Podcasts about traor

  • 162PODCASTS
  • 247EPISODES
  • 32mAVG DURATION
  • 5WEEKLY NEW EPISODES
  • Dec 27, 2022LATEST

POPULARITY

20152016201720182019202020212022


Best podcasts about traor

Latest podcast episodes about traor

Il Terzo Uomo
Intervista 22 - Alessio Dionisi

Il Terzo Uomo

Play Episode Listen Later Dec 27, 2022 35:41


Abbiamo intervistato Alessio Dionisi, allenatore del Sassuolo e in precedenza di Empoli e Venezia. Abbiamo parlato di tattica, dati, Berardi, Traorè, Pinamonti e molto altro.

De vive(s) voix
Littérature: Sayouba Traoré: «La complainte des oiseaux», roman sur la lapidation

De vive(s) voix

Play Episode Listen Later Dec 19, 2022 29:00


La lapidation est encore pratiquée dans de nombreux pays. Le journaliste Sayouba Traoré a eu la sinistre occasion d'assister à cette mise à mort barbare. Il ne lui en fallait pas plus pour en écrire un roman. (Rediffusion)  Invité : Sayouba Traoré, journaliste, homme de lettres. Son ouvrage «La complainte des oiseaux» est paru aux Éditions Sydney Laurent.   Et la chronique Ailleurs nous emmène à Abidjan avec Céline Desbos, directrice du Pôle Français à l'Institut Français de Côte d'Ivoire.  

De vive(s) voix
Littérature: Sayouba Traoré: «La complainte des oiseaux», roman sur la lapidation

De vive(s) voix

Play Episode Listen Later Dec 19, 2022 29:00


La lapidation est encore pratiquée dans de nombreux pays. Le journaliste Sayouba Traoré a eu la sinistre occasion d'assister à cette mise à mort barbare. Il ne lui en fallait pas plus pour en écrire un roman. (Rediffusion)  Invité : Sayouba Traoré, journaliste, homme de lettres. Son ouvrage «La complainte des oiseaux» est paru aux Éditions Sydney Laurent.   Et la chronique Ailleurs nous emmène à Abidjan avec Céline Desbos, directrice du Pôle Français à l'Institut Français de Côte d'Ivoire.  

Revue de presse Afrique
À la Une, qui veut la peau du capitaine Traoré?

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Dec 2, 2022 4:53


Info ou intox ? La présumée « tentative de putsch » visant le pouvoir du patron de la transition burkinabè a initialement été divulguée par le site Omega Medias, selon lequel le capitaine Traoré « a confirmé », hier, ladite « tentative de déstabilisation » lors d'une rencontre à Ouagadougou avec des Organisations de la société civile et des leaders coutumiers et religieux, affirmant aussi connaître les auteurs de la « manœuvre » mais préférant « ne pas les arrêter parce que voulant privilégier le dialogue », rapporte Omega Medias. « Un coup d'État étouffé dans l'œuf et n'eut été la sortie de manifestants à la Place de la nation et au Rond-point des Nations unies dans la nuit du 27 au 28 novembre, on n'en aurait rien su », énonce Aujourd'hui. Lequel quotidien burkinabè s'interroge. « Un putsch pour quoi faire à peine un mois après l'avènement de ce régime sankarisant ? N'est-il pas temps qu'on sorte de cette épidémie de putschs réels ou inventés ? », Aujourd'hui n'écartant donc pas l'hypothèse selon laquelle cette affaire pourrait relever de la catégorie des « infos de caniveau ».  À quoi Le Faso.net ajoute que le chef de la transition burkinabè « aurait aussi affirmé que des sommes d'argent ont été distribuées et que les auteurs de la tentative de déstabilisation sont bien connus », énonce ce journal en ligne. « Qui veut déposer le Capitaine Ibrahim Traoré ? », se demande ainsi Fratmat.info. Selon le site du quotidien gouvernemental ivoirien, « d'aucuns pensent que cette annonce du jeune capitaine relève de tactiques politiciennes pour continuer de bénéficier d'un fort soutien populaire ». Fratmat.info note quand même que, dans la nuit de dimanche à lundi derniers, des partisans du Capitaine Ibrahim Traoré ont « fait le pied de grue », place de la Nation, à Ouagadougou, pour protester contre « cette tentative de putsch ». Et Fratmat.info signale que, sur les réseaux sociaux notamment, « tantôt les Burkinabè – mais des Africains d'autres parties du continent – hostiles à la présence française et plutôt favorable à une coopération avec la Russie n'ont pas attendu que le Capitaine Ibrahim Traoré désigne un commanditaire. Ils tiennent Paris pour responsable de "la tentative de putsch" dont fait mention le Chef de la Transition. Les responsables et militaires proches de l'ancien Président de la Transition, Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, et plusieurs autres figures politiques ne sont pas épargnés non plus », ajoute Fratmat.info. Démocratie parlementaire à portée de baffes au Sénégal « Vacarme à l'Assemblée », lance, en Une, 24 Heures. « En commission, les députés travaillent. En séance publique, ils se battent comme des chiffonniers », regrette ce quotidien sénégalais. « Deux députés de l'opposition ont usé des mains et des pieds contre une députée de la coalition Benno Bokk Yaakaar. Amy Ndiaye Gnibi a essuyé la furie des députés appartenant au Parti de l'Unité et du rassemblement. Elle avait trainé dans la boue, Serigne Moustapha Sy, guide religieux et fondateur du Parti de l'Unité et du rassemblement, et est tombée inerte quelque temps après les échauffourées. Amy Ndiaye Gnibi a été évacuée de la salle par les sapeurs-pompiers », relate 24 Heures, en rapportant notamment la réaction indignée du député non inscrit Thierno Alassane Sall, que ce journal résume d'un constat lapidaire : « l'image du Sénégal est encore écorchée ». Le Congrès de Bédié En Côte d'Ivoire, enfin, les préparatifs vont bon train au PDCI-RDA, en vue du prochain Congrès extraordinaire. Le parti du président Henri Konan Bédié a mis en place l'organigramme dudit Congrès, qui se réunira le 14 décembre prochain. Et le quotidien Dernière Heure Monde, « en manchette », signale que « Bédié met en place le Comité d'organisation du VIIe Congrès extraordinaire ». Étant rappelé qu'initialement, le Bureau politique du PDCI-RDA, réuni fin septembre à Daoukro, fief d'Henri Konan Bédié (sud-est de la Côte d'Ivoire), avait décidé de réunir un nouveau Bureau politique le 14 décembre, et non un Congrès extraordinaire, le quotidien, proche du parti historique fondé par Félix Houphouët-Boigny, père de la Nation ivoirienne, précise, entre autres nominations, que l'inspecteur général d'État, Niamien N'Goran, qui fut aussi ministre de l'Économie et des finances, est nommé « Président de la Coordination Générale du Congrès » ou encore que le maire de Songon, Éric N'Koumo Mobio, dirigera le Comité d'organisation pratique du Congrès, annonce, en Une, Dernière Heure Monde. Dont acte.

Revue de presse Afrique
À la Une, qui veut la peau du capitaine Traoré?

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Dec 2, 2022 4:53


Info ou intox ? La présumée « tentative de putsch » visant le pouvoir du patron de la transition burkinabè a initialement été divulguée par le site Omega Medias, selon lequel le capitaine Traoré « a confirmé », hier, ladite « tentative de déstabilisation » lors d'une rencontre à Ouagadougou avec des Organisations de la société civile et des leaders coutumiers et religieux, affirmant aussi connaître les auteurs de la « manœuvre » mais préférant « ne pas les arrêter parce que voulant privilégier le dialogue », rapporte Omega Medias. « Un coup d'État étouffé dans l'œuf et n'eut été la sortie de manifestants à la Place de la nation et au Rond-point des Nations unies dans la nuit du 27 au 28 novembre, on n'en aurait rien su », énonce Aujourd'hui. Lequel quotidien burkinabè s'interroge. « Un putsch pour quoi faire à peine un mois après l'avènement de ce régime sankarisant ? N'est-il pas temps qu'on sorte de cette épidémie de putschs réels ou inventés ? », Aujourd'hui n'écartant donc pas l'hypothèse selon laquelle cette affaire pourrait relever de la catégorie des « infos de caniveau ».  À quoi Le Faso.net ajoute que le chef de la transition burkinabè « aurait aussi affirmé que des sommes d'argent ont été distribuées et que les auteurs de la tentative de déstabilisation sont bien connus », énonce ce journal en ligne. « Qui veut déposer le Capitaine Ibrahim Traoré ? », se demande ainsi Fratmat.info. Selon le site du quotidien gouvernemental ivoirien, « d'aucuns pensent que cette annonce du jeune capitaine relève de tactiques politiciennes pour continuer de bénéficier d'un fort soutien populaire ». Fratmat.info note quand même que, dans la nuit de dimanche à lundi derniers, des partisans du Capitaine Ibrahim Traoré ont « fait le pied de grue », place de la Nation, à Ouagadougou, pour protester contre « cette tentative de putsch ». Et Fratmat.info signale que, sur les réseaux sociaux notamment, « tantôt les Burkinabè – mais des Africains d'autres parties du continent – hostiles à la présence française et plutôt favorable à une coopération avec la Russie n'ont pas attendu que le Capitaine Ibrahim Traoré désigne un commanditaire. Ils tiennent Paris pour responsable de "la tentative de putsch" dont fait mention le Chef de la Transition. Les responsables et militaires proches de l'ancien Président de la Transition, Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, et plusieurs autres figures politiques ne sont pas épargnés non plus », ajoute Fratmat.info. Démocratie parlementaire à portée de baffes au Sénégal « Vacarme à l'Assemblée », lance, en Une, 24 Heures. « En commission, les députés travaillent. En séance publique, ils se battent comme des chiffonniers », regrette ce quotidien sénégalais. « Deux députés de l'opposition ont usé des mains et des pieds contre une députée de la coalition Benno Bokk Yaakaar. Amy Ndiaye Gnibi a essuyé la furie des députés appartenant au Parti de l'Unité et du rassemblement. Elle avait trainé dans la boue, Serigne Moustapha Sy, guide religieux et fondateur du Parti de l'Unité et du rassemblement, et est tombée inerte quelque temps après les échauffourées. Amy Ndiaye Gnibi a été évacuée de la salle par les sapeurs-pompiers », relate 24 Heures, en rapportant notamment la réaction indignée du député non inscrit Thierno Alassane Sall, que ce journal résume d'un constat lapidaire : « l'image du Sénégal est encore écorchée ». Le Congrès de Bédié En Côte d'Ivoire, enfin, les préparatifs vont bon train au PDCI-RDA, en vue du prochain Congrès extraordinaire. Le parti du président Henri Konan Bédié a mis en place l'organigramme dudit Congrès, qui se réunira le 14 décembre prochain. Et le quotidien Dernière Heure Monde, « en manchette », signale que « Bédié met en place le Comité d'organisation du VIIe Congrès extraordinaire ». Étant rappelé qu'initialement, le Bureau politique du PDCI-RDA, réuni fin septembre à Daoukro, fief d'Henri Konan Bédié (sud-est de la Côte d'Ivoire), avait décidé de réunir un nouveau Bureau politique le 14 décembre, et non un Congrès extraordinaire, le quotidien, proche du parti historique fondé par Félix Houphouët-Boigny, père de la Nation ivoirienne, précise, entre autres nominations, que l'inspecteur général d'État, Niamien N'Goran, qui fut aussi ministre de l'Économie et des finances, est nommé « Président de la Coordination Générale du Congrès » ou encore que le maire de Songon, Éric N'Koumo Mobio, dirigera le Comité d'organisation pratique du Congrès, annonce, en Une, Dernière Heure Monde. Dont acte.

De vive(s) voix
Littérature: Sayouba Traoré: «La complainte des oiseaux», roman sur la lapidation

De vive(s) voix

Play Episode Listen Later Nov 28, 2022 29:00


La lapidation est encore pratiquée dans de nombreux pays. Le journaliste Sayouba Traoré a eu la sinistre occasion d'assister à cette mise à mort barbare. Il ne lui en fallait pas plus pour en écrire un roman. Invité : Sayouba Traoré, journaliste, homme de lettres. Son ouvrage « La complainte des oiseaux » est paru aux Éditions Sydney Laurent.   Et la chronique Ailleurs nous emmène à Abidjan avec Céline Desbos, directrice du Pôle Français à l'Institut Français de Côte d'Ivoire.

De vive(s) voix
Littérature: Sayouba Traoré: «La complainte des oiseaux», roman sur la lapidation

De vive(s) voix

Play Episode Listen Later Nov 28, 2022 29:00


La lapidation est encore pratiquée dans de nombreux pays. Le journaliste Sayouba Traoré a eu la sinistre occasion d'assister à cette mise à mort barbare. Il ne lui en fallait pas plus pour en écrire un roman. Invité : Sayouba Traoré, journaliste, homme de lettres. Son ouvrage « La complainte des oiseaux » est paru aux Éditions Sydney Laurent.   Et la chronique Ailleurs nous emmène à Abidjan avec Céline Desbos, directrice du Pôle Français à l'Institut Français de Côte d'Ivoire.

CRIMES • Histoires Vraies
Mamadou Traoré : le tueur aux mains nues • Episode 5 sur 5

CRIMES • Histoires Vraies

Play Episode Listen Later Nov 10, 2022 13:13


Être parent, c'est donner à son enfant des clés pour ouvrir les portes de son avenir. Dans le cas d'un garçon, le père fournit celle de la confiance. La mère, la clé vers l'amour. Même si cela semble très caricatural et réducteur, les experts s'accordent à dire que si toutes les enfances chaotiques ne donnent pas un tueur en série, tous les tueurs en série ont eu une enfance chaotique. Qu'advient-il alors si l'on mêle le vaudou à l'équation ? Le récit qui suit est une partie de la réponse..."CRIMES : Histoires vraies" est un podcast Studio Minuit.Retrouvez nos autres productions : Espions : Histoires vraies  Morts Insolites : Histoires vraies  Sports Insolites Sherlock Holmes - Les enquêtes 1 Mot 1 Jour : Le pouvoir des mots Je comprends R : le dictionnaire du nouveau millénaire Arsène Lupin : Gentleman cambrioleurSoutenez ce podcast http://supporter.acast.com/crimes-histoires-vraies. Become a member at https://plus.acast.com/s/crimes-histoires-vraies. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

CRIMES • Histoires Vraies
Mamadou Traoré : le tueur aux mains nues • Episode 3 sur 5

CRIMES • Histoires Vraies

Play Episode Listen Later Nov 10, 2022 12:30


Être parent, c'est donner à son enfant des clés pour ouvrir les portes de son avenir. Dans le cas d'un garçon, le père fournit celle de la confiance. La mère, la clé vers l'amour. Même si cela semble très caricatural et réducteur, les experts s'accordent à dire que si toutes les enfances chaotiques ne donnent pas un tueur en série, tous les tueurs en série ont eu une enfance chaotique. Qu'advient-il alors si l'on mêle le vaudou à l'équation ? Le récit qui suit est une partie de la réponse..."CRIMES : Histoires vraies" est un podcast Studio Minuit.Retrouvez nos autres productions : Espions : Histoires vraies  Morts Insolites : Histoires vraies  Sports Insolites Sherlock Holmes - Les enquêtes 1 Mot 1 Jour : Le pouvoir des mots Je comprends R : le dictionnaire du nouveau millénaire Arsène Lupin : Gentleman cambrioleurSoutenez ce podcast http://supporter.acast.com/crimes-histoires-vraies. Become a member at https://plus.acast.com/s/crimes-histoires-vraies. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

CRIMES • Histoires Vraies
Mamadou Traoré : le tueur aux mains nues • Episode 2 sur 5

CRIMES • Histoires Vraies

Play Episode Listen Later Nov 10, 2022 12:30


Être parent, c'est donner à son enfant des clés pour ouvrir les portes de son avenir. Dans le cas d'un garçon, le père fournit celle de la confiance. La mère, la clé vers l'amour. Même si cela semble très caricatural et réducteur, les experts s'accordent à dire que si toutes les enfances chaotiques ne donnent pas un tueur en série, tous les tueurs en série ont eu une enfance chaotique. Qu'advient-il alors si l'on mêle le vaudou à l'équation ? Le récit qui suit est une partie de la réponse..."CRIMES : Histoires vraies" est un podcast Studio Minuit.Retrouvez nos autres productions : Espions : Histoires vraies  Morts Insolites : Histoires vraies  Sports Insolites Sherlock Holmes - Les enquêtes 1 Mot 1 Jour : Le pouvoir des mots Je comprends R : le dictionnaire du nouveau millénaire Arsène Lupin : Gentleman cambrioleurSoutenez ce podcast http://supporter.acast.com/crimes-histoires-vraies. Become a member at https://plus.acast.com/s/crimes-histoires-vraies. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

CRIMES • Histoires Vraies
Mamadou Traoré : le tueur aux mains nues • Episode 4 sur 5

CRIMES • Histoires Vraies

Play Episode Listen Later Nov 10, 2022 13:02


Être parent, c'est donner à son enfant des clés pour ouvrir les portes de son avenir. Dans le cas d'un garçon, le père fournit celle de la confiance. La mère, la clé vers l'amour. Même si cela semble très caricatural et réducteur, les experts s'accordent à dire que si toutes les enfances chaotiques ne donnent pas un tueur en série, tous les tueurs en série ont eu une enfance chaotique. Qu'advient-il alors si l'on mêle le vaudou à l'équation ? Le récit qui suit est une partie de la réponse..."CRIMES : Histoires vraies" est un podcast Studio Minuit.Retrouvez nos autres productions : Espions : Histoires vraies  Morts Insolites : Histoires vraies  Sports Insolites Sherlock Holmes - Les enquêtes 1 Mot 1 Jour : Le pouvoir des mots Je comprends R : le dictionnaire du nouveau millénaire Arsène Lupin : Gentleman cambrioleurSoutenez ce podcast http://supporter.acast.com/crimes-histoires-vraies. Become a member at https://plus.acast.com/s/crimes-histoires-vraies. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

CRIMES • Histoires Vraies
Mamadou Traoré : le tueur aux mains nues • Episode 1 sur 5

CRIMES • Histoires Vraies

Play Episode Listen Later Nov 10, 2022 12:46


Être parent, c'est donner à son enfant des clés pour ouvrir les portes de son avenir. Dans le cas d'un garçon, le père fournit celle de la confiance. La mère, la clé vers l'amour. Même si cela semble très caricatural et réducteur, les experts s'accordent à dire que si toutes les enfances chaotiques ne donnent pas un tueur en série, tous les tueurs en série ont eu une enfance chaotique. Qu'advient-il alors si l'on mêle le vaudou à l'équation ? Le récit qui suit est une partie de la réponse..."CRIMES : Histoires vraies" est un podcast Studio Minuit.Retrouvez nos autres productions : Espions : Histoires vraies  Morts Insolites : Histoires vraies  Sports Insolites Sherlock Holmes - Les enquêtes 1 Mot 1 Jour : Le pouvoir des mots Je comprends R : le dictionnaire du nouveau millénaire Arsène Lupin : Gentleman cambrioleurSoutenez ce podcast http://supporter.acast.com/crimes-histoires-vraies. Become a member at https://plus.acast.com/s/crimes-histoires-vraies. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

Touche Pas à Mon Poste (TPMP)
Incident jugé raciste à l'Assemblée : Hadama Traoré réagit aux propos des chroniqueurs

Touche Pas à Mon Poste (TPMP)

Play Episode Listen Later Nov 10, 2022 14:19


Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

Revue de presse Afrique
À la Une: comment contrer les jihadistes au Burkina Faso?

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Nov 2, 2022 4:17


« Le nouvel homme fort de Ouagadougou, le capitaine Ibrahim Traoré effectue, en principe, ce mercredi [2 novembre, ndlr], une visite d'amitié et de travail à Bamako », relève le site d'information burkinabè Wakat Séra. Au centre des entretiens avec le colonel Assimi Goïta, sans aucun doute, la coopération avec la Russie… et Wagner, déjà bien présent au Mali. Le capitaine Traoré a-t-il l'intention de suivre ses frères d'armes maliens et de s'adjoindre les services du groupe paramilitaire russe ? Non, d'après le quotidien Aujourd'hui : « Le capitaine Ibrahim Traoré l'a fait savoir aux diplomates américains qui ont récemment séjourné à Ouagadougou : pas question d'inviter les forces russes de Wagner à combattre les jihadistes dans le pays. "Le président par intérim Traoré a été sans équivoque", a assuré la sous-secrétaire américaine aux Affaires politiques, Victoria Nuland, affirmant que seuls les Burkinabè défendront leur pays. Ils n'ont aucune intention d'inviter Wagner. » Wagner : pas la solution… En effet, affirme Wakat Séra, « Wagner est loin de répondre aux aspirations des populations confrontées à la plaie de l'insécurité. Pire, malgré la présence de Wagner et de ses hommes sur les rives du Djoliba, les groupes armés terroristes, que ce soit l'État islamique au Grand Sahara, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans ou encore d'autres organisations du même acabit affiliées à al-Qaïda ou à Daech, n'ont jamais autant semé larmes et désolation au sein des Forces armées maliennes et des populations civiles qui ne savent plus à quel prophète protecteur se vouer. » Reste qu'une part de l'opinion burkinabè penche du côté russe… C'est ce que croit savoir Mourya La Voix du Niger : « les manifestations n'ont pas cessé à Ouagadougou, en prenant des allures inquiétantes, telle une injonction envoyée à l'exécutif burkinabè lui demandant d'accueillir la Russie en messie et d'éjecter la France. […] "Ce n'est pas à la rue de nous dire ce qu'il faut faire, entre ceci ou cela", a rétorqué le Premier ministre, maître Kyelem de Tambela, avant de renchérir : "le meilleur soutien au régime, c'est d'aller au front". Le Premier ministre burkinabè qui a brandi la décision du gouvernement d'enrôler déjà 50 000 jeunes Burkinabè, afin de renforcer la lutte contre le terrorisme. » Commentaire du quotidien nigérien : « voilà une belle opportunité pour que les patriotes burkinabè se transforment en véritables soldats libérateurs du peuple. » Le pari risqué des volontaires pour la défense de la patrie ? Justement, Jeune Afrique s'attarde sur ce recrutement massif de 50 000 volontaires pour la défense de la patrie (VDP). Le capitaine Ibrahim Traoré mise en effet sur ces supplétifs civils des forces de défense et de sécurité. « Lorsqu'il a pris le pouvoir, relate le site panafricain, le capitaine a lourdement insisté sur l'urgence de la situation sécuritaire et a promis qu'il irait vite – se risquant même à déclarer qu'il réglerait en trois mois un problème que le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba n'avait pu résoudre en huit. Officier de terrain en première ligne face aux groupes jihadistes dans le Nord et l'Est ces dernières années, il a mûri une stratégie militaire assez claire. Il compte ainsi adopter une posture plus offensive en accélérant et en généralisant le déploiement des "unités de marche" lancées sous Damiba. La mission de ces unités d'infanterie mobiles est d'aller au contact des groupes jihadistes sur le terrain. Le recrutement massif de VDP est donc censé accompagner cette nouvelle stratégie militaire – tout comme celui, annoncé mi-octobre, de 3 000 soldats supplémentaires. » Reste que ces VDP font polémique, relève encore Jeune Afrique : « Pour beaucoup, ils ne font qu'aggraver les problèmes sécuritaires qui minent le Burkina Faso. Ces supplétifs civils sont en effet accusés d'attiser les conflits intercommunautaires apparus dans le sillage des premières attaques jihadistes, en 2015. Alors que les groupes d'autodéfense et les VDP recrutent majoritairement au sein de la communauté Mossi, les groupes jihadistes, eux, puisent largement dans la communauté Peule. De quoi nourrir les exactions ethniques locales et engendrer un cycle de violences et de représailles sans fin. »

Revue de presse Afrique
À la Une: comment contrer les jihadistes au Burkina Faso?

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Nov 2, 2022 4:17


« Le nouvel homme fort de Ouagadougou, le capitaine Ibrahim Traoré effectue, en principe, ce mercredi [2 novembre, ndlr], une visite d'amitié et de travail à Bamako », relève le site d'information burkinabè Wakat Séra. Au centre des entretiens avec le colonel Assimi Goïta, sans aucun doute, la coopération avec la Russie… et Wagner, déjà bien présent au Mali. Le capitaine Traoré a-t-il l'intention de suivre ses frères d'armes maliens et de s'adjoindre les services du groupe paramilitaire russe ? Non, d'après le quotidien Aujourd'hui : « Le capitaine Ibrahim Traoré l'a fait savoir aux diplomates américains qui ont récemment séjourné à Ouagadougou : pas question d'inviter les forces russes de Wagner à combattre les jihadistes dans le pays. "Le président par intérim Traoré a été sans équivoque", a assuré la sous-secrétaire américaine aux Affaires politiques, Victoria Nuland, affirmant que seuls les Burkinabè défendront leur pays. Ils n'ont aucune intention d'inviter Wagner. » Wagner : pas la solution… En effet, affirme Wakat Séra, « Wagner est loin de répondre aux aspirations des populations confrontées à la plaie de l'insécurité. Pire, malgré la présence de Wagner et de ses hommes sur les rives du Djoliba, les groupes armés terroristes, que ce soit l'État islamique au Grand Sahara, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans ou encore d'autres organisations du même acabit affiliées à al-Qaïda ou à Daech, n'ont jamais autant semé larmes et désolation au sein des Forces armées maliennes et des populations civiles qui ne savent plus à quel prophète protecteur se vouer. » Reste qu'une part de l'opinion burkinabè penche du côté russe… C'est ce que croit savoir Mourya La Voix du Niger : « les manifestations n'ont pas cessé à Ouagadougou, en prenant des allures inquiétantes, telle une injonction envoyée à l'exécutif burkinabè lui demandant d'accueillir la Russie en messie et d'éjecter la France. […] "Ce n'est pas à la rue de nous dire ce qu'il faut faire, entre ceci ou cela", a rétorqué le Premier ministre, maître Kyelem de Tambela, avant de renchérir : "le meilleur soutien au régime, c'est d'aller au front". Le Premier ministre burkinabè qui a brandi la décision du gouvernement d'enrôler déjà 50 000 jeunes Burkinabè, afin de renforcer la lutte contre le terrorisme. » Commentaire du quotidien nigérien : « voilà une belle opportunité pour que les patriotes burkinabè se transforment en véritables soldats libérateurs du peuple. » Le pari risqué des volontaires pour la défense de la patrie ? Justement, Jeune Afrique s'attarde sur ce recrutement massif de 50 000 volontaires pour la défense de la patrie (VDP). Le capitaine Ibrahim Traoré mise en effet sur ces supplétifs civils des forces de défense et de sécurité. « Lorsqu'il a pris le pouvoir, relate le site panafricain, le capitaine a lourdement insisté sur l'urgence de la situation sécuritaire et a promis qu'il irait vite – se risquant même à déclarer qu'il réglerait en trois mois un problème que le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba n'avait pu résoudre en huit. Officier de terrain en première ligne face aux groupes jihadistes dans le Nord et l'Est ces dernières années, il a mûri une stratégie militaire assez claire. Il compte ainsi adopter une posture plus offensive en accélérant et en généralisant le déploiement des "unités de marche" lancées sous Damiba. La mission de ces unités d'infanterie mobiles est d'aller au contact des groupes jihadistes sur le terrain. Le recrutement massif de VDP est donc censé accompagner cette nouvelle stratégie militaire – tout comme celui, annoncé mi-octobre, de 3 000 soldats supplémentaires. » Reste que ces VDP font polémique, relève encore Jeune Afrique : « Pour beaucoup, ils ne font qu'aggraver les problèmes sécuritaires qui minent le Burkina Faso. Ces supplétifs civils sont en effet accusés d'attiser les conflits intercommunautaires apparus dans le sillage des premières attaques jihadistes, en 2015. Alors que les groupes d'autodéfense et les VDP recrutent majoritairement au sein de la communauté Mossi, les groupes jihadistes, eux, puisent largement dans la communauté Peule. De quoi nourrir les exactions ethniques locales et engendrer un cycle de violences et de représailles sans fin. »

Appels sur l'actualité
[Vos réactions] Burkina Faso: à 34 ans, le capitaine Traoré est nommé président

Appels sur l'actualité

Play Episode Listen Later Oct 17, 2022 20:00


Deux semaines après le coup d'État, les Assises nationales ont désigné à l'unanimité le capitaine Ibrahim Traoré président de la transition. Les 300 participants ont également adopté une nouvelle Charte stipulant que le chef de l'État ne pourra pas se présenter aux élections censées se tenir en juillet 2024. Êtes-vous surpris par la nomination du capitaine Traoré ? Quelles doivent être ses priorités ? Comment envisagez-vous la suite de la transition ? * Par téléphone : de France : 09 693 693 70 de l'étranger : 33 9 693 693 70 * Par WhatsApp : +33 6 89 28 53 64 N'OUBLIEZ PAS DE NOUS COMMUNIQUER VOTRE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE (avec l'indicatif pays). Pour nous suivre : * Facebook : Rfi appels sur l'actualité * Twitter : @AppelsActu

Revue de presse Afrique
À la Une: Ibrahim Traoré va-t-il rester au pouvoir?

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Oct 12, 2022 4:12


Au Burkina Faso, théâtre de deux coups d'État en huit mois, des Assises nationales doivent se tenir vendredi 14 et samedi 15 octobre. Objectif : désigner un président de transition, avant l'organisation d'élections en 2024 dans ce pays miné par les violences jihadistes. « De la qualité de ces Assises nationales dépendra l'avenir du pays, s'exclame L'Observateur Paalga à Ouagadougou, puisque les forces vives de la Nation devront non seulement doter la transition d'une nouvelle charte (…), mais aussi et surtout trouver l'oiseau rare qui présidera à notre commune destinée les 24 mois à venir. La question se pose d'ailleurs de savoir si le futur président du Faso sera un civil ou un militaire, en l'occurrence le capitaine Traoré lui-même, pointe L'Observateur Paalga, car même s'il a promis dès sa première prise de parole qu'il remettrait le pouvoir à celui qui serait désigné pour retourner au front, certaines voix s'élèvent pour le conjurer de garder "sa chose", pour laquelle il s'est battu (…). » Bien placé… En effet, s'interroge également Jeune Afrique, « le capitaine putschiste pourrait-il se laisser tenter ? (…) Que va faire Ibrahim Traoré ? Quelques jours après le putsch, il avait assuré qu'il ne resterait au pouvoir que le temps d'expédier ''les affaires courantes''. Pourrait-il se dédire sous la pression de ses partisans et accepter le poste de président de la transition, ou choisira-t-il de s'effacer face à un civil, comme le réclame déjà le Front patriotique ? » D'après Jeune Afrique, « les jeunes officiers ne vont rien lâcher. Ils veulent que le capitaine Traoré conduise la transition et c'est sans doute ce qui va se passer. Ils considèrent que Damiba a dévié de la feuille de route qui était la sienne et ils ont décidé de rétablir les choses. (…). » « Aucune figure civile ou militaire ne fera de toute façon l'unanimité, estime pour sa part l'analyste politique Issouf Maiga, interrogé par le site panafricain. Pour éviter les plaintes et le sentiment d'une victoire d'un camp sur un autre, il serait sans doute sage de maintenir le jeune capitaine, poursuit-il. Il pourra remplir sa mission de sécurisation du pays et confier à un civil de bonne moralité, qui pourrait être son vice-président ou son Premier ministre, les questions politiques et économiques, conformément au calendrier de la Cédéao. » Militaires ivoiriens toujours retenus au Mali : qu'est-ce qui coince ? À la Une également, l'affaire des militaires ivoiriens retenus au Mali : toujours aucune libération en vue… Pourtant, ces derniers jours, le président Alassane Ouattara se disait très « confiant » pour la libération prochaine des 46 militaires. C'est ce que rapportait notamment le site Connection ivoirienne. On parlait même d'une libération pour samedi 8 octobre… « Vers un épilogue ? », s'interroge Mali Tribune. On n'en est pas encore là… « Quelques points restent à éclaircir. Les autorités maliennes et ivoiriennes ne parviennent toujours pas à se mettre d'accord sur le lieu où devraient être remis les 46 soldats ivoiriens », croit savoir le média malien. Une contrepartie financière ? Par ailleurs, précise Aujourd'hui à Ouagadougou, « Bamako n'aurait toujours pas lâché l'histoire de la "contrepartie". Peut-être pas une libération contre des opposants, mais contre espèces sonnantes et trébuchantes de la part de la BCEAO, financement que pourrait faciliter Abidjan, et surtout Alassane Ouattara, ex-gouverneur de cette Banque centrale. Un deal que côté ivoirien, on est prêt à nouer, mais après élargissement des 46 soldats. On le voit, constate Aujourd'hui, ce dossier brûlant, qui fait grésiller l'huile sur le feu entre le Mali et la Côte d'Ivoire, connaît des épisodes à rebondissement. Sérénité et optimisme au bord de la Lagune Ebrié, surenchère, prudence et calcul politique du côté du fleuve Djoliba. » En fait, précise encore le quotidien ouagalais, « depuis le double coup d'État au Mali, rien ne va plus entre les deux capitales. Abidjan n'admet pas ce changement de régime par la force et Bamako soupçonne Abidjan d'avoir été un des inquisiteurs dans les sanctions de la Cédéao qui l'a frappé. Pire, les autorités maliennes sont fâchées contre la Côte d'Ivoire qu'elles accusent d'être "manipulée" par la France. Une France que ne cesse de flétrir la junte malienne. D'aucuns n'hésitent d'ailleurs pas à voir dans ce dossier, une guerre froide menée par procuration par le Mali contre la France, à travers la Côte d'Ivoire. En attendant, il y a 46 soldats ivoiriens qui veulent leur liberté, retrouver leurs frères d'armes et surtout leurs familles. »

Revue de presse Afrique
À la Une: Ibrahim Traoré va-t-il rester au pouvoir?

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Oct 12, 2022 4:12


Au Burkina Faso, théâtre de deux coups d'État en huit mois, des Assises nationales doivent se tenir vendredi 14 et samedi 15 octobre. Objectif : désigner un président de transition, avant l'organisation d'élections en 2024 dans ce pays miné par les violences jihadistes. « De la qualité de ces Assises nationales dépendra l'avenir du pays, s'exclame L'Observateur Paalga à Ouagadougou, puisque les forces vives de la Nation devront non seulement doter la transition d'une nouvelle charte (…), mais aussi et surtout trouver l'oiseau rare qui présidera à notre commune destinée les 24 mois à venir. La question se pose d'ailleurs de savoir si le futur président du Faso sera un civil ou un militaire, en l'occurrence le capitaine Traoré lui-même, pointe L'Observateur Paalga, car même s'il a promis dès sa première prise de parole qu'il remettrait le pouvoir à celui qui serait désigné pour retourner au front, certaines voix s'élèvent pour le conjurer de garder "sa chose", pour laquelle il s'est battu (…). » Bien placé… En effet, s'interroge également Jeune Afrique, « le capitaine putschiste pourrait-il se laisser tenter ? (…) Que va faire Ibrahim Traoré ? Quelques jours après le putsch, il avait assuré qu'il ne resterait au pouvoir que le temps d'expédier ''les affaires courantes''. Pourrait-il se dédire sous la pression de ses partisans et accepter le poste de président de la transition, ou choisira-t-il de s'effacer face à un civil, comme le réclame déjà le Front patriotique ? » D'après Jeune Afrique, « les jeunes officiers ne vont rien lâcher. Ils veulent que le capitaine Traoré conduise la transition et c'est sans doute ce qui va se passer. Ils considèrent que Damiba a dévié de la feuille de route qui était la sienne et ils ont décidé de rétablir les choses. (…). » « Aucune figure civile ou militaire ne fera de toute façon l'unanimité, estime pour sa part l'analyste politique Issouf Maiga, interrogé par le site panafricain. Pour éviter les plaintes et le sentiment d'une victoire d'un camp sur un autre, il serait sans doute sage de maintenir le jeune capitaine, poursuit-il. Il pourra remplir sa mission de sécurisation du pays et confier à un civil de bonne moralité, qui pourrait être son vice-président ou son Premier ministre, les questions politiques et économiques, conformément au calendrier de la Cédéao. » Militaires ivoiriens toujours retenus au Mali : qu'est-ce qui coince ? À la Une également, l'affaire des militaires ivoiriens retenus au Mali : toujours aucune libération en vue… Pourtant, ces derniers jours, le président Alassane Ouattara se disait très « confiant » pour la libération prochaine des 46 militaires. C'est ce que rapportait notamment le site Connection ivoirienne. On parlait même d'une libération pour samedi 8 octobre… « Vers un épilogue ? », s'interroge Mali Tribune. On n'en est pas encore là… « Quelques points restent à éclaircir. Les autorités maliennes et ivoiriennes ne parviennent toujours pas à se mettre d'accord sur le lieu où devraient être remis les 46 soldats ivoiriens », croit savoir le média malien. Une contrepartie financière ? Par ailleurs, précise Aujourd'hui à Ouagadougou, « Bamako n'aurait toujours pas lâché l'histoire de la "contrepartie". Peut-être pas une libération contre des opposants, mais contre espèces sonnantes et trébuchantes de la part de la BCEAO, financement que pourrait faciliter Abidjan, et surtout Alassane Ouattara, ex-gouverneur de cette Banque centrale. Un deal que côté ivoirien, on est prêt à nouer, mais après élargissement des 46 soldats. On le voit, constate Aujourd'hui, ce dossier brûlant, qui fait grésiller l'huile sur le feu entre le Mali et la Côte d'Ivoire, connaît des épisodes à rebondissement. Sérénité et optimisme au bord de la Lagune Ebrié, surenchère, prudence et calcul politique du côté du fleuve Djoliba. » En fait, précise encore le quotidien ouagalais, « depuis le double coup d'État au Mali, rien ne va plus entre les deux capitales. Abidjan n'admet pas ce changement de régime par la force et Bamako soupçonne Abidjan d'avoir été un des inquisiteurs dans les sanctions de la Cédéao qui l'a frappé. Pire, les autorités maliennes sont fâchées contre la Côte d'Ivoire qu'elles accusent d'être "manipulée" par la France. Une France que ne cesse de flétrir la junte malienne. D'aucuns n'hésitent d'ailleurs pas à voir dans ce dossier, une guerre froide menée par procuration par le Mali contre la France, à travers la Côte d'Ivoire. En attendant, il y a 46 soldats ivoiriens qui veulent leur liberté, retrouver leurs frères d'armes et surtout leurs familles. »

Revue de presse Afrique
À la Une: Mahamat Déby s'installe au pouvoir

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Oct 11, 2022 4:11


« "Nous, président de transition, jurons de remplir avec loyauté les hautes fonctions que la nation nous a confié, respecter et défendre la forme républicaine de l'État, préserver l'intégrité territoriale de la nation, garantir la justice à tous, respecter et défendre les droits et libertés des individus" : c'est en ces termes, pointe le Journal du Tchad, que Mahamat Idriss Déby a prêté serment hier au Palais de la culture de N'Djamena. » « Une étape cruciale a (donc) été franchie au Tchad, relève Le Point Afrique. Le dialogue national souverain et inclusif a définitivement désigné le général Mahamat Idriss Déby – 38 ans et cinq étoiles – président d'une transition prolongée de deux ans avant des élections. (…) Il faut souligner que le temps était compté pour les autorités avant la fin de la transition, prévue normalement le 20 octobre. Il fallait à tout prix éviter un vide institutionnel. Le dialogue national a donc connu un coup d'accélérateur ces derniers jours. Un dialogue boycotté, rappelle Le Point Afrique, par une très grande partie de l'opposition et de la société civile, qui dénoncent une "succession dynastique" au pouvoir, ainsi que par certains des plus puissants mouvements rebelles armés. » La dynastie des Déby En fait, analyse Le Monde Afrique, « c'est à lui-même plutôt qu'à son pays que Mahamat Idriss Déby a offert un nouveau départ » avec ce titre de président de transition. « Un simple changement de titre pour celui qui occupait jusqu'ici la fonction de président du Conseil militaire de transition, organe dont la dissolution est destinée à donner une apparence plus civile à son régime, mais qui lui permet de se maintenir aux commandes bien au-delà de la période initialement promise. » En effet, précise Le Monde Afrique, « au moment où il aurait dû rendre le pouvoir et organiser des élections, si les engagements d'avril 2021 avaient été tenus, Mahamat Idriss Déby s'est vu confier les commandes de l'État pour vingt-quatre mois supplémentaires et surtout accorder le droit de concourir à la prochaine élection. Ce reniement de la parole donnée à l'Union africaine et aux chancelleries occidentales, France en tête, qui avaient approuvé, au regard de "la situation particulière" du Tchad, la succession du père par son fils en dehors de toute légalité institutionnelle, ce reniement est la principale conclusion du "dialogue national inclusif et souverain" ». Ce qui fait dire au quotidien Aujourd'hui au Burkina Faso que « l'on s'achemine tout droit vers une dynastie des Déby : ouvertes en août après de multiples reports, les concertations ont uniquement servi à élargir les prérogatives du chef de l'exécutif, pointe le quotidien ouagalais – qui obtient désormais le droit de révoquer le Premier ministre – et à entériner son apparente volonté de conserver le pouvoir. Et on comprend les remous qui ont caractérisé la tenue de ces Assises qui ont vu plusieurs entités quitter la salle ». Notamment l'Église catholique et divers groupements de l'opposition et de la société civile. Et Aujourd'hui de s'interroger : « Que pourront ces voix discordantes face à la ténacité des Déby et de l'armée acquise à sa cause ? Les appels de l'Union africaine seront-ils entendus ? Pas sûr ! Voilà donc Déby-fils sur les traces de son père Itno dont il est le digne légataire ! » Un autre pays en transition : le Burkina Faso… Le nouvel homme fort du pays, le capitaine Ibrahim Traoré, a annoncé la tenue des Assises nationales pour les 14 et 15 octobre à venir, en vue de l'adoption de la Charte de transition suivie de la désignation du président de la transition. « Le capitaine Ibrahim Traoré aurait voulu aller vite qu'il ne s'y serait pas pris pas autrement, commente Le Pays. Et c'est tant mieux, car tout est prioritaire au pays des hommes intègres, dont une bonne partie est sous contrôle terroriste. » Et « il lui appartient de savoir faire le bon choix des personnes qui auront la lourde mission d'examiner et d'adopter la Charte de la transition et de désigner ensuite le futur président du Burkina. Et s'il tient à éviter le sort qui a été réservé à son prédécesseur, il doit se garder de céder au clientélisme (…). Le capitaine Traoré doit savoir qu'il joue sa crédibilité, conclut Le Pays. Autant dire qu'il a tout intérêt à ne pas décevoir car il constitue, à bien des égards, l'espoir de tout un peuple qui n'aspire qu'à la sécurité et à la paix ».

Revue de presse Afrique
À la Une: Mahamat Déby s'installe au pouvoir

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Oct 11, 2022 4:11


« "Nous, président de transition, jurons de remplir avec loyauté les hautes fonctions que la nation nous a confié, respecter et défendre la forme républicaine de l'État, préserver l'intégrité territoriale de la nation, garantir la justice à tous, respecter et défendre les droits et libertés des individus" : c'est en ces termes, pointe le Journal du Tchad, que Mahamat Idriss Déby a prêté serment hier au Palais de la culture de N'Djamena. » « Une étape cruciale a (donc) été franchie au Tchad, relève Le Point Afrique. Le dialogue national souverain et inclusif a définitivement désigné le général Mahamat Idriss Déby – 38 ans et cinq étoiles – président d'une transition prolongée de deux ans avant des élections. (…) Il faut souligner que le temps était compté pour les autorités avant la fin de la transition, prévue normalement le 20 octobre. Il fallait à tout prix éviter un vide institutionnel. Le dialogue national a donc connu un coup d'accélérateur ces derniers jours. Un dialogue boycotté, rappelle Le Point Afrique, par une très grande partie de l'opposition et de la société civile, qui dénoncent une "succession dynastique" au pouvoir, ainsi que par certains des plus puissants mouvements rebelles armés. » La dynastie des Déby En fait, analyse Le Monde Afrique, « c'est à lui-même plutôt qu'à son pays que Mahamat Idriss Déby a offert un nouveau départ » avec ce titre de président de transition. « Un simple changement de titre pour celui qui occupait jusqu'ici la fonction de président du Conseil militaire de transition, organe dont la dissolution est destinée à donner une apparence plus civile à son régime, mais qui lui permet de se maintenir aux commandes bien au-delà de la période initialement promise. » En effet, précise Le Monde Afrique, « au moment où il aurait dû rendre le pouvoir et organiser des élections, si les engagements d'avril 2021 avaient été tenus, Mahamat Idriss Déby s'est vu confier les commandes de l'État pour vingt-quatre mois supplémentaires et surtout accorder le droit de concourir à la prochaine élection. Ce reniement de la parole donnée à l'Union africaine et aux chancelleries occidentales, France en tête, qui avaient approuvé, au regard de "la situation particulière" du Tchad, la succession du père par son fils en dehors de toute légalité institutionnelle, ce reniement est la principale conclusion du "dialogue national inclusif et souverain" ». Ce qui fait dire au quotidien Aujourd'hui au Burkina Faso que « l'on s'achemine tout droit vers une dynastie des Déby : ouvertes en août après de multiples reports, les concertations ont uniquement servi à élargir les prérogatives du chef de l'exécutif, pointe le quotidien ouagalais – qui obtient désormais le droit de révoquer le Premier ministre – et à entériner son apparente volonté de conserver le pouvoir. Et on comprend les remous qui ont caractérisé la tenue de ces Assises qui ont vu plusieurs entités quitter la salle ». Notamment l'Église catholique et divers groupements de l'opposition et de la société civile. Et Aujourd'hui de s'interroger : « Que pourront ces voix discordantes face à la ténacité des Déby et de l'armée acquise à sa cause ? Les appels de l'Union africaine seront-ils entendus ? Pas sûr ! Voilà donc Déby-fils sur les traces de son père Itno dont il est le digne légataire ! » Un autre pays en transition : le Burkina Faso… Le nouvel homme fort du pays, le capitaine Ibrahim Traoré, a annoncé la tenue des Assises nationales pour les 14 et 15 octobre à venir, en vue de l'adoption de la Charte de transition suivie de la désignation du président de la transition. « Le capitaine Ibrahim Traoré aurait voulu aller vite qu'il ne s'y serait pas pris pas autrement, commente Le Pays. Et c'est tant mieux, car tout est prioritaire au pays des hommes intègres, dont une bonne partie est sous contrôle terroriste. » Et « il lui appartient de savoir faire le bon choix des personnes qui auront la lourde mission d'examiner et d'adopter la Charte de la transition et de désigner ensuite le futur président du Burkina. Et s'il tient à éviter le sort qui a été réservé à son prédécesseur, il doit se garder de céder au clientélisme (…). Le capitaine Traoré doit savoir qu'il joue sa crédibilité, conclut Le Pays. Autant dire qu'il a tout intérêt à ne pas décevoir car il constitue, à bien des égards, l'espoir de tout un peuple qui n'aspire qu'à la sécurité et à la paix ».

Revue de presse Afrique
À la Une: Ibrahim Traoré, nouveau Sankara de la jeunesse burkinabè

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Oct 7, 2022 4:19


Le désormais plus jeune chef d'État du monde – 34 ans – ne manque pas de rafraîchir, tout du moins dans la mémoire de certains confrères africains, l'image du père de la révolution du pays des hommes intègres – c'était il y a presque quarante ans… Ibrahim Traoré, l'espoir d'une jeunesse assoiffée de changement ? Le quotidien burkinabè Le Pays n'écrit guère autre chose lorsqu'il souligne « la jeunesse du nouveau dirigeant ». Et tant pis si, rappelons-le, l'écclésiaste prévient du malheur qui attend La Ville dont le prince est un enfant, la jeunesse d'Ibrahim Traoré « ne devrait pas être un handicap rédhibitoire à l'exercice de cette haute fonction quand on se réfère à l'exemple de Thomas Sankara, le père de la révolution d'août 1983, qui a accédé au pouvoir d'État pratiquement au même âge, avant de laisser au peuple burkinabè, un grand héritage en termes de valeurs d'engagement, de sacrifice, d'exemplarité, de fierté et d'intégrité, rappelle Le Pays. Des valeurs qui font encore fortement écho au sein d'une jeunesse burkinabè qui n'a pas forcément connu le supplicié du 15 octobre 1987, mais qui n'en reste pas moins nostalgique », remarque Le Pays. Ibrahim Traoré ? Cet autre journal burkinabè qu'est Aujourd'hui estime à son tour de son côté qu'« après la désillusion de son prédécesseur, il incarne l'espoir d'une jeunesse qui a soif (de) changement (…) Le soutien populaire dont il a bénéficié et qui a été déterminant dans sa prise du pouvoir constitue un ferment pour les batailles qui s'annoncent. À lui de savoir surfer sur cette dynamique », énonce encore Aujourd'hui. Hommage, encore, de l'autre côté de la frontière au nord-est du Burkina Faso, celui du journal Mourya, la voix du Niger. L'avènement au pouvoir du capitaine Ibrahim Traoré, au regard de sa jeunesse, « suscite déjà chez bon nombre de Burkinabè ayant connu les heures de gloire de la révolution sankariste, l'enthousiasme d'un nouveau Thomas Sankara, de retour », assure ce journal nigérien. Toutefois, conseille Mourya, la voix du Niger, la jeunesse du nouvel homme fort doit être bien « encadrée » par des hommes plus aguerris à la gouvernance. Sans préciser lesquels. Trois mois de mitard pour les 46 militaires ivoiriens Le président ivoirien Alassane Ouattara a reçu le 6 octobre son homologue togolais Faure Gnassimbé, médiateur dans la crise des 46 militaires ivoiriens détenus au Mali, vraisemblablement pour faire le point des discussions en vue de leur élargissement. Traditionnelle photo de cette rencontre publiée par Fraternité Matin, les deux présidents, côte-à-côte, prenant la pose sur un canapé à la Une du quotidien gouvernemental ivoirien. Ici, il est vaguement question de « sécurité dans la sous-région ». Pas un mot, en revanche, sur les 46 détenus de Bamako. Cette crise, à l'évidence, intéresse davantage la presse burkinabè que la presse ivoirienne, et encore… C'est en tout cas le cas, ce matin, du quotidien ouagalais WakatSera. Avec Alassane Ouattara, le président togolais « a certainement partagé comme plat de résistance, non pas l'attiéké, la spécialité culinaire ivoirienne à base de manioc, mais la détention des 46 militaires ivoiriens en séjour forcé à Bamako. Le Togolais (…) a-t-il apporté de bonnes nouvelles à l'Ivoirien qui vit probablement une angoisse lourde à couper au couteau, depuis que ses compatriotes sont retenus au Mali ?, se demande WakatSera. Le bout du tunnel est-il, enfin, proche dans cet imbroglio qui isole davantage le Mali de son grand voisin ivoirien ? » Primogéniture mâle au Tchad Au Tchad, « la succession dynastique (est) plus que jamais consacrée ». Avis signé Ledjely. « Ce qui se prépare au Tchad, c'est la succession du père par le fils. Et rien, ni personne ne semble pouvoir s'y opposer. Or, il faut craindre que ce schéma ne fasse tache d'huile dans les autres pays en transition dans la zone ouest-africaine, avertit ce journal guinéen. D'autant que la clémence voire la complaisance de la communauté internationale à l'égard de Ndjamena pourrait coûter à cette dernière le peu de crédibilité qui lui reste encore », bucheronne Ledjely.

Hold Your Fire!
Coup in Burkina, Russia in Mali and a New Chapter in the Sahel?

Hold Your Fire!

Play Episode Listen Later Oct 7, 2022 45:57


On 30 September, a group of young army captains, led by Ibrahim Traoré, seized power in Burkina Faso. They ousted Interim President Paul-Henri Damiba, who himself had come to power in a coup last January. In a televised speech, Traoré blamed Damiba for failing to check terrorism and violence. A few days before the coup, Islamist militants had attacked an army convoy carrying humanitarian aid to the besieged northern city of Djibo. The coup comes at a difficult moment not only for Burkina but also for the Sahel more broadly. Mali has also seen successive coups driven partly by anger at the government's and its Western partners' failure to contain rampant insecurity. Mali's authorities have turned to Russia for help, with forces from the Russian security company, Wagner, which allegedly has close ties to the Kremlin, now reportedly fighting alongside the Malian army. Partly as a result, relations between Bamako and Western capitals, notably France, have tanked. French troops have pulled out of Mali after almost a decade of operations against militants. In this episode of Hold Your Fire! Richard Atwood is joined by Crisis Group's Sahel Project Director Jean-Hervé Jezequel to discuss what's happening in Burkina Faso and the rest of the Sahel. They talk about Ibrahim Traoré, the coup leader, and why he seized power. They discuss how militant groups continue to extend their reach and recruit across rural areas of Burkina. They look at the legacy of a decade of French military operations in the region. They also explore Russia's increasing influence and how governments should navigate the increasing acrimony between Russia and the West and avoid the region becoming a battleground for major powers. They explore what a strategy against Islamist militants that subordinates military operations to politics might look like. For more on the situation in the Sahel, check out Crisis Group's extensive analysis on our Sahel region page. Hosted on Acast. See acast.com/privacy for more information.

Revue de presse Afrique
À la Une: Ibrahim Traoré, nouveau Sankara de la jeunesse burkinabè

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Oct 7, 2022 4:19


Le désormais plus jeune chef d'État du monde – 34 ans – ne manque pas de rafraîchir, tout du moins dans la mémoire de certains confrères africains, l'image du père de la révolution du pays des hommes intègres – c'était il y a presque quarante ans… Ibrahim Traoré, l'espoir d'une jeunesse assoiffée de changement ? Le quotidien burkinabè Le Pays n'écrit guère autre chose lorsqu'il souligne « la jeunesse du nouveau dirigeant ». Et tant pis si, rappelons-le, l'écclésiaste prévient du malheur qui attend La Ville dont le prince est un enfant, la jeunesse d'Ibrahim Traoré « ne devrait pas être un handicap rédhibitoire à l'exercice de cette haute fonction quand on se réfère à l'exemple de Thomas Sankara, le père de la révolution d'août 1983, qui a accédé au pouvoir d'État pratiquement au même âge, avant de laisser au peuple burkinabè, un grand héritage en termes de valeurs d'engagement, de sacrifice, d'exemplarité, de fierté et d'intégrité, rappelle Le Pays. Des valeurs qui font encore fortement écho au sein d'une jeunesse burkinabè qui n'a pas forcément connu le supplicié du 15 octobre 1987, mais qui n'en reste pas moins nostalgique », remarque Le Pays. Ibrahim Traoré ? Cet autre journal burkinabè qu'est Aujourd'hui estime à son tour de son côté qu'« après la désillusion de son prédécesseur, il incarne l'espoir d'une jeunesse qui a soif (de) changement (…) Le soutien populaire dont il a bénéficié et qui a été déterminant dans sa prise du pouvoir constitue un ferment pour les batailles qui s'annoncent. À lui de savoir surfer sur cette dynamique », énonce encore Aujourd'hui. Hommage, encore, de l'autre côté de la frontière au nord-est du Burkina Faso, celui du journal Mourya, la voix du Niger. L'avènement au pouvoir du capitaine Ibrahim Traoré, au regard de sa jeunesse, « suscite déjà chez bon nombre de Burkinabè ayant connu les heures de gloire de la révolution sankariste, l'enthousiasme d'un nouveau Thomas Sankara, de retour », assure ce journal nigérien. Toutefois, conseille Mourya, la voix du Niger, la jeunesse du nouvel homme fort doit être bien « encadrée » par des hommes plus aguerris à la gouvernance. Sans préciser lesquels. Trois mois de mitard pour les 46 militaires ivoiriens Le président ivoirien Alassane Ouattara a reçu le 6 octobre son homologue togolais Faure Gnassimbé, médiateur dans la crise des 46 militaires ivoiriens détenus au Mali, vraisemblablement pour faire le point des discussions en vue de leur élargissement. Traditionnelle photo de cette rencontre publiée par Fraternité Matin, les deux présidents, côte-à-côte, prenant la pose sur un canapé à la Une du quotidien gouvernemental ivoirien. Ici, il est vaguement question de « sécurité dans la sous-région ». Pas un mot, en revanche, sur les 46 détenus de Bamako. Cette crise, à l'évidence, intéresse davantage la presse burkinabè que la presse ivoirienne, et encore… C'est en tout cas le cas, ce matin, du quotidien ouagalais WakatSera. Avec Alassane Ouattara, le président togolais « a certainement partagé comme plat de résistance, non pas l'attiéké, la spécialité culinaire ivoirienne à base de manioc, mais la détention des 46 militaires ivoiriens en séjour forcé à Bamako. Le Togolais (…) a-t-il apporté de bonnes nouvelles à l'Ivoirien qui vit probablement une angoisse lourde à couper au couteau, depuis que ses compatriotes sont retenus au Mali ?, se demande WakatSera. Le bout du tunnel est-il, enfin, proche dans cet imbroglio qui isole davantage le Mali de son grand voisin ivoirien ? » Primogéniture mâle au Tchad Au Tchad, « la succession dynastique (est) plus que jamais consacrée ». Avis signé Ledjely. « Ce qui se prépare au Tchad, c'est la succession du père par le fils. Et rien, ni personne ne semble pouvoir s'y opposer. Or, il faut craindre que ce schéma ne fasse tache d'huile dans les autres pays en transition dans la zone ouest-africaine, avertit ce journal guinéen. D'autant que la clémence voire la complaisance de la communauté internationale à l'égard de Ndjamena pourrait coûter à cette dernière le peu de crédibilité qui lui reste encore », bucheronne Ledjely.

Radio Savannah
Kinderen van het drijfzand van Efua Traoré, met Febe Schoemaker

Radio Savannah

Play Episode Listen Later Oct 6, 2022 67:48


Kinderen van het drijfzand van Efua Traoré, met Febe Schoemaker We vieren de Kinderboekenweek met een aflevering over Kinderen van het drijfzand van Efua Traoré. Te gast is superspecial guest Febe Schoemaker, bekend van de zaterdagochtend in Savannah Bay. We kletsen over het plezier van kinderboeken lezen als volwassene, Yoruba-geïnspireerde volksverhalen en geven je natuurlijk de maandelijkse boekentips. Kan je geen genoeg krijgen van de kinderboekenweek? Luister dan onze eerdere kinderboekenspecials terug: -- Luister hier naar onze special over Klimaatboeken voor kinderen. -- Luister hier naar ons gesprek over diversiteit in kinderboeken met Sara Van den Bossche. Wil je meekletsen met Lola en Suzanne? Laat het ons weten op Instagram, Twitter en Facebook en gebruik #RadioSavannah. Voor (lees)tips en fanmail zijn we ook te bereiken op info@savannahbay.nl. Langzaam liep Simi naar het meer. Haar hart bonsde. Ze kon haar ogen niet afwenden. Het water leek te leven – het kolkte met slangachtige golven. Al haar zintuigen schreeuwden dat ze terug moest gaan, maar ze liep verder. Simi heeft nog nooit zo tegen de zomervakantie opgezien. Twee maanden logeren bij haar oma die ze nog nooit heeft gezien, zonder internet en elektriciteit. Haar oma waarschuwt Simi niet het oerwoud in te gaan. Maar een stem lokt haar het verboden pad op, het bos in, en algauw zinkt ze weg in rood drijfzand, naar een verborgen wereld… Een meeslepend verhaal vol kleuren, geuren, verhalen en legenden uit het betoverende Nigeria. Vind het boek hier in de webshop. Nieuw op het boekenplankje The League of Gentlewomen Witches van India Holton Miss Charlotte Pettifer belongs to a secret league of women skilled in the subtle arts. That is to say—although it must never be said—witchcraft. The League of Gentlewomen Witches strives to improve the world in small ways. Using magic, they tidy, correct, and manipulate according to their notions of what is proper, entirely unlike those reprobates in the Wisteria Society. When the long lost amulet of Black Beryl is discovered, it is up to Charlotte, as the future leader of the League, to make sure the powerful talisman does not fall into the wrong hands. Therefore, it is most unfortunate when she crosses paths with Alex O'Riley, a pirate who is no Mr. Darcy. With all the world scrambling after the amulet, Alex and Charlotte join forces to steal it together. If only they could keep their pickpocketing hands to themselves! If Alex's not careful, he might just steal something else—such as Charlotte's heart. Bestel het boek via ons bestelformulier. Veranderen: methode van Édouard Louis Jarenlang heeft Édouard Louis slechts één alomvattende wens: hij wil ontsnappen aan zijn verstikkende en achtergestelde jeugd in Noord-Frankrijk. Hij droomt ervan om rijk te zijn en op straat herkend te worden, en om dat te bereiken zal hij tot tweemaal toe zijn leven totaal veranderen; hij laat zijn kansarme geboortedorp achter voor een nieuw leven op de middelbare school in Amiens, om daar vervolgens zijn beste vriendin in de steek te laten om toegang te krijgen tot de elite van Parijs. Maar nu, op het moment dat hij wereldwijd succesvol is, wil hij eigenlijk alleen maar in een hoekje blijven liggen, weg van alles. Een gat graven en erin verdwijnen om nooit meer te hoeven spreken en bewegen. In Veranderen: methode vertelt Édouard Louis zijn eigen verhaal, zijn odyssee, op nietsontziende wijze. Hij bewijst hiermee eens te meer waarom hij een van de belangrijkste en meest toonaangevende schrijvers van zijn generatie is. Vind het boek hier in onze webshop. Middlemarch van George Elliot George Eliot's nuanced and moving novel is a masterly evocation of connected lives, changing fortunes and human frailties in a provincial community. Peopling its landscape are Dorothea Brooke, a young idealist whose search for intellectual fulfilment leads her into a disastrous marriage to the pe...

Revue de presse Afrique
À la Une: le Burkina Faso, avec les appels du pied de la Russie…

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Oct 5, 2022 3:54


Encore des drapeaux russes le 4 octobre dans la manifestation hostile à la venue de la Cédéao… C'était devant l'aéroport de Ouagadougou. En effet, « les envoyés spéciaux de l'organisation sont arrivés dans la capitale dans un climat plutôt hostile, pointe L'Observateur Paalga. Ils ont été accueillis comme des chiens dans un jeu de quille (…). Situation qui a contraint les émissaires de la Cédéao à tenir la rencontre avec le capitaine Ibrahim Traoré dans les locaux de l'aéroport. » En tout cas, hier, relève le quotidien Aujourd'hui, « le fondateur de Wagner, Evgueni Prigojine s'est fendu d'un communiqué pour soutenir le nouvel homme fort du Burkina, gratifiant le capitaine Traoré, de "lutteur pour la justice", et flétrissant Damiba de n'avoir pas pu "justifier la confiance" de ses jeunes tombeurs. Pour le patron de Wagner, les Africains en ont ras-le-bol du "joug des colons" et les putschistes ont fait le nécessaire. » Alors, s'agit d'un appel du pied de Moscou en direction des nouvelles autorités burkinabè ? « On sent l'effet domino en provenance du Mali, s'exclame Aujourd'hui. On flaire, pour ne pas dire plus, qu'on pousse à la roue le capitaine Traoré dans les bras de Wagner. Et Prigojine aurait voulu envoyer une offre de service au capitaine Traoré qu'il ne s'y serait pas pris autrement. Reste à savoir, s'interroge le quotidien ouagalais, si le Burkina va tomber dans le giron russe, sous le fallacieux argument que la France a failli au Sahel dans sa lutte contre le terrorisme et que l'Afrique, et en particulier le Sahel, a marre de la France ? » Ne pas quitter un maître pour s'assujettir à un nouveau… « Burkina : les nouveaux maîtres dans les bras de Wagner ? », s'interroge en écho le site d'information WakatSéra. « La société de sécurité privée russe ne fait aucun mystère de son amour soudain pour le Burkina, constate WakatSéra. Le boss du groupe, Evgueni Prigojine, n'est pas passé par quatre chemins pour apporter son soutien aux hommes du MPSR II. Il n'en n'est pas à son premier coup, s'étant déjà signalé suite au premier coup d'État du 24 janvier dernier qui avait renversé le président élu Roch Marc Christian Kaboré. » Et WakatSéra de s'interroger encore : « le Russe, dit très proche de Vladimir Poutine, aura-t-il plus de succès avec le capitaine Ibrahim Traoré, dont les soutiens paradent dans leurs manifestations, drapeaux russe et burkinabè en l'air et rugissant des appels aussi hostiles à la France qu'amicaux à la Russie ? En tout cas, relève le site burkinabè, comme son prédécesseur Damiba, le capitaine Traoré a promis de diversifier les partenariats du Burkina sur le plan international. Tous les pays, la France et la Russie compris, sont donc les bienvenus à Ouagadougou. Ce qui est loin d'être une mauvaise option, estime WakatSéra, tant qu'on ne quittera pas un ancien "maître" pour s'assujettir à un nouveau ! » La Cédéao rassurée ? Quant aux émissaires de la Cédéao, ils ont de quoi être rassurés, estime Le Pays, autre quotidien ouagalais. « La Cédéao ne devrait pas avoir d'inquiétudes à se faire, affirme le journal, puisque le nouvel homme fort du Burkina a non seulement donné des gages concernant le respect des engagements de son prédécesseur par rapport au calendrier établi, mais il a été on ne peut plus clair sur ses intentions de ne pas conduire lui-même la transition déjà en cours. Il s'est ainsi engagé à transmettre le pouvoir au président qui sera désigné par les Assises nationales qui ne tarderont pas à être convoquées. Il ne reste donc plus à la Cédéao qu'à prendre le jeune capitaine au mot. » En effet, renchérit L'Observateur Paalga, « on ne voit pas comment, avec la nouvelle donne burkinabè, Umaro Sissoco Emballo, Alassane Ouattara et leurs homologues pourraient ne pas accompagner la saison 2 de la Transition burkinabè, dont le tournage devrait reprendre très tôt avec un président civil ou militaire choisi par les forces vives de la Nation. Qui plus est, le capitaine Traoré a d'ores et déjà promis de retourner dans sa caserne dès que le nouvel exécutif sera mis en place. » Et L'Observateur de conclure : « passez donc mesdames et messieurs de la Cédéao, il n'y a rien à voir. »

Revue de presse Afrique
À la Une: le Burkina Faso, avec les appels du pied de la Russie…

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Oct 5, 2022 3:54


Encore des drapeaux russes le 4 octobre dans la manifestation hostile à la venue de la Cédéao… C'était devant l'aéroport de Ouagadougou. En effet, « les envoyés spéciaux de l'organisation sont arrivés dans la capitale dans un climat plutôt hostile, pointe L'Observateur Paalga. Ils ont été accueillis comme des chiens dans un jeu de quille (…). Situation qui a contraint les émissaires de la Cédéao à tenir la rencontre avec le capitaine Ibrahim Traoré dans les locaux de l'aéroport. » En tout cas, hier, relève le quotidien Aujourd'hui, « le fondateur de Wagner, Evgueni Prigojine s'est fendu d'un communiqué pour soutenir le nouvel homme fort du Burkina, gratifiant le capitaine Traoré, de "lutteur pour la justice", et flétrissant Damiba de n'avoir pas pu "justifier la confiance" de ses jeunes tombeurs. Pour le patron de Wagner, les Africains en ont ras-le-bol du "joug des colons" et les putschistes ont fait le nécessaire. » Alors, s'agit d'un appel du pied de Moscou en direction des nouvelles autorités burkinabè ? « On sent l'effet domino en provenance du Mali, s'exclame Aujourd'hui. On flaire, pour ne pas dire plus, qu'on pousse à la roue le capitaine Traoré dans les bras de Wagner. Et Prigojine aurait voulu envoyer une offre de service au capitaine Traoré qu'il ne s'y serait pas pris autrement. Reste à savoir, s'interroge le quotidien ouagalais, si le Burkina va tomber dans le giron russe, sous le fallacieux argument que la France a failli au Sahel dans sa lutte contre le terrorisme et que l'Afrique, et en particulier le Sahel, a marre de la France ? » Ne pas quitter un maître pour s'assujettir à un nouveau… « Burkina : les nouveaux maîtres dans les bras de Wagner ? », s'interroge en écho le site d'information WakatSéra. « La société de sécurité privée russe ne fait aucun mystère de son amour soudain pour le Burkina, constate WakatSéra. Le boss du groupe, Evgueni Prigojine, n'est pas passé par quatre chemins pour apporter son soutien aux hommes du MPSR II. Il n'en n'est pas à son premier coup, s'étant déjà signalé suite au premier coup d'État du 24 janvier dernier qui avait renversé le président élu Roch Marc Christian Kaboré. » Et WakatSéra de s'interroger encore : « le Russe, dit très proche de Vladimir Poutine, aura-t-il plus de succès avec le capitaine Ibrahim Traoré, dont les soutiens paradent dans leurs manifestations, drapeaux russe et burkinabè en l'air et rugissant des appels aussi hostiles à la France qu'amicaux à la Russie ? En tout cas, relève le site burkinabè, comme son prédécesseur Damiba, le capitaine Traoré a promis de diversifier les partenariats du Burkina sur le plan international. Tous les pays, la France et la Russie compris, sont donc les bienvenus à Ouagadougou. Ce qui est loin d'être une mauvaise option, estime WakatSéra, tant qu'on ne quittera pas un ancien "maître" pour s'assujettir à un nouveau ! » La Cédéao rassurée ? Quant aux émissaires de la Cédéao, ils ont de quoi être rassurés, estime Le Pays, autre quotidien ouagalais. « La Cédéao ne devrait pas avoir d'inquiétudes à se faire, affirme le journal, puisque le nouvel homme fort du Burkina a non seulement donné des gages concernant le respect des engagements de son prédécesseur par rapport au calendrier établi, mais il a été on ne peut plus clair sur ses intentions de ne pas conduire lui-même la transition déjà en cours. Il s'est ainsi engagé à transmettre le pouvoir au président qui sera désigné par les Assises nationales qui ne tarderont pas à être convoquées. Il ne reste donc plus à la Cédéao qu'à prendre le jeune capitaine au mot. » En effet, renchérit L'Observateur Paalga, « on ne voit pas comment, avec la nouvelle donne burkinabè, Umaro Sissoco Emballo, Alassane Ouattara et leurs homologues pourraient ne pas accompagner la saison 2 de la Transition burkinabè, dont le tournage devrait reprendre très tôt avec un président civil ou militaire choisi par les forces vives de la Nation. Qui plus est, le capitaine Traoré a d'ores et déjà promis de retourner dans sa caserne dès que le nouvel exécutif sera mis en place. » Et L'Observateur de conclure : « passez donc mesdames et messieurs de la Cédéao, il n'y a rien à voir. »

Revue de presse Afrique
À la Une: après le putsch au Burkina Faso, et maintenant on fait quoi ?

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Oct 4, 2022 3:57


Questions posées par le quotidien Aujourd'hui : « et maintenant on fait quoi ? Quel schéma pour une Transition apaisée ? À quel timing ? Quel sera le format du recadrage post-Damiba ? »   Certes, pointe le quotidien ouagalais, « le capitaine Traoré a évoqué hier des assises nationales, qu'il veut au plus vite, même avant la fin de cette année 2022. Et il n'a pas d'option pour un civil ou militaire. » Mais, prudence, affirme Aujourd'hui : « il faudra trouver les bonnes personnes pour la rédaction de la nouvelle charte dont chaque ligne devra être lue et relue. Ensuite, que cette Loi fondamentale de la Transition soit adoptée de façon consensuelle. Place après à la désignation du mouton à cinq pattes : le président civil ou militaire, et les candidats à ce poste devront être pesés au trébuchet sur leurs qualités intrinsèques. Suivra la formation du gouvernement ! Combien seront appelés à tracter cette transition ? Au fait, ressuscitera-t-on l'Assemblée législative ou gouvernera-t-on par oukases ? On le voit, relève encore Aujourd'hui, il y a des prérequis et des préalables dont la mise en place créera des pinaillements et des gorges chaudes. Et forcément, il faudra jusqu'en décembre prochain pour l'installation de tout ce puzzle transitionnel. »  Et la CEDEAO ?  Autre interrogation, soulevée cette fois par WakatSéra  : « la CEDEAO va-t-elle dégainer ? (…) La bienveillance de l'institution sous-régionale à l'endroit de l'un de ses meilleurs élèves, Paul-Henri Sandaogo Damiba, pour ne pas le nommer, déteindra-t-elle sur son tombeur ? (…)  Même si l'organisation ouest-africaine ne devrait pas lancer, hic et nunc, une salve de sanctions contre Ouagadougou, où sa délégation sera finalement présente ce mardi, elle se donnera certainement le devoir de rappeler au nouveau chef du MPSR l'engagement pris par son devancier d'organiser en juillet 2024 des élections démocratiques pour remettre le pouvoir aux civils. »  Bref, conclut WakatSéra, « tout devrait bien se passer, si la CEDEAO joue la carte du peuple et que les nouveaux patrons du MPSR font preuve de cette bonne foi qu'ils affichent officiellement en tout cas. »  Capable de relever le défi sécuritaire ?  Autre écueil et de taille, relève pour sa part Le Point Afrique : la situation sécuritaire dans le pays. « Les Burkinabè attendent désormais de voir comment elle va évoluer. C'est le principal motif de mécontentement des populations. Ces derniers mois, des attaques tuant des dizaines de civils et de soldats se sont multipliées dans le nord et l'est du Burkina Faso, où des villes sont désormais soumises à un blocus des djihadistes. Depuis 2015, les attaques régulières de mouvements armés affiliés à Al-Qaïda et au groupe État islamique ont fait des milliers de morts et provoqué le déplacement de quelque deux millions de personnes. La semaine dernière encore, rappelle Le Point Afrique, un massacre a eu lieu près de la ville de Djibo, encerclée depuis février dernier par des djihadistes. Lundi dernier, un convoi de nourriture escorté par l'armée a tenté de rejoindre la ville, pour aider les 350.000 habitants qui y vivent, mais les djihadistes ont attaqué, détruit 90 camions et tué treize militaires. 50 civils sont toujours portés disparus. C'est ce énième massacre qui a provoqué la colère des militaires et donc le putsch qui a suivi. »  Justement, pointe Jeune Afrique, « la priorité absolue du capitaine Traoré, le nouvel homme fort du Burkina Faso, est de mettre fin, assure-t-il, à l'interminable martyrologe des populations du nord et de l'est. Comme son prédécesseur, qui s'était emparé du pouvoir avec les mêmes intentions, c'est sur sa capacité à relever ce défi, en se gardant de toute fuite en avant idéologique à la malienne, qu'il sera jugé, estime Jeune Afrique. En viendrait-il à échouer, qu'après le temps des colonels, puis des capitaines, surgira celui des lieutenants. Toujours aussi populaires, toujours aussi éphémères, soupire le site panafricain, les militaires continueront de squatter les plateaux de la télévision entourés de séides masqués, armés jusqu'aux dents. Et de promettre un avenir aussi radieux qu'un mirage dans le désert du Yatenga. » 

Revue de presse Afrique
À la Une: après le putsch au Burkina Faso, et maintenant on fait quoi ?

Revue de presse Afrique

Play Episode Listen Later Oct 4, 2022 3:57


Questions posées par le quotidien Aujourd'hui : « et maintenant on fait quoi ? Quel schéma pour une Transition apaisée ? À quel timing ? Quel sera le format du recadrage post-Damiba ? »   Certes, pointe le quotidien ouagalais, « le capitaine Traoré a évoqué hier des assises nationales, qu'il veut au plus vite, même avant la fin de cette année 2022. Et il n'a pas d'option pour un civil ou militaire. » Mais, prudence, affirme Aujourd'hui : « il faudra trouver les bonnes personnes pour la rédaction de la nouvelle charte dont chaque ligne devra être lue et relue. Ensuite, que cette Loi fondamentale de la Transition soit adoptée de façon consensuelle. Place après à la désignation du mouton à cinq pattes : le président civil ou militaire, et les candidats à ce poste devront être pesés au trébuchet sur leurs qualités intrinsèques. Suivra la formation du gouvernement ! Combien seront appelés à tracter cette transition ? Au fait, ressuscitera-t-on l'Assemblée législative ou gouvernera-t-on par oukases ? On le voit, relève encore Aujourd'hui, il y a des prérequis et des préalables dont la mise en place créera des pinaillements et des gorges chaudes. Et forcément, il faudra jusqu'en décembre prochain pour l'installation de tout ce puzzle transitionnel. »  Et la CEDEAO ?  Autre interrogation, soulevée cette fois par WakatSéra  : « la CEDEAO va-t-elle dégainer ? (…) La bienveillance de l'institution sous-régionale à l'endroit de l'un de ses meilleurs élèves, Paul-Henri Sandaogo Damiba, pour ne pas le nommer, déteindra-t-elle sur son tombeur ? (…)  Même si l'organisation ouest-africaine ne devrait pas lancer, hic et nunc, une salve de sanctions contre Ouagadougou, où sa délégation sera finalement présente ce mardi, elle se donnera certainement le devoir de rappeler au nouveau chef du MPSR l'engagement pris par son devancier d'organiser en juillet 2024 des élections démocratiques pour remettre le pouvoir aux civils. »  Bref, conclut WakatSéra, « tout devrait bien se passer, si la CEDEAO joue la carte du peuple et que les nouveaux patrons du MPSR font preuve de cette bonne foi qu'ils affichent officiellement en tout cas. »  Capable de relever le défi sécuritaire ?  Autre écueil et de taille, relève pour sa part Le Point Afrique : la situation sécuritaire dans le pays. « Les Burkinabè attendent désormais de voir comment elle va évoluer. C'est le principal motif de mécontentement des populations. Ces derniers mois, des attaques tuant des dizaines de civils et de soldats se sont multipliées dans le nord et l'est du Burkina Faso, où des villes sont désormais soumises à un blocus des djihadistes. Depuis 2015, les attaques régulières de mouvements armés affiliés à Al-Qaïda et au groupe État islamique ont fait des milliers de morts et provoqué le déplacement de quelque deux millions de personnes. La semaine dernière encore, rappelle Le Point Afrique, un massacre a eu lieu près de la ville de Djibo, encerclée depuis février dernier par des djihadistes. Lundi dernier, un convoi de nourriture escorté par l'armée a tenté de rejoindre la ville, pour aider les 350.000 habitants qui y vivent, mais les djihadistes ont attaqué, détruit 90 camions et tué treize militaires. 50 civils sont toujours portés disparus. C'est ce énième massacre qui a provoqué la colère des militaires et donc le putsch qui a suivi. »  Justement, pointe Jeune Afrique, « la priorité absolue du capitaine Traoré, le nouvel homme fort du Burkina Faso, est de mettre fin, assure-t-il, à l'interminable martyrologe des populations du nord et de l'est. Comme son prédécesseur, qui s'était emparé du pouvoir avec les mêmes intentions, c'est sur sa capacité à relever ce défi, en se gardant de toute fuite en avant idéologique à la malienne, qu'il sera jugé, estime Jeune Afrique. En viendrait-il à échouer, qu'après le temps des colonels, puis des capitaines, surgira celui des lieutenants. Toujours aussi populaires, toujours aussi éphémères, soupire le site panafricain, les militaires continueront de squatter les plateaux de la télévision entourés de séides masqués, armés jusqu'aux dents. Et de promettre un avenir aussi radieux qu'un mirage dans le désert du Yatenga. » 

MUSIC REACTIONS AND COMMENTS
Ibrahim Traoré, a 34-year-old army captain, took power in Burkina Faso on Friday, overthrowing Lt Col Paul-Henri Sandaogo Damiba, whom he accused of failing to effectively counter rising violence

MUSIC REACTIONS AND COMMENTS

Play Episode Listen Later Oct 3, 2022 6:28


Ibrahim Traoré, a 34-year-old army captain, took power in Burkina Faso on Friday, overthrowing Lt Col Paul-Henri Sandaogo Damiba, whom he accused of failing to effectively counter rising violence by Islamic extremists in the unstable and poverty-stricken country. --- Send in a voice message: https://anchor.fm/you-betterknow4/message

Invité Afrique
Capitaine Ibrahim Traoré: «Les assises vont désigner un président de la transition» au Burkina Faso

Invité Afrique

Play Episode Listen Later Oct 3, 2022 7:57


Il s'appelle Ibrahim Traoré, il a 34 ans, il était jusqu'à présent le chef de corps du régiment d'artillerie de Kaya, dans le nord du Burkina Faso. Et comme il vient de renverser le colonel Damiba, c'est maintenant le nouvel homme fort du pays. Le capitaine Traoré a accepté dimanche soir de répondre aux questions de Christophe Boisbouvier. Le nouveau maître du Burkina Faso affirme qu'il n'est là que pour expédier les affaires courantes et qu'il n'a pas l'intention de présider la future transition. RFI : Quelle est la situation politique ? Ibrahim Traoré : Eh bien, il n'y a pas d'évènements majeurs, seulement une concertation entre militaires pour soutenir l'équipe du MPSR (Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration). Donc, le dénouement est heureux. Parce que comme vous l'avez dit, je suis capitaine, il y a bien plus gradé que moi dans l'armée. Il s'agit donc d'expliquer le contexte et le pourquoi, et ces anciens acceptent de soutenir, de nous conseiller, et nous aider. Donc ça, c'est une bonne nouvelle pour nous. Les chefs religieux et traditionnels annoncent que le colonel Damiba a accepté de démissionner, est-ce que vous confirmez ? Il y a eu une concertation entre ces chefs traditionnels et religieux et le colonel Damiba depuis samedi. Ce dimanche matin vers 9h, j'ai eu un contact téléphonique avec eux, ce qu'ils m'ont fait savoir également. Alors, le colonel Damiba avait posé sept conditions, parmi lesquelles la garantie de sa sécurité et de celles des militaires qui lui sont restés fidèles. Qu'est-ce que vous répondez ? Il faut comprendre que nous sommes une armée et il n'y a pas d'ennemi. Donc, après ce genre d'évènements, on laisse tomber tout, on revient sur la table et tout reprend à zéro. Donc, c'est cet acte que les anciens ont posé aujourd'hui, et qui fait aussi la cohésion entre nous. Il n'y a pas une chasse aux sorcières. Et savez-vous où est le colonel Damiba ? À l'instant où je vous parle, je ne peux pas vous dire là où il se trouve, question de sécurité. Il va bien, très bien. Est-ce qu'il est sur le territoire du Burkina Faso ? (Rires) Peut-être que vous avez d'autres informations à nous donner ? Je vous pose la question parce que plusieurs sources disent qu'il est au Togo. Probable, je n'ai pas d'informations sur une extradition ou un autre évènement de ce genre. Mais c'est probable ? Comme vous avez une source qui vous le dit, donc, c'est probable. Est-ce que vous lui avez parlé ces derniers jours ? Oui, même ce matin, je lui ai parlé. Et alors ? Il n'y a pas de problème entre le colonel Damiba et moi. Ce n'est pas un problème personnel. Donc, on a même communiqué ce dimanche matin. Et quand vous avez parlé avec lui, il vous a précisé qu'il démissionnait ou pas ? Nous n'avons pas parlé à proprement dans notre dernière conversation de cela. C'est plutôt samedi soir que nous avons parlé de cela, nous avons plus parlé des sept conditions que vous avez citées. C'est ça, il vous a dit qu'il ne démissionnerait que si les sept conditions qu'il posait étaient acceptées ? Nous ne dirons pas conditions en tant que telles, mais je dirais sept accompagnements, parce que ce sont des souhaits. Alors, justement, parmi les souhaits que vous a exprimé le colonel Damiba, il y a le respect des engagements pris avec la Cédéao, et notamment le retour à l'ordre constitutionnel en juillet 2024. On souhaite que le retour à l'ordre constitutionnel normal soit même avant cette date, si la situation le présage. Donc, notre souhait, c'est que ça puisse se faire avant 2024. Ce dimanche soir, un communiqué de militaires qui vous soutiennent a dit que vous êtes chargé vous-même, mon capitaine, de l'expédition des affaires courantes, mais seulement jusqu'aux assises des forces vives qui désigneront un président de transition. Est-ce que vous confirmez ? Oui, je le confirme, parce que ce sont les assises qui vont désigner un président de la transition. Donc, pour l'instant, nous expédions les affaires courantes. Et ces assises, est-ce que vous souhaitez qu'elles se tiennent avant la fin de l'année ? Oui, bien sûr. Bien avant la fin de l'année, on souhaite que ça se passe le plus vite possible. Et à l'issue de ces assises, est-ce qu'on verra un président civil ou un président militaire ? Civil ou militaire. Mais votre préférence, mon capitaine ? Je n'ai pas de préférence, ça dépendra de ce qui se passera aux assises. Vous avez discuté ces dernières heures avec des officiers supérieurs qui sont plus gradés que vous. J'imagine que vous pensez notamment au lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni qui commande les opérations du théâtre national, et au colonel major David Kabré, qui dirige l'état-major. Que ressort-il de ces discussions, mon capitaine ? C'est ce que je vous ai dit, ils sont disposés à nous conseiller, à nous appuyer, à nous soutenir. Et à vous reconnaitre comme le numéro un du pays dans les semaines qui viennent ? Ça ne leur pose pas de problèmes. Et est-ce qu'eux-mêmes pourraient prendre votre succession à l'issue de ces assises ? Ça dépendra de ceux qui seront aux assises. Je ne vais pas à intervenir dedans. Et vous-même, mon capitaine, est-ce que vous pensez pouvoir poursuivre votre mission à la tête du pays après les assises ou est-ce que vous comptez passer le relais à ce moment-là ? (Rire) Pourquoi continuer ? Nous ne sommes pas venus pour continuer, nous ne sommes pas venus pour un but particulier. Tout ce qui intéresse, c'est de savoir si le niveau de sécurité est bien, c'est le combat, c'est le développement. Les assises qui vont désigner le président, ça ne nous concerne pas trop. On sera là pour donner des idées. Ce samedi, des manifestants s'en sont pris à trois emprises françaises au Burkina Faso, deux à Ouagadougou et une à Bobo-Dioulasso. Quelle est votre réaction ? Il y a eu un communiqué concernant ces emprises militaires, il ne s'agit pas juste de la France. Donc, tout ce qui est emprise dans notre pays, nous condamnons ces dérives de la foule. Avec la communication, je pense que ça rentre dans l'ordre. Et quel appel lancez-vous aujourd'hui à ces manifestants ? D'être patriotes, des manifestants pacifiques, et de ne pas se livrer à des actes de vandalisme. Pourquoi casser? Pourquoi détruire ? Nous passons des messages, nous communiquons pour que les gens n'attaquent pas, ne vandalisent pas. Vous avez mentionné votre ferme volonté « d'aller vers d'autres partenaires prêts à aider dans la lutte contre le terrorisme ». A quels autres partenaires pensez-vous ? Il y a beaucoup de partenaires, la France est un partenaire, il y a beaucoup d'autres partenaires. Donc, il n'y a pas une cible prioritaire, tous ceux qui pourront nous aider. Je vous pose la question mon capitaine, parce que, depuis trois jours, les manifestants qui vous soutiennent brandissent des drapeaux russes. Est-ce que vous allez vous tourner vers la Russie ? Le drapeau russe. La Russie est un État comme les autres, on est déjà en partenariat comme vous pouvez le constater. Même dans notre armée, nous utilisons beaucoup de matériels russes. Donc, c'est déjà un partenaire pour le Burkina Faso. Je ne vois pas quelle particularité il y a à voir un drapeau russe que l'on brandit à Ouagadougou. Est-ce que vous souhaitez continuer un partenariat avec la France ou pas ? S'il y a une ambassade ici, c'est qu'on est déjà partenaires, maintenant peut-être qu'on va parler des termes du partenariat. C'est-à-dire revoir les termes ? Oui, je pense que la France même est en train de changer les termes de ses partenariats avec beaucoup de nations. Nous voulons aussi discuter des termes du partenariat avec la France. Il y a des choses à améliorer, et peut-être qu'il y a des choses à abandonner, mais tout ce qui peut être amélioré doit être fait. 

Journal de l'Afrique
Coup d'État au Burkina Faso : le lieutenant-colonel Damiba renversé par le capitaine Ibrahim Traoré

Journal de l'Afrique

Play Episode Listen Later Oct 3, 2022 14:02


Au terme d'une journée confuse, un groupe de militaire s'est présenté, vendredi 30 septembre, devant les caméras de la télévision nationale pour annoncer la mise à l'écart du pouvoir du président de la transition, Paul Henri Sandaogo Damiba, la fermeture des frontières et la suspension des institutions jusqu'à nouvel ordre. Le nouvel homme fort à la tête de la junte est le capitaine Ibrahim Traoré, âgé de 34 ans. Les précisions de Kalidou Sy, ancien correspondant de France 24 au Burkina Faso.

MUSIC REACTIONS AND COMMENTS
Ibrahim Traoré, a 34-year-old army captain, took power in Burkina Faso on Friday, overthrowing Lt Col Paul-Henri Sandaogo Damiba, whom he accused of failing to effectively counter rising violence

MUSIC REACTIONS AND COMMENTS

Play Episode Listen Later Oct 3, 2022 6:28


Ibrahim Traoré, a 34-year-old army captain, took power in Burkina Faso on Friday, overthrowing Lt Col Paul-Henri Sandaogo Damiba, whom he accused of failing to effectively counter rising violence by Islamic extremists in the unstable and poverty-stricken country. --- Send in a voice message: https://anchor.fm/you-betterknow4/message

Encore!
Breaking the rules of fashion with photographer Steven Klein and designer Mossi Traoré

Encore!

Play Episode Listen Later Sep 30, 2022 12:46


From Madonna to Brad Pitt, Kim Kardashian, Naomi Campbell and Kate Moss, he collaborates with them all. Arguably the most influential and iconic photographer of fashion, film and music working today, Steven Klein speaks to Eve Jackson about his new monograph, his 20-year collaboration with Madonna and why his image of Brad Pitt pinning down Angelina Jolie would be considered taboo today. Joining them is French fashion designer Mossi Traoré, who tells us why the clothes he designs are part of a global social project to make fashion less elitist and more inclusive. His latest collection being shown at Paris Fashion Week is inspired by his father's job as a refuse collector.

L'invité de RTL
Affaire Traoré : Virginie Gautier est l'invité de Julien Sellier

L'invité de RTL

Play Episode Listen Later Sep 29, 2022 6:21


Ecoutez L'invité de RTL Soir avec Marion Calais et Julien Sellier du 29 septembre 2022

Europe 1 - L'interview d'actualité
Mort d'Adama Traoré : «On subit un acharnement médiatique», confie Virginie Gautier

Europe 1 - L'interview d'actualité

Play Episode Listen Later Sep 29, 2022 7:51


Virginie Gautier, auteure du livre "Mon fils n'est pas un assassin" avec Erwan Seznec aux éditions Robert Laffont, répond aux questions de Dimitri Pavlenko. Elle est la mère de l'un des gendarmes présents lors de la mort d'Adama Traoré.

Priorité santé
Comment choisir sa contraception?

Priorité santé

Play Episode Listen Later Sep 26, 2022 48:30


À l'occasion de la Journée mondiale de la contraception, nous faisons le point sur les différentes méthodes et la sensibilisation. Préservatif, pilule, stérilet, anneaux, implants... Comment choisir sa contraception ? Quelles sont les fausses croyances qui circulent ? Comment rendre les moyens anticonceptionnels accessibles aux 225 millions de femmes qui souhaiteraient retarder le moment d'avoir un enfant et qui n'ont pas accès à un moyen de contraception ? Dr Nasrine Callet, gynécologue oncologue à l'Institut Curie, à Paris Dr Monique Onomo-Jong, gynécologue obstétricienne à Douala au Cameroun Ténin Traoré, Activiste à l'OSEFF, féministe engagée dans l'accès à la contraception en Côte d'Ivoire.   En fin d'émission, nous retrouvons Sandra Senou, maman d'Alexandre porteur d'un handicap, et auteure du livre : « Les aventures d'Alexandre : le rêve d'Alexandre ». Un ouvrage autoédité inspiré de la rencontre entre le collégien scolarisé en internat à l'Établissement régional d'enseignement adapté Toulouse-Lautrec de Vaucresson (Hauts-de-Seine) et le rappeur Gims.

Priorité santé
Comment choisir sa contraception?

Priorité santé

Play Episode Listen Later Sep 26, 2022 48:30


À l'occasion de la Journée mondiale de la contraception, nous faisons le point sur les différentes méthodes et la sensibilisation. Préservatif, pilule, stérilet, anneaux, implants... Comment choisir sa contraception ? Quelles sont les fausses croyances qui circulent ? Comment rendre les moyens anticonceptionnels accessibles aux 225 millions de femmes qui souhaiteraient retarder le moment d'avoir un enfant et qui n'ont pas accès à un moyen de contraception ? Dr Nasrine Callet, gynécologue oncologue à l'Institut Curie, à Paris Dr Monique Onomo-Jong, gynécologue obstétricienne à Douala au Cameroun Ténin Traoré, Activiste à l'OSEFF, féministe engagée dans l'accès à la contraception en Côte d'Ivoire.   En fin d'émission, nous retrouvons Sandra Senou, maman d'Alexandre porteur d'un handicap, et auteure du livre : « Les aventures d'Alexandre : le rêve d'Alexandre ». Un ouvrage autoédité inspiré de la rencontre entre le collégien scolarisé en internat à l'Établissement régional d'enseignement adapté Toulouse-Lautrec de Vaucresson (Hauts-de-Seine) et le rappeur Gims.

Brückengeflüster
13.09. Traoré und Gyamfi – viel mehr als „nur“ Abwehrspieler

Brückengeflüster

Play Episode Listen Later Sep 13, 2022 31:21


Sie sind noch jung, aber bereits feste Größen beim VfL Osnabrück – vielleicht auch, weil sie als Fußballer schon einige Klubs gesehen haben und lernen mussten, auch aus Rückschlägen neue Kraft zu ziehen: Innenverteidiger Maxwell Gyamfi (22) und Außenverteidiger Omar Traoré (24) sind die Gäste in der neuen Folge des NOZ-Podcasts „Brückengeflüster“ zum VfL.

L'info en intégrale - Europe 1
Mamadou Traoré, le tueur aux mains nues - 1ère partie

L'info en intégrale - Europe 1

Play Episode Listen Later Sep 2, 2022 12:30


En 1996 à Paris et Neuilly-sur-Seine, le « tueur aux mains nues » a agressé six femmes dont une petite fille de 11 ans. Parmi elles, deux sont tuées à coups de poings.

Europe 1 - Hondelatte Raconte
Mamadou Traoré, le tueur aux mains nues - 2ème partie

Europe 1 - Hondelatte Raconte

Play Episode Listen Later Sep 2, 2022 17:15


En 1996 à Paris et Neuilly-sur-Seine, le « tueur aux mains nues » a agressé six femmes dont une petite fille de 11 ans. Parmi elles, deux sont tuées à coups de poings.

Europe 1 - Hondelatte Raconte
Mamadou Traoré, le tueur aux mains nues - L'interview

Europe 1 - Hondelatte Raconte

Play Episode Listen Later Sep 2, 2022 11:20


En 1996 à Paris et Neuilly-sur-Seine, le « tueur aux mains nues » a agressé six femmes dont une petite fille de 11 ans. Parmi elles, deux sont tuées à coups de poings.

Europe 1 - Hondelatte Raconte
Mamadou Traoré, le tueur aux mains nues - 1ère partie

Europe 1 - Hondelatte Raconte

Play Episode Listen Later Sep 2, 2022 12:30


En 1996 à Paris et Neuilly-sur-Seine, le « tueur aux mains nues » a agressé six femmes dont une petite fille de 11 ans. Parmi elles, deux sont tuées à coups de poings.

L'info en intégrale - Europe 1
Mamadou Traoré, le tueur aux mains nues - 2ème partie

L'info en intégrale - Europe 1

Play Episode Listen Later Sep 2, 2022 17:15


En 1996 à Paris et Neuilly-sur-Seine, le « tueur aux mains nues » a agressé six femmes dont une petite fille de 11 ans. Parmi elles, deux sont tuées à coups de poings.

L'info en intégrale - Europe 1
Mamadou Traoré, le tueur aux mains nues - L'interview

L'info en intégrale - Europe 1

Play Episode Listen Later Sep 2, 2022 11:20


En 1996 à Paris et Neuilly-sur-Seine, le « tueur aux mains nues » a agressé six femmes dont une petite fille de 11 ans. Parmi elles, deux sont tuées à coups de poings.

Spurs Chat: Discussing all Things Tottenham Hotspur: Hosted by Chris Cowlin: The Daily Tottenham/Spurs Podcast
364: SPURS CHAT: THE 60 SECOND SPURS NEWS UPDATE: Carabao Cup Third Round Draw, Interest in Ziyech & Traoré, Tanganga (Daily Tottenham/Spurs Podcast)

Spurs Chat: Discussing all Things Tottenham Hotspur: Hosted by Chris Cowlin: The Daily Tottenham/Spurs Podcast

Play Episode Listen Later Aug 24, 2022 0:59


SPURS CHAT: THE 60 SECOND SPURS NEWS UPDATE: Carabao Cup Third Round Draw, Interest in Ziyech & Traoré, Tanganga (Daily Tottenham/Spurs Podcast) + THANKS FOR LISTENING! Please FOLLOW, SHARE and leave a REVIEW.  + CONTENT:  * Chris Cowlin presents "The 60 Second Spurs News Update" * Watch Chris on YouTube: www.youtube.com/c/chriscowlin + MEDIA ENQUIRIES ABOUT THE CHANNEL/PODCAST: * Enquiries: tottenhamfanchris@gmail.com * This is a Tottenham Hotspur fan channel, providing podcasts on breaking club news, fan interviews, legend interviews, following Spurs home and away, all around the world, including U23, U19, U18 and Spurs women matches. Chris Cowlin likes to present, with passion, the latest Spurs news and facts to Tottenham fans all around the world and to share his experiences of following this wonderful club. Remember to follow this podcast, and COME ON YOU SPURS! * Chris is a regular on television and radio shows talking about all things Tottenham; most recently on BBC1, Sky Sports News, BBC Radio 5 Live and talkSport. Chris has also appeared on the recent documentaries on Tottenham Hotspur: "Sonsational: The Making of Heung-Min Son" (Korea's tvN, 2019), "All or Nothing: Tottenham Hotspur" (Amazon, 2020) and "Pochettino: le Film" (RMC Sport, 2021). Chris also presented two official videos for Tottenham Hotspur Football Club (2019) based on the opening of the Tottenham Hotspur Stadium. In May 2022 Chris fulfilled a lifelong dream - he played at the Tottenham Hotspur Stadium! + LONDON MARATHON: PLEASE SPONSOR ME: * I'm running the London Marathon on 2 October 2022, for Prostate Cancer UK. I have a fundraising target of £5,000. Please support this wonderful charity if you can: https://justgiving.com/fundraising/chriscowlin2022 + CHANNEL SPONSORS: * Getir: https://getir.uk * Live Football On TV: https://www.live-footballontv.com/?utm_source=instagram&utm_medium=chris-cowlin * Nord VPN: EXCLUSIVE NordVPN Deal: https://nordvpn.com/tottenhamfans - try it, risk-free, with a 30-day money-back guarantee! * One Football: DOWNLOAD THE "ONE FOOTBALL APP": https://onefootball.link/3Q7S65x * Zouch Converters: https://www.zouchconverters.co.uk + YOUTUBE CHANNEL AWARDS & NOMINATIONS: * Football Blogging Awards Winner 2019: "Best Club Content Creator"  * Football Blogging Awards Finalist 2019: “Best Vlogger”  * Football Content Awards Finalist 2020: “Best Club Content Creator"  * Football Content Awards Finalist 2021: “Best Club Content Creator"  * Football Content Awards Finalist 2021: “Best Content Creator"  * Football Content Awards Finalist 2021: “Best In Video"  + LINKS:  * Media Enquires: tottenhamfanchris@gmail.com  * Website: https://www.spurschat.com  * Twitter: https://www.twitter.com/chriscowlin * Instagram: https://www.instagram.com/chriscowlin  * Facebook: https://www.facebook.com/TottenhamFanChrisCowlin * Tik Tok: https://www.tiktok.com/@chriscowlin * Clubhouse: https://www.clubhouse.com/@chriscowlin * YouTube: https://www.youtube.com/user/cowlinchristopher  * YouTube Member: Join this channel to get access to perks: https://www.youtube.com/channel/UCB9aWK0xfz2P-Ny2nsXGHrA/join * Purchase Books: https://www.amazon.co.uk/Chris-Cowlin/e/B002I7M0VA + AUDIO VERSIONS:  * Amazon Music: https://music.amazon.com/podcasts/cae5d1ec-c69e-4733-b2ba-c0caa31a4c19  * Apple Podcasts: https://podcasts.apple.com/mt/podcast/spurs-chat-discussing-all-things-tottenham-hotspur/id1618648055  * Audible: https://www.audible.co.uk/pd/Podcast/B08JJYWMGS  * Audioboom: https://audioboom.com/channels/5071933  * Deezer: http://www.deezer.com/show/3415742  * Google Podcasts:  https://podcasts.google.com/feed/aHR0cHM6Ly9hdWRpb2Jvb20uY29tL2NoYW5uZWxzLzUwNzE5MzMucnNz?ep=14  * iHeart:  https://iheart.com/podcast/92963992  * JioSaavn:  https://www.jiosaavn.com/shows/Spurs-Chat:-Discussing-all-Things-Tottenham-Hotspur:-Hosted-by-Chris-Cowlin/1/rXt7GeNPWX4_  * Listen Notes: https://www.listennotes.com/c/11077624ad3840cda8c6f218c75d2b38/  * Player FM: https://player.fm/series/series-3316888  * Podcasher: https://www.podchaser.com/podcasts/spurs-chat-discussing-all-thin-4250711  * Podcast Addict: https://podcastaddict.com/podcast/3832755  * Radio Public: https://radiopublic.com/spurs-chat-discussing-all-things-Wem3eY  * Reason FM: https://reason.fm/podcast/spurs-chat-discussing-all-things-tottenham-hotspur-hosted-by-chris-cowlin-the-daily-tottenhamspurs-podcast  * Spotify: https://open.spotify.com/show/3hFwtomVKnmAuy8P4TYoPJ   + MUSIC: * Intro and outro music titled "The Trophies Are Coming" (by Gui Moraes)

L'Afrique en conte
Le marigot et le caïman

L'Afrique en conte

Play Episode Listen Later Jul 12, 2022 6:55


On dit que la traîtrise, la cupidité et la malhonnêteté sont de très mauvais amis et je l'ai compris à travers une histoire. Il y a longtemps, très longtemps, dans un petit village appelé Sankaraniso, situé au bord de la rivière Sankarani. Un jour, une terrible sécheresse frappa ce village du Sahel. Les cours d'eaux sont secs. Les bêtes meurent, les greniers vides et les villageois désemparés. N'ayant plus de quoi vivre, les villageois étaient très inquiets. Sans l'eau, sans cette source de vie précieuse, il n'y a de vie nulle part sur Terre. Les chants, les incantations, les faiseurs de pluie n'y pouvaient rien. Le ciel refusait de pleurer sur Sankaraniso. Mais comme on dit chez moi : au bout de la patience, il y avait toujours la récompense. Un jour, un voyageur arrive dans le village. Il était fatigué et il avait soif. Et comme veut la tradition, on lui sert de l'eau mais tenez-vous bien, le dernier verre d'eau qui restait dans le village. Touché par la générosité des villageois, le voyageur leur confie un secret. LE VOYAGEUR : « Merci, vous avez partagé ce que vous avez de plus précieux avec moi. Je n'ai rien à vous donner, mais avant de partir, j'ai un secret à vous confier. Connaissez-vous Bamako, le marigot du caïman ? » TRAORE : « Bamako ? » MAÏGA : « Le marigot du caïman ?  KEITA : « On ne connait pas, c'est où ? » LE VOYAGEUR : « C'est très loin, très loin. Là-bas, tout est possible. L'or coule à flot. Si vous voulez être riche, partez à Bamako » Après concertation, palabres des anciens et offrandes aux divinités, les jeunes Traoré, Maïga et Keita sont désignés par les villageois. Les jeunes demandent la route pour partir, ce que le village leur accorde volontiers. Ils marchent des heures, ils marchent un jour, ils marchent deux jours, ils marchent trois jours. Et à la nuit du septième jour, ils arrivent enfin aux encablures d'un grand marigot. Traoré est devant et les deux autres derrière. De l'autre côté de la rive, une lueur s'étire. TRAORE : « Attendez mes amis, qu'est-ce que c'est là-bas ? » MAÏGA : « Au lieu de rester ici à parler, allons voir ensemble… » Les trois jeunes gens se dirigent vers le point qui brille. Arrivés au niveau de la rive, un énorme caïman se met devant eux. Traoré se jette sans réfléchir dans l'eau pour faire diversion. Le caïman le poursuit. Maïga et Keita en profitent pour traverser et aller de l'autre côté du marigot. Et comme le voyageur leur avait dit, ils découvrent des sacs remplis d'or. MAIGA : « C'est merveilleux, nous sommes riches. Nous allons partager l'eau une fois que nous serons arrivés au village ». Les trois amis, les bras chargés de sacs d'or, prennent le chemin du retour. Traoré reste silencieux face aux paroles de Maïga. Pourquoi partager ? Il avait pris plus de risques que les autres. Le bon sens voulait selon lui qu'il reçoive la plus grande part. Mais Maïga et Keita n'étaient pas de cet avis. Traoré n'a rien fait, il s'est laissé distraire par une course poursuite avec le caïman. Pourquoi partager à part égale avec lui ? Ah, l'argent a toujours été la faiblesse des Hommes... KEITA : « Ma chère, franchement, je ne veux pas partager avec Traoré. »  MAIGA : « Moi non plus. Il n'a rien fait. C'est nous seuls qui avons pris des risques. » KEITA : « T'inquiète, on va régler ça ! » Après réflexion, ils décident de frapper Traoré au prochain point de repos et de partager le contenu du sac en deux. De son côté, Traoré murit également son plan à l'égard de ses deux compagnons. TRAORE : « Keita et Maïga sont en train de murmurer depuis tout à l'heure. Ils ressemblent trop à des enfants, ils sont immatures et je sais bien qu'ils ne seront pas prendre soin de ce trésor. Il faut que je me débarrasse d'eux, comme ça je pourrai garder ça pour moi et pour ma famille !» Arrivé au prochain point de repos, Traoré décide d'aller chercher à manger pour le reste du groupe. Il en profite pour empoisonner la nourriture. À son retour, Keita et Maïga se jettent sur lui et le frappent à mort. Satisfaits de leur forfait, ils décident de manger la nourriture apportée par Traoré avant de reprendre le chemin. Mais à peine avaient ils avalé quelques bouchées qu'ils commencèrent à se plaindre de douleurs abdominales. Quelques heures plus tard, ils étaient morts, laissant là tous les sacs d'or, fruits de leurs efforts collectifs. Je vous l'avais dit : la traitrise, la cupidité et la malhonnêteté sont vraiment de très mauvais amis. Cette histoire a servi de leçon aux descendants des Traoré, des Maïga et des Keita qui ont tissé une alliance et ont décidé d'être loyaux les uns envers les autres, et de ne plus se faire de coups bas.   L'Afrique en conte est une série créée par l'ONG Des Livres Pour Tous - Côte d'Ivoire et le collectif Making Waves, en partenariat avec RFI. Ce projet a reçu le soutien du dispositif « Accès Culture » de l'Institut français de Paris et de l'Agence française de développement (AFD), du programme « ACP-UE Culture pour l'Afrique de l'Ouest - Awa » de l'Institut français et du Centre culturel Kôrè, du dispositif « Agir » du Département de Seine-Saint-Denis et de la Région Île-de-France.

Couleurs tropicales
La marmite avec Alpha Blondy, Fish Killer, Maud Elka et Assa Traoré

Couleurs tropicales

Play Episode Listen Later Jul 5, 2022 48:30


Dans la Marmite de Couleurs Tropicales, Claudy Siar et Naomi Dado reçoivent l'incarnation du Reggae, Alpha Blondy que l'on ne présente plus qui présente son nouvel album « Eternity » sorti le 24 juin. Actuellement en tournée, il sera en concert au Bataclan le 9 juillet, à Paris.  Le rappeur guinéen Fish Killer, membre du groupe mythique Instinct Killer se lance en solo et livre son premier album « Hit Kankira ».  La chanteuse congolaise Maud Elka nous présente son nouvel EP « Drama » distribué par Sony Music France. Au téléphone, Assa Traoré, fondatrice du collectif « Justice pour Adama » qui milite contre le racisme et les violences policière sera avec nous au téléphone pour nous parler de la manifestation du samedi 2 juillet, organisée 6 ans après la mort de son frère Adama Traoré. Playlist :  Alpha Blondy Pompier Pyromane Fish Killer Woulémakoui Maud Elka C'est mort Alpha Blondy Grand Bassam Maud Elka Drama Fish Killer Fans Love

Radio Rossonera
I PIANI B: ENZO FERNANDEZ E JUNIOR TRAORÉ | Obbligo di Riscatto

Radio Rossonera

Play Episode Listen Later Jun 22, 2022 13:12


Enzo Fernandez e Junior Traorè sono i piani B per il calciomercato del Milan in caso saltasse Renato Sanches. Che ne pensate?

GATEMERI
Tips #14- Comment asseoir sa légitimité dans un milieu d'experts? avec Malick Traoré

GATEMERI

Play Episode Listen Later Apr 25, 2022 28:19


Pour cet épisode de tips, on va répondre à la question "Comment asseoir sa légitimité dans un milieu d'experts?" Qu'on soit en début de carrière ou en reconversion, on a souvent beaucoup d'appréhensions lorsqu'on commence un job avec des personnes plus expérimentées que nous. Cette peur de manquer de légitimité que l'on peut ressentir peut être dépassée et c'est pour cela que j'ai invité Malick Traoré, journaliste sportif chez Canal+ qu'il a intégré à ses 26 ans à coté d'experts de renom et qui aujourd'hui est reconnu comme un expert aguerri dans son domaine. Malick nous donne ses meilleurs conseils et même plus... Je vous souhaite une très belle écoute! Références - Instagram de Malick - Son Linkedin Let's keep in touch - Gatemeri - Suivez nos tribulations sur Instagram - Mettre une note ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️ sur Apple