Podcasts about droits des femmes

  • 201PODCASTS
  • 354EPISODES
  • 21mAVG DURATION
  • 5WEEKLY NEW EPISODES
  • Jan 12, 2023LATEST

POPULARITY

20152016201720182019202020212022


Best podcasts about droits des femmes

Latest podcast episodes about droits des femmes

On est fait pour s'entendre
ON EN REPARLE - Allô Ménie, l'émission de RTL qui a changé la condition de la femme

On est fait pour s'entendre

Play Episode Listen Later Jan 12, 2023 3:43


Sa petite-fille a sorti hier un roman librement inspiré de sa vie : Ménie Grégoire, voix emblématique de RTL, a marqué l'histoire de la radio avec son émission Allô Ménie. Elle s'appelait en réalité Marie Laurentin, épouse Grégoire. Ménie Grégoire commence en 1967 une émission qui va bouleverser la vie de nombreux Français, des femmes surtout : Allô Ménie ... On l'appelle en direct ou bien on lui écrit des lettres. Famille, vie sociale, sexualité, toutes les questions de l'intime sont abordées dans une France encore conservatrice. On parle parfois à Ménie de l'inavouable, comme des avortements clandestins. Et Ménie leur répond, les conseille ...

07H15
12 Janvier 2023 - Le retour d'Adrien Quatennens

07H15

Play Episode Listen Later Jan 12, 2023 2:09


Le député du Nord revient à l'Assemblée Nationale. Condamné pour violences conjugales, l'Insoumis fait un retour en catimini. Réalisé par Jean-Pierre Pellon.

Invité Afrique
Violences sexuelles en Centrafrique: «Beaucoup de femmes veulent la justice»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Jan 8, 2023 4:30


Nengo, qui veut dire « dignité » en sango, la principale langue de la République centrafricaine, c'est le nom d'un projet de soin et d'accompagnement de victimes de violences sexuelles porté à Bangui par la fondation Pierre-Fabre, en partenariat avec la fondation Panzi du docteur Denis Mukwege. Il a donné lieu à un travail photographique réalisé par Nick Danziger, axé autour de récits de victimes et de la difficulté d'obtenir la justice. Un projet publié sous forme de livre et exposé dernièrement à Libreville et Kinshasa, et qui va l'être à Paris en 2023.

Laissez-vous Tenter
Dans les archives de Ménie Grégoire avec sa petite-fille Adèle Bréau

Laissez-vous Tenter

Play Episode Listen Later Jan 8, 2023 7:06


Ménie Grégoire, grande voix de RTL dès la fin des années 60, a été la première à donner la parole aux femmes. Une aventure radiophonique révolutionnaire que raconte la petite-fille de l'animatrice dans son roman « L'heure des femmes » publié aux éditions Lattès. Bernard Lehut a accompagné l'écrivaine aux archives départementales d'Indre-et-Loire où sont conservées les centaines d'heures d'émissions de « Allo Ménie » et les milliers de lettres reçues par celle que l'on a surnommée « La Dame de coeur ».

Reportage Afrique
À Tunis, la garderie Les Chérubins accueille les enfants de migrants

Reportage Afrique

Play Episode Listen Later Jan 5, 2023 2:15


En Tunisie, la communauté subsaharienne est souvent confrontée à des difficultés économiques. La garderie Les Chérubins à Tunis offre à la communauté la garde des enfants subsahariens à un prix symbolique. Une initiative solidaire mise en place par une femme migrante ivoirienne. De notre correspondante à Tunis, Derrière une porte sans pancartes, entre des maisons, les voix des enfants de 3 mois à 7 ans résonnent dans la garderie Les Chérubins, située au cœur du quartier populaire de Bhar Lazreg à Tunis. Isabelle Bessan, Ivoirienne installée en Tunisie, a lancé cette crèche en 2018, au départ dans un garage, puis dans ce local, pour accueillir les enfants de migrants subsahariens du quartier. « À la crèche, nous accueillons les enfants à partir de deux mois. On apprend à l'enfant à s'asseoir, faire les quatre pattes et les premiers pas pour pouvoir marcher. Et ensuite, à l'âge de deux ans et demi, nous donnons des bases à l'enfant, c'est-à-dire que nous lui apprenons à former les chiffres et les lettres » Cet enfant récite un sketch sur la thématique de l'intégration, chère à Isabelle pour sensibiliser les enfants face aux risques d'attaques racistes ou discriminatoires. « C'est vrai que ce sont des enfants, mais je me dis que parfois, ils tombent de haut, en entendant le mot "migrant", explique-t-elle. C'est en ce sens-là que j'ai composé ce petit sketch pour leur expliquer ce qu'était un migrant, ce qu'était l'intégration et le pays où ils vivent. » Une réalité migratoire, qu'Isabelle cache aussi aux enfants lorsqu'elle devient trop dure. Elle confie qu'une dizaine de ceux qui venaient à la crèche ont traversé clandestinement la mer Méditerranée avec leurs parents cette année. Deux d'entre eux sont morts dans un naufrage. Pour les familles qui restent en Tunisie, le contexte économique et social est de plus en plus difficile à vivre. La communauté compte entre 30 000 et 50 000 personnes. La majorité, sans papiers ni cartes de séjour, travaille comme main-d'œuvre non déclarée et faiblement rémunérée avec un minimum de droits en Tunisie. « Il y a beaucoup de Subsahariens maintenant en Tunisie, et c'est difficile de trouver du travail », confirme Jessica Cohebi, ivoirienne et mère d'un petit garçon qui fréquente la crèche. Le lieu n'a pas encore de statut juridique clair, donc Isabelle Bessan demande aux parents une somme symbolique pour payer le loyer, les charges. « Sur le plan financier, c'est un grand soulagement parce qu'on ne paye pas grand-chose en fait, on donne juste ce que l'on peut donner, explique Jessica. Et sur le plan social, affectif, il y a un soulagement aussi de savoir qu'ici, il est un peu en famille. » La garderie repose beaucoup sur la solidarité des trois femmes qui y travaillent, mais les besoins restent importants. Isabelle lance fréquemment des appels aux dons sur les réseaux sociaux pour des denrées alimentaires et des jouets.

L'invité de RTL
Violences et secrets familiaux : "Un jour, on sortira de la sidération", dit Andréa Bescond

L'invité de RTL

Play Episode Listen Later Jan 2, 2023 9:16


Ce lundi 2 janvier 2023, Andréa Bescond était l'invitée de RTL. Dans son premier romain qui va paraître le 05 janvier prochain appelé "Une simple histoire de famille", elle raconte l'histoire d'une famille bretonne détruite par les différentes violences faites aux femmes au cours de plusieurs décennies. À travers ce livre, elle a voulu mettre en avant une société où les violences conjugales sont malheureusement toujours très présentes et a tenté de comprendre d'où vient cette violence masculine. Celle qui est aussi comédienne et danseuse a regretté au micro de RTL que la justice française soit "complaisante". Tout en mettant en avant l'importance de l'accompagnement des victimes et le dialogue, elle a regretté l'absence de politique publique en matière de combat contre les violences, et ce, malgré la présence des victimes dans l'espace publique. "Un jour, on sortira de la sidération", a-t-elle assuré.

RTL Matin
Violences et secrets familiaux : "Un jour, on sortira de la sidération", dit Andréa Bescond

RTL Matin

Play Episode Listen Later Jan 2, 2023 9:16


Ce lundi 2 janvier 2023, Andréa Bescond était l'invitée de RTL. Dans son premier romain qui va paraître le 05 janvier prochain appelé "Une simple histoire de famille", elle raconte l'histoire d'une famille bretonne détruite par les différentes violences faites aux femmes au cours de plusieurs décennies. À travers ce livre, elle a voulu mettre en avant une société où les violences conjugales sont malheureusement toujours très présentes et a tenté de comprendre d'où vient cette violence masculine. Celle qui est aussi comédienne et danseuse a regretté au micro de RTL que la justice française soit "complaisante". Tout en mettant en avant l'importance de l'accompagnement des victimes et le dialogue, elle a regretté l'absence de politique publique en matière de combat contre les violences, et ce, malgré la présence des victimes dans l'espace publique. "Un jour, on sortira de la sidération", a-t-elle assuré.

Reportage Afrique
Hommage aux lycéennes de Chibok au Nigeria: que deviennent les rescapées? [2/3]

Reportage Afrique

Play Episode Listen Later Dec 28, 2022 2:10


Deuxième volet de notre série consacrée aux lycéennes de Chibok, ces 276 jeunes filles enlevées par Boko Haram il y a huit ans. Art Twenty One, une prestigieuse galerie d'art contemporain de Lagos, propose l'exposition « Statues Also Breathe » : 108 sculptures de visages pour rappeler les 108 filles toujours manquantes, de la plasticienne Prune Nourry. Une performance a eu lieu en présence de six mamans de filles toujours captives et de six filles libérées. Parmi elles, Mary Dauda et Amina Nkeki, libérées il y a cinq ans, qui ont bénéficié de soins médicaux et des programmes de déradicalisation. Elles tentent de reconstruire leur vie. De notre correspondant de retour de Lagos,  Mary Dauda ne reste jamais trop loin de son bébé. Sa fille est soit calée sur son dos, bien emmitouflée dans un pagne, soit sur ses genoux. En se mariant en 2020, puis en devenant maman de deux enfants, Mary a surmonté ses blessures d'ex-otage de Boko Haram. Mais cinq ans après sa libération, cette ancienne lycéenne de Chibok reste hantée par son séjour dans la forêt de Sambisa : « Dès que je suis assoupie, parfois j'ai des flashbacks. J'ai l'impression d'être toujours en captivité, en train de pleurer car je suis loin de mes parents. Dans ces songes, je supplie Dieu de me venir en aide. » raconte la jeune femme.  Mary était dans le groupe des 82 jeunes filles de Chibok libérées en 2017. En échange, cinq leaders de la branche de Boko Haram, proches d'Abubakar Shekau, quittaient des prisons du Nigeria. Par pudeur, Mary préfère taire ses conditions de captivité. Difficile pour elle en effet de mettre des mots sur les horreurs qu'elle a vues, les sévices qu'elle a subis : « De rares fois, nos ravisseurs nous abandonnaient à notre propre sort, quand on leur disait que nous refusions d'être leurs épouses, relate-t-elle. Alors, ils nous faisaient du chantage à la nourriture. Nous menaçant de nous laisser mourir de faim... » ► À lire aussi : Nigeria : 8 ans après l'enlèvement des lycéennes de Chibok, une centaine toujours portées disparues « Nous, les femmes, nous ne sommes plus des citoyennes de seconde zone » Quelques mois avant Mary, Amina a recouvré la liberté. Avec un membre de Boko Haram se présentant comme son mari à l'époque, et leur petite fille Patience, née dans la forêt de Sambisa, Amina Nkeki a semé ses ravisseurs. Le trio errant a croisé la route de miliciens volontaires en mai 2016.  Aujourd'hui, Amina n'est plus avec le papa de Patience. Elle suit des études de relations internationales et de sciences politiques à l'Université américaine de Yola : « Les autres étudiants me regardent de haut en pensant que je n'y arriverai pas à cause de mon passé, affirme-t-elle. Mais je continue à m'encourager en me disant que dans ce monde, on ne peut rien obtenir si on ne fait pas les efforts nécessaires. Nous, les femmes, nous ne sommes plus des citoyennes de seconde zone. » Amina arbore un sourire franc et massif. Un sourire qui dissimule à peine la lassitude et le poids d'être, pour la vie, une rescapée de Boko Haram. ► À lire aussi : Nigeria : les têtes en céramique de l'artiste Prune Nourry, un hommage aux lycéennes de Chibok [1/3]

De vive(s) voix
Eliane Viennot: démasculiniser la langue française, c'est lui rester fidèle

De vive(s) voix

Play Episode Listen Later Dec 28, 2022 29:00


« Parler un français non sexiste, c'est une question de volonté », affirme Eliane Viennot, professeuse de Littéraure émérite. Voltaire disait bien « professeuse », pourquoi aujourd'hui l'emploi de ce terme provoque une telle levée de boucliers ? La langue française n'est pas sexiste en soi, mais les grammairiens l'ont rendue sexiste, nous explique Eliane Viennot. Selon elle, on a dans les langues romanes tout le matériel nécessaire pour parler un français inclusif. Soyons rationnels, alors, et démasculinisons les usages !  (Rediffusion) Le masculin a été désigné, il y a 300 ans, comme le genre noble et décrétant ainsi que le genre le moins noble devait quitter l'espace de la langue. C'est comme ça qu'aujourd'hui, «le masculin l'emporte». Il n'est pas question ici d'inventer de nouveaux mots et usages, mais plutôt de les retrouver.  Invitée : Eliane Viennot, professeuse de Littérature émérite et militante féministe, est l'autrice de « Non, le masculin ne l'emporte pas sur le féminin », publié aux Éditions iXe (une maison indépendante, spécialisée dans le féminisme et ses différentes voix).  Et la chronique « La puce à l'oreille » par Lucie Bouteloup, aujourd'hui, l'expression « 22, v'là les flics ! ».

De vive(s) voix
Eliane Viennot: démasculiniser la langue française, c'est lui rester fidèle

De vive(s) voix

Play Episode Listen Later Dec 28, 2022 29:00


« Parler un français non sexiste, c'est une question de volonté », affirme Eliane Viennot, professeuse de Littéraure émérite. Voltaire disait bien « professeuse », pourquoi aujourd'hui l'emploi de ce terme provoque une telle levée de boucliers ? La langue française n'est pas sexiste en soi, mais les grammairiens l'ont rendue sexiste, nous explique Eliane Viennot. Selon elle, on a dans les langues romanes tout le matériel nécessaire pour parler un français inclusif. Soyons rationnels, alors, et démasculinisons les usages !  (Rediffusion) Le masculin a été désigné, il y a 300 ans, comme le genre noble et décrétant ainsi que le genre le moins noble devait quitter l'espace de la langue. C'est comme ça qu'aujourd'hui, «le masculin l'emporte». Il n'est pas question ici d'inventer de nouveaux mots et usages, mais plutôt de les retrouver.  Invitée : Eliane Viennot, professeuse de Littérature émérite et militante féministe, est l'autrice de « Non, le masculin ne l'emporte pas sur le féminin », publié aux Éditions iXe (une maison indépendante, spécialisée dans le féminisme et ses différentes voix).  Et la chronique « La puce à l'oreille » par Lucie Bouteloup, aujourd'hui, l'expression « 22, v'là les flics ! ».

Reportage Afrique
La longue et angoissante attente des parents des Chibok Girls [3/3]

Reportage Afrique

Play Episode Listen Later Dec 28, 2022 2:12


Troisième volet de notre série consacrée aux jeunes filles de Chibok, ces 276 lycéennes kidnappées en 2014 par Boko Haram au Nigeria. 108 sont toujours portées disparues. Certaines seraient mortes et d'autres auraient été mariées de forces aux jihadistes. Rencontre avec Ladi Lawan, très active dans le soutien moral des parents des Chibok Girls. Elle-même est privée de sa fille Aisha depuis avril 2014. Avec notre correspondant de retour de Lagos,  Avec délicatesse, Ladi Lawan sort de son sac à main un cliché imprimé en format portrait. Avec le temps, la photo a pris une teinte rosée. Sur ce cliché, sa fille Aisha se tient debout, la main gauche posée sur la hanche, le regard fixant l'objectif. « J'ai des palpitations cardiaques, confie la mère d'Aisha. J'ai le cœur serré à force d'attendre la libération de ma fille. Ça va faire huit ans cette année que je n'ai pas vu ma fille. » Une trentaine de parents dont les filles ont été enlevées sont morts depuis avril 2014. Principalement d'hypertension, d'anxiété et de stress générés par le non-retour de leurs enfants. Quelques-uns ont été victimes d'attaques de Boko Haram. Malgré ses souffrances, Ladi caresse toujours l'espoir de revoir un jour sa fille, mais aussi les autres jeunes femmes encore en captivité. « La rumeur dit que nos filles seraient mariées de force dans la forêt de Sambisa, relate-t-elle. Certaines auraient eu des enfants issus de ces unions. Moi, j'aime les enfants. Donc même s'il y a dix enfants de pères membres de Boko Haram, je n'aurais jamais peur de porter ces enfants de nos filles. Même une dizaine d'enfants, pas de problème. Qu'on leur rende leur liberté afin que nos filles puissent reprendre leurs études. » ► À lire aussi : Nigeria : deux jeunes filles de Chibok retrouvées 8 ans après leur enlèvement en 2014 « Je veux que le gouvernement fédéral fasse encore plus d'efforts » Yakubu Nkeki préside l'association des parents des lycéennes enlevées. Malgré des relations parfois orageuses, ce quinquagénaire est le référent auprès des autorités fédérales. En juillet puis en octobre dernier, Yakubu a, comme à chaque fois, certifié l'origine des cinq rescapées de la forêt de Sambisa, suite à des raids libérateurs de l'armée nigériane, appuyée par la Force multinationale conjointe. Si Yakubu reconnaît les efforts d'Abuja pour libérer les dernières captives, il trouve que huit années de captivité, c'est trop long à supporter :  En tant que leader de ces parents, je ne peux pas me contenter du nombre raisonnable de Chibok Girls déjà libérées. Je veux vraiment que le gouvernement fédéral fasse encore plus d'efforts. C'est le seul moyen de sauver nos filles toujours en captivité. Les cinq Chibok Girls libérées récemment sont toujours entre les mains de l'armée et des services secrets nigérians. Une étape obligatoire pour les autorités nigérianes avant qu'elles reprennent leur place dans la société.  ► À lire aussi :  Nigeria : les têtes en céramique de l'artiste Prune Nourry, un hommage aux lycéennes de Chibok [1/3] Hommage aux lycéennes de Chibok au Nigeria : que deviennent les rescapées ? [2/3]

ONU Info

Ley Uwera et Kani Sissoko ont participé à l'exposition ‘'Quand les Femmes prennent la Paix en main'' inaugurée aux Nations Unies en 2022. Ainsi la contribution des femmes activistes à la construction de la paix dans le monde était documentée par des images prises par des femmes photographes.L'ONU s'est associée à des femmes photographes locales, qui ont documenté les histoires des femmes qui s'efforcent d'instaurer un climat de paix dans leurs communautés.  Kani Sissoko (à gauche) est une photographe malienne diplômée de l'Institut National des Arts de Bamako. Son amour pour la photo ne date pas d'aujourd'hui. Cette passion la motive à vouloir représenter la réalité africaine allant de la science occulte aux questions de la condition de la femme dans la société.Ley Uwera (à droite) est photojournaliste indépendante et reporter de la BBC en la République démocratique du Congo. Elle partage les histoires des personnes qu'elle rencontre sur le terrain. Ses travaux capturent l'âme de son peuple et défend ainsi  les droits des femmes congolaises.  Interviews, réalisation et production : Florence Westergard

Revue de presse française
À la Une: Taïwan pourra-t-elle tenir tête à la Chine?

Revue de presse française

Play Episode Listen Later Dec 27, 2022 4:04


Question posée par Le Figaro. « Ce week-end encore, pointe le journal, la Chine a déployé 71 avions de combat lors de manœuvres autour de l'île démocratique, dont 60 avions de chasse – une de ses plus grandes incursions. » Pour sa part, « Taïwan muscle sa défense avec l'appui des États-Unis, pour dissuader Pékin. Le Congrès américain vient d'autoriser une nouvelle batterie de ventes d'armes à hauteur de dix milliards de dollars d'ici 2027, date d'une possible invasion chinoise, selon le Pentagone. Soit deux milliards par an d'ici là, pour doter l'île d'un arsenal de pointe, et d'une panoplie asymétrique capable de tenir en respect le "dragon" continental, en reprenant les recettes à l'œuvre en Ukraine ». Toutefois, cela sera-t-il suffisant ? « Taïwan sera-t-elle l'Ukraine de l'Asie ? », s'interroge Le Figaro. « Xi Jinping a placé [ce qu'il appelle] la "réunification" au cœur de son projet de renaissance chinoise. Dirigeant le plus autoritaire et le plus puissant depuis Mao, il espère laisser une trace dans l'histoire et a juré de faire mieux que le Grand Timonier en reprenant "par tous les moyens" l'ex-Formose pendant son règne. » Le petit dragon qui indispose Xi Jinping D'autant, pointe Le Figaro, que « Taïwan commence à faire tache dans l'horizon totalitaire du dictateur […]. Le petit dragon asiatique s'est hissé au rang de 15e puissance économique et s'est imposé comme une démocratie modèle depuis ses réformes politiques des années 1980. Il contredit ainsi la thèse de Xi selon laquelle les sociétés confucéennes sont inadaptées à la démocratie. » ► À lire aussi : Taïwan: le Premier ministre accuse Pékin de violer les règles de l'OMC Alors Taïwan « aura-t-elle assez de souffle pour tenir tête à la Chine ?, s'interroge encore Le Figaro. Taïwan […] se prépare à affronter seul le rouleau compresseur chinois… Mais avec une aide militaire massive de Washington, mieux ciblée grâce aux leçons de la guerre en Ukraine : moins de navires et d'équipements lourds, plus de missiles pour tenir à distance l'Armée populaire. Le petit dragon n'est pas près de renoncer : comme pour Kiev, il y va de sa survie. » La descente aux enfers des femmes afghanes À la Une également, les femmes en Afghanistan rabaissées au rang d'objets… « Depuis ce samedi, relève Sud Ouest, les Afghanes ne peuvent plus travailler dans les ONG, mais avant cela, elles avaient été bannies des universités, privées d'études secondaires aussi. Encore avant cela, elles avaient été exclues des emplois d'État, expulsées des parcs, des jardins, des séries télévisées, des films, des bains publics ou des salles de sport, et puis avant cela encore, elles avaient été [re]soumises à la tutelle d'un parent pour ne serait-ce que sortir dans la rue. Il ne s'agit pas d'une invisibilisation, s'exclame Sud Ouest, c'est une négation. » Le Monde s'indigne : « Les femmes afghanes ne peuvent être ainsi abandonnées, même si, pour leur plus grand malheur, il est pour l'instant illusoire d'espérer qu'une réaction internationale d'ampleur contraigne les talibans à mettre un terme à cette guerre intérieure. Un sursaut est pourtant d'autant plus nécessaire qu'il n'y a, hélas, rien à attendre des pays musulmans, pointe encore Le Monde, qui pourraient au moins tenter de faire entendre raison aux talibans à propos de l'usage dévoyé qu'ils font de la religion. Leur silence est une fois de plus assourdissant. » L'Église catholique dans la tourmente Enfin, « l'Église catholique française en pleine crise existentielle : c'est cata pour les cathos », lance Libération en première page. « Que disent les fidèles ? Que derrière les révélations sur les innombrables abus sexuels commis au sein de l'Église se cachent des abus de pouvoir au sein de l'institution. Car si la dernière grande révolution interne, celle de Vatican II, a ouvert les portes à une certaine modernité, elle n'a pas transformé l'organisation du pouvoir au sein de l'Église. Il reste donc encore trop vertical, opaque et masculin. À sa manière, l'air de rien, en misant sur un peu de plus de décentralisation, le pape François s'y essaye, relève Libération. Mais les résistances sont vives. La structuration du pouvoir au sein de l'institution catholique n'explique évidemment pas tout de la crise qu'elle traverse. Elle est aussi par exemple victime d'une pénurie des vocations, d'une crise de la ruralité, de l'individualisation croissante de la société. Il n'empêche, conclut Libération : c'est bien d'une vaste réforme de son organisation hiérarchique interne dont l'Église a besoin si elle veut ressusciter. »

Accents d'Europe
En Islande, les fermes de sang, très rentables et très controversées

Accents d'Europe

Play Episode Listen Later Dec 23, 2022 19:30


Une ferme de sang, c'est une de ces exploitations agricoles qui collectent le sang de juments vivantes en gestation. On en extrait une substance qui booste la fertilité des animaux d'élevage. C'est une activité très lucrative, mais qui fait débat. Ces fermes islandaises ont été épinglées, l'an dernier, (2021) par des associations de défense animale pour maltraitances. Le secteur, méfiant, est donc peu enclin à laisser libre accès à ses exploitations. Et lorsqu'un rare avis favorable se manifeste, les témoignages sont anonymes comme une partie de ceux qu'a réussi à obtenir notre correspondant, Jérémie Richard. La lutte des femmes en Bosnie pour la reconnaissance des féminicides Comme le reste des Balkans, la Bosnie-Herzégovine a pris avec retard la vague #MeToo. Mais aujourd'hui, les femmes du pays s'attaquent de plus en plus fort au puissant système patriarcal. Ces derniers mois, elles se sont mobilisées pour la reconnaissance du féminicide comme un crime dans le Code pénal, et pour la mise en place de mesures concrètes contre les violences conjugales. Les explications de Simon Rico.   Bonne nouvelle : le premier syndicat des influenceurs en Italie Parce que les influenceurs et les créateurs de contenus sur le web ont besoin de défendre leurs droits, l'année prochaine (2023), les influenceurs italiens auront leur syndicat. La bonne nouvelle de Clémence Pénard, en partenariat avec Entr. Les sans P, voitures symboles de la jeunesse dorée de Marseille Les voitures sans permis, la France en produit depuis les années 1970, et on en vendait jusqu'à présent autour de 13 000 par an. Un chiffre resté stable, et une clientèle de retraités principalement. Mais les choses ont changé en 2018 : les ventes ont commencé à augmenter de manière exponentielle. Ces voiturettes sans permis sont désormais tendance et plaisent à la jeunesse dorée. À Marseille, on les appelle les sans P. C'est un reportage de Yoram Melloul.   La chronique musique de Vincent Théval Derya Yildirim & Grup Simsek, Darildim Darildim.   (Rediffusion du 25 novembre 2022)

ONU Info

Aujourd'hui notre édition spéciale est consacrée au Mali. L'implication des femmes dans les processus de paix et les transitions politiques est primordial pour une paix durable.Mama Koite Doumbia est la Présidente de la Plateforme des femmes au Mali et militante de la participation pleine, égale et significative des femmes dans le processus de paix et la vie politique au Mali.Dans cette première partie, elle décrit la situation des femmes au Mali qui vivent dans l'insécurité depuis 2012.Elle était au micro de Frank Kuwonu.

7 milliards de voisins
Féminicides, une histoire mondiale

7 milliards de voisins

Play Episode Listen Later Dec 22, 2022 48:30


À l'échelle mondiale, selon les Nations unies, 47 000 femmes ont été tuées en 2020 par un partenaire intime ou un membre de leur famille, soit une femme toutes les 11 minutes. L'Afrique est le continent où le taux de féminicides est le plus élevé, avec 2,7 meurtres pour 100 000 femmes. En revanche, l'Europe est la zone où le taux est le plus faible, 0,7 assassinat pour 100 000 femmes. Malgré les législations et les programmes pour éradiquer les violences contre les femmes, la situation ne s'est pas vraiment améliorée au cours de la dernière décennie. Dans ce continuum de violences contre les femmes, comment mettre en place des politiques de prévention efficaces et une justice pénale dissuasive pour les agresseurs ? Cette émission est une rediffusion du 25/11/2022 Avec :  - Christelle Taraud, historienne et spécialiste des questions de genre et de sexualité dans les espaces coloniaux, auteure de «Féminicides, une histoire mondiale», aux éditions La Découverte.  Et un entretien de François Musseau, notre correspondant à Madrid, Comment l'Espagne reste à la pointe des pays en matière de lutte contre les féminicides ?     Et un reportage en Côte d'Ivoire à la rencontre de Ramatoulaye Traoré et de Sylvia Apata. Elles ont à peine la trentaine, elles sont militantes féministes au sein de l'ONG CPDEFM à Abidjan, une organisation de citoyennes qui défend les droits des femmes dans leur pays. Elles collectent informations et données sur les discriminations de genre pour interpeller les autorités ivoiriennes. Entre 2019 et 2020, elles ont notamment mené une enquête sur les violences faites aux femmes dans 6 communes d'Abidjan : un rapport qui révèle que plus de 70% de femmes interrogées sont victimes de violences conjugales dans la capitale économique.   Notre reporter Raphaëlle Constant les a rencontrées au siège de l'ONG, dans le quartier Cocody Angré-Mahou. C'est Sylvia Apata qui ouvre la discussion.    Programmation musicale :  ► Coup de gueule – Josey ► De colère - Bonbon Vaudou

7 milliards de voisins
Féminicides, une histoire mondiale

7 milliards de voisins

Play Episode Listen Later Dec 22, 2022 48:30


À l'échelle mondiale, selon les Nations unies, 47 000 femmes ont été tuées en 2020 par un partenaire intime ou un membre de leur famille, soit une femme toutes les 11 minutes. L'Afrique est le continent où le taux de féminicides est le plus élevé, avec 2,7 meurtres pour 100 000 femmes. En revanche, l'Europe est la zone où le taux est le plus faible, 0,7 assassinat pour 100 000 femmes. Malgré les législations et les programmes pour éradiquer les violences contre les femmes, la situation ne s'est pas vraiment améliorée au cours de la dernière décennie. Dans ce continuum de violences contre les femmes, comment mettre en place des politiques de prévention efficaces et une justice pénale dissuasive pour les agresseurs ? Cette émission est une rediffusion du 25/11/2022 Avec :  - Christelle Taraud, historienne et spécialiste des questions de genre et de sexualité dans les espaces coloniaux, auteure de «Féminicides, une histoire mondiale», aux éditions La Découverte.  Et un entretien de François Musseau, notre correspondant à Madrid, Comment l'Espagne reste à la pointe des pays en matière de lutte contre les féminicides ?     Et un reportage en Côte d'Ivoire à la rencontre de Ramatoulaye Traoré et de Sylvia Apata. Elles ont à peine la trentaine, elles sont militantes féministes au sein de l'ONG CPDEFM à Abidjan, une organisation de citoyennes qui défend les droits des femmes dans leur pays. Elles collectent informations et données sur les discriminations de genre pour interpeller les autorités ivoiriennes. Entre 2019 et 2020, elles ont notamment mené une enquête sur les violences faites aux femmes dans 6 communes d'Abidjan : un rapport qui révèle que plus de 70% de femmes interrogées sont victimes de violences conjugales dans la capitale économique.   Notre reporter Raphaëlle Constant les a rencontrées au siège de l'ONG, dans le quartier Cocody Angré-Mahou. C'est Sylvia Apata qui ouvre la discussion.    Programmation musicale :  ► Coup de gueule – Josey ► De colère - Bonbon Vaudou

Accents d'Europe
Le GNL au secours de l'Europe

Accents d'Europe

Play Episode Listen Later Dec 21, 2022 19:30


Les températures baissent en Europe et la question de l'approvisionnement en gaz se fait de plus en plus pressante. Charbon et énergies renouvelables ne suffiront pas… place au GNL, le gaz naturel liquéfié. En Allemagne qui n'a plus de gaz russe via le fameux Nordstream, cinq projets de terminaux de GNL ont été lancés, et celui de Wilhemshaven sur la mer du Nord devrait être opérationnel avant Noël. Presque une prouesse. C'est le reportage sur place de Delphine Nerbollier.  Et les pays baltes n'ont pas attendu la guerre en Ukraine pour réduire leur dépendance face à la Russie en faisant  appel au GNL importé des États-Unis ou du Qatar. La Lettonie et l'Estonie ont lancé des projets, mais la Lituanie a son terminal flottant depuis 2014, Marielle Vitureau.  Et c'est la question qui fâche. L'Europe a-t-elle si drastiquement coupé les vannes du gaz russe ? Via les gazoducs c'est certain, les importations ont baissé de 80%. Mais, le commerce du fameux GNL russe a fait un bon sur les six premiers mois de 2022... notamment en passant par des intermédiaires comme la Chine. Officiels et universitaires commencent à l'admettre... À Stockholm, Carlotta Morteo.     La chronique En un mot: Ginekoktonia, en grec, féminicide À deux jours de la Journée internationale pour l'élimination de la violence contre les femmes, un nouveau mot a fait son apparition dans le langage grec, pas encore dans le dictionnaire car il s'agit d'un néologisme. Ginekoktonia signifie «féminicide», et il s'impose aussi dans le discours politique. En octobre 2022, le Premier ministre l'a pour la première fois validé dans un discours, après toute une série de meurtres visant des femmes. Ginekoktonia, c'est la chronique En un mot de notre correspondant à Athènes, Joël Bronner.  On la présente souvent comme la nouvelle Croatie, l'Albanie se fait petit à petit sa place sur la carte du tourisme européen.   Il y a dix ans, seule une poignée de curieux avait entendu parler des Alpes albanaises, et de ses paysages grandioses et préservés. Un secret qui n'est plus si bien gardé. Les touristes affluent : 5,7 millions entre janvier et août 2022. Mais, le pays n'a pas forcément pris la mesure des adaptations nécessaires pour protéger son patrimoine et les ressources naturelles. Reportage à Theth, dans le nord du pays, signé Louis Seiller.  (Rediffusion du 23 novembre 2022)

Reportage International
Afghanistan: les universités sont désormais interdites aux femmes

Reportage International

Play Episode Listen Later Dec 21, 2022 2:25


En Afghanistan, les autorités ont annoncé mardi 20 décembre que les universités afghanes étaient interdites aux femmes. Depuis que les talibans ont pris le pouvoir, les filles sont privées d'enseignement secondaire. Les facultés publiques et privées du pays ont été informées par un courrier du ministre de l'Enseignement supérieur. Aucune explication n'a été fournie par le régime taliban pour justifier cette décision, qui entre en vigueur jusqu'à nouvel ordre. « Si nous sommes tous admis, nous entrerons. Si ce n'est pas le cas, aucun de nous ne participera aux cours. » C'est le slogan scandé par au moins une centaine d'étudiantes et d'étudiants solidaires, devant l'université de médecine de Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan, suite à la décision du régime. Auparavant, les universités leur étaient toujours accessibles à la condition que femmes et hommes soient séparés dans les classes et que seules des personnes âgées enseignent aux étudiantes. À Kaboul, des étudiantes qui se sont présentées aux portes de leurs facultés en ont été chassées à coup de crosse par les talibans. Un enseignant d'une faculté de médecine a accepté de se confier sous couvert d'anonymat. Mardi 20 décembre, aucune étudiante n'a été autorisée à pénétrer dans l'établissement. « La plupart de nos collègues féminines ont éclaté en sanglot, raconte-t-il. Pour être honnête, je suis aussi très triste. Je ne peux même pas expliquer ce que je ressens. Si nous continuons comme ça, je suis sûr que nous nous dirigeons vers l'obscurité. Le monde nous a abandonné au milieu de nulle part. » ► À lire aussi : Afghanistan : l'accès aux universités interdit aux femmes, « une étape supplémentaire de durcissement » « J'ai peur de l'avenir » À Kaboul, Rabia, étudiante en quatrième année de journalisme, est restée chez elle toute la journée, impuissante et désemparée. « Je n'ai pas peur des difficultés auxquelles nous sommes confrontées, mais j'ai peur de l'avenir, car je n'ai aucun contrôle là-dessus, confie-t-elle. Parce que ce sont d'autres personnes qui décident pour moi. Pourquoi : parce que je suis une fille. » Pour Leila, étudiante à Herat dans l'ouest du pays, la désillusion est à son paroxysme. « Ils mettent en place les mêmes restrictions que lors de leur précédent régime, explique-t-elle. La seule différence, c'est que cette fois-ci, ils le font de façon progressive et pas en une seule fois. Nous y avons cru, nous étions pleines d'espoir et nous étions confiantes. On pensait que les talibans avaient changé et qu'ils n'imposeraient pas de restrictions aux femmes cette fois-ci. » La jeune femme âgée de 23 ans refuse de se déclarer vaincue. Elle va poursuivre ses études à domicile, assure-t-elle, et se promet de ne jamais baisser les bras. ► À lire aussi : Afghanistan : première exécution publique officielle depuis le retour des talibans

Afrique Économie
Tunisie: comment rendre l'artisanat plus profitable pour les femmes

Afrique Économie

Play Episode Listen Later Dec 20, 2022 2:25


En Tunisie, les femmes ont été quasi absentes de la campagne électorale pour les législatives, seulement 11% de femmes sur un millier de candidats. La pandémie de Covid-19 a durement affecté les travailleuses informelles, notamment celles qui travaillent dans l'artisanat. Le programme des Nations unies pour le développement a organisé une exposition à Tunis, intitulé Artisanes, pour soutenir les femmes du secteur. De notre correspondante à Tunis, À l'occasion des 16 jours d'activisme de violence contre le genre, une campagne organisée par l'ONU, des associations tentent de sensibiliser à la question de la violence économique, des thématiques qui n'ont presque pas été abordées dans les débats politiques durant les élections alors que le taux de chômage touche 20% des femmes contre 13% des hommes dans le pays. Au palais Kheireddine en plein cœur de la Medina de Tunis, l'artisanat des femmes du Sud tunisien devient un objet d'art à travers une exposition, des œuvres de plus de 250 artisanes, en collaboration avec des designers tunisiens. Asma Bouraoui Khouja économiste au sein du PNUD, explique ce projet de résilience économique. « Ces femmes artisanes ont été toutes impactées par le Covid-19 qui a fortement touché le secteur de l'artisanat, très dépendant du tourisme et aujourd'hui, le secteur a beaucoup de mal à reprendre. » Entre les tapis et tissages exposés sur les murs, une banquette de bois de palmier, celle de Farida Laimech, originaire de Tozeur. Elle avait réussi à monter une entreprise florissante avec une vingtaine d'employées, mais après le Covid, elle s'est retrouvée seule et confrontée à la hausse des prix des matières premières. Le prix de la colle qui sert à fixer le bois de palmier lui coutait 62 dinars, aujourd'hui Farida Laimech doit payer 170 dinars pour 1,5 litre. Et ce n'est pas tout : « Avant, les tranches de bois de palmier nous coutaient 8 dinars, maximum 10. Maintenant, on les achète à 20 dinars. » ►À écouter aussi : La maison Dar Sebastian à Hammamet, un hommage à l'architecture et à l'artisanat tunisiens Solidarité des femmes Faute d'aide étatique ou bancaire, Farida a bénéficié d'un accompagnement financier du PNUD pour redresser ses finances de ces deux dernières années. Comme beaucoup d'entre elles, Lemma Arfa, une tisseuse originaire de Tataouine s'est organisée en coopérative avec d'autres femmes, soutenue aussi par le Programme des Nations Unies qui encourage les structures d'économie sociale et solidaire (ESS) encore à leurs débuts dans le pays. « Moi, je vis seule, j'ai la charge de mes enfants, mon mari est mort donc travailler est une question de survie. Mais l'avantage, c'est que nous ne travaillons pas chacune dans notre coin. On fait tout ensemble de A à Z. Nous collaborons même pour gérer les revenus de nos ventes. » Elle fait partie des 350 000 personnes qui travaillent dans le secteur de l'artisanat, dont 83% de femmes, parmi lesquelles 60% sont en zone rurale. La plupart d'entre elles vivent dans des régions reculées et ne vendent leurs produits qu'à travers des foires. Le projet du PNUD vise aussi à les aider à s'ouvrir à de nouveaux marchés, selon Asma Bouraoui Khouja : « Ce qui est important, c'est qu'elles puissent créer leur réseau, donc la durabilité va être liée à leur capacité à créer un réseau de clients potentiels ». Un réseau de clients qui ne se limite pas qu'aux expos-ventes. Depuis le Covid-19, elles ont boosté leur communication sur les réseaux sociaux. Une manière de se rendre plus visible, mais aussi pousser les autorités à mieux valoriser et structurer le secteur. ► À lire aussi : En Tunisie, la mode écoresponsable a le vent en poupe

Reporters
Les Exilées : au Kurdistan d'Irak, avec les Iraniennes qui prennent les armes

Reporters

Play Episode Listen Later Dec 16, 2022 16:49


Son visage a fait le tour du monde. Mahsa Amini, une kurde de 22 ans, est morte le 16 septembre 2022 après avoir été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs pour port du foulard non conforme à la loi. Depuis, la colère populaire enflamme les rues de l'Iran. En face, le régime multiplie les arrestations, les tortures et les condamnations à mort. De nombreux manifestants et manifestantes fuient cette répression et trouvent refuge au Kurdistan irakien voisin.

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher
L'intégrale du vendredi 16 décembre

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher

Play Episode Listen Later Dec 16, 2022 44:24


Entrevue avec Véronique Cloutier, animatrice télévision et radio : Véronique Cloutier, présente sa nouvelle série documentaire intitulée « La machine à rumeurs ». Le documentaire est découpé en trois parties. Le tout est disponible dans la section Véro.TV de l'Extra de TOU.TV.  Chronique de Steve E. Fortin, chroniqueur et blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec : le français aux Francofolies de Montréal. La rencontre Nantel-Durocher avec Guy Nantel  : les 112 000 immigrants de Justin Trudeau. Entrevue avec Josée Boileau, journaliste, auteure et chroniqueuse : on discute de sa chronique publiée dans « L'actualité » intitulée « La nouvelle mission des musées ».     Une production QUB Radio Décembre 2022  Pour de l'information concernant l'utilisation de vos données personnelles - https://omnystudio.com/policies/listener/fr

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher
L'intégrale du jeudi 15 décembre

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher

Play Episode Listen Later Dec 15, 2022 45:08


  Entrevue avec Me François-David Bernier, avocat : le retour sur scène d'Éric Lapointe et de Julien Lacroix d'un point de vue juridique. Chronique de Steve E. Fortin, chroniqueur et blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec : les écrivains québécois seront bientôt protégés de manière égale. Une cotisation syndicale de 2,5% ou de 5% devra cependant être payée. La rencontre Nantel-Durocher avec Guy Nantel : le cégep Garneau a retiré le cadre de Joseph Facal de son mur des honneurs avant de le remettre en place.  Entrevue avec Samuel Tremblay, cofondateur de Nouveau père et instigateur du projet « Devenir père » : le duo Nouveaux pères, composé de Samuel Tremblay et Maxime Pearson, a récemment lancé une série de quatre capsules vidéo en partenariat avec le Centre de ressources pour hommes Optimum. Dans ces capsules sont abordées les thèmes de la conciliation famille-travail, la relation-père enfant, la sexualité et la communication.    Une production QUB Radio Décembre 2022Pour de l'information concernant l'utilisation de vos données personnelles - https://omnystudio.com/policies/listener/fr

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher
L'intégrale du mercredi 14 décembre

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher

Play Episode Listen Later Dec 14, 2022 45:03


Entrevue avec Marina Orsini, actrice, animatrice télé et radio et autrice : elle nous parle de son nouveau livre de recettes « Gourmande ! - Mes recettes de famille » qui est paru cet automne. Chronique de Steve E. Fortin, chroniqueur et blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec : Charlie Hebdo lance un concours de dessin pour soutenir la lutte du peuple iranien.  La rencontre Nantel-Durocher avec Guy Nantel  : tenue vestimentaire des députés : qu'en pense Guy Nantel? Entrevue avec Victor Charlebois, homme d'affaires : une compagnie de la famille Charlebois a récemment lancé une huile de cannabidiol (CBD) appelée Belle Âme. Des joints pré roulés à forte teneur en CBD appelés Roudoux ont aussi été conçus.      Une production QUB Radio Décembre 2022Pour de l'information concernant l'utilisation de vos données personnelles - https://omnystudio.com/policies/listener/fr

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher
L'intégrale du mercredi 13 décembre

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher

Play Episode Listen Later Dec 13, 2022 43:47


Entrevue avec Marie-Édith Racine, pâtissière amatrice et candidate pour la 2e saison de « Meilleur pâtissier du Québec » : quels sont les conseils à donner à tous ceux et celles qui vont cuisiner des pâtisseries pendant la période des fêtes ? Chronique de Steve E. Fortin, chroniqueur et blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec : la collectivité artistique s'est mobilisée pendant des mois en Acadie pour préserver les droits linguistiques de la minorité francophone du Nouveau-Brunswick mais ce que le PM de la province Blaine Higgs a annoncé hier n'est rien de moins qu'une claque au visage des Acadiens. La rencontre Nantel-Durocher avec Guy Nantel  : rétrospective de l'année 2022 de La Presse : Guy Nantel se retrouve dans la section des mauvais coups. Entrevue avec Jérôme Dupras, professeur au département des sciences naturelles de l'UQO et bassiste des Cowboys Fringants : un cabaret poétique est organisé le 17 décembre 2022 à l'occasion de la COP15 sur la protection de la biodiversité à Montréal. Les prestations sont organisées par l'étiquette de disques La Tribu, l'UNESCO et l'Université du Québec en Outaouais.    Une production QUB Radio Décembre 2022  Pour de l'information concernant l'utilisation de vos données personnelles - https://omnystudio.com/policies/listener/fr

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher
L'intégrale du lundi 12 décembre

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher

Play Episode Listen Later Dec 12, 2022 44:14


Entrevue avec Marie-Josée Gauvin, animatrice radio, collaboratrice et autrice : l'animatrice radio Marie-Josée Gauvin s'ouvre sur le deuil périnatal dans le documentaire « J'ai perdu mon bébé ». Elle a perdu une petite fille très malade, trois mois après sa naissance, a fait deux fausses couches, et est maintenant mère d'une autre petite fille. Cette dernière est en pleine santé.  Chronique de Steve E. Fortin, chroniqueur et blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec : l'auteur-compositeur Émile Bilodeau se lance dans l'arène politique par le biais de ses réseaux sociaux. La rencontre Nantel-Durocher avec Guy Nantel  : le déclin du français dans les cégeps. Chronique « La pile à lire de Gabrielle » avec Gabrielle Caron, humoriste, animatrice du balado « J'ai fait un humain » et ambassadrice de QUB livre :  : elle nous présente « La cité des nuages et des oiseaux - Albin Michel » rédigé par Anthony Doerr. Une production QUB Radio Décembre 2022Pour de l'information concernant l'utilisation de vos données personnelles - https://omnystudio.com/policies/listener/fr

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher
L'intégrale du vendredi 9 décembre

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher

Play Episode Listen Later Dec 9, 2022 44:18


Entrevue avec Patrick Bruel, auteur-compositeur-interprète : son nouvel album « encore une fois ». Chronique de Steve E. Fortin, chroniqueur et blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec : la présidente du C.A du Musée des beaux-arts du Canada, Mme Françoise Lyron, traite d'intolérants ceux qui critiquent la crise au musée. La rencontre Nantel-Durocher avec Guy Nantel  : les mathématiques sont-elles racistes ?  Entrevue avec Marc Messier, acteur et scénariste québécois : Bibliothèque et Archives nationales du Québec a annoncé l'acquisition des archives de la pièce de théâtre Broue. Les donateurs du fonds sont Marc Messier, Marcel Gauthier et Michel Côté.     Une production QUB Radio Décembre 2022Pour de l'information concernant l'utilisation de vos données personnelles - https://omnystudio.com/policies/listener/fr

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher
L'intégrale du jeudi 8 décembre

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher

Play Episode Listen Later Dec 8, 2022 48:00


Entrevue avec Julien Cavanagh, professeur assistant de neurologie spécialisé dans les maladies auto-immunes à l'Université Emory à Atlanta : la chanteuse internationale Céline Dion a publié une vidéo sur la plateforme Instagram dans laquelle elle annonce le report de sa tournée mondiale Courage. Elle affirme éprouver des problèmes de santé depuis longtemps. Céline Dion souffre du syndrome de la personne raide aussi appelé le « Stiff-person syndrome ». Ce dernier crée de la rigidité musculaire qui atteint environ une personne sur un million. Il s'agit également de la cause des spasmes musculaires dont elle souffre. Chronique de Steve E. Fortin, chroniqueur et blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec : un report du cours « Culture et citoyenneté québécoise » réclamé par le plus important syndicat d'enseignants de la province. La rencontre Nantel-Durocher avec Guy Nantel : la cyberviolence présente sur les réseaux sociaux.  Entrevue avec Josélito Michaud, auteur et animateur radio et télévision : la terrible nouvelle qu'a annoncée Céline Dion, ce matin.     Une production QUB Radio Décembre 2022Pour de l'information concernant l'utilisation de vos données personnelles - https://omnystudio.com/policies/listener/fr

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher
L'intégrale du mercredi 7 décembre

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher

Play Episode Listen Later Dec 7, 2022 44:34


Entrevue avec Daniel Boucher, auteur-compositeur-interprète : le traditionnel spectacle virtuel via la plateforme Zoom « L'avant jour de l'An - Chez nous à chez vous » se déroulera le 30 décembre 2022 à 20h. Les billets sont en vente au boucaneendirect.com.  Chronique de Steve E. Fortin, chroniqueur et blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec : la modératrice du dernier débat des chefs en anglais Sacha Kurl a été blâmée par le Conseil de presse du Québec, puisqu'elle a pris position en posant une question sur la loi 96. CBC réagit sèchement à cette décision. La rencontre Nantel-Durocher avec Guy Nantel : Carey Price et le débat des armes à feu. Entrevue avec Julie Lapierre, citoyenne :  Julie Lapierre a déposé une plainte contre la modératrice Mme Shachi Kurl et le réseau anglais de Radio-Canada en septembre 2021 au Conseil de presse du Québec. La plainte visant une question de la modératrice adressée au chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet a été retenue.      Une production QUB Radio Décembre 2022 Pour de l'information concernant l'utilisation de vos données personnelles - https://omnystudio.com/policies/listener/fr

Les Observateurs
Les lycéennes iraniennes ; la montagne K2 couverte de déchets

Les Observateurs

Play Episode Listen Later Dec 7, 2022 6:11


A quoi ressemble la vie d'une adolescente en Iran ? Aujourd'hui, être lycéenne dans ce pays secoué par les manifestations veut dire descendre dans la rue pour protester, à n'importe quel prix. Première diffusion : 5 novembre 2022.

Express Orient
Supprimé sous le Shah puis obligatoire après la révolution : le voile, symbole politique en Iran

Express Orient

Play Episode Listen Later Dec 7, 2022 12:23


Tenue pour responsable de la mort de la jeune Mahsa Amini et à l'origine du mouvement de contestation qui ébranle depuis la République Islamique, la police des mœurs va-t-elle être supprimée en Iran ? C'est en tout cas ce qu'a annoncé le procureur général du pays. Main tendue ou mesure cosmétique ? Malgré l'annonce, les appels à manifester se poursuivent dans le pays, et certains protestataires souhaitent même donner un nouveau souffle au mouvement de contestation, en appelant à la grève générale. Un appel sur les réseaux sociaux difficile à orchestrer dans ce pays où les syndicats indépendants sont inexistants. Azadeh Kian, sociologue iranienne et autrice de l'ouvrage "Femmes et pouvoir en Islam" (éditions Michalon, 2019) est notre invitée.

C'est en France
Rosa Bonheur, une icône oubliée : dans les pas d'une peintre pas comme les autres

C'est en France

Play Episode Listen Later Dec 6, 2022 12:04


Il y a deux cents ans, naissait Rosa Bonheur, l'une des artistes les plus célèbres de sa génération, devenue une icône de l'émancipation des femmes. Longtemps connues des deux côtés de l'Atlantique, ses toiles ont très tôt rencontré un grand succès, avant de tomber dans l'oubli pendant des décennies. L'équipe de "C'est en France" s'est rendue au château de By, en Seine-et-Marne, où la peintre française a vécu pendant quarante ans, jusqu'à sa mort en 1899. Rencontre avec Katherine Brault, propriétaire de la Maison Rosa Bonheur. 

L'Edito Politique
ÉDITO - Alba Ventura admirative des femmes iraniennes qui défient le régime depuis des semaines

L'Edito Politique

Play Episode Listen Later Dec 6, 2022 2:30


L'éditorialiste confie son admiration pour ce mouvement massif, initié par les femmes et qui a largement dépassé les filles, comme l'Iran n'en a jamais connu. Ecoutez Un point, c'est tout ! avec Alba Ventura du 06 décembre 2022

L'oeil de...
Mondial : "À partir des 1/4 de finale, les droits des femmes et des gays j'en ai plus rien à foutre"

L'oeil de...

Play Episode Listen Later Dec 5, 2022 6:08


Ecoutez L'oeil de Philippe Caverivière avec Philippe Caverivière du 05 décembre 2022

RTL Matin
Mondial : "À partir des 1/4 de finale, les droits des femmes et des gays j'en ai plus rien à foutre"

RTL Matin

Play Episode Listen Later Dec 5, 2022 6:08


Ecoutez L'oeil de Philippe Caverivière avec Philippe Caverivière du 05 décembre 2022

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher
L'intégrale du lundi 5 décembre

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher

Play Episode Listen Later Dec 5, 2022 52:44


Entrevue avec Debbie Lynch-White, actrice et animatrice québécoise : la nouvelle série documentaire « Amour Libre » sera animée par Debbie Lynch-White. L'actrice et animatrice québécoise est l'idéatrice de la série. Chronique de Steve E. Fortin, chroniqueur et blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec : on présente l'abordage idéologique du MBAC, et qui affecte «les universités, Radio-Canada/CBC, les bibliothèques, les partis politiques comme l'espace public» comme s'il était immuable, incontestable. Steve E. Fortin croit qu'on doit résister. Entrevue avec Mathieu Dufour (Math Duff), humoriste et animateur : son spectacle, tourné au Centre Bell le 23 juillet dernier, sera disponible sur Netflix à compter du 22 décembre prochain ! Il est également porte-parole pour l'Opération Nez Rouge : on discute avec lui.  Chronique « La pile à lire de Gabrielle » avec Gabrielle Caron, humoriste, animatrice du balado « J'ai fait un humain » et ambassadrice de QUB livre : elle nous présente le livre « Pandore » de Susan Stokes-Chapman.        Une production QUB Radio Décembre 2022Pour de l'information concernant l'utilisation de vos données personnelles - https://omnystudio.com/policies/listener/fr

Le débat
Iran : un fléchissement du pouvoir ? La dissolution de la police des mœurs annoncée

Le débat

Play Episode Listen Later Dec 5, 2022 44:01


En Iran, le procureur de la République islamique a évoqué l'abolition de la police des mœurs, la milice religieuse responsable de l'arrestation et de l'assassinat de Mahsa Amini. Si cette annonce semble être une victoire pour les femmes iraniennes, la loi ne change pas pour l'instant. Le voile islamique reste obligatoire et les forces de l'ordre doivent le faire respecter. Ce lundi, un nouvel appel à la grève de trois jours a entraîné la fermeture de magasins dans plusieurs villes iraniennes.

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher
L'intégrale du vendredi 2 décembre

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher

Play Episode Listen Later Dec 2, 2022 45:19


Entrevue avec Xavier Dolan, réalisateur, scénariste, producteur, acteur et comédien de doublage canadien : la vague d'amour autour de sa série : « La nuit où Laurier Gaudreault s'est réveillé »  La rencontre Nantel-Durocher avec Guy Nantel : funérailles de Jean Lapointe, qui ne seront pas des funérailles nationales. Entrevue avec Pascal Bérubé, député péquiste de la circonscription de Matane-Matapédia : l'écrivain Victor-Lévy Beaulieu devrait être honoré selon le député péquiste Pascal Bérubé. Ce dernier a fait une demande au ministre de la Culture afin que l'auteur de Trois-Pistoles puisse recevoir une bourse équivalente à celle qu'il devait recevoir pour son Prix de la langue française.      Une production QUB Radio Décembre 2022Pour de l'information concernant l'utilisation de vos données personnelles - https://omnystudio.com/policies/listener/fr

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher
L'intégrale du jeudi 1er décembre

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher

Play Episode Listen Later Dec 1, 2022 44:39


Entrevue avec Isabelle Lagacé : elle a participé à la minisérie documentaire « Cocaïne, prison et likes : la vraie histoire d'Isabelle ». On y raconte son arrestation ainsi que celle de Mélina Roberge. Les deux Québécoises ont été arrêtées et condamnées pour importation de cocaïne en Australie en 2016 - la plus grosse saisie d'Australie. Les trois épisodes vont être disponibles à compter du vendredi 2 décembre sur la plateforme Crave. Il s'agit d'une réalisation de Sébastien Trahan.  Chronique de Steve E. Fortin, chroniqueur et blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec : sommes-nous pour ou contre les listes de lecture de chansons de Noël ?  La rencontre Nantel-Durocher avec Guy Nantel  : Guy nous donne son opinion sur le recteur de l'Université d'Ottawa, Jacques Frémont, qui censure les médias pour plaire aux Chinois.  Entrevue avec Claude Poirier, journaliste, et Stéphane Berthomet, idéateur du balado 10-4 : les histoires du « vrai négociateur » sont racontées dans le balado « 10-4, les secrets de Claude Poirier » disponible sur la plateforme QUB. Il revient également sur la création du journal Allo-Police et du vol de banque qui a propulsé sa carrière journalistique. Claude Poirier cumule 63 ans de carrière.      Une production QUB Radio Novembre 2022 Pour de l'information concernant l'utilisation de vos données personnelles - https://omnystudio.com/policies/listener/fr

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher
L'intégrale du mercredi 30 novembre

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher

Play Episode Listen Later Nov 30, 2022 50:29


Entrevue avec Marie-Christine Bergeron, journaliste et cheffe d'antenne : on parle du documentaire « L'appartement 5 » qui met en lumière de nouveaux éléments en lien avec la disparition de Patricia Ferguson. Chronique de Steve E. Fortin, chroniqueur et blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec : retour sur le dernier spectacle de Plume Latraverse. La rencontre Nantel-Durocher avec Guy Nantel : Frédéric Bastien se fait traiter d'homme blanc médiocre par une professeure de l'Université Laval parce qu'il se plaint de ne pas pouvoir appliquer pour une chaire de recherche en fonction de sa race et de son sexe. Entrevue avec Samuel Champagne, ténor du trio pop opératique LYRICO : ce décembre, le trio pop opératique LYRICO seront de retour au Québec, pour présenter en tournée l'éblouissant concert Noël à l'opéra!     Une production QUB Radio Novembre 2022Pour de l'information concernant l'utilisation de vos données personnelles - https://omnystudio.com/policies/listener/fr

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher
L'intégrale du mardi 29 novembre

On n'est pas obligé d'être d'accord - Sophie Durocher

Play Episode Listen Later Nov 29, 2022 51:06


Entrevue avec Gino Chouinard, animateur de télévision : l'animateur de télévision, Gino Chouinard, a annoncé sur les ondes de TVA qu'il ne renouvellera pas son contrat à l'animation de Salut Bonjour lorsque ce dernier terminera en juin 2024. Il quitte l'émission après plus de 20 ans à la barre de l'émission matinale.  Chronique de Steve E. Fortin, chroniqueur et blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec : on discute de la nouvelle campagne publicitaire de l'humoriste Sugar Sammy qui suscite beaucoup de réactions. La rencontre Nantel-Durocher avec Guy Nantel : Radio-Canada émettra un avertissement à ses auditeurs pour les aviser qu'ils seront exposés à des mots pouvant les choquer.  Entrevue avec Julien Corona, journaliste au Journal de Montréal : le jeu de société « Antifa » des éditions Libertalia qui a été retiré des rayons en France. On en discute avec Julien Corona.     Une production QUB Radio Novembre 2022Pour de l'information concernant l'utilisation de vos données personnelles - https://omnystudio.com/policies/listener/fr