Podcasts about mitterrand

Share on
Share on Facebook
Share on Twitter
Share on Reddit
Copy link to clipboard

21st President of the French Republic

  • 295PODCASTS
  • 525EPISODES
  • 28mAVG DURATION
  • 5WEEKLY NEW EPISODES
  • Oct 21, 2021LATEST
mitterrand

POPULARITY

20112012201320142015201620172018201920202021


Best podcasts about mitterrand

Latest podcast episodes about mitterrand

Laurent Gerra
PÉPITE - Un nouvel extrait des correspondances de François Mitterrand

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Oct 21, 2021 3:55


Un livre qui vient de paraître dévoile l'histoire d'amour entre François Mitterrand, 71 ans, et une jeune fille de 19 ans, prénommée Claire. Cette relation amoureuse à duré 8 ans et a fait l'objet d'une correspondance abondante. En voici un extrait...

Laurent Gerra
PÉPITE - François Mitterrand et son amour clandestin

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Oct 13, 2021 5:06


La vie personnelle de François Mitterrand fait l'objet de nouvelles révélations fracassantes. Dans son livre "Le dernier secret", Solenn de Royer, journaliste au Monde, dévoile la relation amoureuse du président alors âgé de 71 ans, avec une étudiante en droit de 19 ans, prénommée Claire dans le livre. Un amour clandestin qui durera 8 ans, jusqu'à la mort de Mitterrand, et qui donna lieu à une abondante correspondance. Découvrez un extrait, à l'automne 1988...

Europe 1 - Hondelatte Raconte
Hondelatte raconte - L'année 1985 - 1/5

Europe 1 - Hondelatte Raconte

Play Episode Listen Later Oct 11, 2021 39:30


Christophe Hondelatte raconte l'année 1985 en puisant dans les archives d'Europe 1. Cette année-là… le phénomène Thierry Le Luron se marie à Coluche… et qui a la bonne idée de créer les Restos du Cœur; et puis l'Ethiopie meurt peu à peu, peu à peu. Le président François Mitterrand est empêtré dans un scandale d'état. Et les coups d'éclat d'une grande gueule parisienne : le forain Marcel Campion.

C'est en France
Il y a quarante ans, la France abolissait la peine de mort

C'est en France

Play Episode Listen Later Oct 8, 2021 11:39


Le 9 octobre 1981, il y a pile quarante ans, la France abolissait la peine de mort. Promesse de campagne de François Mitterrand, et combat de son ministre de la justice Robert Badinter, ce fut l'aboutissement d'un long cheminement mené pendant deux siècles. Sandrine Ageorges Skinner, épouse depuis 2008 d'un Américain condamné à mort au Texas et militante de toujours contre la peine de mort, analyse le débat que suscite encore la question de la peine capitale dans la société française actuelle. 

Les pieds sur terre
Un condamné à mort s'est échappé

Les pieds sur terre

Play Episode Listen Later Oct 7, 2021 31:46


durée : 00:31:46 - Les Pieds sur terre - par : Elise Andrieu - Dernier condamné à mort de France, Philippe Maurice symbolise à lui seul l'abolition de la peine capitale. Condamné à mort en 1980 pour avoir tué un policier, il est gracié en 1981 par François Mitterrand. Portrait, à l'occasion du quarantième anniversaire de l'abolition de la peine de mort. - réalisation : Jean-Christophe Francis, Emmanuel Geoffroy

Laurent Gerra
PÉPITE - Thierry Ardisson interroge Valéry Giscard d'Estaing dans "Hôtel du temps"

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Oct 5, 2021 3:06


Dans sa future émission, "Hôtel du temps" sur France 3, Thierry Ardisson interroge des personnalités disparues. Après Lady Diana, Jean Gabin ou François Mitterrand, déjà enregistrés, ce sera bientôt au tour de Valéry Giscard d'Estaing de se faire interroger par l'homme en noir...

On est fait pour s'entendre
Mazarine Pingeot : le jour où on découvre l'existence de la fille cachée de François Mitterrand

On est fait pour s'entendre

Play Episode Listen Later Sep 23, 2021 34:56


Nous sommes le 3 novembre 1994.On fait la queue devant les kiosques à journaux. Ce matin, l'hebdomadaire Paris-Match publie en couverture une photo de François Mitterrand et de sa fille Mazarine, alors âgée de 20 ans. « Le bouleversant récit d'une double vie » titre le magazine. Une image inédite et tendre d'un président de la République affaibli par la maladie et sur lequel plane depuis quelques mois l'ombre du gouvernement de Vichy et de ses liens avec René Bousquet. La jeune femme a les traits de son père, de longs cheveux noirs et fait de brillantes études. Ce jour-là, quand la photo a été prise par un paparazzi, ils sortaient du Divellec, un restaurant prisé par le Président. Ecoutez Jour J avec Flavie Flament du 23 septembre 2021

SBS French - SBS en français
C'est arrivé le 18 septembre: l'abolition de la peine de mort

SBS French - SBS en français

Play Episode Listen Later Sep 18, 2021 6:41


Le 18 septembre 1981, l'Assemblée nationale vote l'abolition de la peine de mort en France. Une promesse de campagne de François Mitterrand, qui vient de se faire élire Président de la République, et portée par Robert Badinter, son ministre de la Justice.

Le téléphone sonne
40 ans de la première ligne à grande vitesse. Le TGV a-t-il changé la France ?

Le téléphone sonne

Play Episode Listen Later Sep 17, 2021 36:07


durée : 00:36:07 - Le téléphone sonne - par : Marie Claude PINSON - Il y a 40 ans, François Mitterrand inaugurait la première ligne TGV, entre Paris et Lyon. Depuis, le réseau à grande vitesse s'est étendu vers l'ouest, le nord, le sud et l'est. Comment le TGV a changé la vie des Français ? - réalisé par : Fabrice Laigle

Expliquez-nous le monde
Episode 61 : Les 40 ans de l'abolition de la peine de mort

Expliquez-nous le monde

Play Episode Listen Later Sep 17, 2021 12:13


L'abolition de la peine de mort, c'était il y a 40 ans. Le combat d'une vie, pour l'ex-garde des sceaux Robert Badinter, qui continue après tout ce temps, à défendre sa cause. Si l'abolition n'a jamais fait l'unanimité, il est nécessaire pour la comprendre de revenir sur deux destins emblématiques de cette histoire : Hamida Djandoubi le dernier criminel exécuté en 1977, et Philippe Maurice, dernier condamné à mort, sauvé par l'élection de François Mitterrand.

On est fait pour s'entendre
Grace Kelly : le jour où elle devient l'épouse du Prince Rainier III de Monaco

On est fait pour s'entendre

Play Episode Listen Later Sep 16, 2021 34:59


Nous sommes le 19 avril 1956. Les regards du monde entier sont tournés vers un petit rocher souverain au bord de la Méditerrannée. Devant 30 millions de téléspectateurs éblouis, la star hollywoodienne Grace Kelly vient de dire oui au prince le plus charmant et convoité d'Europe, Rainier III de Monaco. Dans les petites rues étroites de la principauté, les badauds se mêlent aux monégasques et s'écrasent pour ne rien rater du spectacle qui dépasse celui du conte de fées qui s'y joue. François Mitterrand, garde des sceaux, représentant de la République Française, Conrard Hilton, représentant le général Eisenhower, sont arrivés hier. Ecoutez Jour J avec Flavie Flament du 16 septembre 2021

Bookmakers
Hervé Le Tellier (1/3)

Bookmakers

Play Episode Listen Later Sep 15, 2021 47:16


Un sourire indéfinissable Bookmakers #13 - L'écrivain du mois : Hervé Le TellierNé à Paris en 1957 sous un nom qu'il préfère garder pour lui, Hervé Le Tellier est l'auteur prolifique et « disparate » de trente-huit livres (romans, poésie, théâtre) publiés au Castor Astral, chez JC Lattès ou aux éditions Gallimard. Lauréat du Goncourt et best-seller surprise de l'année 2020 avec « L'Anomalie », cet ex-journaliste scientifique fut de 1991 à 2018 le « Papou » le plus facétieux de France Culture – tout en étant depuis trente ans membre émérite de l'OuLiPo, sémillant cénacle d'ingénieurs du verbe dont il préside aujourd'hui les assemblées généreuses en contraintes créatives. En sus des ouvrages décortiqués dans ces trois épisodes de Bookmakers, citons ses « Contes liquides » publiés aux éditions de L'Attente et lauréats d'un prix de l'humour noir en 2013, qui rassemblent 80 rituels étranges venus de contrées imaginaires et signés d'un mystérieux « Jaime Montestrela », poète lisboète inventé de toutes pièces dont Hervé traduisit les œuvres – alors que Le Tellier, selon nos informations, ne parle pas du tout portugais. En partenariat avec Babelio. (1/3) Un sourire indéfinissable Que savons-nous d'Hervé Le Tellier ? Je me souviens de ses 233 points de vue sur la Joconde – celui du médecin, d'un amateur de puzzle, de Lacan ou de Marguerite Duras – écrits pour les besoins de son ouvrage « Joconde jusqu'à cent et plus si affinités ». Je me souviens de 115 « dialogues socratiques de qualité » entre un maître et son disciple relativement idiot, regroupés dans le très zen « Demande au muet ». Je me souviens d'une liste de 40 véritables souvenirs amoureux, offerts à une ancienne amante le jour de ses 40 ans, insérés dans son roman « Assez parlé d'amour » qui s'écoula à vingt-six mille exemplaires. Je me souviens aussi de sa passion pour « Je me souviens » de Georges Perec, tout comme je me souviens de sa fausse correspondance avec 4 présidents de la République, révélée au grand jour dans « Moi et François Mitterrand ». Je me souviens enfin du Goncourt obtenu en 2020 pour « L'Anomalie », ses 40 traductions et son million d'exemplaires vendus, qui bouleversa un peu l'existence de ce romancier, poète et dramaturge parisien de 64 ans. Mais quelle est l'origine, l'abscisse et l'ordonnée de cet ancien professeur de mathématiques ? Quels auteurs consolèrent l'enfant seul que vingt mille lecteurs découvrirent dans son émouvant récit autobiographique, « Toutes les familles heureuses » ? A-t-il réellement assuré la sécurité du groupe The Clash ? Ce sont quelques-uns des sujets mis en équation dans ce premier épisode, avec l'humour en exposant. Enregistrements : juin-juillet 2021 - Entretien, découpage : Richard Gaitet - Lectures : Chloé Assous-Plunian, Richard Gaitet, Silvain Gire, Delphine Saltel - Montage : Sara Monimart - Prise de son, réalisation, mixage : Charlie Marcelet - Musiques originales : Samuel Hirsch, Charlie Marcelet - Guitare & claviers : Zeid Hamdan - Illustration : Sylvain Cabot - Production : ARTE Radio - Musiques originales : Samuel Hirsch, Charlie Marcelet

Milenio Opinión
Gil Gamés. El Diccionario del siglo XXI de Jacques Attali

Milenio Opinión

Play Episode Listen Later Sep 10, 2021 5:26


Gil cerraba la puerta de la semana con un libro entre las manos; el Diccionario del siglo XXI del escritor político francés Jacques Attali (Bolsillo Paidós, 2007), asesor del presidente François Mitterrand y autor de más de cincuenta libros. Este libro debe leerse en estos días como un desafío que Attali quiso enfrentar en el año de 1988: imaginar una parte del siglo XXI. Hemos vivido 21 años de este siglo y estas páginas tienen algo de pesimismo y vaticinio.

On est fait pour s'entendre
Le jour du débat d'entre-deux-tours- Mitterrand/Chrirac (1988)

On est fait pour s'entendre

Play Episode Listen Later Sep 7, 2021 26:34


Nous sommes le 28 avril 1988. 30 millions de téléspectateurs français assistent, sur TF1 et Antenne 2, au débat télévisé d'entre deux tours de l'élection présidentielle de 1988, depuis le studio 101 de la maison de la radio, à Paris. Pour la première fois dans l'histoire de la 5ème république, un président et son premier ministre s'affrontent dans la course à l'Elysée. Pendant deux ans, ces deux monstres de la politique française ont inauguré une autre première de la cinquième république : la cohabitation entre un président et un premier ministre issus de deux partis politiques opposés, l'un de gauche, l'autre de droite. Ecoutez Jour J avec Flavie Flament du 07 septembre 2021

Noticias de América
Noticias de América - Operación Cóndor: Los 'Archivos del Terror', clave de los secretos las dictaduras del Cono Sur

Noticias de América

Play Episode Listen Later Aug 19, 2021 12:56


Los "Archivos del Terror", descubiertos en 1992 en Paraguay, son un testimonio único  que retrasan los detalles de la represión durante la larga noche de las dictaduras militares del Cono Sur entre los años 1973-1990, conocida como Plan Cóndor. El libro "Opération Condor, un homme face à la terreur en Amérique Latine" de Pablo Magge, describe la vida del descubridor de esos archivos, el Doctor Martín Almada. RFI: Pablo Magee, eres autor del libro "Opération Condor, un homme face à la terreur en Amérique Latine" publicado por la editora Saint Simon, actualmente en proceso de traducción al español. Vamos a hablar de un hombre que ayudó a cambiar la historia de Paraguay y de América Latina. Se trata de Martín Almada, quien en 1992 descubrió los llamados “Archivos del Terror”, algo que probablemente pocas personas conocen o recuerdan, que trazan la historia de le represión durante las dictaduras que asolaron el Cono Sur de América Latina a partir de la década de 1970. - Estudié en Londres, en la universidad y tenía una profesora de filosofía que había trabajado para Henry Kissinger. Aproximadamente en la época del golpe de Estado en Chile (septiembre 1973) dejó su trabajo, se fue a Londres a enseñar, y fue mi profesora de filosofía. Nos hablaba mucho de estos temas; después de nuestras clases nos íbamos a tomar unas cervezas y nos contaba lo que ella sabía y del Cóndor. Fue allí por primera vez que oí hablar del Cóndor. Cuando viajé a Paraguay conocí a Martín por casualidad, yo trabajaba para una ONG, y él me contó lo del "Archivo del Terror". Yo no sabía que existía. Me contó su papel como el descubridor de dicho Archivo. Hablamos como cinco horas sin parar, y cuando volví a Francia se impuso la idea de escribir un libro sobre su vida, la vida que me contó, una vida llena de aventuras y llena de todo lo que es la época de las dictaduras en América Latina. Su vida es como un camino que permite explicar muchos detalles de esta época de dictaduras. RFI: ¿Qué es lo que le llamó tu atención de Martín Almada como individuo?  - Martín es una persona bastante peculiar, es decir que te sientas con él, te mira en los ojos y parece que lee tu alma. Es una cosa bastante notable, es como un imán. Cuando camina en las calles de Asunción la gente se acerca, le dice doctor Almada tengo un secreto que contarle sobre la dictadura, y él enseguida dice "aahh, cuénteme, adoro los secretos". Y así va acumulando la memoria de lo que fue la dictadura paraguaya. Y cuando viaja al exterior, en los países del cono Sur, la gente hace lo mismo. La gente le va contando cosas. Entonces, es una memoria viva de lo que fue esa época de dictaduras, él lo puede contar con toda la legitimidad de alguien que pasó torturas, que pasó la cárcel, su esposa fue asesinada por la dictadura. Vivió todo eso en carne propia lo cual da más energía a lo que representa, lo que es. Se impone en una pieza cuando entra, la gente le mira y tiene esa energía fantástica que me impactó enormemente y que me dio ganas de escribir sobre él. RFI:Y al mismo tiempo Martín es una persona muy menuda... - Sí, lo cuento en el libro. Lo llamaban el indio cuando llegó del Chaco, del norte de Paraguay a Asunción, a San Lorenzo, un barrio limítrofe de la capital. Era todo chiquitito, descalzo, los niños se reían de él. Sigue así, físicamente muy humilde podemos decir, pero cuando empieza a hablar es otra cosa. RFI: Podría uno confundirlo con un cura. Y sin embargo es una gente que puso el dedo en la llaga de una de las dictaduras más prolongadas de América del Sur, la del general Stroessner. - Sí, nunca dejó su lucha por la libertad, la justicia. Después de la muerte de su esposa salió de la cárcel, viajó a París y siempre se quedó con esa obsesión de justicia, lo cual le llevó a empezar una investigación que duró años, desde París, Francia, sobre Paraguay y el Cóndor; con el apoyo de periodistas franceses y de curas desarrolló varias hipótesis de dónde podían estar esos archivos. Ese grupo de investigadores pensaron si hay una conspiración llamada el Cóndor, entonces hay archivos, tenemos que encontrarlos. Y cuando Martín vuelve al Paraguay después de la caída de la dictadura (1989), es su obsesión -y lo logra muy rápidamente de hecho- encontrar estos "Archivos del Terror" que hoy en día son los únicos archivos de estados, integrales, que tenemos de una dictadura. Detención de Almada y apoyo externo a la dictadura de Stroessner RFI: En 1974 Martín Almada es detenido, en diciembre de ese mismo año es asesinada su esposa. Posteriormente va a ser llevado a un campo de concentración en Paraguay. Hay que recordar -me parece importante para nuestro público- quiénes apoyan esa dictadura dirigida por Stroessner. - En primer lugar, los Estados Unidos, eso es muy directo a través de los famosos dólares del Tío Sam, en el marco de la lucha contra el comunismo. Hoy en día sería la lucha para la democracia que justifica todo tipo de guerras. Pero en aquel entonces era la guerra contra el comunismo y en ese marco los Estados Unidos apoyaban a todos los dictadores de la región y el número uno -"our man en Paraguay"- era Stroesnner. ¿Por qué?, porque Paraguay está en una situación geográficamente estratégica, está en el medio. Se le llama el corazón de América latina, hay la triple frontera, todo queda cerca. Es como un sol que puede irradiar la guerra anticomunista hacia los países del interior. Y después se juntan en el marco de la guerra anticomunista otras democracias que no pensaríamos. Yo descubrí que Francia, por ejemplo, apoyaba la dictadura de Stroessner con el presidente Giscard d'Estaing RFI: A través de su ministro de la Defensa, Michel Poniatowsky... - Exactamente. Para mí como francés fue una gran sorpresa. Y después hay toda esta estrategia militar que difundió Francia. Francia mandó los militares que estuvieron en Argelia a América Latina para que pudieran enseñar técnicas de tortura, técnicas de guerra, de lucha antiguerrilla... RFI: Estuvo a punto de morir por causa de la tortura que se le infringió de manera repetida, pero se logra salvar de milagro gracias al encuentro de personajes que uno no se imagina. Fue el caso de Eduardo Corrales, coronel del ejército paraguayo, responsable de comunicaciones secretas de defensa del ministerio del Interior. -Martín Almada encuentra a ese coronel en "la Técnica", el centro de tortura de Asunción Paraguay abierto por la CIA en los años cincuenta. Allí se encuentran. Martín llega torturado, cansado, sin casi energía, y lo despierta ese coronel RFI: Que también estaba detenido... -Estaba detenido porque su hijo formó parte de una marcha, en Argentina, para defender los derechos humanos. La dictadura se entera y el padre cae preso. Es responsable de las comunicaciones entre los países latinoamericanos en el marco del Cóndor, y justamente le cuenta a Martín Almada lo que fue el nacimiento del Cóndor, cuando el director de la Dina, los servicios secretos chilenos, mandan invitaciones a directores de servicios secretos de varios países de la región, firman el tratado de lo que va a ser el nacimiento del Cóndor, y el encargado de los servicios secretos del Uruguay propone que como el encuentro es en Chile. La idea fue de los servicios chilenos y el símbolo de Chile es el Cóndor, se le llame Cóndor. Entonces Eduardo Corrales le cuenta a Almada cómo fue el nacimiento, cómo se fueron agregando países a lo que es el Cóndor, qué países forman parte - Cóndor 1, Cóndor 2, Cóndor 3, Cóndor 4, Cóndor 5, y de lo que se trata, es decir de intercambiar datos, informaciones, después intercambiar prisioneros, después empezar a matar a opositores políticos en los distintos países de la región. Entonces si un opositor chileno está en Argentina, los países de Chile pueden entrar a Argentina sin ningún problema para matarlo. Sin embargo, también pueden pedir a los servicios de la Argentina que lo maten. Liberación, viaje a Francia  RFI: Martín Almada estuvo detenido desde 1974 y hasta 1977... Viaja a Panamá donde se encontró con el general Omar Torrijos. Llega a Francia como delegado de la Unesco. El período interesa porque también durante el gobierno Mitterrand hubo de una u otra manera apoyo a la dictadura militar -- Martín llega a Francia en 1981, Mitterrand acababa de llegar al poder. Primer país socialista del mundo occidental, con ministros comunistas -hay que acordarse de eso porque inquietaba mucho a los Estados Unidos--. Tiempo después de su llegada él y un grupo de apoyo a los países de América Latina ven que François Mitterrand acordó un préstamo a Stroessner. Se van inmediatamente a ver a Leonel Jospin, que es primer secretario del Partido Socialista y encargado de los asuntos internacionales, y le preguntan por qué el presidente francés, socialista, le manda dinero al represor. Y Lionel Jospin les mira y dice "raison d'Etat" RFI: Pablo, imagino que la elaboración del libro no fue una cosa sencilla... -- No, no fue una cosa sencilla. Hay que decir que la elaboración de este libro fue un proceso largo y que el tema del Cóndor es extremadamente vigente hoy en día. Cuando llegué al Paraguay me di cuenta que alguien, no sé exactamente quién, estaba escuchando mi teléfono; a lo largo de los siete años que duró su elaboración recibí varias amenazas de muerte lo mismo que mi familia. Gente entró en mi computadora y me hackearon los mails. en una ocasión todos los mails que tenía con Martín Almada se borraron, se borró un disco duro de archivos... Bueno, cosas bastante fuertes. Así que fue una epopeya escribir este libro y eso muestra también a lo que estamos expuestos hoy en día los periodistas. RFI: El libro "Opération Condor, un homme face à la terreur en Amérique Latine" está en proceso de traducción al español. Deberá comenzar a circular a partir del 2022 en Buenos Aires.

Revue de presse française
Revue de presse française - À la Une: l'école sous vaccin

Revue de presse française

Play Episode Listen Later Jul 29, 2021 4:03


« Un vaccin ou au coin », titre Libération. « Les élèves non vaccinés ne seront plus acceptés au collège et lycée si un cas de Covid est diagnostiqué dans leur classe », peut-on lire.  Annonce « surprise » du Ministre de l'Éducation nationale « visant à doper la vaccination des 12-17 ans qui n'en est qu'à ses débuts », explique le journal. Analyse partagée par Les Échos pour qui le nouveau protocole sanitaire « incite fortement à la vaccination ». Quand Le Monde observe justement de son côté que la vaccination des ados est « l'enjeu de la rentrée ». Alors que « le taux d'incidence bondit chez les jeunes, leur protection est la clé du contrôle de la quatrième vague », écrit le journal Un protocole déjà sous le feu des critiques Quoiqu'il en soit, à peine dévoilé, ce protocole pour les établissements scolaires était déjà critiqué. C'est Le Figaro qui nous en parle : « Le plan de rentrée de Blanquer [est] critiqué ». Ce plan prévoit quatre scénarios (vert, jaune, orange et rouge) avec une adaptation proportionnelle des mesures à l'évolution de l'épidémie, rapporte le journal. Or, « quand passe-t-on d'un scénario à l'autre et qui prend cette décision ? », se demande par exemple le président du Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur (Snalc). La mise à l'écart des élèves non vaccinés est elle-aussi critiquée, notamment par la Fédération des conseils des parents d'élèves (FCPE). « Organiser une école à deux vitesses ne semble pas la meilleure façon de répondre aux conditions cognitives, psychiques et physiques dont souffrent les élèves depuis deux ans », affirme son porte-parole. Dans Libération, un sociologue dénonce ainsi « une inégalité supplémentaire basée sur le choix des parents ». Des parents qui se disent d'ailleurs « pris de court » et « dans le flou », Le Monde en a rencontré certains. « Convaincus, réfractaires ou hésitants », tous sont désormais face à la question de la vaccination, explique le journal.  Un choix des mots dérangeant Outre le protocole sanitaire, le choix des mots de Jean-Michel Blanquer lors de sa présentation dérange. « Le ministre de l'éducation a annoncé sur France Info qu'en cas de Covid au sein d'une classe de secondaire, les élèves non vaccinés seront évincés et devront suivre l'enseignement à distance », observe l'édito de La Croix. « Évincés, c'est-à-dire exclus », souligne le quotidien, pour qui « au-delà de la tournure maladroite, cette mesure pose des questions de fond ». « L'école n'est pas un loisir, lit-on. On ne s'y rend pas comme on va au théâtre, au cinéma, au restaurant. Elle est obligatoire ». Et « en subordonnant la scolarité à la vaccination, poursuit La Croix, Jean-Michel Blanquer donne des arguments à ceux qui considèrent que l'incitation n'est qu'une obligation déguisée ». C'est sûr, confirme Libération, « entendre dès potron-minet que les élèves non vaccinés seront évincés […] n'était pas la meilleure façon de commencer la journée ». Libé le déplore : c'est « un brin brutal comme vocabulaire, non, quand on parle d'enfants et d'ados ? » Rire bientôt des politiques ? Mais qu'on se rassure, on pourra peut-être bientôt rire de tout ça, avec une émission télé ressortie du placard. Cela évoquera des souvenirs chez certains mais on parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. « Les moins de 30 ans » même, nous dit Le Parisien, qui révèle ce matin le retour possible du Bêbête Show, programme ayant fait « les beaux jours de TF1 » entre 1982 et 1995. Cette émission satirique montrait les personnalités en marionnette d'animaux, à l'image du « Muppet Show ». François Mitterrand était par exemple à l'époque représentée par une grenouille, se souvient Le Parisien, elle s'appelait « Kermitterand ». Alors le journal se demande « en quelle marionnette seraient [aujourd'hui] représentés Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen ? » Pas certain que l'on ait la réponse cela dit. C'est en fait Benjamin Morgaine, un ancien auteur des Guignols de L'info - autre émission satirique culte de Canal+, aujourd'hui disparue - qui est à l'origine du projet. Il souhaite le lancer avant la présidentielle de l'an prochain mais il est encore à la recherche d'un diffuseur, explique Le Parisien. Pourvu qu'il le trouve !

Le grand podcast de voyage
Jean-Noël Jeanneney : "L'avantage d'être historien, c'est qu'on connaît un peu le prix de la moyenne durée, de la longue durée"

Le grand podcast de voyage

Play Episode Listen Later Jul 17, 2021 59:00


durée : 00:59:00 - Les Masterclasses - par : Emilie Aubry - L'historien, qui fut Secrétaire d'état et a dirigé Radio France ou la Bibliothèque nationale de France, se raconte et rappelle quelques-uns de ses souvenirs, son histoire familiale, ou ses rencontres avec les deux grandes figures que furent le général de Gaulle et François Mitterrand. - réalisation : Clotilde Pivin - invités : Jean-Noël Jeanneney Historien, ancien Président de la BNF, producteur de l'émission "Concordance des temps" sur France Culture

Revue de presse française
Revue de presse française - À la Une: Emmanuel Macron pourrait annoncer un nouveau tour de vis sanitaire

Revue de presse française

Play Episode Listen Later Jul 11, 2021 4:40


Ce lundi soir 12 juillet lors de son allocution et face à la propagation du variant Delta du coronavirus, le président pourrait annoncer notamment deux mesures : la vaccination obligatoire pour les soignants et l'extension du passe sanitaire, prédit Le Parisien Dimanche. « Un projet de loi, en cours de rédaction, va même être déposé mardi ou mercredi au Conseil d'État, avant présentation en Conseil des ministres le 21 juillet. » Selon ce journal, la cible pourrait même être élargie « à d'autres catégories professionnelles en contact avec des personnes fragiles. C'est en cours d'arbitrage », dit une source proche du dossier au Parisien Dimanche.  « Seront concernés les soignants au sens large, "sur la même base légale que pour l'hépatite B", explique un conseiller de l'Élysée au Journal du Dimanche. L'élargissement du passe sanitaire devrait également figurer dans le texte de loi », complète Le JDD.  J-3 avant le défilé militaire de la fête nationale à Paris Pour l'ultime 14 juillet de son quinquennat, sur les Champs Élysées, Emmanuel Macron, dans son command car, sera flanqué d'un chef d'état-major sur le départ. Et cette semaine, la presse magazine se penche sur les états d'âme des militaires : « Ce que pense vraiment la Grande Muette », lance en Une l'hebdomadaire L'Express, à l'entame d'une enquête consécutive à la publication dans l'hebdomadaire Valeurs Actuelles de deux récentes tribunes de militaires, l'une signée par des généraux à la retraite, l'autre par un millier de militaires, dont la parution génèrera 4 000 signatures supplémentaires, et dans lesquelles ces soldats dénonçaient « le délitement » de la France. De quoi conduire ce magazine à prévenir qu'un « malaise » parcourt l'armée française. « Après une première réaction publique expéditive, le général Lecointre, chef d'état-major des armées sur le départ, a pris la plume pour faire appel à "la responsabilité de citoyen" et de "militaire" des signataires, rappelle L'Express. Il y incite ceux qui souhaiteraient s'exprimer dans une totale liberté à "quitter l'institution". Quelques jours plus tard, six signataires du premier texte, généraux de deuxième section - les "2S", retraités mais toujours susceptibles d'être rappelés - sont convoqués devant un "conseil supérieur" de discipline, complète cet hebdomadaire. Objectif, rappeler l'importance du devoir de réserve. Un coup de pression inédit : en 1988, quand 12 anciens chefs d'état-major avaient publié dans Le Figaro un pamphlet contre François Mitterrand, accusé de "mettre en péril" la "sécurité" du pays, le président socialiste n'avait pas bronché », rappelle L'Express.  « Reste que, une fois encore, la controverse aura mis en évidence le décalage abyssal entre les "gouvernants" , interpellés dans ces tribunes, et les "gouvernés" », soupire Marianne. Comme le formule ce magazine, « les militaires en ont ras le casque ».  Malaise dans l'armée, donc, auquel vient s'ajouter une difficulté croissante rencontrée par les services secrets français à prévenir les crises, « y compris dans les régions du monde que la France est supposée connaître le mieux ». C'est le constat dressé par l'hebdomadaire Le Point. « La dernière affaire ayant franchi le silence des murs épais du renseignement français illustre le manque d'anticipation des autorités, chef des Armées et président de la République inclus, relate ce magazine. Elle concerne le coup d'État du colonel Assimi Goïta au Mali, le 19 août 2020. En pleine opération Barkhane, alors que cet officier dirigeait les forces spéciales de son pays, ce qui en faisait un partenaire quotidien des forces françaises et des services de renseignement, sur place depuis sept ans, personne n'a vu le putsch arriver !» Défaillance du renseignement technique ou du renseignement humain ? Sans doute les deux, estime ce journal. Cet échec cuisant attribué à la DGSEaurait provoqué l'exaspération d'Emmanuel Macron, prompt à exiger une enquête, signale-t-il. « Dans les services français, ils pensent que l'anticipation, c'est un truc vulgaire pratiqué par des intellectuels et des écrivains. Ils sont trop occupés avec leurs données techniques pour comprendre ce qui va se jouer sous leurs yeux », dit un expert au magazine Le Point. Selon cet hebdomadaire, la DGSE, pointée du doigt, a rétorqué « qu'elle avait assez à faire avec le contre-terrorisme pour s'occuper de tels dossiers, faisant porter la responsabilité de cet échec aux armées », énonce Le Point.

Affaires sensibles
François Mitterrand et l'affaire de l'Observatoire

Affaires sensibles

Play Episode Listen Later Jul 6, 2021 54:28


durée : 00:54:28 - Affaires sensibles - par : Fabrice Drouelle - C'est un des dossiers les plus passionnants et les plus rocambolesques des débuts de la Ve République : l'attentat de l'Observatoire, en octobre 1959.

Programme B
Duhamel, morale en berne à gauche

Programme B

Play Episode Listen Later Jun 18, 2021 21:15


Après des révélations d'agressions sexuelles qui ont fait grand bruit, l'affaire Olivier Duhamel vient finalement d'être classée sans suite, pour prescription. Malgré tout, l'histoire aura mis en lumière un fait rarement abordé : la puissance de l'entre-soi au sein de la gauche française. Précisément, au sein de cette gauche socialiste, héritée de Mitterrand et de Rocard, prétendument taillée pour un pouvoir qu'elle poursuit et convoite sans relâche.Gangrénée par ses renoncements et ses compromissions politiques, la voilà confrontée, après ses multiples échecs électoraux, à la preuve flagrante de sa faillite morale. Comment en est-on arrivé là ?Thomas Rozec interroge Christophe Prochasson, historien et directeur de l'EHESS.Un épisode initialement diffusé le 14 Janvier 2021.CRÉDITSProgramme B est un podcast de Binge Audio présenté par Thomas Rozec. Cet épisode a été produit en juin 2021. Réalisation : Alexandre Ferreira Mathieu Thévenon. Production et édition : Lorraine Besse. Générique : François Clos et Thibault Lefranc. Identité sonore Binge Audio : Jean-Benoît Dunckel (musique) et Bonnie El Bokeili (voix). Identité graphique : Sébastien Brothier et Thomas Steffen (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles. See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

Le goût de M
#38 Guillaume Meurice (épisode complet)

Le goût de M

Play Episode Listen Later Jun 17, 2021 36:01


Guillaume Meurice est le nouvel invité du podcast Le Goût de M proposé par M Le magazine du Monde. L'humoriste et écrivain a répondu depuis les locaux de Radio France aux questions de la journaliste et productrice Géraldine Sarratia. Le chroniqueur de l'émission « Par Jupiter ! », qui a sorti au printemps le livre historique Le Roi n'avait pas ri (éd. JCLattès), prépare pour l'an prochain son nouveau spectacle « Meurice 2022 ».Ce podcast est habituellement réservé aux abonnés du Monde à partir de l'offre Intégrale. Pour découvrir tous les épisodes du Goût de M, abonnez-vous sur https://abo.lemonde.fr/ et bénéficiez de 50% de réduction.Guillaume Meurice évoque son enfance en Haute-Saône entre un père fan de Brassens et une mère passionnée de lecture qui avaient racheté une Maison de la presse-Librairie. Elève espiègle, il se souvient de sa passion pour l'Olympique de Marseille et pour les humoristes qu'il allait voir en spectacle à Vesoul, des dîners joyeux à débattre en famille, de la fois où le vote de son père pour Mitterrand avait été démasqué par son épouse alors qu'il avait promis sa voix aux écologistes. Toutefois, ce n'est qu'une fois étudiant à Aix-en-Provence qu'il commencera à s'intéresser à la politique et se décidera à tenter le Cours Florent à Paris, même si « faire marrer les gens [lui] a toujours plu ».L'humoriste explique que s'il estime « manquer de répartie », il aime à pratiquer le « aïkido sémantique », en se servant des propos de son interlocuteur pour mieux les questionner. Obsédé par la question du réel, il ne se sent ni « rebelle insurrectionnel » ni « toutou du pouvoir » mais quelque part dans une zone grise entre les deux. « Parfois nos chroniques donnent du baume au cœur à des gens en galère et je me dis que c'est déjà pas mal », résume le végétarien qui a toujours eu le goût de l'irrévérence. « Je ne vois pas de raison d'accepter les choses telles qu'elles sont. »Un podcast produit par Géraldine Sarratia (Genre idéal)Réalisation : Sulivan ClabautMusique : Gotan Project See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

Le débat
Le débat africain : quel modèle démocratique pour le Mali ?

Le débat

Play Episode Listen Later Jun 13, 2021 35:40


C'était le premier pays après le sommet de La Baule, en 1990, à avoir renversé son président par la rue pour instaurer la démocratie insidieusement insufflée par le président français François Mitterrand. Trente ans après, le Mali est toujours le théâtre d'instabilités et de mauvaise gouvernance. Et le développement promis n'est pas au rendez-vous. Ne faudrait-il pas repenser le modèle démocratique malien ?

Marc Labrèche, un phare dans la nuit
Festival naturiste, et messages codés

Marc Labrèche, un phare dans la nuit

Play Episode Listen Later Jun 12, 2021 53:16


L'écrivain et ancien ministre de la Culture en France Frédéric Mitterrand présente son livre, Une drôle de guerre; Jean-François Feunteun parle du FestiNATUR', un festival naturiste; le codirecteur et cofondateur du Centre d'études en sciences de la communication non verbale Vincent Denault se penche sur le langage non verbal; et le chercheur au Centre d'études et de recherches internationales de l'Université de Montréal Guillermo Aureano s'intéresse aux messages codés en prison.

Laurent Gerra
PÉPITE - Une nouvelle lettre intime entre François Mitterrand et Anne Pingeot

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Jun 11, 2021 4:49


À l'occasion du 40è anniversaire de l'accession au pouvoir de François Mitterrand, sortent de nombreux ouvrages. L'occasion de se souvenir de la correspondance intime du Président avec Anne Pingeot. Extrait d'une lettre datée de novembre 1995...

Le débat africain
Le débat africain - Quel modèle démocratique pour le Mali ?

Le débat africain

Play Episode Listen Later Jun 11, 2021 49:00


C'était le premier pays après le sommet de La Baule, en 1990, à avoir renversé son président par la rue pour instaurer la démocratie insidieusement insufflée par le président français François Mitterrand. Trente ans après, le Mali est toujours le théâtre d'instabilité et de mauvaise gouvernance. Et le développement promis n'est pas au rendez-vous. Ne faudrait-il pas repenser le modèle démocratique malien ? Avec nos invités : Birama Sidibé, ancien haut cadre de la Banque africaine de développement (BAD), ancien vice-président de la Banque islamique de développement (BID) Maître Abdourahmane Ben Mamata Touré, avocat au Barreau du Mali Maître Fatoumata Sidibé Diarra, avocate au Barreau de Paris et du Mali Abdoullah Coulibaly, fondateur et président du Forum de Bamako.

Laurent Gerra
PÉPITE - La lettre de François Mitterrand à Anne Pingeot en décembre 1984

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later Jun 4, 2021 4:09


A l'occasion du 40è anniversaire de l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand, sortent de nombreux ouvrages. L'occasion de se souvenir une nouvelle fois des confidences intimes entre le président et Anne Pingeot. Aujourd'hui, un courrier inédit, daté de décembre 1984...

Escuchando Peliculas
Una Razón Brillante (2017) #Enseñanza #ComediaDramática #peliculas #podcast #audesc

Escuchando Peliculas

Play Episode Listen Later May 29, 2021 85:49


País Francia Dirección Yvan Attal Música Michael Brook Fotografía Rémy Chevrin Reparto Daniel Auteuil, Camélia Jordana, Jacques Brel, Serge Gainsbourg, Romain Gary, Yvonne Gradelet, Yasin Houicha, Nozha Khouadra, Jean-Baptiste Lafarge, Louise Loeb, Claude Lévi-Strauss, François Mitterrand, Yves Mourousi, Nicolas Vaude Sinopsis Neïla Salah es una joven del extrarradio parisino que sueña con ser abogada. Se ha matriculado en la facultad de Derecho más importante de París, pero el primer día de clase tiene un enfrentamiento con Pierre Mazard, un profesor algo conflictivo. Para redimirse, el profesor propone a Neïla ayudarla a preparar una importante prueba a nivel nacional. Aunque cínico y exigente, Pierre sería la ayuda ideal que Neïla está necesitando pero para ello tendrán que empezar los dos por superar algunos prejuicios.

Laurent Gerra
PÉPITE - Les nouvelles confidences de François Mitterrand et Anne Pingeot

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later May 28, 2021 4:25


A l'occasion du 40è anniversaire de l'accession au pouvoir de François Mitterrand, sortent de nombreux ouvrages. Parmi eux, la correspondance intime entre le Président et Anne Pingeot. Dans ce dernier extrait, retour au printemps 1979...

Invité Afrique
Invité Afrique - Pour Vincent Duclert, «c'est un grand pas en avant qui est réalisé» au Rwanda

Invité Afrique

Play Episode Listen Later May 28, 2021 13:24


Hier à Kigali, Emmanuel Macron a reconnu des « responsabilités » de la France dans le génocide de 1994 au Rwanda, mais n'a pas présenté d'excuses. Ainsi, les uns sont satisfaits, les autres sont déçus. Mais qu'en pense Vincent Duclert, l'auteur du rapport qui est sorti il y a deux mois et qui a beaucoup inspiré le discours prononcé hier par le président français. Il répond aux questions de Christophe Boisbouvier. RFI : Comment réagissez-vous au discours d’Emmanuel Macron ? Vincent Duclert : Il reprend nos conclusions sur les responsabilités accablantes de la France dans le processus qui mène au génocide. Il acte l’abandon au fond que la France réalise des victimes tutsies. Il signale aussi très fortement que la France n’a pas su tirer les conséquences de cet engagement qui a abouti à ce qu’elle soit impliquée dans un génocide. Et donc, c’est vrai que moi je me félicite, et toute l’équipe qui est avec moi se félicite, de cette place accordée non seulement à la vérité historique, mais aussi à l’effort de recherche. Et il a bien annoncé que cet effort de recherche devrait se poursuivre, notamment avec des jeunes chercheurs et des jeunes chercheuses. Et cette affirmation de la vérité historique ne s’arrête pas à ce discours. C’est clair, dans ce discours, on sent qu’Emmanuel Macron s’est beaucoup inspiré de votre rapport. Est-ce qu’il y a des écarts tout de même ? J’ai apprécié au fond ce qu’il a dit [en conférence de presse] à propos des excuses qui étaient un sujet très attendu. Et je trouve que la manière dont il a uni la question des excuses et la lucidité face au génocide est très importante, en soulignant bien qu’avec un génocide, on ne s’excuse pas, parce qu’on ne peut pas solder le passé de cette manière-là. Il faut précisément vivre avec le génocide, c’est-à-dire aussi avoir toute cette lucidité qui permet de pouvoir réagir à d’autres processus génocidaires. Et en même temps, beaucoup sont déçus par le fait qu’il n’y ait pas le mot « excuses ». Emmanuel Macron aime à dire : « Ni déni ni repentance ». Est-ce que c’est la raison pour laquelle il n’a pas prononcé le mot ? Je dirais que j’ai été frappé par cette réflexion sur le génocide des Tutsis et je pense qu’il a raison effectivement de dire que les excuses peuvent paraître insuffisantes face à la réalité de l’histoire. Et ce qu’il a dit, je trouve, est aussi intéressant, lorsqu’il a dit que c’est aux rescapés qui portent la mémoire des victimes, « peut-être d’accorder leur pardon à la France ». Qu’est-ce que cela veut dire   Cela veut dire aussi que la France se doit d’être à la hauteur aussi de ce possible pardon, et donc de toujours regarder la vérité en face et de travailler à la connaissance. Je trouve qu’il y avait là effectivement une sorte de pari sur l’avenir aussi, qui est vraiment intéressant et qui doit vraiment nous faire réfléchir et qu’on ne s’arrête pas finalement à ce mantra « excuses ou pas excuses ». Votre collègue Benjamin Stora, qui est spécialiste du passé algérien, a ce mot : « Rien ne sert de présenter des excuses si elles ne sont pas sincères ». Exemple, les fausses excuses du Japon à la Chine, 50 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Est-ce que vous pensez que, si Emmanuel Macron s’était excusé, il n’aurait peut-être pas été sincère ? Pour avoir observé, puisqu’effectivement j’ai été mandaté pour cette mission de recherche avec une équipe, j’ai quand même constaté, à travers les mots écrits d’Emmanuel Macron dans les lettres de mission, dans la manière dont il a pu parler de notre commission, donc dans ce discours, qu’il y a une sincérité. Il y a une prise de risques incontestables. Ce qu’il a fait, ses prédécesseurs ne l’ont pas fait : Nicolas Sarkozy avait avancé sur le sujet. Mais quand même, il faut reconnaître à Emmanuel Macron une détermination à aller de l’avant. Et je crois, encore une fois, qu’il y a une spécificité de cette histoire, c’est qu’on est en face d’un génocide. Et là, il y a son choix d’appeler à la poursuite de la connaissance, à la poursuite aussi de la justice en direction des génocidaires, donc de ne pas s’arrêter à quelque chose qui pourrait donner le sentiment que tout est résolu par des excuses. Et donc, au contraire, d’aller de l’avant et de permettre en fait cet armement de la connaissance contre le génocide et de la connaissance en particulier contre génocide des Tutsis. Emmanuel Macron, c’est le président de la France. C’est aussi un homme politique qui a une élection dans un an. Et il y a, sur la droite de l’échiquier politique français, beaucoup de gens qui pensent que la France n’a pas d’excuses à présenter pour ses actions passées, en Algérie, en Afrique subsaharienne. Est-ce aussi pour ménager ces gens-là qu’Emmanuel Macron n’a pas présenté ses excuses ? Je suis un petit peu mal à l’aise finalement à l’idée qu’on pourrait suspecter Emmanuel Macron de frilosité. Parce que, moi, en tant que président de cette commission de recherche, j’ai pu constater qu’il avait pris la décision d’une commission indépendante qu’il a soulignée. On a été indépendants, on a été soutenus de bout en bout, alors même que c’était parfois très compliqué. Toutes les archives que nous avons consultées ont été ouvertes au public, donc les engagements ont été tenus. Donc, il n’y a pas eu de frilosité sur le sujet. Et du reste, nos conclusions qui sont quand même rejetées très vigoureusement, notamment par les héritiers de François Mitterrand, Bernard Cazeneuve, Paul Quilès, une tribune collective des anciens ministres, tout ça… Nos conclusions, il les a actées, affirmées. Son premier discours, c’est de rappeler, d’acter ces responsabilités accablantes. Donc, je ne crois pas qu’il fasse effectivement une sorte de stratégie pour éviter d’être attaqué sur sa droite. Et au fond, ce qu’il montre bien, c’est que -et Paul Kagame le dit aussi-, le jugement de l’histoire grandit les nations. Et sur l’Algérie, au fond, peut-être que le modèle de notre commission pourra permettre aussi d’avancer sur la question des archives, la question des responsabilités. C’est quand même un grand pas en avant et, objectivement, on doit souligner ce pas considérable qui est réalisé aujourd’hui. ► À lire aussi : Emmanuel Macron au Rwanda: «Je viens reconnaître nos responsabilités»

Nicolas Canteloup - la revue de presque sur Europe 1
BEST OF - Ségolène Royal sur Mitterrand : "Je pense que c'est en partie dû au prénom François toutes ses aventures" (Canteloup)

Nicolas Canteloup - la revue de presque sur Europe 1

Play Episode Listen Later May 23, 2021 11:26


Impertinent et inimitable, Nicolas Canteloup passe l’info à la moulinette de sa revue de presque sur Europe 1. Ce dimanche, une rediffusion !

Laurent Gerra
PÉPITE - Quand François Mitterrand écrivait à Anne Pingeot

Laurent Gerra

Play Episode Listen Later May 21, 2021 5:20


À l'occasion du 40e anniversaire de l'accession au pouvoir de François Mitterrand, sortent de nombreux ouvrages. L'occasion de se souvenir de la correspondance intime du Président avec Anne Pingeot...

The Kwibuka Podcast
Kongera ubukana bwa Jenoside mu bice byari bitarabohorwa na FPR Inkotanyi.

The Kwibuka Podcast

Play Episode Listen Later May 19, 2021 12:08


Ku itariki ya 22 Gicurasi 1994, Ikibuga cy'indege cya Kanombe ndetse n'ikigo cya Gisilikare cya Kanombe byafashwe na FPR Inkotanyi. Ibi byatumye Sindikubwabo atakambira Perezida w'Ubufaransa w'icyo gihe, Mitterrand amusaba ubufasha, amusobanurira ko ingabo ze zamaze kuva mu kibuga kubera ko nta bikoresho bihagije by'intambara zifite. Mu minsi ya nyuma y'ukwezi kwa Gicurasi, abicanyi batangiye kubona ko bari kuneshwa n'ingabo za FPR maze batangira kuva muri Kigali bahungira i Gitarama na Ruhengeri. Aho banyuraga hose bicaga kandi bagashimuta abatutsi.

The Kwibuka Podcast
L'acceleration du Genocide contre les Tutsis dans des zones non encore liberées par le FPR Inkotanyi.

The Kwibuka Podcast

Play Episode Listen Later May 19, 2021 12:29


Le 22 mai 1994, l'aéroport de Kanombe et le camp militaire de Kanombe ont été libérés par le FPR Inkotanyi. Cela a incité Sindikubwabo à faire appel au président français de l'époque, Mitterrand et lui a demandé de l'aide, expliquant que ses troupes avaient déjà quitté le terrain faute de matériel militaire suffisant. Dans les derniers jours de mai, les tueurs ont commencé à se rendre compte qu'ils allaient être vaincus par le FPR et ont commencé à quitter Kigali fuyant vers Gitarama et Ruhengeri. Partout où ils allaient, ils tuaient et kidnappaient des Tutsis.

Le Nouvel Esprit Public
Jérusalem : un déjà vu sanglant / Mitterrand : l’inventaire est amer / n°193 / 16 mai 2021

Le Nouvel Esprit Public

Play Episode Listen Later May 16, 2021 63:04


JÉRUSALEM : UN DÉJÀ VU SANGLANTAprès un mois de tensions, Jérusalem s'est de nouveau embrasée les 23 avril, après une manifestation du mouvement d’extrême droite Lahava, à l’entrée de la vieille ville. Les Palestiniens ont répondu à ce qu’ils ont considéré une provocation. Les forces de polices sont intervenues pour garantir « la liberté d’expression » et le « droit de manifester » de Lahava .Des cris de mort aux Arabes ont été proférés. En dehors de ces affrontements, le cœur des griefs qu'expriment les Palestiniens et les Arabes israéliens depuis des semaines porte sur la menace d'éviction, par la justice israélienne, de plusieurs familles d’un quartier limitrophe de Jérusalem-est, Cheikh Jarrah, au profit de colons juifs Conquise en juin 1967 par l’armée israélienne et annexée dans la foulée, la partie orientale de Jérusalem s’est depuis lors régulièrement trouvée au cœur de flambées de violence. La part de la population arabe est passée d’un peu plus de 25 % en 1967 à près de 40 % aujourd’hui. Dans la Vieille Ville, la présence juive demeure très minoritaire, à10%, malgré le soutien des autorités à l’entreprise de colonisation. Comme tout habitant de la ville, les Palestiniens paient des impôts à la municipalité contrôlée par Israël. Pourtant, seuls 10 % du budget municipal sont consacrés aux dépenses publiques de Jérusalem-Est. Cette différence d'investissement se répercute sur la qualité de vie des Palestiniens. Au-delà des problèmes d'infrastructures, ils sont aussi nettement plus pauvres que les autres habitants de la ville. Plus de 70 % d'entre eux vivent sous le seuil de pauvreté, alors que le taux de pauvreté moyen en Israël est de 21,7 %. Contrairement aux citoyens arabes établis dans les frontières d’Israël,les habitants palestiniens de Jérusalem-Est doivent pour la plupart se contenter du statut de résident et ne disposent pas du droit de vote. Des citoyens arabes israéliens, qui forment 20% de la population israélienne, qui ont violement manifesté à leur tour à travers le pays, notamment en Galilée. Washington, les Nations unies, la Jordanie, gardienne des lieux saints, mais aussi des monarchies arabes, le Qatar et le nouvel allié émirati, ont fait pression sur Israël, pour qu'il tempère des opérations policières démesurées ces derniers jours. Lundi, la Cour suprême israélienne a reporté sa décision sur les expulsions dans le quartier de Cheick Jarrah, la police a interdit aux ultranationalistes l'accès à l'esplanade des Mosquées puis à la porte de Damas, alors qu'ils y ont droit chaque année. Après une « désescalade » sensible mardi à Jérusalem, après quatre jours d'affrontements violents et des centaines de blessés, essentiellement palestiniens, depuis, une escalade militaire bien plus meurtrière a pris le relais entre les forces du Hamas à Gaza et Israël et un arabe a été victime d’un lynchage près de Tel Aviv et un Juif a été lapidé à Acre.*** MITTERRAND : L’INVENTAIRE EST AMERLe 10 mai 1981, l’élection du président François Mitterrand a ouvert la voie à une série de réformes qui ont marqué le pays : économique avec les nationalisations ; sociales avec la retraite à 60 ans, la cinquième semaine de congés payés, l'impôt sur les grandes fortunes, le relèvement du smic, des allocations familiales et du minimum vieillesse, les lois Auroux qui renforcent les droits des salariés, la semaine de 39 heures,; sociétales avec l'abolition de la peine de mort, la consolidation de l'Interruption volontaire de grossesse, la dépénalisation de l'homosexualité… culturelles avec la création de deux nouvelles chaines de télévision commerciale et d’une chaîne de télévision européenne, le prix unique du livre, la Fête de la Musique, les grands travaux...Au bout des deux septennats, un sondage Ipsos de janvier 1996 établissait que grâce à Mitterrand, on avait progressé sur la place de la France dans le monde, la construction européenne, les libertés, la protection sociale, la lutte contre le terrorisme, mais plutôt reculé dans la lutte contre la pauvreté, l'état de l'économie, la lutte contre le chômage ou la moralisation de la vie politique. A l’occasion des 40 ans du 10 mai 1981, la Fondation Jean-Jaurès a mené avec l'Ifop et Génération Demain une enquête sur le regard porté aujourd'hui par les Français sur l'ancien président de la République, aussi bien sur l'homme que sur le bilan de ses deux septennats. Invités à désigner le président de la Ve République qu'ils apprécient le plus, l’ensemble des Français placent François Mitterrand au 3e rang après le général De Gaule et Jacques Chirac, Si l’on ne retient que l’opinion de la « génération Mitterrand », c'est-à-dire des Français âgés de plus de 55 ans qui avaient donc au moins 15 ans en mai 1981, François Mitterrand occupe la deuxième place derrière Charles de Gaulle. 58 % des Français associent à son nom le mot « socialiste » et 53 % le terme « européen ». Les classes populaires plébiscitent en priorité les réformes sociales, puis l'abolition de la peine de mort, quand les cadres mettent en avant l'abolition de la peine de mort, les congés payés et la signature du traité de Maastricht. Au Parti socialiste, la figure de Mitterrand, ne fait plus totalement consensus. Si les conquêtes sociales sont louées, le génocide rwandais et la pente libérale sur laquelle le PS est engagé depuis 1983 sont questionnés. Quarante ans plus tard, la gauche s'avance affaiblie et désunie vers la prochaine présidentielle. L'addition de ses forces atteint tout juste les 30 % : c’est le score de Marine Le Pen barre toute seule.

Europe 1 - Anne Roumanoff
Régis Mailhot : "En 1981, les Français ont mutuellement consenti à divorcer de Giscard"

Europe 1 - Anne Roumanoff

Play Episode Listen Later May 11, 2021 3:19


Dans "Anne Roumanoff, ça fait du bien", Régis Mailhot revient sur l'autre évènement du 10 mai 1981, la défaite de Valéry Giscard D'Estaing. Le président a été "victime" de ses propres réformes. Il évoque aussi Mitterrand. Depuis 40 ans, la gauche cherche un leader. En cet anniversaire, elle l'a trouvé, seul problème, il est mort il y a 25 ans. 

Les matins
Que sont devenus les lendemains qui chantent ? La gauche depuis Mitterrand avec Jacques Attali

Les matins

Play Episode Listen Later May 11, 2021 119:50


durée : 01:59:50 - Les Matins - par : Guillaume Erner - . - réalisation : Vivien Demeyère - invités : Jacques Attali économiste et écrivain

Nicolas Canteloup - la revue de presque sur Europe 1
Ségolène Royal sur Mitterrand : "Je pense que c'est en partie dû au prénom François toutes ses aventures" (Canteloup)

Nicolas Canteloup - la revue de presque sur Europe 1

Play Episode Listen Later May 11, 2021 11:29


Impertinent et inimitable, Nicolas Canteloup passe l’info à la moulinette de sa revue de presque sur Europe 1.

SBS French - SBS en français
Le journal de la semaine en France 11/05/2021

SBS French - SBS en français

Play Episode Listen Later May 11, 2021 9:33


Les 40 ans de l’élection de François Mitterrand.

Le moment Meurice
Bon anniversaire Mitterrand !

Le moment Meurice

Play Episode Listen Later May 10, 2021 5:02


durée : 00:05:02 - Le moment Meurice - par : Guillaume Meurice - Un sujet dont personne n'avait encore parlé... Heureusement Guillaume Meurice est là, et le peuple des Lumières aussi.

Par Jupiter !
Bon anniversaire Mitterrand !

Par Jupiter !

Play Episode Listen Later May 10, 2021 5:02


durée : 00:05:02 - Le moment Meurice - par : Guillaume Meurice - Un sujet dont personne n'avait encore parlé... Heureusement Guillaume Meurice est là, et le peuple des Lumières aussi.

Par Jupiter !
Les tribunes militaires c'est comme les suites de film, le 2 est toujours moins bien...

Par Jupiter !

Play Episode Listen Later May 10, 2021 3:31


durée : 00:03:31 - Le journal de presque 17h17 - par : Charline Vanhoenacker, Alex Vizorek - Des 40 ans de l'élection de François Mitterrand à la déclaration de Laurent Ruquier à propos des humoristes en passant par les vêtements vivants, voici les actus de ce lundi 10 mai.

Les pieds sur terre
10 mai 1981 : panique à droite

Les pieds sur terre

Play Episode Listen Later May 10, 2021 28:25


durée : 00:28:25 - Les Pieds sur terre - par : Sonia Kronlund, Stéphanie Thomas, Alain Lewkowicz - Le 10 mai 1981, alors que le visage de Mitterrand s'affiche à la télé, c'est la panique. La mère de Philippe pleure ; banquier en Suisse, Jean accueille les nouveaux exilés fiscaux français ; Douglas, tout jeune avocat, voit des clients débarquer dans son cabinet avec des sacs à dos plein d’argent. - réalisation : Cécile Laffon

Europe 1 - Anne Roumanoff
"François Mitterrand a été le trait de l’union de la gauche, maintenant la gauche, c’est juste trois points de suspension"

Europe 1 - Anne Roumanoff

Play Episode Listen Later May 10, 2021 2:55


Dans son billet ce lundi, Anne Roumanoff revient sur les 40 ans de la victoire de François Mitterrand à l'élection présidentielle de 1981. "François Mitterrand a été le trait de l’union de la gauche, maintenant la gauche, c’est juste trois points de suspension", dit-elle.

Les chemins de la philosophie
Née sous Mitterrand

Les chemins de la philosophie

Play Episode Listen Later May 10, 2021 3:42


durée : 00:03:42 - Carnet de philo - par : Géraldine Mosna-Savoye - Qui peut se vanter d'avoir une photo dédicacée de François Mitterrand ?

Le Billet de Charline
Les compagnons de la Libération du 10 mai 81

Le Billet de Charline

Play Episode Listen Later May 10, 2021 2:23


durée : 00:02:23 - Le Billet de Charline Vanhœnacker - par : Charline Vanhoenacker - Hier, les socialistes étaient réunis au Creusot pour les 40 ans de la victoire de Mitterrand. Et voici qu’une militante historique entre dans ce studio, une rose à la main…

Les Nuits de France Culture
Radio libre - Dialogue Duras / Mitterrand

Les Nuits de France Culture

Play Episode Listen Later May 8, 2021 124:59


durée : 02:04:59 - Les Nuits de France Culture - par : Philippe Garbit, Albane Penaranda, Mathilde Wagman - Entre 1985 et 1986 Michel Butel enregistra plusieurs discussions entre Marguerite Duras et François Mitterrand, deux amis de longue date qui revenaient notamment sur leur aventure commune dans la Résistance. Des entretiens diffusés pour la première fois dans "Radio libre" en mars 2006. - réalisation : Virginie Mourthé - invités : Marguerite Duras Écrivaine, dramaturge et cinéaste (1914-1996); François Mitterrand ancien Président de la République française (1916-1996)

Le Billet de François Morel

durée : 00:03:45 - Le Billet de François Morel - par : François Morel - Aujourd’hui, pour conclure la semaine, et donner un peu de hauteur à cette matinale, j’ai choisi de présenter un vaste tour d’horizon de la situation politique à un an de la présidentielle de 2022 mais également 40 années après la première élection de François Mitterrand à la Présidence de la République.

Affaires sensibles
Farewell : l'espion qui a fait basculer la guerre froide

Affaires sensibles

Play Episode Listen Later Apr 30, 2021 53:56


durée : 00:53:56 - Affaires sensibles - par : Fabrice Drouelle - Nom de code : Farewell. Mission : faire parvenir à la France des documents relatifs à l’espionnage industriel soviétique dans le monde. En 1981 le président socialiste tout juste élu, François Mitterrand, parvient à gagner la confiance de l'Américain Ronald Reagan

Les matins
Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères, secrétaire général de l’Élysée au moment du génocide au Rwanda, est l’invité des Matins

Les matins

Play Episode Listen Later Apr 15, 2021 119:57


durée : 01:59:57 - Les Matins - par : Guillaume Erner - . - réalisation : Vivien Demeyère - invités : Hubert Védrine diplomate, ancien ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Jospin et ancien secrétaire général de la présidence de la République sous François Mitterrand