Podcasts about autrement

  • 803PODCASTS
  • 1,837EPISODES
  • 27mAVG DURATION
  • 5WEEKLY NEW EPISODES
  • Nov 24, 2023LATEST

POPULARITY

20162017201820192020202120222023

Categories



Best podcasts about autrement

Show all podcasts related to autrement

Latest podcast episodes about autrement

Le Cours de l'histoire
Hommage à Emmanuel Le Roy Ladurie, du monde rural au climat, écrire l'histoire autrement

Le Cours de l'histoire

Play Episode Listen Later Nov 24, 2023 59:14


durée : 00:59:14 - Le Cours de l'histoire - par : Xavier Mauduit - L'historien moderniste Emmanuel Le Roy Ladurie est décédé le 22 novembre 2023 à 94 ans. Un succès mondial l'a rendu célèbre en 1975, "Montaillou, village occitan". Par sa démarche et les sujets qu'il aborde, dont l'histoire du climat, il est pionnier dans une nouvelle manière d'écrire l'histoire. - invités : André Burguière Directeur d'études émerite à l'EHESS; Anouchka Vasak Spécialiste de la littérature du XVIIIe siècle; André Zysberg Professeur émérite à l'Université de Caen, spécialiste de l'histoire maritime à l'époque moderne; Francine-Dominique Liechtenhan Directrice de recherche émérite en histoire moderne et contemporaine au CNRS

Balado Le Planif
Investir Autrement - S10 - E16

Balado Le Planif

Play Episode Listen Later Nov 22, 2023 32:42


Nous avons pour vous une édition spéciale du Balado Le Planif pour investir autrement! Vous allez rapidement comprendre qu'il est possible d'investir son argent dans autre chose que les CPG, les fonds, FNB, les actions en bourse et les obligations. Notre capsule historique avec Isabelle Juneau remonte aux origines de la gestion alternative, soit les Hedge funds. Notre invité est le planificateur financier Michel Champagne. Il a ressorti une vieille stratégie des boules à mites. Et ma foi, il a bien fait. Les rentes assurées peuvent en ce moyen procurer des rendements garantis à vie, frôlant les 7% par année. On va aussi vous expliquer comment investir dans les matériaux de base, dans les royautés musicales, les vins et spiritueux rares et les peintures et oeuvres d'art. Enfin, le beau-frère de Charlie de Sherbrooke se demande si les plus riches d'entre nous ont bâtis leur fortune avec la bourse. A ma grande surprise, mes analyses démontrent que NON. La bourse permet de faire grandir son patrimoine, mais est rarement à l'origine des coups d'argent les plus spectaculaire.

TsugiMag
Ailleurs & Autrement : Le silence (S2 EP2)

TsugiMag

Play Episode Listen Later Nov 21, 2023 5:33


Tim Dup nous a laissé en Asie lors de la saison 1, et pour cette nouvelle saison d'Ailleurs & Autrement, il explore les côtes méditerranéennes. "Cette fois, ce n'est plus par pays, mais par thématiques que je suis de retour pour capter l'essence de la latinité, ici c'est la Méditerranée". Un épisode consacré à la douceur

CoramDeo - Un regard chrétien sur le monde
#315 - La vallée de la vision

CoramDeo - Un regard chrétien sur le monde

Play Episode Listen Later Nov 20, 2023 62:27


Bienvenue à l'épisode #315 de Coram Deo présenté en partenariat avec Publications Chrétiennes qui vous recommande le recueil de prières La vallée de la vision: https://publicationschretiennes.com/products/la-vallee-de-la-vision ➡️ DESCRIPTION: La prière est à la fois la chose la plus naturelle et la plus difficile dans la vie du chrétien. Naturelle, car tout coeur régénéré invoque le nom du Seigneur. Difficile, car malgré la bonne disposition de l'esprit, la chair est faible. Dans cet épisode, j'ai la joie de recevoir deux pasteurs pour approfondir le sujet de la prière. QUESTIONS ET RESSOURCES: 1. Timothée, peux-tu nous présenter l'ouvrage que nous recommandons aujourd'hui et que tu as traduit: La vallée de la vision? De quoi est-il question et pourquoi l'as-tu traduit en français? 2. Que pensez-vous de l'idée de prier des prières écrites? Que pensez-vous de prier des prières écrites par quelqu'un d'autre? 3. La vie de prière des chrétiens est-elle généralement en bon état d'après vous dans les milieux évangéliques? 4. Quels sont les principaux obstacles à notre vie de prière? 5. Quels sont les fruits d'une vie de prière consacrée? Autrement dit, à quoi ça sert? 6. Quels conseils pratiques pour développer et entretenir une vie de prière riche et fervente? 7. Connaissez-vous des ressources sur la prière qui pourraient être bénéfiques à nos auditeurs? Ressources proposées par Timothée: - Kelly Douglas, [Pourquoi prier si Dieu sait déjà](http://www.europresse-editions.com/pourquoi-prier-si-dieu-sait-deacutejagrave.html), aux éditions Europresse. Avec en fin de livre un plan pour aider à structurer la prière. - Wells Paul, [Du Notre Père à nos prières, Pratique de la prière aujourd'hui](https://maisonbible.ch/2626-du-notre-pere-a-nos-prieres-pratique-de-la-priere-aujourd-hui-ebook-9782826002123.html), aux éditions Maison de la Bible. Avec des fiches de travail et les corrigé en fin de livre pour progresser dans la compréhension de la prière. - Paquier Pierre-Yves, [En piste ! Prier c'est passionnant](https://www.amazon.fr/En-piste-Prier-cest-passionnant/dp/2828501124), aux éditions LLB. Des parcours de prières basés sur des textes bibliques (je ne partage pas tout les enseignements théologiques de l'auteur, mais c'est un très bon stimulant pour prier avec sa Bible) - je te mets en annexe quelques parcours de prières pour exemple. - Bakker Frans, [Je veux prier](http://www.europresse-editions.com/je-veux-prier.html), aux éditions Europresse. Un livre que je n'ai pas mentionné dans l'émission mais qui est très touchant et stimulant. Ce sont de courts chapitres à lire à deux ou plus pour s'encourager. - Événement Psalmodie [https://psalmodie.ch/](https://psalmodie.ch/) Ressources proposées par Richard: - Une vie en prière, Paul E. Miller [https://publicationschretiennes.com/products/une-vie-en-priere?_pos=14&_sid=78c9db40d&_ss=r](https://publicationschretiennes.com/products/une-vie-en-priere?_pos=14&_sid=78c9db40d&_ss=r) - La prière conversation pour la prière en groupe: [http://proklesia.ca/boutique/](http://proklesia.ca/boutique/) - Carnet de prière informatique très bien fait:  _Prayer Mate_ : [https://www.prayermate.net/app](https://www.prayermate.net/app) - Mouvement de prière 24/7: https://www.aebeq.qc.ca/mouvementdepriere/ - Pour assister à la rencontre du 30 novembre 19h00, communiquer avec Richard [richard.houle99@videotron.ca](mailto:richard.houle99@videotron.ca)

Maintenant, vous savez
"Journée de la jalousie" : quelle est cette tradition controversée qui divise les Finlandais ?

Maintenant, vous savez

Play Episode Listen Later Nov 16, 2023 4:23


Les Finlandais l'ont baptisé “la Journée de la jalousie.” Chaque année, au début du mois de novembre, l'administration fiscale finlandaise publie les déclarations d'imposition de tous ces citoyens, au nom de la transparence. Autrement dit, il est possible de savoir combien gagne sa voisine, son employeur ou même un politique.  Cette coutume est apparue au début du 19ᵉ siècle. La transparence fiscale fait office de mesure de prévention, et limite les dérives. Selon un article du Monde, c'est aussi l'opportunité de pointer du doigt les fraudeurs, ou ceux qui délocalisent pour éviter les impôts. À quoi cela sert ? Comment cela fonctionne ? Est-ce que tous les citoyens finlandais sont d'accord ? Un podcast Bababam Originals, écrit et réalisé par Joanne Bourdin À écouter aussi : Qu'est-ce que le second-screening, qui pourrait avoir des conséquences sur notre santé ? Faut-il se fier au nutri-score pour choisir ses aliments ? Qu'est-ce que le poop-shaming ? Retrouvez tous les épisodes de "Maintenant vous savez". Suivez Bababam sur Instagram. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Actualités Rhénanes sur le Net FB Elsass
L'appli TAVU pour découvrir Strasbourg autrement

Actualités Rhénanes sur le Net FB Elsass

Play Episode Listen Later Nov 15, 2023 2:24


durée : 00:02:24 - L'appli TAVU pour découvrir Strasbourg autrement - Une appli pour faire visiter autrement aux 18-35 ans (mais pas que) l'hyper-centre strasbourgeois. TAVU pourrait bien vous faire changer d'avis sur le patrimoine, en quelques messages instantanés.

Choses à Savoir SCIENCES
La Terre se trouve-t-elle dans un trou noir ?

Choses à Savoir SCIENCES

Play Episode Listen Later Nov 15, 2023 2:21


Les trous noirs n'en finissent pas de susciter la curiosité des scientifiques et du grand public. On le sait, ils se forment à la suite de l'effondrement sur elle-même d'une étoile très massive. La gravité est alors si puissante que rien, pas même la lumière, ne peut sortir de ce trou noir. On en compte une énorme quantité dans l'univers. Mais certains astrophysiciens vont jusqu'à imaginer que cet univers lui-même, donc notre galaxie, et la Terre avec elle, ferait partie d'un trou noir. Pour comprendre cette curieuse théorie, il faut d'abord rappeler que, pour certains scientifiques, l'univers qui abrite notre galaxie, et des myriades d'autres, ne serait pas le seul. Il y en aurait plusieurs, que les scientifiques appellent des multivers. Des passages d'un univers à l'autre Les tenants de cette théorie postulent que le trou noir servirait en quelque sorte de passage entre deux univers. En effet, la matière attirée au fond du trou noir atteint un tel degré de compacité et de petitesse qu'elle ne peut pas s'effondrer davantage. La matière en cet état s'appelle une "singularité". Mais elle n'est pas seulement infiniment petite et dense. D'après les scientifiques, elle serait aussi tordue par l'effet de la rotation du trou noir. Si l'on en croit cette théorie, cette minuscule "graine", grosse de tout un univers, et de ses milliards de galaxies, serait prête à se détendre brusquement, comme mue par un puissant ressort. On retrouve là une explication du Big Bang. Autrement dit, ce que nous appelons le "Big Bang" ne serait rien d'autre que l'expansion subite de la singularité d'un trou noir, qui aurait existé dans un autre univers. Notre univers serait donc né dans un trou noir, au sein duquel il se développerait toujours. Les univers seraient donc emboîtés les uns dans les autres, un peu à la manière des poupées russes. Et les trous noirs seraient les ponts qui les relieraient. Perdus à l'intérieur de cet immense trou noir, les Terriens ne pourront jamais mettre en évidence l'existence d'un éventuel univers parallèle. Tout juste certains d'entre eux peuvent-ils l'imaginer. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

TsugiMag
Ailleurs & Autrement : La joie du bordel (S201)

TsugiMag

Play Episode Listen Later Nov 14, 2023 6:23


Tim Dup nous a laissé en Asie lors de la saison 1, et pour cette nouvelle saison d'Ailleurs et Autrement, il explore les côtes méditerranéennes. Cette fois, ce n'est plus par pays, mais par thématiques que je suis de retour pour capter l'essence de la latinité, ici c'est la Méditerranée : la joie du bordel.

Tendances Première
Du bon usage des pères (Ed. Odile Jacob)

Tendances Première

Play Episode Listen Later Nov 13, 2023 70:38


LE DOSSIER : Du bon usage des pères (Ed. Odile Jacob) Les pères sont-ils des mères comme les autres ? Peuvent-ils se substituer à elles pour donner les soins au bébé ? Le feront-ils aussi bien ? Et, plus tard, quel rôle spécifique leur appartient-il de jouer auprès de leur fille ou de leur garçon devenus préadolescents ? Au bout du compte, quel est le vrai rôle du père ? Pour répondre à ces questions, Antoine Guedeney part des besoins fondamentaux de l'enfant. Pour lui, la qualité des interactions parents-bébé est décisive pour son développement. Et elle dépend de la manière dont chacun va assumer son rôle en l'articulant à l'autre dans les soins apportés. Autrement dit, la complémentarité des parents et leur alliance sont déterminantes pour le bien-être de l'enfant. Se fondant sur de nombreux cas cliniques, Antoine Guedeney montre comment l'alliance parentale peut survivre aux conflits, aux séparations, à la maladie. Avec cette idée : aucun rôle n'est joué d'avance ! À chaque couple d'écrire sa propre partition. Et celle-ci peut changer au gré des aléas de la vie. Antoine Guedeney pédopsychiatre, professeur émérite à l'université de Paris-Cité est notre invité.

Tendances Première
Du bon usage des pères (Ed. Odile Jacob)

Tendances Première

Play Episode Listen Later Nov 13, 2023 36:20


LE DOSSIER : Du bon usage des pères (Ed. Odile Jacob) Les pères sont-ils des mères comme les autres ? Peuvent-ils se substituer à elles pour donner les soins au bébé ? Le feront-ils aussi bien ? Et, plus tard, quel rôle spécifique leur appartient-il de jouer auprès de leur fille ou de leur garçon devenus préadolescents ? Au bout du compte, quel est le vrai rôle du père ? Pour répondre à ces questions, Antoine Guedeney part des besoins fondamentaux de l'enfant. Pour lui, la qualité des interactions parents-bébé est décisive pour son développement. Et elle dépend de la manière dont chacun va assumer son rôle en l'articulant à l'autre dans les soins apportés. Autrement dit, la complémentarité des parents et leur alliance sont déterminantes pour le bien-être de l'enfant. Se fondant sur de nombreux cas cliniques, Antoine Guedeney montre comment l'alliance parentale peut survivre aux conflits, aux séparations, à la maladie. Avec cette idée : aucun rôle n'est joué d'avance ! À chaque couple d'écrire sa propre partition. Et celle-ci peut changer au gré des aléas de la vie. Antoine Guedeney pédopsychiatre, professeur émérite à l'université de Paris-Cité est notre invité.

Choses à Savoir SCIENCES
Pourquoi les femmes ont-elles souvent plus froid que les hommes ?

Choses à Savoir SCIENCES

Play Episode Listen Later Nov 13, 2023 2:20


Vous l'avez sans doute remarqué dans votre propre entourage, les femmes ont tendance à être plus frileuses que les hommes. Et, de fait, la température jugée satisfaisante pour les hommes serait, en moyenne, de 21°C, alors que les femmes auraient besoin de 25°C. Ces différences s'expliquent par des raisons physiologiques. Ainsi, le mécanisme de contraction des vaisseaux sanguins qui, en cas de baisse de la température, limite les déperditions de chaleur, notamment aux extrémités, est moins efficace chez les femmes. Par ailleurs, une masse musculaire plus dense permet aux hommes de produire davantage de calories, et donc de chaleur. Et ce d'autant que la peau, plus froide, est séparée des muscles, source de chaleur, par une couche de graisse moins épaisse chez les hommes. Une question d'hormones... Les hormones sexuelles jouent aussi un rôle notable dans l'impression de froid souvent ressentie par les femmes. Des études ont en effet montré que la testostérone, une hormone mâle, limitait l'action d'une protéine captant le froid. Le taux de testostérone diminuant avec l'âge, les hommes plus vieux sont souvent plus frileux que leurs cadets. À l'inverse, les œstrogènes, hormones féminines, ont tendance à épaissir le sang. Ce qui rend moins fluide la circulation sanguine vers les doigts ou les orteils, les rendant dès lors plus sensibles au froid. Des expériences sur des souris ont permis de vérifier ces éléments. Ainsi, des mâles privés de testostérone se sont montrés plus vulnérables au froid. ...Mais aussi de société Mais cette frilosité des femmes ne s'explique pas seulement par des raisons physiologiques. En effet, des études ont montré que les systèmes de chauffage sont le plus souvent conçus pour satisfaire les besoins masculins. Autrement dit, ces appareils ne seraient pas adaptés au métabolisme particulier des femmes. Et si la température préconisée dans les bureaux, de l'ordre de 20 ou 21°C, convient très bien à la majorité des hommes, elle fait moins l'affaire des femmes, qui auraient besoin, en moyenne, de 4 degrés supplémentaires pour se sentir à l'aise. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Choses à Savoir HISTOIRE
e « vrai » Dracula pleurait-il des larmes de sang ?

Choses à Savoir HISTOIRE

Play Episode Listen Later Nov 12, 2023 2:23


Vlad III l'Empaleur règne sur la principauté de Valachie, à l'origine de la Roumanie, au milieu du XVe siècle. L'un de ces surnoms, "Draculea", qui signifie "fils du dragon", fut repris, au XIXe siècle, par Bram Stoker, qui en fit le fameux vampire Dracula. Il était d'ailleurs déjà porté par son père. Si ce prince servit de modèle au romancier, c'est qu'il traînait derrière lui une réputation sanguinaire, comme en atteste son surnom. En effet, il aurait fait subir à ses opposants les plus horribles supplices, dont l'empalement. En fait, il semble que ces méfaits relèvent plus, dans leur ensemble, de la légende que de la réalité. Ce qui ne veut pas dire que ce prince valache n'ait montré aucune violence dans la répression de ses opposants. Des larmes de sang Il est bien malaisé, aujourd'hui, de s'inscrire en faux contre la légende démoniaque de Vlad l'Empaleur. D'autant qu'un fait nouveau pourrait encore l'accréditer. En effet, des chercheurs ont fait une curieuse découverte en examinant trois lettres laissées par le seigneur valache. Ils ont retrouvé, sur le papier, des peptides, qui sont de courtes séquences d'acides aminés. Elles provenaient du liquide lacrymal et de la rétine. Et leur analyse aurait montré que les larmes de Vlad III auraient été sanguinolentes. Autrement dit, ce prince aurait pleuré du sang ! Si, du moins, c'est bien lui qui a versé les larmes dont on a retrouvé la trace sur le papier. Si cela est avéré, Vlad III aurait souffert d'hémolacrie. Une maladie rarissime, qui ne toucherait que quelques personnes dans le monde. En fait, ce n'est pas du sang qui coule des yeux des malades, mais plutôt des larmes teintées de sang. La maladie peut aussi s'accompagner de maux de tête et de saignement du nez. Analysées avec des méthodes très modernes, ces lettres ont apporté d'autres renseignements aux scientifiques. Outre des empreintes, ils y ont en effet repéré un peu de sueur et de salive. Ces éléments, et quelques autres, donnent des indications sur l'état de santé et les habitudes alimentaires de Vlad l'Empaleur. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Reportage Afrique
La galère des Brazzavillois face aux coupures répétées d'électricité

Reportage Afrique

Play Episode Listen Later Nov 11, 2023 2:07


Dans un communiqué, Énergie électrique du Congo (E2C), principale compagnie de fourniture de courant au Congo, a annoncé que jusqu'au 4 décembre prochain, les Brazzavillois devront faire face à des perturbations répétées d'approvisionnement en courant électrique. Raison avancée : les travaux de maintenance à la centrale électrique du Congo qui fournit à elle seule 70% de l'énergie. Les effets de ces désagréments se font déjà sentir chez ceux qui exercent les petits métiers. De notre correspondant à Brazzaville,Rond-point de la pâte d'oie au cœur de Brazzaville. En cette mi-journée, le soleil frappe fort. Les policiers qui régulent la circulation sont sur les nerfs. Les files de voitures sont longues. Faute de courant, aucun feu de signalisation ne marche. À plusieurs dizaines de mètres de là, en face de la direction des examens et concours, des jeunes étudiants sans emploi tiennent des machines à photocopier qui sont toutes à l'arrêt. Boris, 27 ans, qui ne dépend que de cette activité, est désemparé. « Nous devons avoir le courant en permanence. Donc, la situation actuelle ne nous arrange pas. Il serait mieux qu'ils (les fournisseurs) corrigent ces perturbations », se désole-t-il.Son voisin, assis et le dos contre le mur du stade Marchand, est aussi désabusé.« Sans courant, on ne peut pas vivre. Dans un pays comme le nôtre, on rencontre des situations pareilles, cela nous empêche de bien vivre », tempête-t-il.À lire aussiCongo-B : des villageois dans le noir malgré la présence du pétrole et du courantDes quartiers entiers sont plongés dans l'obscurité à la nuit tombée. Ce qui étonne les Brazzavillois, c'est le fait que les réparations à la centrale électrique du Congo, basée à Pointe-Noire et qui fournit plus de 480 mégawatts, interviennent chaque année ou presque. « C'est une question qu'on devait proprement poser au gouvernement. Je pense que cela ne peut pas s'expliquer. Comment ? C'est bizarre », rumine de colère un autre citoyen.La situation agace et inquiète tous les consommateurs. Certains décrivent leurs difficultés quotidiennes, presque les larmes aux yeux. « Je suis arrivé à la maison et j'ai demandé aux voisins. Ceux-ci m'ont fait comprendre qu'il y avait eu coupure depuis le matin : entre 8h et 9h. Je suis rentré chez moi à 20h. Et, jusqu'à 23h quand j'ai fermé l'œil, il n'y avait pas de courant. Donc, j'ai dormi dans le noir. Je ne sais pas à quel moment le courant s'est rétabli. C'est la merde. On vit le chaos. Autrement dit, c'est chaotique », déplore encore un citoyen.Cette situation chaotique, les Brazzavillois vont la vivre jusqu'au 4 décembre prochain, date annoncée pour le retour des choses à la normale.

Chronique Economique
Fin de la gratuité des réseaux sociaux, un nouveau modèle économique via des abonnements payants

Chronique Economique

Play Episode Listen Later Nov 10, 2023 4:00


Pendant des années, la promesse des réseaux sociaux, c'était d'être en contact permanent avec nos amis, notre famille, mais gratuitement, à condition évidemment d'accepter que nous soyons le produit. Autrement dit, nous ne payons rien pour être sur Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat et d'autres. Mais en contrepartie, bien les propriétaires de ces réseaux sociaux vendaient, vendent encore nos données numériques contre de la publicité ciblée aux annonceurs. Meta a très bien gagné sa vie grâce à ce modèle de la gratuité. Par exemple, en 2022, Meta a réalisé 117 milliards de dollars de revenus et chacun de ces utilisateurs, c'est-à-dire vous et moi, a rapporté en moyenne donc 220 $ par an. Comme quoi le gratuit, ça paye. Mais voilà, les gens derrière ces réseaux sociaux savent compter et surtout anticiper. Or des signaux faibles montrent que petit à petit, l'audience de ces réseaux sociaux semble atteindre un plateau, surtout en Europe et aux États-Unis. Dans le cas de Twitter, la reprise par Elon Musk a même été une catastrophe industrielle, si je puis dire, et les annonceurs ont déserté sa plateforme en masse, ce qui lui a d'ailleurs imposé de mettre en place des abonnements : le basique, le premium et même le premium plus. Mais on le voit, Facebook, alias Meta et les autres réseaux sociaux commencent aussi à proposer des formules payantes. Souvent, ce sont d'ailleurs des formules qui vous garantissent un plus grand confort. Pas de publicité par exemple, ou le fait que nos posts soient mieux mis en avant, ce qui est très important pour certains et montre que Meta et les autres réseaux sociaux savent jouer sur notre ego, sur notre envie d'être en vitrine en quelque sorte… Mots-Clés : force, payer, abonnements, euros, internautes, porte-monnaie, offre, gratuit, diversifier, revenus, numérique, Instagram, Snapchat, Meta, intérêt, plateforme, streaming, online, Netflix, Disney, hébergeur, statut, éditeur, responsabilité, NewsGuard, informations, conflit, Proche-Orient, désinformer, priorité, réseaux, asociaux, dangers. --- La chronique économique d'Amid Faljaoui, tous les jours à 8h30 et à 17h30 sur Classic 21, la radio Rock'n'Pop.

Chronique des Matières Premières
Le cacao ghanéen à la recherche de financements

Chronique des Matières Premières

Play Episode Listen Later Nov 9, 2023 1:52


Contrairement à la Côte d'Ivoire où les fèves sont achetées par des opérateurs privés, le Ghana, deuxième producteur mondial, n'a pas libéralisé sa filière cacao. Mais la crise économique que traverse le pays pourrait changer la donne. Le Cocobod a toujours résisté : malgré les pressions, l'organisme qui régule la filière au Ghana a tout fait pour garder la main sur l'achat de fèves contrairement aux pratiques en vigueur chez son voisin ivoirien.Sur le papier, c'est le Cocobod qui achète au planteur et qui revend aux broyeurs et aux exportateurs. L'institution emprunte généralement auprès d'un groupement de banquiers et d'investisseurs à un taux plus faible que n'importe quel acteur pourrait obtenir.Des prêts plus difficiles à obtenirUne fois le prêt négocié, le Cocobod n'achète pas physiquement le cacao, mais il octroie des licences à des acheteurs agréés (Licence Buying Compagnies), qui livrent les fèves à la Cocoa Marketing Company (CMC), filiale du Cocobod qui détient le monopole de l'exportation de la totalité des fèves de cacao du Ghana. Autrement dit, l'organisme délègue l'achat de fèves, tout en gardant un droit de regard sur la finalité du produit.Depuis trois ans la situation économique du Ghana change la donne. Le pays œuvre pour restructurer sa dette et a vu sa côte baisser auprès des organismes financiers. Le « risque pays » étant plus élevé, les modalités d'emprunt se sont durcies et les négociations du Cocobod avec ses partenaires, cet été, ont été plus compliquées que prévues.À lire aussiLe cacao boudé par les multinationalesVers la fin du modèle ghanéen ?Le Cocobod n'aurait obtenu de ses financeurs habituels que 800 millions de dollars sur les 1,2 milliard qu'il attendait. L'organisme se voit donc exceptionnellement contraint d'emprunter ailleurs et s'est tourné vers les géants du négoce de cacao pour leur demander d'avancer les 400 millions de dollars manquants, selon les informations de l'agence Bloomberg.L'implication de « traders » dans le financement de la campagne cacao pourrait annoncer les prémices d'une libéralisation à l'ivoirienne, commente un expert. L'année dernière déjà, le Cocobod aurait été contraint de faire appel aux négociants pour compléter ses prêts bancaires, sans que cela n'ait été reconnu officiellement.Le Cocobod souffre depuis plusieurs années de difficultés financières et peine notamment à payer les compagnies agréées pour l'achat de cacao (LBC), qui le fournissent en fèves après collecte auprès des producteurs.À écouter aussiLe goût amer du cacao - C'est pas du vent

LE PODCAST DE JONATHAN HATCHI
3 raisons pour lesquelles elle ne te respecte pas [Faut que l'on en parle quand même]

LE PODCAST DE JONATHAN HATCHI

Play Episode Listen Later Nov 7, 2023 13:40


➜Etude de cas offerte  "20k en 1 semaine" + IA : https://bit.ly/3YfxWeV  ➜Intéressé par le business en ligne ? Consultation GRATUITE : https://bit.ly/3sUkHo4

Accompagnantes
#46 - Apprendre à accompagner autrement avec Selma Sardouk (partie 2/2)

Accompagnantes

Play Episode Listen Later Nov 7, 2023 53:33


Bonjour à toutes et à tous et à tout le monde, j'espère que vous allez bien. Bienvenue dans la deuxième partie de l'interview de Selma Sardouk.Pour rappel Selma Sardouk est thérapeute, coach décoloniale, créatrice d'espaces de libération collective & autrice du podcast Mäli Mäli.Un podcast pour parler de santé mentale, de libération collective et de coaching dans une optique décoloniale et dépatriarcale. Des thématiques juste essentielles dans le contexte actuel.Selma mêle coaching, thérapies brèves, sciences sociales, savoirs ancestraux pour accompagner les personnes multiminorisées à reprendre le pouvoir.Elle a une une vision de l'accompagnement décoloniale, dépatriarcale et ancrée dans nos réalités et elle propose des accompagnements en groupe et en individuel sur 3 axes principaux : déconstruire, se reconnecter à soi et s'affirmer.Dans cette deuxième partie, avec Selma, on a parlé d'inconfort, de fausse posture basse, de la Suisse, de sa vision de la résilience, du paradigme limitant du on/off des accompagnements dans le paradigme euro-centrique. On a aussi plongé dans sa manière de travailler en séances individuelles et de son cadre non linéaire, de la vraie co-construction avec ses accompagné·es, de l'importance d'une pratique de décolonialité quand on accompagne, de selfcare et de community care en lien avec le contexte d'origine qu'est le militantisme, de l'espace La Pilule Rouge et de plein d'autres thèmes hyper forts.Je vous souhaite de tout coeur une très belle écoute !--

Café Crème Sport
MMA - UFC 295 preview : grosses attentes au Madison Square Garden

Café Crème Sport

Play Episode Listen Later Nov 6, 2023 128:01


Il s'agit ici d'une des cartes les plus excitantes de cette année 2023. Cet UFC 295 promet du début à la fin même si les plus grandes stars ne sont pas là. Jon Jones et Stipe Miocic auraient dû... elles manquent à l'appel avec la blessure du champion des poids lourds. Autrement, une part importante des combats à venir est portée par l'incertitude, les profils intéressants ou déroutants. Bref, beaucoup d'excitation. Messieurs dames, régalez-nous !

Alors on dit quoi
Événementiel, le rayonnement africain autrement

Alors on dit quoi

Play Episode Listen Later Nov 4, 2023 48:30


Événement socio-culturel, économique ou politique, les lieux et espaces d'expression se multiplient et dévoilent de nouveaux visages africains. De nombreux jeunes vivent désormais au rythme de rendez-vous organisés afin de faire rayonner le continent et pousser à de profondes réflexions sur les changements qu'ils mettent en œuvre. Au vu des tendances géographiques propices à de nouveaux marchés, ces événements donnent ainsi naissance à une réelle économie et à de fortes perspectives de croissance. En Afrique, la demande en emplois dans l'événementiel, par exemple, est particulièrement forte, raison pour laquelle les diasporas s'organisent autour de l'organisation d'événements. Quelle est la plus-value de ces rencontres de la diaspora pour l'Afrique ? Comment contribue-t-elle à insuffler un autre narratif africain ? Quelles conditions réunir pour qu'elle joue un rôle encore plus puissant dans sa volonté de faire briller l'Afrique ? Invités : - Prisca Mbenkoe, présidente Afriqu'elles- Raissa Ngankem, CEO du cabinet d'expertise comptable DNM CONSEILS - sponsor de l'événement Sommet de la Diaspora Africaine et responsable pôle Entrepreneuriat de l'association Afriqu'elles- Fontain Traoré, fondateur du Festival Mother Africa - James Ekabani, fondateur de Mille Event - Bazeli Mbo, chargée des programmes de l'événement Adicom DAYS.

Reportage International
En Ukraine, l'importance des témoignages pour écrire l'histoire de la guerre

Reportage International

Play Episode Listen Later Nov 1, 2023 2:33


En Ukraine, loin de la ligne de front, la guerre se décline aussi dans la façon dont on s'en souviendra. On s'en rappellera dans les livres d'histoire, mais c'est justement cette histoire en cours d'écriture qu'il s'agit de sauvegarder. Les Ukrainiens l'ont bien compris, et pour ce faire, institutions et historiens se réunissent pour créer des espaces de réflexion et de coopération pour documenter les événements sous toutes les formes, y compris via des archives orales. de notre correspondante à Kiev,En ce mois d'octobre à Kiev, le premier Forum d'histoire orale se déroule dans des conditions extra-ordinaires : risque d'alerte aérienne oblige, la réunion a lieu dans un parking d'hôtel, rappelant ainsi à qui aurait souhaité l'oublier que la guerre est omniprésente dans le quotidien des Ukrainiens. C'est justement pour trouver de nouvelles stratégies de documentation de l'histoire présente, qu'historiens, sociologues, économistes et archivistes se retrouvent ici, nous explique Natalia Yemchenko, membre de la fondation Rinat Akhmetov, à l'origine du site internet « musée des voix civiles ». Pour elle, les Ukrainiens ne s'y trompent pas..« Environ 90 % des Ukrainiens comprennent l'importance de ces témoignages et des histoires orales, et combien il est nécessaire de préserver la vérité, celle qui est racontée à la première personne (…) Nous rédigeons des témoignages de cette guerre depuis 2014. Sans aucun doute, l'invasion à grande échelle a rendu cette tragédie commune à l'ensemble de l'Ukraine, car depuis 2014, elle était surtout localisée à l'Est et nous avions travaillé principalement avec les régions de Donetsk et de Louhansk…»Les récits sont donc archivés depuis près de dix ans, et le résultat de ce travail de recensement de sources orales est visible en ligne : plus de 86 000 témoignages sont déjà disponibles en ukrainien, en russe et en anglais, afin que ces archives soient accessibles et compréhensibles au plus grand nombre.« Pour ce qui est de la version russe, je ne sais pas si les Russes la lisent ou s'ils la croient, mais ils y ont accès, reprendNatalia Yemchenko. Autrement dit, si vous vous souvenez de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands disaient en masse qu'ils ne savaient pas ce qui s'était passé. Nous, nous faisons tout ce qui est nécessaire pour que personne ne puisse jamais dire qu'il n'a pas eu d'accès à l'information. Parce qu'il y a des preuves, elles sont tangibles. Des centaines de milliers de personnes ont déjà donné leur consentement pour que leurs histoires soient publiées. »Devant l'ampleur des sources orales disponibles, puisqu'il y autant de témoins de cette guerre que d'habitants dans le pays, ceux qui récoltent cette parole doivent procéder avec tact, mais aussi avec rapidité, pour lutter contre l'oubli qui suit souvent une expérience traumatique, comme l'explique Yevheniia Blyzniuk, de la société d'études sociologiques GRADUS (société d'étude de marchés et sociologique).« Les experts ont souligné qu'il est très important de recueillir des preuves le plus rapidement possible, car le traumatisme est largement effacé de la mémoire. Il s'agit d'un processus psychologique vécu par chaque victime et chaque participant à un événement traumatisant. Car les gens qui sont exposés à un drame ne veulent pas s'en souvenir, ne veulent pas revivre cet épisode, se remémorer et s'immerger. »À lire aussiLa guerre en Ukraine au jour le jourDans le « musée virtuel des voix civiles », on retrouve des témoignages poignants comme celui de Ksenia, de Mariupol, dont la mère est toujours portée disparue. Elle raconte comment elle a fui la ville avec ses enfants :« Nous avons demandé à un chauffeur de bus si nous pouvions évacuer, s'il pouvait nous prendre avec lui jusqu'à un point de transfert pour quitter la ville. C'était au moment où j'ai compris que nous allions manquer de tout, nous avions faim, froid, nous n'avions pas de médicaments, nous ne pouvions plus vivre dans une ville complètement détruite. Nous avons donc décidé… J'ai décidé que nous devions fuir par tous les moyens ».Maxym, 18 ans, originaire de la région de Zaporizhzhia, se rappelle du jour de l'invasion :« Le 24 février, j'étais à Enerhodar, mon frère m'a réveillé à 5h du matin en m'appelant depuis Kharkiv où il se trouvait. Il m'a dit, 'pourquoi tu dors encore ? la guerre a commencé !' On était terrifiés ! Les Russes ont envahi la ville, tout approvisionnement en nourriture a été stoppé, on ne savait pas du tout ce qui se passait à la centrale nucléaire après que l'unité de contrôle ait été touchée par un missile..c'était horrible ».La tâche colossale du musée virtuel d'histoire orale n'est qu'une des nombreuses initiatives de documentation des événements. D'autres organisations recensent elles aussi les milliers de témoignages d'Ukrainiens. Une façon d'établir la vérité, pour Natalia Yemchenko :« Lorsqu'un récit oral n'est pas unique, lorsqu'il y en a des centaines de milliers, alors il devient source de vérité, et cette vérité ne peut être niée, parce que dans chaque histoire il y a un nom, des yeux, un visage et il y a une voix que vous ne pouvez pas taire, vous ne pouvez pas tout remettre à zéro et dire "cela n'est pas arrivé".»Ces milliers de voix ukrainiennes servent à enrichir la mémoire nationale, l'Histoire collective, et à lutter contre l'oubli des victimes. À terme, ces sources pourront également servir à la justice internationale pour juger les responsables des crimes commis sur le sol ukrainien.Le reportage est aussi à retrouver dans Accents d'EuropeÀ lire aussiL'Ukraine au défi d'une guerre longue?

Reportage international
En Ukraine, l'importance des témoignages pour écrire l'histoire de la guerre

Reportage international

Play Episode Listen Later Nov 1, 2023 2:33


En Ukraine, loin de la ligne de front, la guerre se décline aussi dans la façon dont on s'en souviendra. On s'en rappellera dans les livres d'histoire, mais c'est justement cette histoire en cours d'écriture qu'il s'agit de sauvegarder. Les Ukrainiens l'ont bien compris, et pour ce faire, institutions et historiens se réunissent pour créer des espaces de réflexion et de coopération pour documenter les événements sous toutes les formes, y compris via des archives orales. de notre correspondante à Kiev,En ce mois d'octobre à Kiev, le premier Forum d'histoire orale se déroule dans des conditions extra-ordinaires : risque d'alerte aérienne oblige, la réunion a lieu dans un parking d'hôtel, rappelant ainsi à qui aurait souhaité l'oublier que la guerre est omniprésente dans le quotidien des Ukrainiens. C'est justement pour trouver de nouvelles stratégies de documentation de l'histoire présente, qu'historiens, sociologues, économistes et archivistes se retrouvent ici, nous explique Natalia Yemchenko, membre de la fondation Rinat Akhmetov, à l'origine du site internet « musée des voix civiles ». Pour elle, les Ukrainiens ne s'y trompent pas..« Environ 90 % des Ukrainiens comprennent l'importance de ces témoignages et des histoires orales, et combien il est nécessaire de préserver la vérité, celle qui est racontée à la première personne (…) Nous rédigeons des témoignages de cette guerre depuis 2014. Sans aucun doute, l'invasion à grande échelle a rendu cette tragédie commune à l'ensemble de l'Ukraine, car depuis 2014, elle était surtout localisée à l'Est et nous avions travaillé principalement avec les régions de Donetsk et de Louhansk…»Les récits sont donc archivés depuis près de dix ans, et le résultat de ce travail de recensement de sources orales est visible en ligne : plus de 86 000 témoignages sont déjà disponibles en ukrainien, en russe et en anglais, afin que ces archives soient accessibles et compréhensibles au plus grand nombre.« Pour ce qui est de la version russe, je ne sais pas si les Russes la lisent ou s'ils la croient, mais ils y ont accès, reprendNatalia Yemchenko. Autrement dit, si vous vous souvenez de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands disaient en masse qu'ils ne savaient pas ce qui s'était passé. Nous, nous faisons tout ce qui est nécessaire pour que personne ne puisse jamais dire qu'il n'a pas eu d'accès à l'information. Parce qu'il y a des preuves, elles sont tangibles. Des centaines de milliers de personnes ont déjà donné leur consentement pour que leurs histoires soient publiées. »Devant l'ampleur des sources orales disponibles, puisqu'il y autant de témoins de cette guerre que d'habitants dans le pays, ceux qui récoltent cette parole doivent procéder avec tact, mais aussi avec rapidité, pour lutter contre l'oubli qui suit souvent une expérience traumatique, comme l'explique Yevheniia Blyzniuk, de la société d'études sociologiques GRADUS (société d'étude de marchés et sociologique).« Les experts ont souligné qu'il est très important de recueillir des preuves le plus rapidement possible, car le traumatisme est largement effacé de la mémoire. Il s'agit d'un processus psychologique vécu par chaque victime et chaque participant à un événement traumatisant. Car les gens qui sont exposés à un drame ne veulent pas s'en souvenir, ne veulent pas revivre cet épisode, se remémorer et s'immerger. »À lire aussiLa guerre en Ukraine au jour le jourDans le « musée virtuel des voix civiles », on retrouve des témoignages poignants comme celui de Ksenia, de Mariupol, dont la mère est toujours portée disparue. Elle raconte comment elle a fui la ville avec ses enfants :« Nous avons demandé à un chauffeur de bus si nous pouvions évacuer, s'il pouvait nous prendre avec lui jusqu'à un point de transfert pour quitter la ville. C'était au moment où j'ai compris que nous allions manquer de tout, nous avions faim, froid, nous n'avions pas de médicaments, nous ne pouvions plus vivre dans une ville complètement détruite. Nous avons donc décidé… J'ai décidé que nous devions fuir par tous les moyens ».Maxym, 18 ans, originaire de la région de Zaporizhzhia, se rappelle du jour de l'invasion :« Le 24 février, j'étais à Enerhodar, mon frère m'a réveillé à 5h du matin en m'appelant depuis Kharkiv où il se trouvait. Il m'a dit, 'pourquoi tu dors encore ? la guerre a commencé !' On était terrifiés ! Les Russes ont envahi la ville, tout approvisionnement en nourriture a été stoppé, on ne savait pas du tout ce qui se passait à la centrale nucléaire après que l'unité de contrôle ait été touchée par un missile..c'était horrible ».La tâche colossale du musée virtuel d'histoire orale n'est qu'une des nombreuses initiatives de documentation des événements. D'autres organisations recensent elles aussi les milliers de témoignages d'Ukrainiens. Une façon d'établir la vérité, pour Natalia Yemchenko :« Lorsqu'un récit oral n'est pas unique, lorsqu'il y en a des centaines de milliers, alors il devient source de vérité, et cette vérité ne peut être niée, parce que dans chaque histoire il y a un nom, des yeux, un visage et il y a une voix que vous ne pouvez pas taire, vous ne pouvez pas tout remettre à zéro et dire "cela n'est pas arrivé".»Ces milliers de voix ukrainiennes servent à enrichir la mémoire nationale, l'Histoire collective, et à lutter contre l'oubli des victimes. À terme, ces sources pourront également servir à la justice internationale pour juger les responsables des crimes commis sur le sol ukrainien.Le reportage est aussi à retrouver dans Accents d'EuropeÀ lire aussiL'Ukraine au défi d'une guerre longue?

Décryptage
L'offensive terrestre à Gaza accentue la fracture mondiale

Décryptage

Play Episode Listen Later Nov 1, 2023 19:30


Selon le ministère de la Santé du Hamas à Gaza, l'offensive israélienne a déjà fait près de 9 000 morts, dont plus de 3 600 enfants. Le camp de réfugiés de Jabaliya déjà visé, mardi 31 octobre, par des bombardements, a de nouveau été touché, ce mercredi 1er novembre 2023, faisant des dizaines de victimes supplémentaires. Ce bilan effrayant suscite évidemment de nombreuses réactions à travers le monde, et alimente une flambée d'antisémitisme en Europe. Aux États-Unis, plus sûr soutien d'Israël, les appels à faire pression pour que cesse l'offensive en cours deviennent de plus en plus pressants. La Jordanie a rappelé aujourd'hui son ambassadeur en Israël en signe de protestation. La Bolivie a suspendu ses relations diplomatiques avec l'État hébreu. Après la guerre en Ukraine, celle entre Israël et le Hamas, nourrit la défiance du sud global envers l'Occident, accusé d'un deux poids, deux mesures. Et ce, pour le plus grand bonheur de la Russie.Avec nos invités :  Younes Belfellah, enseignant-chercheur à l'Université de Paris 8, spécialiste du Moyen-Orient Jean-Paul Chagnollaud, professeur émérite des Universités et président de l'IReMMO (Institut de recherche de d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient), auteur de plusieurs livres sur le Proche-Orient et co-auteur de Le rendez-vous manqué des peuples - De l'échec des révolutions populaires aux dérives populistes, éditions Autrement.  

Débat du jour
L'intelligence artificielle peut-elle stimuler la création?

Débat du jour

Play Episode Listen Later Oct 31, 2023 29:30


Des représentants gouvernementaux, des géants de la tech, des experts du monde académique et de la société civile. Ils seront réunis à partir de demain (1er novembre 2023) au Royaume-Uni pour un sommet international sur la sûreté de l'intelligence artificielle. Cette IA désormais partout au sein de nos sociétés. Il s'agira d'établir un état des lieux du secteur. Ses perspectives et ses risques.  L'intelligence artificielle bouscule de nombreux domaines. C'est le cas de celui de la création. Des outils comme ChatGPT, Midjourney, Dall-E, se sont imposés.Une commande écrite sur un clavier suffit pour créer une image originale. Et soudain l'étendue des possibilités semble infinie.Ces outils qui font, qui créent, sont-ils une source d'inspiration pour les artistes ? Une menace pour les créateurs ? Un algorithme est-il suffisant pour créer une oeuvre ? Autrement dit : l'intelligence artificielle peut-elle stimuler la création ? Pour en débattre :- Frédérique Pain directrice de l'École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI - Les Ateliers)- Hugo Casselle Dupré, artiste et chercheur du collectif Obvious- Léa Saint-Raymond, économiste et historienne de l'art, spécialiste du marché de l'art, elle dirige l'Observatoire des Humanités numériques de l'ENS.

Débat du jour
L'intelligence artificielle peut-elle stimuler la création?

Débat du jour

Play Episode Listen Later Oct 31, 2023 29:30


Des représentants gouvernementaux, des géants de la tech, des experts du monde académique et de la société civile. Ils seront réunis à partir de demain (1er novembre 2023) au Royaume-Uni pour un sommet international sur la sûreté de l'intelligence artificielle. Cette IA désormais partout au sein de nos sociétés. Il s'agira d'établir un état des lieux du secteur. Ses perspectives et ses risques.  L'intelligence artificielle bouscule de nombreux domaines. C'est le cas de celui de la création. Des outils comme ChatGPT, Midjourney, Dall-E, se sont imposés.Une commande écrite sur un clavier suffit pour créer une image originale. Et soudain l'étendue des possibilités semble infinie.Ces outils qui font, qui créent, sont-ils une source d'inspiration pour les artistes ? Une menace pour les créateurs ? Un algorithme est-il suffisant pour créer une oeuvre ? Autrement dit : l'intelligence artificielle peut-elle stimuler la création ? Pour en débattre :- Frédérique Pain directrice de l'École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI - Les Ateliers)- Hugo Casselle Dupré, artiste et chercheur du collectif Obvious- Léa Saint-Raymond, économiste et historienne de l'art, spécialiste du marché de l'art, elle dirige l'Observatoire des Humanités numériques de l'ENS.

Les Experts FB Alsace
Le rhume, comment le soigner autrement ?

Les Experts FB Alsace

Play Episode Listen Later Oct 30, 2023 26:19


durée : 00:26:19 - Le rhume, comment le soigner autrement ? - Le rhume est probablement l'une des maladies les plus courantes, et celle que l'on rencontre aussi le plus souvent dans notre vie.

Chronique Economique
L'or se porte bien et frôle la barre des 2000 dollars l'once malgré la hausse des taux d'intérêt

Chronique Economique

Play Episode Listen Later Oct 27, 2023 2:43


Le métal jaune reste la valeur refuge reine. Et c'est exactement le scénario actuel avec la crise en Ukraine et avec la crise au Proche-Orient, l'or a repris des couleurs et tutoie même la barre des 2000 $ l'once. Un niveau qu'il n'a pas souvent atteint. Avant le 7 octobre dernier, avant l'attaque du Hamas contre Israël, la tendance de l'or était plutôt dirigée vers la baisse. Parce que l'or, par définition, ne rapporte ni intérêt ni dividende. Son atout, c'est effectivement sa hausse, la hausse du cours. Mais l'or, on l'a constaté au fil du temps, va nettement mieux quand les taux d'intérêt sont en baisse ou très faible. Or, ici, les rendements des emprunts d'Etat américains sont à la hausse. Il frôle même les 5% et c'est donc une concurrence pour le métal jaune qui ne donne aucun rendement. Mais entre la hausse des taux et puis le risque d'élargissement du conflit au Proche-Orient, les investisseurs ont choisi la deuxième option. Autrement dit, la géopolitique l'a emporté sur les taux d'intérêt en quelque sorte. Et l'or a retrouvé de sa superbe et sa qualité de valeur refuge traditionnelle. Mais attention, les très fortes tensions actuelles au Proche-Orient n'expliquent pas à elles seules la bonne tenue de l'or. Il y a aussi le rôle des banquiers centraux qui achètent à tour de bras de l'or, des lingots d'or. Et ce sont surtout les banques centrales de pays qui craignent des sanctions américaines qui sont donc à l'origine de ces achats massifs de métal jaune... Mots-Clés : acheter, diversifier, avoirs, réserves, pays, Russie, Chine, sanctions, île, Taïwan, dette, personne, contrepartie, victime, sanctions. --- La chronique économique d'Amid Faljaoui, tous les jours à 8h30 et à 17h30 sur Classic 21, la radio Rock'n'Pop.

Chronique Economique
Les prix de l'immobilier font de la résistance

Chronique Economique

Play Episode Listen Later Oct 26, 2023 4:14


Vous vous en souvenez peut être, une grande banque belge tablait l'année dernière sur une chute des prix de l'immobilier au second semestre 2022. Eh bien, c'est tout le contraire qui se déroule, car les statistiques, en tout cas pour le premier semestre 2023, montrent même que les prix font de la résistance en Belgique. Alors c'est assez étonnant car la Banque centrale européenne a augmenté, comme vous le savez rapidement et très fortement les taux d'intérêt en Europe. Et on aurait pu s'attendre à une sorte de vases communicants entre la hausse des taux d'intérêt et puis une baisse relativement brutale des prix de l'immobilier en Belgique et ailleurs. Mais ce n'est pas, ou en tout cas pas encore le cas chez nous. Alors en France, par exemple, même à Paris, les prix ont baissé et c'est vrai que le prix au mètre carré est même redescendu sous les dix zéro zéro 0 €. Et comme l'écrivait joliment Jean-Marc Vittori, éditorialiste au quotidien français Les Echos, c'est la panique dans les beaux quartiers de Paris. Car il ne sera plus possible de s'acheter une voiture électrique en vendant l'équivalent d'un espace pour Wess. Mais revenons en à la résistance de l'immobilier en Belgique pour le marché secondaire, c'est à dire celui du logement ancien. Alors d'abord, cette résistance, elle s'explique par le fait qu'un bien immobilier n'est pas l'équivalent d'une action ou d'une obligation. On n'achète pas ou on vend sur un coup de tête. L'immobilier sert à la fois en effet de logement et d'épargne. Et donc quand les taux d'intérêt augmentent et que les prix devraient baisser, eh bien ces derniers ne baissent pas autant qu'il le faudrait. Pourquoi? Parce que les vendeurs potentiels font de la résistance. Ils ont en tête un prix et ils n'en démordent pas. Ils ne veulent pas brader, disent ils, leurs biens au nouveau prix attendu par le ou les acheteurs. Et puis n'oublions pas que dans le logement ancien, celui ou celle qui voulait vendre son appartement pour en acheter un nouveau plus grand, par exemple, eh bien il ne peut plus le faire aussi facilement que par le passé. Pourquoi? Mais pour la simple raison qu'il ou elle a souvent contracté un emprunt hypothécaire à il y a quelques années, donc à des taux très bas pour son bien immobilier, et que s'il doit vendre et acheter un appartement plus grand ou une maison, et bien la personne concernée devra s'endetter pour le solde, mais avec un taux d'intérêt nettement plus élevé. Et ça, évidemment, ça freine les ardeurs des vendeurs sur le marché secondaire, autrement dit sur le marché de l'immobilier d'occasion. Et ça, c'est aussi le résultat de la magie, si je puis dire, des taux d'intérêt. S'il y a bien un actif qui est ultra sensible à la hausse des taux d'intérêt, c'est bien l'immobilier. Il y a même un effet de levier négatif. En effet, une hausse des taux d'intérêt de 1 % correspond souvent à une hausse de la mensualité de 10 %. Et donc oui, cela pèse fortement sur le budget d'un ménage. Autrement dit, le pouvoir d'achat immobilier des Belges, mais plus globalement des ménages un peu partout dans le monde a fortement baissé suite à ces hausses de taux d'intérêt. Il n'y a donc pas pour le moment de crash de l'immobilier, pour la simple raison que dans la situation actuelle, la baisse des prix, elle, est remplacée par plutôt la baisse des transactions. Les ménages qui souhaitaient acheter temporise en attendant des jours meilleurs. Et d'ailleurs les banques le voient bien les ménages ont diminué fortement leur demande pour des prix hypothécaires. Et donc ce qu'on voit d'abord, c'est d'abord une baisse du nombre des transactions. Et de voir. Mes confrères du Soir ont publié les derniers chiffres de Statbel pour le premier semestre 2023. Et on découvre quoi? Que le nombre de maisons vendues a diminué de 23 % et celui des appartements de 16 %. Il n'y a donc pas de crash immobilier à attendre malgré la hausse des taux d'intérêt, pour la raison déjà indiquée. Quand les prix baissent, les vendeurs refusent de vendre et donc la chute attendue en tout cas par certains économistes, eh bien elle s'étale sur plusieurs années. Mais bon, le fantôme du crash immobilier reste toujours dans les esprits et chacun le sait, il est impossible d'enterrer un fantôme. --- La chronique économique d'Amid Faljaoui, tous les jours à 8h30 et à 17h30 sur Classic 21, la radio Rock'n'Pop.

Entre Deux Sets
Ep #74 | Voici comment j'ai réussi ma reverse diet

Entre Deux Sets

Play Episode Listen Later Oct 25, 2023 21:26


Dans l'épisode d'aujourd'hui, je te parle de comment j'ai réussi ma reverse diet. Autrement dit, comment j'ai réussi à reprendre 1,5 lb en 4 semaines après mon photoshoot et 3,3 lb dans les 4 semaines suivantes. Si tu viens de sortir d'une perte de graisse intense ou d'un show quelconque, cet épisode est pour toi !

Choses à Savoir
Peut-on mourir pendant l'orgasme ?

Choses à Savoir

Play Episode Listen Later Oct 24, 2023 2:25


Peut-on, comme le chantait Michel Sardou, "mourir de plaisir" ? Autrement dit, un acte sexuel, et plus précisément un orgasme, pourraient-ils entraîner la mort ? Les médecins se sont penchés sur la question. Et il existe même un mot pour décrire cette façon paradoxale de mourir, au moment même où l'on éprouve une jouissance physique : l'épectase. Mais la Faculté se veut rassurante : seuls 0,19 % des hommes décèderaient d'un arrêt cardiaque en faisant l'amour. Chez les femmes, le chiffre est encore plus bas : 0,016 % Il est vrai qu'il existe au moins un cas célèbre : celui du Président de la République Félix Faure, qui, en 1899, aurait succombé dans les bras de la belle Marguerite Steinheil. Il est vrai que les médecins ont invoqué plus tard un accident vasculaire cérébral. L'acte sexuel : bon pour le cœur L'acte sexuel en lui-même, et même son paroxysme, l'orgasme, n'entraîneraient donc la mort que dans de très rares cas. Et encore les problèmes cardiaques le plus souvent à l'origine de ces décès seraient-ils liés, la plupart du temps, à d'autres causes. Les médecins sont formels : non seulement une vie sexuelle active n'est pas néfaste pour le cœur, mais elle est clairement bénéfique. Y compris pour des personnes ayant connu des problèmes cardiaques. Ce qui ne les empêche cependant pas de demander l'avis de leur médecin. Un mot détourné de son sens Le mot "épectase", choisi pour désigner la "mort durant l'orgasme", a été détourné de son sens. À l'origine, le terme avait une tout autre signification, bien éloignée des plaisirs charnels. En théologie chrétienne, on employait ce mot, qui comporte une idée d'étirement ou d'allongement, pour parler d'une certaine tension de l'âme vers Dieu. Le mot est associé au cardinal Daniélou, académicien et théologien renommé, qui l'a souvent employé dans ses œuvres. Or, le prélat étant décédé, en 1974, dans l'appartement d'une prostituée, de façon embarrassante pour l'Église et les autorités, on en est venu, de manière ironique, à donner à ce mot savant, si familier au cardinal, un sens beaucoup plus prosaïque. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Accompagnantes
#45 - Apprendre à accompagner autrement avec Selma Sardouk (partie 1/2)

Accompagnantes

Play Episode Listen Later Oct 23, 2023 54:02


Bienvenue dans ce nouvel épisode interview (partie 1/2) avec Selma Sardouk. ✨

Choses à Savoir HISTOIRE
Les Néandertaliens fleurissaient-ils vraiment leurs tombes ?

Choses à Savoir HISTOIRE

Play Episode Listen Later Oct 18, 2023 2:23


Dans les années 1950, une équipe de scientifiques découvre, en Irak, des squelettes d'hommes, de femmes et d'enfants, datant d'environ 45.000 ans. Ce sont des Néandertaliens. Un détail retient aussitôt l'attention d'un des chercheurs. Il trouve en effet de petits tas de pollens près des ossements d'un homme bientôt surnommé "Shanidar IV", du nom de la grotte. Certains y ont vu la preuve que l'homme de Néandertal apportait des fleurs à ses morts. Un Néandertalien fleurissant le caveau de ses défunts ? Il y avait là de quoi adoucir l'image de brute que de nombreux scientifiques se faisaient alors de cet homme préhistorique. Une hypothèse à revoir Cette découverte de ce qu'on devait appeler la "tombe fleurie" prouvait-elle que les Néandertaliens avaient élaboré des rituels d'inhumation centrés sur les disparus ? Si tel était le cas, ces hommes, donnés pour des êtres frustes, devaient éprouver une véritable empathie pour leurs morts. Un élément qui ne pouvait que confirmer la manière dont on voyait désormais les Néandertaliens, dont le système de pensée était bien plus complexe qu'on avait pu le supposer à un moment. Mais cette théorie de la "tombe fleurie" est aujourd'hui remise en cause. Se penchant à nouveau sur la question, une équipe de chercheurs a découvert que les pollens trouvés près des ossements n'appartenaient pas à des fleurs poussant à la même saison. Autrement dit, l'idée que ces hommes préhistoriques aient cueilli des fleurs poussant à proximité de la grotte, puis les aient réunies en bouquets avant de les déposer près des dépouilles, ne tenait plus. Les dépôts de pollen seraient plutôt dus à l'activité d'abeilles dont a retrouvé des traces dans la grotte de Shanidar. D'autres scientifiques attribuent aux rongeurs la présence de ces amas de pollen. Si l'homme de Néandertal ne fleurissait peut-être pas ses tombes, il apportait beaucoup de soin à l'inhumation de ses morts. En effet, tous les corps, orientés dans une certaine direction, étaient placés dans une position fœtale. Par ailleurs, un grand rocher, placé à l'avant de la nécropole, en signalait l'existence. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Choses à Savoir SCIENCES
Qu'est-ce qu'un « dogxim » ?

Choses à Savoir SCIENCES

Play Episode Listen Later Oct 17, 2023 2:20


En 2021, on amène à des vétérinaires brésiliens un animal qui les surprend ; il vient de provoquer un accident de la circulation. En effet, ils n'en avaient jamais vu de semblable. Avec sa fourrure à la fois épaisse et dure, son long museau et ses grandes oreilles pointues, il, ou plutôt elle, car il s'agit d'une femelle, tient à la fois du chien et du renard. Même si, à première vue, il ressemble davantage au premier de ces animaux. Son comportement est aussi un compromis entre l'attitude de ces deux animaux : plus craintif que celui du chien domestique et cependant moins farouche que celui du renard. Décidément intrigués par ce curieux animal, les scientifiques décident de procéder à une analyse génétique. Ses résultats sont clairs : cet animal étonnant est bien né d'une renarde de la pampa et d'un chien domestique. Ils le baptisent "dogxim", un nom tiré autant de l'anglais que du portugais. Un cas d'hybridation unique en son genre Or, cet animal est, pour l'instant du moins, unique en son genre. Les zoologues avaient déjà observé le résultat du croisement entre un chien et un loup ou entre le même chien et un dingo. Mais ce "dogxim" est le premier cas connu d'hybridation entre un chien domestique et un renard de la pampa. Autrement dit entre un chien domestique et un canidé sauvage. La découverte est d'importance, car elle prouve qu'un accouplement entre deux espèces de genres distincts peut être fécond. Les scientifiques avaient espéré en apprendre davantage sur cet animal énigmatique, notamment sur ses habitudes et son mode de reproduction. Et ce d'autant plus que l'animal, d'abord effarouché par l'homme, commençait à s'apprivoiser. On avait pu l'approcher et même s'enhardir à le caresser, sans que l'animal proteste. Mais les zoologues ne pourront pas le connaître davantage, car il vient de mourir, malgré tous les soins qu'on a pu lui donner. La raison de ce décès subit reste inconnue. Les scientifiques se demandent désormais si, au cours de leurs expéditions dans la nature, ils pourront trouver d'autres spécimens de "dogxims". Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Choses à Savoir ÉCONOMIE
L'augmentation du prix des cigarettes est-elle efficace ?

Choses à Savoir ÉCONOMIE

Play Episode Listen Later Oct 16, 2023 2:24


Depuis plusieurs années, le prix du paquet de cigarettes n'a cessé d'augmenter. Il est en effet passé, en moyenne, de 4 euros en 2003 à 8 euros en 2018, avant de franchir le cap des 10 euros deux ans plus tard. Une nouvelle hausse, en mai 2023, porte de nombreuses marques à 11 euros. Et le gouvernement avait décidé la poursuite de cette évolution pour 2024. Mais la Première ministre en a décidé autrement. Elle a cependant annoncé d'autres mesures pour freiner le tabagisme des jeunes, comme l'interdiction des cigarettes électroniques jetables. Un moyen efficace La communauté médicale déplore ce changement de pied. Elle considère que l'augmentation du prix des cigarettes est le meilleur moyen de faire baisser le nombre de fumeurs. Cet enchérissement des cigarettes empêcherait aussi les jeunes d'acheter leur premier paquet. D'après les addictologues, la baisse du nombre de fumeurs suivrait très vite la hausse du prix du tabac. En effet, une augmentation de ce prix de 20 % entraînerait très rapidement une diminution de 10 % du nombre de fumeurs. Pour 40 % d'entre eux, elle serait d'ailleurs la principale cause d'un éventuel sevrage. Et, de fait, cette baisse du nombre de fumeurs semble accompagner la hausse du prix du tabac. En effet, on a compté 2 millions de fumeurs en moins entre 2016 et 2019. On ne s'étonne d'ailleurs pas de l'effet dissuasif d'une telle mesure quand on garde présent à l'esprit qu'un fumeur régulier dépense plus de 300 euros par mois pour ses cigarettes, soit près de 4.000 euros par an. Ceci étant, le prix n'est pas le seul outil à la disposition du gouvernement dans sa lutte contre le tabagisme. Le succès de la cigarette électronique, critiquée cependant par de nombreux médecins, l'interdiction de fumer dans les lieux publics ou le remboursement des substituts nicotiniques y ont aussi contribué. Si l'on en croit certains addictologues, la hausse des prix du tabac ne sera vraiment efficace que si elle est importante et régulière. Autrement dit, il faudrait augmenter le prix des cigarettes chaque année.  Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Revue de presse française
À la Une: l'assassinat d'un professeur de français

Revue de presse française

Play Episode Listen Later Oct 14, 2023 4:10


« La barbarie islamiste frappe la France », titre en Une le Figaro qui d'emblée pose deux questions : « Le terroriste d'Arras a-t-il voulu répondre à l'appel au jihad lancé par le chef du Hamas pour le vendredi 13 octobre ? » ou « entendait-il "célébrer" dans le sang, trois ans après - presque jour pour jour - la décapitation de Samuel Paty par l'un de ses compatriotes tchétchènes ? » Mais le journal ne compte répondre à aucune de ces deux questions, car « la réalité est ailleurs. Elle saute aux yeux. Mohamed M., 20 ans, l'assassin [présumé, NDLR] du professeur de la cité scolaire Gambetta, n'aurait jamais dû se trouver en France. Ni lui, ni sa famille, débarquée en 2009. C'est à la bruyante mobilisation des traditionnelles associations militantes pour les migrants, que ces caucasiens doivent de ne pas avoir été expulsés en 2014 ».De son côté, Libération retient que « Dominique Bernard est mort d'avoir été professeur [...] c'est une nouvelle fois l'école et ses valeurs, que les terroristes islamistes abhorrent, qui ont été visées ce vendredi 13 octobre ». Et Libération précise sa pensée : « Les terroristes détestent l'école, forcément, puisque c'est sur ses bancs que s'enseigne tout ce qu'ils abhorrent : la tolérance, le vivre ensemble, l'esprit critique, l'art de penser librement, l'acceptation de la différence. »Sujet brûlant« L'école frappée au cœur », titre Parisien, devant la photo de Dominique Bernard, légèrement souriant, une tasse à la main. Une photo visiblement prise dans un cadre privé. Le Parisien s'en prend à « ceux qui rechignent à dénoncer les dérives radicales et portent une lourde responsabilité ». Allusion à peine voilée au débat qui traverse la Nupes, la gauche française. « Tout ce qui se passe aujourd'hui en Israël et dans la bande de Gaza résonne fortement en France, poursuit le Parisien. Le sujet est brûlant. La peur de la contagion grandissante. L'équilibre tellement précaire ! Autant de raisons pour faire bloc et ne pas motiver des passages à l'acte. »La guerre en Israël et à GazaAvant une probable attaque terrestre, « Israël a ordonné hier l'évacuation vers le sud de "tous les civils" de la bande de Gaza, soit plus d'un million de personnes », rappelle la Croix. Le journal a interrogé des habitants qui « refusent de partir », et expliquent pourquoi. Comme Ziad Medoukh, le directeur du département de français de l'université Al-Aqsa de Gaza : « Je ne céderai pas aux menaces et aux pressions d'Israël : avec ma femme et nos cinq enfants, nous avons décidé de rester chez nous. » Et la Croix poursuit :« Ziad Medoukh voit dans l'évacuation demandée vendredi par Israël les prémices d'une "nouvelle Nakba", terme arabe signifiant "catastrophe" et désignant l'exil forcé de 700 000 Palestiniens après la création de l'État d'Israël en 1948. Autrement dit, un départ sans retour. "Rester chez moi, c'est ma façon de résister, explique Ziad Medoukh. Même si cela revient à attendre la mort". »Enfin, le Monde donne la parole à Vincent Lemire, professeur d'histoire. Il estime que « depuis l'attaque du Hamas contre Israël, nous sommes entrés dans une période obscure, qu'il est encore impossible de nommer. [...] Il n'y a aucun précédent, plus de 1 200 morts en une seule journée, pour les Israéliens, c'est un bilan plus lourd que durant les cinq années de la seconde Intifada, entre 2000 et 2005 ». Vincent Lemire distingue cinq grandes périodes dans ce qu'il appelle la « tragédie israélo-palestinienne ». « L'histoire nous enseigne que c'est au bord de l'abîme que des décisions douloureuses peuvent être prises. Ce cinquième acte – celui du dénouement dans la tragédie grecque – a commencé par des scènes de guerre, de pogrom et de carnage. Il appartient aux Israéliens, aux Palestiniens et aux consciences internationales d'en écrire les scènes suivantes. »

Fragîle Porquerolles
#86 - Catherine Masselin – Voir autrement au Levant

Fragîle Porquerolles

Play Episode Listen Later Oct 12, 2023 69:00


« Ici le corps devient harmonieux parce qu'il n'est pas habillé. On ne se regarde plus, on ne voit plus nos défauts. On a la totalité du corps donc plus rien à découvrir, ça change le regard. »Originaire de Paris, Catherine découvre le Levant toute jeune en vacances à l'âge de 8 ans avec ses parents au début des années 60. En dehors de quelques interruptions dans son adolescence puis à l'arrivée rapprochée de ses 6 enfants, l'île a toujours fait partie de sa vie, comme le lieu de ses vacances, d'un ressourcement et d'un engagement qu'elle a su transmettre à ses enfants. Elle vit désormais à Rouen, avec un pied dans le var également où ils ont, avec son mari, une maison depuis 12 ans, et ont fait l'acquisition il y a 4 ans d'un terrain au Levant non constructible, où ils vivent « à la levantine ». Avec Catherine, on a parlé de corps harmonieux, de changement de regard, de réservoir d'énergie, de transmission et de résilience.L'article complet et toutes les notes et références citées dans l'épisode sont à retrouver sur https://fragileporquerolles.com/catherine-masselin/

Storiavoce
La passion du Moyen Âge, avec Claude Gauvard

Storiavoce

Play Episode Listen Later Oct 9, 2023 49:13


Depuis le XIXe siècle, le Moyen Âge ne cesse d'être à la mode et de nous fasciner. Il est aussi la victime d'un jugement ambivalent. À la fois période d'obscurantisme et âge méprisable pour les uns, il est pour d'autres une époque sensationnelle faite de merveilleux. Autrement dit, le Moyen Âge est la victime de bien des fantasmes. L'historien, lui, considère les faits avec la nuance qui caractérise son travail méthodologique. Ce faisant, il doit se battre contre tous les clichés qui peuplent l'imaginaire médiéval. Cela commence par une réflexion sur le temps long et le temps lent : ainsi, il est difficile de voir dans tel ou tel événement du Moyen Âge une rupture. Que fut cette société de la tradition ? Existe-t-il un prototype de l'homme médiéval ? Peut-on parler d'un progrès médiéval ? Dans un « plaidoyer pour redonner aux gens ordinaires toute leur dignité », la médiéviste Claude Gauvard nous permet de (re)découvrir une période à laquelle elle a consacré toutes ses recherches. L'invitée : Claude Gauvard est professeure émérite d'histoire médiévale (Paris 1- Panthéon-Sorbonne) et spécialiste de la société et de la justice du Moyen Âge. Auteure de très nombreux ouvrages, elle vient de publier aux éditions Tallandier Passionnément Moyen Âge. Plaidoyer pour le petit peuple (308 pages, 21,50€).

Choses à Savoir SCIENCES
Pourquoi le PhénylThioCarbamide a été utilisé comme test de paternité ?

Choses à Savoir SCIENCES

Play Episode Listen Later Oct 1, 2023 2:37


Le PhénylThioCarbamide, abrégé en PTC, est un composé organique qu'élaborent certaines plantes, comme le brocoli, pour repousser les herbivores. Cette substance leur donne en effet un goût amer. En 1931, un certain Arthur Fox, chimiste travaillant pour la société DuPont, fait une curieuse découverte à propos du PTC. Au cours d'une expérience, pendant laquelle cette substance était vaporisée, il remarque qu'un de ses collègues ressent un goût amer dans la bouche. Lui, de son côté, ne sent rien. Intrigué par cette différence de ressenti, Arthur Fox poursuit ses recherches. Et il constate alors que la sensibilité à cette saveur amère du PTC est liée à la présence d'un gène. On le trouve davantage chez certaines populations, comme les Amérindiens. L'homme de Néandertal en était lui aussi fréquemment porteur. Un gène héréditaire Le scientifique découvre que ce gène a une particularité : il est héréditaire. Autrement dit, il se transmet, dans la grande majorité des cas, des parents aux enfants. Il n'en fallait pas plus pour inclure ce gène dans les preuves permettant d'établir la paternité d'un individu. Il rejoint alors d'autres éléments, fréquemment utilisés, comme le groupe sanguin ou la couleur des yeux. La recherche de paternité a donc souvent recours au PTC avant la mise au point des tests ADN. Une méthode abandonnée L'apparition de ces tests n'explique pas, à elle seule, l'abandon du PTC comme preuve de paternité. En effet, deux personnes peuvent posséder ce gène sans que cela prouve, de manière certaine, l'existence d'une parenté entre elles. Par ailleurs, la preuve de paternité fournie par ce gène a finalement paru trop fragile. En effet, elle ne portait que sur un seul gène. Une telle base a semblé d'autant moins suffisante que, pour mettre en évidence la paternité d'un individu, on utilise aujourd'hui plus de vingt éléments différents. On ne pouvait donc se contenter d'un seul marqueur qui, pris isolément, ne constitue pas une preuve assez solide. En revanche, cette sensibilité au goût amer du PTC, plus grande chez les gros fumeurs, pourrait les aider à moins fumer. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

La Page Blanche
# 58 - Constance Rutherford : Raconter le corps autrement

La Page Blanche

Play Episode Listen Later Sep 30, 2023 38:18


Aujourd'hui, je suis ravie de recevoir Constance Rutherford pour discuter de son premier roman, Vierge, paru aux éditions Harper Collins. Dans ce livre, on suit la trajectoire de Maxine, jeune femme de vingt-ans pour qui la question de la première fois commence à devenir un poids. En abordant avec un mélange d'humour et de gravité les débuts de la vie sexuelle, l'autrice interroge le corps et les mythes qui l'entourent tout en réinventant d'autres façons de parler de sexualité. Dans cet épisode, on parle donc de la manière dont on peut débouolonner les tabous en littérature, de corps, de théâtre, et toutes les premières fois que l'on peut raconter. Constance nous partage son parcours d'autrice, son passage par un Master de création littéraire mais également ses réflexions sur l'écriture, entre organisation, travail, confiance et sentiment de validation. J'espère que cet épisode vous plaira ! Photo : © Melania Avantazo La Page Blanche est un podcast produit par Emilie Deseliène.  Instagram : @emiliedeseliene   Pour ne rater aucune publication de La Page Blanche, pensez à vous abonner depuis votre plateforme d'écoute !  Si vous aimez ce podcast, laissez votre avis et cinq étoiles sur Apple Podcast, une aide précieuse pour donner plus de visibilité au podcast. © Logo La Page Blanche by Arzh  © Music by Belair (Fugue) 

Chronique Economique
Les prix de l'immobilier font de la résistance

Chronique Economique

Play Episode Listen Later Sep 29, 2023 4:08


Vous vous en souvenez peut être, une grande banque belge tablait l'année dernière sur une chute des prix de l'immobilier au second semestre 2022. Eh bien, c'est tout le contraire qui se déroule, car les statistiques, en tout cas pour le premier semestre 2023, montrent même que les prix font de la résistance en Belgique. Alors c'est assez étonnant car la Banque centrale européenne a augmenté, comme vous le savez rapidement et très fortement les taux d'intérêt en Europe. Et on aurait pu s'attendre à une sorte de vases communicants entre la hausse des taux d'intérêt et puis une baisse relativement brutale des prix de l'immobilier en Belgique et ailleurs. Mais ce n'est pas, ou en tout cas pas encore le cas chez nous. Alors en France, par exemple, même à Paris, les prix ont baissé et c'est vrai que le prix au mètre carré est même redescendu sous les dix zéro zéro 0 €. Et comme l'écrivait joliment Jean-Marc Vittori, éditorialiste au quotidien français Les Echos, c'est la panique dans les beaux quartiers de Paris. Car il ne sera plus possible de s'acheter une voiture électrique en vendant l'équivalent d'un espace pour Wess. Mais revenons en à la résistance de l'immobilier en Belgique pour le marché secondaire, c'est à dire celui du logement ancien. Alors d'abord, cette résistance, elle s'explique par le fait qu'un bien immobilier n'est pas l'équivalent d'une action ou d'une obligation. On n'achète pas ou on vend sur un coup de tête. L'immobilier sert à la fois en effet de logement et d'épargne. Et donc quand les taux d'intérêt augmentent et que les prix devraient baisser, eh bien ces derniers ne baissent pas autant qu'il le faudrait. Pourquoi? Parce que les vendeurs potentiels font de la résistance. Ils ont en tête un prix et ils n'en démordent pas. Ils ne veulent pas brader, disent ils, leurs biens au nouveau prix attendu par le ou les acheteurs. Et puis n'oublions pas que dans le logement ancien, celui ou celle qui voulait vendre son appartement pour en acheter un nouveau plus grand, par exemple, eh bien il ne peut plus le faire aussi facilement que par le passé. Pourquoi? Mais pour la simple raison qu'il ou elle a souvent contracté un emprunt hypothécaire à il y a quelques années, donc à des taux très bas pour son bien immobilier, et que s'il doit vendre et acheter un appartement plus grand ou une maison, et bien la personne concernée devra s'endetter pour le solde, mais avec un taux d'intérêt nettement plus élevé. Et ça, évidemment, ça freine les ardeurs des vendeurs sur le marché secondaire, autrement dit sur le marché de l'immobilier d'occasion. Et ça, c'est aussi le résultat de la magie, si je puis dire, des taux d'intérêt. S'il y a bien un actif qui est ultra sensible à la hausse des taux d'intérêt, c'est bien l'immobilier. Il y a même un effet de levier négatif. En effet, une hausse des taux d'intérêt de 1 % correspond souvent à une hausse de la mensualité de 10 %. Et donc oui, cela pèse fortement sur le budget d'un ménage. Autrement dit, le pouvoir d'achat immobilier des Belges, mais plus globalement des ménages un peu partout dans le monde a fortement baissé suite à ces hausses de taux d'intérêt. Il n'y a donc pas pour le moment de crash de l'immobilier, pour la simple raison que dans la situation actuelle, la baisse des prix, elle, est remplacée par plutôt la baisse des transactions. Les ménages qui souhaitaient acheter temporise en attendant des jours meilleurs. Et d'ailleurs les banques le voient bien les ménages ont diminué fortement leur demande pour des prix hypothécaires. Et donc ce qu'on voit d'abord, c'est d'abord une baisse du nombre des transactions. Et de voir. Mes confrères du Soir ont publié les derniers chiffres de Statbel pour le premier semestre 2023. Et on découvre quoi? Que le nombre de maisons vendues a diminué de 23 % et celui des appartements de 16 %. Il n'y a donc pas de crash immobilier à attendre malgré la hausse des taux d'intérêt, pour la raison déjà indiquée. Quand les prix baissent, les vendeurs refusent de vendre et donc la chute attendue en tout cas par certains économistes, eh bien elle s'étale sur plusieurs années. Mais bon, le fantôme du crash immobilier reste toujours dans les esprits et chacun le sait, il est impossible d'enterrer un fantôme. --- La chronique économique d'Amid Faljaoui, tous les jours à 8h30 et à 17h30 sur Classic 21, la radio Rock'n'Pop.

FC Stream Team
Gattuso le coach qu'il faut à l'OM, le meilleur PSG ? L'année de la France en Europe ? | FC Stream Team

FC Stream Team

Play Episode Listen Later Sep 29, 2023 41:16


Nouvel épisode du FC Stream Team ce vendredi avec Martin Mosnier et Maxime Dupuis. Trois sujets au programme et une émission qui n'est jamais tirée par les cheveux. Gennaro Gattuso est arrivé à l'OM au terme d'une semaine et demie de crise, avec une lourde défaite au Parc des Princes. Est-il l'homme qui va électriser Marseille ? Et sauver Pablo Longoria ? Tentative de réponse de nos journalistes. (06:04)Marseille coince, Paris rigole. Le club de la capitale semble avoir trouvé sa vitesse de croisière. Peut-il être la version la plus aboutie du projet QSI ? (19:27)Enfin, après une première semaine de Coupe d'Europe heureuse avec trois victoires et trois nuls, les clubs français vont-ils poursuivre sur leur lancée ? Autrement dit : peuvent-ils reprendre la 5e place aux Pays-Bas d'ici la fin de l'exercice ? Et si oui, comment ? (28:07)Bonne écoute !Emission réalisée par Hadrien Hiault - Visuels : Quentin Guichard. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

Céleste
108 | Nourrir ses cellules... autrement !

Céleste

Play Episode Listen Later Sep 28, 2023 33:17


Salut,  dans cet épisode, je te partage ma façon de nourrir mes propres cellules. Musique, l'effet sur nous  Sons binauraux, Nourriture  Motivationnal speeches  Créativité  Livres  Relationnel  Écriture  Travailler Roadtrip Nature  Bonne écoute !  Achète-moi un café ☕️ : ⁠⁠https://www.buymeacoffee.com/annaastrologue⁠⁠

Choses à Savoir SCIENCES
Le silence est-il un son ?

Choses à Savoir SCIENCES

Play Episode Listen Later Sep 26, 2023 2:25


Depuis longtemps, les philosophes essaient de déterminer la nature du silence. N'existe-t-il que par rapport au son, dont il serait en quelque sorte l'opposé ? Ou constitue-t-il un son en lui-même, qu'il serait possible d'entendre ? Des chercheurs ont voulu en avoir le cœur net. Pour mieux comprendre la manière dont peut être ou non perçu le silence, ils ont étudié quelques illusions sonores. Comme leur nom l'indique, il s'agit de sons que nous ne percevons pas correctement. Ainsi, les auditeurs auront souvent l'impression qu'un signal sonore long se prolonge plus longtemps que deux signaux courts. Et pourtant, la durée des deux "bips" courts et du "bip" long est identique. Le silence comme un son ? Des chercheurs se sont alors demandé si on ne pouvait pas se servir de ces illusions sonores pour mieux comprendre la nature du silence. Pour ce faire, un millier de volontaires a été invité à écouter des enregistrements. On leur a fait entendre l'environnement sonore d'un marché ou d'une gare, mais en ménageant, au milieu de tout ce bruit, des temps de silence. Puis, on a demandé à ces auditeurs d'indiquer quels moments de silence leur avaient paru les plus longs. De nombreux participants ont indiqué qu'à un moment donné, ils ont cru percevoir un temps de silence plus long, qui leur paraissait durer deux fois plus longtemps que deux courts intervalles de silence. Autrement dit, on retrouvait le schéma des illusions sonores. En réalité, tous les moments de silence insérés dans les enregistrements avaient la même durée. Aucun n'était plus court ou plus long qu'un autre. Mais, le fait que des participants aient cru remarquer des différences entre ces temps de silence, montre bien qu'ils les ont perçus de façon distincte, comme ils l'auraient fait pour des sons. Cette perception du silence comme une expérience auditive à part entière expliquerait pourquoi nous sommes tellement frappés par le contraste entre un environnement bruyant et le silence qui lui succède. Si, par conséquent, les scientifiques pensent que le silence pourrait être perçu comme une sorte de "son", ils ignorent encore comment le cerveau traite cette information. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Le Média
Le successeur de Macron ? Pourquoi Edouard Philippe est dangereux

Le Média

Play Episode Listen Later Sep 25, 2023 55:52


▶ Jamais un média populaire et indépendant, qui n'est détenu ni par de riches oligarques ni par l'Etat, n'avait arraché le droit d'être diffusé à la TV ! Nous si ! Le 20 octobre, nous serons sur vos écrans ! Soutenez-nous sur KissKissBankBank, et faites partie de cette aventure historique ! ▶ Au programme de ce nouveau numéro du Fond de l'info, nous reviendrons, bien sûr, sur la fête de l'humanité qui a eu lieu le week-end dernier. Il y a un débat qui a retenu toute l'attention et qui a fait l'objet de nombreuses critiques, c'est celui qui a opposé l'ancien premier ministre, Edouard Philippe et le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel. Que doit-on retenir de cet échange et plus globalement quelles leçons tirer de cet événement organisé tous les ans par le journal l'humanité ? Et d'ailleurs, est-ce qu'il fallait inviter le maire du Havre, fondateur du parti politique Horizons ? Est-ce qu'une organisation de gauche pouvait offrir une vaste tribune à un responsable politique de haut niveau qui, dans son dernier livre, « Des lieux qui disent » écrit qu'il faudra peut-être prévoir « un droit et une organisation spécifique aux musulmans ». Autrement dit, sortir les musulmans de la citoyenneté ? On évoquera également de Lampedusa où la population a doublé en quelques jours. L'île italienne est confrontée à un afflux massif de migrants depuis le début de semaine. Plus de 10 000 personnes en provenance d'Afrique du Nord y ont débarqué depuis lundi, selon le ministère de l'Intérieur italien. Gérald Darmanin est ferme : La France n'accueillera pas de migrants qui viennent de Lampedusa sauf les réfugiés politiques. Et comme toujours, on en parle avec votre binôme préféré : Mathieu Slama, essayiste, auteur de Adieu la Liberté et Julien Théry, historien et présentateur d'émissions sur Le Média, notamment de “La grande H”.

Choses à Savoir
D'où viennent les expressions "à brûle-pourpoint" et "à la bonne franquette" ?

Choses à Savoir

Play Episode Listen Later Sep 24, 2023 2:23


Nombre d'expressions sont devenues d'un usage courant, sans que nous en connaissions toujours l'origine. C'est le cas, par exemple, de l'expression « à brûle-pourpoint ». Quand quelqu'un, dans une réunion de famille, pose une question « à brûle-pourpoint », il le fait brusquement, sans que personne se soit attendu à une telle intervention de sa part. Cette expression évoque donc une réaction inopinée, qui provoque un sentiment de surprise chez l'interlocuteur. Elle a une origine militaire. En effet, elle fait référence à l'habitude qu'avaient certains combattants de tirer sur un adversaire très proche d'eux. Nous dirions aujourd'hui tirer « à bout portant ». Dans ce cas, un combattant risquait de brûler le pourpoint du soldat adverse. Il s'agissait d'une sorte de veste matelassée, qui couvrait le buste, depuis le cou jusqu'au-dessous de la ceinture. La poudre contenue dans les armes à feu de cette époque (soit entre le XIIIe et le XVIIe siècle environ) pouvait en effet laisser des traces de brûlure sur les vêtements. D'où l'expression "à brûle-pourpoint". Sans cérémonie Si vous n'aimez pas « mettre les petits plats dans les grands » (une autre expression dont il serait intéressant de connaître l 'origine ), vous allez recevoir vos amis « à la bonne franquette ». Autrement dit, sans cérémonie. La maîtresse de maison qui reçoit ainsi le fait donc en toute simplicité, sans sortir la vaisselle des grands jours ni élaborer un plan de table compliqué. L'expression serait construite à partir du mot « franc » qui, dans certains dialectes du nord de la France, voudrait dire « loyalement » ou « franchement ». On aurait d'abord dit « à la franquette », pour parler d'une personne agissant sans détours. On retrouve l'expression chez Marivaux par exemple et d'autres écrivains. Puis, on aurait rajouté à cette expression le mot « bonne », par contagion avec d'autres expressions, comme « à la bonne foi » par exemple. On aurait alors opposé les gens décontractés, qui recevaient « à la bonne franquette », des courtisans et de tous ceux qui, plus soucieux des usages, agissaient « à la française ». C'est surtout à partir du XIXe siècle que l'expression est utilisée dans son sens actuel. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Visages
Dominique Resch, prof, le plus beau métier du monde

Visages

Play Episode Listen Later Sep 17, 2023 59:01


Y a-t-il plus belles fonctions que d'enseigner, transmettre, éduquer ? Pendant des décennies, le professeur, l'instituteur était le notable du village avec Monsieur le maire et Monsieur le curé. Aujourd'hui l'éducation nationale a du mal à recruter les enseignants dont elle a besoin. Pourquoi un métier naguère si valorisé est il aujourd'hui si peu actif ? Depuis plus de 30 ans, Dominique Resch est professeur de français et d'histoire-géographie dans les quartiers nord de Marseille. Des quartiers tristement célèbres pour des problèmes sociaux et judiciairesPourtant Dominique Resch aime passionnément son métier, comme il l'a expliqué dans différents petits livres publiés aux éditions « Autrement », et voici qu'une bande dessinée lui est consacré ainsi qu'à ses élèves. Une BD intitulé « le plus beau métier du monde « aux éditions Vuibert. Dominique Resch nous parle de ce beau métier d'enseignant dans l'émission » Visages « de Thierry Lyonnet.

Storiavoce
Deuxième Guerre mondiale : des sociétés civiles éclatées ? [3/3], avec Olivier Wiervorka

Storiavoce

Play Episode Listen Later Sep 11, 2023 29:01


Alors que, pendant la guerre de 14-18, la société civile a soutenu très largement les gouvernants au cours des hostilités, ce schéma va être totalement bouleversé à l'occasion de la Deuxième Guerre mondiale. En effet, la guerre se greffe sur des divisions intérieures préexistantes : conflits sociaux, racisme, déclassement économique, oppositions politiques, etc. Autrement dit, l'unité des sociétés civiles fait figure de chimère. Même à propos de l'extermination des juifs par l'Allemagne nazie, Alliés et pays neutres restent passifs, alors que des informations confirmant la politique meurtrière arrivent dès 1941. Dans cette émission, Olivier Wieviorka bouleverse bien des idées reçues en reprenant à son compte la phrase de Raymond Aron : « Les hommes font leur histoire, mais ils ne savent pas l'histoire qu'ils font. » L'invité : Membre de l'Institut universitaire de France et professeur des universités à l'École normale supérieure de Cachan, Olivier Wieviorka est un spécialiste reconnu de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale, auxquelles il a consacré plusieurs livres qui font autorité, dont une Histoire du Débarquement et une Histoire de la Résistance. Il a publié avec Jean Lopez Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale (Perrin) et codirigé une Histoire militaire de la France avec Hervé Drévillon (Perrin-Ministère des Armées). Il vient de publier aux éditions Perrin une Histoire totale de la Seconde Guerre mondiale (1072 pages, 29€).

Les p't**s bateaux
Est-ce que les animaux sourient ?

Les p't**s bateaux

Play Episode Listen Later Sep 6, 2023 3:51


durée : 00:03:51 - Les P'tits Bateaux - par : Camille Crosnier - Agatha Liévin-Bazin est éthologue. Autrement di, elle est spécialiste du comportement animal. Elle est donc la mieux placé pour répondre à cette question d'Emile, 7 ans. - invités : Agatha Liévin-Bazin - Agatha Lievin-Bazin : Docteure en éthologie, spécialiste du comportement social des oiseaux, vulgarisatrice scientifique - réalisé par : Stéphanie TEXIER

Reportage International
Kosovo: la difficile tâche de juger les crimes de l'UÇK

Reportage International

Play Episode Listen Later Aug 30, 2023 2:29


Justice sera-t-elle un jour rendue pour les crimes de guerre imputés à l'Armée de libération du Kosovo ? Le procès de l'ancien Président Hashim Thaçi et de trois de ses lieutenants s'est ouvert en avril dernier à La Haye devant les Chambres spécialisées. Mais cette justice, bien tardive, semble poser plus de questions, que d'apporter de réponses. De notre correspondant à Pristina,Comme chaque été, la diaspora, nombreuse, est de retour au Kosovo pour voir la famille restée au pays et marier ses enfants. Cette année, la nouveauté pour celles et ceux qui reviennent, ce sont les grandes affiches à la gloire de l'UÇK, qui proclament « la liberté à un nom » : celui d'Hashim Thaçi, ancien chef politique de la guérilla albanaise, longtemps l'homme fort du petit pays. Son procès, comme ceux des autres anciens commandants, beaucoup le rejettent, explique Visar Ymeri, qui dirige le think tank social-démocrate Musine Kokalari.« Les gens au Kosovo regardent d'un mauvais œil les procès qui se tiennent à La Haye devant les Chambres spécialisées. Ils ne les acceptent pas parce qu'ils ont le sentiment que l'on juge la guerre de libération qu'a menée l'UÇK pour le Kosovo. Or, pour les gens, juger cette guerre revient à juger le désir des Kosovars de se libérer de la Serbie et d'obtenir l'indépendance. Je crois que si ces accusés étaient jugés pour les crimes qu'ils ont commis en tant qu'élus, pour leur corruption par exemple, les réactions seraient bien différentes. »« Aucune guerre n'est propre »De nombreux Albanais du Kosovo ont l'impression qu'on juge les victimes de la guerre de 1999 face à la Serbie, plutôt que les agresseurs.Juste avant que le procès d'Hashim Thaçi et de ses lieutenants ne commence au printemps dernier, une grande manifestation de soutien a d'ailleurs réuni des dizaines de milliers de personnes à Pristina. L'activiste Rron Gjinovci a été l'un des rares à oser publiquement s'y opposer. Cela lui a valu de vives critiques et des accusations de traitrise. Ce trentenaire appartient à la nouvelle génération, plus critique vis-à-vis des anciens de l'UÇK et notamment du mythe de sa guerre propre.« Aucune guerre n'est propre, c'est certain. Le fait que cette guerre n'a pas été propre a d'ailleurs été confirmé par les avocats des inculpés. Faire la lumière sur certaines affaires, qui ont coûté des vies humaines, est primordial pour toute société, y compris pour le Kosovo. »Il faut dire que les avocats d'Hashim Thaçi et de ses co-accusés plaident le fait que leurs clients n'étaient pas au courant des exactions commises par leurs troupes. Autrement dit, qu'ils ne commandaient donc pas vraiment l'UÇK, une guérilla à la hiérarchie mal établie, assurent-ils aujourd'hui. Voilà un discours qui agace profondément Rron Gjinovci.« C'est choquant pour le public au Kosovo parce que ces personnes ont été pendant longtemps au pouvoir, en surfant sur l'héroïsation de la guerre qu'ils ont menée. Entendre leurs avocats dire qu'ils n'ont rien fait est donc scandaleux. Beaucoup de gens se sentent trahis, ils se disent qu'on leur a menti : ces accusés ne seraient donc pas les héros qu'ils prétendaient être puisqu'ils le renient eux-mêmes aujourd'hui. »Un procès mal acceptéMême si leur légende commence à s'effriter, les anciens commandants de l'UÇK aujourd'hui jugés devant les Chambres spécialisées de La Haye conservent une solide base de fidèles en tant que « héros de guerre ». Beaucoup regrettent que ce procès ne soit qu'un nouveau coup d'épée dans l'eau : jusqu'à présent, la justice n'a pas permis de faire la lumière sur les crimes de guerre, préalable nécessaire pour favoriser la réconciliation au Kosovo. C'est ce que constate Bekim Blakaj, du Centre pour le droit humanitaire, une ONG serbo-kosovare.« On espérait que ce tribunal nous donnerait des réponses très importantes à nous tous, en tant que société. On pensait par exemple qu'on pourrait peut-être enfin savoir s'il y avait eu ou non du trafic d'organes. Or, ce crime ne figure dans aucun des actes d'accusation émis. Voilà entre autres pourquoi nous ne sommes plus optimistes, comme nous l'étions au moment de son ouverture. »Les Chambres spécialisées ont en effet été créées, sous pression occidentale, après la publication d'un rapport du Conseil de l'Europe suspectant un trafic d'organes prélevés sur des prisonniers de l'UÇK, surtout les Serbes. La principale difficulté de cette Cour, c'est d'établir des preuves de culpabilité alors qu'il n'existe presque aucune trace écrite des ordres de la guérilla. L'accusation repose donc presque entièrement sur la parole des témoins, anonymisés et très protégés pour éviter les pressions. Sauf que toutes ces précautions alimentent les théories complotistes et limitent la confiance dans l'impartialité de cette justice, déjà mal acceptée. Chaque camp, Albanais comme Serbe, pourra donc exploiter ces failles pour nier les verdicts et camper sur ses positions antagonistes.À lire aussiEclairage : Le procès de l'ex-président du Kosovo Hashim Thaçi s'ouvre à La Haye

Basilic
☀️ Visiter Annecy autrement ☀️ ÉTÉ 2023

Basilic

Play Episode Listen Later Aug 15, 2023 15:40


☀️ Programmation estivale ☀️ Mise en lumière du city guide Slowing Out Cette semaine, Jeane vous propose d'écouter une balade sonore qu'elle a conçue spécialement pour Chloé, la fondatrice des guides Slowing Out. Pour ce premier épisode des balades sonores de Slowing Out, nous vous emmenons à Annecy ! Slowing Out c'est une collection de guides de voyage papier et numérique pour découvrir une ville comme si vous y habitiez. Toujours à la recherche d'authenticité et d'initiatives positives, Slowing Out part à la rencontre de femmes engagées qui partagent avec vous leur lieux de prédilection. Jeane, créatrice du podcast Basilic, est l'une des femmes qui a accepté de partager ses bonnes adresses responsables dans le guide d'Annecy de Slowing Out. Accompagnée de Chloé, la fondatrice, et d'autres femmes du guide, elles vous embarquent dans une balade sonore pour vous dévoiler quelques adresses insolites que vous pourrez retrouver dans le guide d'Annecy : - Jeane nous emène dans son coffee shop préféré, le Haven - Hélène, fondatrice de MeroMero et Claire, co-fondatrice des Hirondelles nous montrent leur projet de tiers-lieux aux Forges de Cran. - Kateline nous fait visiter sa boutique DupontDupont, un concept-store entièrement dédié aux marques françaises. Belle écoute et un grand merci a Jeane pour la réalisation et la production de cet épisode

Les chemins de la philosophie
Les femmes pensent-elles autrement ?

Les chemins de la philosophie

Play Episode Listen Later Aug 10, 2023 58:27


durée : 00:58:27 - Avec philosophie - par : Géraldine Muhlmann - En partenariat avec Philosophie Magazine, et à l'occasion de la publication le 5 janvier 2023 du volume 23 Penseuses pour 2023, Avec Philosophie se demande comment postuler l'existence d'une pensée spécifiquement féminine sans sombrer dans le sexisme, autrement dit sans essentialiser la femme. - invités : Manon Garcia Philosophe, Junior Fellow à la Society of Fellows de l'Université de Harvard; Véronique Nahoum-Grappe Anthropologue; Martin Legros Rédacteur en chef de Philosophie magazine