ! Ceux qui préfèrent payer par chèque le peuvent en l'adressant à l'Association Telio, 116 boulevard Suchet – 75016 Paris. Virement : nous contacter. -------------- BETHESDA "Veux-tu être guéri ?" Depuis quelques jours, le 46ème épisode de Bethesda est en ligne, avec Jérôme : un homme habité par la joie et l'évidence de la présence de Dieu à chaque instant. C'est au fil des épreuves de sa vie qu'il a transformé la quête de sens qui l'anime depuis son enfance, en une quête d'un Dieu qu'il rencontre maintenant au quotidien. Jérôme témoigne de sa carrière professionnelle réussie, et de sa vie personnelle où la joie du mariage et de la paternité a été attaquée par la souffrance du divorce et de la maladie psychique. Il a vécu des étapes de vie spirituelle qui l'ont ouvert à un Dieu qui est en fait toujours proche et toujours présent. Aujourd'hui, Jérôme poursuit son cheminement en se rapprochant de la spiritualité orthodoxe, tout en gardant beaucoup de proximité avec le catholicisme de son enfance. Un homme rayonnant de paix, de confiance, dont la vie est peuplée par la prière, la solitude accueillie, la fragilité acceptée, le silence et l'écriture.  Pour écouter J'ai découvert le trésor de vivre la présence de Dieu à chaque instant, le témoignage de Jérôme, cliquer ici. -------------- CANOPÉELe podcast pour un monde meilleur Depuis quelques jours, le 5ème épisode de notre nouveau podcast avec Michel Chapoutier, qui a fait de son entreprise familiale l'une des 50 marques françaises les plus connues au monde. Un homme qui a la passion pour le terroir, parce qu'il relie la nature, la spiritualité, les traditions et le travail de l'homme. Il est aussi le lieu où il sait exprimer son ouverture au monde, au voyage, à la liberté, à toutes les cultures, même à ses rêves. Depuis maintenant 30 années d'un travail acharné, Michel Chapoutier incarne aujourd'hui l'excellence et l'exigence, tout en démontrant que la recherche du Bien Commun est primordiale, et qu'elle ne nuit pas à l'entreprise. Talentueux, créatif et innovant, cet amoureux du vin et de la vie, est devenu un producteur et un négociant en vin phare dans le monde. Pour écouter Le terroir, une passion, une conquête, un rêve, le témoignage de Michel Chapoutier, cliquer ici.  -------------- Pour en savoir plus au sujet de Zeteo, cliquer ici. Pour en savoir plus au sujet de Bethesda, cliquer ici. Pour en savoir plus au sujet de Telio, cliquer ici. Pour en savoir plus au sujet de Canopée, cliquer ici. Pour lire les messages de nos auditeurs, cliquer ici. Nous contacter : contact@zeteo.fr Proposer votre témoignage ou celui d'un proche : temoignage@zeteo.fr    

Au Commencement
Grand format : Moïse

Au Commencement

Play Episode Listen Later Dec 16, 2022 57:25


Moïse, figure emblématique de l'Ancien Testament, dans la Bible. Lorsque Dieu se révèle à lui, c'est un bouleversement. Il est envoyé auprès de ceux qu'il l'ont élevé, les Egyptiens, tout en étant un étranger à son propre peuple, les Hébreux. Comment alors trouver son identité ? A quoi doit-il faire face pour se construire ? Avec nos invités, Roselyne Dupont-Roc, théologienne et bibliste et Simon Wiblé, pasteur, en dialogue avec Ana Aurouze, chef de projet pour l'Alliance biblique française, partez à la rencontre de ce personnage intrigant et passionnant qu'est Moïse.

Parrêsia avec Francis Denis - Catholic Podcast
Un Québécois à Mexico avec Jérôme Blanchet-Gravel

Parrêsia avec Francis Denis - Catholic Podcast

Play Episode Listen Later Dec 14, 2022 51:45


Cette semaine à Parrêsia, Francis Denis parle on discute du livre "Un Québécois à Mexico" avec son auteur, le journaliste et chroniqueur Jérôme Blanchet-Gravel . Sont notamment abordés les thèmes de son parcours personnel, de l'histoire et de la culture mexicaine, la place et la spécificité de son catholicisme, les dérives idéologiques occidentales et leur manifestation durant la pandémie ainsi que des différents constats sur la société québécoise. Tout cela et bien plus sur Parrêsia, votre balado qui prend le temps de penser.

Emission religieuse
Église d'aujourd'hui 10 décembre - Le phénomène mondial "The Chosen", la série US basée sur la vie de Jésus Christ

Emission religieuse

Play Episode Listen Later Dec 11, 2022 10:19


"The Chosen" est une série TV basée sur la vie de Jésus Christ, vue au travers des yeux de celles et ceux qui l'ont côtoyé. Elle a été récemment intégrée à l'offre de Netflix. Auparavant, elle n'était disponible que sur l'appli éponyme "The Chosen", où les 2 premières saisons ont été visualisées plus d'un demi milliard de fois dans le monde entier. En France, la deuxième saison sera diffusée en clair le 17 décembre tandis qu'aux États-Unis les premiers épisodes de la 3ème saison commencent à être diffusés. Pour parler de ce phénomène tv mondial, l'émission "L'Église d'aujourd'hui" reçoit Noah James, l'acteur qui interprète l'apôtre André, frère de Pierre.Tous les samedis à minuit, juste après l'After Foot (20h-minuit), l'émission "L'Eglise d'aujourd'hui" invite à découvrir les mille visages des chrétiens de nos jours. L'émission est présentée par Matteo Ghisalberti et proposée par le diocèse de Monaco. Elle est diffusée sur RMC le samedi à minuit après l'After Foot (20h-minuit). RMC est une radio généraliste, essentiellement axée sur l'actualité et sur l'interactivité avec les auditeurs, dans un format 100% parlé, inédit en France. La grille des programmes de RMC s'articule autour de rendez-vous phares comme Apolline Matin (6h30-9h), les Grandes Gueules (9h-12h), Estelle Midi (12h-15h), Super Moscato Show (15h-18h), Rothen s'enflamme (18h-20h), l'After Foot (20h-minuit).

L’invité de PHARE FM
David Metreau – Christianisme aujourd’hui, décembre

L’invité de PHARE FM

Play Episode Listen Later Dec 9, 2022 4:09


A deux semaines de noël, David Metreau présente le numéro de Christianisme Aujourd'hui de décembre. Retrouvez-le ici !

Les Nuits de France Culture
Kierkegaard, philosophe malgré lui 3/10 : Le christianisme de Kierkegaard

Les Nuits de France Culture

Play Episode Listen Later Dec 5, 2022 29:37


durée : 00:29:37 - Les Nuits de France Culture - par : Albane Penaranda - Dans ce deuxième volet d'une série des "Chemins de la connaissance" produite par le romancier Jérôme Peignot, diffusée en 1978, Jean Brun, professeur de philosophie à l'université de Dijon, aborde la conception chrétienne du philosophe danois Kierkegaard, de la place de la foi à sa vision de Dieu.

Des femmes et un Dieu
[AVENT] Elles font le christianisme, épisode 1 : la théologienne Sarah Grimké (1792-1873)

Des femmes et un Dieu

Play Episode Listen Later Dec 1, 2022 13:57


Nouveau format de chronique dans le podcast : Aurélie Netz, anthropologue des religions et aumônière en milieu hospitalier, nous présente des femmes théologiennes qui ont fait et font encore le christianisme. Sarah Grimké (1792-1873) est une théologienne quaker américaine qui a lutté contre l'esclavage et pour les droits des femmes. On découvre comment elle fondait cette lutte féministe à travers des extraits de ses Lettres sur l'égalité des sexes, écrites à sa soeur en 1838 : une réflexion révolutionnaire pour son époque... et pour la nôtre ! Retrouvez les notes et les références de l'épisode sur www.desfemmesetundieu.wordpress.com. NB : Cet épisode fait partie la retraite d'Avent en ligne Des femmes et un Dieu, "Lumière !", à retrouver sur les réseaux sociaux et sur Hozana.

Eglise Paris Métropole
Ne sois pas jaloux de ton frère, ta situation peut changer Pasteur Jean-Bosco Agbemebia

Eglise Paris Métropole

Play Episode Listen Later Nov 28, 2022 92:37


Zeteo
Éric-Emmanuel Schmitt : Dans la joie d'aller toujours vers la lumière

Zeteo

Play Episode Listen Later Nov 26, 2022 39:09


Éric-Emmanuel Schmitt vient de publier Soleil sombre, le troisième volume de La Traversée des Temps, cette saga magistrale où il nous invite à revivre les étapes les plus marquantes de l'histoire de l'humanité. Un an après sa première participation à Zeteo, au cours de laquelle il nous avait parlé de La Porte du Ciel (second volume de la saga), c'est à un nouvel exercice de sérénité qu'il nous invite aujourd'hui. Son rapport au monde a été fondamentalement bouleversé par la nuit mystique qu'il a vécu dans le désert du Sahara, alors qu'il était parti sur les pas de Charles de Foucauld, quand il avait 27 ans. Les années ont passé, l'illumination qui l'a alors traversé continue de l'habiter et de l'inspirer. Éric-Emmanuel Schmitt est aujourd'hui l'écrivain de langue française le plus lu au monde. Il rayonne à travers son écriture abondante, avec ses nombreux romans et ses pièces de théâtre, et par le contact direct qu'il noue avec tous les publics, avec son talent de réalisateur et de comédien. Au cours de cet échange plus intime, Éric-Emmanuel Schmitt révèle notamment les richesses d'une vie spirituelle originale et poétique. Il confie avec émotion la rencontre très marquante qu'il vient de vivre avec le Pape François. Il dévoile quelques rayons de Soleil sombre, roman qui flamboie aux miroitements du Nil bleu et de cette civilisation inouïe des Pharaons, fascinée par la lumière et l'éternité, et qui s'est pourtant éteinte avant l'avènement du Christianisme. Chez Éric-Emmanuel Schmitt, la foi chrétienne nourrit l'intensité, la passion et la liberté. Tout est réuni pour nous aider à surmonter nos peurs, nos souffrances et nos doutes. Un 185ème épisode de Zeteo avec un homme charismatique, qui transmet cette joie profonde, sereine et presque brûlante, celle qu'on appelle l'enthousiasme. Pour l'écouter, il suffit de cliquer sur le bouton en haut de ce texte, ou de cliquer ici pour l'écouter sur le site de Zeteo, ou encore de cliquer ici pour l'écouter sur Spotify, Deezer et toutes les bonnes applications de podcasts. Pour lire Soleil sombre, le troisième volume de la saga La Traversée des Temps d'Éric-Emmanuel Schmitt, cliquer ici. -------------- Notre prière et notre appelDepuis quelques semaines, la diffusion de Zeteo a atteint un niveau auquel nous n'aurions jamais cru, avec une audience moyenne de 8000 écoutes par jour ! Et nous ne doutons pas qu'avec les épisodes qui viennent, à commencer par celui d'aujourd'hui, cette moyenne ne va pas baisser, bien au contraire. Ces audiences sont également en forte hausse pour nos autres podcasts Bethesda, Telio et Canopée. Cette année 2022 finit en beauté pour nous, c'est pour nous le moment de dire toute notre joie et notre gratitude, malgré le contexte si difficile des temps que nous vivons. Cela veut dire certainement que les témoignages de foi, d'espérance et de charité des invités de Zeteo sont encore plus nécessaires, que la lumière peut et doit chasser les ténèbres, que nos cœurs ont besoin d'exemples, d'amour et de confiance, encore plus aujourd'hui, pour traverser les épreuves. Nous recevons aussi de plus en plus de messages de votre part, qui témoignent à quel point vous avez besoin de témoins authentiques qui vous touchent, qui vous réconfortent, qui vous guident. Nous n'avons pas toujours le temps de répondre à tous, mais sachez qu'à chaque fois, vous nous touchez profondément, et parfois aussi, vous nous interpellez sur d'autres voies à éclairer pour essayer de contribuer, à notre modeste mesure, à rendre ce monde toujours meilleur Cette gratitude et cette joie, elle va vers vous tous qui nous écoutez. Et encore plus vers Celui qui permet tout cela, qui nous accompagne de sa présence et de sa tendresse au quotidien. Comme vous le savez, nos podcasts sont diffusés gratuitement, parce qu'ils doivent répondre à l'appel à l'évangélisation au plus grand nombre, comme pour ceux qui suivaient Jésus en Palestine, qui n'avaient ni à s'inscrire, ni à payer pour l'écouter. Nous dépendons exclusivement de vos dons, et là aussi nous tenons à dire toute notre gratitude pour tous ceux d'entre vous qui ont fait un don. Sans vous, nous ne serions pas arrivés jusqu'aujourd'hui. Alors maintenant, si la volonté du Seigneur est que notre mission continue, nous avons confiance en Lui, il saura susciter parmi vous ceux qui pourront faire un don, grâce à qui l'immense majorité d'entre vous pouvez écouter nos podcasts gratuitement, des émissions de qualité qui représentent des coûts réels de production, de diffusion, et un travail humain très important. Nous avons avant tout besoin de votre prière, et nous croyons dans cette si belle communion qui existe déjà entre nous. Alors d'avance, un immense merci pour ceux qui prient pour nous, et aussi pour ceux qui entrendront notre appel, et qui pourront nous aider à continuer notre mission en faisant un don (défiscalisé à hauteur de 66%), en cliquant sur ici : Faire un don Ceux qui préfèrent payer par chèque le peuvent en l'adressant à l'Association Telio, 116 boulevard Suchet – 75016 Paris. Virement : nous contacter. -------------- BETHESDA "Veux-tu être guéri ?" Depuis quelques jours, le 44ème épisode de Bethesda est en ligne, avec Marie-Amélie : La mère de quatre enfants, dont Paul, âgé aujourd'hui de 22 ans, l'aîné, si beau et dynamique, avec sa grande taille et ses boucles d'or. Dès sa naissance, Paul a été diagnostiqué d'un autisme rare, l'autisme infantile précoce dit de Kanner : Il ne parle pas, il n'a pas d'interactions sociales, mais une énergie intarissable et une grande émotivité. Lorsque Paul était âgé de 8 ans, Marie-Amélie a perdu Gonzague, son époux, emporté par une maladie rare alors qu'il n'avait que 35 ans. Toute la peine et le poids d'une famille de quatre enfants à élever, dont un enfant porteur d'un handicap lourd, ont bouleversé la vie de cette jeune mère, une nouvelle fois. Marie-Amélie témoigne des étapes traversées, avec Gonzague puis seule. De la colère, du sentiment d'injustice, et d'un cheminement spirituel qui lui a permis de surmonter les épreuves. Aujourd'hui, si le quotidien est toujours compliqué, elle rayonne d'une sérénité et d'une joie intenses. Avec Marie-Amélie, nous rencontrons une femme qui a compris que l'amour de Dieu est plus fort que tout, même au cœur de l'injuste et de l'incompréhensible. Pour écouter Le Seigneur m'a promis qu'il serait à mes côtés chaque jour, le témoignage de Marie-Amélie, cliquer ici. -------------- CANOPÉELe podcast pour un monde meilleur Depuis quelques jours, le 5ème épisode de notre nouveau podcast avec Michel Chapoutier, qui a fait de son entreprise familiale l'une des 50 marques françaises les plus connues au monde. Un homme qui a la passion pour le terroir, parce qu'il relie la nature, la spiritualité, les traditions et le travail de l'homme. Il est aussi le lieu où il sait exprimer son ouverture au monde, au voyage, à la liberté, à toutes les cultures, même à ses rêves. Depuis maintenant 30 années d'un travail acharné, Michel Chapoutier incarne aujourd'hui l'excellence et l'exigence, tout en démontrant que la recherche du Bien Commun est primordiale, et qu'elle ne nuit pas à l'entreprise. Talentueux, créatif et innovant, cet amoureux du vin et de la vie, est devenu un producteur et un négociant en vin phare dans le monde. Pour écouter Le terroir, une passion, une conquête, un rêve, le témoignage de Michel Chapoutier, cliquer ici.  -------------- Pour en savoir plus au sujet de Zeteo, cliquer ici. Pour en savoir plus au sujet de Bethesda, cliquer ici. Pour en savoir plus au sujet de Telio, cliquer ici. Pour en savoir plus au sujet de Canopée, cliquer ici. Pour lire les messages de nos auditeurs, cliquer ici. Nous contacter : contact@zeteo.fr Proposer votre témoignage ou celui d'un proche : temoignage@zeteo.fr    

Les Nuits de France Culture
Kierkegaard, philosophe malgré lui 2/10 : Le christianisme de Kierkegaard

Les Nuits de France Culture

Play Episode Listen Later Nov 22, 2022 29:37


durée : 00:29:37 - Les Nuits de France Culture - par : Albane Penaranda - Dans ce deuxième volet d'une série des "Chemins de la connaissance" produite par le romancier Jérôme Peignot, diffusée en 1978, Jean Brun, professeur de philosophie à l'université de Dijon, aborde la conception chrétienne du philosophe danois Kierkegaard, de la place de la foi à sa vision de Dieu.

Les Nuits de France Culture
Kierkegaard, philosophe malgré lui 3/10 : Le christianisme de Kierkegaard

Les Nuits de France Culture

Play Episode Listen Later Nov 19, 2022 29:37


durée : 00:29:37 - Les Nuits de France Culture - par : Albane Penaranda - Dans ce deuxième volet d'une série des "Chemins de la connaissance" produite par le romancier Jérôme Peignot, diffusée en 1978, Jean Brun, professeur de philosophie à l'université de Dijon, aborde la conception chrétienne du philosophe danois Kierkegaard, de la place de la foi à sa vision de Dieu.

Kings and Generals: History for our Future
3.21 Fall and Rise of China: Second Opium War #3: Battles for the Taku Forts

Kings and Generals: History for our Future

Play Episode Listen Later Nov 7, 2022 46:03


Last time we spoke the reluctant Lord Elgin took up the job as the new emissary to China. Alongside his french counterpart Baron Gross, both men would overlook their military coalitions expedition in China to force the Qing emperor to abide by their treaty and some new demands. They began with a bombardment and occupation of the grand city of Canton and then Ye Mingchen was hunted down and arrested. Ye was replaced with a puppet named Pih-Kwei who would be nominally controlled by the European forces. Now the coalition would fight their way to Beijing to force an audience with Emperor Xianfeng, but something lied in their way, the famous Taku forts at the mouth of the Bei He River. Could the coalition fight past these legendary forts and strangle Beijing  enough to get their demands met?   Welcome to the Fall and Rise of China Podcast, I am your dutiful host Craig Watson. But, before we start I want to also remind you this podcast is only made possible through the efforts of Kings and Generals over at Youtube. Perhaps you want to learn more about the history of Asia? Kings and Generals have an assortment of episodes on history of asia and much more  so go give them a look over on Youtube. So please subscribe to Kings and Generals over at Youtube and to continue helping us produce this content please check out www.patreon.com/kingsandgenerals. If you are still hungry for some more history related content, over on my channel, the Pacific War Channel where I cover the history of China and Japan from the 19th century until the end of the Pacific War. #21 This episode is Part 3 of the Second Opium War: battles for the Taku Forts At high tide the Taku Forts were surrounded by water, the Bei He River became something like a natural moat. The entrance to the Bei He River was 200 yards in width, forcing the British and French warships into a bottleneck gauntlet with each shore holding 137 pieces of antiquated artillery. When the invaders arrived, the Qing forces quickly went to work creating earthwork walls with sandbags to bolster the defenses. The Qing forces presumed the European gunboats hulls were too deep and thus they would not risk entering the river until it was very high tide to avoid going aground. That presumption was a grave error as Seymour and Rigault were willing to risk it and mounted a surprise attack at 10am on May 20th. Elgin made one last ditch effort to get Tan to surrender peacefully, but Tan did not even bother to respond to Elgins message. Now in a similar fashion to the first opium war, as you might remember a large problem for the Qing was their outdated artillery. Their cannons were usually immobile, unable to aim at all degrees and angles. The Taku Fort cannons were aimed in such a way to hit warships at high tide, but the British-French force was going to attack during low tide. Alongside the Taku Forts cannons another defensive obstacle was a 7 inch thick boom made out of bamboo. The Europeans opened fire unleashed pure hell upon the forts and when the forts unleashed their own volley, literally all of their shots went over the European masts. To add insult to injury, the British sacrificed one of their ships, the Coromandel to ram into the boom which broke with ease. The Coromandal received a nasty gash in her hull, but the job had been done. As pieces of the boom floated away, the rest of the European armada began to steam through the gap while the Qing helplessly fired their cannons straight over their masts. The French ships Mitraille and Fusee alongside the British Cormorant fired upon 2 of the Taku Forts on the left bank while the French Avalance, Dragonne and British Nimrod fired upon the 3 forts on the right. The Chinese manning Gingalls had much better luck than the cannons, though it also came at the price of making the Europeans laugh watching men fall over from firing each shot. However not all was funny as Gingalls could be properly aimed unlike the cannons and managed to kill 5 British and 6 French while wounding another 61. Then tragedy happened when a gunpowder cache in one of the Taku forts accidentally exploded killing 100 Chinese. Alongside the invaders maelstrom of gunfire and the defenders despair at the futility of their cannons many began to panic. Even before many of the British and French forces began to land ashore, countless Qing forces were deserting the earthen parapet en masse. In desperation seeing his men flee, the Qing commander launched 50 fireboats stuffed with straw at the barbarian ships, only to see the fireships crash into the bank at the bend in the river. Not a single fireship was able to cause damage to the invaders. With the last ditch effort a complete failure, the commander of the Taku Forts went to the Temple of the Sea God and slashed his jugular vein with his sword killing himself.  The Viceroy of Zhili province was banished to the desolate border territory with Russia in the north. As he packed his bags, Emperor Xianfeng condemned the Viceroy's mismanagement of the Taku Fort defense as being “without plan or resource”. Elgin after witnessing the victory over the Taku Forts had a really interesting thing to say “Twenty-four determined men with revolvers, and a sufficient number of cartridges, might walk through China from one end to another.”  Back home in Britain Elgin was being praised and was rewarded likewise with carte blanche for all further military actions and negotiations. The new Prime Minister, Lord Derby, haha looks like those grand speeches worked out for him, well he sent Elgin a congratulatory dispatch “giving me latitude to do anything I choose, if only I will finish the affair.” The very same man who condemned British imperialism the year prior was now a warhawk. Lord Malmesbury became the new foreign minister replacing Lord Clarendon. Back in China, the European gunboats made their way up the Bei He River triumphantly towards the next Qing stronghold, Tianjin. Tianjin was around 30 miles away from Beijing. The 3 Plenipotentiaries stayed further behind at the Taku Forts for their own safety as Seymour and Rigault took the lead. As they steamed up the Bei He River, both the Fusee and Cormorant ran aground numerous time, but the Europeans found some very unlikely allies to help, the local Chinese. Turns out a lot of the populace absolutely hated their Manchu overlords and volunteered their tugboats free of charge to help the Europeans. Apparently when the Europeans tried to pay them many refused if it is to be believed.  On June 4th the European armada arrived at Tianjin without any resistance along the way. The Qing defenders at Tianjin morale was so low they were at the point of surrender. There was also a rumor spreading around that Emperor Xianfeng had been overthrown and replaced by a new dynasty who was willing to simply sign a new treaty with the Europeans. Seymour and Rigault advised Elgin he should stay at the Taku Forts for security, but he disregarded this and came up to the war party on May 26th. Elgin wrote in his diary as he made his way up the river. “Through the night watches, when no Chinaman moves, when the junks cast anchor, we laboured on, cutting ruthlessly and recklessly through that glancing and startled river which, until the last few weeks, no stranger keel had ever furrowed. Whose work are we engaged in, when we burst thus with hideous violence and brutal energy into these darkest and most mysterious recesses of the traditions of the past? I wish I could answer that question in a manner satisfactory to myself. At the same time there is certainly not much to regret in the old civilisation which we are thus scattering to the winds. A dense population, timorous and pauperised, such would seem to be its chief product. “ The Plenipotentiaries were quite surprised when they were met outside Tianjin by a detachment of local Qing officials and merchants who came looking for opium. Yes these were those types of middle men folks who were used to bribes and the lucrative business of moving opium. Despite the rumors, Emperor Xianfeng had not been overthrown, but he was willing to negotiate with the Europeans. Emperor Xianfeng sent commissioners to Tianjin in the hope of stopping the European advance to Beijing. Meanwhile with Tianjin not putting up a fight, Elgin wrote in his diary “[I have] complete military command of the capital of China, without having broken off relations with the neutral powers, and without having interrupted, for a single day, our trade at the different ports of the Empire.” The Europeans were treated with the utmost respect and the lavish temple known as the Supreme Felicity was used as headquarters for the Europeans. The Europeans transformed the temple by creating a bowling alley, they used its myriad of altars for washbasins and placed vanity mirrors in front of statues of the gods. This cultural vandalized would be an appetizer for events in the future. Two emissaries were sent by Emperor Xianfeng, both were commissioners, the first was the 74 year old Guiliang, a senior military officer. The other was a 53 year old Mongolian military officer. They met with the Europeans at the Temple of Oceanic Influences southwest of Tianjin. Elgin arrived on June 4th alongside 50 Royal marines and a band from the warship Calcutta to add some muscle.  The first meeting went…terribly. The commissioners had the authority to negotiate, but lacked carte blanche to finalize any deal. Elgin stormed out of the first meeting, completely blowing off this lavish buffet the Qing had set for the party to celebrate the new peace treaty. Elgin was well known to be courtes, but after spending 6 months in China had quickly learnt the only way to get Qing officials to act was to show some bravado. Elgin even wrote to his wife at the time “I have made up my mind, disgusting as the part is to me, to act the role of the ‘uncontrollably fierce barbarian.'” As Elgin stomped his feet walking off he made a threat that he would soon march upon Beijing, even though in truth the Europeans did not have the land forces to do so. Elgin left his brother to continue negotiations, Lord Frederick Bruce. One of Fredericks interpreters, Horatio Lay decided it was a good idea to use some Sturm und Drang and began to literally scream at the Qing commissioners whenever they talked about clauses in the new treaty. Lay even threatened to lay waste to Beijing and would slap the Emperor himself, this guy had some balls. Lay's abuse of the two commissioners became so bad, the men went around his head to speak to Putiatin and the American envoy William Reed. Reed sent a letter to Elgin asking him to help rein in the tyrannical Lay, but Elgin ignored the letter, wow. Putiatin asked Gros whom he knew had grown very close to Elgin, to intercede, but Gros declined to do so as he feared it would alienate his friendship to Elgin. The Qing then resorted to bribery, they tried to give Lay a horse, but Lay did not change his aggressive stance.  The negotiations were taking very long, it was the typical Chinese strategy of procrastination. Elgin was becoming livid and wrote in his diary about Reed and Putiatin “These sneaking scoundrels do what they can to thwart me and then while affecting to support the Chinese act as their own worst enemies.” Elgin also felt British parliament had failed to back him up. Elgin received a letter from the new Foriegn minister Lord Malmesbury on April the 9th, berating him for not concluding the peace treaty in due time. “A Cabinet has been held today and it is our anxious wish to see this Chinese business settled if it can be done without loss of honour and commercial interests as at present enjoyed. Our reputation is sufficiently vindicated at Canton and we do not look at the chance of a war with the Chinese Empire without much apprehension. I trust therefore that you will not engage us in a contest of this sort if you can possibly avoid it.” The negotiations over the terms of the new treaty stretched for 3 weeks and the Qing were rejecting two clauses the British absolutely wanted: free passage throughout China and for a permanent British and French embassy at the Qing imperial court. The two commissioners stated that accepting either of these would cost the men their lives. Gros and Putiatin began arguing that the permanent embassy point was not critical as long as their ministers had access to Beijing in some form. After much arguing the commissioners conceded to the two points and thus the Treaty of Tianjin was formed. The Europeans made sure to add a clause they henceforth they would no longer be called barbarians in official communications and treaties, though it should be noted the term used by the Chinese literally just meant “those who don't speak Chinese”.  The Treaty of Tianjin opened new ports for trade: Tianjin, Hangzhou and Nanjing. It should be noted the Qing were all too happy to toss Nanjing into the treaty as the Taiping were occupying it as their own capital. Perhaps if they were lucky, the Europeans would go to Nanjing, run into some trouble and attack the Taiping for them! Baron Gros raised concerns over the clauses as he argued Britain would have to bear even more military might to enforce the treaty. As Gros pointed out to Elgin, the Confucious principle, a promise made under duress does not need to be kept. Another item on the treaty clauses was the payment of 2 million taels of silver to Britain for the damage to their factories at Canton and another 2 million in general reparation. The French were to receive 2 million taels as well. Now the warnings Gros made concerned Elgin and he was having second thoughts. One major concern was the idea of extracting he enormous sums of money from what seemed to be an Empire on the verge of Bankruptcy. Elgin wrote back to the foreign minister, concerned that extracting the large sums of money would lead to the toppling of the Manchu rule “Everything we saw around us indicated the penury of the Treasury. To despair, by putting forward pecuniary claims which it could satisfy only by measures that would increase its unpopularity and extend the area of rebellion.” Elgin ended by saying the humiliating treaty would be a large beacon for the Taiping Rebels. William Reed recommended legalizing opium as a clause, arguing the tax revenue from it would benefit the Qing Empire. The British wanted a tariff of only 30 taels and the Cohong merchants supported this. Jardine & Matheson & co released a statement “The use of opium is not a curse, but a comfort and benefit to the hard-working Chinese.” Boy you can't get any more gross than that one. The French for their part performed a study of the opium problem in China. Baron Gros found that users who smoked upto 8 pipes per day had a life expectancy of only 6 years. Casual consumers could expect around 20 years after starting to smoke it, many died around the age of 50 or so. Opium addicts were found to be spending 2/3 ‘s of their income to feed their addiction. The Russians and Americans agreed with the French that the opium trade was horrible. The French however have little to nothing to say about another form of trade they took part in with China, the “pig trade”, that being the enslavement of coolies. Now you have to hear this one, this is so symbolic of the event as a whole. The translator for the treaty took forever because he was an opium addict. You just can't make this stuff up folks. The Russians agreed to the terms first on June 18th Putiantian signed off, making Elgin feel betrayed and abandoned because he still had qualms. What was really important to Russia was the border they shared with the Qing, it had been a source of much conflict. Thus Russia settled with a visiting ambassador to Beijing with no permanent status. Christianity received a formal toleration and the Russians got access to 2 more ports on Taiwan and Hainan. Five days later the Americans signed off on a similar agreement to the Russians. Both the Americans and Russians made sure to include the most favored nations clause in their treaties, which meant that whatever further concessions went to the British and French, they too would enjoy them. Thus the 2 nations who brought zero military aid and did basically nothing reaped the same benefits as the 2 nations shouldering everything, ain't that nice? Putiatin sent Elgin and Gros a copy of Russia's treaty urging them not to topple the manchu rule with too many humiliating concessions. Reed made a similar appeal. Gros reached an agreement on june 23rd and did not hesitate to sign the treaty because he did not want to undercut Elgin's negotiators, preferring to let them finish the job. The French also sought much less than Britain from the Chinese. A week after and the British had still not come to an agreement, Gros became impatient and sent Elgin a letter, that if the British did not sign soon the French would simply sail off. The British were stuck on two key issue; to have a permanent ambassador in Beijing and freedom to travel anywhere in China. The Chinese commissioners desperately sought the aid of Gros and Putiatin, indicating to them the Emperor was going to have them killed if they agreed to the two clauses. Elgin threatened to march on Beijing and it seems the commissioners were forced to give in. On June 26th the British Treaty of Tianjin was ratified. The Chinese would pay 5 million in war reparations, Christian missionaries would be allowed to work unhindered throughout China and 11 ports would be opened for trade. Taxes on imported goods would be set on a follow up meeting at Shanghai, and there 5% was agreed upon. Taxables goods would be silk, brocades and of course opium. The taxation agreement basically made opium legal in China, but without bringing the subject up. The Commissioners signed the treaty, but when they got back to Beijing, take a wild guess, the Emperor rejected the humiliating terms. Now Elgin failed to bring up the issue of the opium trade and its official legalization as were his instructions from Clarendon. Elgin probably felt since Clarendon lost his position he no longer had to respect the order. Clarendons successor Lord Malmesbury did not give a similar order. On July 3rd, 400 men and a naval band serenaded Elgin signing the Treaty of Tianjin at the Temple of Oceanic Influences under some paper lanterns. And despite the fact the commissioners, as they said it, were soon to be beheaded, they invited Elgin to a lavish dinner at the temple after the signing. At the dinner one of the commissioners, Hua Shan gave Elgin copies of some famous poetry. The next day, Baron Gross signed the French treaty but cheekily added some new demands that the commissioners were forced to abide by. He demanded the release of all Chinese christians imprisoned for their faith. Gros sent a triumphant report back home stating “Je suis heureux de pouvoir annoncer aujord-hui à Votre Excellence que la Chine s'ouvre enfin au Christianisme, source réelle de toute civilisation, et au commerce et à l'industrie des nations occidentales.” (“I am happy to be able to announce today to Your Excellence that China has at last opened itself to Christianity, the real source of all civilization, and to trade and the manufactures of the nations of the West.)” Back in Britain Elgins triumph was met with mixed reviews, though most were favorable. Elgins private secretary Laurence Oliphant, noted the impressive cost/benefit ratio of the casualties in his 1860 account of the campaign, ‘Narrative of the Earl of Elgin's Mission to China and Japan': “Hostilities with the Empire of China had terminated with a loss to the British arms of about twenty men killed in action...and a treaty had been signed far more intensive in its scope, and more subversive of imperial prejudices than that concluded fifteen years before, after a bloody and expensive war, which had been protracted over a period of two years.” Karl Marx, yes the Karl Marx, was working at the time as the European correspondent of the New York Tribune wrote a letter to his writing partner Friedrich Engels on some thoughts towards the conflict  “The present Anglo-Chinese Treaty which in my opinion was worked out by Palmerston in conjunction with the Petersburg Cabinet and given to Lord Elgin to take with him on his journey is a mockery from beginning to end.” Karl Marx would have a lot more to say about the Taiping Rebellion, which is quite interesting given the rebellion is considered a proto marxist one. Elgin himself was quite depressed over the ordeal, he wrote this in his diary “I have an instinct in me which loves righteousness and hates iniquity and all this keeps me in a perpetual boil. Though I have been forced to act almost brutally I am China's friend in almost all this.” To try and raise the celebration somewhat, Elgin decided to take 5 ships up the Yangtze River as a demonstration of Britain's naval power and to discourage the Chinese from going back on the new treaty. However news of some raids against Canton forced him to pull be short. The new Viceroy of Canton named Huang had incited a rebellion rallying Canton residents to quote “Go forth in your myriads, then, and take vengeance on the enemies of your Sovereign, imbued with public spirit and fertile in expedients.” In July a group of Cantonese got their hands on some artillery and began to shell the British resident at Whampoa. The Cantonese mob followed this up by performing a raid after they heard about the humiliating terms of the treaty of Tianjin. During a short conference in Shanghai, Elgin demanded Viceroy Huang be removed. On top of the Canton problem, the two commissioners, Guiling and Hua Shan had reneged on the treaty clauses about allowing British ambassadors in Beijing. They sent a letter to Elgin stating that had agreed to such clauses under duress and suggested that future British ambassadors visit Beijing from time to time as diplomatic business warranted. They argued that because of large scale xenophobia in Beijing, they feared for the lives of any British dwelling there. Then 4 days later they added another excuse; they said that to allow British ambassadors to live in Beijing would generate fear and a loss of respect for the Qing government. Such further humiliation might very well topple the Manchu and allow the Taiping to take over. Elgin was somewhat swayed by the Taiping excuse and said he would pass their message onto his foreign officer. Elgin was also in a tough position as the fact a rebellion was occurring in Canton made it seem clear that guaranteeing the safety of British ambassadors in Beijing would not be an easy task. The French concurred with Elgin, that to have ambassadors in Beijing would be dangerous now. In the meantime Elgin had set up a 2 month survey of the Yangtze River using 2 gunboats to demonstrate Britains new right of travel throughout China. The idea had been to see if the local Chinese would obey the treaty clauses. Elgins tour wound up going past the Taiping capital of Nanjing and it is alleged a single cannon perched on a Nanjing wall fired upon Elgin's ships. Elgin's reprisal was pretty brutal, he sent a volley knocking out the Taiping cannon then ordered a 99 minute naval bombardment of Nanjing before sailing on. Eglin had planned to finish the trip by meeting with the Emperor and giving him a letter from Queen Victoria, but the worsening of the Canton situation forced him to pull back south. In February of 1859 Cantonese rebels ambushed and massacred 700 British marines around the countryside of Canton. In retaliation, General van Straubenzee, the military commander of 3000 troops in Canton, hunted down the headquarters of the rebels which they found at Shektsing a few miles south of the city and completely annihilated all those there and razed everything to the ground. The destruction of the rebel camp seems to have worked quite well as suddenly the Emperor sent word to ratify the treaty of Tianjin's clauses and had Huang removed from power and demanded the rebels disband. While Elgin dealt with the renewed China problem, his brother Frederick Bruce returned to Britain with the signed Treaty of Tianjin. Lord Malmesbury rewarded Bruce by naming him the first ambassador to China, a post Elgin would have received, but he was too wary of the post given the circumstances now. Elgin left China in March of 1859, taking the chance to link up and meet his brother in Sri Lanka in April as Bruce was on his way back to China. Now Bruce was not lets say, as great as his brother. He had recently been the Lt-governor of Newfoundland, then the Colonial secretary of Hong Kong. In all honestly a lot of his appointments were merely a result of him being Elgin's brother. But Bruce did have working knowledge of Chinese customs. Bruce arrived back at the mouth of the Bei He River on June 18th of 1859 alongside a force of 16 warships. Admiral Seymour had returned to London and was replaced by Rear-admiral James Hope. Unfortunately it seems Hope was even more racist and hated the Chinese more than Seymour. 3 days later the new American ambassador showed up John E Ward aboard a steamer, the Powhatan. The French representative, Anton de Bourbelon brought 2 warships with him as the French fleet had remained close by in Indo-China. Now Emperor Xianfeng wanted above all else to keep the Europeans the hell out of Beijing. The Emperor suggested right away that they ratify the new treaty at Shanghai, but all 3 of the European powers declined this. Many of the Emperors close advisors wanted to resist the foreigners taking up residence in Beijing. Some of these high ranking officials gave orders for 3 large bamboo booms, 3 feet thick to be strung across the Bei He river to block the foreigners advance. It looked like war was back on the menu and in a vain attempt Bruce tried writing a letter to Beijing politely asking the booms be removed. Well Bruce got no reply and this prompted Admiral Hope to ask permission to blow the booms apart. On June 21st, Hope sent captain Willes aboard a steamer to break through the first boom which went successfully, but the other 2 proved unbreakable. The British tried using some gunpowder but it just couldn't do the job, then to add insult to injury during the night the Qing repaired the first boom.  On June 25th Bruce received a letter from the Viceroy of Zhili, Heng Fu. Heng suggested the ambassadors lodge at Beitang, around 8 miles north of Beijing, basically it was a face saving gesture. The British however were armed to the teeth and had just undergone 3 annoying and long years of negotiations and war and had no patience. Bruce told Admiral Hope to attack the booms again. That afternoon Hope took his flagship Plover and attempted ramming the boom, but this time hit ship was stopped cold. The Qing had learnt a lesson from the previous conflict and this time had made the 2nd and 3rd booms out of full sized tree trunks sling together with heavy chains. As the Plover staled and the other European gunships had to stop just before it, all of a sudden the forts portholes were cast aside to reveal a full complement of 40 cannons and they opened fire. The first salvo took the head right off Plovers bow gunner and 3 other sailors fell wounded. For 3 hours Plover was pulverized. Hope unwisely stood on his deck wearing a gold braid basically showing the Chinese he was a high ranking official. A Qing sharpshooter landed a shot hitting Hope in his thigh. Hope fell on deck and was bound up by a surgeon as the Qing retaliated. For a rather surprising change, the Qing cannons, though still immobile were better aimed and managed to blow Hope's second in command and 8 other sailors to pieces, 22 others were wounded. Plovers hull eventually burst sinking the ship into the mud and this would lead to the deaths of countless crew. Hope believe it or not got up and rowed over to another ship, the Opossum and began standing on its deck in plain sight. Because of his thigh wound he had to hold onto a railing to hold himself upright and that said railing was hit by a Qing cannonball. The railing collapsed and Hope fell breaking several ribs, ouch. This prompted him to turn command over to Captain Shadwell. The Qing volleys managed to disable 5 of the invaders frontal gunships prompting Bruce to order 7 more which were 8 miles away to come forward and replace the damaged ones. By the evening, 5 British warships had been immobilized and 2 had run aground and one was a sitting duck for fort cannons.  The fort guns went silent in the early evening and the British officers took it to mean that the forts garrisons had fled like they had in the previous year. The landing parties surged ahead as planned and that was when disaster struck again. It turned out to be a ruse to entice the landing parties to storm the beach. The landing party soon found out to their horror 2 trenches were dug in front of the walls, filled with water and mud and some large iron spikes behind them. That was bad, but immediately when the marines got off their barges the muddy banks seized their feet leaving them helpless as the forts unleashed carnage upon them. Those lucky enough to make it to the trenches found the muddy water was too thick to swim. Many men in despair clambered beside the base of a fort wall to escape the trenches and gunfire. The Qing began setting off fireworks to illuminate the trapped marines as they fired upon them. Although America said it would remain neutral, Commodore Josiah Tattnall aboard the USS Powhatan was trying to get past the booms as well when he ran into the conflict. Tattnal was a veteran of the war of 1812 and like pretty much any American at the time disliked the British. Tattnal received word that Hope had been shot and upon witnessing the horror show he suddenly cast neutrality to the wind. Tattnal was from Georgia, a loyal southerner with a lets say, strong sense of racial pride…yeah we will call it that. Whatever hate he held for the British was cast aside as he suddenly screamed out “blood is thicker than water, I'd be damned if I stood by and watched white men butchered before my eyes!”. Tattnals charge forward hardly turned the tide of battle, it amount mostly to him towing more British marines forward to their horrific death. Some of his men grabbed and operated some British guns firing at the fort while Tattnall personally tended to Hope. A single american died and the breach of neutrality could have caused a catastrophe, but one thing it did do was set a new tone for British-American friendship. As the London times wrote “Whatever may be the result of the fight, England will never forget the day when the deeds and words of kindly Americans sustained and comforted her stricken warriors on the waters of the Bei He.” Around 7pm, as the Qing set off fireworks to illuminate the area, Captain Shadwell with 50 royal marines and French seamen led by the French commander Tricault landed on some muddy flats outside one of the Taku forts. They clamored through knee deep mud as the defenders rained Gingall fire down upon them at short range. The British-Franco force found themselves literally stuck in the mud, unable to use their wall scaling ladders to get over the fort. Shadwell sent word back to his superior that he and his men were pinned down and requested reinforcements to storm the Taku walls. There was no more fighting men available however, he was eventually order to limp back to the ships. The British and French suffered high casualties. Shadwell was wounded, Tricault was dead, and of the 1000 men who took part in the battle around half were killed or wounded, 29 of them officers. Many men dragged themselves or limped through mud to get back to their ships. A lot of these men were veterans of the Crimean war and had never tasted such defeat. One veteran of the battle of Balaclava said he would rather have relived that battle three times over than suffer the Taku Forts again. The gunboats, Lee, Plover and Cormorant were disabled, the Kestrel sank.  Admiral Hope sent a dispatch to the Admiralty showing his shock at how the Qing performed “Had the opposition they expected been that as usual in Chinese warfare, there is little doubt that the place would have been successfully carried at the point of the bayonet.” To try and save face, Bruce reported back to Britain that the sudden military prowess of the Qing forces at the Taku forts was because Russians were helping them. He alleged based on eyewitness testimony that some men in fur hats and European dress had been seen directing operations atop a Taku fort, it was mere bullshit. The real reason for the Qing victory was because of Prince Senggelinqin. Senggelinqin was a mongol cavalry commander that had helped the Qing crush a large army of Taiping rebels. He was a member of the Borjigin clan and the 26th generation descendant of Qasar, a brother to Genghis Khan. He led Qing forces to smash the Taiping during the Northern Expedition in the southern suburbs of Tianjin. When the Second Opium War broke out he was appointed Imperial commissioner in charge of the defense of Tianjin. Seng rejoiced in his well earned victory. He wrote back to the emperor acknowledging the British and French might return with more ships, but asserted confidently he would thrash them again and again “the pride and vainglory of the barbarians, already under severe trial, will immediately disappear. When that happens, China can then enjoy some decades of peace. The barbarians, already somewhat disillusioned and repentant, may lend themselves to persuasion and be brought under control. If they of their own accord should wholeheartedly become obedient, then peace would be secure and permanent.” The Emperor responded with caution “the foreigners may harbor secret designs and hide themselves around nearby islands, waiting for the arrival of more soldiers and ships for a surprise attack in the night or in a storm” Emperor Xianfeng still shared a sense of relief and expressed hope the foreigners needs for Chinese goods would mean that they could sort out their problems in Shanghai and that there would be no need for ambassadors in Beijing nor new treaties. Seng also pointed out during the battle the Americans got involved. “Although the starting of hostilities was by the English barbarians, France and America's cooperation in the melee is also inescapable.” Seng based his claim off intelligence extracted from a Canadian POW named John Powers. John claimed to be a neutral American in an attempt to escape imprisonment. The Chinese did not free him and instead used him as proof the Americans had abandoned neutrality. Seng much like most Chinese at the time were weak on Western Geography and assumed Canada was part of the United States, sad Canadian noises. At one point an American missionary who spoke Chinese tried to explain to Seng the difference between English and French Canada and the United States, Seng described the experience in a letter to the Qing imperial court. “[The missionary] stated that America contained Englishmen and Frenchmen, and when there was fighting, the flag was the only criterion.” Eventually John was released after a month, the Qing simply did not want to add America to a list of growing enemies. I would like to take this time to remind you all that this podcast is only made possible through the efforts of Kings and Generals over at Youtube. Please go subscribe to Kings and Generals over at Youtube and to continue helping us produce this content please check out www.patreon.com/kingsandgenerals. If you are still hungry after that, give my personal channel a look over at The Pacific War Channel at Youtube, it would mean a lot to me.  The battle for the Taku Fort was an absolute catastrophe resulting in humiliation for the Europeans for once. Prince Seng had a grand victory, perhaps now the foreign barbarians would learn their lesson and stop their war. Or perhaps the Europeans would like their wounds and come right back.  

Les Observateurs
En Ukraine, les drones civils transformés en arme de guerre ; au Liban : les "soldats" anti-LGBT

Les Observateurs

Play Episode Listen Later Oct 20, 2022 6:22


Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des soldats ukrainiens utiliser des drones civils, initialement conçus pour des activités de loisirs, pour surveiller les activités des troupes russes, et même lancer des charges explosives sur leurs positions. Si leurs capacités militaires sont limitées, ces engins de guerre improvisés n'en restent pas moins des outils efficaces pour remonter le moral des troupes, explique un expert.

Au Commencement

Miriam est une femme de caractère. Elle est la sœur de Moïse et tient un rôle important auprès de lui. Mais comment trouver sa place dans une fratrie quand on est mise en retrait ? Comment ne pas tomber dans le piège de la jalousie ? Plongez dans son histoire et découvrez qu'elle est bien souvent à l'image de la nôtre.

Zeteo
Fadila Semaï : Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime

Zeteo

Play Episode Listen Later Sep 24, 2022 61:16


Fadila Semaï est écrivaine et conférencière. Longtemps journaliste pour France 2, France 3, L'Événement du Jeudi, le Canard Enchaîné, elle a été reporter puis rédactrice en chef à Canal Plus. Fadila Semaï est née en France, de parents algériens très pratiquants. Toujours attirée par les questions spirituelles, elle est issue d'une tradition musulmane. Pour Fadila Semaï, la question du corps est centrale, d'où sa proximité avec le Christianisme, dont l'incarnation est le cœur. Sa relation avec le Christ est également très importante pour elle. En 1996, l'enlèvement suivi de l'assassinat des moines de Tibhérine en terre algérienne a été pour elle un évènement bouleversant. Quatorze années plus tard, le film Des Hommes et des Dieux de Xavier Beauvois l'a appelée à aller plus loin, à la découverte de ce qui était la cause profonde et peu connue à l'origine du cheminement du Père Christian de Chergé : Prieur de Tibhérine, sa vie est une succession de choix héroïques qui découlent d'une évolution intellectuelle et spirituelle très intense, où la rencontre entre le Christianisme et l'Islam occupe une place centrale. Surtout, Fadila Semaï a compris la dimension transcendante, dans la jeunesse de Christian de Chergé, de son amitié exceptionnelle avec Mohamed, un garde-champêtre algérien. Elle s'est sentie appelée à aller à Tibhérine, et d'aller à la recherche de cet homme dont on savait très peu, sauf qu'il avait donné sa vie pour protéger celle de son ami français. Elle a senti qu'en retrouvant les traces de Mohamed, mort pendant la guerre d'indépendance de l'Algérie, elle comprendrait la portée d'un mystère qui illumine celui de Tibhérine, et qui va même nettement au-delà : il esquisse l'alliance entre les hommes, amis et ennemis, le projet rêvé par Dieu pour toute l'humanité. C'est à la découverte de Mohamed, à la révélation de son visage, à la découverte profonde de la vocation des moines chrétiens morts en martyrs en Algérie, à la découverte de la dimension encore mal connue de Christian de Chergé, que Fadila Semaï nous invite.  Tout ce qu'elle a écrit dans un livre remarquable : L'ami parti devant, et dont elle témoigne dans cet épisode illuminé par son message rayonnant de profondeur, de force et de paix : une sagesse spirituelle mystique et poétique, qui révèle à quel point les grandes traditions spirituelles de l'humanité se rapprochent. Particulièrement, ici, lorsqu'il s'agit du Judaïsme, du Christianisme et de l'Islam.  Vous pouvez aussi écouter ce 176ème épisode avec Fadila Semaï sur le site de Zeteo en cliquant ici. Pour lire L'ami parti avant, le dernier livre écrit par Fadila Semaï, cliquer ici. POUR QUE LA MISSION CONTINUEAvec le lancement depuis quelques jours du nouveau podcast chrétien CANOPÉE, c'est une nouveau sillon qui creuse plus profondément et plus largement notre chemin, celui de la mission qui est dans notre coeur : l'évangélisation au plus grand nombre ! Cette mission sera possible tant qu'il y aura des dons : nous sommes dans un effort continu, chaque semaine est une nouvelle aventure, et les dons sont notre seule source de revenus, alors que tous nos podcasts sont diffusés gratuitement. Nous rendons grâce, par avance, pour ceux qui vont entendre cet appel et qui vont faire un don maintenant. Le moment est toujours le bon, chaque don, peu importe son montant, arrive toujours à pic ! Nos podcasts sont gérés rigoureusement avec les ressources modestes que nous recevons exclusivement des dons. Leur diversité nous permet de répondre à cette mission d'aller au plus grand nombre et de toucher des publics différents. Avec l'arrivée de CANOPÉE, nos podcasts forment maintenant un ensemble réfléchi depuis longtemps, un ensemble cohérent qui doit devenir autonome. Pour faire un don – défiscalisé à hauteur de 66% - il suffit de cliquer ce lien : Faire un don Ceux qui préfèrent payer par chèque le peuvent en l'adressant à l'Association Telio, 116 boulevard Suchet – 75016 Paris. Virement : nous contacter. -------------- CANOPÉELe podcast pour un monde meilleur   Depuis quelques jours, le premier épisode de notre nouveau podcast ! Après ZETEO (janvier 2020), BETHESDA (mars 2021) et TELIO (mars 2022), nous avons la joie de lancer le 7 septembre 2022 notre quatrième podcast chrétien : CANOPÉE. CANOPÉE, le podcast pour un monde meilleur, dans l'esprit de LAUDATO SI', l'encyclique fondamentale du pape François. CANOPÉE, c'est deux fois par mois, la rencontre avec un entrepreneur, un acteur qui s'engage pour changer le monde et le rendre meilleur dès aujourd'hui. CANOPÉE, c'est l'antidote à l'angoisse qui étreint notre monde contemporain en prise avec toutes les crises : économiques, écologiques, sociales, géopolitiques... CANOPÉE, c'est la mise en lumière de tous ceux qui agissent pour le bien et la beauté de notre monde : Ils sont beaucoup plus nombreux qu'on le croit... Pour écouter "Le but de l'entreprise, c'est transformer le monde pour le rendre meilleur", le premier épisode de CANOPÉE avec HUBERT DE BOISREDON, cliquer ici. BETHESDA & TELIO : REPRISE PROCHAINENous sommes en cours de préparation des prochains épisodes de BETHESDA & TELIO, qui seront très prochainement en ligne. En attendant, vous pouvez découvrir les épisodes passés que vous n'avez pas encore écouté en cliquant ici pour BETHESDA, ou en cliquant ici pour TELIO. -------------- Pour en savoir plus au sujet de Zeteo, cliquer ici. Pour en savoir plus au sujet de Bethesda, cliquer ici. Pour en savoir plus au sujet de Telio, cliquer ici. Pour en savoir plus au sujet de Canopée, cliquer ici. Pour lire les messages de nos auditeurs, cliquer ici. Nous contacter : contact@zeteo.fr Proposer votre témoignage ou celui d'un proche : temoignage@zeteo.fr    

Métamorphose, le podcast qui éveille la conscience
{REDIFF} Best-Of - #25 Audrey Fella : Christiane Singer sur le fil de la merveille

Métamorphose, le podcast qui éveille la conscience

Play Episode Listen Later Aug 11, 2022 55:18


{REDIFFUSION} de l'épisode #300 du 9 juin 2022***Série Best-Of***Anne Ghesquière reçoit dans Métamorphose Audrey Fella auteure et journaliste. Avez-vous eu la chance une fois dans votre vie à travers ses livres, interviews ou conférences de croiser le chemin de Christiane Singer ? Grâce à mon invitée du jour et à la biographie qu'elle consacre à l'auteure Christiane Singer, nous avons aujourd'hui cette chance de nous rapprocher de cette étoile filante qui s'est éteinte en 2007, de cette essayiste et romancière récompensée par de nombreux prix, nourrie des plus grands poètes et penseurs. Retrouvons avec plaisir et émotion Christiane Singer, sur le fil de la merveille. Épisode #300Avec Audrey Fella, j'aborderai les thèmes suivants (extrait des questions) :Alors, présentez-nous déjà un peu Christiane Singer dans les grandes lignes de sa vie. Qui était-elle ? Puis Christiane devint une jeune femme, très belle et fort éloquente. Elle aurait pu être actrice mais va se spécialiser dans la littérature du 18 siècle. En quoi l'héritage des Lumières sera important pour elle ?Comment Christiane Singer a traversé cette tempête et ses ombres ?Désormais, elle vivra l'écriture à un tout autre niveau de l'être. Christiane écrivez-vous « est devenue la messagère d'une présence subtile. »Proche du Christianisme et de multiples traditions comme nous l'avons vu, quel type de spiritualité était-la sienne ?Comment vivra -t- elle son ultime épreuve ?Et quel dernier message d'espoir et d'amour nous adressera -t-elle.Qui est mon invité de la semaine, Audrey Fella ?Audrey Fella est historienne, essayiste et journaliste, spécialisée dans le fait religieux et spirituel. La biographie qu'elle consacre à Christiane Singer « Christiane Singer Une vie sur le fil de la merveille » est disponible aux éditions Albin MichelQuelques citations du podcast avec Audrey Fella :"L'écriture de Christiane Singer est devenu un véritable chemin spirituel pour elle.""Elle se méfiait dans les religions des dogmes qui figent une vérité mais n'a absolument pas rejeté les traditions.""Pour elle, la spiritualité est un bain de matière, c'est le oui absolu à tout ce qui est, tout ce qui vient."Rejoignez-nous sur notre nouveau site Internet et abonnez-vous à notre Newsletter www.metamorphosepodcast.comSoutenez notre podcast en rejoignant dès maintenant la Tribu Métamorphose : www.patreon.com/metamorphose Retrouvez Métamorphose, le podcast qui éveille la conscience sur Apple Podcast / Spotify / Google Podcasts / Deezer / YouTube / SoundCloud / CastBox/ TuneIn.Suivez l'actualité des épisodes Métamorphose Podcast sur Instagram, découvrez l'invité de la semaine et gagnez des surprises ;-)InstagramFacebookBonne écoutePhoto DR Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.