Podcasts about pib

  • 1,340PODCASTS
  • 5,199EPISODES
  • 25mAVG DURATION
  • 3DAILY NEW EPISODES
  • Jan 30, 2023LATEST

POPULARITY

20152016201720182019202020212022

Categories



Best podcasts about pib

Show all podcasts related to pib

Latest podcast episodes about pib

Es la Mañana de Federico
Prensa económica: La trampa del nuevo INE para camuflar el parón de la economía

Es la Mañana de Federico

Play Episode Listen Later Jan 30, 2023 5:28


LD publica cómo el Instituto Nacional de Estadística maquilla los datos del PIB para evitar que se hable del término recesión.

investir.ch
Cette fois, c'est différent – 27 janvier 2023

investir.ch

Play Episode Listen Later Jan 27, 2023 10:25


Les chiffres du PIB américain ont rassuré tout le monde hier. La croissance est plus forte que les attentes et malgré les mesures prises par la FED, l'économie semble ne pas vouloir renoncer. Présenté comme cela, il y a de quoi s'inquiéter parce qu'on sait que « si ça va trop bien », mercredi prochain, … Continued

Estadão Notícias
O papel dos sindicatos e a revisão da reforma trabalhista no governo Lula

Estadão Notícias

Play Episode Listen Later Jan 20, 2023 23:21


Nesta semana, o presidente Luiz Inácio Lula da Silva (PT) se encontrou com, ao menos, 10 representantes de centrais sindicais do País. Na conversa, ouviu o desejo de fortalecer o Ministério do Trabalho, que tem Luiz Marinho (PT) à sua frente. Além disso, houve pedidos para que o governo reveja pontos da reforma trabalhista feita em 2017. Lula já anunciou a criação de três grupos de trabalho para propor mudanças na regra de reajuste do salário mínimo e na legislação trabalhista. Dois desses grupos, que devem ser compostos nos próximos 30 dias, e que terá a participação de empresários, vão discutir essas mudanças. O outro grupo de trabalho que foi criado é o que vai discutir o novo modelo de reajuste anual do salário mínimo. Os sindicalistas propõem um cálculo de aumento real dos salários com a recuperação da inflação, mais a média do PIB brasileiros dos últimos dois anos. O ministro da Fazenda, Fernando Haddad, afirmou que a decisão sobre o aumento do salário mínimo cabe ao governo e será tomada após negociações com as centrais sindicais. Afinal, a reforma trabalhista precisa ser revista, de fato? Qual o impacto que isso pode gerar nas relações trabalhistas e de emprego? No Estadão Notícias de hoje, vamos conversar com Marco Antônio Teixeira, coordenador do Mestrado em Gestão e Políticas Públicas da FGV EAESP. O ‘Estadão Notícias' está disponível no Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Google podcasts, ou no agregador de podcasts de sua preferência. Apresentação: Gustavo Lopes. Produção/Edição: Gustavo Lopes, Jefferson Perleberg e Laura Capelhuchnik.  Sonorização/Montagem: Moacir Biasi.See omnystudio.com/listener for privacy information.

Podcast de Juan Ramón Rallo
2022: un mal año para la economía china

Podcast de Juan Ramón Rallo

Play Episode Listen Later Jan 17, 2023 9:32


2022 fue un mal año para la economía china: su PIB se expandió al menor ritmo desde 1976 y su población decreció por primera vez desde los años 60. ¿Qué le está ocurriendo al gigante asiático? Become a member at https://plus.acast.com/s/juanrallo. Hosted on Acast. See acast.com/privacy for more information.

C dans l'air
DÉMOGRAPHIE, CROISSANCE : À QUI PROFITE LA PANNE CHINOISE ? – 17/01/23

C dans l'air

Play Episode Listen Later Jan 17, 2023 64:40


EXPERTS PHILIPPE DESSERTINE Directeur de l'Institut de Haute Finance Auteur de « Le grand basculement » SYLVIE MATELLY Économiste - Directrice adjointe de l'IRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiques VALÉRIE NIQUET Spécialiste de l'Asie - Fondation pour la Recherche Stratégique Auteure de « La Chine en 100 questions » FRANÇOIS BOUGON Journaliste spécialiste de la Chine – « Mediapart » Coup de frein sur la mondialisation. C'est ce qui semble être dans toutes les toutes têtes du 53è Forum économique de Davos. La rencontre annuelle, qui s'est ouverte hier, est devenue un symbole de la fracture entre les tenants de la mondialisation et les protectionnistes. Le FMI alerte actuellement de la « fragmentation » des échanges mondiaux, qui pourrait faire chuter le PIB mondial de plus de 7 %. Le Fonds monétaire international s'inquiète des risques liés à un retour en arrière face à la globalisation des marchés. «Nous faisons face au spectre d'une nouvelle guerre froide qui pourrait voir le monde se fragmenter en blocs économiques rivaux». Plusieurs sujets seront sur la table dans la station alpine suisse, comme la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, et la course aux subventions pour rapatrier les usines. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déjà annoncé la création d'un « fonds de souveraineté européen ». Celui-ci soutiendrait l'industrie de l'UE face à la flambée des prix de l'énergie. Dans son viseur : l'Inflation Reduction Act de Joe Biden. Entrée en vigueur en août dernier, cette loi protectionniste cristallise les tensions avec les Européens, avec des réductions de coûts pour les Nord-Américains et des investissements massifs dans le secteur de l'énergie. Des aides d'état similaires ont été mises en place en Chine, alors que le pays fait face à une baisse de croissance importante, notamment en raison de sa politique "zéro Covid", mais aussi à cause de son déclin démographique, le premier depuis soixante ans. L'Empire du milieu n'est ainsi plus perçu comme un Eldorado aux yeux des investisseurs, et beaucoup d'expatriés en sont revenus sans intention d'y retourner. Pendant ce temps, en France, certaines entreprises trouvent des solutions face à la crise énergétique. Pour diminuer les coûts, les sites français de production de Toshiba font par exemple travailler leurs salariés la nuit. De leurs côtés, certaines start-up de l'Hexagone partent s'installer aux Etats-Unis pour bénéficier de la politique mise en place contre l'inflation. Alors, peut-on vraiment parler de fin de la mondialisation ? Quels sont les enjeux du forum de Davos ? La perte de vitesse économique de la Chine est-elle durable ? L'économie française est-elle en danger face aux mesures protectionnistes américaines ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

Le Scan - Le podcast marocain de l'actualité
Blanchiment d'argent : le Maroc bon élève ? (1/2)

Le Scan - Le podcast marocain de l'actualité

Play Episode Listen Later Jan 16, 2023 14:03


Plus de 2000 milliards de dollars. Voilà ce que pèserait chaque année le blanchiment d'argent dans le monde. C'est l'équivalent de 3% du PIB mondial. Au Maroc, 4 milliards de dollars échapperaient à tout contrôle. Mais à quoi ressemble aujourd'hui, en 2023, le blanchiment d'argent ? Quelles techniques et quelles luttes ? Dans Le Scan, le podcast actu de TelQuel, Landry Benoit reçoit Eric Vernier, expert sur les risques de blanchiment et chercheur à l'IRIS (France). L'équipe "Le Scan" par TelQuel Média : Présentation, écriture, interview : Landry Benoit  Montage : Adam El Harchaoui Soutenez un média indépendant. Abonnez-vous à Telquel : https://telquel.ma/abonnement/ 

Imagen Empresarial | Economía, Negocios y Finanzas.
'Venezuela es la nación sudamericana con mejor desempeño económico': Nicolás Maduro

Imagen Empresarial | Economía, Negocios y Finanzas.

Play Episode Listen Later Jan 13, 2023 2:23


Nicolás Maduro, aseguró que la economía de Venezuela creció 'por encima' del 15% del PIB. Además, afirmó que es el mayor crecimiento económico de América Latina y el Caribe.

Abertura de Mercado
Plano "improvável" de Haddad agrada mercado; Americanas vive ressaca após "terremoto"

Abertura de Mercado

Play Episode Listen Later Jan 13, 2023 21:50


O anúncio de medidas econômicas do ministro da Fazenda, Fernando Haddad (PT), ocupou um espaço na agenda do novo governo para falar do país, e não da gestão da crise política instalada depois dos ataques aos Três Poderes no último domingo (8). A iniciativa foi bem recebida, como uma atuação pragmática da equipe econômica. O plano de Haddad agradou, mesmo que não tenha surpreendido pelo peso maior na arrecadação de receitas, e não na redução de despesas: a possibilidade de acabar com o rombo de mais de R$ 230 bilhões esse ano conta com apenas R$ 50 bilhões na ponta de corte de gastos. O sucesso das medidas é possível, porém improvável, como o próprio ministro admitiu. Ele já vai se dar por satisfeito se terminar o ano entregando um déficit abaixo de 1% do PIB - o que é bem factível, segundo analistas. Como o diabo mora nos detalhes, há muita incerteza sobre o alcance das medidas. A seta do roteiro apresentado por Haddad aponta para o lado correto, na visão de muita gente que inclusive já esteve em uma equipe econômica. Chegar no destino, porém, é outra história. Sem resistir ao apelo que sua fala produz, Haddad também deu mais uma cutucada com vara curta no Banco Central (BC) em seu discurso na última quinta-feira (12). No episódio desta sexta-feira (13), o CNN Money se debruça sobre alguns dos detalhes do plano de Haddad e traz uma primeira leitura de analistas sobre o pacote anunciado, além da repercussão do "terremoto Americanas", que causou efeitos não só no mercado, mas na confiança sobre a governança de varejistas brasileiras. Apresentado por Thais Herédia, o CNN Money apresenta um balanço dos assuntos do noticiário que influenciam os mercados, as finanças e os rumos da sociedade e das dinâmicas de poder no Brasil e no mundo.

Choses à Savoir
Quel pays européen est le plus gros consommateur mondial d'alcool ?

Choses à Savoir

Play Episode Listen Later Jan 12, 2023 2:27


D'après les chiffres de l'Organisation mondiale de la santé, le plus gros consommateur mondial d'alcool est la Moldavie. On consommerait en effet, dans ce petit pays européen, coincé entre l'Ukraine et la Roumanie, un peu plus de 18 litres d'alcool par personne et par an. Soit trois fois plus que la moyenne mondiale, qui s'établit à un peu plus de 6 litres par personne et par an. Il est vrai que le rapport des Moldaves au vin remonte à la plus haute Antiquité. Les premières vignes auraient été plantées près de 3.000 ans avant notre ère. Les Grecs et les Romains appréciaient beaucoup le vin moldave. Après des siècles de domination ottomane, où l'alcool est prohibé, la Moldavie, qui fait partie de l'Empire des tsars depuis 1812, fournit en vin la Russie, puis l'URSS. Aujourd'hui, le vin moldave, qui fournit 20% du PIB et représente environ un tiers des exportations, est surtout vendu à l'étranger. Une telle consommation d'alcool ne peut qu'avoir de graves conséquences sur la santé des Moldaves. D'autant que, comme la quasi-totalité du vin est exportée, ils boivent surtout une eau-de-vie locale, fabriquée par les très nombreux bouilleurs de cru. Il s'agit d'un alcool très fort et d'une qualité parfois douteuse. Ainsi, en Moldavie une personne sur 1.000 meurt d'une cirrhose du foie, soit 6 fois plus qu'en France. Et les accidents de la route liés à une consommation excessive d'alcool sont aussi très nombreux. De ce fait, on estime que, dans le pays, un homme sur 5 mourrait à cause de l'alcool. En effet, les hommes boivent plus que les femmes; ce qui explique que leur espérance de vie moyenne est de 66 ans, contre 75 ans pour leurs compagnes. Dans les années 1980, les autorités soviétiques avaient tenté de prohiber l'alcool. Les seuls résultats avaient été une baisse des revenus de l'État et une plus grande circulation de l'alcool artisanal. Depuis une dizaine d'années, les autorités moldaves essaient de faire baisser cette consommation d'alcool, par l'instauration de taxes mais aussi par une campagne d'information et de prévention. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

C dans l'air
HARRY, LE PRINCE QUI FAIT TREMBLER LE ROYAUME-UNI – 07/01/23

C dans l'air

Play Episode Listen Later Jan 7, 2023 66:14


EXPERTS PHILIP TURLE Journaliste britannique Chroniqueur international - « France 24 » AGNÈS POIRIER Correspondante en Grande-Bretagne - « L'Express » CATHERINE MATHIEU Économiste à l'OFCE Spécialiste du Royaume-Uni et des questions européennes JEAN-MARC FOUR Éditorialiste international - « France Inter » Ancien correspondant à Londres Séisme au Royaume-Uni. L'autobiographie du prince Harry fait déjà l'effet d'une bombe, et ce, avant même sa publication officielle, prévue le mardi 10 janvier prochain. Plusieurs médias ont en effet réussi à obtenir une copie de l'ouvrage après que des libraires espagnoles l'ont mis par erreur en vente jeudi dernier. Les extraits les plus chocs n'ont pas manqué de faire rapidement la Une de la presse en Grande-Bretagne. Au menu de cet ouvrage : des révélations fracassantes et en nombre sur l'engagement militaire de Harry en Afghanistan, sa jeunesse compliquée par les drogues et l'alcool ainsi que son rapport plus que tendu avec son frère William, le prince héritier, et la famille royale. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le cadet de Charles III et de la princesse Diana n'est pas près d'enterrer la hache de guerre. Alors que son père doit être couronné le 6 mai prochain, Harry n'hésite pas à dénoncer les fractures de la Maison Windsor, déjà largement décrite dans la série « The Crown ». Intitulées "Spare", soit "Le Suppléant" en français, ces mémoires mettent au pilori une institution souvent jugée dépassée. Ce livre au vitriol est la deuxième vague d'une charge qui a commencé en décembre avec la diffusion d'un documentaire sur la plateforme Netflix. Si la monarchie se préparait depuis des mois à cette charge, qui intervient en pleine période de transition, le coup est rude. Et Harry est vertement critiqué par les médias britanniques. Le duc de Sussex est accusé de manquer de décence avec ce grand déballage. La population, elle, est agacée par ces nouvelles révélations. C'est que ces secousses interviennent dans une situation sociale très compliquée dans le pays. À en croire plusieurs sondages d'opinion réalisés ces dernières semaines, les Britanniques font grise mine deux ans après le Brexit. Le dernier en date, publié le 1er janvier par The Independent, révèle que près des deux tiers de la population outre-Manche est désormais favorable à un référendum sur un retour dans l'UE. Selon le journal, 56 % des électeurs pensent désormais que le Brexit a aggravé la situation économique outre-Manche. Ils n'étaient que 44 % il y a un an. Il faut dire que plusieurs indicateurs de l'économie britannique ont viré au rouge ces derniers mois : le PIB du Royaume-Uni a reculé de 0,3 % au troisième trimestre de l'année 2022, l'inflation a dépassé les 10 % et a même culminé à 11,1 % sur un an en octobre, provoquant une grave crise du coût de la vie. Deux ans après la fin de la période de transition mise en place à la suite du référendum de 2016 sur le Brexit, un terme s'impose dans les médias britanniques : celui de "Bregret". Un mot-valise composé des termes Brexit et regret. Selon un sondage dont les résultats ont été publiés à la fin décembre 2022, cité par le quotidien The Independent, 30 % des personnes ayant voté pour quitter l'UE en 2016 souhaitent aujourd'hui que le Royaume-Uni tisse des liens plus étroits avec Bruxelles. Ce qui, selon le journal britannique, peut être interprété comme un signe de Bregret. Ce sentiment "s'installe en Grande-Bretagne" de manière "rampante", notait le magazine The Spectator, le 23 décembre. Et ce phénomène est "en train de devenir un thème important dans la vie politique et la vie publique", constatait le magazine américain The Atlantic à la mi-décembre. Ce débat se déroule dans un pays durement touché par la pandémie de Covid-19, des soubresauts politiques, l'inflation, et des grèves massives, entre autres crises. La crise économique plonge, elle, des milliers de Britanniques dans le piège des crédits immobiliers à taux variable. Nombre d'entre eux ont en effet souscrit à ces crédits, leur permettant, lorsque les cours étaient bas, d'accéder à la propriété immobilière. Mais les turbulences économiques et financières du Royaume-Uni ont changé la donne. Les nombreux ménages britanniques qui se sont endettés à taux variable se retrouvent aujourd'hui étranglés par leur hausse. Devenu astronomique, leur crédit est même devenu, pour certains petits propriétaires, impossible à rembourser. Harry a-t-il planté le dernier clou dans le cercueil de l'institution monarchique au Royaume-Uni ? Dans quelle mesure le sentiment de "Bregret" est-il répandu dans la société britannique ? Des millions de ménages modestes britanniques sont-ils menacés de défaut de paiement de leur crédit immobilier ? DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45 FORMAT : 65 minutes PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40 RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son, Benoît Lemoine PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions Retrouvez C DANS L'AIR sur internet & les réseaux : INTERNET : francetv.fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/Cdanslairf5 TWITTER : https://twitter.com/cdanslair INSTAGRAM : https://www.instagram.com/cdanslair/

En Perspectiva
Entrevista Esteban Rojas - Venezuela: finalizó el gobierno interino encabezado por Juan Guaidó

En Perspectiva

Play Episode Listen Later Jan 6, 2023 42:20


En Venezuela comenzó ayer una nueva etapa política. Juan Guaidó, que se auto proclamó como “presidente encargado” del país en 2019, dejará de ser el principal referente de la oposición. Ayer la Asamblea Nacional de mayoría opositora eligió nuevas autoridades, lo que implicó el en los hechos el fin del gobierno interino encabezado por Guaidó, cuyo objetivo era desplazar al presidente Nicolás Maduro del poder. El pasado 30 de diciembre, tres de los principales partidos de la oposición aprobaron e la eliminación del "gobierno interino", al entender que “dejó de ser útil” en la búsqueda de un cambio político. A su vez, delegados de Maduro y la oposición negocian condiciones electorales en una mesa de diálogo retomada en México, el año pasado, y por otro lado, distintos países – varios de ellos europeos- muestran intención de entablar un diálogo con Maduro. Mientras todo eso sucede a nivel político, en materia económica, el país que perdió 80% de su PIB entre 2014 y 2020 en una crisis sin precedentes, empieza a mostrar tímidos signos de recuperación, con el fin de un largo ciclo de hiperinflación y un crecimiento proyectado para 2022 de dos dígitos, según el gobierno. Conversamos En Perspectiva con Esteban Rojas, periodista de AFP en Caracas.

Motor1.com BR
#205: O que esperar do mercado automotivo em 2023

Motor1.com BR

Play Episode Listen Later Jan 5, 2023 29:30


Chegou 2023 e a hora de começar a refletir sobre como será este novo ano. Ao mesmo tempo, o Brasil se vê, mais uma vez, em um novo governo que ainda não apresentou propostas e incentivos para a indústria automotiva, uma das mais importantes que compõe o PIB local. Fazemos agora nossas apostas sobre produção, vendas e preços. Ainda há diversos fatores que podem impactar em todos os aspectos, mas já podemos observar se 2023 será positivo, negativo ou ficará na mesma quando comparado a 2022, um ano que foi movimentado, mas não muito fácil para a cadeia automotiva.

Rádio PT
BOLETIM | Fernando Haddad: “Vamos recolocar a economia no rumo certo”

Rádio PT

Play Episode Listen Later Jan 4, 2023 2:41


“Bolsonaro usou 3% do PIB para produzir efeitos na eleição. O legado é um rombo de R$ 300 bilhões”, disse ministro da Fazenda.

La Ventana
La Ventana de los números | Santiago Niño predice el futuro económico de 2023: "Hasta primavera las cosas van a estar bastante turbias

La Ventana

Play Episode Listen Later Jan 4, 2023 16:55


El economista lamenta que la subida del PIB en España no haya beneficiado a todos por igual

La Ventana
La Ventana de los números | Santiago Niño predice el futuro económico de 2023: "Hasta primavera las cosas van a estar bastante turbias

La Ventana

Play Episode Listen Later Jan 4, 2023 16:55


El economista lamenta que la subida del PIB en España no haya beneficiado a todos por igual

15 Minutos - Gazeta do Povo
Economia: pessimismo para 2023

15 Minutos - Gazeta do Povo

Play Episode Listen Later Jan 4, 2023 15:20


*) O cenário econômico para o Brasil em 2023 não está dos mais animadores. Por diferentes motivos.Nos dois primeiros pregões da bolsa no ano, o dólar subiu e o Ibovespa caiu. E as expectativas continuam se deteriorando, segundo o boletim Focus do Banco Central. Nas últimas quatro semanas, as projeções para a taxa Selic no final de 2023 passaram de 11,75% para 12,25% ao ano. E as da inflação avançaram de 5,08% para 5,31%.É um desafio para a equipe econômica, agora chefiada por Fernando Haddad. E alguns dos sinais emitidos pelo novo governo não são dos mais animadores para o mercado. Neste episódio do podcast 15 Minutos nós analisamos os motivos que levam às perspectivas pessimistas para a economia neste ano de 2023. O convidado é o Vandré Kramer, repórter da equipe de Economia da Gazeta do Povo.* O episódio conta com áudios retirados do Youtube, dos canais da CNN Brasil e do SBT.

Invité Afrique
Renaud Van Ruymbeke: l'argent qui circule dans les paradis fiscaux «a atteint un niveau très élaboré»

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Jan 3, 2023 4:50


Les politiques de lutte contre le blanchiment d'argent largement vantées lors des sommets ont-elles permis de faire reculer le phénomène ? Rien n'est moins sûr, selon l'ancien juge Renaud Van Ruymbeke qui a été pendant deux décennies l'un des magistrats du pôle financier du tribunal de Paris. Dans un livre intitulé Offshore qu'il vient de publier, Renaud Van Ruymbeke décrit comment les techniques de fraude se sont affinées et comment les circuits de circulation de l'argent se reconfigurent sans cesse, au profit de multinationales, de chefs d'État ou de dirigeants mafieux. Il est notre invité. On a le sentiment à vous lire que les circuits de détournement d'argent sont en ce début de XXIe siècle toujours plus actifs et de plus en plus élaborés ? Renaud van Ruymbeke : Oui. Et très prospères, c'est-à-dire qu'il y a énormément d'argent qui circule effectivement dans les paradis fiscaux. Ça atteint un niveau de sophistication très élaboré. Il y a des législations anti-blanchiment, des échanges d'informations, etc., qui auraient normalement dû freiner le mouvement, mais qui malheureusement n'ont rien empêché du tout. C'est-à-dire que les techniques sont devenues sophistiquées, elles se sont adaptées aux nouvelles mesures et c'est toujours aussi compliqué d'identifier cet argent sale. On parle quand même de plus de 8 000 milliards de dollars. Ce système fonctionne grâce à un ensemble d'acteurs que vous nous décrivez dans votre ouvrage, les sociétés fiduciaires suisses ou luxembourgeoises, les cabinets panaméens spécialisés dans la vente de sociétés écrans. Les banques elles-mêmes qui ferment les yeux d'une manière qui apparaît assez hypocrite face à des circuits de transferts suspects. Il y a finalement un secteur assez florissant en matière de prise en charge et de dissimulation de l'argent sale actuellement dans le monde ? Oui. Justement parce que cela devient de plus en plus compliqué. Donc, il faut des gens de plus en plus pointus en quelque sorte. Il y a des cabinets spécialisés qui font gagner énormément d'argent à ceux qui pratiquent l'évasion fiscale, la fraude fiscale, à ceux qui cachent leur argent parce qu'ils ont peur de se retrouver un jour en prison parce que ce sont des trafiquants de drogue ou des grands corrompus. Il y a un certain nombre de dictateurs sur cette planète et leurs proches... Ils assurent l'impunité. On a des pays aussi qui laissent les professionnels de l'argent sale travailler parce qu'ils y trouvent leur intérêt… Absolument. Les paradis fiscaux vivent pour partie de cet argent, c'est une manne. Vous prenez Bahamas, vous prenez les îles Caïman. Aux Bahamas, il y a du tourisme, mais il y a aussi des banques qui vivent de tout ce système offshore. En Suisse, au Luxembourg, vous avez des cabinets spécialisés. Alors ils ne gèrent pas que de l'argent sale, bien entendu, ils ont une compétence financière. Mais dans la masse d'argent qu'ils gèrent, il y a aussi l'argent sale et malheureusement, ils n'ont pas fait le ménage ou ils ne l'ont fait qu'à moitié. Vous dénoncez notamment dans votre ouvrage l'incapacité de la justice britannique à recouvrer des fonds qui avaient été détournés, et détournés par l'ancien chef d'État nigérian, Sani Abacha… Absolument. Dans les plaintes de son successeur, il a été fait état de milliards de dollars qui avaient pris pour une part le chemin de la Suisse, la Suisse a fait son travail et l'argent récupéré. Par contre, à Londres, on a tout laissé filer. Et comment expliquez-vous ce peu d'empressement de la Grande-Bretagne ? Parce que la Grande-Bretagne a toujours eu une tradition de protection du secret bancaire. N'oubliez pas qu'en Grande-Bretagne, vous avez la City au cœur de Londres, que c'est une part importante du PIB britannique. Et donc, la fortune de la City, au début, elle est construite là-dessus, sur le secret bancaire. Comme toutes les places financières, il y a une législation qui n'est pas du tout adaptée et il n'y a pas de juge, de procureur anticorruption digne de ce nom en Grande-Bretagne. Dans votre ouvrage, vous nous parlez d'un autre type de comportement étatique qui pose question, celui des gouvernements de certains États victimes. De la fin des années 1990 à la fin des années 2000 par exemple, l'attitude des gouvernements du Congo-Kinshasa a fortement limité les rapatriements de capitaux pillés par le régime Mobutu… Oui. Des sommes importantes ont été saisies. Et il faut aussi qu'ils obtiennent la coopération de l'État d'origine pour établir que l'argent vient de la corruption ou il vient de détournements de fonds publics. Or, dans l'exemple que vous citez, la Suisse n'a pas eu le concours du Congo. Plus d'argent aurait pu revenir au Congo si l'État congolais s'était plus mobilisé dans ce dossier des restitutions des biens pillés par la famille Mobutu ? Bien sûr. C'est ce que disent les autorités judiciaires suisses. Dans cette reconfiguration des flux financiers illicites mondiaux, vous expliquez que Dubaï est devenu l'épicentre de l'argent sale, parce que Dubaï est pratique : non seulement on peut y mettre des fonds à l'abri, mais aussi on peut soi-même en vivant à Dubaï essayer d'échapper à la justice. Et vous citez notamment dans votre livre l'exemple des frères Gupta, des acteurs essentiels des circuits de corruption dans le système Zuma en Afrique du Sud… Oui. C'est vrai qu'à Dubaï, votre argent m'intéresse. Je ne vous poserai pas de questions sur l'origine des fonds et si vous avez un mandat d'arrêt, on ne l'exécutera pas. Cela a été constaté. C'est véritablement un pays qui ne coopère pas et qui présente toutes les caractéristiques d'un paradis fiscal. S'il fallait identifier une ou deux urgences pour que la lutte contre ces flux illicites de capitaux puisse avancer, que retiendriez-vous ? Tant qu'on n'aura pas une démarche internationale et une volonté politique forte, on n'y arrivera pas. Donc il faut que ces volontés se manifestent. Pourquoi les États ne réagissent-ils pas ? Ils devraient réagir, prendre des initiatives, justement pour mettre au pas les pays comme les îles Caïman, Gibraltar, Chypre, Malte. Ce n'est quand même pas si compliqué que cela. ► Offshore. Dans les coulisses édifiantes des paradis fiscaux, aux éditions Les liens qui libèrent, Paris, 2022.

Aujourd'hui l'économie
La Chine attendra pour étancher sa soif de domination mondiale

Aujourd'hui l'économie

Play Episode Listen Later Jan 3, 2023 4:05


La Chine ne deviendra pas la première puissance mondiale avant la fin de la décennie comme ses dirigeants l'avaient espéré. Le Covid et d'autres fardeaux économiques entravent la réalisation de ses ambitions. L'Empire du Milieu se voyait déjà au sommet de l'affiche. En termes de PIB, la deuxième économie mondiale devait dépasser les États-Unis dès 2028, selon l'institut de recherche britannique CEBR – le Centre pour la recherche économique et des affaires. Mais, dans son rapport annuel publié fin décembre, l'institut ajourne ce podium : la courbe de la croissance chinoise ne croisera pas celle des États-Unis avant, au plus tôt, 2036. Le centre japonais de recherche économique avait, lui aussi, revu sa projection à la baisse dès la mi-décembre. L'étoile de la Chine pâlit à vitesse grand V dans toutes les comparaisons internationales. C'est le grand enseignement de 2022. Le Covid a grippé la machine ? C'est avec l'apparition du coronavirus que la fameuse et vigoureuse croissance chinoise, selon les chiffres officiels, s'est enrayée. Elle est de 2,5% seulement en 2020, soit la moitié de l'objectif annuel fixé à 5%. Mais en 2021, son rebond est spectaculaire : plus de 8%. Xi Jinping veut y voir la consécration de sa stratégie « zéro Covid ». Cet isolement forcé, cette fermeture totale du pays, se révélera en fait une impasse sur le plan sanitaire, un déni démocratique et un ravage économique, avec la paralysie des entreprises une bonne partie de l'année 2022. La levée brutale des restrictions a soulagé la population, mais elle n'a pas encore remis l'économie en selle. La main d'œuvre n'afflue pas dans les grands centres industriels, car c'est surtout l'heure des comptes. Des entreprises et des commerces ont dû mettre la clé sous la porte, faute de personnel ou de clients. Kristalina Georgevia, la directrice du Fonds monétaire international, souligne que cette année 2022, la croissance chinoise sera au mieux égale, voire inférieure à la moyenne mondiale, pour la première fois en quarante ans, un vrai camouflet pour la Chine. Et cela ne va pas s'arranger très rapidement en 2023. Car d'autres facteurs contribuent au déclin amorcé par la pandémie Dans le sillage de la chute du promoteur Evergrande, qui lutte toujours pour sa survie, les autres géants de l'immobilier se débattent aussi pour éviter la faillite. Le secteur qui représente le quart du PIB chinois, avec la construction, n'est toujours pas sorti de l'ornière. Le montant total des ventes de logement a baissé de 25% l'an dernier. L'autre moteur de la croissance chinoise, le commerce, connaît lui aussi des ratés depuis quelques mois et la perspective d'une récession au niveau mondial va sans doute décourager la demande externe. La Chine, qui a longtemps tiré un grand bénéfice de l'ouverture du commerce mondial, est aujourd'hui confrontée à une vague de protectionnisme et de délocalisation en sa défaveur. Échaudées par les déboires d'Apple et de son usine Foxconn bloquée par la politique « zéro Covid », les multinationales préfèrent dorénavant d'autres pays aussi compétitifs. Une tendance lourde qui va peser sur la reprise et sur le mode de croissance de la Chine. Sur le plan interne, l'essor économique de la Chine est grevé par sa démographie La population diminue et vieillit. Pas vraiment de quoi dynamiser la croissance future. Pour assurer à ses compatriotes le développement promis, et gagner la compétition contre les États-Unis, Xi Jinping devra changer le modèle de croissance. Mais pour le moment, il met la priorité sur les questions de sécurité. Elles deviennent de nouvelles sources de légitimité pour conforter son pouvoir, puisque les succès économiques qui remplissaient cet office sont en train de se dérober.

Radio Platja d'aro, Informe Enigma
Exclusivo para fans: Predicción económica para el año 2023 - Episodio exclusivo para mecenas

Radio Platja d'aro, Informe Enigma

Play Episode Listen Later Dec 31, 2022 21:49


Agradece a este podcast tantas horas de entretenimiento y disfruta de episodios exclusivos como éste. ¡Apóyale en iVoox! Sumario Informe Enigma Dirige y presenta: Jorge Ríos Escúchanos cada semana en Radio Platja d'Aro cada viernes de 23:00 h a 01:00 h en el 102,7 fm o en el siguiente enlace online: http://www.rpa.cat/docs/Live.html Síguenos en faceebok: https://www.facebook.com/InformeEnigma/?ref=bookmarks Sumario Informe Enigma Dirige y Presenta: Jorge Ríos Contacto Yolanda Martínez: 647552954 Ayúdanos desde 2.99 al mes, ayúdanos a seguir creciendo. Todo el mundo en Europa habla de una cosa: la recesión. La amenaza de una inminente y profunda recesión proyecta una oscura sombra sobre todo el continente, con la guerra de Rusia en Ucrania y la crisis energética mundial fusionándose en una tormenta perfecta. Tradicionalmente, una recesión se ha definido como dos trimestres consecutivos de contracción del PIB. Pero a medida que las economías se globalizan y se interrelacionan, la definición clásica ha resultado ser demasiado limitada. Hoy, con Iván Campos, intentaremos arrojar luz a este gran misterio.Escucha este episodio completo y accede a todo el contenido exclusivo de Informe Enigma. Descubre antes que nadie los nuevos episodios, y participa en la comunidad exclusiva de oyentes en https://go.ivoox.com/sq/277207

7 milliards de voisins
Sommes-nous trop nombreux pour être heureux?

7 milliards de voisins

Play Episode Listen Later Dec 30, 2022 48:30


Depuis 2012, un rapport mondial du bonheur classe chaque année les pays les plus heureux. En tête du classement pour l'année 2022, la Finlande pour la cinquième année consécutive, suivi par le Danemark et l'Islande. A contrario, l'Afghanistan et le Liban se trouvent en dernières positions. Pour calculer son indice du bonheur, l'ONU mesure le PIB par habitant, le soutien social, l'espérance de vie en bonne santé, la liberté dans les choix de vie de l'individu, la générosité perçue et le faible niveau de corruption perçue. Une vision qui favorise le développement durable, l'élimination de la pauvreté et la réduction des inégalités ainsi que le bien-être de tous les peuples. Quels défis pour être heureux à 8 milliards ?   Cette émission est une rediffusion du 18/11/2022 Avec :  - Jean-Christophe Ribot, auteur, réalisateur du documentaire «Le business du bonheur» disponible sur Arte.tv  - Claudia Senik, professeure à Sorbonne-Université et PSE-École d'Économie de Paris, directrice de l'Observatoire du bien-être au Cepremap (centre pour la recherche économique et ses applications).  Et un entretien de Sébastien Farcis, correspondant en Inde, le yoga en Inde, source de bien-être transgénérationnel.  Et un entretien de Jérémie Richard, correspondant en Islande, qu'est-ce qui rend les Islandais si heureux ?  Nous donnons la parole aux enfants dans «8 milliards de voisins» ! Une fois par mois, des enfants discutent autour d'un thème philosophique, comme l'amour, l'avenir, la peur... et aujourd'hui, le bonheur ! Ils sont 6, âgés de 9 ou 10 ans, au micro de Charlie Dupiot : deux garçons, Darel et Ivan (se prononce Ivane), et quatre filles, Inès, Anaëlle, Lucile et Maeva. Ils sont élèves dans la même classe, au sein de l'École maternelle et primaire «Le Petit Poucet», une école privée à Cotonou au Bénin.  Programmation musicale :  ► Ride with me - Jay 21 ► Earth Odyssey - Asaf Avidan

Sin Maquillaje, Altagracia Salazar
Por un 2023 más justo y solidario, Sin Maquillaje, diciembre 30, 20233

Sin Maquillaje, Altagracia Salazar

Play Episode Listen Later Dec 30, 2022 29:33


Controlar la inflación, mantener la sostenibilidad fiscal y reducir la deuda y al mismo tiempo proteger a los sectores más vulnerables son los retos de América Latina según los informes de fin de año de la mayoría de los organismos regionales liderados por la CEPAL. Cualquier gerencia que logre ese equilibrio será considerada exitosa a pesar de que no está previsto el regreso a los niveles de crecimiento ni de inflación anteriores a la pandemia. Las economías de America Latina crecerán una media de 1,3% y la de Estados Unidos 1% tan bajo que sigue el terror a la recesión. La CEPAL prevé, sin embargo que RD crecerá un 4,6% siendo líder en la región. El país debe enfrentar su creciente endeudamiento aunque dista mucho de los países que lideran la región. Venezuela (307 % del PIB), Brasil (91,9 %), Bolivia (86,1 %), El Salvador (82,6 %) y Argentina (74,4 %) encabezan la lista de los más endeudados. Ayer les decía que prefería no hablar de los datos del BC pero no tenemos otros. Y con esos datos es que se manejan quienes toman decisiones. Si más allá de los datos fríos de la economía me preguntaran que espero del 2023 yo diría un país mas solidario. Una solidaridad que empiece en el Estado y que debe expresarse con políticas públicas en favor de los menos favorecidos que superen las acciones individuales que no pasan del efecto de relaciones públicas. En un país en el que los distintos gobiernos aplicaron la política del dao y en el que hasta los políticos que se consideran jóvenes apuestan al clientelismo, solo políticas públicas que mejoren la calidad de vida de la gente podrán enfrentar ese drama. Aspiro a un país donde la gente no esté esperando el bono o la funda y donde los políticos tengan vergüenza de hacer uso de los fondos públicos en provecho propio. Yo no imagino a los concejales de ningún lugar del mundo denunciando en los medios que no le han entregado dinero para bonos como hicieron esta semana los de Santo Domingo Este. Y los medios publicaron esa demanda como que repartir el dinero publico es un derecho adquirido cuando usted se mete a político. Hoy sale pública que el ejecutivo otorgó 6 mil pensiones solidarias yo no aspiro a que sean 10 mil sino que no sean necesarias. Aspiro a que la gente entienda que la educación y la salud son derechos de todos y todas y que no pueden depender de acciones individuales. Quizás si la mayoría entiende que tiene derechos, entendería que los demás también los tienen.

Emprendeduros
EP. #170 | Las mejores inversiones para el 2023

Emprendeduros

Play Episode Listen Later Dec 30, 2022 77:42


DESCUENTO EN MEZCAL ALERON POR 15% https://www.mezcalaleron.com/ y http://www.mezcalaleronusa.com/ USA CODIGO: POSADA ¡Emprendeduros! En el ultimo episodio del año Rodrigo y Alejandro nos dan una actualización de mercado donde hablan de la situación del Mercado, de los números de crecimiento del PIB, las siguientes juntas de la Reserva Federal, la deuda y ahorros de la población y de la reapertura de China . Nos dan los resultados del año de las mejores y peores inversiones. Después hablan Nike asociándose con Netflix. También hablan de la catástrofe de South West Airlines. Finalmente nos dan la actualización de Cryptos donde hablan de la caída del año de crypto, de la situación de SBF y de las dos colecciones de NFT mas grandes en Solana cambiando cadena de blockchain.

Kapital
K66. Niño Becerra. Auge y caída del capitalismo

Kapital

Play Episode Listen Later Dec 30, 2022 52:55


Los sistemas sociales y económicos evolucionan con el tiempo. Nacen, se expanden, se transforman y un día caen. Entonces llega algo nuevo. No necesariamente mejor. El capitalismo es el exitoso modelo organizativo de los últimos siglos. La acumulación de capital en el mercado permitió una innovación que traería el bienestar social. Niño Becerra pone en duda la continuidad del sistema. La deuda y la inflación son los primeros síntomas. ¿Tiene el capitalismo fecha de caducidad? ¿Qué vendrá luego?Índice:0.32. Formar estudiantes con curiosidad y pensamiento crítico.5.15. El histórico del PIB es un gráfico que nunca miente.13.04. ¿Puede un político cambiar el rumbo de una economía?22.35. Las élites desincentivan la inversión en capital humano.31.03. Modelos turísticos de bajo valor añadido.35.12. Un buen marketing incrementa el precio y la productividad.40.08. Cambio de ciclo.49.13. Generación alfa.Apuntes:Capitalismo. 1679-2065. Niño Becerra.Futuro, ¿qué futuro? Niño Becerra.El crash. Tercera fase. Niño Becerra.La economía. Una historia muy personal. Niño Becerra.Españistán. Aleix Saló.Europesadilla. Aleix Saló.

7 milliards de voisins
Sommes-nous trop nombreux pour être heureux?

7 milliards de voisins

Play Episode Listen Later Dec 30, 2022 48:30


Depuis 2012, un rapport mondial du bonheur classe chaque année les pays les plus heureux. En tête du classement pour l'année 2022, la Finlande pour la cinquième année consécutive, suivi par le Danemark et l'Islande. A contrario, l'Afghanistan et le Liban se trouvent en dernières positions. Pour calculer son indice du bonheur, l'ONU mesure le PIB par habitant, le soutien social, l'espérance de vie en bonne santé, la liberté dans les choix de vie de l'individu, la générosité perçue et le faible niveau de corruption perçue. Une vision qui favorise le développement durable, l'élimination de la pauvreté et la réduction des inégalités ainsi que le bien-être de tous les peuples. Quels défis pour être heureux à 8 milliards ?   Cette émission est une rediffusion du 18/11/2022 Avec :  - Jean-Christophe Ribot, auteur, réalisateur du documentaire «Le business du bonheur» disponible sur Arte.tv  - Claudia Senik, professeure à Sorbonne-Université et PSE-École d'Économie de Paris, directrice de l'Observatoire du bien-être au Cepremap (centre pour la recherche économique et ses applications).  Et un entretien de Sébastien Farcis, correspondant en Inde, le yoga en Inde, source de bien-être transgénérationnel.  Et un entretien de Jérémie Richard, correspondant en Islande, qu'est-ce qui rend les Islandais si heureux ?  Nous donnons la parole aux enfants dans «8 milliards de voisins» ! Une fois par mois, des enfants discutent autour d'un thème philosophique, comme l'amour, l'avenir, la peur... et aujourd'hui, le bonheur ! Ils sont 6, âgés de 9 ou 10 ans, au micro de Charlie Dupiot : deux garçons, Darel et Ivan (se prononce Ivane), et quatre filles, Inès, Anaëlle, Lucile et Maeva. Ils sont élèves dans la même classe, au sein de l'École maternelle et primaire «Le Petit Poucet», une école privée à Cotonou au Bénin.  Programmation musicale :  ► Ride with me - Jay 21 ► Earth Odyssey - Asaf Avidan

Vacarme - La 1ere
Endettement 4/5 - Une maison à tout prix

Vacarme - La 1ere

Play Episode Listen Later Dec 29, 2022 25:51


Avec 103 % du PIB, la Suisse est le 2e pays au monde où les dettes hypothécaires des ménages sont le plus élevées. Grâce à lʹincitation fiscale, les emprunteurs ne perçoivent pas toujours le poids de leur dette. Alors que certain.e.s souhaitent garder une dette importante durant de longues années, dʹautres font le choix de rembourser toutes leurs hypothèques pour ne plus rien devoir à personne. Reportage: Samuel Socquet Réalisation: Yves Roulin Production: Laurence Difélix

La ContraCrónica
China y la resaca covid cero

La ContraCrónica

Play Episode Listen Later Dec 28, 2022 42:58


El Gobierno chino dejó este fin de semana de publicar datos diarios relativos a la pandemia de covid 19. En su último informe, publicado este mismo sábado, informó de un total de 4.100 nuevos casos y ninguna muerte, algo que nadie más allá del propio Gobierno se cree. Las dudas sobre la fiabilidad de los datos que ofrece China referentes a la pandemia persisten desde que el virus apareció en escena hace ya tres años. Con casi 1.500 millones de habitantes, China sólo reconoce algo más de 400.000 contagios y 5.200 fallecimientos. Un número extraordinariamente bajo comparable al de pequeños países como Omán o Armenia que cuentan con 5 y 3 millones de habitantes respectivamente. Si lo comparamos con un país como la India que tiene una población similar a la de China nos encontramos con que allí se han confirmado hasta la fecha 45 millones de casos y más de medio millón de muertos. En EEUU con 330 millones de habitantes se han contabilizado 102 millones de contagios y 1.116.000 fallecimientos. Los chinos no son, evidentemente, superhombres. El covid les afecta en la misma medida y les provoca idénticos síntomas que a cualquier otro ser humano. Sabemos, además, por fuentes no oficiales que desde hace un mes los hospitales están abarrotados, que los crematorios no dan abasto y que las farmacias se están quedando sin existencias de antipiréticos. Nada de eso aparece en la prensa oficial que sigue pintando un retrato triunfalista de cómo el partido comunista ha conseguido doblegar al virus. A principios de este mes, el día 7 concretamente, el Gobierno de Xi Jinping decidió abandonar de forma un tanto abrupta la denominada política de covid cero cuyo objetivo era identificar, aislar y suprimir cualquier brote que se presentase. Durante los últimos tres años los chinos han vivido en un permanente estado de excepción sometidos a todo tipo de confinamientos, restricciones de movilidad y testeos masivos. Se ha llegado a confinar a ciudades enteras y a forzar el ingreso de miles de personas en centros de cuarentena. El país, entretanto, ha permanecido cerrado haciendo muy complicado entrar y salir de allí. La economía ha sido una de las víctimas de la política covid cero. Se han sucedido los cierres de fábricas, terminales portuarias y centros de transporte perjudicando seriamente al comercio internacional del que tan dependiente es el PIB chino. Eso y el malestar general provocado las restricciones ocasionaron una ola de protestas callejeras el mes pasado en las que se llegó a cuestionar al propio Gobierno. El régimen las reprimió con dureza, pero llevó a las autoridades a replantearse desmantelar la política de covid cero con carácter de urgencia. Arguyeron que las nuevas variantes de covid no son tan letales como las primeras y empezaron a abrir la mano. Se puso fin a casi todas las restricciones, se eliminaron las pruebas y las cuarentenas, se dejó de registrar los casos asintomáticos y se cambió el modo en el que se cuentan los fallecidos. Todo para encarar la ola de contagios que provocaría el abandono del covid cero. Desconocemos los datos exactos pero la seroprevalencia en China debe de ser muy baja ya que la población ha estado muy poco expuesta al virus. Pero el régimen no puede reconocer el fracaso ya que el partido no se equivoca nunca. El error y la imprevisión de su Gobierno lo están pagando los propios chinos. Lo están haciendo, como todo en China, en el más absoluto silencio. En La ContraRéplica: - Fabricación de armas 3D - La victoria argentina en el Mundial y el cambio de valores · Canal de Telegram: https://t.me/lacontracronica · “La ContraHistoria de España. Auge, caída y vuelta a empezar de un país en 28 episodios”… https://amzn.to/3kXcZ6i · “Lutero, Calvino y Trento, la Reforma que no fue”… https://amzn.to/3shKOlK · “La ContraHistoria del comunismo”… https://amzn.to/39QP2KE Apoya La Contra en: · Patreon... https://www.patreon.com/diazvillanueva · iVoox... https://www.ivoox.com/podcast-contracronica_sq_f1267769_1.html · Paypal... https://www.paypal.me/diazvillanueva Sígueme en: · Web... https://diazvillanueva.com · Twitter... https://twitter.com/diazvillanueva · Facebook... https://www.facebook.com/fernandodiazvillanueva1/ · Instagram... https://www.instagram.com/diazvillanueva · Linkedin… https://www.linkedin.com/in/fernando-d%C3%ADaz-villanueva-7303865/ · Flickr... https://www.flickr.com/photos/147276463@N05/?/ · Pinterest... https://www.pinterest.com/fernandodiazvillanueva Encuentra mis libros en: · Amazon... https://www.amazon.es/Fernando-Diaz-Villanueva/e/B00J2ASBXM #FernandoDiazVillanueva #china #covid Escucha el episodio completo en la app de iVoox, o descubre todo el catálogo de iVoox Originals

Capital, la Bolsa y la Vida
Claves del miércoles: Zelenzki habla con Balck Rock

Capital, la Bolsa y la Vida

Play Episode Listen Later Dec 28, 2022 59:50


El presidente de Ucrania, Volodímir Zelenski, ha asegurado que las empresas creen en la victoria y en la reconstrucción del país. Así lo ha dicho tras hablar esta noche con el director de BlackRock. El Gobierno ruso pronostica una contracción máxima de su PIB del 1 % en 2023. El sector del transporte aplaude que se mantenga ese descuento en el combustible para los profesionales.

Noticentro
Llegaran a México 119 médicos cubanos en enero

Noticentro

Play Episode Listen Later Dec 27, 2022 1:22


Rusia pronostica una contracción máxima del 1%Temporada de influenza en el país es más intensaMás información en nuestro podcast

Economía Para Todos
Economía Para Todos: El INE rebaja el crecimiento del PIB en el tercer trimestre

Economía Para Todos

Play Episode Listen Later Dec 24, 2022 57:25


Carmen Tomás analiza cómo el INE ha rebajado el crecimiento del PIB español para el tercer trimestre. El Gobierno ni se inmuta.

Alexandre Garcia - Vozes - Gazeta do Povo
Está chegando mais um “saidão” de Natal para alegria dos presidiários

Alexandre Garcia - Vozes - Gazeta do Povo

Play Episode Listen Later Dec 23, 2022 5:20


Alexandre Garcia comenta sobre os saidões de Natal, os novos ministros de Lula e o aumento do PIB brasileiro, uma das heranças do governo Bolsonaro.

C dans l'air
CDLA L'INVITÉ – FRANÇOIS ECALLE – 23/12/22 (rediff du 04/11/22)

C dans l'air

Play Episode Listen Later Dec 23, 2022 10:26


IMPÔTS : LA FRANCE TOUJOURS EN TÊTE ! FRANÇOIS ECALLE Président de FIPECO Ancien magistrat de la cour des Comptes En France, le taux de prélèvements obligatoires s'est établi à 47 % du PIB en 2021. Il s'agit du niveau le plus élevé de la zone euro et le second en Europe. Une étude du site Fipeco montre que l'écart s'est pourtant resserré avec les pays voisins, notamment du fait de la baisse des impôts de production. Si la France reste le premier pays de la zone euro en matière de pression fiscale - le second en Europe derrière le Danemark - l'écart avec la zone euro et l'Allemagne. s'est encore resserré en 2021, grâce à la baisse des impôts de production. « En matière de pression fiscale, la France a fait des progrès et rattrapé une partie de son retard. Mais compte tenu du point de départ, le pays reste malgré tout encore à un niveau très élevé », constate le président de FIPECO François Ecalle, qui sera ce soir notre invité.

Estadão Notícias
Economia: o risco da volta da heterodoxia no governo Lula

Estadão Notícias

Play Episode Listen Later Dec 23, 2022 27:11


Se tem uma área em que Lula (PT) não pode errar é a economia. Sempre com o olhar desconfiado do mercado, o petista não tem tido vida fácil nos seus anúncios para a área. O nome de Fernando Haddad (PT-SP) para assumir a pasta não agradou num primeiro momento.  Além disso, a quebra do teto de gastos, garantido pela PEC da Transição, aprovada pelo Congresso Nacional,  também foi mal recebida por agentes econômicos A liberação de R$145 bilhões fora do freio fiscal foi vista como uma forma de desequilibrar as contas públicas. Fato é que Lula tem o desafio de equalizar a responsabilidade fiscal com a responsabilidade social. Em 2021, faltou dinheiro para comprar alimento, em algum momento do ano, para 36% dos brasileiros, o maior patamar da série histórica. Tudo isso diante de um cenário de recessão econômica mundial. Os EUA sofrerão com a alta de juros, a Europa com a falta de gás e a China com sua desaceleração estrutural. O Fundo Monetário Internacional (FMI) projeta que o PIB mundial em 2,7%, mas alerta que “mais de um terço da economia global vai se contrair em 2023”. Diante deste cenário, como equilibrar finanças com as questões sociais? Qual deve ser o caminho econômico traçado por Lula no próximo ano? No ‘Estadão Notícias' de hoje, vamos analisar este cenário com o economista da Tendências Consultoria, Silvio Campos Neto. O ‘Estadão Notícias' está disponível no Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Google podcasts, ou no agregador de podcasts de sua preferência. Apresentação: Emanuel Bomfim Produção/Edição: Gustavo Lopes, Jefferson Perleberg e Gabriela Forte  Sonorização/Montagem: Moacir Biasi.See omnystudio.com/listener for privacy information.

Aujourd'hui l'économie
L'Inde, puissance montante face à la Chine

Aujourd'hui l'économie

Play Episode Listen Later Dec 22, 2022 4:06


Depuis le 1er décembre, l'Inde a pris la tête du G20. Lors de son discours, le Premier ministre Narendra Modi a annoncé qu'il entendait profiter de cette opportunité pour remettre en question la prédominance occidentale et rééquilibrer le système international en faveur du Sud. L'Inde a cofondé le groupe des économies émergentes dit des «BRICS» réunissant le Brésil, la Russie, la Chine et l'Afrique du Sud pour contrer l'influence des structures de gouvernance internationales dominées par les États-Unis et l'Europe. Au milieu du marasme économique ambiant, l'Inde fait figure d'exception. Dans un contexte où les États Unis et l'Europe sont menacés de récession, l'Inde connait une santé économique insolente : le FMI prévoit une hausse de 6,8% du PIB indien en 2022, soit une croissance deux fois plus rapide que l'économie mondiale, et une nouvelle progression de 6% l'an prochain. Encore mieux, l'Inde vient de ravir à son ancien colonisateur, le Royaume-Uni, la place de 5e puissance économique mondiale. Et elle pourrait se hisser devant l'Allemagne dès 2027 puis au troisième rang mondial avant 2030, juste derrière les États-Unis et la Chine. Ce dynamisme de l'Inde s'explique par sa puissance démographique qui va la propulser, selon l'ONU, au rang de pays le plus peuplé de la planète dès le milieu de l'année prochaine avec 1,43 milliard d'habitants. Cela fait dire à certains que l'Inde va progressivement devenir le plus grand réservoir mondial de main d'œuvre. Le pays attire les entreprises étrangères, et outre une main d'œuvre très bon marché et très bien formée, elle présente aussi l'avantage d'offrir un environnement anglophone, une forte spécialisation numérique, une montée en gamme de son industrie et une volonté de réformes. L'Inde dispose également d'une diaspora de plus de 28 millions de personnes qui transfèrent 90 milliards de dollars par an dans le pays. Mais les handicaps de l'économie indienne sont nombreux car sa faible urbanisation, sa lourdeur bureaucratique et son manque d'infrastructures routières et ferroviaires pourraient décourager bien des investisseurs. Autre frein à la croissance : une certaine stagnation du marché du travail avec une forte pénurie d'emplois et des inégalités toujours criantes qui ont été accentuées durant la pandémie de Covid-19. Aujourd'hui, les 100 indiens les plus fortunés détiennent autant de richesses que les 600 millions les plus pauvres, selon le laboratoire sur les inégalités mondiales. Contenir l'expansion de la Chine La priorité des Américains et des Européens est de contrer l'influence chinoise dans la région Asie-Pacifique. Et conduire des partenariats avec l'Inde leur permettrait aujourd'hui d'y parvenir. De son côté, New Delhi cherche à doper ses exportations et souhaite négocier des accords de libre-échange avec l'Europe, tout en s'affirmant comme le leader des puissances du sud. C'est un changement radical dans la politique commerciale du pays qui, jusqu'à présent, présentait un protectionnisme important. L'entente avec l'Occident est donc vitale pour obtenir plus de transferts de technologie, plus de débouchés pour la production indienne et des visas pour former les étudiants. L'Inde peut également se permettre de jouer sur plusieurs tableaux : elle est le seul pays à la fois membre de l'organisation de coopération de Shanghai, chapeauté par Moscou et Pékin, et du QUAD, l'initiative conduite par les États-Unis avec le Japon et l'Australie pour contrebalancer l'influence de la Chine dans l'Asie-Pacifique. Autre défi pour l'Inde : la lutte contre le réchauffement climatique alors que le pays est le deuxième consommateur de charbon au monde et le troisième émetteur de carbone. Le Premier ministre Narendra Modi en a fait un objectif de premier plan lors de sa présidence du G20, en insistant sur le financement par les pays du nord de la transition écologique des pays en voie de développement.  New Delhi devrait également, lors de cette année à la tête du G20, mettre en avant la question de la finance climat. La sécurité énergétique et alimentaire feront aussi partie des priorités

Lenglet-Co
LENGLET-CO - La dette publique française se rapproche de la barre des 3.000 milliards d'euros

Lenglet-Co

Play Episode Listen Later Dec 21, 2022 3:15


À la fin du mois d'octobre, l'INSEE a évalué la dette française à 2.959 milliards d'euros, soit 113,3% du PIB. Sur les trois derniers mois, la dette a progressé de 40 milliards.

Aujourd'hui l'économie
Le coût de la transition écologique pour la France

Aujourd'hui l'économie

Play Episode Listen Later Dec 21, 2022 4:12


Sécheresses à répétition, records de température, tempêtes dévastatrices... Les événements climatiques extrêmes se sont multipliés cette année dans le monde et l'action climatique est plus que jamais devenue une urgence. Mais les conséquences économiques de cette transition écologique ont assez peu été envisagées pour le moment. La note d'étape de l'économiste Jean Pisani-Ferry et de l'inspectrice générale des finances Selma Mahfouz pour France Stratégie, « L'action climatique : un enjeu macroéconomique », détaille les premiers éléments du coût de la transition écologique pour la France. Jusqu'à présent, les conséquences économiques de l'objectif zéro carbone de la France avaient été peu envisagées. L'étude parle de 2,5 points de PIB nécessaires d'ici 2030 pour parvenir à la neutralité carbone en 2050, soit 70 milliards d'euros d'investissement dans les 8 prochaines années. Un rapport complet sera remis au gouvernement au printemps prochain. Dix ans difficile pour la France La bonne nouvelle, c'est que cette transition est à portée de main, en raison de l'évolution rapide du progrès technique. Mais le prix à payer immédiat sera important : les auteurs parlent de chocs négatifs sur la croissance mais aussi l'emploi, l'investissement et les inégalités, avec des effets comparables à ceux de la crise pétrolière de 1973 et une inflation qui va elle aussi progresser alors qu'elle atteint déjà 6,2 %. Conclusion : la dizaine d'années à venir va être difficile pour la France et l'on est bien loin de la vision idyllique que donne le gouvernement de cette transition écologique. La Première ministre Élisabeth Borne, dans son discours en novembre dernier à l'Assemblée nationale pour détailler la trajectoire de la France vers la neutralité carbone en 2050, parle de justice sociale, de création d'emplois et de réindustrialisation... Sauf qu'il faudra attendre des dizaines d'années avant de voir les effets bénéfiques de cet objectif neutralité carbone sur la croissance. En attendant, il faudra opérer une transition brutale du côté de l'offre : pour remplacer des usines et des procédés de fabrication qui deviendront rapidement obsolètes et reconvertir une masse salariale non adaptée. Or, l'étude note qu'il manque déjà 20 à 30 milliards d'investissements verts par an en France. Résultat : tout le monde va devoir mettre la main au portefeuille. L'effort le plus difficile sera pour les ménages les plus modestes, ainsi que pour les petites entreprises qui luttent pour être rentables et les collectivités au budget serré. L'État est déjà à la manœuvre pour les soutenir mais ses moyens sont limités avec une dette qui représente déjà 113% du PIB. L'inaction climatique coûterait plus cher encore La France a été condamnée à deux reprises par la justice pour son inaction climatique, en 2020 et 2012. Cette inaction a été calculée par le rapport Stern : les désastres climatiques se multiplieraient dans le monde, ce qui aurait un surcoût se situant, selon les scénarios, entre 5 à 20% du PIB mondial. Le Giec, dans son dernier rapport, estime pour sa part que plus les gouvernements repousseront la transition climatique, plus la charge économique sera lourde. De nombreuses autres conséquences sont à prévoir en cas d'inaction : des maladies qui se multiplieraient, l'insécurité alimentaire qui serait à la hausse. Les polices d'assurance, elles, exploseraient sans parler des réfugiés climatiques... Et les effets du climat, déjà très visibles aujourd'hui, frapperaient les sociétés d'une manière intolérable, souligne le Giec. Sachant que près de la moitié de l'humanité vit déjà ce scénario catastrophe, selon l'ONU. Quelles sont les solutions face au changement climatique ? Tout d'abord, ne pas se voiler la face devant ces difficultés, autrement dit accepter que les années à venir demanderont de gros efforts. Au regard des problèmes que nous avons déjà surmontés, souligne l'économiste Jean Pisany-Ferry, tel le vieillissement de la population, ce défi est aujourd'hui tout à fait accessible. Autre piste, développée par l'économiste Jean-Charles Hourcade : l'entraide. Deux tiers des investissements bas-carbone doivent être effectués dans les pays du Sud, et tout ne pourra pas reposer sur les subventions publiques. Si ces pays ne sont pas aidés, tous les efforts conduits par les pays du Nord seront annihilés. L'économiste propose donc la création d'un fonds multisouverain dans lequel les banques et l'investissement privé auront un rôle déterminant à jouer à l'avenir.

Capital
Capital Intereconomía 8:00 a 9:00 20/12/2022

Capital

Play Episode Listen Later Dec 20, 2022 59:58


El IEE espera que la inflación media sea todavía del 4% en 2023, pero mantiene su previsión de PIB en el 1,2%. Hablamos en la entrevista Capital con Íñigo Fernández de Mesa, presidente del Instituto de Estudios Económicos. Comentamos la actualidad económica y política en la tertulia con Manuel Romera, director del sector financiero del Instituto de Empresa.; José Ramón Álvarez, Profesor de la Escuela Técnica Superior de Ingenieros Industriales y con Carlos Tobías, Abogado. Además Pablo García, director de DIVACONS- Alphavalue nos explica las principales referencias a tener en cuenta en la preapertura de los mercados financieros.

Les experts
Les Experts : La dette publique flirte avec les 3 000 milliards de dollars à 113,2% du PIB, faut-il s'en inquiéter ? - 19/12

Les experts

Play Episode Listen Later Dec 19, 2022 26:48


Ce lundi 19 décembre, la hausse de la dette publique en France, ainsi que sur la politique monétaire que doivent adopter les banques centrales face à l'inflation, ont été abordé par Gaëlle Macke, directrice déléguée de la rédaction de Challenges, Céline Antonin, économiste à l'OFCE, et Benjamin Coriat, professeur de sciences économiques à Paris 13, dans l'émission Les Experts, présentée par Nicolas Doze sur BFM Business. Retrouvez l'émission du lundi au vendredi et réécoutez la en podcast.

Morning Call
19.12.22 - Bolsas ensaiam recuperação; no Brasil, STF retira Bolsa Família do teto

Morning Call

Play Episode Listen Later Dec 19, 2022 3:48


O #MorningCall da #XPInvestimentos mostra os principais destaques do dia e os impactos para o mercado, antes do pregão.Confira os temas de hoje, 19/12/2022: No cenário internacional, o destaque deverá ser a divulgação do índice de despesas de consumo pessoal (conhecido como PCE), e que é a medida preferida de inflação pelo Federal Reserve, na sexta-feira. Serão divulgados também a leitura final do PIB dos EUA do terceiro trimestre, além de índices de expectativas de inflação e sentimento sobre a economia americana da Universidade de Michigan.Destaque também para as decisões de política monetária na China e Japão durante a semana. No Brasil, serão divulgados os dados de contas externas de novembro, na quarta; o IPCA-15 de dezembro, na sexta feira; e a arrecadação federal de dezembro, ainda sem data definida. Na seara política, atenções voltadas para a negociação do governo eleito com o Congresso sobre a PEC da Transição, o julgamento das emendas do relator no STF, e a nomeação dos novos ministros e outros membros da equipe econômica.Acesse o relatório sobre início de cobertura para vestuário esportivo: https://conteudos.xpi.com.br/acoes/relatorios/um-time-de-estrelas-mas-nem-todos-levam-a-taca/Acompanhe todos os conteúdos da XP em https://t2m.io/8cxPp6xParticipe do canal do Telegram para estar sempre atualizado: https://t.me/xp_investimentosConfira mais conteúdos também através do nosso Instagram: https://www.instagram.com/expertxp/

Les Experts
Les Experts : La dette publique flirte avec les 3 000 milliards de dollars à 113,2% du PIB, faut-il s'en inquiéter ? - 19/12

Les Experts

Play Episode Listen Later Dec 19, 2022 26:48


Ce lundi 19 décembre, la hausse de la dette publique en France, ainsi que sur la politique monétaire que doivent adopter les banques centrales face à l'inflation, ont été abordé par Gaëlle Macke, directrice déléguée de la rédaction de Challenges, Céline Antonin, économiste à l'OFCE, et Benjamin Coriat, professeur de sciences économiques à Paris 13, dans l'émission Les Experts, présentée par Nicolas Doze sur BFM Business. Retrouvez l'émission du lundi au vendredi et réécoutez la en podcast.

Podcastul Starea Natiei
Podcast #VN Vocea Nației #169

Podcastul Starea Natiei

Play Episode Listen Later Dec 17, 2022 54:04


#VN 169 🎙17 decembrie 2022 cu Dragoș Pătraru La final de 2022, Dragoș Pătraru povestește despre cele mai bune idei cu care a rămas din episoadele Vocea Nației dintr-un an întreg. Lista întreagă de cărți recomandate o găsești în newsletterul nostru, Starea Săptămânii, la care te poți abona, dacă nu ai făcut-o încă, aici: https://www.stareanatiei.ro/newsletter/ Audiție plăcută! -------------------------------------- Discuții pe larg despre cărțile menționate aici, găsești în episoadele de mai jos: Vocea Nației #148 – Spune-mi cine ești ca să-ți spun cum poți fi dezinformat – https://bit.ly/3Hq8PPT Vocea Nației #138 – Drumul spre nelibertate – https://bit.ly/3VODdI4 Vocea Nației #141 – STOP PUTIN! Dictatorii se opresc doar atunci când sunt opriți – https://bit.ly/3Yd2NrP Vocea Nației #136 – Amurgul democrației – https://bit.ly/3W2mHEN Vocea Nației #131 – Întotdeauna alegerea îți aparține – https://bit.ly/3iM3IiN Vocea Nației #137 – Secolul singurătății – https://bit.ly/3hfQ72U Vocea Nației #161 – Cetățenesc, deci exist – https://bit.ly/3W4h5t5 Vocea Nației #144 – Regăsirea sensului – https://bit.ly/3UNJNgS Vocea Nației #145 – De ce ne dezbină politica? – https://bit.ly/3UMKQxm Vocea Nației #156 – Ce ne datorăm unii altora – https://bit.ly/3iHQB22 Vocea Nației #166 – Imaginație, educație, nație – https://bit.ly/3PjvL5C Vocea Nației #139 – Gogoașa creșterii economice – https://bit.ly/3HqGXLQ Vocea Nației #133 – Cum schimbăm capitalismul? – https://bit.ly/3W18nvA Vocea Nației #153 – De unde vin de fapt banii și de ce nu îi avem? – https://bit.ly/3hbF8rp Vocea Nației #158 – Cum a stricat PIB-ul viața pe Pământ – https://bit.ly/3HqBiW0 Vocea Nației #164 – Munca nu-ți va împărtăși dragostea – https://bit.ly/3YdrxR2 Vocea Nației #146 – Ai 4.000 de săptămâni. Ce faci cu ele? – https://bit.ly/3hjWOkn Vocea Nației #149 – Rețeta fericirii – https://bit.ly/3Br7wfP Vocea Nației #159 – Prețul rețelelor sociale – https://bit.ly/3FHZBgK Vocea Nației #160 – Tu ce ești? Cimpanzeu sau albină? https://bit.ly/3Hucb4u

La chronique de Benaouda Abdeddaïm
Benaouda Abdeddaïm : L'Allemagne pas loin d'échapper à la récession en 2023, un paramètre transatlantique déterminant - 15/12

La chronique de Benaouda Abdeddaïm

Play Episode Listen Later Dec 15, 2022 3:58


Ce jeudi 15 décembre, l'Allemagne qui pourrait échapper à la récession, et le recul du produit intérieur brut en 2023 de moins 0,1 %, ont été abordés par Benaouda Abdeddaïm dans sa chronique, dans l'émission Good Morning Business, présentée par Laure Closier et Christophe Jakubyszyn, sur BFM Business. Retrouvez l'émission du lundi au vendredi et réécoutez la en podcast.

Consejero de bolsillo, Infonavit para ti.
Epílogo: Sin bienestar no hay futuro

Consejero de bolsillo, Infonavit para ti.

Play Episode Listen Later Dec 15, 2022 13:25


A lo largo de esta serie el concepto de bienestar con el que Regina Reyes-Heroles inició está investigación fue evolucionando hasta llegar a una visión integral, posible y optimista del camino para lograrlo. Esto no es una conclusión ni un final feliz, pero sí un episodio optimista donde lo que está claro es que para lograr bienestar  hay que alinear la visión, saber qué país queremos y estar dispuestos a tomar ese camino.En este episodio, el epílogo de la serie, reflexiona junto con Gerardo Esquivel, subgobernador del Banco de México, Alejandro Werner, ex Director del Departamento del Hemisferio Occidental del FMI, y Álvaro Rodríguez Arregui, miembro de la junta directiva de Social Progress Imperative acerca del cambio de ruta que podemos y debemos para, entre otras cosas,  mitigar la desigualdad, y lograr bienestar para todos y todas.

Protagonistas de la Economía Colombiana
“Este tipo de entretenimiento en el campo, como Panaca, se ha vuelto una medicina”

Protagonistas de la Economía Colombiana

Play Episode Listen Later Dec 15, 2022 1:27


Grupo Panaca celebra 23 años de historia ofreciendo entretenimiento agrícola con sostenibilidad. Como parte de las apuestas de consolidación del concepto de la marca, el Parque Nacional de la Cultura Agropecuaria, Panaca, ubicado en Quindío, lanzará tres nuevas líneas que estarán abiertas a sus visitantes a partir de 2023, que conformarán Territorio Panaca y contarán con una inversión superior a los $710.000 millones, lo cual aumentará 3% el PIB departamental y generará más de 9.000 empleos. Así lo explicó su fundador, Jorge Ballén.

Así como suena
Epílogo: Sin bienestar no hay futuro

Así como suena

Play Episode Listen Later Dec 15, 2022 13:25


A lo largo de esta serie el concepto de bienestar con el que Regina Reyes-Heroles inició está investigación fue evolucionando hasta llegar a una visión integral, posible y optimista del camino para lograrlo. Esto no es una conclusión ni un final feliz, pero sí un episodio optimista donde lo que está claro es que para lograr bienestar  hay que alinear la visión, saber qué país queremos y estar dispuestos a tomar ese camino.En este episodio, el epílogo de la serie, reflexiona junto con Gerardo Esquivel, subgobernador del Banco de México, Alejandro Werner, ex Director del Departamento del Hemisferio Occidental del FMI, y Álvaro Rodríguez Arregui, miembro de la junta directiva de Social Progress Imperative acerca del cambio de ruta que podemos y debemos para, entre otras cosas,  mitigar la desigualdad, y lograr bienestar para todos y todas. 

Choses à Savoir ÉCONOMIE
A quoi les “cargos fantômes” russes servent-ils ?

Choses à Savoir ÉCONOMIE

Play Episode Listen Later Dec 12, 2022 2:33


Dans leur volonté d'aider l'Ukraine, dans le conflit qui l'oppose à la Russie, l'Union européenne vient de compléter l'arsenal de ses sanctions envers ce dernier pays. Il s'agit de l'attaquer au portefeuille, en le privant d'une partie de ses revenus pétroliers. Ce qui ne manquerait pas d'affaiblir la Russie, puisque ces revenus représentaient 18 % du PIB du pays en 2021. Les mesures prises par les Occidentaux comprennent deux volets : un embargo sur le pétrole russe à destination des pays européens, et, pour les pays qui ne le respectent pas, un plafonnement à 60 dollars le baril. Mais il se pourrait que les Russes aient trouvé une parade. En effet, ils auraient rassemblé une flotte marchande de vieux tankers en fin de vie mais encore capables de naviguer. De ce fait, le prix de ces navires usagés, désormais très demandés, s'est envolé. On a nommé ces bateaux, destinés à transporter clandestinement le pétrole russe, des "cargos fantômes". Cette tactique avait déjà été utilisée par des pays comme l'Iran ou le Venezuela, touchés, eux aussi, par des sanctions internationales. Afin d'empêcher les recherches, ces navires ont été acquis par des acheteurs anonymes ou non inscrits dans les registres de la marine. Ils suivraient un itinéraire qui leur éviterait de passer par des ports occidentaux où ils pourraient être contrôlés. Pour n'être pas suivis à la trace, ces tankers "fantômes" éteignent leur transpondeur, qui permet de connaître leur position. Restait la question de l'assurance. En effet, les Occidentaux incitent les compagnies maritimes à refuser d'assurer des bateaux dont la cargaison n'est pas conforme aux récentes mesures prises par l'Union européenne. Mais, là encore, les Russes semblent avoir trouvé la solution. Une compagnie d'assurance russe a été créée pour assurer cette "flotte de l'ombre", comme on l'appelle aussi. Il est donc probable que la Russie ait trouvé les moyens de contourner les sanctions occidentales. Loin d'en affaiblir l'économie, de telles ùmesures peuvent au contraire renforcver le pays. D'ores et déjà, d'ailleurs, il semble que les Russes vendent leur pétrole plus cher qu'avant la guerre. Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

Lenglet-Co
LENGLET-CO - "L'Angleterre se prépare à la plus forte chute du pouvoir d'achat depuis la guerre", affirme Lenglet

Lenglet-Co

Play Episode Listen Later Dec 9, 2022 3:06


Avant le match France - Angleterre en Coupe du monde, François Lenglet revient sur la grave crise économique que traverse notre voisin britannique. Le Royaume-Uni est notamment le seul pays du G7 dont le PIB est toujours inférieur à celui de 2019, avant la pandémie. Le taux d'inflation est actuellement à 11% alors que les salaires sont loin de suivre. Le Royaume-Uni commence à voir les effets du Brexit, symbole du déclin britannique. Il représentait pourtant l'espoir de la liberté vis-à-vis de l'Europe au mom